Navigation – Plan du site

D’une société paysanne à un district industriel

Bernard Stauffer

Texte intégral

1Née sur les terres les plus fertiles, l’industrialisation récente de l’Italie du Nord est un processus contemporain des plus significatifs. A partir d’une enquête de terrain circonscrite à un village situé en collines basses au pied des Apennins (rebaptisé ici Getolira), j’ai analysé ce phénomène rapide et massif qui concerne une région agricole de l’Emilie1. Celle-ci est caractérisée par une forte présence du métayage (mezzadria) qui forme aujourd’hui un district industriel très dynamique. Une enquête orale et divers dépouillements d’archives (cadastre, Chambre du commerce et de l’industrie, et Etat civil) ont permis de reconstruire les étapes de cette grande transformation.

2Comptant aujourd’hui plus de deux mille habitants, ce village est dôté d’une zone industrielle et de nombreuses nouvelles maisons d’habitation, situées près d’une longue suite de carrières d’argile à flanc de coteau. L’industrialisation est apparu en 1961 lors de l’installation de trois petites fabriques de carreaux de céramique, tandis que la pointe des nouvelles implantations eut lieu en 1973.

3Au moment de la première vague d’industrialisation du village, le métayage local n’avait subi aucune transformation profonde. Tant qu’il était alimenté par le trop plein d’hommes des zones plus élevées des Apennins, il avait réussi à se perpétuer. En l’absence d’un renouvellement constant de la force de travail métayère, attirée par les opportunités citadines, les fondements mêmes de ce mode de faire-valoir, grand consommateur de bras et réfractaire à la mécanisation agricole, auraient sans doute été déstabilisés. Les ferments sociaux les plus précoces s’étaient traduits par un important turnover des familles métayères. La substitution des sortants par des « montagnards » provenant de situations plus dures favorisa également un blocage de toutes transformations des structures sociales2. De plus, à cause d’une limitation des naissances de la part des propriétaires, les domaines en métayage ne subirent pas de morcellement. Dotée de tels antidotes au paupérisme, la mezzadria locale traversa sans heurts la période de poussée démographique paysanne du début du siècle, contrairement aux petits propriétaires en faire-valoir direct bien plus vulnérables.

4L’essoufflement de la petite propriété parcellaire, victime d’une division des terres – égalitaire entre garçons et limitée en général à la part légitime du côté des filles – exacerbée par une augmentation du nombre d’enfants survivants dans l’entre-deux-guerres, favorisa la formation d’un marché foncier. Les micro-propriétaires (parfois sortis de l’agriculture) donnèrent le coup d’envoi des ventes de terrains à bâtir aux futures entreprises industrielles. En revanche, les propriétaires de domaines cédés en métayage, rentiers d’abord hostiles à l’arrivée de toute forme d’industrie, ne se décidèrent à se défaire d’une partie de leurs meilleures terres que lorsque le mouvement de l’industrialisation prit une tournure inéluctable, une douzaine d’années plus tard.

5Les capitaux nécessaires au démarrage des premières entreprises provenaient en grande partie de commerçants de villes voisines et, dans une moindre mesure, d’habitants du village. A partir de l’analyse des créations d’entreprise, combinant l’origine des associés, les capitaux et les infrastructures, trois mouvements d’industrialisation échelonnés sur une quinzaine d’années se sont nettement profilés. Le premier mouvement, (au tout début des années soixante), fruit d’une longue tradition, mûrie dans le gros bourg de Sassuolo3. Il incita des bourgeois citadins novices à s’impliquer dans le secteur de la céramique pour bâtiments et à créer leur fabrique à la campagne. Le deuxième (fin des années soixante, tout début des années soixante-dix) marqua un moment d’effervescence autochtone : l’exemple d’un petit pôle local encouragea les villageois les plus hardis à se jeter dans la foulée, non seulement par contagion abstraite mais grâce à la présence d’une main-d’œuvre déjà formée et de capitaux tout frais. Ces deux phases préparatoires, qui avaient esquissé les contours d’une zone industrielle spontanée, préparèrent le terrain au bond en avant successif en favorisant la création d’infrastructures nouvelles (route, gazoduc). D’initiative contingente que pouvait donner l’impression des deux premiers mouvements, le troisième (première moitié des années soixante-dix) est devenu une mise en place rationnelle et systématique.

