Navigation – Plan du site

Passages à Tanger

Jean Fernandez

Texte intégral

Dit en passant

1Passer suppose un lieu de passage et tout aussi bien le passage d’un lieu. Ce retournement n’est pas de pure rhétorique. Il souligne tout à la fois la dimension propre du lieu comme attracteur d’étrangers (au sens de ceux qui ne sont pas d’ici) et la mise en situation de passage de ceux qui traversent ce lieu. Aussi est-ce la dynamique entre ce lieu et des gens qui va nous occuper. Passer se dit en plusieurs sens et la polysémie en est tellement débordante que l’on peut se perdre dans ses eaux. Partout on peut croire, imaginer, penser que tout le monde est en quelque manière de passage et que n’importe quel lieu en fait office. Toute une tradition aiguise ou fonde sur ces versants un horizon culturel commun à bien des hommes et qui sous des modalités diverses persiste encore aujourd’hui. Ce qu’il est convenu d’appeler les œuvres de l’esprit humain sont traversées, de façon implicite ou explicite par le thème du passage. Pour ne s’en tenir qu’à l’Occident, on pourrait considérer l’Odyssée, texte inaugural s’il en est, comme le récit mythologique du passage et Ulysse son héros. Dans l’ancien et le nouveau testament, ne manquent pas les figures dont précisément l’essence réside dans le fait d’être passeur et … passant ! La vie elle-même, du reste, ne serait, dans ces perspectives religieuses, que passage et tel le peuple de Moïse nous sommes des exilés. Il nous faut sortir, « ex », pour accéder à quelque chose de l’esprit. Dans le Coran s’exprime l’exigence de partir, loin de chez soi, en quête de connaissance, de spiritualité et de commerce. On sait que la fuite du prophète Mahomet vers Médine marque le début de l’hégire , « hidjira », mot qui pourrait être traduit par «  émigration ». Contemporains l’un de l’autre, Marco Polo le Vénitien et Ibn Battûta le Tangérois sillonnent des contrées lointaines et en ramènent celui-ci Le livre des merveilles, celui-là Voyages et périples sous-titré « Présent à ceux qui aiment à réfléchir sur les curiosités des villes et les merveilles des voyages ». On pourrait multiplier les figures exemplaires significatives du passage, du « passus », de ce pas qui permet de joindre un endroit à un autre, qui fait lien, qui me porte d’ici vers ailleurs.

Tanger

2C’est à Tanger et de Tanger que nous partirons. De très longue date cette ville a retenu l’attention de voyageurs, d’érudits, d’artistes et d’écrivains. Elle est également et aujourd’hui peut-être plus qu’hier un des seuils entre le Sud et le Nord, entre l’Afrique et l’Europe. Des migrations croisées s’y effectuent. En étudier les traces antérieures mais également observer in situ les pratiques et les valeurs qui y prévalent, tel est le sens de notre démarche.

3La « Perle du Détroit », la « Ville du Passage », comme il est fréquent de la qualifier, se situe à la pointe nord de l’Afrique, au Maroc. Elle est à deux pas des côtes espagnoles, que l’on peut nettement percevoir par temps clair et se trouve baignée par deux mers : l’Océan atlantique et la Mer méditerranée. Dans son histoire elle fut longtemps dominée par des puissances étrangères et au début de ce siècle les rivalités européennes font d’elle une Cité internationale sous gouvernement de plusieurs pays européens et des Etats-Unis, neutralisant ainsi en quelque sorte son espace géopolitique. C’est à plus d’un titre sous le signe de l’ambivalence qu’elle joue son destin.

