Navigation – Plan du site

Du demi-siècle au millénaire

Marc Ferro

Texte intégral

1En 1950, dans un programme de March of Time réalisé pour commémorer le demi-siècle, les Américains ont établi une rétrospective des cinquante années passées. Les Actualités françaises et la Defa de la République démocratique allemande l’ont fait également, mais ils ont fait suivre ce bilan d'une deuxième section où des personnalités portent un jugement sur l'avenir du siècle, c'est-à-dire sur les cinquante années qui précèdent l'an 20001.

Tabous et prévisions

2Aux Etats-Unis, l'analyse du demi-siècle passé différait complètement de ce qu'avaient réalisé les Européens. En France, comme en RDA, la rétrospective était un simple catalogue des grands événements passés – sauf que n'étaient évoqués ni les problèmes d'outre-mer ni le génocide des Juifs – avec, comme d’autres tabous de la mémoire, en France, toute référence à De Gaulle ou à Pétain et, en Allemagne, ces manifestations grandioses où la population acclamait son Führer. Quant aux Américains, plutôt que d'évoquer les événements passés, ils mettaient l'accent sur la vie quotidienne et ses changements depuis un demi-siècle. On montrait les progrès du confort, le mieux-vivre, les plaisirs collectifs tels que les spectacles sportifs, le jazz, etc., mais on évoquait également un nouveau phénomène, le stress et ses corollaires, l'appel à la psychanalyse, la pénétration des religions orientales. Ce qui signifiait, en somme, qu'à une idéologie des masses – réforme, révolution – se substituait une idéologie de l'individu, de sa santé morale et physique. Quant aux prévisions, elles s'exprimaient par les voix du général Bradley, qui mettait en garde les Américains contre le danger soviétique, de J.R.  Oppenheimer, qui s'inquiétait des effets pervers du progrès scientifique et technique, de David Sarnoff, qui annonçait une mondialisation de l'information et des médias, décrivant, en somme, ce qu'est aujourd'hui Internet, du philosophe Jacques Maritain, qui demandait comment on réaliserait plus de justice dans un monde où certains ont tous les droits et d'autres aucun.

3Ce qui frappe, évidemment, c'est que ces propos, tenus en 1950, pourraient l'être aujourd'hui. Et pourtant, il existe des différences entre ce passé et le présent.

4En ces décennies où en Occident s'élargit la fracture sociale, la révolution a perdu ses attraits. Outre-mer, les lendemains de l'indépendance ont déchanté : seuls petits ou gros dragons de l'Asie Orientale ont pu s'intégrer au flux dévastateur de la mondialisation. De plus, la faillite du système soviétique a contaminé l'idéal et les idées sur lesquels il se disait fondé, alors qu'en fait il les avait pervertis. D’autres problèmes de fin de siècle aidant, il est jusqu'au welfare state que l'ensemble de ces difficultés a mis en danger, alors que ce progrès social trouvait, antérieurement, dans l'existence d'une Union soviétique menaçante, une sorte de recours, à la façon d'une assurance, contre le risque d'une « régression » sociale ou politique.

5Toutes ces données rendent compte du fait que – comme suite à la faillite du communisme ici, aux excès du libéralisme ailleurs et à l'échec de l'après-indépendance – des idéologies de substitution ont pris la relève, qu'il s'agisse ici ou ailleurs, du culte de l'individu et de son corps, de l'intégrisme, islamique ou pas, voire de l'écologie.

6Hors de chez nous, les drames que connaissent des populations entières – en Afrique centrale, au Bangla Desh, etc. – témoignent que l'amélioration du niveau de vie des plus malheureux, pourtant possible, est demeurée une illusion. On a assisté à un double phénomène qui est allé contre la volonté exprimée du plus grand nombre : d'un côté s'est accru l'écart global entre les sociétés les plus riches et les plus pauvres ; de l’autre, au sein de chacune d'elles, on observe un écartèlement des niveaux de vie entre les plus aisés et les plus démunis.

7La création de l'Europe aura-t-elle pour effet de freiner le deuxième terme de cette évolution ? Car, dans le monde occidental au moins, le trait essentiel est bien que, fait nouveau, la crise de notre temps a créé une conjoncture qui place la gestion sociale dans une position défensive alors qu'elle était offensive jusqu'à ces dernières décennies.

