Navigation – Plan du site

Une gestion de défunts inédite au néolithique (Valenciennes, Nord)

William Devriendt, Marianne Deckers et David Delassus
p. 7-21

Texte intégral

1La fouille d’un gisement néolithique en contexte de vallée à Valenciennes (Nord) a permis de mettre au jour un habitat dominant une plaine marécageuse associé à de nombreux restes osseux humains. Leur répartition sur le site suggère un rapport étroit voire intime entre le monde des vivants et celui des morts et échappe actuellement à toute interprétation. Cet article propose des pistes de  recherche.

Contexte général : sites funéraires néolithiques en Nord-Pas-de-Calais

2Quoique les sépultures néolithiques aient fait l’objet d’investigations précoces qui permettent aujourd’hui d’en saisir bon nombre de particularités, certaines découvertes recèlent encore leur part de mystère en raison de leur caractère original. C’est notamment le cas du site Néolithique récent/final de la rue Bernier, à Valenciennes (Nord).

3Comme toutes les régions de France, le Nord-Pas-de-Calais n’a pas échappé à l’engouement des pionniers de l’archéologie du XIXe siècle pour le mégalithisme et les sépultures collectives. Il en résulte une perte d’informations inhérentes à l’inadaptabilité des méthodes utilisées. Par ailleurs, la faible quantité de sépultures découvertes jusqu’alors permet au mieux de dresser un inventaire mais empêche toute caractérisation des rites funéraires du Néolithique régional. En effet, d’après le dernier grand inventaire des sépultures collectives de France (Soulier, 1998), on estime à une dizaine le nombre de sites sépulcraux néolithiques dans cette région (De Saulce, 1998). Les données recueillies souvent de longue date ne reposent que sur une vingtaine d’individus tout au plus, souvent fragmentaires, pour lesquels les observations réalisées in situ sont relativement succinctes.

4Dans ce contexte, la découverte d’ossements humains bien conservés, se révèle être un atout majeur pour améliorer nos connaissances du peuplement et des pratiques funéraires au Néolithique dans le nord de la France. Cependant, les fouilles réalisées sur le site de la rue Jean Bernier, à Valenciennes, sortent des schémas habituellement rencontrés pour ces périodes, tant au niveau régional que national. Par conséquent ce site, dont l’étude est en cours, offre un contexte à la fois original et singulier, mais soulève également de nombreuses interrogations d’ordre paléo-ethnologique.

Un site palustre original

5Le gisement de la rue Jean Bernier est localisé au sud de la ville de Valenciennes et occupe le versant oriental de la vallée de l’Escaut. À la suite de deux diagnostics menés en juin 2005 et en février 2006, deux fouilles préventives ont été réalisées de mai à août 2006 et d’avril à août 2007 par le Service Archéologique de Valenciennes en collaboration avec le Centre de Recherche d’Archéologie Nationale de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve. À cette occasion, des vestiges archéologiques mis au jour correspondent notamment à une occupation néolithique récent/final (Leroy et al., 2006). Durant celle-ci, un habitat fut installé sur le versant dominant la plaine marécageuse de l’Escaut. Cette installation se présente à la base d’une petite unité de limons colluviés et bioturbés colmatant localement les structures excavées (fosses) et des aménagements de berge (drains ouverts). Ces derniers correspondent à des creusements profonds inclinés incisant la berge en direction d’une cuvette dont l’eau est sans cesse renouvelée (figure 1). Ces aménagements n’ont pu être réalisés qu’une fois la berge dégagée à la faveur du retrait des eaux. Régulièrement comblés par des apports de versant et par les crues de la plaine alluviale, ces structures ont fait l’objet d’un entretien par élargissements et recreusements.

Figure 1 : Vue générale du site.

Figure 1 : Vue générale du site.

On distingue au premier plan la cuvette ainsi que les îlots émergents du niveau sourcier et au second plan le versant et ses aménagements.

