Navigation – Plan du site

Le temps contre l’argent : un SEL

Julien Dokhan

Texte intégral

1Cela fait seulement quatre ans qu’ils existent en France, mais les Systèmes d’échanges locaux ont déjà attiré l’attention d’un grand nombre d’observateurs. Des économistes voient, avec un brin de méfiance ou de condescendance, se multiplier des réseaux d’échanges sans argent. Des sociologues sont intrigués par ces microcosmes où des individus, dans la continuité des écrits de Mauss, échangent pour construire du lien social. Des militants politiques portent leurs espoirs sur les SEL, preuve qu’une alternative au capitalisme est possible, que les utopies peuvent, finalement, devenir des réalités. Les médias, quant à eux, aiment rendre compte du caractère insolite de ces associations. Sans évoquer les travailleurs sociaux, pour qui les SEL constituent un moyen efficace de lutter contre l’exclusion, ou les inspecteurs des impôts qui s’inquiètent du développement de cette nouvelle forme de « travail au noir ».

2De quoi s’agit-il exactement ? Un SEL est une association dans laquelle les adhérents effectuent des échanges de biens (aussi bien légumes que poste de télévision), de services (de la garde d’enfants à une coupe de cheveux), et de savoirs (des cours d’informatique à l’initiation à l’apiculture). L’échange est multilatéral : si Pierre donne un cours de guitare à Anne, celle-ci devra, en échange, offrir un bien (ou un service, ou un savoir) à n’importe quel membre du SEL, mais pas forcément à Pierre. Le SEL fonctionne donc en réseau avec une monnaie fictive : la branche, le caillou, la minute, etc. A la fin du cours de guitare, Pierre et Anne fixent un « prix » pour ce service. Si la monnaie est le caillou, Pierre sera alors créditeur dans l’association de, par exemple, 20 cailloux et Anne débitrice de 20 cailloux. Les objectifs des SEL sont multiples : prouver qu’un système d’échanges peut se développer sans que l’argent n’intervienne ; permettre à des personnes en difficulté d’acquérir des biens, des services, des savoirs ; faire entrer des individus isolés dans un réseau relationnel ; favoriser le développement local ; mettre en valeur les compétences de chacun… On compte aujourd’hui environ 1.500 LETS (Local Exchange Trading System) dans le monde, regroupant plus de 10.000 personnes, et 350 SEL dans toute la France.

3Le SEL est ainsi un objet d’étude riche et complexe par ce mélange de tradition et de modernité dans la pratique de l’échange, de modestie et de grande ambition dans le projet, de liberté et de contrainte dans le fonctionnement. Un concept permet d’appréhender les SEL de façon éclairante : celui de réseau.

4Il s’agit en effet d’un projet alternatif fondé sur l’échange comme créateur de lien social. Un SEL est formé par des individus qui ont en commun des valeurs, des représentations, des pratiques, et agissent en marge du modèle dominant. Il se nourrit de l’énergie et de l’enthousiasme des membres du collectif pour pouvoir fonctionner hors du circuit traditionnel. Des liens d’amitié, d’entraide mutuelle, de confiance se tissent entre les membres du réseau à travers l’activité de l’association. Enfin, du point de vue du fonctionnement, de la gestion, le SEL se caractérise par sa souplesse et une grande part d’informel.

5Le SEL lui-même est inscrit dans une multitude de réseaux (local, amical, social, alternatif…). C’est un réseau d’associations, de militants, qui est à l’origine de la multiplication des SEL en France. Il réunit des individus, des publications, des organismes qui ont en commun un certain « esprit » (souci de l’écologie, de la solidarité, envie de construire des systèmes alternatifs…). On peut citer la CIEPAD (Centre international d’échanges de pratiques appliquées au développement), ou encore la revue « Silence », sous-titrée : écologie, alternatives, non-violence. Par ailleurs, on ne s’étonnera guère que l’Internet, « réseau des réseaux », soit rapidement devenu un outil privilégié pour la communication « Inter-SEL ».

