Navigation – Plan du site

« C’est ça la démocratie ! » : Mise en scène d’un contre-pouvoir lors du sommet de Seattle

Birgit Muller

Texte intégral

1C’est ça la démocratie ! » (« This is what democracy looks like ! ») En scandant cette phrase sur un rythme dansant, les manifestants ont parcouru les rues de Seattle pendant la semaine du sommet de l’Organisation mondial du commerce (OMC), du 30 novembre au 3 décembre 1999. C’est avec ce slogan qu’ils se sont approchés des policiers en tenue de combat qui bloquait l’accès au centre des conventions où se sont rencontrés les négociateurs des 135 pays membres de l’OMC. « C’est ça la démocratie ! » ont-ils crié, triomphants, quand les négociations ont finalement échoué le soir du vendredi 3 décembre.

2Le sommet de Seattle, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des salles de négociation, est devenu le symbole d’une mise en cause de la démocratie telle qu’elle est pratiquée au sein de l’Organisation mondial du commerce. La création d’un corpus de règles assigné au commerce international s’est jouée entre les représentants de nations détachés, dans une large mesure, à la fois de l’espace public politique et des volontés parlementaires. Ce nouvel ordre économique est caractérisé par l’établissement de règles supranationales limitant la capacité légale et pratique de chaque nation à subordonner les activités à d’autres principes que commerciaux. Le système de régulation de l’OMC possède sa propre personnalité légale et peut renforcer ses décisions par le biais d’un comité d’arbitrage. Depuis sa création, en 1995, ce comité, dont les décisions prennent le pas sur les lois nationales, a arbitré des différends portant, par exemple, sur l’environnement ou la santé. Il favorise, en fait, l’élimination des restrictions qui protégeaient les citoyens tout en renforçant le poids des intérêts des grandes firmes (Nader, 1999 : xi)1. Sur l’agenda du nouveau cycle de négociations de l’OMC, qui aurait dû s’ouvrir à Seattle en décembre, était prévu un élargissement encore plus large des compétences de celle-ci vers les domaines de l’éducation, des biotechnologies, de l’exploitation des forêts, etc.

3A Seattle, la communauté européenne était représentée par le seul commissaire de la Commission européenne Pascal Lamy, qui tenait son mandat du Conseil des ministres européens, lui-même mandaté par les gouvernements respectifs. Ni le Parlement européen, ni les parlements nationaux s’étaient donnés des moyens suffisants pour contrôler le négociateur, déterminer l’agenda des négociations, réagir au large débat public.

4C’est en contestant cette situation que plusieurs milliers de représentants d’associations, d’Organisations non gouvernementales (ONG), de syndicats, d’églises du monde entier2, sont venus à Seattle pour affirmer qu’ils comptaient ne pas laisser des représentants des gouvernements et des grands lobbies commerciaux, cofinanceurs du sommet, renforcer la politique de libéralisation. Par leur présence massive et active à Seattle, ils entendaient montrer que, face à un système qui défend les intérêts des grandes entreprises et cherche à contourner le pouvoir des citoyens, une société civile internationale était en train de s’organiser.

5Comment des groupes représentant des intérêts parfois fort divers et contradictoires pouvaient-ils avoir de l’impact face à de telles puissances économiques et politiques ? Comment cette multitude de groupes, issue d’un monde extrêmement complexe et inégalitaire, avec des principes d’organisations hétérogènes, s’organisa-t-elle pour donner l’image d’une cohérence et d’un message commun ? Comment ceux qui n’ont jamais manifesté ensemble sur le sol des Etats-Unis et qui ont assiégé le centre de Seattle, en pleine période des achats de Noël, ont-ils pu obtenir un soutien auprès de la population locale et maintenir une cohérence durant les huit jours du contre-sommet ? Jusqu’à quel point ont-ils pu traduire les souffrances quotidiennes d’individus et de groupes relevant de différentes sociétés, les formuler de façon convaincante et de manière à ce qu’elles puissent être reprises et entendues ?