6La cuvette correspond à un ancien niveau sourcier réactivé par la fouille. Elle présente une série d’îlots plus ou moins alignés latéralement et des dépressions métriques. Parallèlement, le relief assurait la présence de petites retenues d’eau claire. Les principaux niveaux archéologiques en relation avec l’occupation néolithique correspondent à des formations de tufs carbonatés, des limons et des sables alluvionnaires colmatant la zone déprimée. La fouille de la cuvette s’est révélée d’un intérêt particulier par la mise au jour, parallèlement au niveau détritique, d’ossements humains parmi le mobilier domestique. Celui-ci est composé d’industrie lithique avec notamment de nombreux nucléus et percuteurs suggérant des activités de taille sur le site, de la céramique grossière et fine attribuables au groupe culturel Deûle-Escaut, de rares objets en os ainsi que des restes de faunes comportant des traces de découpes, témoins probables de rejets de boucherie ou de consommation.

Restes humains : entre rejets et dépôts intentionnels

Disposition sur le terrain

7Les restes humains sont présents dans tous les niveaux archéologiques de la cuvette. Dans les niveaux les plus anciens, les ossements datés par radiocarbone (LY-13988, 4075 ± 55 age14C BP) montrent de rares connexions et sont majoritairement déposés en bordure de berge ou en contrebas des îlots. Le dernier contexte alluvionnaire contient quant à lui, des sujets en connexion anatomique au sommet d’îlots d’origine anthropique (LY-13989, 4045 ± 40 age14C BP).

8De manière générale, les ossements humains localisés le long de la berge sont répartis de manière aléatoire parmi les restes domestiques. Si les connexions anatomiques dans ce secteur sont quasiment inexistantes, quelques concentrations osseuses sont néanmoins remarquables. Parmi ces concentrations, il est souvent possible de réaliser des regroupements osseux par contiguïté articulaire. Ainsi, au sein de ces regroupements, des reconstitutions de tout ou parties de portions anatomiques ont pu être réalisées, notamment des parties de squelette tronculaire (vertèbres et côtes s’articulant entres-elles) que l’on peut envisager comme des connexions persistantes, voire comme les connexions ultimes après la décomposition des corps. Par ailleurs, la répartition de ces groupes d’os est généralement très faible, ce qui donne l’impression sur le terrain – à défaut de véritables connexions stricto sensu – de connexions simplement déplacées. Ces différentes observations permettent de formuler quelques hypothèses : la présence de groupements d’os s’articulant entre eux et en particulier d’articulations persistantes, permet d’envisager un dépôt ou rejet de véritables parties anatomiques associées à des ossements sans connexion le long de la berge. Par ailleurs, leur faible répartition spatiale suggère que les courants liés à la résurgence sourcière étaient faibles, suffisamment en tout cas pour ne pas avoir d’incidence forte sur la dispersion des os après qu’ils aient été libérés de leurs dernières contentions articulaires, ce qui va de pair avec un contexte marécageux. En d’autres termes, quelques ossements encore en connexion semblent avoir été rejetés le long de la berge et il est probable que les dernières phases de décomposition se soient produites dans l’eau. Dans tous les cas, ces ossements semblent tous résulter de dépôts secondaires.

9Parallèlement à ces ossements en désordre, trois mandibules semblent se distinguer par leur localisation et leur répartition. Situées le long de la berge, elles sont néanmoins isolées du reste de l’échantillon. Par ailleurs, elles sont alignées, réparties parallèlement à équidistance l’une de l’autre et toutes trois orientées ouest-est dans le sens sagittal (figure 2). Quoique anecdotique, l’organisation de ce groupe ne semble pas résulter du simple hasard, mais apparaît bel et bien procéder d’un dépôt volontaire, dont les tenants et les aboutissants nous échappent totalement à ce stade de l’étude.

10À côté de ces ossements en position erratique, existent quelques squelettes ayant conservés de nombreuses connexions anatomiques. Ces sept individus sont généralement déposés au sommet ou à proximité immédiate d’îlots visiblement façonnés par l’homme. Ces buttes, plus ou moins alignées au sein de la cuvette, n’avaient reçu aucun aménagement si ce n’est parfois quelques creusements correspondant à des petites fosses ou à des piquets plantés. La nature des connexions conservées est variable d’un sujet à l’autre. Certains de ces individus se résument à des concentrations osseuses dans lesquelles ne subsistent qu’une ou deux connexions.