Questions de passage

4Ville sans réelle tradition propre, sans identité, ou aux identités multiples et à bien des égards brouillées, quel liens tisse-t-elle encore avec ceux qui viennent à elle ? Ces derniers, nous avons convenus de les nommer les « passagers », terme d’une certaine manière impropre mais qui nous paraît le plus indiquer : il souligne, entre autres, le fait de se trouver dans une situation d’entre-deux. Il renvoie à la dimension temporelle et physique du passage dans la matérialité de son lieu. Il rappelle l’idée du transport, à entendre dans toutes ses résonances, y compris celle d’un au-delà du port, que ceux dont nous parlons ont ou veulent, ici, à Tanger, franchir. Il ne s’agit pas, ce faisant, d’embarquer indistinctement tous les « passagers ». Nous avons choisi, afin d’étudier cette singulière situation de passage, d’une part des intellectuels, artistes, écrivains, étrangers et plus particulièrement Français que ce lieu occupe, d’autre part des Marocains étrangers à la ville et qui sont là pour tenter de rejoindre, sans papiers, l’Europe. D’évidence bien des choses opposent ces deux populations, ces deux manières. On peut même les penser pour ce qu’elles sont : hétérogènes, incomparables. Cependant, elles affrontent, toutes deux, une situation de passage, les unes pour être passées à Tanger (comme on dit passer d’un bord à l’autre), les autres pour essayer d’en partir.

5Quel lieu, précisément, est-il pour les uns et les autres ? A quoi Tanger donne-t-il lieu, non seulement dans leurs pratiques mais dans leurs discours ? Que prêtent-ils eux-mêmes à ce lieu, eux qui en sont, selon des modalités différentes, étrangers ? Ceux qui ont passé la frontière pour venir ici, ceux qui sont en passe de vouloir le faire pour aller ailleurs. Quels obstacles ou quelles facilités rencontrent-ils ? Quelles limites ouvrent ou ferment leur passage ?

6Si, au cœur de ces questions se pose celle d’une éventuelle identité du passage dans le passage de ces identités, ce n’est pas qu’il faille en réifier l’idée. Le passage est en effet le moment d’un processus et d’une tension. Ce moment existe dès le départ, et pourtant n’est peut-être pas tout contenu en lui. L’acte de partir d’une certaine manière le fonde. Cependant, notre question ne saurait être indifférente à cet acte et à ses effets. Le départ se supporte parfois (souvent ?) d’un projet qui informe le passage lui même, l’idée que l’on s’en fait. Mais quel rôle joue-t-il exactement ? De quelle manière encadre-t-il le passage et lui donne-t-il sens ?

De quelques étrangers à Tanger : à la recherche d’un lieu

7Paradoxalement, pour la plupart des Européens (rappelons : intellectuels, artistes, écrivains), le projet, tout du moins dans sa rationalité, ne semble pas, à les entendre, être à l’origine de leur venue à Tanger. Ils disent s’y être trouvé dans le plus ou moins grand des hasards. A l’indétermination de ces derniers fait écho l’indétermination du mystère qu’on prête à la ville et qui indiquerait, selon eux, la persistance à y rester pour un temps. Aussi bien est-ce un effet de miroir, du moins dans les discours, qui paraît jouer. Et ce miroir brille d’autant plus qu’on a trouvé la ville souvent hostile, déplaisante :

plus que deux ou trois fois par an… J’étais venu à Tanger comme ça… ça nous a pas plu du tout. Je voulais comprendre pourquoi ça marche pas. On a loué une maison vers la petite montagne, et on s’est fait attrapé par Tanger, on a pris la « tangérite »… Tanger, c’est étrange… on ne sait pas où on est. C’est indéfinissable, c’est une espèce d’envoûtement… Mais dans mon cas personnel, familial, il y a des traces de quelqu’un qui vient d’ailleurs. » (Luc)

8C’est contre ses apparences et derrière elles que le mystère a joué. Si on est venu ici par hasard, on dit maintenant y rester par nécessité. On ne saurait quitter cette ville certes insaisissable mais unique, où, disent-ils pour la plupart, « Tout est possible », où tout pourrait vous arriver et où l’on pourrait tout se permettre. Ces propos tenus, entendus, nous semblent être éclairés par d’autres qui nous parlent du désoeuvrement, des échecs de toute nature rencontrés en Europe et auxquels on n’a pas su faire face, enfin de l’uniformité génératrice d’ennui qui régnerait là-bas d’où l’on vient. L’un d’eux raconte :

