Navigation – Plan du site

Le passage à l’euro

Une culture de la monnaie et ses résistances
Jacques Saliba

Texte intégral

1Toute transformation dans le domaine de la monnaie suppose, comme dans la mutation d’une croyance religieuse, un travail de conversion. Cette analogie avec la religion nous permet de percevoir les individus comme engagés dans un processus, plus ou moins long, durant lequel la personnalité, en opposition avec sa stabilité antérieure, se heurte à de l’incertitude. Cette dernière confronte les personnes au relatif, au contradictoire, les mettant en rupture avec leurs traditions et leurs croyances. Outre la question de l’identité, le conflit peut s’étendre à l’ensemble de la personnalité, jusqu’à ses formes archaïques, pour atteindre le niveau même des formations pulsionnelles : désirs, jouissance, angoisse d’insécurité voire de mort... Des effets de décompensation peuvent se produire, altérant le rapport de chacun au risque. Dans une deuxième phase, cependant, en raison de l’appartenance des sujets à des collectifs, et grâce au soutien adapté fourni par ces derniers, les difficultés de départ s’estompent. Le sentiment de dissociation laisse, alors, la place à un nouvel équilibre dans une réalité qui retrouve une certaine homogénéité. Tout rentre dans l’ordre, se banalise, amenant un apaisement interne, condition d’adaptation et de réorientation des conduites. Ce travail de conversion obéit, donc, à un même processus.

2Un élément novateur, ici l’adoption de l’Euro, apparaît, au départ, comme perturbateur. Il commence par susciter des résistances, car il exige une mobilisation de la personne. Puis, cette dernière parvient enfin à participer, voire à s’engager, dans cette nouvelle totalité. Elle intériorise, alors, les valeurs qui lui sont inhérentes. Ce passage à la nouvelle réalité, en l’occurrence, ici, monétaire, se fait par un travail à la fois explicite et latent, individuel et collectif. En effet, il sollicite le partage de valeurs communes et suppose une action qui articule le singulier au pluriel en mobilisant des mécanismes tant psychiques que sociaux. Il exige, enfin, des mesures de solidarité publique qui nécessitent un accompagnement de nature institutionnelle.

Monnaie et valeurs non-marchandes

3Au cours d’une enquête réalisée dans le cadre de la Commission européenne, les propos recueillis ont révélé l’existence de représentations paradoxales à l’égard de la monnaie1. En effet, invités par les animateurs à construire des échelles de valeurs sur des objets de consommation, des services ou des relations humaines, les membres des groupes d’enquête étaient plus à l’aise et plus précis dans l’expression des « valeurs non-marchandes » que dans celles des « valeurs marchandes ». Alors que dans les premières, l’émotionnel se mêle aux valeurs de solidarité et de lien social, dans les secondes les références au pragmatisme économique et à la rationalité technique l’emportent. Pourquoi la crainte de se révéler aux yeux des autres est-elle plus forte dans le domaine des valeurs marchandes ? Quel effet cela pourrait-t-il avoir avec le passage à une autre monnaie ?

4« Les valeurs marchandes c’est personnel, pour cela c’est difficile ; alors que les valeurs non marchandes sont plus générales », disent les participants. La description des conduites objectives de consommation fait apparaître la part laissée à l’initiative individuelle. Ces conduites obéissent à des logiques de distinction, où s’exprime un intérêt de nature utilitaire et ostentatoire. En montrant ses choix de consommation, chacun craint, ainsi, de se dévoiler et de révéler son attachement aux choses matérielles. Il redoute de se particulariser, de se couper des autres par l’expression de son individualité et de se retrouver, ainsi, isolé.

5Les valeurs non-marchandes, au contraire, relient les personnes dans une même communauté de sentiments et d’idéaux. Ces derniers, expressifs d’une adhésion aux principes du désintéressement, de la solidarité et de l’altruisme, sont la garantie d’une reconnaissance par les autres. En subordonnant la singularité de chacun à une appartenance collective, elles sont facteurs d’intégration.

6Le climat de convivialité qui règne dans les groupes d’enquête va dans ce sens. Il stimule la générosité, le sens du partage et la contribution active de chacun à l’objectif commun. Par souci de préserver les idéaux collectifs, tous les groupes achoppent sur la difficulté à se mettre d’accord sur l’attribution de valeurs marchandes à des objets matériels.