Figure 2 : Alignement de mandibules le long de la berge

Figure 2 : Alignement de mandibules le long de la berge

11D’autres, au contraire permettent de se faire une idée relativement précise de la position originelle du corps tant les connexions sont nombreuses. À défaut de réaliser une description précise de chacun de ces squelettes, il est néanmoins possible de présenter quelques sujets particulièrement significatifs. Le sujet SP2000 se résumait sur le terrain à une partie importante de squelette tronculaire encore en connexion (vertèbres et côtes), disposé en décubitus ventral sur le versant d’une butte. Il était associé à une mandibule située à proximité immédiate et à quelques os longs répartis aléatoirement en contrebas du même versant (figure 3).

Figure 3 : Individu SP 2000

Figure 3 : Individu SP 2000

12Le squelette SP2004 était représenté par la ceinture scapulaire, la majorité du squelette tronculaire (vertèbres thoraciques, côtes droites, vertèbres lombaires), l’ensemble des os constituant le bassin (coxaux et sacrum), quelques os longs et surtout le rachis cervical et le crâne. Le fait le plus remarquable réside dans la position de certains os qui résulte principalement de la position initiale de la dépouille, déposée au sommet d’une petite butte. Ainsi, le crâne détaché du reste du corps se situait en contrebas du versant. Au moment de sa chute, il semble avoir emporté l’ensemble du rachis cervical et la mandibule qui suivent la même trajectoire et se répartissent le long de la pente. Il en va de même en ce qui concerne l’humérus droit : après libération des contentions articulaires, celui-ci a chuté et s’est retrouvé en contrebas du versant, présentant ainsi sa face postérieure. Le fémur droit a subi exactement le même phénomène (figure 4).

13Ces observations permettent d’envisager que la décomposition du corps s’est déroulée en espace vide ou, compte tenu du contexte particulier, dans l’eau. Par ailleurs, la présence de connexions labiles (présence du rachis cervical au complet, connexion anatomique de l’axis et de la troisième vertèbre cervicale), la position de certains os longs (humérus et fémur notamment) pour lesquels la position anatomique initiale peut-être déduite, impliquent une déposition du corps dans son intégralité. Néanmoins, dans le cadre de cette hypothèse, l’absence de certains os ou parties anatomiques laisse perplexe et trouve difficilement d’explications, d’autant que les courants palustres, comme cela a déjà été évoqué, ne peuvent être tenus pour responsables d’une importante répartition des ossements.

14Le squelette SP2141-2144 est tout aussi intéressant. Toutes les parties anatomiques sont représentées, y compris les connexions labiles (rachis cervical, carpes, métacarpes, tarses et phalanges). Les connexions conservées sont relativement aléatoires. Ainsi, la totalité de la jambe gauche, du fémur jusqu’aux phalanges distales, avait conservé son intégrité anatomique en position semi fléchie. La jambe droite n’était conservée que sur sa partie distale (tibia, fibula et quelques éléments du tarse). Quelques connexions plus lâches étaient également conservées, notamment le bras gauche (humérus, radius et ulna, éléments constituant la main) et l’avant-bras droit (radius et ulna). Le reste du squelette ne présente pas de connexion, mais tous les os sont répartis et concentrés dans les zones qu’ils occupaient sans doute initialement, si bien que l’on peut déduire que l’individu était déposé vraisemblablement en décubitus latéral gauche. On peut penser qu’au moment du dépôt, le corps s’est très rapidement enfoncé, en partie du moins, dans les sédiments palustres tapissant le fond de la cuvette, ce qui a favorisé le parfait maintien de certaines connexions anatomiques. En revanche, les éléments qui émergent de cette couche, se sont répartis au gré des courants même faibles, après libération des contentions ligamentaires.

Figure 4 : Individu SP 2004

Figure 4 : Individu SP 2004

15Ces deux dernières observations, ainsi que le lien systématique qui existe entre les squelettes en connexions et les buttes artificielles, permettent d’envisager qu’il s’agit bel et bien de dépôts intentionnels et non d’individus noyés. En outre, les observations montrent – à l’inverse des os retrouvés le long de la berge – qu’il s’agit de dépôts primaires, secondairement perturbés.

16Si l’intentionnalité du dépôt peut être avancée ici, le dessein funéraire apparaît beaucoup plus difficile à appréhender et à démontrer.

17Dans ce cadre, l’étude préliminaire des ossements vient conforter quelques observations et apporte déjà quelques éléments de réponse.

