Navigation – Plan du site

Les migrants transitaires : en route vers le Canada

Marc Parant

Texte intégral

1L’Europe de cette fin de siècle est devenue une zone importante de passage pour les migrants du monde entier. C’est le continent qui attire le plus de migrants à travers le monde mais aussi celui qui en rejette le plus. Les états-nations européens ont généralement tendance à vivre leurs migrations comme accidentelles ou provisoires, contrairement aux pays d’immigration traditionnels (Etats-Unis, Canada, Australie) qui les ont davantage intégrées dans leur politique économique, sociale et diplomatique. Ce décalage de politique a notamment conduit récemment, sous l’effet de la globalisation de l’économie, à la création d’un marché mondial de l’immigration où une concurrence accrue entre pays développés pour attirer les migrants qualifiés d’une part et rejeter les migrants indésirables d’autre part s’accompagne du développement de nouvelles formes : les migrations transitaires.

2Ce que j’appelle les migrations transitaires existent sans doute depuis longtemps, mais elles n’ont jamais été identifiées comme telles, que ce soit par les chercheurs ou par les migrants. Au XIXe siècle, les parcours des Européens vers l’Amérique étaient jalonnés de périodes plus ou moins longues dans un ou plusieurs pays de transit, dont la France. De même, les retours nombreux au pays d’origine s’accompagnaient souvent de séjours dans des pays-tiers. Avec le renforcement des politiques anti-migratoires en Europe à la fin du XXe siècle, les parcours transitaires se sont multipliés et ont bouleversé les schémas traditionnels de la migration. Pour Alain Tarrius, par exemple, l’analyse récente des parcours devrait privilégier le couple migration/territoire qui fait autrement sens que le couple classique migration/ insertion (Tarrius, 1991 : 85-145).

3La migration se fractionne, s'improvise, se fragilise ou se déstructure. Le migrant envisage souvent son départ comme un parcours parsemé d'étapes plus ou moins longues, avant l'étape définitive qui consiste à atteindre un pays d'arrivée et s'y installer légalement, sans toujours aspirer à devenir un national. Si l'on regarde rapidement dans le passé, les grandes migrations se sont essentiellement faites avec des objectifs précis : les migrants européens du XIXe siècle ne rêvaient que de l'Amérique et se donnaient les moyens d'y accéder. Les travailleurs émigrés des années 1950 et 1960 connaissaient leur destination finale bien avant leur départ : les Turcs allaient surtout en Allemagne, les Maghrébins en France ou en Belgique, les Pakistanais et les Indiens en Grande-Bretagne. Ces courants migratoires majeurs existent toujours, notamment à cause de liens familiaux issus de l'immigration des années 1950 et 1960, mais ils ont tendance à perdre de leur importance face aux migrations fractionnées ou transitoires.

4En France, l’idée de transit est souvent associée au provisoire, au temporaire, mais elle s’inscrit dans la continuité d’un parcours ou d’un voyage. La désignation d’une migration par étapes par Carol Zabin et Sallie Hughes, associe la continuité à l’impression de franchir plusieurs paliers successifs avant d’atteindre le but recherché (Zabin et Hughes, 1995). Certains migrants sont identifiés en fonction de leur trajectoire, comme les migrants pendulaires, dont le style de vie se rapproche des frontaliers décrits notamment par Mirjana Morokvasic et Hedwig Rudolph dans leur analyse sur les travailleurs d’Europe de l’Est (Moroksavic et Rudolph, 1996 :150-151). Mais les migrants transitaires devraient occuper une place à part dans la terminologie consacrée aux migrations, quelque part entre permanentes et temporaires. Loin des schémas trompeurs, les migrations transitaires concernent des individus de tout niveau social ou formation et se révèlent importantes, structurées et rationnelles.

