Navigation – Plan du site

Economie de la pauvreté et économie de la misère

Louis Moreau de Bellaing

Texte intégral

« Point de regard sur le peuple et ce qu’il peut souffrir » Euripide, Les Suppliantes

1Economie de la pauvreté, économie de la misère, dans les deux cas le terme économie semble en contradiction avec les deux phénomènes évoqués : pauvreté et misère. Au moins est-il possible d’admettre que, s’il y a économie, elle n’est pas unique. Elle est celle de la pauvreté et celle de la misère. Mais il faut ajouter aussitôt que ces spécificités ou spécifications de l’économie ne s’isolent pas, ne s’autonomisent pas par rapport à l’économie globale, en l’occurrence celle prévalant en France. Ce sont tout au plus des modalités de l’économie moderne.

2C’est d’ailleurs plus de l’économique que de l’économie dont il s’agit. En effet, on peut, à partir des degrés de la pauvreté et de ceux de la misère, tenter une approche de l’économique, de la manière dont, dans l’un et l’autre état, il se joue. La question est alors de savoir comment, au minimum, y sont investis et y circulent des biens et des services, quels rapports des usagers pauvres ou misérables établissent avec la monnaie, enfin si l’on peut en parler, avec le marché.

3Selon nous, une économie de la pauvreté se distingue dans ses variations entre le salaire minimum de croissance (SMIC) et ce que nous appelons la « misère blanche », qui est le dernier degré de la pauvreté. De la même manière, une économie spécifiée varie entre le premier et le dernier degré de la misère. Jusqu’à ce dernier degré, on trouve, aussi bien dans la pauvreté que dans la misère, des « budgets » avec la colonne des « recettes » et celle des « dépenses ». Economie comptable, si l’on veut, qui participe de l’économie générale.

4Mais une telle analyse n’épuise pas la question d’une économie de la pauvreté et de la misère. C’est la fonction d’une telle économie dans la société qui nous paraît essentielle1.

L’économie de la pauvreté

5Du SMIC à la grande pauvreté, elle hiérarchise quatre types de populations : les smicards, les personnes embauchées sur des « contrats à durée déterminée », les « nouveaux pauvres » et les chômeurs en fin de droits.

6Les smicards relèvent de l’économie publique ou privée, avec un peu plus de 6.000 fr par mois. Ils sont en quelque sorte la « porte d’entrée » dans une économie de la pauvreté, puisque leur salaire représente assez strictement un salaire de subsistance. Ils étaient un million cent mille en France il y a dix ans. Depuis, leur nombre a plus que doublé.

7Les personnes embauchées sur des « contrats à durée déterminée » constituent une population qui n’est pas au chômage mais menacée de l’être. Ces contrats échappent à la réglementation du SMIC. Leur salaire est calculé selon des barêmes variables et, pour des postes peu qualifiés, se situe aux alentours de la moitié du SMIC actuel (entre 2.500 et 3.000 F). Cette population, nombreuse, encore insérée dans l’économie globale, connaît, du fait de ressources très largement au dessous du seuil de subsistance (égale à peu près à celles fournies par le revenu minimum d’insertion, RMI), ce qu’on peut appeler une économie de la pauvreté ou plus précisément l’économique de la pauvreté : rareté des biens d’usage, insuffisance de logement, défaut de participation à la circulation (à l’achat notamment) des biens économiques, ainsi qu’aux services.

8Les « nouveaux pauvres » représentent une troisième catégorie de population, beaucoup moins connue. Elle est composée, par exemple, à Paris d’environ 400.000 personnes, hommes et femmes qui, soit vivent l’instabilité de l’emploi (c’est-à-dire, pour des raisons personnelles ou économiques, changent souvent d’emploi), soit ont choisi une activité (peintre, acteur(trice), orfèvre, sculpteur(trice) etc.) qui ne leur fournit pas ou très peu de ressources. Très souvent, cette population est logée (par la famille, les amis), mais ne reçoit et ne possède que très peu de revenus en monnaie. C’est cette population qui s’est présentée la première pour le RMI en 1988.