6Une fois créées, les fabriques ont manifesté une vitalité propre, indépendante des hommes qui les avaient construites. Les échecs individuels ou collectifs ont simplement stimulé les transferts d’entreprise d’un groupe à un autre. La répartition relativement égalitaire de l’actionnariat initial ne dura pas et fut rapidement éliminé par quelques responsables habiles, actifs et présents4. Aujourd’hui, chaque entreprise gravite autour d’une ou de deux familles de tels dirigeants.

7L’équilibre solide, basé sur une large diffusion du métayage, ne s’écroula qu’après une offensive multiforme : nouvelle loi en 19645, début de la mécanisation agricole, travail salarié dans la région. Lorsqu’il entra en crise, un équilibre pluriséculaire fut rompu en quelques années seulement, et la ville, au sein de laquelle avaient été créés les premiers balbutiements d’industrialisation, déborda très rapidement sur son contado. Grâce à la crise de la société paysanne, d’énormes potentiels furent libérés en un éclair, sous forme de terrains à bâtir, de main-d’œuvre travailleuse et, dans une moindre mesure, de capitaux permettant la fameuse industrialisation diffuse sous la forme d’un district industriel, dont la configuration même est liée à la rapidité de cette transition. Aucun des plus anciens fabricants n’a pu empêcher l’essaimage de la main-d’œuvre qualifiée et donner un coup de frein à la progression géométrique des fondations d’entreprises lors de la période de grande effervescence créatrice.

8Traditionnellement, tout investissement n’était pas étranger aux rentiers propriétaires mais circonscrit à leurs domaines, à la construction d’une étable et d’une grange dans la première moitié du XX° siècle et à la plantation de quelques vignes nouvelles au cours des dernières décennies. Ces décisions n’exigeaient aucun calcul précis de rendement, juste un peu de clairvoyance, et n’appartenaient pas encore à la rationalité capitaliste de l’entrepreneur moderne. A priori on se serait pourtant attendu à ce que ces possidenti aient participé au financement d’entreprises. Ceux qui vivaient dans les petits bourgs décentrés ont très rarement franchi ce pas. Leur stérilité biologique, accompagnée d’une paralysie sociale face à la prévisible détérioration de leur classe, s’accordait mal avec un pari sur le futur. Même au moment où les occasions s’étaient multipliées et l’effet d’entraînement atteignait son comble, ils résistèrent à la tentation de l’investissement industriel, même passif. Formant une classe privilégiée, tout les poussait à la reproduction à l’identique. Une vie de désœuvrement oisif avait mal préparé à la dynamique capitaliste les rares enfants, promis aux études traditionnelles de leur classe : droit et médecine. Celui qui, ouvrier céramiste, fonda une petite entreprise d’émaillage en collaboration avec un commerçant du village et des membres de sa famille, grâce aux fonds procurés par la vente d’une grosse parcelle, dut rapidement abandonner le secteur. Le seul descendant d’une dynastie de possédants qui fonda avec succès une petite entreprise (fabrication de produits adhésifs pour la pose des carreaux, à Sassuolo) avait passé son enfance dans un bourg au pied des collines où son père y commerçait. Orphelin à 22 ans, il avait vendu de nombreux terrains constructibles à des particuliers.

9Même si les métayers jouissaient de meilleures conditions depuis la sortie de la guerre, ils ne disposaient que de très petits moyens financiers dans les années soixante. A de très rares exceptions, ils n’ont pas fait partie de l’actionnariat d’entreprises de carreaux de céramique.

10Ainsi l’industrie naissante ne profita que dans une mesure infime de capitaux en provenance du monde métayer, mode de production agricole dominant jusque dans les années soixante. Elle n’en tira parti qu’indirectement, par l’intermédiaire du commerce urbain.

