Navigation – Plan du site

Trans-frontieres : Pour  une analyse des lieux de passage

Nancy L. Green

Texte intégral

« L’immense Russie s’étendit derrière lui et chaque pas diminuait encore la mince frange de terre russe, de terre esclave, qui le séparait de la frontière .... devant c’était la Lumière qui régnait, la Liberté, la Civilisation, la Vie ! Il marchait le pas léger ; ... il eût voulu courir1. »

1Changer de pays, changer de lieu, changer d’aire culturelle. Migrer implique un passage qui est à la fois un changement d’Etat et une transformation d’état. C’est un acte à la fois politique, socio-économique, culturel, voire spirituel. Le métaphorique et le réel se conjuguent dans la traversée des frontières, où clandestinités et « papiers, » euphories et craintes se mêlent en passant devant la sentinelle qui guette et qui garde les lignes tangibles des Etats-nations.

2Les migrations contemporaines, comme des pérégrinations d’antan, impliquent le passage d’un monde à un autre. Il s’agit tout d’abord de « migrations intérieures, c’est-à-dire culturelles » avant même le départ : la rencontre avec la modernité dans les pays traditionnels et d’autres transformations préliminaires qui préparent le voyage2. La route va au-delà de sa trace terrestre ou océanique. Rupture et nouveautés, mais aussi éléments de continuité sont enfouis dans les bagages et les mentalités des migrants.

3Entre le déracinement, l’assimilation, et le transfert des coutumes et des structures communautaires, le phénomène migratoire est depuis vingt ans scruté par sociologues et économistes, politistes, historiens et anthropologues. Il peut être assujeti à autant d’analyses que de routes empruntés par des migrants. Mais, de nos jours où les queues interminables aux aéroports se dispute la banalisation des voyages, et les traversées transocéaniques permettent l’arrivée à destination le jour même (sinon plus tôt), nous avons peut-être, comme les émigrants une fois l’épreuve passée, oublié l’acte même du mouvement, les voyages qui peuvent durer des jours, les routes suivies et les frontières confrontées.

4Qu’en est-il donc du moment du passage et qu’est-ce qu’il nous renseigne sur le « migrer » ? A pied, par train, devant les gardes, les gendarmes, les douaniers vaguement distraits ou réellement vindicatifs. Les trains, et donc les gares, les bateaux, et donc le mal de mer (Charlie Chaplin est inoubliable dans L’Emigrant), la découverte/dégoût de la nourriture nouvelle, la peur, la fatigue ainsi que l’espoir qui accompagne chaque pas, sont le prologue important du passage d’un lieu et d’un statut à un autre. Celui qui part, celui qui arrive. Quitter le familier, entrer dans le nouveau.

5Pour comprendre le passage métaphorique, je propose donc que l’on examine des représentations du passage plus prosaïque, la traversée. Par une approche de la quotidienneté, de l’immédiat, dans les récits de passages, une socio-anthropologie historique du passage pourrait débusquer le moment où l’individu anthropologique croise les contraintes sociologiques dans l’acte même de la traversée de l’espace. Il faut examiner cette double image qui va au fond du processus partir/arriver. D’une part c’est un acte individuel, un choix (mis à part les exils forcés), d’autre part, ce choix est encadré par les contraintes qui structurent action et options3.

6Quelles sources nous donnent à voir ce moment, ce récit d’aventure qui encadre si souvent la pensée immigrée4 ? Mémoires, lettres, romans autobiographiques et histoires orales sont précieux. Ils posent la question de la mémoire et le problème épistémologique inhérente à toute étude historique. La téléologie nous guette, les justifications a posteriori sont fréquentes. Rapports, articles de journaux, demandes de passeports, archives locales des villes portuaires5 sont aussi autant de sources à exploiter pour comprendre le mouvement et combiner le vécu (d’actes volontaires), l’encadré et la part du rituel dans la traversée.