9Les chômeurs en fin de droits ont vu leur nombre diminuer, mais ils demeurent importants : plusieurs centaine de mille. Ils ne touchent plus les prestations fournies par les Associations pour l’emploi dans l’industrie et le commerce (ASSEDIC) et ne bénéficient plus que pour un temps très court de l’allocation chômage insuffisante pour les faire vivre. Ils sont donc liés encore à l’économie globale mais sont prêts à changer de statut (RMI ou, surtout s’ils ont une famille, sous-prolétaire). S’ils deviennent sous-prolétaires, ils peuvent bénéficier à la fois du RMI, d’aides publiques et privées (associations) et du travail au noir. Mais cette triple origine des ressources, lorsqu’elles sont cumulées, ne leur assure pas pour autant, le plus souvent, un salaire de subsistance. Enfin, certains chômeurs en fin de droits, découragés, peuvent devenir sans domicile fixe (SDF) au second degré de la misère (misère noire) et y rester plus ou moins longtemps, certains pour le reste de leur vie.

10La grande pauvreté, en France, peut toucher environ six millions de personnes. Elles ont une double origine géographique. Jusqu’aux années quatre-vingts, de la campagne ils sont venus vers les grandes villes. Ils sont venus également de l’étranger (d’Afrique du Nord, surtout d’Algérie à partir de 1962). Certains ont connu le bidonville où ils vivaient principalement des allocations familiales. La plupart ont connu la cité de transit et sont aujourd’hui en ZUP (Zone d’urbanisation en priorité). Un grand nombre, de la deuxième et troisième génération de déracinés et de migrants, hommes et femmes, est au chômage quasiment de père en fils et de mère en fille. Les aides viennent du service social : aide au logement, API (Allocation parent isolé), RMI (le service social intervient pour son obtention auprès de la CLI, Commission locale d’insertion). Bien sûr, ils touchent des allocations familiales importantes au dessus de trois enfants.

11Existe également, dans les cités, malgré les hostilités et les heurts, l’échange réciproque. Peut-on dire qu’il est économique ? Non, si l’on prend en compte son facteur de déclenchement qui est le don : je donne à mon voisin un peu d’huile, un peu de soupe, etc. ; il les reçoit et il me les rend. Oui, si l’on admet que cet échange réciproque assure la survie : j’ai une créance sur Un tel ou Une telle à qui j’ai donné quand j’avais ; il (elle) me la rendra quand je n’aurais plus, ou un (une) autre proche de lui ou d’elle me la rendra. Cette « assurance de la survie » apparaît en cas de vol. Si l’objet volé l’a été dans la cité, le (la) voleur(euse) est exclu(e) des échanges. S’il a eu lieu hors de la cité, il est un apport nouveau qui augmente le prestige du (de la) donneur(euse) et enrichit la cité. Quant aux échanges de services, ils sont multiples. Ils peuvent prendre la forme de prêts d’argent (sans intérêt), d’enfants gardés, de repas de fête (« grandes bouffes ») ou de fêtes elles-mêmes échangées (Noël, le Kippour, l’Aïd, chaque communauté religieuse participant à la fête de l’autre).

12Nous sommes là à la frontière de l’économique, d’un économique de la pauvreté, avec très peu de monnaie et beaucoup d’échanges matériels et de services. On voit les disparités selon les catégories de population : comment confondre un smicard ou un « nouveau pauvre » ou un chômeur en fin de droits avec un sous-prolétaire (dit aussi « grand pauvre ») ? Leur statut économique est différent. Mais il témoigne indéniablement d’une hiérarchisation des ressources qui vont s’amenuisant jusqu’à la dernière catégorie de la pauvreté : les grands pauvres dans la « misère blanche », à qui il reste un semblant de logement très délabré ou insuffisant (bâtiment de ferme en ruine, cahute sur un littoral) et, au plus, le RMI ou des ressources journalières provenant, par exemple, de la pêche2.

L’économie de la misère

13L’économie ou économique de la misère comporte trois niveaux hiérarchisés qui sont trois degrés dans lesquels les populations concernées, si elles ne sont pas les mêmes, peuvent glisser de l’un à l’autre, parfois en remontant, plus souvent en descendant. Elle (il) se distingue de l’économie ou l’économique de la pauvreté par trois caractéristiques : l’absence de logement (donc de loyer), l’impossibilité d’acheter des vêtements, l’absence de travail (d’activité ou d’emploi rénumérés sauf brièvement par interim).

14Le premier degré de la misère est représenté par des petites populations hétéroclites. L’une est bien connue, c’est celle des « sans papiers » qui compte, en France, environ soixante mille individus dont beaucoup sont devenus des sans domicile fixe. On peut ajouter les fugueurs, de plus ou moins longue durée, jeunes qui ont quitté leur famille d’origine ou d’accueil, les jeunes « de la galère » dont un petit nombre, non connu, est composé de SDF, enfin les sans abri qui peuvent avoir encore un travail ou un emploi rémunérés, mais qui se retrouvent expulsés et à la rue, par exemple sous des tentes. Ce fut le cas des Maliens de Vincennes dont on dit aujourd’hui qu’ils ont coûté très chers à reloger, beaucoup plus que s’ils n’avaient pas été expulsés de leur logement. L’exemple pose le problème de la fonction de la pauvreté et de la misère.