11Les agriculteurs en faire-valoir direct ne participèrent pas en masse, eux non plus, à la formation du capital des premières entreprises de carreaux. Ils se comptaient sur les doigts d’une main à Getolira, en incluant même ceux qui investirent dans les premières fabriques du bourg voisin en aval, touché un peu plus tôt par l’industrialisation. Et souvent leurs capitaux provenaient d’activités extra-agricoles.

12Malgré la présence relativement faible de l’actionnariat local et malgré la rareté des détenteurs d’une formation technique ou commerciale, les autochtones ont largement contribué à la genèse et au développement de plusieurs entreprises. Les succès les plus éclatants ont concerné des individus issus de familles pauvres ou même très pauvres (fils de journaliers, de minuscules propriétaires en faire-valoir direct, ou de petits commerçants, exceptionnellement de métayers). Ceux qui au début des années soixante ont su s’approprier une compétence non traditionnelle, en suivant une formation professionnelle technique ou commerciale ou des études scientifiques (la chimie était un bon tremplin), avaient en général étudié dans des conditions difficiles, souvent en parallèle à une activité lucrative. Mais ils devinaient que ces savoir-faire nouveaux allaient les placer dans des positions clés. Parmi ceux qui ne pouvaient compter que sur une formation scolaire minimale (cinq ans d’école primaire) mais s’étaient insérés très jeunes dans ce nouveau monde en effervescence, les plus ambitieux n’ont pas seulement appris un métier. Ils se sont tissés un réseau de relations indispensables à leur future activité d’entrepreneur. Le commerce des carreaux de céramique, parfois de l’argile, les avait fait entrer directement au cœur du système. Dans l’ensemble, la richesse a souri à ceux qui se trouvaient en première ligne. En général, ils ont réussi à évincer les actionnaires passifs et à s’emparer de la propriété de l’entreprise.

13La disponibilité d’une masse importante de main-d’œuvre autochtone en un temps très bref n’est pas courante. Banaliser un tel concours de circonstances reviendrait à minimiser la lame de fond d’un mouvement séculaire qui ancra une population agricole nombreuse dans la région, jusque dans les années cinquante6. Sans cette réserve de future main-d’œuvre, l’industrie locale se serait trouvée dans l’impossibilité de croître si rapidement. Le recours à l’immigration nécessite des temps plus longs auxquels s’ajoutent des problèmes de déracinement peu propices à la création immédiate d’un cercle vertueux de développement. L’immigré, en porte à faux entre son lieu d’origine et celui d’établissement, hésite avant d’investir corps, âme et épargnes sous la forme d’un pavillon ou d’une activité indépendante, dans un lieu auquel il ne s’identifie pas complètement. Si les campagnes émiliennes s’étaient vidées de leur population, comme dans de nombreuses régions européennes, ses districts industriels auraient été privés d’un humus fondamental à leur constitution.

14Les trois mouvements d’industrialisation ont assez bien correspondu à trois cohortes distinctes de recrutement. Durant le premier mouvement, les familles de journaliers, souvent anciens émigrés saisonniers, et les familles de petits paysans propriétaires furent embauchées. Lors du second, les familles métayères commencèrent à abandonner la terre au profit de l’usine et, pendant le troisième, celles-ci franchirent en nombre les portes des nouvelles fabriques.

15Cette industrialisation a représenté une discontinuité radicale, un passage à la modernité au sens de Giddens, sans rupture traumatique. Tout s’est joué avec un très fort consensus des jeunes générations et des femmes, toutes deux promptes à s’affranchir de leur condition subalterne au sein des grandes familles polynucléaires de la mezzadria.

16Si le district industriel partage de nombreuses caractéristiques d’un capitalisme flexible et dynamique qui a su profiter de l’expansion des marchés mondiaux, il le doit à la vitalité de liens communautaires qu’une intense industrialisation a transformée mais non détruite. Malgré l’abandon de son assise paysanne, la communauté locale partage encore un univers commun, celui de la filière des carreaux pour revêtements et sols, qui lui donne une identité distincte, source de discussions et de réflexions continues jusque dans les espaces les plus informels comme ceux des cafés. Les informations circulent librement le long des réseaux d’amitié et de parenté qui s’entrecroisent, se superposent et garantissent une efficace mise à jour individuelle spontanée. Le monde du travail ne se cantonne pas à l’intérieur des murs de l’atelier ou de la fabrique, il les déborde.