6Le fait que le SEL se soit constitué à partir d’un réseau d’amis dans un département, en Mayenne, où l’échange est une pratique ancienne ne surprend guère. C’est un atout, mais il présente aussi des inconvénients. Outre la difficulté à accueillir des personnes issues de milieux différents, d’aucuns se demandent pourquoi s’encombrer d’une structure telle que le SEL alors qu’on a l’habitude, culturellement, de procéder à des échanges : « Je pratique régulièrement des échanges de service avec mes voisins et autres personnes du village de façon plus intense, moins stricte et plus conviviale, sans revendiquer et en faire un fromage ! » lance, par exemple, Patrick, qui a quitté le SEL.

7Dans sa préface au livre de Claire et Marc Héber-Suffrin sur les Réseaux d’échange de savoirs (structure « cousine » des SEL, apparue en France dans les années 70), Jacques Robin insiste sur cette idée de réseau :

« (...) reflet de la complexité du réel et structure propice à la citoyenneté active. Le réseau requiert l’ouverture, mais aussi le mouvement et encore plus l’interaction avec un projet de société visant l’épanouissement de l’être humain – en particulier la brisure de son isolement et la restauration de ses liens sociaux1. »

Le SEL comme réseau

8Alors que, au cours des dernières décennies, le monde de la finance et de la spéculation a accru son pouvoir au détriment du politique, les SEL tentent de construire un réseau d’échange dans lequel l’argent n’intervient pas. On peut donc parler de l’émergence des SEL comme d’une réaction, au sens le plus fort du terme. Ce n’est sans doute pas un hasard si les SEL se sont d’abord développés dans les pays anglo-saxons, dans lesquels l’économie a acquis, culturellement, une place prépondérante. Les SEL sont nés au Canada dans les années 80, et l’idée a été très rapidement appliquée, avec succès, dans les quartiers défavorisés du Nord de l’Angleterre. Le premier SEL français date de 1994.

9On peut ainsi rapprocher l’expérience des SEL d’un mouvement plus large de contestation du système économique actuel, apparu au cours des années 1990. Il réunirait les manifestants de novembre et décembre 1995, au moment des grèves contre la réforme de la Sécurité sociale, ainsi que les membres d’ATTAC, association qui milite pour l’instauration d’une taxe sur les transactions financières internationales2 ou encore, en 1998, les opposants à l’AMI, Accord multilatéral sur l’investissement, projet qui accroîtrait le pouvoir des industries et réduirait celui des Etats et des populations. Tous ces mouvements, comme l’écrit Denis Bayon, « s’inscrivent dans un mouvement d’insubordination sociale à l’ordre établi et visent une sortie “ par le haut ” du capitalisme contemporain3 ». On a pu en mesurer l’influence grandissante lors du récent sommet de l’OMC à Seattle. L’engagement des adhérents du SEL mayennais se traduit aussi par le fait qu’une grande majorité d’entre eux fait partie d’autres associations.

10Cet aspect politique se retrouve dans le choix de la monnaie d’échange. Les créateurs du SEL mayennais ont décidé de prendre pour unité la minute. Malgré l’expression populaire « le temps, c’est de l’argent », le temps est une valeur abstraite, immatérielle, qui oblige à reconsidérer la valeur des choses. Cela se retrouve aussi dans le vocabulaire. Au cours des marchés du SEL, de nombreux adhérents se « corrigent », dès qu’ils emploient les termes « acheter » ou « vendre » au lieu de « troquer », « échanger ».

11Sylvère rappelle une des raisons essentielles qui ont présidé à ce choix : « Une heure de n’importe quoi égal une heure de n’importe quoi, pas de hiérarchisation du travail. » Les individus sont mis en concurrence dans le monde du travail, où ils ne sont évalués qu’en termes de « rentabilité » ou de « productivité » ; les êtres humains deviennent alors des marchandises, et dans cette optique, certains sont exclus du système parce qu’ils « ne valent rien ». A contrario, dans un SEL, tout être humain a de la valeur et est susceptible d’apporter des « richesses » aux autres. Travail intellectuel ou travail manuel, chacun a des capacités qu’il convient de … valoriser. Sur la plaquette de présentation de l’association, on peut lire : « Il n’y a pas de tâche noble ni de tâche ignoble. » Une autre raison de ce choix a été donnée par Bernard lors d’une réunion en janvier 1999. Encore une fois, l’aspect politique est présent : « Nous sommes tous sur la même égalité de 24 heures par jour », rappelle-t-il. Au-delà des inégalités sociales, échanger du temps permet à des personnes démunies d’accéder à des biens, à des services, à l’apprentissage de savoirs.