15Les catégories susnommées relèvent d’une économie ou d’un économique de la misère en ce sens que leurs seules ressources viennent, quand il s’agit des SDF, de la « manche » ou des « soupes populaires », voire des foyers d’hébergement et que leur logement est assuré, au mieux, par l’asile de nuit.

16Les SDF dans la misère noire sont pour la plupart d’origine ouvrière ou du bas de la classe moyenne et massivement des hommes. Leur nombre s’élève très probablement à environ 200.000 personnes en France. Nous les divisons en quatre catégories non étanches : les SDF anciens chômeurs, les SDF n’ayant jamais eu de travail, les SDF à la suite d’un événement, les SDF accueillis provisoirement à Emmaüs. Si l’on applique à cette typologie une grille de ressources, celles-ci vont se moduler. Un SDF peut le devenir pour un motif strictement économique. Il est licencié et les ASSEDIC ne lui versent pas en temps voulu ses indemnités. Il vit de la « manche », des « soupes populaires » et dort dans les asiles de nuit. Plus souvent, le SDF le devient par franchissements de degrés successifs de la pauvreté : par exemple chômeurs en fin de droits, sous-prolétaires, ceux de la misère : SDF au premier, puis au second degré. Parmi ces SDF, certains retrouvent provisoirement un travail (3.000 F par mois comme serveur), le perdent et en retrouvent, plus ou moins longtemps après, un autre. Des jeunes n’en ont jamais eu. D’autres, l’ayant perdu, n’en trouvent plus. Il y a aussi les découragés (quatre ou cinq ans d’errance forcée et de désocialisation) qui n’en cherchent plus. L’événement de plus ou moins longue durée (abandon, alcoolisme, drogue, accident, handicap) précipite dans la misère. Enfin, pour mémoire, rappelons ces SDF qui sont acceptés dans une communauté Emmaüs, puis en sont renvoyés parce qu’ils boivent. Tous ceux-là, sauf ceux d’Emmaüs, vivent de la « manche » et des aides (« soupes populaires », asiles de nuit). Ceux qui sont provisoirement à Emmaüs ou en foyer d’hébergement ou qui ont temporairement un travail sont pour un temps hors d’une économie ou d’un économique de la misère dans laquelle ils sont entrés et où ils retourneront.

17Cette économie ou cet économique de la misère est le recours à des moyens divers pour compenser les absences (monnaie, nourriture, vêtements, logement). Le recueil de monnaie se fait par la manche. Cette monnaie sert à acheter de la nourriture que l’on peut se procurer en allant dans des cantines de bénévoles (Restos du Cœur, Mie de Pain, Soupe Saint Eustache à Paris). Pour les vêtements, n’existent, à notre connaissance, que les vestiaires du Secours Catholique et ceux d’Emmaüs qui fournissent des vêtements usagés. Quant au logement, deux moyens d’en avoir sont possibles et pratiqués : le logement de fortune (pilier d’autoroute, cahute en terrain vague ou squat), la rue (les cartons gare Saint-Lazare, par exemple) et l’asile de nuit. Le logement et la nourriture, en principe, n’impliquent pas un investissement en monnaie (sauf quand ils sont achetés).

18Il s’agit donc d’une économie ou d’un économique de la misère axé d’une part sur l’échange marchand (avec l’usage de la monnaie), d’autre part sur le don, enfin sur la « débrouille » (les logements de fortune). On voit la différence avec la pauvreté, où l’échange social réciproque subsiste.

19Les SDF dans la misère absolue (clochards) seraient environ 60.000 en France (le même chiffre que pour les « sans papiers », mais non la même population3). Ils peuvent provenir des catégories susnommées, catégories de la misère, mais aussi être devenus clochards sans passer par ces catégories, ni par celles de la pauvreté. Ce qui disparaît avec eux, c’est, le plus souvent, l’usage du vestiaire pour les vêtements, celui de l’asile de nuit, des cantines et « soupes populaires ». En revanche, ils pratiquent la « manche », deux heures par jour environ, pour recueillir de la monnaie avec laquelle ils s’achètent la nourriture (pain, charcuterie) et surtout la boisson, le vin de mauvaise qualité, qui représente la plus grande part de leur « budget ». Rarement resocialisables, ils vivent en état de mort sociale. Certains d’entre eux se nourrissent aussi de détritus puisés dans les poubelles (notamment de restaurants). L’économie ou l’économique de la misère est celle (celui) du manque (absence) quasi absolu, de la quasi impossibilité d’investir les objets économiques usuels (logement, vêtements). Elle (il) appelle apparemment le don.