17Dans un premier temps, l’industrialisation s’est greffée sur le mode traditionnel des relations directes, d’homme à homme, sans entraves bureaucratiques. Les tâtonnements initiaux laissaient une bonne place à la créativité pratique et à l’improvisation. Bien que cette plongée dans le capitalisme industriel ait du coup inséré le village dans l’économie mondiale, la communauté locale est restée le lieu privilégié des échanges communicatifs et économiques et des relations significatives. Si la tradition – c’est-à-dire les mécanismes régulateurs qui avaient modulé les rapports sociaux et les processus de reproduction de dizaines de générations – a été abandonnée sans grande résistance, voire avec soulagement par nombreuses de ses victimes structurelles, c’est que les dimensions essentielles de la communauté n’avaient point été touchées dans l’immédiat. La modernité édulcorée de cette période de transition n’avait pas encore été traversée par une séparation du lieu et de l’espace comme dans toute modernité qui se respecte7.

18Les autochtones, il est vrai, n’ont pas inventé les nouvelles règles du jeu. Si au début des années soixante le marché du bâtiment a été favorable aux carreaux de céramique, ils ne le devaient pas à leur mérite, pas encore. Par contre, avoir su profiter de cette opportunité les a élus au rang des plus importants producteurs mondiaux. Pour passer de région périphérique à pôle moteur, à faiseur de mode8, il n’a fallu que quelques décennies. Des convergences structurelles ont associé la fin de rapports sociaux non-capitalistes, une densité de population élevée, des infrastructures modernes mises en place par l’Etat italien (voies de chemin de fer, autoroutes, électrification, gazoducs, etc.) et un contexte européen favorable à la division du travail par spécialités régionales.

19S’il est vrai que les stimuli à la transformation étaient exogènes, la plupart des autochtones ont intégré très rapidement et de manière originale les nouveaux rapports de production et de consommation. La préservation de la « prééminence de la confiance localisée9 », conservée malgré l’abandon des modèles du passé, a autorisé une génération nourrie de valeurs mûries dans une société paysanne basée sur l’autoconsommation à se jeter à corps perdu dans une révolution locale sans avoir pleinement conscience de son ampleur. Un nouvel « univers conceptuel professionnel10 » a pu se former grâce au non éclatement des espaces d’habitation, d’activité et « d’interconnaissance ». La rhétorique du beau grain et de la belle vache a pu être transposée dans le registre du beau carreau, avec des nuances et des charges émotionnelles similaires. La production de carreaux de céramique est un savoir local au même titre que la production laitière ou vinicole. Point besoin d’être un expert en chimie pour maîtriser un savoir pratique. La région ne tire pas sa force des savoirs codifiés des spécialistes mais d’un ensemble de routines quotidiennes mises au point par des milliers d’ouvriers et de techniciens stimulés par l’absence de barrières sociales rigides.

20Le succès économique de l’opération a gommé toutes les réticences, a facilité la formation d’un consensus. La propriété individuelle, le confort domestique, la voiture et les loisirs se sont trouvés à portée de bourse dès les débuts de l’industrialisation, grâce à la modestie des coûts de reproduction d’une structure sociale encore pré-moderne.

21Avant que ne se profilent avec une certaine netteté les dimensions fondamentales de la modernité, tempérées par la vigueur des pratiques locales couvrant les besoins essentiels de l’individu, il a fallu un saut de génération. L’originalité de Getolira et des villages appartenant au district industriel des carreaux de céramique n’est pas tant d’avoir franchi le pas de la modernité, inéluctable à moins de disparaître de la carte, mais d’avoir inversé un rapport de force. En une génération, les balbutiements des premiers germes industriels, périphériques et noyés dans une société paysanne, se sont transformés en un pôle mondial de production. D’exogène, la dynamique de la transformation est devenue endogène, dans le sens où la région s’impose au monde comme leader dans un secteur précis. Mais, à l’instar des lieux du pouvoir11, les lieux de formation des règles du nouveau jeu capitaliste mondialisé se situent dans un ailleurs introuvable, ni endogène ni exogène mais, semble-t-il, omniprésent.