12Mais, comme l’écrit Jean-Louis Laville, il faut distinguer les associations (comme le SEL) des mouvements sociaux, aussi bien sur le plan des fins que des moyens :

« L’association ne poursuit pas forcément le changement à long terme du modèle culturel de la société à venir, elle met en place des réponses à la réalité immédiate. Sous cet angle l’association doit plutôt être vue comme une sorte de militance de la paix que comme un vecteur de l’affrontement social et politique4. »

13De plus, sans nier la dimension politique des SEL, il convient de préciser que celle-ci est essentiellement diffuse et non pas clairement énoncée ou proclamée, ce qui a provoqué le départ de quelques adhérents, déçus par ce qui peut être perçu comme un manque d’ambition. En cela, le SEL est sans doute caractéristique du type d’action collective qui se développe depuis quelques années. Il s’agit, modestement, de tenter une expérience, non pas frontalement, « contre » le système, mais à côté, sans bruit (ce qui n’exclut pas la contestation, mais sous une autre forme, en creux), et en s’accordant le droit de se tromper, donc en s’obligeant à se remettre en question en permanence à travers des débats et des discussions sur les motivations, les moyens, les objectifs, et l’action elle-même. Ce SEL se rapproche en cela des « construits » tel que la socio-anthropologie les décrit : « Le côtoiement avec quelques autres peut s’ouvrir sur un échange qui ne soit pas qu’éphémère. Des faits sociaux spécifiques émergent d’accotements de pratiques qui s’effleurent et se reconnais­sent (...) Né d’une rencontre à priori fortuite car non insérée dans les dispositifs institutionnalisés [le construit] élabore, à partir d’un terrain commun, un minimum de réenchantement ou, plus modestement, de palliatif. Son champ d’action est à courte portée. Il concerne les acteurs mêmes et il s’en tient là5. » précise Pierre Bouvier. Les propos de Claudine, une des créatrices de Selrit, reflètent ce sentiment :

« Je ne mets aucune prétention dans le SEL de pouvoir faire bouger quoi que ce soit au niveau du système économique. »

L’échange et les liens

14Dans son « Essai sur le don », Marcel Mauss cite A.R  Radcliffe-Brown qui définit ainsi l’objectif des échanges parmi les Andamans (île du Nord) :

 « Malgré l’importance de ces échanges, comme le groupe local et la famille, en d’autres cas, savent se suffire en fait d’outils, etc., ces présents ne servent pas au même but que le commerce et l’échange dans les sociétés plus développées. Le but est avant tout moral, l’objet est de produire un sentiment amical entre les deux personnes en jeu, et si l’opération n’avait pas cet effet, tout en était manqué.6 »

15A travers les échanges se tissent, entre les « séliens », des liens d’amitié. Plus largement, la fête, la convivialité représentent, pour la majorité des adhérents, une des vertus majeures du Système d’échange local. Pour beaucoup, l’échange de biens ou de services est en fait un prétexte, l’objectif étant alors plutôt de développer les relations interpersonnelles, de rompre l’isolement des personnes, à l’heure où la mondialisation de l’économie et les autoroutes de l’information ont tendance à favoriser la dépersonnalisation des échanges. Odile, qui n’est pas enthousiaste sur tous les aspects du SEL, le reconnaît : « Il n’y a pas que du négatif : il y a des relations chouettes qui se sont établies, des gens qui sont allés vers moi, vers qui je suis allée. » Ceux qui ont quitté le SEL retiennent également, comme aspects positifs, des « contacts humains, convivialité » pour l’un, « l’occasion de rencontrer du monde » pour un autre. Christine évoque elle aussi ces « gens que je suis heureuse, contente de retrouver » à l’occasion des bourses d’échanges. Des photos, prises lors d’un marché qui s’était déroulé dans la maison d’une des adhérentes, circulaient lors du suivant, un peu comme si les adhérents étaient les membres d’une même famille qui observeraient les photos de la fête d’anniversaire d’un parent. Ce désir de convivialité se retrouve dans les rencontres « Inter-SEL ». Une ou deux fois par an sont organisées des journées au cours desquelles les SEL de France confrontent leurs expériences. En effet, au programme de celle qui s’est tenue en mai 1999 à Vitré, outre la bourse d’échanges et les conférences, chacun était convié à un « apéro-cabaret » ou encore à un « buffet pique-nique » avec pour principe : « chacun prépare un repas et le partage avec les autres ».