Exclusion, économie et société

20Dans l’économie de la pauvreté et dans celle de la misère, l’échange marchand est très largement rompu, et l’échange réciproque est lui-même atteint dans son amplitude (spatiale, sociale). L’échange réciproque de biens (sans monnaie) se fait avec des biens circulant économiquement dans l’échange marchand (par la vente et l’achat). C’est donc la « matrice » même de l’échange et de la réciprocité que la pauvreté et la misère mettent en cause, pour, à nous en tenir à la France, un grand nombre de groupes et d’individus (à peu près le dixième de la population).

21A parler d’économie, il faut préciser que, globale ou spécifique, elle est encastrée dans le social et le culturel, comme avait commencé à le démontrer Karl Polanyi4. Dans les économies de la pauvreté et de la misère, cet encastrement du social et du culturel sur l’économique explique ou contribue à expliquer ce que vivent, sont et deviennent les groupes et les individus concernés. Car ceci se fait dans et sur un quasi vide qui s’accentue lorsqu’on passe du pauvre au misérable. Autrement dit, celui qui, par exemple, achète peu maintient l’articulation du social à l’économique mais sur un mode du manque (il ne « peut » pas acheter tel bien de consommation). Pour le pauvre, plus de confort, nourriture diminuée, échanges rétrécis, vêtements au moins cher, etc. ; pour le misérable, plus de logement, vêtements dégradés ou très usagés, mauvaise nourriture, mauvais vin, etc.

22L’économie ou l’économique global encadrent la pauvreté et la misère. Non seulement l’économie spécifique de l’une et de l’autre est encastrée sur et dans le social et le culturel, mais elle l’est aussi sur et dans l’économique ou l’économie globale. Autrement dit, venus du public ou du privé, des apports financiers importants (pour les aides légales ou octroyées, les foyers d’hébergement, les centres d’hébergement et de réinsertion sociale, les équipes d’éducateurs, les assistantes sociales, etc.) et des dons en nature, en monnaie et en services  (par le biais d’associations) se déversent, si l’on peut dire, sur les pauvres et les misérables. L’importance de ces apports, de ces dons pose une question : comment expliquer qu’au moins économiquement, la misère (environ 200.000 personnes en France) ne soit pas quasiment éradiquée ? Comment expliquer que la pauvreté (un peu plus de six millions de personnes), même si elle n’est pas comparable à celle de l’Ancien Régime, à celle du XIX° siècle, voire à celle de périodes de crises économiques au début du XX° siècle, n’ait pas réellement diminuée?  

23Tentons de répondre à ces questions sous quatre points de vue : celui du chômage et de ses conséquences actuelles, celui de la désocialisation économique, de la sous-prolétarisation et de la précarité, celui du passage de la pauvreté à la misère, enfin celui du sacrifice.

24Le chômage est aujourd’hui l’un des facteurs de l’exclusion. Il fabrique des exclus : chômeurs en fin de droits devenant sous-prolétaires ou, quelquefois, SDF. Les chômeurs constituent un réservoir de futurs exclus. Il est banal également de dire que le chômage est un phénomène économique, mais on ne peut oublier qu’il est aussi social, culturel, psychique, politique.

25Toute société connaît, même en expansion, son lot de chômeurs résiduels (environ trois cent mille dans les années soixante). Notre hypothèse est que ce qui mène un chômeur à l’exclusion, ce n’est pas en soi et seulement la perte de son emploi, mais le processus avant, pendant et après sa mise en chômage. Par exemple, le « licenciement sec » est une véritable « exécution » sociale, culturelle, politique (au sens du politique), quel que soit le statut (notamment économique) de la personne mise au chômage.

26Désocialisation économique et sous-prolétarisation, la préca­rité est la réduction drastique (par contrainte) des biens d’usage à investir. Il n’est plus possible aujourd’hui de vivre dans une société moderne sans un certain nombre de biens d’usage : eau chaude et froide, gazinière, armoires, lits, vêtements, téléphone, jeux pour les enfants, etc. Lorsque ces biens d’usage se réduisent, par exemple, chez des personnes ayant des « contrats à durée déterminée » ou chez des « nouveaux pauvres », la désocialisation économique commence. Le social et son « contenu », le culturel, ne s’articulent plus à l’économique : les petits biens d’usage manquent.