Recherches en laboratoire : résultats préliminaires

18L’existence de dépôts primaires et secondaires trouve appui dans l’étude des ossements en laboratoire. En effet, l’inventaire détaillé permet de mettre en évidence des sous-représentations osseuses marquées, notamment en ce qui concerne les os des extrémités (carpes, métacarpes, métatarses et phalanges). Le rachis cervical fait également partie des éléments les moins bien représentés. L’absence de cette catégorie d’ossements est souvent à mettre en relation avec des rites secondaires : ces petites pièces anatomiques peuvent être oubliées, perdues ou détruites depuis le lieu où s’est déroulée la décomposition du corps ou tout simplement lors du transport des restes vers leur lieu de dépôt définitif (Duday, 2005). Par ailleurs, si ces éléments présentent de faibles taux de représentativité lorsque l’on considère l’échantillon dans son intégralité, ils se révèlent en revanche bien représentés chez les sujets en connexion. En d’autres termes, ces os sont absents de l’échantillon le long de la berge mais bel et bien présents chez les squelettes individualisés. Preuve qu’il existe bien deux dépôts co-existants sur le même gisement : un dépôt secondaire le long de la berge et des dépôts primaires répondant aux sujets en connexion.

  • 1  Au moment de la rédaction de cet article, quelques os sont encore à examiner. La majorité de la co (...)

19Que ce soit pour les ossements erratiques ou pour les squelettes en connexion, les premiers résultats de l’étude mettent en évidence un recrutement particulier des individus. Tout d’abord, la présence de sujets masculins paraît presque exclusive avec sept hommes pour une seule femme. Fait plus surprenant encore, c’est la quasi-inexistence d’enfant. En effet, à ce stade de l’étude1, seuls trois fragments d’os immatures ont été repérés : deux fragments d’un seul et même fémur dont l’âge a été estimé entre 15 et 19 ans et un fragment de vertèbre sacrée pour laquelle un âge compris entre 5 et 9 ans peut être avancé. Si des sépultures d’enfants ont bel et bien existé sur le site, il apparaît évident que leurs ossements ont été volontairement exclus. En effet, l’état de conservation exceptionnel de cette série ostéoarchéologique permet d’exclure tout processus de destruction taphonomique responsable de la disparition de tout ou partie de l’échantillon.

Un gisement à la charnière entre monde des morts et monde des vivants

20Sans pouvoir fonder une interprétation précise du site, les observations réalisées – que ce soit directement sur le terrain ou en laboratoire – permettent de dégager quelques certitudes. Les ossements retrouvés le long de la berge sont clairement liés à un contexte détritique compte tenu du fait qu’ils sont associés à de la céramique, à du matériel lithique et surtout à des restes de faunes sur lesquels se lisent des activités de boucherie. Ils résultent comme le suggèrent les diverses observations, de dépôts secondaires.

21La position des ossements, ainsi que le profil de représentation osseuse des squelettes en connexion, prouvent le dépôt de corps dans leur intégrité anatomique au sommet ou à proximité immédiate de buttes aménagées (pour l’occasion ?). L’examen des différentes connexions visibles et la position des os montrent également que le décharnement de ces sujets va s’opérer sur place. Faits surprenants, dans la mesure où il s’agit, semble-t-il, d’un site à vocation d’habitat. En effet, tandis que les néolithiques s’installent sur le versant dominant la plaine marécageuse, se met en place une pratique – funéraire ou non – dans laquelle le décharnement de cadavres se déroule à proximité immédiate de l’habitat et est même visible depuis celui-ci ! Cette configuration très particulière met en évidence un rapport étroit, voire intime, entre espace des vivants et monde des morts. Mais pas n’importe quel monde ! Il ne s’agit pas de sépultures aménagées, et à ce titre, rien ne prouve la fonction funéraire de ces dépôts. La présence de tombes ou de sépultures proches des habitats n’est pas en soit surprenante (quoique pour ces périodes, le lien existant entre habitat et site funéraire reste encore aujourd’hui difficile à appréhender). De plus, il n’est pas difficile d’appréhender une telle promiscuité entre sépulture et habitation dans notre perception et notre conception contemporaine de la mort. Néanmoins, dans le cas présent, il semble que les occupants aient vécu en symbiose avec ce que nous, populations occidentales contemporaines, considérons probablement comme le côté le plus macabre voire le plus repoussant de la mort, celui de la putréfaction des corps. Cette organisation très insolite n’est pas sans rappeler le travail des « fossoyeurs » néolithiques qui « géraient » les sépultures collectives de cette période : sans doute étaient-ils parfois confrontés à de telles visions lorsqu’ils pénétraient dans les mégalithes ou les hypogées : celles de corps en état de décomposition avancée avec tout ce que cela implique en termes de sensations. Cette remarque permet de souligner le rapport très particulier qu’entretenaient les néolithiques de manière générale avec la mort ou plus précisément avec le mort.