Un projet pour le nouveau millénaire

6Un petit groupe de militants professionnels et internationaux, membres d’ONG officiellement reconnues et financées par des fonds publics et privés, a pris en charge la préparation du contre-sommet. Ces personnes suivent les grands sommets internationaux, du G8 à Cologne au Fonds monétaire international à Prague en passant par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) à Paris, se documentent sur les enjeux, étudient les accords en négociation, font circuler les documents ou les projets qu’ils ont pu obtenir parfois grâce à des contacts informels. Ainsi maintiennent-ils un haut niveau d’expertise. Pour diffuser largement leurs connaissances, ils utilisent l’Internet. La plupart des individus ou membres d’associations qui s’étaient informés par la Toile des enjeux du sommet de Seattle ne se connaissaient pas entre eux. Ils constituaient un public virtuel mais, contrairement aux auditeurs des média de masse comme la radio et la télévision, ils n’étaient pas passifs. Intéressés par une information trouvée sur le web, ils pouvaient très rapidement chercher à en savoir davantage en regardant les sites d’autres organisations, connaître leurs réactions, consulter le site officiel de l’OMC pour disposer des textes de lois et de règlements et produire eux-mêmes des commentaires et informations. Ainsi, le programme des huit jours de teach-ins, séminaires et ateliers engageant des intervenants du monde entier, a été constitué et diffusé par le biais du courrier électronique. Ce sont des personnes informées qui se sont rendues à Seattle.

7Pour beaucoup d’habitants de la ville de Microsoft et de Boeing3, le thème de la mondialisation économique n’avait jamais été discuté dans les termes que proposent les organisateurs du contre-sommet. L’association pour la protection du consommateur, Public Citizen, et le réseau international, People for Fair Trade, ont, dans un laps de temps de six mois, informé la population locale sur les enjeux en présence. Ils ont réussi à obtenir le soutien massif des églises pour les ateliers de travail et réservèrent l’opéra pour deux jours de teach-in. Le licenciement de 2.000 personnes annoncé par Boeing en automne 1999 contribua certainement à rendre la population de Seattle plus critique par rapport aux discours présentant la mondialisation comme source de panacée économique.

8Au-delà du refus d’un nouveau cycle de négociation de l’OMC, les organisateurs du contre-sommet avaient leur propre ordre du jour, pas moins ambitieux que celui du programme officiel. Ils ont rassemblé des leaders de mouvements contestataires et d’ONG du monde entier afin qu’ils exposent leurs conceptions politiques et sociales d’un nouvel ordre mondial. Pour nommer quelques-uns connus en France : Vandana Shiva, l’activiste luttant, entre autres, contre les conséquences des projets de développement démesurés et destructeurs en Inde ; Ralph Nader, le président de Public Citizens, une association luttant pour les droits des consommateurs depuis plus de vingt ans aux Etats Unis ; Susan George, présidente de l’association française Observatoire de la mondialisation ; Lori Wallach de Global Trade Watch, une association suivant de près les méthodes de l’OMC ; Owens Wiwa, frère de l’activiste Ken Saro Wiwa, tué par le régime nigérian, qui continue sa lutte contre l’exploitation du pays Ogoni par la compagnie pétrolière Shell ; José Bové, président de la Conféderation paysanne apprécié par les activistes américains pour avoir démantelé un restaurant McDonald’s, à Millau ; David Korten, président du Positive Future Network, qui met en cause les grandes multinationales ; et Kevin Danaher du Global Exchange Network.

9L’opéra de Seattle (2.500 places) a été rempli pendant les réunions préparatoires, avant l’ouverture du sommet. Tous les billets donnant droit à l’accès ont été vendus dès le premier soir. Le public enthousiaste se levait pour accueillir chacun des leaders. Ceux-ci les assuraient qu’ils étaient en train de vivre, tous ensemble, un moment historique : « Le monde s’engage dans notre direction » (Kevin Danaher) ; « L’histoire nous offre une énorme chance » (Susan George). Les projets positifs, les modèles alternatifs ou les visions pour un autre monde basées sur une nouvelle spiritualité, un esprit de tolérance, une recherche de la diversité et une philosophie de l’action rencontraient les attentes de nombreux participants.