« Je suis arrivé ici sans presque rien, dans une espèce de fuite… de sérieux problèmes affectifs… J’ai pris la pension la plus minable de la médina et je me suis dit : si tu tiens le coup trois jours dans cet endroit, dans cette ville, alors c’est gagné… »

9Le passage, on l’entend, peut proposer la résurrection et devient ici initiatique. Il peut effacer, dans l’épreuve, les douleurs d’avant, promettre de nouvelles attentes, faire qu’on s’en sorte. Et, en effet, on peut s’en sortir, pas forcément économiquement, encore qu’il soit plus facile de vivre, comme l’on dit, avec les mêmes moyens ici que là-bas, mais socialement. On peut sortir de l’anonymat. La communauté des autres comme vous, même si chacun garde son quant-à-soi, vous reconnaît. Vous devenez quelqu’un. Du reste, certains d’entre eux tentent ou réussissent à faire œuvre ou à laisser des traces : on se livre à l’écriture, au journalisme, à la photographie. On parcours le Rif à la recherche d’anciennes recettes culinaires, on crée des fondations.… On achète parfois une maison, même si l’on affirme ne jamais vouloir s’installer définitivement à Tanger mais plutôt faire le va-et-vient avec l’Europe.

10Si ces « passagers » sont venus à Tanger par hasard, sans idée ou alors vague de ce que fut la ville, ils en découvrent après coup ce que l’usage littéraire appelle son mythe. Retenons une des déterminations la plus souvent évoquée : celle d’une ville « où tout le monde est passé ». « Tout le monde » : Delacroix, Matisse, Degas, Morand, la Beat generation (Burroughs, Ginsberg, Gysing), les Hippies, Genêt (mort et enterré non loin de là, à Larache), Beckett, Barthes, etc. Parfois on ajoute à cette liste non-exhaustive le nom d’intellectuels, artistes ou écrivains qui y seraient venus comme secrètement. Le recours aux mots du mythe, ici surtout littéraires, au double sens où il concerne surtout les Lettres et comme l’indique R. Caillois où « on est en présence de la littérature qui, de ce point de vue, serait une activité se substituant à la mythologie quand celle-ci perd sa nécessité », ce recours permet de distinguer et de se distinguer. L’éclat que ce faisant on prête au lieu peut aussi masquer ou enjoliver une réalité souvent plus prosaïque. Par les mots du mythe on indique aussi appartenir à un ensemble plus vaste et qui dépasse. Cette topologie imaginaire fait ancrage. Le passage par le mythe semble ici un détour nécessaire même s’il crée un mythe du passage, pour définir à soi-même un lieu possible :

« Je suis d’abord un passant… mon passage, ça finira peut-être ailleurs… je sais que tout cela est précaire. Mais je ne veux pas être seulement spectateur… Je veux laisser des traces, c’est comme ça qu’on existe, qu’on puisse dire… oui, il a été à Tanger, il a fait ça… il est passé. » (Luc)

11Un écrivain français célèbre qui a noué, il y a trente ans, avec la ville, des liens particuliers, semble, dans cet extrait d’entretien, dire un versant de la polysémie que ce lieu de passage suscite :

« Si j’étais d’humeur romantique, je vous dirais que c’est la ville où j’ai failli mourir en 1966, et ressuscité en 87 et 97… Sinon c’est un endroit où j’aime travailler, et comme je suis un peu nomade, à la recherche du lieu nomade par excellence… du lieu où l’on peut se poser tout en passant, du lieu où l’on peut séjourner sans s’installer, du lieu où l’on peut être là sans y être, tout en étant ailleurs… »

12C’est dire qu’il s’agit d’aller vers un lieu où le signifiant « passage » fait sens.

13On peut mieux comprendre dans ces conditions qu’il y ait sinon obligation au moins tentation à être porté par la mythomanie : on s’en nourrit et on la nourrit, acteur et spectateur à la fois.