« L’important, pour moi, est que tous les hommes restent frères », dit un senior, « On a bien travaillé ensemble... On était d’accord... Oui, quand on était à une réflexion plus philosophique sur ce qui était important dans la vie. Quand il s’agissait des critères de valeurs marchandes on était plus diversifiés. »

7Les représentations de l’échange et de la monnaie se déplacent, ainsi, de valeurs humanistes à celles liées à une performance dans l’usage technique de la monnaie.

8A un pôle se condensent les valeurs productrices des cohésions identitaires. Elles subsument la diversité des particularités individuelles sous une unité homogène qui révèle une appartenance fusionnelle à un collectif. Les participants représentent, ici, le lien social, dans un langage concret, illustrant des situations et des sentiments. Rendus visibles et palpables, accessibles à la compréhension de chacun, ces derniers peuvent ainsi mieux se communiquer et se transmettre.

9Mais, un tel mode d’expression a tendance à inscrire les représentations dans un cadre normatif, le fonctionnement du groupe exerçant, en plus, un contrôle très strict sur les opinions. Malgré le climat explicite de tolérance et de liberté de parole, chacun est amené à s’aligner sur un conformisme de valeurs.

10En raison de sa dimension instrumentale, la référence à l’échange monétaire peut être figurée au pôle opposé de notre espace des représentations2, là où domine la logique marchande, avec son pragmatisme et sa technicité. Même si cette dernière n’est pas ignorée par les participants, elle apparaît en négatif dans leur échelle des valeurs.

11Comme l’a démontré Claude Lévi-Strauss3, une même personne peut, en effet, passer d’une « pensée sauvage », de nature affective et métaphorique, foisonnante de signifiants, à une « pensée logique » en prise sur la rationalité technique et ses exigences pragmatiques. Cette forme d’intellectualité, orientée vers l’efficacité, favorise le recours au calcul et à l’écriture, instruments permettant une meilleure adaptation des moyens aux fins4. Les faits comptables deviennent, alors, une réalité privilégiée. Ils associent des exigences techniques, celles du calcul, du droit et du marché, à des impératifs de stratégie et d’intérêt.

La famille : valorisation du lien primaire et intergénérationnel

12Les valeurs non-monnayables sont définies à partir d’une valeur centrale, celle de la famille, des enfants et de l’ensemble du noyau familial. C’est dans ce cadre, mais pas dans celui de la richesse matérielle, que l’existence trouve son sens :

« Il y a des gens qui peuvent s’offrir ce qu’ils veulent, mais quelle vie ils ont ! »

13La mise en concurrence du sens de la vie, ou du bonheur de vivre, grâce à la fidélité aux valeurs et au lien altruistes, avec le plaisir de la consommation, est probablement une des formes de rationalisation la plus efficace qui permet aux milieux populaires de ne pas envier les milieux favorisés et chercher à aligner leur existence sur la leur.

« Il y a des gens aisés qui n’ont pas d’amis. Ils ne sont pas heureux. »

14La vie familiale et la fonction que certains objets remplissent pour elle, orientent bien la hiérarchie des choix de consommation : télévision, cuisine, machine à laver, salle de bain, maison, meubles....

« Le plus important est la famille. Avec elle il faut un toit pour vivre, se laver, manger, dormir, soigner le corps. »

15Les achats pour les enfants, comme l’investissement consacré à leur éducation ou à leurs études, restent toujours prioritaires. La famille, lieu, par excellence, du lien affectif, est un espace intérieur, privilégié et intime, pouvant associer animal domestique, enfant et adulte humains :

« Qu’est-ce qui est important dans ma vie ? Ma famille, mes enfants, mes petits enfants, mon petit chien Pollux... »

16Cet espace privé est sur-valorisé, car il rend possible l’identification et la projection affective, l’expression de la tendresse comme de l’amour, du don de soi et du sacrifice : « Maintenir une ambiance familiale conviviale pour donner à chacun l’envie de rester à la maison. »

17Avec la famille, la santé occupe la première place dans ce système de valeurs. La mentionner suppose une valorisation du bien-être et de la réalisation de soi par l’épanouissement affectif et culturel. Ce choix implique le couple d’opposition Bonheur/Argent (« l’argent ne fait pas le bonheur », « l’argent ne fait pas la santé »). Cette antinomie rejoint, là encore, la distinction, que les participants à l’enquête tiennent à faire, entre une conception du monde basée sur une logique utilitariste où l’intérêt de chacun se réalise dans le rapport marchand et une conception qui privilégie l’échange désintéressé, dans une logique du don et du contre-don.