7Si bon nombre des mêmes gestes et émotions semblent irriguer l’histoire des migrations contemporaines, il faut garder à l’esprit la spécificité des conditions matérielles et politiques de chaque époque. Une frontière est facile à enjamber selon les époques, difficile à d’autres. Le Rio Grande, symbole de l’immigration mexicaine clandestine aux Etats-Unis de nos jours, a sa propre histoire faite de cycles de perméabilité/fermeture. Ellis Island, quant à elle, représente une période spécifique (ouvert de 1892 à 1954) dans l’histoire du contrôle à l’entrée sur la Côte est. Et elle n’était que le lieu d’arrivée pour les voyageurs en provenance de l’Europe. Angel Island (utilisée entre 1910 et 1940, en pleine période d’exclusion chinoise pour ne laisser passer que ceux qui pouvaient prouver leur nationalité américaine), sur la Côte ouest, était le lieu de passage/lieu de larmes pour les immigrés asiatiques. Pour différents groupes, selon l’espace et le temps, différents lieux et différentes lois ont encadré le voyage6.

8Prendre comme exemple ici les migrations du dix-neuvième et du début du vingtième siècles veut dire réfléchir sur une période où les flux allaient plutôt de l’Est vers l’Ouest, par train et par bateau, à une époque où les contrôles (entre 1860 et 1914) étaient moins stricts qu’auparavant et qu’aujourd’hui. Un siècle plus tard, tout semble avoir changé, les directions, les moyens de transport, les gardes-frontières/agents d’immigration derrière les vitres des aéroports. Si les conditions historiques changent, néanmoins le double passage, comme acte, comme signe, semble garder certains contours socio-anthropologiques semblables jusqu’à nos jours. Nous devons avancer, comme les acteurs eux-mêmes, par étapes, du départ à l’arrivée.

Partir

9Sortir, entrer, le processus a pu être et paraître plus ou moins long selon l’époque et les moyens de transport. (Les queues d’embarquements d’aujourd’hui, aussi exaspérantes soient-elles, sont  rapides par rapport aux attentes d’hier.) Mais avant même de quitter le village, il y a les rituels du départ à accomplir. On fait le tour de sa vie (« ma vie jusqu’à maintenant est passé devant mes yeux7 »), des parents, des amis, les visites aux aïeuls.

10En Irlande, le départ, les départs massifs, au milieu du dix-neuvième siècle ont pris la forme de deuils collectifs mis en scène par de véritables veillées appellées « veillées américaines » (American wakes). Famille et amis se réunissent la veille du voyage en anticipation de la mort que représente le départ. La mélancolie est consacré par une véritable culture de l’exil, perpétuée, entre autres formes, dans de nombreuses chansons (ballads) sur le thème du partir. Pour d’autres, et souvent les mêmes, le dernier geste est la visite au cimetière. Jacques Tchernoff (Iouda de son prénom d’avant le voyage), juif russe avant d’être juriste français, va visiter le tombeau de son père avant de se diriger vers Paris au début des années 18908.

11Les lieux du départ semblent moins représentés dans les récits du voyage que les lieux d’arrivée, la nouveauté frappant plus que le familier ? Or, un juif russe, révolutionnaire déterminé, dont le récit, entre grèves, prison et camps de diverses sortes, est entrecoupé par son attachement à ses parents, nous décrit comment son père l’accompagne à la gare, tout comme ses amis passent silencieusement devant son wagon en signe d’amitié et de soutien. Pour d’autres, étreintes et petites sommes, petits objets glissés dans la poche au moment de départ, restent les derniers souvenirs du familier.

12Après, ce sont une série de lieux de passages, de gares, de ports, de petits hôtels et auberges, et d’autres salles d’attentes réelles et métaphoriques qui marquent les étapes de la route. Pour la traversée transatlantique, les villes du départ encadrent les dernières heures/jours dans le Vieux monde, mais elles sont déjà un lieu étranger où intermédiaires officiels et privés s’affairent autour du partant.