Les migrants transitaires : notions de temporalité

5L’exemple étudié ici concerne des migrants qui se trouvent dans un pays européen (France, Belgique, Suisse, Allemagne, Suisse essentiellement), sous statut légal (visiteur, étudiant, travailleur, résident, naturalisé) ou illégal (demandeur d’asile rejeté, travailleur illégal) et qui cherche à réémigrer vers un tiers pays, jugé plus « ouvert » aux immigrants, le Canada. Une classification des données selon la durée de résidence du migrant dans son premier pays d'arrivée n'est pas inutile. Divers facteurs peuvent entrer en considération : ainsi, une demande d'immigration pour le Canada présentée un mois après l'arrivée dans le pays européen n'a pas les mêmes causes et effets que celle présentée trois ou cinq années plus tard. Entre temps, l'individu aura traversé plusieurs périodes d'adaptation, notamment culturelle.

Le parcours planifié et temporaire

6L'entrée dans le premier pays d'arrivée est accompagnée d'une recherche immédiate d'un nouveau pays. Il s'agit le plus souvent de migrants ayant obtenu un visa d'entrée pour des séjours temporaires (travail, stage, études, visite familiale) ou de demandeurs du droit d'asile à la recherche d'un statut juridique stable. Dans ce cas, le migrant a un projet de départ définitif et précis alors qu'il se trouve toujours dans son pays d'origine : l'inscription auprès d'une université, l'obtention d'un stage de recherche ou la visite d'un parent proche est un prétexte pour pouvoir entrer de manière légale. Dès l'arrivée, le migrant contactera les ambassades américaines, canadiennes ou australiennes pour préparer son nouveau départ longtemps à l'avance.

7Une fois entré en Europe, le demandeur peut solliciter l'asile politique, sans toujours savoir ce que ce terme signifie, mais aussi y demeurer dans l'ombre, chez un ami ou pris en charge par un réseau de filière migratoire. Il peut aussi décider de contacter les ambassades de pays tiers pour tenter d'obtenir un visa d'entrée. Faute de pouvoir en obtenir un, sa migration se poursuit comme elle a commencé : par une entrée illégale dans un tiers pays. Un migrant de l'Irak en France écrit ainsi :

« Suite à ma demande d'immigration envoyée d'Italie il y a trois mois, je vous informe être arrivé en France en novembre 1996 et attendre la décision du Gouvernement Français concernant ma demande d'asile. Je n'ai pas de passeport ou de document de voyage et je ne peux pas contacter l'Ambassade d'Irak pour en avoir un. Mon épouse se trouve toujours à Amman, en Jordanie où elle est dans une situation très précaire (...) et attend de pouvoir me rejoindre. »

8Deux mois plus tard, le même migrant envoie un autre courrier : « Je vous informe de mon changement d'adresse, je vis désormais en Belgique... »

Le parcours aléatoire et temporaire

9Entrée dans le premier pays suivie d'un séjour plus ou moins long et de la recherche d'un nouveau pays d'arrivée. A l'opposé de la première approche, le migrant dans cette situation n'a pas voulu ou pu préparer sa migration à l'avance. Il espérait sans doute pouvoir régulariser sa situation dans le premier pays d'arrivée et ne s'est pas préoccupé de chercher une porte de sortie. Son autorisation de séjour dans le premier pays étant expirée, il entre dans l'illégalité. C'est à ce moment tardif qu'il se décide (ou qu'il lui ait conseillé) à envisager un second départ.  

« Suite au refus de l'OFPRA, puis de la Commission de Recours, il nous a été notifié par arrêt préfectoral que nous devions quitter le pays avant mai 1996. Nous avons déposé un recours auprès du Tribunal administratif et ce dernier a annulé la décision de renvoi dans notre pays d'origine, estimant que cette décision était contraire à l'article 3 de la Convention européenne des droits de l'homme (...) Sans statut légal en France, nous faisons des démarches pour trouver un pays acceptant de nous délivrer un visa et un titre de séjour afin que nous puissions vivre en paix et travailler. Nous n'avons pas droit au travail en France et sommes sans ressources. » (Une famille de migrants d'origine kurde en France, extrait de courrier, novembre 1996)