14Si l’on demande à ces Européens leur sentiment sur cet autre lieu de passage qui concerne ceux qui, du port de Tanger, veulent, sans papiers, rejoindre l’Europe, généralement revient un mot : illusion. Ceux-là seraient victimes dans le meilleur des cas de l’illusion propre à la misère, illusion entretenue sinon fabriquée par les media, surtout télévisuels et par les Marocains résidents à l’étranger. Si ces Européens disent parfois comprendre leurs motivations, beaucoup se demandent ce qu’ils vont bien pouvoir faire là-bas. C’est aussi ce que nous essayons de comprendre, mais pas seulement.

15Avant de revenir au port et plus particulièrement au port de pêche où se sont effectuées une grande part de nos observations concernant ces autres « passagers », un mot sur quelques éléments du contexte. A Tanger, mais par ailleurs au Maroc, et tout particulièrement dans la jeunesse, se fait entendre une identique litanie : partir ! Certes, le contenu de ce partir ne se présente pas toujours de la même manière, le passage à l’acte n’a pas toujours le même sens, de même que le renoncement à sauter le pas.

De quelques autres figures de passage

16Les « partants ». Ils le sont presque tous en un sens, mais ceux-là manifestent davantage que les autres un désir culturel de partir. Ils évoquent la question économique, comme la plupart des autres (« Il n’y a pas de travail ici, il n’y a rien à faire… ») et, même s’ils sont de Tanger, beaucoup se sentent ici en attente, de passage. Il faut partir surtout parce que tout ici est étouffant. Ils ne paraissent pas les plus démunis, sans être cependant des privilégiés. Dans la mesure où ils sont de Tanger la plupart vivent dans leur famille. Ce qui paraît les distinguer c’est leur sens des repères. S’ils veulent partir, ils ne veulent pas le faire à tout prix, dans les pateras (petites barques de pêcheurs) ou sous les essieux de camions, par exemple.

17Les « revenants ». Eux aussi veulent partir et évoquent des motifs culturels, mais au sens littéral de l’identité culturelle. De fait, ils n’ont jamais vécu à Tanger, et se trouvent ici dans un passage forcé. Ils ont été expulsé du pays où ils ont toujours vécu (France, Belgique), souvent pour des raisons de délinquance et ne s’y retrouvent plus. S’ils étouffent ce n’est pas tant d’aspirer à quelque chose qu’ils n’ont pas connu que d’avoir connu quelque chose qui a pour eux disparu.

18Les « séjours » à l’étranger : Ce sont ceux qui ont pu tra­vailler à l’étranger pour quelque temps ( France, Italie, Espagne surtout), dans le travail dit clandestin, ou qui se sont livrés, pour survivre, à la prostitution, au commerce de la drogue. Ceux qui ont été repris, expulsés et que l’on retrouve donc à Tanger, malgré les difficultés de tous ordres et des vies, souvent d’une très grande détresse, connues en Europe, ne souhaitent que repartir.

19Les « tournants ». Ceux qui ne passent à Tanger que le temps d’un travail saisonnier ou occasionnel et qui ne le trouvent pas toujours, pour ne pas dire que rarement.

20Notre intention est de montrer, autant que faire se peut, un arrière-plan dans lequel se situe ceux du port de pêche qui veulent illégalement partir en Europe. Ils ne veulent pas partir illégalement par on ne sait quel amour de la transgression, même si, comme nous l’avons lu et entendu, leur désir est d’autant plus aiguisé que l’interdit est fort. Ils se trouvent dans cette situation à cause d’une misère économique, culturelle, sociale conjointe à une politique européenne qui leur ferme les frontières.

21Le port de pêche de Tanger est leur lieu privilégié, si l’on peut dire, de refuge. C’est là où, depuis huit mois maintenant, nous les avons rencontrés, fréquentés, essayant de comprendre ce qui se passait dans leur temps de passage.

