Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le passage n’est pas seulement rite ou espace rempli de flâneurs et de « nouveautés ». Il ne s’agit pas, une fois n’est pas coutume, de Van Gennep ou de Benjamin. On a voulu interroger ici d’autres passages, ceux qui représentent trois types de changements, à travers le temps, l’espace, et le statut.

2Temps. Passer d’une ère à une autre. Le meilleur « usage » de l’An deux mille n’est-ce pas de le considérer comme un temps propice à la réflexion critique et ce par rapport à notre histoire et devenir (Marc Ferro) ? Demain l’Euro – dépassant ses signes, plus ou moins ignorés – sera matérialisé en billets et pièces. Considéré comme positif par les uns, ne sera-t-il pas tribulation pour d’autres (Jacques Saliba) ? Le regard socio-anthropologique pose la question de transformations économiques et politiques qui sont aussi sociétales et symboliques. Dans une autre temporalité, Gérard Collomb montre, par la récente mise en avant de la spécificité des Amérindiens et de sa dynamique, les ambivalences guyanaises en cours.

3Espace. Le passage est aussi route – cloûtée, voûtée, ou virtuelle – qui mène ailleurs. Les lieux de passage sont autant de bateaux, de trains, de consulats et de villes sur la voie des diverses migrations. Robert Louis Stevenson fournissait, il y a plus d’un siècle déjà, un récit percutant où se mêlent observations du voyage et des voyageurs se dirigeant vers l’Amérique, et réflexions sur le passage d’un monde à l’autre. Les « lieux de passage » sont autant d’espaces/moments-clés dans l’histoire des migrations. Ils méritent une analyse spécifique (Nancy L. Green). Routes en zigzag, émigrations clandestines font partie de l’histoire du mouvement des populations. Marc Parant livre les clefs d’une nouvelle figure d’aujourd’hui, le « migrant transitaire ». Mais si le passage est mouvement à travers l’espace, il est aussi l’espace à travers lequel on passe. Prendre une ville  – Tanger  – comme lieu d’observation donne une belle occasion d’interroger des différentes formes de passer (Jean Fernandez).

4Statut. Stevenson s’est transformé de « Monsieur » de deuxième classe en mécanicien voyageant en troisième. Ailleurs, et dans un contexte différent, la politique guyanaise se situe, comme d’autres de nos jours, entre national et ethnique. Il s’agit aussi ici de passages qui vont d’un statut à l’autre, éclairant ainsi le monde contemporain. Eric Molière démonte la figure trop monolithique de « l’emploi-jeune » et démontre comment l’accès au monde de travail doit passer aussi par l’apprentissage des rites d’accoutumance. Makungu M M Nuah, propose un récit fascinant de la circulation entre l’urbain et le rural, entre le fonctionnaire et l’éleveur de porc, au sein de la Kinshasa moderne.

5Autant de passerelles où le mouvement est sinon perpétuel au moins persistant. Il définit, autrement, notre monde contemporain et ses passages multiples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Socio-anthropologie [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/106

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org