Des interprétations difficiles

22Reste l’interprétation de ces ossements. À ce stade de l’étude, et en l’absence de tout élément de comparaison, bien des hypothèses peuvent être soulevées : sépultures, sacrifices, individus relégués. La piste funéraire reste difficile à démontrer. Il faut pour cela revenir à la définition même du terme sépulture : « Lieu où ont été déposés les restes d’un ou plusieurs défunts, et où il subsiste suffisamment d’indices pour que l’archéologue puisse déceler dans ce dépôt la volonté d’accomplir un geste funéraire […] » (Leclerc et Tarrête, 1988). La présence d’ossements sans connexion en contexte détritique devrait naturellement exclure cette hypothèse en ce qui concerne l’échantillon rejeté le long de la berge. L’interprétation des squelettes en connexion est plus complexe. En dehors de l’intentionnalité du dépôt, aucun indice ne permet de démontrer l’existence d’une gestuelle et donc d’une pratique funéraire parti-culière. Le nombre de connexions anatomiques et la représentation osseuse étant très variables d’un individu à l’autre, il est difficile de percevoir l’ensemble des positions originelles des corps. Les quelques sujets observables ne semblent pas montrer qu’il y ait eu une position préférentielle de dépôt : les décubitus dorsal, ventral et latéral sont représentés de manière équivalente. Par ailleurs, la position des membres supérieurs, qui peut être considérée comme un critère décisif, n’a pu être observée en l’absence d’un nombre suffisant de connexions conservées. Les îlots artificiels pourraient être considérés comme des aménagements spécifiques d’autant qu’ils apparaissent comme étroitement liés aux restes des dépouilles. Par ailleurs, aucun indice ne laisse présager de l’existence de véritables offrandes déposées intentionnellement à l’égard du défunt. Enfin, la représentation quasi-exclusive de sujets adultes masculins laisse perplexe si l’on considère le recrutement des sépultures collectives de cette période (sur le plan aussi bien national que régional). Aussi, si l’hypothèse funéraire n’est pas à exclure, sa démonstration ne repose actuellement que sur des éléments trop disparates.

23L’hypothèse de sacrifices est séduisante et l’on ne peut s’empêcher de penser aux fameux « hommes des tourbières », momies naturelles mis au jour dans les tourbières du nord de l’Europe correspondant aux périodes plus tardives de l’age du Fer : nombreux sont ceux qui portaient les traces d’exécutions (pendaisons, blessures mortelles par armes blanches), d’autant que le contexte marécageux du site de Bernier s’y prête particulièrement bien. Par ailleurs, le caractère violent des néolithiques a maintes fois été démontré (Guilaine, Zammit, 2001). La représentation quasi- exclusive des sujets masculins pourrait coïncider avec l’hypothèse du sacrifice celui-ci pouvant être dicté par des règles strictes, notamment la sélection des individus. Enfin, rien n’empêche qu’il existe un lien étroit entre lieu où se déroule le rite sacrificiel et l’habitat. Pourtant, aucun traumatisme mortel n’a pu être observé sur les squelettes examinés. Il existe cependant bien des manières de tuer et toutes ne laissent pas de traces sur l’os.

24La relégation, c’est-à-dire le simple rejet du cadavre d’un individu n’ayant pas droit à une véritable sépulture, paraît être également une hypothèse recevable. Mais le reléguât qui prévoit l’écartement voire le rejet d’une catégorie d’individus de la part de la communauté, ne coïncide pas dans le cas présent avec la promiscuité qui existe entre vivants et morts.