27Cette désocialisation économique peut être analysée notamment dans le cas de la sous-prolétarisation où le processus par rapport aux « contrats à durée déterminée » ou aux « nouveaux pauvres » change de forme. Les sous-prolétaires ou grands pauvres vivent ensemble dans les cités, mais ils sont dans la rareté économique. Celle-ci va marquer leurs manières d’être. Donnons un exemple ancien : la « grande bouffe ». Une femme touche une allocation du service social. Elle dépense tout à la supérette et organise une « grande bouffe ». Pendant toute une journée, avec les voisins et amis, on mange, on boit, on rit. La « fête » finie, il n’y a plus rien, et la pénurie recommence.

28La « grande bouffe » est emblématique de la pauvreté. La conseillère en économie sociale et familiale incitera à équilibrer le « budget », au lieu de tout dépenser d’un coup. Mais quel intérêt, puisque la pauvreté, en tout état de cause, demeurera ? Autant profiter immédiatement de sa chance et attendre en retour la « grande bouffe » de la voisine à son tour chanceuse.

29Le « fossé5 » entre pauvreté et misère doit être posé. La misère c’est l’absence de biens d’usage à investir. Ce n’est plus la réduction de ces biens d’usage, c’est leur absence ou quasi absence. Il ne reste, dès le premier degré de la misère, pratiquement plus rien ; ce qu’on a emporté a été volé dès la première nuit pendant le sommeil. Mais ce sont aussi les misères sociale (relations), sexuelle, culturelle, psychique, etc.

30La pauvreté et, à un moindre degré, ce qui est paradoxal, la misère ne seraient-elles pas le sacrifice par nous – classes et catégories sociales pour une fois alliées – de groupes et d’individus à notre propre identité sociale, collective et individuelle6 ? Ne serait-ce pas une manière de nous reconnaître entre nous avec des droits réservés par rapport à ceux (groupes et individus) qui deviennent, sont, restent ou cessent d’être provisoirement (pour certains) plus ou moins hors droits ? Mais quelle signification, quel sens a ce sacrifice ? Faut-il nécessairement des « boucs émissaires » focalisés, fétichisés, pour que le reste de la société se « sente » exister ? Faut-il qu’en elle-même elle fasse fonctionner ce « mécanisme » des « boucs émissai­res » focalisés (par exemple dans les rapports hommes/femmes), pour qu’elle enferme en final son lot de repoussés, de rejetés dans la pauvreté – surtout dans la pauvreté, car les pauvres demeurent encore « proches » de nous : enfants de pauvres violents à l’école – ou dans la misère ?

31Sommes-nous si loin de l’économie de la pauvreté comme de celle de la misère ? Un objet « naturel » (une nourriture) ou manufacturé qu’un pauvre ou un misérable ne peut plus s’acheter ne le prive pas seulement de cet objet (privation économique) mais d’une part de sa socialité et de sa sociabilité. L’objet du marché est toujours un objet social et culturel.

Haut de page

Notes

1 Les matériaux sur lesquels s’appuie cet article sont puisés dans trois livres : Louis Moreau de Bellaing, La Misère blanche, le mode de vie des exclus, Paris, L’Harmattan, 1988 ; Louis Moreau de Bellaing et Jacques Guillou, Les Sans Domicile Fixe, un phénomène d’errance, Paris, L’Harmattan, 1995 ; Jacques Guillou et Louis Moreau de Bellaing, Misère et pauvreté, Sans Domicile Fixe et sous-prolétaires, Paris, L’Harmattan, 1999. En ce qui concerne les chiffres et la bibliographie, nous renvoyons aux annexes de ce dernier livre.
2 Cf. Serge Paugam, La Disqualification sociale, Paris, PUF, 1993.
3 Patrick Gaboriau, Clochard, Paris, Grasset, 1993 .
4 Karl Polanyi, La Grande transformation, Paris, Gallimard, 1983, et surtout Les systèmes économiques, Paris, Larousse, 1975.
5 Jean-Luc Porquet, La Débine, Paris, Stock, 1986.
6 Pierre Bouvier, « Citoyenneté et exclusion », Ethnologie française, 2, 1996.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Moreau de Bellaing, « Economie de la pauvreté et économie de la misère », Socio-anthropologie [En ligne], 7 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/100 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.100

Haut de page

Auteur

Louis Moreau de Bellaing

Université Paris VIII

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org