13Nicole Fouché et Camille Maire ont analysé les voyages à travers la France et la vie dans les villes portuaires au XIXe siècle. Maire constate que la France entière sert de lieu de transit pour l’émigration européenne. En effet, Le Havre n’a de concurrent principal que Brême jusqu’en 1855. Ensuite, ce dernier va croître dans les départs vers l’Ouest, tandis que Hambourg et Anvers vont également devancer Le Havre au tournant du XXe siècle. D’ailleurs, la concurrence entre villes pour le commerce migratoire ainsi que des conflits entre intérêts économiques et politiques des villes vont avoir un effet sur les prestations offertes aux migrants en attente de bateaux.

14Ce sont les voyages d’abord terrestres, ensuite transocéaniques qui frappent les esprits et marquent les mémoires. Des auberges décrites comme des véritables repaires de bandits aux halls de gare remplis de pickpockets et d’escrocs de toutes sortes, la méfiance doit être de mise. Mais surtout, une fois monté à bord, la possibilité de tempêtes, d’épidémies, et de naufrages entretiennent l’inquiétude sinon la panique :

« (...) nous pensions que le bateau allait être déchiqueté. Nous avons tous commencé à trembler [et] avons tous commencé à prier à haute voix, (...) Ceux qui ne savait pas prier devaient l’apprendre. [Et quand le navire survit à la tempête] ceux qui n’ont jamais cru en Dieu ont pu voir qu’il existe9. »

15Naufrages de bateaux, naufrages d’espoirs selon le formule d’Oscar Handlin, la peur est aussi synonyme de la traversée d’une vie à une autre10.

16Bagages. Quand un émigrant allemand se plaint sur un bateau qu’on lui a volé son pot de chambre et sa cruche d’eau, le steward lui suggère d’en faire de même11. Si seulement on pouvait faire une analyse des valises. Leur amoncellement en sculptures, au musée de Ellis Island comme devant la gare Saint-Lazare est bien le symbole même du voyage. Or, malles et cartons recèlent à la fois du symbolique/nostalgique (des bribes du passé qui doivent aider à faire la transition vers le nouveau), du nécessaire (pour le voyage) et de l’imaginaire (de quoi aurons-nous besoin là-bas ?). Là aussi, les bagages varient en fonction de la période et de la durée prévue pour le passage. On emporte peu et beaucoup à la fois. Des valises qui se perdent, qui se retrouvent, qui contiennent des éléments et des aliments indispensables au voyage, kascher pour les uns, halal pour les autres, sauce de soja pour encore d’autres. La valise de Iouda Tchernoff comprend un costume, du linge et trois livres : la Bible, un dictionnaire franco-russe, et Le Père Goriot, tout une symbolique de la transition en cours. En outre, il transporte un carton énorme de provisions pour le voyage en train de la Russie vers la France : deux poulets, cornichons, gateau et une théière « pour m’approvisionner en route d’eau chaude et faire ce thé sans quoi un Russe n’entreprend jamais un long voyage12 ». (Le samovar qui va trôner comme relique du pays dans les salons du nouveau monde n’est-il donc pas lui-même symbole du fonctionnel et du nostalgique ?) Les femmes ne sont pas en reste. Voyageant souvent après, seules ou avec enfants, elles emportent aussi théières, et ... énormes oreillers ou carrément matelas et couettes de plumes. Qu’elles soient juives, polonaises, italiennes ou autre, la dot ne doit pas être laissée derrière, mariage à venir ou mari à rejoindre. Les taies et les draps représentent autant la continuité que l’espérance ... de ne pas se retrouver devant le Bureau des désertions, effet secondaire des migrations...

17Nourriture. La faim et la pauvreté des moyens marquent les récits. Pour la traversée transatlantique au début du XIXe siècle, le capitaine ne fournit que de l’eau, du feu et de la lumière. Il faut apporter son propre manger, avec l’incertitude quant à la durée du voyage. Plus tard, les paquebots vont proposer des voyages à tarifs intégrant différentes formules de repas.