Malaises et maladies

8Ces divers retournements ont eu des effets que nul n'imaginait au lendemain de la Deuxième guerre mondiale. En Russie, par exemple, la fin du régime, accueillie comme la renaissance de la liberté, s'est traduite par une période, dite de transition, qui a été une vraie catastrophe pour tous ceux qui, démocrates ou pas, ont perdu leur emploi tandis que l'inflation galopante réduisait à néant leurs économies.

9Ce traumatisme, sans équivalent dans l'Histoire, et qui acculait à la misère des millions de citoyens, a même eu des effets sur leur espérance de vie. Il a frappé, indication significative, la tranche d'âge des actifs de quarante à cinquante ans. Et ce ne sont pas les explications traditionnelles (alcool, tabac) qui rendent compte de ce phénomène, pas plus que de « l'épidémie » de crises cardiaques qui l'a accompagné : c'est la destruction du cadre de leur vie, accroissant le désarroi de ceux qui ont vu leur cocon se briser, c'est-à-dire la relation globale qu'ils avaient avec l'instance ou l'institution-entreprise, université, service public, etc., qui constituait le garant de leur sécurité.

10Cette rupture a été aussi brutale que le départ des colonies pour les Européens qui s'y croyaient à jamais installés, ou pour les peuples déplacés, avant-hier en Europe centrale, hier dans les Balkans.

11Différent et moins dramatique, certes, a été le retournement qu'a connu la société occidentale. Mais les effets de la crise et de la mondialisation accélérée se sont également traduits par un tournant imprévu et immaîtrisable. Vécue comme une régression, la perte de sécurité a frappé les victimes des restructurations économiques, vouées au chômage, alors qu'au temps des « trente glorieuses », nul n'imaginait la panne de l'ascenseur social. Ici comme ailleurs, ces changements catastrophiques ont suscité des troubles de santé, en Grande-Bretagne notamment. Comme le pressentait March of Time, le stress, censé n'affecter autrefois que des cadres à responsabilités ou des individus exposés à des situations dangereuses, atteint, aujourd'hui, de nombreuses strates sociales, et non plus seulement dans les pays anglo-saxons.

12En Europe occidentale, des maladies liées à la crise et à la désorganisation du travail prennent ainsi la relève de celles qui, à l'inverse, s'associaient, jusque-là, à la mise en cause de l'organisation du travail.

13Ce conflit-là est enraciné dans une histoire plus longue. La revendication première avait été celle du droit au travail, associé à un minimum accordé à l'ouvrier en cas de maladie. Grâce au welfare state, à la Sécurité sociale, le droit à être soigné a pris la relève. Dans le monde du travail, où les formes du refus sont allées de la grève revendicative à la grève révolutionnaire puis à la grève identitaire ou de sauvegarde, on a assisté à un lent déplacement des lieux de conflits. C'est l'Allemagne qui a mené la danse. Depuis un demi-siècle, on a observé, sauf gros à-coups, une réduction régulière du nombre de jours de grève et une augmentation inverse, mais aussi régulière, du nombre de jours d'absence pour maladie. Plus nettement qu'ailleurs en Europe, où l'évolution est similaire, on observe l'existence d'un couple grève/maladie. C'est ainsi que le patronat jugerait, en Allemagne, qu'au vu de la montée de ces arrêts, il conviendrait de réduire le salaire de base de ceux dont le nombre de jours d'absence dépasserait un certain seuil. On peut penser que ce projet, s'il prenait forme, déboucherait sur une menace générale de grève…

14Ainsi, on peut considérer que la maladie est devenue une forme nouvelle du refus social, une défection individuelle en réponse à un malaise général. Dans les pays de l'OCDE, les chiffres officiels de l'absentéisme pour maladie placent la Suède en tête, avec 250 à 280 jours de travail effectif par an. Le nombre de jours d'absence pour maladie est passé de 13 à 25 entre 1988 et 1997, le système suédois « transformant la maladie en amortisseur social ».

15En outre, depuis quelques années, au droit à être soigné a succédé celui d’être guéri. La santé parfaite est ainsi devenue un projet de vie, sinon une idéologie de substitution. Ces malades d'un troisième type, chantres d'un nouveau paradigme de la santé, se transforment en patients-partenaires du médecin, constamment en alerte sur leur état de santé – au point d'en devenir malades – et volontiers flanqués de leur avocat, aux Etats-Unis notamment. Etre malade n'est plus un accident, ou une étape avant la mort mais une manière de vivre qui donne une identité à ceux qui, quelquefois, n'en ont plus d'autre. Cela donne un sens à leur vie.