Un lieu de passage : Port et port de pêche

22Le port de pêche de Tanger se trouve dans la zone portuaire. C’est un port à la forme d’espaces juxtaposés qui, s’ils ne sont pas sans liens les uns avec les autres, ne composent pas non plus une unité sans faille. Il ne donne pas, en tous cas, l’idée de la belle harmonie qu’on s’attend à trouver dans un tel lieu. Il se trouve dans un espace somme toute restreint. Il est peu visible de l’extérieur, non seulement de l’extérieur de la zone portuaire mais dans cette zone elle-même. De plus, de l’intérieur du port de pêche, on ne peut en voir à chaque fois qu’une partie à cause des bâtiments qui masquent les autres. Aussi cela lui donne-t-il un aspect d’enclos.

23Il n’est pas improbable que la configuration indiquée dissuade tout visiteur ou touriste de s’y rendre. Il n’est pas un lieu de promenade. Il est vrai que la zone portuaire elle-même n’incite pas aux incursions distrayantes, à la flânerie. Le port de pêche de Tanger est en ce sens le contraire de celui de Essaouira (et de tant d’autres bien entendu), dans le Sud, sur l’Atlantique, qui est, lui, ouvert, plein de charmes et sur une partie duquel on a dressé des tables, en plein air, où les touristes viennent savourer du poisson frais. L’ignorance dans laquelle est tenu le port de pêche de Tanger est à ce point symptomatique que les voyageurs arrivant d’Europe par bateau et qui passent donc à quelques mètres ne s’y arrêtent jamais et n’y viennent pas davantage un autre jour.

D’un mot

24C’est là que se tiennent les « harragas », mot apparu, semble-t-il, vers les années 90, néologisme qui désigne tous ceux qui tentent de partir en Europe sans papiers. On pourrait se contenter du sens de ce mot donné par les « harragas » eux-mêmes ou par des journalistes intéressés peut-être par la nouveauté du terme et son contexte « sensationnel ». Quant aux autorités, bien sûr, elles ne l’utilisent jamais puisqu’il est un mot inventé, non répertorié dans le lexique, un mot en quelque sorte clandestin lui-même. Ce n’est pas un mot neutre, pas plus que « plouc » ne signifie paysan ou « prolo » ouvrier. Selon les « harragas » eux-mêmes et des lettrés marocains, la provenance possible de ce mot se rapporterait à un verbe arabe signifiant « enflammer, brûler », « brûler sa vie » précisent certains d’entre eux. On nous indique aussi que ce mot peut être lié au fait que les « harragas » détruisent, « brûlent », tous leur papier d’identité (leur carte nationale en particulier) avant de partir et ce afin de pouvoir jouer sur cet anonymat. Ils imaginent ainsi qu’on ne pourra pas les renvoyer au Maroc au cas où ils seraient pris et qu’ils pourront par exemple se faire passer pour Algérien et, de ce fait, s’ils se trouvent en France, éviter une expulsion.

Les risques du passage

25On le voit, le mot supporte des connotations liées aux risques physiques parfois extrêmes encourus (ils peuvent en effet perdre leur vie dans le détroit), et à celles qu’impliquent la perte d’identité qui, pourrait-on croire pour n’être que celle des papiers, n’implique pas moins pour les acteurs des conséquences sociales et psychiques graves.