10Les intervenants réduisaient en propositions simples l’ampleur des problèmes suscités par l’OMC. Comme le formulait Susan George : « Nous avons besoin de règles, mais de règles differentes. » Le projet positif esquissé se voulait total, embrassant une autre attitude vis-à-vis de l’utilisation du temps, de la perception de l’espace, des rapports aux autres. Au temps pressé du monde des finances, il oppose le temps lent de la jouissance. La rébellion des mouvements hippies des années soixante contre la société de performance et de consommation, les analyses du fonctionnement prédateur de l’économie capitaliste dans le Tiers monde des années soixante-dix, les projets alternatifs des années quatre-vingts pour une façon non-aliénée de produire et de consommer se sont tous retrouvés à Seattle. Ils sont liés à une analyse économique et juridique poussée du fonctionnement des mécanismes de l’économie globale.

11Les interventions ont rattaché les enjeux qui se négocient au niveau mondial à des problématiques locales, quotidiennes liées aux façons de vivre et d’agir. Les citoyens, en tant que consommateurs, devraient pouvoir se réapproprier les processus de la consommation, par exemple, la dimension culturelle et socialisante de la nourriture en tant que geste significatif enraciné dans un milieu culturel local, tout comme un droit de regard sur la qualité des moyens de subsistance.

12Au paradigme de la croissance par l’appropriation privée des ressources – des gènes humains aux plantes4 en passant par l’eau – les porte-paroles lui opposent le terme de « bien commun » (commonwealth) non-alienable. Les intervenants nord-américains, se réfèrant à des principes inscrits dans la Constitution des Etats-Unis, réclament un retour vers une conception régulatrice de l’Etat. Les représentants des pays asiatiques et africains soulignaient, pour leur part, leur méfiance profonde vis-à-vis de celui-ci en tant que garant et protecteur des ressources naturelles. La gestion non-équitable des richesses naturelles par les Etats attise en effet la plupart des conflits ethniques et régionaux du monde entier, de l’Indonésie au Nigéria, de la Tchétchénie à l’Angola. Les multinationales obtiennent des politiciens corrompus des droits quasi-exclusifs. Les activistes des pays du Sud entendent, eux, restituer aux populations indigènes le contrôle de leurs ressources locales.

13La manière dont celles-ci devraient être gérées – par un contrôle démocratique renforcé sur les Etats, une représentation conséquente des intérêts des citoyens ou une large autonomie des groupes ethniques et des régions – n’a pas été discutée. Le problème de la répartition et la gestion des richesses naturelles est resté donc sans réponse. Les opposants, ne pouvant pas développer un discours homogène et une stratégie commune, ont  déplacé le lieu imaginé de l’action vers le local.

14Leur vision est celle d’une communauté locale active s’appuyant sur des producteurs et des consommateurs se considérant personnellement comme responsable pour la qualité de leurs produits et de leur environnement. Chaque citoyen doit « devenir l’épicentre d’une activité expansive » et ceci non pas par l’acquisition de pouvoir mais par l’implication dans la construction d’un monde meilleur : « Ce n’est pas de leaders dont le monde a besoin, mais de bâtisseurs (builders) » (Nader, discours du 27/11/1999). Or, une vision locale doit servir, à rebours, à bâtir une nouvelle perspective mondiale. Ainsi, les militants de Seattle, pour aller plus loin que les mouvements alternatifs des années 80, souhaitent en même temps dépasser le cadre local pour s’attaquer directement aux liens entre les mécanismes du système politique et social et l’expérience vécue. Le point de départ envisagé est donc de rendre transparent le lien entre une vie en communauté et le fonctionnement de l’économie mondiale et l’impact de celle-ci sur celle-là.

Capter l’intérêt public

15Les protestations ont été présentées par les télévisions de la plupart des pays sous leurs aspects les plus violents : mises à sac de magasins, manifestants pleurant sous l’effet des gaz lacrymogènes. En réalité, les interventions ont été plus complexes et ont pris des formes diverses. On peut distinguer trois formes : l’action directe pratiquée par des jeunes qui bloquèrent le Centre des congrès, les manifestations classiques et le lobbying pratiqué par des ONG bien organisées et professionnalisées.