16La dimension locale du SEL est fondamentale pour que se développe un système d’échanges fondé sur la confiance et la rencontre. Comme l’écrit Jacques Birouste, professeur de psychologie clinique :

« Eviter le Système d’enfermement local », « Il ne s’agit donc pas, par le local, de s’isoler du monde, mais de définir le monde à partir des critères d’une taille humaine dont le terme “ local ” voudrait donner la juste mesure7. »

17C’est pour cette raison qu’une expérience, souhaitée par certains séliens, de SEL à l’échelle d’une région voire d’un pays s’avère particulièrement périlleuse et incompatible avec les caractéristiques du « réseau » observées plus haut.

18« Ce qui, dans le cadeau reçu, échangé, oblige, c’est que la chose reçue n’est pas inerte. Même abandonnée par le donateur, elle est encore quelque chose de lui8 », écrit Mauss à propos de l’échange chez les Maoris. Dans les SEL, l’intensité des liens dépend également de ce qu’on échange. L’importance symbolique de l’échange semble d’autant plus grande que l’objet de la transaction est le produit d’un savoir-faire personnel.

19Or, les biens échangés sur le marché du SEL ont le plus souvent été conçus, créés de la sorte. Le choix des produits présentés sur le marché est à cet égard révélateur. Lors du marché de Noël presque tous les exposants proposent des produits artisanaux : alimentation (fromages, pâtisseries, pots de confiture), objets décoratifs, bougies, vitraux. Ce que j’offre, ce n’est pas seulement ce que j’ai mais aussi ce que je suis. Cet aspect a également une conséquence sur le plan du dialogue entre les personnes. Les recettes, la façon dont tel objet a été confectionné sont des sujets de conversation privilégiés entre « marchands » et « clients ». De plus, l’un des principes des SEL est d’affirmer que chaque être humain a de la valeur et des richesses à faire partager, un talent particulier. Mais on peut, dans cette optique, supposer aussi qu’une personne qui offre des produits ou des services qui finalement n’intéresseront personne sera plus profondément touchée. C’est ce que fait remarquer Odile à propos d’une adhérente qui tient un stand sur le marché : « Là-bas, une dame propose des canevas. Je suis persuadée qu’elle a rien échangé aujourd’hui, et c’est les seules choses qu’elle peut proposer, parce que c’est ce qui correspond à ce qu’elle est, à ce qu’elle peut offrir. »

20Pour certains séliens, animés par des valeurs de solidarité et de générosité, habitués à faire des échanges gratuits dans leur village et unis par des liens d’amitié avec d’autres adhérents, il n’est pas toujours évident de comptabiliser les échanges, de les appréhender en terme de crédit, de débit, de coût. De nombreux adhérents souhaiteraient, tout simplement, offrir certains biens ou services à d’autres adhérents, sans que cela coûte une minute, sans passer par la structure de l’association, qui, pour informelle qu’elle soit, « est là », et rend difficile la « spontanéité » du don dont parle Jacques T. Godbout :

« Le don n’obéit à aucune contrainte, ni autoritaire, ni légale, ni même rationnelle, en fonction d’un calcul. Il obéit à un “ mouvement de l’âme. ” Il est essentiel à tout don de contenir un élément de spontanéité qui le situe hors des normes et fait qu’il n’est pas vécu comme un phénomène purement volontaire. Il y a toujours dans le don quelque chose qui emporte le donateur, qui lui échappe9. »