Haut de page

Bibliographie

Brusco S. et Paba S. « Per una storia dei distretti industriali italiani dal secondo dopoguerra agli anni novanta », in Barca F. (sld) Storia del capitalismo italiano dal dopoguerra a oggi. Roma, Donzelli, 1997, 265-333.

Darré J-P. La parole et la technique : l’univers conceptuel d’éleveurs du Ternois. Paris, L’Harmattan, 1985.

Flamant N. « L’occultation du pouvoir comme forme d’exercice du pouvoir. Anthropologie du politique dans une entreprise », Journal des anthropologues, n° 66-67, 1996.

Forni M. Storie familiari e storie di proprietà. Torino, Rosenberg et Sellier, 1987.

Fortis M. Crescita economica e specializzazioni produttive. Milano, Vita et Pensiero, 1996.

Giddens A. Les conséquences de la modernité. Paris, L’Harmattan, 1994.

Stauffer B. « Etudes de la transition d’une société paysanne de l’Emilie (Italie), basée sur le métayage (mezzadria) et la propriété parcellaire, au capitalisme industriel à la suite de l’implantation de l’industrie des carreaux de céramique ». Paris, thèse de doctorat, EHESS, sous la direction de Maurice Godelier, 1998. Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 1999.

Haut de page

Notes

1 Recherche qui a donné lieu à une thèse de doctorat, cf. Bernard Stauffer, 1998.
2 De 1954 à 1963, par exemple, 2.988 nouveaux arrivants étaient inscrits au registre de l’Etat civil de la commune contre 4.186 partants (mouvement migratoire), alors que l’ensemble de la population (résultat du mouvement migratoire et du mouvement démographique naturel) passait de 6.267 à 5.888 résidants. Ce brassage de population était avant tout dû à la mobilité des métayers, repérable par une forte augmentation des départs et des arrivées en novembre, avec un effet de traîne en décembre.
3 Considéré aujourd’hui comme le cœur de l’industrie italienne des carreaux de céramique, cette petite ville est située à une douzaine de kilomètres en aval de Getolira.
4 En général, le groupe de départ, typiquement une dizaine d’associés (de 3 à 17 dans notre échantillon), s’était réparti les parts sociales initiales sur une base relativement égalitaire.
5 Cette loi interdit de nouveaux contrats et augmenta la part des métayers de 53% à 58%. Comme aucune sanction n’était prévue, et que la non reconnaissance légale n’avait aucun effet rétroactif, de nouveaux contrats ont continué à être stipulés, même s’ils pouvaient être annulés d’un jour à l’autre sur simple demande d’une des parties (cf. Mario Forni, 1987).
6 La forte augmentation de l’entre-deux-guerres, due à une hausse du taux de natalité, fut de courte durée. La légère diminution de la population amorcée en 1936 fut freinée par le régime fasciste. La première diminution significative de la population commença en 1950, jusqu’en 1956. Peu après le minimum de l’après-guerre, en 1967 (perte globale de 15% depuis 1949), une immigration induite par l’industrialisation locale provoqua une croissance annuelle importante.
7 Cf. Anthony Giddens, 1994.
8 Le carreau de céramique appartient à la grande famille des biens du « système mode-ameublement-habitation-diète méditerranéenne » fort réputés à l’étranger et qui représentent une portion considérable des exportations italiennes.
9 Anthony Giddens, 1994, p. 108.
10 Jean-Pierre Darré, 1985.
11 Cf. Nicolas Flamant, 1996.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Stauffer, « D’une société paysanne à un district industriel », Socio-anthropologie [En ligne], 7 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 30 mars 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/103

Haut de page

Auteur

Bernard Stauffer

Centre Marc Bloch

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org