18Mais le voyage est aussi initiation et est marqué par une première forme de rencontre culturelle, par le biais de la nourriture. Deux sortes de rencontres alimentaires croisent la route, les nouveautés et les interdits. Passant par la haute société juive berlinoise, Tchernoff est confronté à un plat d’asperges à la sauce mousseline.

« L’étonnement douloureux qui se peignit sur mon visage attira l’attention de mon voisin. Il appela le maître d’hôtel, fit enlever ce plat, pour le remplacer par un tzimmès [plat traditionnel juif], (...)13 »

19Autre moment difficile, l’anguille fumée et autres délicatesses non-kascher. Toujours à Berlin, mais cette fois-ci dans un restaurant, coopérative d’étudiants :

« C’était la première fois que j’avais goûté une nourriture non-kascher, sous les auspices d’un sioniste dont les parents rencontrés par moi à Vilna étaient d’une piété éprouvée. Cette infraction à la religion ne me parut pas comporter des suites graves dans la circonstance et j’allais m’engager dans la voie de l’impiété14. »

20Principes religieux en porte-à-faux, produits de base et plats cuisinés transformés par l’expérience transfrontalière. De mémoire des débuts, le passage est aussi un apprentissage culinaire.

Passer la frontière

21De mèche avec les aubergistes, hôteliers, paysans, gendarmes et douaniers de toutes sortes, les passeurs qui proposent et parfois imposent leurs services le long de la route agissent souvent sous la menace réelle ou imaginaire d’une nécessaire clandestinité. Même dans les contextes de toute légalité, individus ou agences jouent un rôle important dans la dissemination de l’information. En même temps, ce sont ces passeurs, au sens large, qui représentent une forme d’encadrement.

22Les passeurs peuvent être de deux sortes, des co-ethniques, agissant sous le vernis d’une aide paternaliste, ou des « professionnels du voyage » qui tiennent un bout de la route. Dans le premier cas, les compatriotes qui aident à la sortie ou qui guettent dans les gares à l’arrivée proposent leurs services dans une langue rassurante. L’exemple type du passeur jouant sur son identité partagée avec ses clients est le personnage de Berele, décrit dans le roman autobiographique de Moïse Twersky. Ex-étudiant en Talmud, Berele se compare à Moïse menant ses ouailles à la sortie d’Egypte. Il régale ses brebis avec des paraboles talmudiques pour calmer les troupes quand elles commencent à se fatiguer de la traversée à pied dans la boue puisque le cocher ne peut plus monter la côte... La figure de Berele, pour relevée qu’elle soit à des fins littéraires, représente un des aspects le moins étudié des relations intra-communautaires. Non seulement les uns peuvent profiter des autres –­­ les affaires sont les affaires – et la migration-business en est, après tout, une comme les autres, mais ces rapports jouent sur un paternalisme implicite sinon explicite. Les liens affectifs, au moment du passage, sont justement en train d’être bouleversés. Liens avec le pays d’origine, transition vers la nouveauté, l’ambiguité du passeur co-ethnique augure, en elle-même, les avantages et les failles des réseaux d’immigrés.

23Néanmoins, c’est peut-être quand même plus facile d’être conduit à travers la boue par un coreligionnaire que d’être injurié par un chrétien russe, comme le décrit Roger Ikor, dans son roman primé par le Prix Goncourt, Les eaux mêlées. Summum d’une représentation du passage, y compris des doutes et des hésitations quant à la destination, le roman d’Ikor montre bien comment le moment du passage est un moment intense d’entre-deux mondes. Que le passeur professionnel travaille seulement pour de l’argent et non pas pour une « cause » implique, en creux, une idéalisation du passeur co-ethnique..., qui n’échappe pourtant pas à l’anathème de ses clients. La peur, des rires nerveux accompagnent la traversée. Les uns peuvent jacasser « comme un pensionnat en promenade », les autres s’énerver : Silence! Scha! Chut! La nuit, l’obscurité, les ténèbres du moment deviennent un métaphore de tout ce que l’on laisse derrière15.