21Certains ont émis le souhait que les adhérents se retrouvent pour un après-midi ou une soirée, mais sans que cela donne lieu à des échanges (contrairement aux marchés). Il s’agirait simplement de discuter, de faire la fête, dans le cadre de l’association : « parler d’un bouquin, faire un bout de lecture d’un livre et en parler parce qu’on l’a aimé, parler d’un voyage qu’on a fait, montrer un diaporama... » (Claudine). Ce point de vue est cependant minoritaire. Joseph évoque un problème de disponibilité : « Dans la semaine, j’ai déjà deux activités qui me permettent d’avoir des contacts avec des gens totalement différents. »

22En outre, le SEL, à l’échelle du département, rassemble des personnes qui, parfois, se connaissent déjà. Ainsi, explique Odile : « On a d’autres lieux pour se rencontrer. Les gens que l’on côtoie ici, on peut aussi les côtoyer dans un autre cadre. »

23Mais une autre raison pourrait justifier ces réserves : la convivialité est profondément liée à l’acte d’échange. Sans cela, elle ne repose plus sur rien. On peut ainsi parler de l’échange comme d’un détour indispensable pour mettre en contact les individus. Vincent va plus loin : « J’adhère pas au SEL pour créer de la convivialité, ça m’intéresse pas du tout. Ca vient en plus, et je m’en réjouis, mais je préfère créer de la convivialité avec mes voisins, mes amis. »

Sentiment d’ambiguïté

24Comme on l’a vu à propos des valeurs partagées par les « séliens », l’adhésion au SEL participe d’un désir de créer des rapports humains qui ne passent pas par l’argent. Ce « détachement de l’argent » (selon l’expression d’une adhérente) permettrait d’établir « des échanges plus approfondis avec les personnes : échanges d’idées, de convictions, de rires, de connaissances, de biens, dans un état d’esprit plus souple et plus sain ». Les échanges se font cependant à partir d’une monnaie – qu’on a certes voulue la plus éloignée possible de l’argent – et chaque bien ou service a une valeur-temps. Qu’en est-il, alors, du rapport de chacun à cette transaction ambiguë, à mi-chemin du don et du commerce ?

25L’expérience d’Odile, dont le point de vue est d’autant plus intéressant qu’elle fait partie de l’équipe des créateurs de Selrit, est à cet égard éclairant. Elle a confié ses enfants à une adhérente qui proposait de s’en occuper avec d’autres pendant une semaine, avec différentes activités à l’appui (une « mini-colonie de vacances » dans le cadre du SEL), ce qui lui a « coûté » 1.800 minutes (le service avait été évalué à 30 heures). Vis-à-vis de l’association, cela ne pose guère de problème. Tout adhérent peut prendre son temps pour rendre toutes ses minutes et rester ainsi débiteur pendant plusieurs mois. Cette situation est néanmoins mal vécue par Odile, qui se sent gênée, presque coupable, à cause de cette dette. Au cours de l’entretien, elle emploie les expressions « pour ma conscience », « je me sens obligée », « ça m’embête »... Mauss, dans son « Essai sur le don », souligne le fait que le don reçu oblige. Le verbe « obliger » signifie, par son étymologie, lier moralement, contraindre (ob-ligare). Pour ne plus être débitrice, Odile fait du pain qu’elle propose sur les marchés et qui obtient un franc succès. Cela ne la rend pas plus sereine. En effet, derrière son stand, elle a le sentiment « d’être toujours en relation de vente avec quelqu’un », elle qui est habituée à donner du pain aux amis et aux voisins qui passent à la maison, elle qui pensait que le SEL permettrait de s’éloigner du schéma commercial.

 « C’est difficile d’être dans ce rapport-là, de vendeur à consommateur, c’est peut-être ça la difficulté qui fait que je ne vis pas bien cette situation-là. »

26Elle juge néanmoins : « Si j’avais un service à proposer, je le vivrais beaucoup mieux. » Dans les échanges de services et de savoirs, avec la dimension d’entraide et de transmission, la rupture avec les échanges économiques classiques est plus nette. D’ailleurs, à l’origine, et pour cette raison, certains souhaitaient créer un Réseau d’échanges de savoirs et non un SEL.