18Ce clivage traduit, dans le registre du sens, une opposition au niveau des rapports sociaux. L’intérêt pour les choses matérielles est rattaché à la fortune. Les « riches » sont perçus comme plus matérialistes que les « pauvres » :

« Dans notre groupe il y a peu de choix pour les choses matérielles... Oui, mais si on prenait des gens avec de gros comptes en banque, ça serait différent. »

19D’un côté, il y a ceux qui, en raison de leur position, investissent, cherchant à maîtriser, dans le sens de l’intérêt, les aspects techniques et cognitifs des mécanismes du marché. De l’autre, il y a ceux qui en sont, culturellement et matériellement, exclus. Pour ces derniers, l’imaginaire se construit autour d’un monde idéalisé, derrière les valeurs du désintéressement, du don gratuit comme de la gratification affective par le relationnel. Les objets d’échange de prédilection deviennent, alors, ceux qui facilitent le lien entre les personnes. Ils passent surtout par le cadeau, les conseils, ou les sentiments. Le juste prix  passe après la valeur attachée aux personnes.

« L’échange ne me pose pas de problèmes s’il se passe avec un(e) ami(e). Je suis prête à lui donner le bureau de 2.000 F contre la chaise de 500 F sans rien lui demander d’autre ; mais je ne le ferais pas avec tout le monde. »

20Ces valeurs s’inscrivent dans une autre temporalité que celle de la monnaie. Le temps du don maintient les personnes dans un lien de longue durée, avec les logiques de la dette et du contre don. La monnaie, au contraire, maintient le lien dans l’instant de l’achat et de la vente.

« La valeur sentimentale dure toujours, elle est spontanée, je n’ai pas besoin d’argent pour cela. »

21La perception des « puissants » passe, ainsi, par la différenciation faite entre le monde du « Nous » et celui des « Autres », qu’on définit comme le lieu de l’intérêt, de la richesse, du savoir et du pouvoir. Les dirigeants sont évalués par la manière dont ils se situent dans cet espace d’opposition. Sont-ils proches, accessibles, « sympas », ou au contraire distants et arrogants ? Peut-on les faire entrer dans ce qui constitue la cohérence du groupe ? Feront-ils corps avec nous ? Selon l’étymologie du terme « hostis », ils peuvent être des étrangers hostiles ou, au contraire, « hôtes » au sens anthropologique du terme.

Instrumentalisation et représentation de la monnaie

22La réalité de la monnaie, ses fonctions et son usage, contient les éléments qui permettent de comprendre les raisons pour lesquelles les personnes dans les groupes « résistent » à valoriser la monnaie dans la communication sociale.

23L’argent, comme instrument monétaire, s’est, en effet, constitué, puis développé, lors du passage d’un type de réalité communautaire à un autre, de nature sociétale. Dans ce premier, le lien social se construit dans des rapports de proximité. L’individu se trouve, ainsi,  toujours situé dans un lien, repéré et connu, de filiation, avec des positions statutaires stables et reproductibles. La place occupée est plus attribuée qu’acquise. Dans un contexte de division du travail relativement simple, se déterminent les fonctions matérielles et symboliques. Les règles de la tradition garantissent la  reproduction de la communauté et régulent son fonctionnement. Si cette dernière fait corps, dans une conception particulariste du monde, la Société, au contraire, s’établit sur des principes universalistes. Le lien social devient abstrait et repose sur une catégorisation des individus par l’intermédiaire de leurs positions statutaires. La codification écrite se substitue à la parole vivante ou mémorisée5.