Le parcours durable mais non permanent

10Entrée dans le premier pays d'arrivée suivie d'un séjour à long terme puis d'un nouveau départ vers un nouveau pays d'arrivée. Ce cas de figure concerne principalement les migrants possédant un statut juridique stable dans le pays de transit, soit comme résident permanent soit comme naturalisé. La migration vers un pays tiers est alors souvent bien planifiée. Après des études en génie électrique à l'Université de Bagdad, un Irakien a fait un stage de six mois au Japon pour se spécialiser. Lorsque la guerre a éclaté en 1990, il est parti à Amman puis en Belgique où habitait la soeur de sa femme déjà partie. Faute de pouvoir exercer sa vraie profession, le couple hésite : « J'ai reçu une proposition d'emploi comme ingénieur en Ontario. On a envie de vivre au Canada, de refaire vraiment notre vie, ici on a l'impression que tout est temporaire... » (un couple de résidents irakiens, extrait d'entretien, octobre 1996).

11Le lien entre la stratégie du migrant et la durée de son séjour dans le pays de transit est significatif. Nous avons ici deux attitudes : l'individu considère le séjour dans son pays de transit comme une étape positive dans son parcours et cherchera à y étudier, à faire une formation, à travailler pour économiser de l'argent ou pour se soigner. Le séjour dans le pays de transit peut alors devenir durable sans être permanent. L'obtention d'un statut juridique dans ce pays peut faciliter le processus mais n'est pas forcément une condition absolue. L'autre attitude est celle d'un individu qui n'a pas forcément choisi de se trouver dans son pays de transit ou qui n'envisage pas cette étape comme positive. L'obtention d'un statut juridique dans le pays de transit a peu d'importance, et ses efforts se concentreront sur la possibilité de poursuivre son parcours dans les délais les plus courts.

Pourquoi le Canada ?

12Le choix du Canada n'est pas forcément déterminé par le migrant. D'autres facteurs peuvent expliquer la décision de repartir. La problématique que nous allons développer ici consiste à cibler cette décision sur un pays précis. A partir des centaines d'entretiens faites avec des candidats au second départ vivant en Europe de l’Ouest, j'ai sélectionné un échantillon aléatoire mais représentatif de 400 personnes de nationalité autre qu’européenne, rencontrées pendant l'année 1996 à l’ambassade du Canada à Paris (Parant, 1999). J'ai posé à chacun la question suivante : « Pourquoi faites-vous une demande pour émigrer au Canada ? »  Selon les réponses obtenues, j'ai ainsi pu établir une classification des six raisons données :

131- Raisons culturelles : L'intégration, dans ce pays européen, est trop difficile : J'ai (ou ma famille) n'arrive pas à s'intégrer ou ne veut pas s'intégrer.

142- Raisons familiales : J'ai de la famille qui m'attend.

153- Raisons politiques ou juridiques : Je ne me sens pas (assez) en sécurité dans ce pays. Ce pays ne me permet pas de rester.

164- Raisons sentimentales ou personnelles : J'ai toujours souhaité/rêvé vivre au Canada.

175- Raisons économiques : Je n'arrive pas à trouver du travail.

186- Raisons sociales : Mon avenir professionnel est compromis. Il n'y a pas (ou très peu) de perspectives d'évolution et de reconnaissance professionnelle.

Difficultés d'intégration

19Cette réponse est l'une de celles qui reviennent le plus souvent et a été citée par 218 requérants, soit 55% du total de l'échantillon.