24Selon les époques, passer la frontière sera marqué par une dernière épreuve, le contrôle sanitaire. L’année 1892 a été particulièrement redoutable pour le voyageur, à cause de l’épidémie de choléra. Ceci s’est traduit par les « étuves de désinfection » répétées « infligées à mon pauvre linge ».

« J’allais pour la première fois faire connaissance avec la police sanitaire allemande. Venant de Russie, coiffé d’une casquette, j’étais suspect de transporter le microbe du choléra. Je fus empoigné par un solide gendarme qui me conduisit sans ménagements avec armes et bagages vers une étuve. Mon linge et mes volumes furent désinfectés et ce n’est qu’après l’accomplissement de multiples formalités que je pus prendre le train pour Koenisberg .... On [des amis] me conseilla de ne pas m’aventurer trop dans les rues : le choléra et la casquette nous faisaient mal voir de la police locale16. »

25La visite médicale et le contrôle des yeux à Ellis Island font partie d’un des moments les plus redoutés dans la mémoire immigrante aux Etats-Unis. Que seulement une part infime des arrivants ait été véritablement refoulée pour cause de maladie (d’autres sont soignés dans l’hopital de l’île, la plupart contrôlés aux lieux de départ) n’a rien fait pour effacer la crainte d’avant et la mémoire d’après.

Durée

26Le passage est un moment, mais il est de durée variable. Le temps de traverser l’Europe par train ou wagon, plus encore deux ou quatre semaines, selon les époques, pour arriver en Amérique, les nouvelles technologies vont en révolutionner la durée et le confort. L’extension du système ferroviaire européen dans le dernier tiers du XIXe siècle facilite le mouvement intra-européen tandis que l’inauguration des bateaux à vapeur à partir de 1860 réduit le voyage transatlantique de moitié. Mais même quinze jours seront de trop pour ceux qui ont le mal de mer, élément emblématique de la traversée et des transformations plus profondes en cours chez des migrants. La faim, la fatigue, la saleté et la peur se disputent l’espoir et l’excitation du voyage.

27Sans parler des périodes d’attente. Attendre les billets transmis par ceux déjà partis, attendre entre les trains, attendre le départ des bateaux (des voiliers aux départs variables selon les vents, des chargements de marchandises retardés). Deux autres facteurs, souvent liés, peuvent également marquer le parcours, l’allongeant d’autant.

28Les routes en zigzag. L’on a trop tendance à imaginer les migrations en lignes droites, du shtetl (russe) au Pletzl (de Paris). Or, les routes (« choisies » ou contraintes) sont le plus souvent multiples, marquées par des arrêts fréquents, avec ou sans « l’aide » des passeurs, des amis ou des contacts plus ou moins proches (« des familles, des hommes de bonne volonté, lesquels par la grâce de Dieu, par des moyens que j’ignorais, devaient faciliter mon séjour à Paris17 »). Pour Tchernoff, il s’agissait d’une sorte d’échange de services. Il apportait les dernières nouvelles de tel ou tel parent en Russie en échange d’adresses utiles. D’autres avaient moins de chance. Ainsi, un groupe d’émigrés juifs d’origine roumaine, expulsé d’Odessa, s’est rendu « célèbre » à Paris en 1892. Ils vont d’abord à Constantinople, où ils ne trouvent pas de travail, et d’où ils sont renvoyés vers Marseille, ensuite sur Lyon, puis Dijon par des communautés juives locales incapables de subvenir à leurs besoins. Ils ont fini par passer plusieurs nuits dans la forêt de Fontainebleau avant d’échouer à la Gare de Lyon (et sur la couverture du Petit Journal), où ils ont dû camper pendant trois jours avant qu’on s’occupe de leur sort18. Les lieux de halte, décidés en fonction de l’aide espérée/imaginée, peuvent se transformer en étapes plus ou moins courtes quand les individus, familles ou organisations communautaires manquent de moyens ou de la volonté de secourir le flot des arrivants. Des hôtes sur la route ont leur mot à dire, essayant de convaincre le migrant de rester ou, au contraire, d’aller plus loin encore19. L’itinéraire « choisie » est ainsi rarement linéaire. Les routes en zigzag peuvent être à la fois volontaires (idéologique, raisonné, économique) ou involontaires (expulsions, manque de moyens). Et on a le droit, après tout, de tester ses options.