24La monnaie participe de cette culture instrumentale et universaliste. Elle est fondée sur un principe d’articulation organique de l’individu au collectif. Comment vivre son individualité identitaire et désirante tout en permettant la solidarité ? Cette culture subvertit, dans la production du lien social, les rapports basés sur le traditionnel ou l’affectif.

25Ainsi, la diffusion de la monnaie, dans l’échange, remet en question bien des valeurs qui accompagnent les processus d’intégration de l’individu dans le groupe. La morale commune, les rites, comme les manifestations émotionnelles participent de ce contrôle collectif. Ils renforcent, au niveau imaginaire, des mécanismes défensifs face aux risques de l’autonomie individuelle. La peur de l’individuation ou de l’isolement n’est pas un fantasme dans la communauté traditionnelle. Elle s’inscrit dans le danger réel que représente, pour la survie de l’individu, son détachement du groupe, si ce n’est son exclusion.

26La monnaie, elle, au contraire, arrache les personnes à l’attraction du lien fusionnel pour les projeter dans une logique de séparation symbolique. L’ordre traditionnel confère, par le troc, une vision matérielle aux objets. Ces derniers portent, en eux-mêmes, l’indication de leur propre valeur d’usage. N’étant qu’un signe des signes, la monnaie, elle, rend possible, partout et dans un temps différé, la possession de n’importe quel objet. Elle suppose donc de la part des individus des anticipations de consommation et des choix où s’exprime la volonté individuelle. Le rapport aux biens s’émancipe du lien aux personnes. La propriété suppose la reconnaissance d’individus séparés mais reliés entre eux par un système de règles. Ce dernier constitue un ordre symbolique qui cherche à transcender les particularismes locaux et la singularité des manifestations affectives :

« L’Euro ne me sourit pas, parce que c’est une uniformisation de tout, on y perd ses particularités. »

27La concurrence, avec ses exigences de rationalité, substitue ses lois aux codes culturels des relations statutaires ou morales entre les personnes ainsi qu’à leurs expressions émotionnelles. Certaines personnes peuvent même devenir nostalgiques d’un monde enchanté, où règnent sentiment et morale, cherchant à privilégier, face à la logique concurrentielle, le faible vis-à-vis du fort :

« Dans les services à la clientèle, ils vont se battre au niveau publicitaire pour les services de l’information Euro dans leur magasins... On devrait arriver à aider le (petit) épicier. Pourquoi pas, on ne sait jamais. »

28Lorsque les débats portent directement sur l’Euro, les participants inscrivent leurs questions dans la dimension instrumentale de la monnaie. On parle, alors, d’intérêt, de problèmes pratiques et matériels, tels que : taux de change, prix des biens de consommation, taille et matière des pièces, appareils distributeurs ou techniques de conversion. Outre ces aspects pratiques et cognitifs, les interrogations se tournent vers les garants de l’ordre symbolique, figuré par la Nation, tels que le Gouvernement ou, même, la Commission européenne. Que vont-ils être dans l’avenir politique et historique ? En quoi ce nouvel ordre s’inscrira-t-il dans la continuité ?

« Il y a (dans les pièces de monnaie) une face commune et une face par pays. Nous autres (en Belgique), on aura Albert, et en France, ils auront peut-être Marianne et en Italie ils auront peut-être la Vénus de Milo. »

29Les visites de grands magasins comme de banques mettent les participants dans une situation où la dimension instrumentale de la monnaie devient prégnante et réoriente, dans le sens du calcul, le raisonnement. L’esprit de calcul trouve un nouveau support dans les opérations comptables :

« J’achète une robe ici à 2.000 fr. [belges] mais si je l’achète en France maintenant c’est 6 fois plus... Alors, je voudrais savoir, si j’ai transformé mes 2.000 fr. en Euro, est-ce que là-bas ils vont m’en donner plus ? (...) Donc, forcément la vie restera quand même toujours plus chère dans certains pays. Donc ça, ça restera la même chose, il n’y aura pas de modifications du prix... Ce qu’il y a c’est qu’une fois qu’on aura l’Euro, les prix vont augmenter et bouger certainement, mais on n’aura plus cette inflation ou cette monnaie qui ne vaut plus rien comme le rouble maintenant. Les prix sont quand même différents suivant un quartier chic et un quartier populaire. »