20On peut y déceler une certaine déception vis-à-vis des pays de transit. La plupart des parents évoquent les difficultés d'insertion de leurs enfants à l'école. Certains pensent avoir fait l'objet de mesures discriminatoires en vue d'une embauche ou de l'obtention d'un service et ils ne veulent pas que leurs enfants connaissent les mêmes frustrations ou qu'ils grandissent dans un milieu social trop défavorisé pouvant conduire à la délinquance. 70% des requérants qui ont évoqué cette réponse sont des femmes. Pour certaines nationalités, comme les Indiens, les Chinois, les Russes (pays qui comptent de nombreuses minorités ethniques), l'éducation multiculturelle exerce un attrait sur leur choix de partir au Canada. Ils veulent éduquer leurs enfants dans un milieu social qui reconnait leur spécificité culturelle ou qui favorise la diversité culturelle, tout en leur inculquant les règles de la vie démocratique et le respect de la différence. La proportion des migrants qui choisissent cette réponse est particulièrement forte chez les Asiatiques et les Européens de l'Est, mais elle n'est pas la plus citée par les migrants venant de pays arabes ou africains.

« En Suisse, mes enfants ont dû mal à s’intégrer, à se faire des amis. (...) L'enseignement est surtout destiné aux enfants qui parlent l’allemand. Les mentalités sont différentes de celles de chez nous. Les professeurs ne sont pas très ouverts sur les autres cultures et ne font pas d'efforts pour nous comprendre. J'aimerais que mes enfants apprennent à ne pas avoir honte de leur culture, et je pense qu'au Canada ce sera mieux pour eux... » (Couple de Sri-lankais vivant en Suisse – c'est l'épouse qui parle –, entretien à Berne, septembre 1996)   

Familiale

21Citée par 54 requérants, soit environ 14% de l'échantillon. Il peut s'agir de mariages entre candidats au départ et résidents canadiens, de parrainages faits par des enfants vivant au Canada en faveur de leur parents restés en Europe. Dans certains cas, l'engagement financier d'un frère ou d'une soeur vivant au Canada peut faciliter l'entrée de requérants restés en Europe. Ainsi, il n'est pas rare qu'un immigrant ayant obtenu le statut de réfugié au Canada et ayant trouvé un premier emploi stable engage des démarches pour faciliter l'entrée d'autres membres de sa famille.

22Un jeune somalien, reconnu réfugié politique en Belgique en 1991, déclare lors de son entretien d'immigration :

« Quand je suis arrivé ici, je ne parlais ni français ni flamand. J'avais un diplôme de comptable mais qui n'a pas été reconnu comme valable.(...) Notre culture est très différente de celle d'ici. Au début, je ne savais pas comment aborder les gens. Comme je suis musulman sunnite, j'ai l'habitude de saluer mes voisins. Ici, beaucoup de gens entrent dans leur appartement et en sortent sans adresser la parole à personne. Malheureusement, la communauté somalienne est tout aussi divisée ici que là-bas. J'ai eu la chance de retrouver ma mère par l'intermédiaire de la Croix-Rouge et depuis nous correspondons régulièrement. J'ai ainsi appris qu'un de mes frères était au Canada et avait commencé des démarches de regroupement familial en faveur de notre mère. (...) J'aimerais beaucoup que notre famille soit de nouveau réunie, comme avant. » (Extraits d'entretien, février 1996)

23Pour de nombreuses familles asiatiques ou arabes, un enfant célibataire qui obtient un statut stable et permanent dans un pays occidental devient un « bon parti » pour un éventuel mariage. Les tractations entre parents, notamment en Asie du Sud, commencent : le mariage avec un résident canadien permet, par exemple, d'obtenir la naturalisation après seulement trois ans de résidence.

24De nombreuses familles modestes du Maroc que j'ai pu rencontrer font le même calcul : sur quatre ou cinq enfants, deux doivent souvent partir travailler en Europe ou en Amérique du Nord pour aider financièrement les parents. Si l'enfant obtient un titre de séjour stable et permanent, il peut faire venir ses frères et soeurs plus facilement. Avec la baisse du taux de natalité dans le pays, le schéma devient alors celui d'un seul enfant cherchant à se marier avec un résident canadien afin d'obtenir un statut permanent.

Sécurité/contraintes juridiques

25Cette réponse a été citée par 204 requérants, soit un peu plus de 50%, mais les ressortissants de l'Afrique sub-saharienne ont été 60% à évoquer cette réponse et les Européens de l'Est plus de 82% (avec une pointe de 88% chez les Bosniaques).