29Clandestinités réelles ou fausses. Ce mouvement brownien peut être dû à la fois aux conditions matérielles et aux conditions politiques du voyage. Pour les Alsaciens du XIXe siècle qui partent « sans tambour ni trompette20 », c’est-à-dire sans passeport intérieur, ou pour les exilés politiques de toute époque, la traversée en douce peut être une nécessité absolue. Les révolutionnaires russes, avant 1917, ont bien connu les allers-retours sinon les cachettes voire les fausses moustaches entre Russie, Suisse, Allemagne et France21. Hersh Mendel raconte comment il devait éviter non seulement la police russe mais aussi un passeur malhonnête qui voulait lui vendre un billet de bateau dont il n’avait pas besoin. Ce dernier menaçant de le renvoyer à l’Est, Mendl a dû se cacher pendant deux jours avant de continuer sa route vers Paris22.

30Toute route n’est pas clandestine, mais le rôle du secret dans le voyage va augmenter avec la mise en place croissante de contrôles au XXe siècle, autre forme de peur qui s’ajoute à celle des naufrages23. La clandestinité peut être, en effet, de deux sortes, nécessaire pour la sortie ou obligatoire pour l’entrée. Les exemples des parcours Est-Ouest du début du siècle sont des réminiscences pour les voyages Sud-Nord de cette fin du XXe siècle.

31Quitter l’Empire tsariste au début du siècle impliquait des passeports presque toujours impossible à obtenir (malgré la formule célèbre du ministre russe Pobiédonostsev, qu’un tiers des Juifs devaient mourir, un tiers se convertir et un tiers émigrer). Pour ceux qui partent pour éviter le service militaire ou pour les révolutionnaires qui craignent la répression, une sortie clandestine est impérative. Mais, pour d’autres, « l’illégalité » de l’émigration est plus relative que réelle, et, selon certains, l’imaginaire de la clandestinité est entretenu à des fins commerciales par les agences d’émigration pour qui elle est une bonne affaire24. Dans cette période d’avant les contrôles actuels, certains récits donnent l’impression de précautions théatrales et de mises en scène face à une frontière mal-définie entre légalité et illégalité. La sentinelle ferme les yeux, accepte un pourboire, et le passeur lui lance « A la prochaine fois, camarade25 ! » Quel n’est pas le soulagement en même temps que la déception d’un Tchernoff – avec un vrai-vrai passeport, lui – se rendant compte que l’argent facilite le voyage à l’Ouest comme à l’Est : « Voilà que tout à coup je découvrais l’identique effet produit par le pourboire sur les préposés de l’autorité, chargés de la gestion d’un service public26. »

Arriver

32Que ce soit à la Gare du Nord ou à Ellis Island, l’arrivée dans le « nouveau monde » prend deux formes : être attendu ou non, bien qu’il y a une possibilité intermédiaire, être attendu mais non reconnu. Chaque figure implique différentes formes de médiation/-confrontation avec la nouveauté. Les représentations sont fortement contrastées entre celui qui est saisi par le froid de la solitude – « J’étais si seul que c’était au-delà de la solitude ; il faisait froid » – à celle qui sautille de joie à l’arrivée : « En un instant, cinq passagers du Polynesia, perdant complètement la tête, se mettaient à hurler ‘Papa!’, à gesticuler, à rire et à s’étreindre mutuellement27. »

33Mais même celui qui est attendu doit passer l’épreuve du regard de l’autre. Celui qui est « passé » des mois ou des années auparavant ne veut pas toujours reconnaître ce moment et sa propre transformation dans le miroir de ceux qui viennent d’arriver. Les premières pages du roman classique de Henry Roth Call it Sleep (L’Or de la terre promise) met en scène, de manière cruelle, ce premier décalage entre « passés » et « passants », le mari qui regarde avec un « féroce dédain » les vêtements de sa femme et de leur enfant et la femme qui tout d’abord ne reconnaît pas son mari amaigri et sans moustache28.