27La problématique de la dette est très présente dans les SEL, comme le montre l’enquête réalisée par Jean-Michel Servet. « On retrouve au sein du SEL l’ambiguïté du don et du sentiment de dépendance qu’il est susceptible d’engendrer », observe-t-il.

« La modernité, avec son utopie d’individus indépendants les uns des autres et donc sans rapports autres que ceux réglés par l’Etat ou le marché, a fait de la dette non monétaire un élément redouté par beaucoup. Le lien de dette et de don engendre une réticence, que l’on retrouve au sein même des SEL10. »

28Ainsi Alain, du SEL mayennais, ne peut-il envisager l’idée d’être débiteur :

« Je n’ai jamais été en négatif et c’est hors de question. J’aurais l’impression de devoir quelque chose ; là, je suis plutôt en position de force, puisque j’ai du temps : si quelqu’un me demande, je peux refuser. Mais si j’étais en négatif et que je disais non, j’aurais l’impression de voler un peu : “ je dois du temps, et puis je veux pas aller bosser ”. Tandis que là, je suis en positif, donc si je veux pas aller bosser, je peux… »

29Rappelons que le SEL est un réseau d’échanges multilatéraux. Un adhérent n’a pas une dette envers un individu mais envers l’ensemble du réseau. Paradoxalement, l’échange est personnalisé, mais la dette est collective.

30Les SEL, avec leurs échanges sans argent, nous rappellent que la monnaie est un objet anthropologique fondamental. C’est elle qui permet la cohésion du groupe, comme le rappelle Jean-Michel Servet :

 « C’est bien le propre d’une monnaie que de jouer le rôle de médiation sociale, de permettre cette appartenance à une totalité sociale : c’est à travers l’utilisation d’une unité de compte commune à cette totalité temporaire que le sentiment d’appartenance se matérialise11. »

31Par ailleurs, dans ce collectif qu’est le SEL, la personnalité de chacun n’est pas mise de côté. Tout au contraire, le SEL est marqué par une grande diversité de parcours, de stratégies à l’intérieur du réseau. La richesse des liens qui se tissent est accrue par l’ensemble de ces singularités. La complexité, voire l’ambiguïté, de ces liens l’est aussi. L’enquête a permis d’observer également les risques d’un tel effacement des frontières. La coexistence des dimensions commerciale et amicale de l’échange, leur « entrelacement », crée une confusion auprès de nombreux adhérents.

Le marché du SEL

32L’observation des marchés, qui ont lieu quatre fois par an, permet de mesurer la souplesse du fonctionnement de l’association. Le marché du SEL est très différent d’un marché traditionnel. En effet, dans le marché du SEL, ce sont les mêmes personnes qui sont à la fois « marchands » et « clients », puisque c’est l’échange qui est central. Par la disposition des tables, on note qu’il n’y a pas de réelle frontière entre l’espace des uns et des autres. De plus, les stands sont souvent désertés par les « vendeurs », qui circulent dans les allées du marché pour voir ce qui est proposé ailleurs ou simplement pour discuter avec les autres marchands.

33Une autre pratique brouille les repères traditionnels d’un marché. Plusieurs exposants proposent sur leur stand, en plus de leurs propres articles, des produits que leur ont confiés d’autres adhérents qui n’ont pu participer au marché. L’adhérent doit ainsi gérer simultanément deux comptes. Et l’inverse est possible. J’ai ainsi pu observer que des adhérents « achetaient » certains produits pour le compte d’autres adhérents. Enfin, lorsque le marché est terminé, plusieurs exposants donnent les articles qu’ils n’ont pas réussi à troquer contre des minutes, ce qui n’est pas la moindre des différences avec les marchés traditionnels.

34De plus, chaque marchand a ses propres critères pour fixer les prix des produits qu’il propose. Ainsi, Simone, qui a confectionné des objets en tissus pour Noël, a déterminé ses prix « en fonction de la matière première et du temps de travail ». Comme il n’y a pas de norme, les marchands peuvent changer les prix en cours de marché. Quelqu’un a, par exemple, jugé que Simone sous-évaluait ses produits et lui a conseillé d’« augmenter le prix » de cinq minutes. Pour l’affichage aussi, chacun a sa méthode, la diversité de celles-ci reflète la variété des points de vue des adhérents sur l’association. Certains n’affichent rien, parce que « ça permet d’engager la conversation ». Si les prix sont affichés, il n’y a pas besoin d’établir un contact… Or, on sait que la convivialité est un aspect fondamental de l’association.