26Fatalistes, ces candidats au départ ont, dans leur majorité, fait l'objet d'une mesure administrative pour quitter le pays européen de résidence. Il s'agit ici d'un départ forcé par des contraintes juridiques. Les possibilités d'être acceptés autrement que par le droit d'asile ou le regroupement familial étant presque nulles, les individus se trouvant dans cette situation n'ont donc pas d'autre choix que de demander à partir ailleurs comme le raconte la soeur de H. de Sarajevo, lequel s’est enfui pour ne pas être enrôlé de force par les soldats croates  :

« Cela fait deux ans que mon frère n'est pas sorti de chez moi. Il a peur de se faire attraper par la police. Si on le retrouve, sans papiers, il sera expulsé. Mais pour aller où ? Nous n'avons plus personne en Bosnie ou en Croatie. Alors, mon frère se cache et ne répond jamais au téléphone, voilà pourquoi il n'a pas d'amis et ne parle pas français même après deux ans. »

27Un biologiste arménien décide de quitter son pays touché par le tremblement de terre en 1991 pour faire un stage de recherche en France. Six ans plus tard, il n’est toujours pas retourné au pays. Il possède un permis de séjour temporaire, renouvelable tous les ans. Depuis 1991, il a connu trois lois sur le séjour des étrangers, aucune ne lui permettant d'assurer un avenir à long terme :

« Je fais exactement le même travail que mes collègues français, mais la différence est qu'ils sont mieux payés et ont un contrat de travail permanent. Chaque année au mois de novembre, je dois renouveler mon permis de séjour, ainsi que ceux de mon épouse et de mes deux enfants. Avec nos économies, on voulait acheter un appartement, mais les banques ne veulent pas nous faire de crédit à cause de notre statut temporaire. Mes enfants sont scolarisés en français, mais mon épouse n'a pas le droit de travailler. L'année dernière, j'ai voulu faire venir ma mère en vacances, mais son visa a été refusé à Erevan. Un de mes anciens collègues a obtenu un visa d'immigrant pour le Canada l'année dernière : il m'a raconté que, dès son arrivée, il avait un statut permanent, ainsi que le reste de sa famille. Il pouvait demander la nationalité canadienne après trois ans. J'ai alors réalisé que si j'étais allé au Canada en 1991, plutôt qu'en France, nous serions déjà tous devenus canadiens et j'aurais les mêmes avantages que mes autres collègues de travail. » (Extrait d'entretien, Paris, septembre 1996)

Image du Canada

28Réponse citée par 61 des requérants (dont la moitié sont originaires de l'Europe de l'Est), soit environ 16% du total. Ici, l'Europe constitue une simple étape dans un processus migratoire dont l'objectif final est d'atteindre le Canada.

29Lorsque j'ai souhaité avoir plus de précisions sur les raisons de ce choix, des personnes interrogées ont répondu qu'ils avaient de la famille lointaine au Canada qu'ils souhaitaient rejoindre dès que possible mais ont été retardés, ou qu'ils sont venus en Europe occidentale faute d'avoir les moyens suffisants pour traverser l'Atlantique ou qu'ils ont entendu dans leur pays d'origine que la vie était meilleure au Canada pour les immigrants. Si l’on peut imaginer que certaines réponses sont élaborées en fonction des attentes de l’offre, on notera ici les effets de la politique canadienne en faveur des réfugiés hongrois en 1956 et des réfugiés bosniaques pendant les années 1990. En même temps, l'attrait indirect des Etats-Unis est sans doute également important, puisque de nombreux migrants est-européens assimilent volontiers le Canada anglophone à une extension de son voisin du Sud.