34Or, celui qui n’est pas attendu du tout est sans reproche ni joie, et n’a souvent qu’une phrase à la bouche : « Ri dè Rosiè » ou « Reveles gasse » à Paris, pour se diriger vers la rue des Rosiers ; « Hester Strit » (Hester Street) sert de sésame à New York. Il suffit de se faire comprendre et entamer une nouvelle vie.

Partir, arriver. De l’émigrant à l’immigrant

35Le passage est signe de peur comme d’espoir. Les ombres, les ténèbres forment souvent le cadre d’un passage clandestin. Mais même en pleine lumière, l’angoisse rôde. L’acte de passage est semé de contrastes. Le personnage principal du roman de Roger Ikor s’imagine en héros, fuyant devant une patrouille russe pour tomber aux bras d’un soldat allemand social-démocrate. Or :

« Yankel trébucha, faillit se perdre le pied dans une branche, se rattrapa, (...) [D]epuis des années, il rêvait cet instant, qu’il imaginait extraordinairement solennel. Et voici que tout sombrait dans le mesquin... Gauche, trébuchant, grotesque et le coeur noir, il avançait à petits sauts vers le pays de la liberté29. »

36Que ce soit à la frontière russo-allemand, à Ellis Island ou à la Gare du Nord, ces moments de passage et d’arrivée sont le prologue du processus d’installation.

37Etre en route, en transit, être littéralement entre deux mondes. Il faut historiciser les lieux et les moments de passage tout en dégageant leur profond sens socio-anthropologique. Combinant du voulu et de l’aléatoire, des actions individuelles, volontaires, se passent sous l’oeil plus ou moins vigilant des gendarmes et douaniers, passeurs et agences commerciales. L’itinéraire ne dépend pas de la seule volonté du migrant. La vapeur a révolutionné le mouvement au XIXe siècle, l’avion à réaction, au XXe. Les lois des Etats construisent des frontières tout comme les mutations technologiques proposent et imposent des conditions aux migrations contemporaines. Mais l’expérience du passage reste fondamentalement individuelle. Les images sont contradictoires, entre la froide solitude et la joie chaleureuse des retrouvailles. « Les migrants commençaient à pressentir qu’ils avaient traversé de nouvelles frontières qui n’étaient pas toutes définies par la géographie30... » Le passage, moment singulier, n’est jamais un processus terminé.