35De même que chaque SEL nouveau dispose, localement, d’une grande liberté dans le choix des modalités de fonctionnement par rapport aux SEL qui existent déjà, une grande marge de manœuvre est laissée, dans chaque SEL, aux adhérents. Un sélien intéressé par un bien ou service proposé dans le journal contacte directement l’offreur. Il n’existe pas de tarif imposé ou même suggéré par l’association, et l’offreur lui-même n’indique pas de prix sur son annonce. Ce n’est qu’au cours de la discussion entre offreur et demandeur qu’un prix est fixé, de gré à gré. A une adhérente qui demandait des précisions à ce sujet, Sylvère a répondu :

 « Il y a une négociation à deux, et, comme on devient copains, l’un dit : “ J’y ai passé 1h30 mais tu m’as payé l’apéro, on met 1h. ” Nous, on n’a rien à voir là-dedans. Après, pour les biens, on évalue comme on peut, comme on veut. Il y en a qui se servent du “ 1 franc = 1 minute ”, pourquoi pas, moi c’est pas ça que j’utilise, mais plutôt : “ Cet appareil, je l’échange, mais j’aimerais bien que ça me donne suffisamment de temps pour pouvoir retourner mon jardin par exemple. Je sais que pour retourner mon jardin il faut à peu près 2h, donc voilà j’échange 2 heures. ”»

36Cette liberté est un des éléments essentiels dans tous les SEL : « Un montant unique pour tous, et quel que soit le lien entretenu entre les membres, correspond à une homogénéisation des représentations et des valeurs. Le prix devient institution. Dans l’optique des membres des SEL, fixer un montant, évaluer librement, c’est préserver la relation et lui donner son caractère unique12. »

37La souplesse se retrouve à propos des adhésions « familiales ». Les couples choisissent parfois un compte commun, mais mari et femme peuvent également avoir chacun leur compte. Il en va de même pour les comptes parents/enfants. Enfin, des adhérents qui quittent le SEL avec un compte positif peuvent transmettre leur solde positif à des amis qui sont toujours dans l’association.

38Cette adéquation entre principes et méthodes, entre valeurs et gestion, se retrouve à d’autres niveaux. Le partage, maître-mot de l’association, est aussi partage des responsabilités, des tâches. L’échange est aussi échange d’arguments à propos des règles de fonctionnement. Dans cette volonté de faire correspondre les objectifs de l’association et les moyens mis en œuvre pour les atteindre, apparaît un souci éthique, commun à beaucoup d’associations, particulièrement ces dernières années.

39Pour conclure, il faut insister sur une caractéristique essentielle de l’objet de cette enquête : l’idée de nouveauté, de commencement. Les SEL sont des expériences neuves, pionnières, dans le tiers secteur. Si d’autres tentatives de systèmes d’échanges sans argent ont été menées depuis le début du siècle, aucune ne connut ce succès. Rappelons qu’en France, le premier SEL date de 1994, et qu’on en compte aujourd’hui près de 400. Rappelons également que chaque SEL dispose d’une grande autonomie et peut donc se permettre d’innover à partir d’une « règle du jeu » de base. Le fonctionnement en réseau assure de surcroît une forme de « fraîcheur » – ce qui suppose spontanéité, décontraction, mais aussi manque de confort.

40Ce qui séduit dans le SEL (à en juger par le nombre de réseaux en France, mais aussi de livres, articles, reportages télévisés…), c’est sans doute qu’à une époque où domine l’idée qu’« il faut s’adapter à des réalités qui s’imposent à nous », « être réaliste et accepter les contraintes du système » (fragments d’un discours médiatique quotidien), les SEL prouvent qu’il est possible d’essayer autre chose, comme l’indique le titre d’un livre d’André Gorz, dans lequel il est justement question des SEL : Misères du présent, richesse du possible13.