16Ainsi, par toutes sortes d'effets pervers, mais également des progrès de l'allongement de la vie, la crise des sociétés fabrique des malades, et ces malades ruinent la société. Cycle infernal : le problème de la santé et celui de la sécurité sont passés au centre des campagnes politiques, aux Etats-Unis (première présidentielle de Clinton) comme en France, alors qu'on n'a jamais vécu si âgés, qu'il n'y a jamais eu autant de médecins, autant de malades.

Du progrès aux doutes

17Un autre fait qui différencie cette fin de siècle est bien la mise en cause d'un dogme : celui du progrès associé au succès continu de la science. Au début du siècle et ensuite, à l'imitation des sciences physiques, l'analyse des sociétés se voulait expérimentale tant au travers des systèmes – le socialisme « scientifique » de Marx, l'anarchisme « scientifique » de Kropotkine – que des disciplines, telles que la sociologie, la psychologie ou l'économie, fondées sur le chiffre et la statistique. Aussi imaginait-on que le progrès dans le gouvernement des hommes suivrait nécessairement celui des autres activités scientifiques ou de leurs applications, comme le laissaient entendre les prodigieuses avancées de la médecine, de la chimie, de la physique. Certes, avec les crimes commis au nom d'idéologies perverses, a disparu la croyance en un avenir radieux. Au moins demeurait l'espoir d'un progrès matériel et technique. De fait, au lendemain de la Deuxième guerre mondiale, la société de consommation, l'éradication d'une première épidémie, la variole – qui serait suivie d'autres – l'invention de la pilule, l'aventure du Spoutnik et du premier homme sur la lune, etc., ont conforté cette croyance.

18Or voilà que fusent de partout des signaux d'une catastrophe. Mais veut-on seulement les voir ? En Afrique d'abord, l'impératif du développement économique à tout prix détermine l'émergence d'épidémies « inconnues ». Et puis, successivement, comme les écologistes l’avaient prévu, Tchernobyl montre la réalité du danger nucléaire. Surgissent ensuite le Sida, les effets de l'industrialisation des moyens médicaux avec l'affaire du sang contaminé, etc. Or, non seulement il apparaît que les effets de la science doivent être contrôlés – une conviction que la « vache folle » et les premiers clonages renforcent – mais on s'aperçoit qu'il existe des frontières vis-à-vis desquelles la science reste impuissante.

19Par exemple, contrairement à une conviction bien établie, on a constaté que ce n'est pas seulement l'accoutumance à la surconsom­mation d'antibiotiques qui a réduit leur efficience, mais bien la résistance des bactéries qui réagissent pour se régénérer elles-mêmes sans que la science y puisse rien. Ainsi en va-t-il également de l'imprévisibilité du cycle de la fièvre jaune, les phénomènes cosmiques qui rendent compte des variations d'El Niño et de ses effets sur la flore.

De la crise du politique

20On retrouve un doute similaire sur le terrain du régime politique de nos sociétés, sauf, sans doute, aux Etats-Unis où, en toutes circonstances, les Américains jugent qu'ils constituent un modèle, seul apte, ainsi, à prêcher la morale, l'efficacité et la démocratie aux autres sociétés. Mais en Europe, et particulièrement en France, on est saisi par une contradiction. On ne cesse de solliciter l'Etat, tout en stigmatisant ses agents et le trop d'Etat. On constate une mise en cause globale des dispositifs politiques qu'au plan électoral est censée trahir une lente mais irréversible montée de l'abstention. On a dit volontiers que ce phénomène (qui atteint des cimes inouïes aux Etats-Unis) est lié, ici, à l'apparition d'une classe politique dont certes la régionalisation a élargi les contours, mais qui se perpétue et se renforce sous la forme de dynasties familiales voire héréditaires. Cette dissociation d'avec les masses des citoyens définit concrètement la vraie nature de nos régimes, dits démocratiques, alors qu'au fond ils sont représentatifs et parlementaires. Cette évolution a sclérosé la vie politique dont le fonctionnement, schématiquement, se traduit par la nature du discours que les élus tiennent à leurs électeurs : « Nous respectons vos droits, que nous définissons, mais laissez-nous gouverner seuls et tranquilles. » L'essentiel se réduit ainsi aux modes d'élection, sans doute plus démocratiques que ceux des régimes, communistes ou non, qui ne respectent pas même ces droits et dont l'avant-garde récusait toute démocratie représentative. Cette dissociation aujourd'hui, ici, n'en est pas moins vécue comme une aliénation.