30Monsieur Z. et son épouse ont quitté Sarajevo en décembre 1992 pour fuir les bombardements. Comme la plupart des Bosniaques musulmans, Monsieur Z. n'avait pas de famille à l'extérieur de la Bosnie. Il lui était donc difficile de trouver un point de chute. Au cours de notre entretien en février 1996 à Berne, Monsieur Z. raconte :

« Nous voulions aller en Amérique mais nous ne savions pas comment nous y rendre. Ma soeur m'a déconseillé d'aller au Canada sans visa, car la vie y est dure pour un immigrant sans papiers. Comme je parlais un peu allemand, je suis donc allé en Suisse, en traversant la frontière, à pied, avec d'autres immigrants, et la ferme intention de trouver une filière pour traverser l'Atlantique. En Suisse, on m'a mis dans un village pour réfugiés et ma famille est venue me rejoindre plus tard. Nous y sommes restés pendant deux ans, sans avoir le droit de travailler ou de quitter le camp. Moi qui était un économiste réputé, je me retrouvais sans avenir et sans espoir. J'ai toujours voulu aller au Canada : là-bas, il n'y a pas de conflits ethniques, on devient citoyen canadien très rapidement, et tout le monde se moque bien de savoir d'où vous venez ! »

31Pour de nombreux migrants, l’attrait du Canada s’explique aussi par le multiculturalisme officiel du pays. Parmi les raisons qui reviennent le plus souvent sont avancés la tolérance, l’esprit d’ouverture et la gentillesse des habitants, mais ces qualités sont souvent formulées en comparaison avec le comportement de certains Européens vis-à-vis des étrangers. La place qui serait réservée aux minorités nationales dans la vie politique et économique du Canada donne à l’extérieur du pays une image très favorable chez les jeunes générations (moins de trente ans), notamment par rapport aux Etats-Unis, jugés plus « durs » avec les minorités « de couleur » (mais tolérants envers les différentes religions) ou les pays européens, jugés « moins tolérants ».   

Travail

32Cette réponse fait référence à la situation économique des pays européens pendant les années 1990 et a été citée par 82 requérants, soit environ 20% de notre échantillon.

33Le taux de chômage moyen dans les pays de l'Union européenne tourne autour de 10% depuis le début des années 1990, mais les spécialistes de l'OCDE reconnaissent que ce sont d'abord les travailleurs étrangers et les immigrants qui sont les plus touchés. La raison économique du second départ est peu évoquée spontanément par les requérants mais est néanmoins importante chez les Européens de l'Est (32%) et surtout les ressortissants de pays arabes (24%). Pour beaucoup d'entre eux, la migration est encore étroitement liée au travail, en partie à cause du souvenir des politiques de recrutement menées pendant les années 1950 et 1960 en Europe. La situation de l'emploi en Amérique du Nord y est perçue, à tort ou à raison, plus fluide qu'en Europe.

« Je suis d'origine turque, naturalisé français et j'ai 22 ans. Mes parents sont arrivés en France en 1981. J'ai fait des études primaires et secondaires et obtenu un Brevet de Technicien en électricité et chauffage thermique. J'ai fait quelques stages et l'ANPE m'a proposé un contrat de formation en électronique. Je suis à le recherche d'un emploi stable qui me permette de gagner ma vie correctement... » (Extrait d'entretien, mars 1996)

Avenir professionnel ou personnel

34Citée notamment par des migrants aisés ne parvenant pas à retrouver le niveau de vie d'origine ou par des étudiants étrangers venus faire une formation spécialisée en Europe (159 requérants ont évoqué cette raison, soit 40% de l'échantillon). On retrouve ici de nombreux doctorants asiatiques ayant fait des études universitaires (médecins, chercheurs, ingénieurs étrangers venus dans le cadre de programmes d'échanges entre leur pays d'origine et un pays européen ou comme demandeurs d'asile). Nombre d'entre eux n'envisagent pas de retourner dans leur pays d'origine faute de débouchés professionnels et ne peuvent obtenir le droit de travailler légalement dans leur pays de transit européen.