26Etre « harraga » au port de pêche de Tanger (et sûrement ailleurs aussi), c’est déjà être pris dans ce paysage physique et mental-là. Nous disions plus haut que le port est un lieu de refuge. Il ne l’est qu’en un sens. Certes, les « harragas » peuvent y trouver de quoi survivre le plus souvent en rendant de menus services aux pêcheurs : transport de cageots, par exemple, contre un ou deux poissons. Parfois c’est par terre que l’on cherchera un poisson qui traîne ou, c’est souvent le cas des plus jeunes, mais pas seulement, on attendra, comme chats affamés, devant les quelques échoppes de restauration que les clients (pêcheurs, travailleurs du port) veuillent bien vous laisser des restes. Pour dormir ou se reposer il y a les amas de filets, quelques pelouses dégarnies un peu en dehors du port (surtout le jour et par temps clément) et, pour la nuit, le petit parc de véhicules saisis en douane, abandonnés, rouillés. Pour une partie de la nuit seulement, puisque c’est à ce moment-là surtout que les « harragas » tentent leur chance pour accéder sous un camion de l’export, vers la gare maritime des voyageurs, à deux pas du port de pêche. S’ils y arrivent, malgré la surveillance des camionneurs, des policiers en uniforme ou en civil, des douaniers, ils embarqueront sur un bateau généralement en partance pour Algésiras, en Espagne. Mais la tâche n’est pas si facile. On peut parfois observer des courses poursuites, si ce n’était le contexte dramatique, dignes d’un film de « Charlot ». La course se termine souvent au commissariat du port où tabassage et vexations sont de rigueur. En plein hiver, par exemple, on peut aller jusqu’à leur « confisquer » leurs chaussures voire plus, afin, dit-on, de les empêcher de partir. S’ils possèdent (ce qui est rare) des objets de petite valeur, ils pourront en être dessaisis au motif qu’ils ont dû les voler !

27Lieu de refuge en un sens, de survie, le port de pêche et la zone du port sont aussi des lieux d’exposition. Dans ce temps du passage on y risque d’y être amoindri encore, d’y perdre de sa dignité, de ne plus s’y retrouver :

« Quand je me lève, je ne sais jamais ce que vais faire. Je suis comme une feuille au vent. Je pense d’abord à manger. Parfois, je prends un petit déjeuner, puis plus rien dans la journée… Ce matin, c’est un pêcheur compréhensif, et que je connais un peu, qui a partagé avec moi son thé, du pain et l’huile… Si j’avais su avant que je devais mener cette vie, j’aurais préférer mourir… Je ne passerai pas longtemps comme ça. Je préfère me piquer et crever,… On dit que c’est les plus belles années de la vie et je les passe comme ça ! C’est pas possible ! » (Saïd)

Le temps du passage

28Peut-être le plus difficile dans le temps de passage, c’est le temps. Les « harragas » s’y trouvent dans une sorte de double attente active : celle du jour où il faut chercher à survivre, refaire ses forces, être à l’affût des moindres informations utiles, échanger, avec quelques autres, ses expériences : celle de la nuit, où tous les efforts se concentrent pour se glisser sous un camion que l’on a repéré parfois bien avant, pour échapper à tous les contrôles. Le jour ou en fin de journée, on peut passer quelques moments ensemble aussi pour se distraire, sourire ou rire des mésaventures qui sont arrivées. Rachid, qui a déjà passé trois ans clandestinement en Europe, qui s’est fait prendre à la suite d’un grave accident de voiture qui le rend boiteux, s’institue pour quelques instants, auprès de sept ou huit autres, Président des harragas et moi son hôte d’honneur ! Si l’on n’oublie pas le temps des malheurs, on peut en passer à le détourner.

29Il ne s’agit pas d’une grande fraternité mais d’un moment où l’on peut se reconnaître des mêmes espoirs et des mêmes peines. Du reste il faudrait ici distinguer entre les « harragas »-citadins, ceux qui viennent des villes moyennes ou grandes et ceux de la campagne, en particulier de Béni Melal, région traditionnelle d’émigration. Les uns et les autres se mêlent peu, sauf dans les moments que nous avons rapidement évoqués. Ces derniers vont souvent en petit groupe, restent solidaires, viennent parfois des mêmes villages et ont des réseaux en Europe. Les autres demeurent foncièrement solitaires et les considèrent péjorativement. Ils sont gênants dans le port parce que très repérables. Ils ne parlent pas de langues étrangères et, plus déterminés à travailler occasionnellement au port de pêche, ils sont un obstacle à leur tactique de survie. En fait, pour les « harragas »-citadins, les vrais « harragas », dont on peut se moquer, ce sont ceux-là.