21Or, en un temps où la radio, la presse écrite, la télévision informent en démocratisant le savoir, non seulement les dirigeants des partis n'apparaissent pas plus compétents qu'une bonne partie des citoyens, mais les militants se sont eux-mêmes transformés en simples supporters, à l'américaine, à moins qu’ils n’aspirent à la carrière politique, comme autrefois le bourgeois voulant s’insérer dans la noblesse. L'impuissance vécue des citoyens vis-à-vis de l'ordre politique est d'autant plus sensible qu'avec le dessaisissement de souveraineté que connaissent désormais « les représentants du peuple », ceux-là n'ont plus seulement perdu, avec la faillite des idéologies, leurs repères, mais ils ont également le sentiment qu'ils sont désormais sans recours.

22Dans ces conditions, on comprend que cette frustration ait pour contrepartie un activisme participationniste qui se traduit, en France notamment, par une réaction de défense qu'exprime la vitalité de la vie associative. Elle secrète l'apparition d'une sorte de contre-pouvoir, vraiment démocratique celui-là, aux capacités infiniment réduites certes, mais qui témoigne à la fois du détachement des citoyens vis-à-vis des formes traditionnelles de la vie politique représentative, et de leur volonté de participer aux activités du pays. A l'échelle internationale, les organisations non-gouvernementales jouent le même rôle.

23En cette fin de siècle, un autre facteur, effet direct de la fin des empires coloniaux, modifie les termes de la vie politique, tant en Europe qu'aux Etats-Unis ou au Canada. Il s’agit du développement de la vie communaliste. Dès les années soixante, les Américains avaient connu ce changement avec le passage de l'idéologie du melting pot à l'idéologie du salad bowl. L'Europe occidentale est confrontée à des problèmes voisins sauf que les nouveaux immigrés, qui peuvent être musulmans ici, hindouistes ailleurs, n'apportent pas dans leur valise une volonté explicite de s'assimiler. A des valeurs héritées des Lumières, même dévoyées, sont ainsi confrontées d'autres valeurs que l'Occident n'honore plus guère : sens de la solidarité, de l'honneur, etc. Par ailleurs, ces immigrés ont des idées souvent peu propices à l'émancipation des femmes. Ces dispositifs peuvent être présentés comme une forme de résistance à l'uniformisation. Quoiqu'il en soit, le problème est bien de savoir si celui qui est différent doit, ou non, devenir similaire, alors que souvent, celui qui est similaire cherche, pour exister, à s'individualiser.

24En France, ce qui surprend est bien que ceux qui parlent de moderniser la politique appartiennent eux-mêmes au sérail et n'ont en vue que les formes traditionnelles du système parlementaire. Consultés il y a deux ou trois ans, nos grands juristes n'ont trouvé rien d’autre que la réduction du mandat présidentiel, l'harmonisation des modes d'élection, la limitation du cumul des mandats… Consultés à leur tour, les politiciens ne connaissent pas d'autres solutions.

25N'est-ce pas oublier que ces dispositifs sont apparus à la fin du XVIIIe siècle, alors que les révolutions américaine et française construisaient un nouvel ordre politique. Or, ce projet s'appuyait sur un diagnostic que le siècle des Lumières avait formulé à partir d'un constat sur les sociétés telles qu'elles fonctionnaient en ce temps-là.

26Les principes sur lesquels ils ont reposé – droits de l'homme, séparation des pouvoirs, etc. – demeurent certes pertinents. Mais des forces nouvelles sont nées depuis que s'est constitué ce modèle démocratique et républicain : qu'il s'agisse de l'organisation capitaliste, des capacités de la science, du développement des médias. Ce qu'exprimaient, précisément, les personnalités consultées en 1950 par March of Time.

27Or aucun projet politique ne prend en compte leurs avertissements. Aujourd'hui, c'est l'ordre économique et gestionnaire qui prend peu à peu figure de loi, imposant ses critères qui sont le résultat d'arbitrages qu'institue l'ordre juridique. Que reste-t-il de la capacité de la démocratie politique à faire entendre sa volonté ? N'est ce pas la question de demain ?

Haut de page

Notes

1 Une partie de ce texte, au reste modifiée, a paru dans Le Monde Diplomatique de septembre 1999.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Ferro, « Du demi-siècle au millénaire », Socio-anthropologie [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 29 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/107

Haut de page

Auteur

Marc Ferro

Co-Directeur des Annales

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org