41L’attrait réside peut-être aussi dans la dimension ludique des SEL : « Et si on inventait notre propre monnaie ? Et si on échangeait sans argent ? » Tel pourrait être le point de départ d’un conte économique, un jeu de rôles auquel chacun est tenté de participer, sans être forcément conscient au départ de tout ce qui, dans un tel système, est… en jeu (la valeur qu’on accorde aux choses ; les liens complexes entre don « gratuit », achat et vente ; les interférences entre l’échange marchand et les liens amicaux…). Propositions, hypothèses, tentatives : tout cela renvoie au nécessaire inachèvement que supposent ces associations, qui laissent une large place au changement, à l’informel, à l’ouverture vers l’extérieur, pour éviter le risque de la sclérose, du ronronnement et de l’isolement. On pourrait aussi parler de revendication d’une forme d’artisanat (dans les valeurs et dans le fonctionnement : humilité, lenteur, enthousiasme...), à l’opposé de la perfection uniforme et vaine de la mondialisation industrielle.

42Les SEL ouvrent des pistes, explorent un territoire peu connu : l’échange sans argent. Quels que soient les incidents, les ratés, les conflits, l’essentiel est de suivre un parcours non balisé. Chaque SEL invente, modifie, propose des variantes adaptées à un contexte – régional, social. Peu à peu, de carrefours en zigzags, une route se construit, un chemin apparaît, mais leur tracé se modifie sans cesse. Un peu comme un Petit Poucet qui aurait échangé ses cailloux contre… des grains de SEL.

Haut de page

Bibliographie

Bayon D. Les SEL, pour un vrai débat. Levallois-Perret, Ed. Yves Michel, 1999.

Birouste J. « Eviter le système d’enfermement local », Silence, février 1998.

Bouvier P. La socio-anthropologie. Paris, Armand Colin, 2000.

Godbout J. L’Esprit du don. Paris, La Découverte, 1992.

Gorz A. Misères du présent, richesse du possible. Paris, Galilée, 1997.

Laville J.-L. Sociologie de l’association. Paris, Desclée de Brouwer, 1997.

Mauss M. « Essai sur le don » [1923-24], in idem, Sociologie et anthropologie. Paris, PUF, 1995.

« SEL, Pour changer, échangeons », Silence, février 1998.

Servet J.-M. (dir.). Une Economie sans argent, les Systèmes d’échange local. Paris, Seuil, 1999.

Haut de page

Notes

1 Claire et Marc Héber-Suffrin, Le Cercle des savoirs reconnus, Paris, Desclée de Brouwer, 1993, p. 8.
2 Dans un de ses tracts, ATTAC fait référence aux SEL lorsqu’il est question d’une « remise en cause, du moins partielle, de l’économie monétaire et de marché au profit de l’économie de don et de réciprocité », pour créer « un nouvel art de vivre ensemble ».
3 Denis Bayon, Les SEL, pour un vrai débat, Levallois-Perret, Ed. Yves Michel, 1999, p.31.
4 Jean -Louis Laville, Sociologie des associations, Paris, Desclée de Brouwer, 1997, p. 334.
5 Pierre Bouvier, « Vers de nouvelles cohésions », Socio-anthropologie, 2, 1997, p. 39.
6 Marcel Mauss, « Essai sur le don » [1923-24] , in idem Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1995, p. 172, et note 1, p. 173.
7 Jacques Birouste, « Eviter le système d’enfermement local » Silence, numéro hors-série, février 1998, p. 57.
8 Mauss, op.cit., p. 159.
9 Jacques T. Godbout, L’Esprit du don, Paris, La Découverte, 1992, p. 141.
10 Jean-Michel Servet, Une économie sans argent, Les Systèmes d’échange local, Paris, Seuil, 1999, p. 148.
11 Ibid., p. 173.
12 Ibid., p. 168.
13 André Gorz, « Misères du présent, richesse du possible », Paris, Galilée, 1997.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Dokhan, « Le temps contre l’argent : un SEL », Socio-anthropologie [En ligne], 7 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/101 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.101

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org