« Le français n'était pas la langue occidentale que je maîtrisais le mieux. Je préférais l'anglais. Mais je souhaitais plus que tout partir dans un pays occidental pour continuer mes études et me construire un meilleur avenir. Alors, on m'a offert une bourse d'études pour aller en France et j'ai accepté. Ma femme n'a pas pu avoir de passeport pour quitter la Chine. Ce n'est que récemment qu'elle a pu venir me visiter. Mais, après quatre ans, elle et moi avions changé. Je ne voulais plus retourner en Chine, et ma femme est donc repartie seule, et nous avons divorcé. J'ai essayé d'obtenir un poste de professeur en France mais cela m'a été refusé car je n'avais pas de papiers en règle. J'ai alors demandé l'asile, mais on m'a répondu que c'était trop tard ! Alors j'ai fait des petits boulots, j'ai donné des cours de mandarin. J'ai envoyé des C.V. partout, en Europe, aux Etats‑Unis, au Canada, en Australie. J'étais prêt à aller n'importe où mais pas en Chine. Et puis, la première réponse favorable est venue du Canada, de l'Université du Manitoba... » (Doctorant chinois, extrait d'entretien, Paris, octobre 1996)

35Pour les migrants qui ont l'intention de rester en Europe après leurs études, les conditions d'exercice de leur profession peuvent être très réglementées et réservées aux « nationaux »  européens. J'ai ainsi rencontré un médecin iranien gynécologue (avec une carte de résident en France valable dix ans) qui avait fait toute sa formation supérieure en France depuis l'âge de 18 ans et qui ne pouvait pas légalement ouvrir un cabinet et s'établir à son compte parce qu'il « n'avait pas la nationalité française ».

36Sur les 400 personnes qui ont répondu à ma question sur les raisons de leur choix, une majorité ont évoqué en priorité des raisons culturelles (55%), politiques (51%) ou sociales (40%). Ceci représente sans doute une certaine auto-sélection par le haut de ceux qui se proposent d'aller au Canada. Mais ces réponses reflètent aussi des facteurs essentiellement exogènes, qui ne sont pas le fait du migrant lui-même. Elles rassemblent ainsi les déçus de l'insertion dans la société européenne, les personnes qui ne se sentent pas protégées ou celles qui ne voient aucune perspective d'ascension sociale à moyen terme. La plupart de ces attentes pourraient, il faut le souligner, être corrigées par les institutions du pays de transit. Ainsi, les personnes qui évoquent des problèmes d'intégration font souvent référence à l'impossibilité d'exprimer leurs différences face au groupe culturel dominant. Pour simplifier, elles parlent souvent de racisme à leur égard, ce qui souvent n'est que de l'indifférence. Lorsque ces personnes évoquent le multiculturalisme au Canada, c'est d'abord comme un moyen d'accéder à la modernité, tout en conservant la spécificité culturelle d'origine. De nombreux migrants venus de pays monoculturels, où xénophobie et méfiance de l'étranger sont généralement courantes, s'aperçoivent, une fois à l'étranger, qu'ils peuvent à leur tour être victimes de discriminations et d'injustice, liées à leur propre culture.  

« Lorsque je suis allée étudier à Ottawa, j'ai vraiment été bien accueillie par mes professeurs et les autres étudiants, je n'ai jamais ressenti d'être mise à l'écart alors que c'était très fréquent en Belgique. Le premier jour, mon professeur d'anglais a demandé à chacun d'entre nous de se présenter aux autres et d'expliquer nos goûts, nos habitudes, notre culture. Il y avait 16 étudiants venus de pays différents dans notre classe. Pour être accepté en Europe, vous devez prendre les mêmes attitudes, les mêmes accents que les gens autour de vous, et si vous résistez, on ne vous adresse plus la parole. Les Belges ne s'intéressent pas aux cultures des autres. » (Jeune Turque de 23 ans dont les parents résident à Anvers, Belgique, extrait d'entretien, septembre 1996)

3746% des personnes interrogées se sont déclarées « déçues » en général par la façon dont l'Europe occidentale recevait les étrangers. La Suisse a reçu un nombre particulièrement élevé d'avis défavorables puisqu'un taux de 77% des candidats au départs évoquaient le mot « racisme ». Dans ce cas précis, il semble que la volonté des autorités suisses de faire rapatrier de force les réfugiés bosniaques après 1997, sans offrir la possibilité à certains d’entre eux de rester en permanence, a été très mal vécue par les membres de cette communauté éclatée.