16Les affrontements violents de « la bataille de Seattle » ont été le résultat d’une double mise en scène : d’une part par les manifestants et d’autre part par ceux qui défendent le sommet officiel. Le jour de la grande manifestation, lors de l’ouverture du sommet programmée pour le 30 novembre, un groupe de jeunes militants, qui s’étaient entraîné pendant des mois à l’action directe non-violente, bloqua tôt le matin le Centre des congrès où devait se tenir le sommet officiel, empêchant ainsi son ouverture. Calmes et décidés, ils formèrent une chaîne humaine et ne laissèrent passer personne, ni délégués, ni journalistes, ni membres d’ONG. Les participants étaient organisés en petits groupes. Certains faisaient du théâtre de rue. Ils y avaient des calicots et des marionnettes géantes. D’autres s’étaient préparés à s’enchaîner à des bâtiments afin d’arrêter, de manière non-violente, les délégués. Comme l’expliquait l’une des participantes :

« L’action comprenait de l’art, de la danse, des célébrations, des rituels, de la magie. Elle était plus qu’une protestation (...) Beaucoup de personnes ont mis en action la force de leur pratique spirituelle personnelle. J’ai vu des bouddhistes renvoyer des délégués furieux, avec gentillesse et amour »

17Leurs actions symbolisaient l’impossibilité de dialoguer et le « non » aux objectifs du sommet. Pourtant paisibles, elles servirent de prétexte à l’intervention de la police anti-émeute. Des heurts éclatèrent avec quelques jeunes anarchistes locaux C’est sur la violence physique que se concentra l’attention des média. Les organisateurs du sommet et les média qui leur étaient favorables les prirent en exemple pour montrer le caractère antidémocratique des protestations. La violence de l’intervention policière eut, du moins localement, l’effet contraire. Les habitants de Seattle, ville calme et paisible, voyaient, pour la première fois, leur ville assiégée et leurs enfants battus par des policiers en tenue de combat. De fait, les média locaux de grande diffusion tels que le quotidien Seattle Times se montrèrent de plus en plus critiques vis-à-vis du sommet officiel.

18Pendant que l’attention des média se fixait sur les affrontements au centre ville, la plus grande manifestation de l’histoire de Seattle se préparait au stade du Mémorial à une dizaine de rues du centre, sans que personne y prête attention. Les journalistes étaient enfermés dans leurs hôtels, protégés par des rangées de policiers qui bloquaient les sorties ou étaient en train de filmer les confrontations au centre-ville. Des dizaines de milliers de manifestants s’étaient mis en route à partir de trois points de rassemblements : un pour les étudiants, un pour les écologistes et un pour les communautés indigènes. Ils se retrouvèrent au stade du Mémorial où un grand meeting sous des écrans vidéo géants eut lieu. Malgré les différences, les discours tenus donnèrent à ce rassemblement un caractère unitaire. Les membres des syndicats américains se distinguaient par de larges ponchos aux couleurs de leurs organisations : rouge pour les Teamsters, ponchos mauves, avec des casques de même couleur, pour le syndicat de la sidérurgie, jaune pour celui des travailleurs publics. Les associations venues de loin avaient apporté leurs plus beaux calicots, des écologistes s’étaient déguisés en tortues de mer5 et des manifestants venus des environs de Seattle avaient bricolé des banderoles avec leurs propres slogans. C’était comme une forêt de signes et de symboles, un assemblage impressionnant de personnes de tous bords et de tous âges. Quand le défilé arriva près du centre-ville, devenu inaccessible et gardé par des rangées de policiers, les manifestants se rapprochèrent de ceux-ci et les apostrophèrent : « C’est ça la démocratie ! », pour ensuite continuer leur chemin.