Haut de page

Notes

1 Roger Ikor, Les fils d'Avrom : Les eaux mêlées, Paris, Albin Michel, 1955, p. 66.
2 Voir, p. ex., Lucette Valensi et Nathan Wachtel, Mémoires juives, Paris, Gallimard/Julliard, coll. Archives, 1986, « Acte II, Passagers en transit ».
3 Pierre Bourdieu, Esquisse d'une théorie de la pratique, Genève, Librairie Droz, 1972 ; Roger Chartier, « Le Temps des Doutes », Le Monde, Supplément pour comprendre l'Histoire, mars 1993 ; ou ce que je nomme un structuralisme post-structural, Nancy L. Green, Du Sentier à la 7e Avenue : La confection et les immigrés, Paris-New York 1880-1980, Paris, Seuil, coll. L'Univers historique, 1998, pp. 24-26, 395-99.
4 Annie Benveniste, Le Bosphore à la Roquette, La communauté judéo-espagnole à Paris, 1914-1940, Paris, L'Harmattan, 1989 ; Gérard Noiriel, Le creuset français : Histoire de l'immigration XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, 1988, pp. 154-155.
5 Nicole Fouché, L'émigration alsacienne aux Etats-Unis, 1815-1870, Paris, Publications de la Sorbonne, 1992 ; Camille Maire, En route pour l'Amérique, L'odyssée des émigrants en France au XIXe siècle, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1993.
6 George Sánchez, Becoming Mexican American, New York, Oxford University Press, 1993 ; Timothy J. Dunn, The Militarization of the U.S.-Mexico Border, 1978-1992, Austin, University of Texas Center for Mexican American Studies, 1996 ; Georges Perec et Robert Bober, Récits d'Ellis Island, Histoires d'errance et d'espoir, Paris, Institut national de l'audiovisuel et Editions du Sorbier, 1980 ; Janine Brun, America! America! Trois siècles d'immigration aux Etats-Unis (1620-1920), Paris, Gallimard-Julliard, coll. Archives, 1980 ; Him Mark Lai, Genny Lim, Judy Yung, éds., Island : Poetry and History of Chinese Immigrants on Angel Island, 1910-1940, San Francisco, 1980 ; Ronald Takaki, Strangers from a Different Shore : A History of Asian Americans, New York, Penguin, 1989.
7 Johann Bauer, in Walter Kamphoefner, Wolfgang Helbich et Ulrike Sommer, News from the Land of Freedom, Ithaca, Cornell University Press, 1991, p. 152.
8 Jacques Tchernoff, Dans le creuset des civilisations, 4 vols., vol. I : De Nijnii-Novgorod à Paris, Paris, Editions Rieder, 1936 ; Kerby A. Miller, Emigrants and Exiles : Ireland and the Irish Exodus to North America, New York, Oxford University Press, 1985, pp. 489, 492, 556-61.
9 Angela Heck in Kamphoefner, et al., pp. 371-372.
10 Oscar Handlin, The Uprooted : The Epic Story of the Great Migrations that made the American People [1951], Boston, Little, Brown, 1973, 2e éd.
11 Wilhelm Bürkert, in Kamphoefner, et al., p. 409.
12 Tchernoff, vol. I, p. 198.
13 Tchernoff, vol. I, p. 211.
14 Tchernoff, vol. I, pp. 215-216.
15 Ikor, p. 65 ; cf. André Billy et Moïse Twersky, L'Epopée de Ménaché Foïgel, 3 vols, vol. I : Le Fléau du savoir, Paris, Plon, 1927, pp. 198 seq.
16 Tchernoff, vol. I, pp. 208-209.
17 Tchernoff, vol. I, p. 198.
18 Nancy L. Green, Les travailleurs immigrés juifs à la Belle Epoque, Paris, Fayard, 1985, pp. 62-63.
19 Cf. l’article de Marc Parant sur « Les migrants transitaires » dans ce numéro.
20 Cité par Fouché, p. 26.
21 P.ex., Valensi et Wachtel, pp. 174-181. Cf. Benveniste, op. cit., sur les récits d'aventure.
22 Hersh Mendl, Mémoires d'un révolutionnaire juif, trad. du yiddish par Bernard Suchecky, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1982, p. 132.
23 Gérard Noiriel, La tyrannie du national, Paris, Calmann-Lévy, 1991.
24 « la branche la plus fertile du commerce lithuanien », Billy et Twersky, vol. I, p. 175. Voir aussi, Ikor, pp. 66, 76.
25 Billy et Twersky, vol I, p. 218.
26 Tchernoff, vol. I, p. 217.
27 Takaki, p. 74 ; Mary Antin, From Plotzk to Boston, New York, Markus Wiener, 1986, traduit en français par Hubert Tézenas dans Nancy L. Green, Et ils peuplèrent l'Amérique, Paris, Gallimard Découvertes, 1994, p. 115.
28 Henry Roth, L'Or de la Terre promise [1934], Paris, Grasset, 1989 ; voir également, Green, Et ils peuplèrent l'Amérique, pp. 116-117.
29 Ikor, pp. 72-73.
30 Takaki, p. 74.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nancy L. Green, « Trans-frontieres : Pour  une analyse des lieux de passage », Socio-anthropologie [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 22 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/110

Haut de page

Auteur

Nancy L. Green

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org