Des pistes de recherche

25Ainsi, à ce stade de l’étude, bien des hypothèses peuvent être émises mais jamais d’axiome. Afin de pouvoir argumenter sur l’interprétation de ces dépôts, des pistes de recherches sont privilégiées. L’existence ou non de liens entre les deux échantillons constituant cette série ostéoarchéologique (ossements rejetés le long de la berge et squelettes en connexion) doit être déterminée. Cette étude prévoit ainsi la recherche systématique de liens – par contiguïtés articulaires, collages de fragments jointifs et par appariements de pièces symétriques – entre les os des squelettes incomplets et les os erratiques. De tels liens permettraient éventuellement de mettre en évidence une gestuelle complexe où se succéderaient plusieurs étapes rituelles : une phase de dépôt du corps, une phase de décharnement, une phase de prélèvement des os après libération de leurs contentions articulaires et enfin une phase ultime de rejet. Une telle hypothèse expliquerait le caractère partiel des connexions squelettiques observées : les différents corps retrouvés correspondraient à des phases de décharnement plus ou moins avancées. Par ailleurs, l’existence de concentrations d’ossements le long de la berge, témoins de connexions persistantes disparues, trouverait ici tout son sens : ceux-ci incarneraient les ultimes restes prélevés (puis rejetés) des individus. Sans nécessairement apporter d’arguments décisifs en faveur d’une interprétation spécifique (pratique funéraire, sacrifice, relégation, etc.), cette lecture offrirait de solides arguments en faveur d’un véritable rite dicté par une succession de gestes précis. Le gisement de la rue Bernier à Valenciennes n’a ainsi pas encore révélé tous ses secrets.

Haut de page

Bibliographie

De Saulce A., « Les sépultures collectives néolithiques dans le Nord-Pas-de-Calais », In Soulier P. (Dir.), La France des dolmens et des sépultures collectives (4500-2000 avant J.-C.), Paris, Errance, pp. 241-243, 1998.

Duday H., « L’archéothanatologie ou l’archéologie de la mort », In Dutour O., Hublin J.J., Vandermeersch B. (Dir.), Objets et méthodes en paléoanthropologie, Paris, Éditions du CTHS, pp. 153-207, 2005.

Guilaine J., Zammit J., Le Sentier de la guerre. Visages de la violence préhistorique. Paris, Seuil, 378 p., 2001.

Leclerc J., Tarrête J., « Sépulture », In Leroi-Gourhan (Dir.), Dictionnaire de la Préhistoire, Parsis, Edition Quadrige/Puf, pp. 1002-1003, 1988.

Leroy G., Deckers M., Collette O., La fouille d’un site Néolithique final en cotexte de vallée à Valenciennes – rue Bernier (Nord). Internéo 6, Journée d’information du 18 novembre 2006, Paris, Association pour les Etudes Interrégionales sur le Néolihtique (Interneo) et Société Préhistorique Française, pp. 87-92, 2006.

Soulier P., La France des dolmens et des sépultures collectives (4500-2000 avant J.-C.), Paris, Errance, 336 p., 1998.

Haut de page

Notes

1  Au moment de la rédaction de cet article, quelques os sont encore à examiner. La majorité de la collection a été étudiée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Vue générale du site.
Légende On distingue au premier plan la cuvette ainsi que les îlots émergents du niveau sourcier et au second plan le versant et ses aménagements.
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 2 : Alignement de mandibules le long de la berge
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1137/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Figure 3 : Individu SP 2000
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1137/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 4 : Individu SP 2004
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1137/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

William Devriendt, Marianne Deckers et David Delassus, « Une gestion de défunts inédite au néolithique (Valenciennes, Nord) », Socio-anthropologie, 22 | 2008, 7-21.

Référence électronique

William Devriendt, Marianne Deckers et David Delassus, « Une gestion de défunts inédite au néolithique (Valenciennes, Nord) », Socio-anthropologie [En ligne], 22 | 2008, mis en ligne le 14 octobre 2009, consulté le 24 avril 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1137

Haut de page

Auteurs

William Devriendt

Direction de l’Archéologie, Communauté d’Agglomération du Douaisis

Marianne Deckers

Centre de Recherche Archéologique National de l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve, Belgique

David Delassus

Service Archéologique de Valenciennes

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org