19Après l’ouverture manquée du sommet, les manifestations se poursuivirent tous les jours avec la participation d’un nombre important d’habitants de Seattle et des alentours. Pour accéder au centre-ville on avait désormais besoin d’une accréditation officielle en tant que journaliste ou membre d’une ONG officiellement inscrite. Les opposants étaient alors divisés en deux groupes, ceux du dedans et ceux du dehors, ceux avec et ceux sans accréditation. Dans les églises, à l’extérieur de la zone interdite, des opposants se rassemblèrent en ateliers de travail, rencontres stratégiques et séances d’informations. Partout s’échangaient des éléments sur le sommet officiel et des spéculations sur son déroulement. Les Français se sont rencontrés chaque jour à la même heure dans un café internet pour prendre des nouvelles des cinquante membres de la délégation et pour envoyer des compte-rendus par courrier électronique chez eux. Des réseaux, comme ceux pour la protection des forêts, se sont retrouvés chaque jour, pour une heure ou deux, afin d’accorder leurs stratégies et discuter de leurs chances de pouvoir s’opposer à l’inclusion d’un article dans les règlements de l’OMC risquant d’affaiblir les législations nationales.

20Quand, le 1er décembre, le sommet commença enfin, les membres des ONG accréditées se lancèrent dans une activité frénétique de lobbying et de travail de presse. J’ai pu suivre de plus près les activités des Amis de la terre, une ONG environnementaliste présente sur tous les continents et venue avec une délégation de quarante membres. Pour pouvoir couvrir tous les événements du sommet et participer à tous les groupes de travail du contre-sommet, des équipes chargées du travail politique, de la logistique, de la coordination politique et du travail de presse ont été formées. D’autres se sont spécialisées dans les domaines de l’agriculture, de la biotechnologie, des grandes entreprises, de l’environnement, des forêts, de l’activité minière et de l’investissement. Ils avaient loué des téléphones mobiles pour chacun des responsables d’équipe et distribué, aux journalistes et aux délégués, un tract avec leurs coordonnées et leurs domaines d’expertise.

21Les interventions auprès de la presse et des délégués se caractérisaient par leur niveau élevé et leur recherche d’originalité. Ainsi, la centrale des Amis de la terre à Londres avait préparé des cartons avec un petit jeu de devinette intitulé « Le challenge de Seattle ». Les joueurs – journalistes, membres d’ONG et délégués – devaient identifier douze photos de personnages jouant un rôle important dans la politique de libéralisation. Le gagnant recevrait une bouteille de vin biologique et pouvait participer au jury d’une deuxième action médiatique : l’attribution d’un prix au plus grand « pilleur de la planète ». Ce prix eut un grand succès auprès des journalistes qui, fatigués par trois jours de sommet officiel, s’amusaient du « diplôme » donné à Monsanto pour ses efforts en faveur de la nourriture génétiquement manipulée « the brave new food ».

22Quand, le dernier jour, les délégués sortirent sans résultat, les journalistes se précipitèrent sur la déclaration de presse que la responsable des Amis de la terre avait préparé à leur intention : « L’OMC parle de débâcle. Les environnementalistes réussissent leur objectif : pas de nouveau cycle. Les pays en voie de développement s’affirment. » « C’est ça la démocratie... ! » chantèrent gaiement les opposants pour fêter l’événement.

Vers une société civile internationale ?

23Est-ce qu’ils ont eu raison ? Est-ce que le résultat du sommet de Seattle est l’expression d’une démocratie effective, la preuve que la société civile peut être écoutée dans un nouvel espace politique multinational ? Les manifestants de Seattle ont, certes, créé un espace public (Habermas, 1997 : 401). Leurs actions ont donné à l’espace public abstrait et virtuel de l’Internet une expression concrète et organisée. Ils ont su se faire entendre, gagner des sympathies et surtout renforcer les débats entre différents secteurs d’intérêt. Néanmoins, leur effet sur le système politique multinational n’est pour l’instant qu’épisodique. Les activistes réunis à Seattle ont obtenu que certains thèmes qu’ils ont mis à l’ordre du jour, comme la place donnée aux pays du Sud dans les négociations, soient formellement discutés au sein des réunions de l’OMC. Mais d’autres sujets, tel que la libéralisation du commerce en tant que principe paradigmatique, n’ont pas été remis en cause dans les débats officiels.