38En ce qui concerne l’image du pays de transit européen, la difficulté d'intégration était plus fréquement citée en Belgique, en Allemagne et en Espagne et pratiquement jamais en France. Les raisons économiques reviennent souvent pour la Suisse et l'Italie. Le manque de sécurité et l’image du Canada ont été particulièrement citées par les requérants vivant en France, en Suisse, et en Italie.

39Comme l’a résumé un jeune bosniaque : « Qu’avons nous fait pour qu’on nous traite aussi mal ? Tout ce que je voulais c’est un travail, une maison, une vie paisible. »

40Les différentes situations présentées ici ne reflètent pas nécessairement un état d’esprit pessimiste ou négatif chez les candidats au départ et doivent aussi être analysées selon l’angle qualitatif du vécu. En fait, au-delà des problèmes liés à la situation juridique dans les pays européens, la plupart des migrants transitaires intègrent une part de réflexion positive dans leur parcours fractionné et aléatoire. Certains voient dans leur séjour plus ou moins prolongé un moyen d’améliorer des connaissances professionnelles, d’acquérir de nouvelles expériences humaines enrichissantes, une nouvelle langue. La migration représente aussi – notamment pour les femmes et les moins de trente ans – une opportunité d’émancipation individuelle vis-à-vis de structures familiales, religieuses ou sociales jugées trop lourdes.

41Loin d’être ballotté entièrement contre leur gré, les migrants transitaires sont des acteurs rationnels. La recherche d’un pays de résidence est fondée sur une analyse comparative « des coûts et des bénéfices » et des conditions offertes par les différentes possibilités. Le choix final de résidence ne se détermine plus seulement en fonction des possibilités d’emploi mais aussi, de plus en plus, en fonction de facteurs sociaux (aide sociale, médicale), juridiques (obtention rapide d’un statut stable), politiques (participation à la vie démocratique) ou culturels (éducation multiculturelle ou multilinguisme).

42Pareils modèles de déplacements montrent le versant social et anthropologique du phénomène migratoire. Ces migrants transitaires ne convoitent pas seulement une amélioration de leur niveau de vie mais surtout un mieux-vivre qui leur a longtemps été refusé dans le pays ou la région d’origine. La nouvelle donne de la mobilité physique renvoie à celle de milieux familiaux et de structures sociales traditionnelles dont elle annonce les clivages et les rigidités. C’est sans doute dans cette optique qu’il faut considérer les signes évidents d’une émancipation progressive de l’individu vis-à-vis de mouvements migratoires conventionnels.

Haut de page

Bibliographie

Hirschorn M., Berthelot J.-M. (dirs). Territoires circulatoires des migrants et espaces européens, Mobilités et ancrages. Paris, L’Harmattan, 1996.

Morokvasic M., Rudolph H. (dirs). Migrants : les nouvelles mobilités en Europe. Paris, L’Harmattan, 1996.

Parant M. « Une analyse des migrations de transit : de l’Europe occidentale vers le Canada », thèse de doctorat, Paris, EHESS, 1999.

Park R., Burgess E. The City. Chicago, University of Chicago Press, 1967.

Tarrius A. Les fourmis d’Europe : Migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales. Paris, L’Harmattan, 1992.

Zabin C., Hughes S., « Economic Integration and Labor Flows in Mexico and the U.S. : Mechanisms of Two-Stage Migration », International Migration Review, été 1995, pp. 395-422.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Parant, « Les migrants transitaires : en route vers le Canada », Socio-anthropologie [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/111 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.111

Haut de page

Auteur

Marc Parant

Docteur, EHESS/Ambassade du Canada

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org