30Mais pour les uns et les autres, même si le temps ne se décline pas de la même façon, à trop décliner, trop durer, installe découragement, désespoir et accroît le ressentiment voire la haine pour son propre pays. Pourtant on (en) reste là. Au moins pour deux raisons, nous semble-t-il. D’abord parce que partir est une question de chance, notion ici toute empreinte de religiosité. Si Allah a tout le temps, eux aussi, et rien ne saurait les faire renoncer à l’épreuve de Sa volonté. Ensuite, même quand les liens familiaux sont distendus, on ne peut attenter à une image que l’échec du passage entamerait inévitablement. Le retour chez soi ne pourra se faire, éventuellement, qu’une fois la frontière franchit. C’est ce qui explique, en partie, cette obstination à partir ou repartir, malgré les expériences désastreuses que l’on a pu faire en Europe. Désastre relatif pour beaucoup d’entre eux. Le port et le port de pêche préparent à bien des épreuves : celle de la nécessité vitale, de l’humiliation, de la dépendance, du rejet, de la perte d’identité, etc. En Europe les mêmes épreuves n’auront pas le même sens et seront colorées, quoi qu’il arrive, d’une place enfin trouvée. Passer, c’est passer d’un monde absurde, où vous êtes un déchet, où vous ne comptez pour personne, où même en vous montrant vous êtes des disparus, à un monde où, fut ce en clandestin, vous paraissez, vous existez. La drogue, la prostitution, la délinquance, la prison ne changent rien à l’affaire, puisqu’il s’agit de retrouver une identité, même composite et contradictoire, où on aura enfin le sentiment d’être passé de l’autre côté et même à la marge, « d’en être ».

Passages : lieux du passé, du présent, de l’avenir

31Dans le passage des Européens, c’est un mythe affadi et des conditions avantageuses de toute nature qui peuvent permettre, précisément, de passer ou, même, de vivre dans un entre-deux où on peut jouir de l’indétermination. Que ce passage ait lieu dans une ancienne colonie française et dans une ville qui aurait été et serait encore cosmopolite aiguise une question que nous ne saurions traiter ici. Dans les discours et davantage les pratiques que nous avons pu observer persiste, y compris dans ses modalités humanistes, sinon un rejet du moins une dénégation de l’autre, en particulier du « harraga ». Ces derniers, plutôt dans la souffrance et l’espoir, cherchent aussi ailleurs un lieu. Chacun essaye de faire avec les bris et les bruits de son histoire, de celle qui les a précédés, de celle qui peut encore s’inventer. Chacun, dans le passage, raconte une mémoire et dit son lieu.

Haut de page

Bibliographie

Actes de la VIe rencontre de Tétouan, GERM (Groupement d’Etudes et de Recherches Méditerranéennes), Rabat, octobre 1995.

Bourdieu P., Sayad A. Le déracinement. Paris, Minuit, 1964.

Bouvier P. Socio-anthropologie du contemporain. Paris, Galilée, 1995.

Bouvier P. Le travail au quotidien, une démarche socio-anthropologique. Paris, PUF, 1989.

Caillois R. Le mythe et l’homme. Paris, Gallimard, 1938.

Chattou Z. Migrations marocaines en Europe. Paris, L’Harmattan, 1998.

Chebel M. L’Imaginaire arabo-musulman. Paris, PUF, 1993.

Chouchri M. J. Genêt et T. Williams à Tanger. Paris, Quai Voltaire, 1992.

El Kouch. Regarde voici Tanger. Paris, L’Harmattan, 1996.

Miège J.-L., Bousquet G. Tanger, porte entre deux mondes. Paris, ACR, 1992.

Rabinow P. Un ethnologue au Maroc. Paris, Hachette, 1988.

Rondeau D. Tanger. Paris, Quai Voltaire, 1987.

Sayad A. L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. Bruxelles, De Boeck, 1991.

« Tanger au miroir d’elle-même ». Horizons Maghrébins, n°31/32, 1996.

Van Gennep A. Les rites de passage. Paris, Picard, 1981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Fernandez, « Passages à Tanger », Socio-anthropologie [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/112 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.112

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org