24Lors du contre-sommet, les discours étaient le fait de membres d’ONG et d’associations des pays anglo-saxons et européens défendant les intérêts de leurs consommateurs et travailleurs ou issus des mouvements de solidarité avec les pays pauvres. L’écrasante majorité des représentants des pays du Sud faisait partie et était financé par des ONG internationales comme les Amis de la terre, Global Trade Network, etc. Les représentants des associations issues des pays du Sud, comme Via Campesina ou le Mouvement pour la survie du peuple Ogoni, avaient reçu des financements provenant de fondations humanitaires des pays du Nord. Pour pouvoir suivre les sommets internationaux, les moyens dont disposent les associations et les ONG du Sud sont faibles. Ceci limite les moyens d’expression des citoyens des pays qui sont le plus touchés par la mondialisation économique et la privatisation des ressources naturelles. Pour pouvoir parler d’une société civile internationale, il faudrait que les citoyens des pays pauvres disposent de moyens suffisants. Ceci rajoutera de la complexité à un mouvement de protestation aujourd’hui dominé par les citoyens du Nord.

25Après Seattle, les activistes sont rentrés chez eux et ont témoigné de ce qu’ils ont vécu et discuté lors du contre-sommet. Les négociations sur les points non encore résolus de l’accord de Marrakech continuent derrière les portes fermées du siège de l’OMC à Genève, et les enjeux de Seattle sur la mondialisation économique sont et seront repris lors d’autres sommets, à Bangkok, Genève, Prague, Paris, Nice.... Les permanents des grandes ONG suivent ces événements et s’y retrouvent pour faire entendre leurs protestations. Ils rédigent des notes critiques et envoient leurs compte-rendus et résolutions sur les boîtes postales électroniques des associations et des réseaux. Ils jouent au niveau international un rôle indispensable de médiateur. Les associations, les syndicats et les ONG pourraient-ils induire l’autotransformation des systèmes politiques (Habermas, 1997 : 399) ?

Haut de page

Bibliographie

Habermas J. Droit et démocratie. Paris, Gallimard, 1997.

Korten David C. « After Seattle ? Taking on the Corporate and Financial Rulers », discours à Seattle, le 3 décembre 1999.

Shrybman S. A Citizen’s Guide to the World Trade Organization. Toronto, James Lorimer and Company Ltd, 1999.

Wallach L. et Sforza M. Whose Trade Organization ? Corporate Globalization and the Erosion of Democracy. Washington, Public Citizen, 1999.

Haut de page

Notes

1 Ainsi, vendre sur le marché international des produits fabriqués par des enfants est légal selon les règles de l’OMC, tandis que vendre des medicaments contre le SIDA produits à bas prix en Afrique du Sud est illégal car contraire aux règlements sur la propriété intellectuelle protégeant les brevets des grandes entreprises pharmaceutiques.
2 Réseaux internationaux : 3rd World Network, Friends of the Earth, etc. ; paysans  : the Family Farmers, Via Campesina, la Confédération paysanne etc., syndicats : Teamsters, CGT, DGB etc. ; écologistes : WWF, FOE, Greenpeace, etc. ; associations de femmes, de consommateurs, églises, groupes indigènes : Indiens d’Amérique, indigènes d’Asie etc. ; associations observant les marchés financiers et les grandes multinationales : Halifax Initiative, ATTAC, WEED, Corporate Watch, Observatoire de la mondialisation, etc. ; ONG tiers-mondistes ; associations contre la production agricole des OGM, etc.
3 Le siège social des deux companies et l’usine de Boeing sont à Seattle.
4 Fixé dans une annexe de l’accord de Marrakech.
5 Mises en péril par la décision de l’OMC visant à déclarer non-règlementaire la législation américaine qui les protègeait.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Birgit Muller, « « C’est ça la démocratie ! » : Mise en scène d’un contre-pouvoir lors du sommet de Seattle », Socio-anthropologie [En ligne], 7 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/102 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.102

Haut de page

Auteur

Birgit Muller

LAIOS-CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org