30Si le bon usage de la monnaie exige un style de vie, celui de l’individualité, du calcul et de l’intérêt, l’instrument monétaire ne reste, aux yeux des personnes qui ont participé à l’enquête, qu’un moyen au service de finalités. Ces dernières restent attachées à des valeurs sociales. Préserver sa santé, voyager, se cultiver, aller au devant des autres, les aider... ou encore répondre à des désirs ou à des besoins, supposent la médiation monétaire. Mais, si la monnaie n’est qu’un moyen au service d’une volonté, la compréhension de ce qui est à l’œuvre dans le passage à l’Euro, comme changement de monnaie, suppose un déplacement du champ de l’interrogation. Ce dernier passe du seul domaine de l’économique et des mécanismes financiers à celui, socio-anthropologique, qui prend en compte l’articulation du psychique au  social et/ou au culturel.

31En effet, la monnaie produit, comme nous l’avons vu, un effet de séparation, et ceci dans des contextes socio-économiques qui ne reposent plus sur les seules interactions entre les membres d’une communauté, là où l’ordre symbolique se trouve régi par les règles de la tradition et les codes normatifs.  

32Le passage à l’Euro devient, ainsi, révélateur du rapport qu’établissent les différents sujets sociaux à la monnaie. Si cette dernière, en effet, impose des règles et une régulation objective des comportements économiques, elle est, aussi, l’objet de projections interprétatives. En tant que signe, elle permet de métaphoriser, dans les représentations et les discours, la logique des rapports sociaux. Mais, aussi, élément du langage, le signe monétaire nous confronte, à travers les mots, aux signifiants. Il entre dans notre imaginaire et devient expressif du rapport à l’ordre symbolique. Le changement monétaire traduit, ainsi, une situation où, de manière concrète et exemplaire, les particularités psychiques individuelles se trouvent associées dans un contexte historique et culturel bien défini, à la dimension du collectif.

33On comprend, dès lors, que la réponse à apporter aux difficultés que peuvent rencontrer des sujets sociaux face à l’Euro ne relève pas du seul registre technique et informatif. Elle doit s’enraciner dans la problématique globale que ces personnes développent à propos de la monnaie. L’affectif, le familial, les rapports interpersonnels s’avèrent ceux qui portent le sens et ce d’autant qu’il s’agit de personnes en difficulté.

Haut de page

Notes

1 Cet article reprend les éléments d’un travail effectué pour le compte de la Direction générale « Politique des consommateurs et Protection de leur santé » de la Commission européenne (DG XXIV). L’objectif de cette Direction est d’aider, lors du passage à l’Euro,  les publics en difficulté qui seront éprouvés par cette conversion monétaire. A cet effet, elle cherche à s’appuyer sur des études économiques, psychologiques et sociologiques afin de mettre en place des programmes de formation. Ces derniers s’adresseront à des acteurs de médiations qui auront à intervenir dans les lieux d’information et d’échange que constituent les observatoires, ainsi qu’auprès de guichetiers de services administratifs, de personnels de santé, etc. Pour répondre aux enjeux de cette problématique, la DG XXIV a initié, durant plus de huit mois, un travail de terrain auprès de groupes susceptibles de représenter les publics marqués par ce genre de difficultés, à savoir personnes âgées, handicapées et économiquement défavorisées.
2 « L’énergie psychique, portant les phénomènes spécifiques de l’économie monétaire, c’est l’entendement : par opposition aux autres énergies, que l’on désigne en général par les sentiments ou l’âme, lesquelles s’expriment de préférence dans la vie des époques ou provinces d’intérêt non déterminées par l’économie monétaire. » G. Simmel, Philosophie de l’argent, Paris, Puf, 1987, p. 556.
3 C. Lévi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962.
4 Voir à ce sujet les analyses de Max Weber sur le mouvement de rationali­sation du monde qui se dresse contre les croyances et les pratiques magiques et traditionnelles : rationalisation des conduites et des contextes culturels qui produisent des effets de désenchantement.
5 F. Tönnies. Communauté et société, Paris, Retz, 1977.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Saliba, « Le passage à l’euro », Socio-anthropologie [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 27 mars 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/108

Haut de page

Auteur

Jacques Saliba

Université Paris X-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org