Navigation – Plan du site

Recherches récentes sur le site de la place de l’égalité (Sainte-Colombe, Rhône)

Une fenêtre ouverte sur les pratiques funéraires de l’Antiquité tardive en Gaule
Gaëlle Granier
p. 23-37

Texte intégral

1L’Anthropologie funéraire associe des données et des problématiques biologiques et culturelles dans un contexte archéologique. L’étude biologique d’une série ostéologique peut permettre d’appréhender le mode de recrutement d’une population dans une optique paléodémographique (sexe et âge des individus) et d’évaluer l’état sanitaire des sujets. Ces données anthropologiques sont complémentaires de celles issues de l’étude stratigraphique du site, du dépouillement des archives historiques (pour les périodes qui en livrent), de l’analyse de la topographie du site et des architectures utilisées pour les sépultures ou les monuments connexes. Cette recherche pluridisciplinaire, privilégiée par l’Anthropologie funéraire, est essentielle dans l’approche socio-culturelle des populations du passé. Par l’étude de tous les aspects d’un site funéraire, il est possible de restituer les rites funéraires employés, le mode de mise en place et de fonctionnement de la nécropole, mais aussi de comprendre son articulation avec la topographie environnante.

2Les perspectives socio-historiques qui découlent de ce type d’approche ne sont pas négligeables. L’étude archéo-anthropologique, par la détermination du mode de sépulture, nous permet d’identifier les rites funéraires mis en œuvre. L’ensemble de ces rites peut traduire l’appartenance sociale ou religieuse des individus, et ainsi renseigner sur la composition sociale de la population étudiée. De même, l’étude paléopathologique des sujets, en évaluant l’état sanitaire des populations, traduit un mode de vie, d’alimentation, de type d’activité. Corrélée aux données rituelles, elle affine la connaissance du statut social des individus. Toutes ces informations s’articulent avec la situation topographique de la nécropole : à l’échelle d’une cité, existe-t-il des lieux d’inhumation réservés à certains individus, en fonction de leur appartenance sociale ou religieuse ? À l’inverse, certains peuvent-ils être exclus d’une terre d’inhumation sur des critères de sexe, d’âge, de religion, de statut social ou de maladie ? Pour ce faire, on cherchera à établir des corrélations entre les caractéristiques démographiques et sanitaires d’une part et les données matérielles d’autre part. Les différences observées entre les profils démographiques de plusieurs sites peuvent être corrélées à une typologie de sépulture et un emplacement particulier dans la ville. Cette approche de recherche globale nous permet de dégager les spécificités des différents lieux d’inhumation et de comprendre la partition de l’espace urbain entre les morts et les vivants et les lois ou traditions sociales ou religieuses qui ont précédé à ces choix.

3Dans ce contexte de recherche pluridisciplinaire, la cité antique de Vienne (Isère/Rhône) présente un intérêt majeur par son histoire et l’importance des données disponibles. Elle compte une importante nécropole de l’Antiquité tardive fouillée il y a plus de vingt ans et dont nous avons réalisé l’étude dans cette optique. La situation et la typologie de cet ensemble soulèvent, au-delà de son étude propre, des questions sur l’évolution de la topographie des lieux funéraires et des villes à cette période. Ils permettent notamment de réévaluer les traditions historiographiques sur la mise en place et la gestion de lieux funéraires exclusifs par l’Eglise à partir du IIIe siècle.

  • 1  L’équipe était dirigée par Anne Le Bot, S.R.A. Rhône-Alpes.

4La nécropole de la Place de l’Egalité a été découverte et fouillée en partie durant quatre campagnes de fouilles entre 1982 et 1985 (Le Bot, 1982, 1983 et 1984). À la faveur de constructions d’immeubles, l’équipe d’archéologues1 a mis au jour les restes d’une occupation du Haut Empire (des thermes publiques et une domus) et d’un ensemble funéraire de l’Antiquité tardive.

  • 2  Le pomerium est l’enceinte sacrée (qui ne se superpose pas forcément à l’enceinte construite) de l (...)

5Ces découvertes s’inscrivent dans le contexte de la ville antique de Vienna, agglomération romaine majeure et capitale des Allobroges, située à environ 30 kilomètres au sud de Lyon (Figure 1). La ville actuelle de Sainte-Colombe est implantée sur la rive droite du Rhône, et est inscrite dans l’extension de la ville antique, au même titre que les actuelles communes de Vienne et Saint-Romain-en-Gal. Durant le Haut Empire, la ville se développe bien au-delà de son enceinte avec des quartiers d’entrepôts au sud sur la rive gauche, et de vastes quartiers d’habitat sur la rive droite, tandis que le centre de la ville se déploie entre la Gère et le ruisseau Saint-Marcel. Si l’on connaît très bien l’extension de l’habitat à cette période, l’emplacement et l’étendue de ses nécropoles sont quasiment inconnus : les fouilles n’ont livré que des fragments de ces ensembles funéraires au nord et au sud de la ville (figure 1) (Chapotat, 1978 ; Bonnet et alii, 2004). Cependant, ces découvertes suggèrent que les nécropoles du Haut Empire sont, conformément aux préceptes antiques2, hors du pomerium, l’enceinte sacrée de la ville, et le long des voies. À l’inverse, si les ensembles funéraires de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Age sont bien connus, l’extension de l’habitat à cette période reste problématique. On sait simplement que la ville se rétrécit, comme dans beaucoup de cas à cette époque, et que les quartiers d’habitat de la rive droite sont ruinés et abandonnés dès le IIIe siècle. Aucun habitat ne s’y développe plus, mais ces zones peuvent être réinvesties, notamment par une occupation funéraire. Rappelons que nous sommes encore sous l’égide de Rome et que les lois romaines sont les seules en vigueur. Si l’ensemble funéraire a investi d’anciens lieux d’habitation, la loi des XII tables est malgré tout respectée : l’habitat s’est modifié et les nécropoles ont suivi, se déplaçant vers le centre (Jannet-Vallat et alii, 1986), occupant des îlots urbains dévolus quelques décennies auparavant à l’habitat et aux activités commerciales.

Figure 1 : La ville antique de Vienna :

Figure 1 : La ville antique de Vienna :

Habitat et nécropoles du Haut-Empire et de l’Antiquité tardive

Le site de la Place de l’Égalité dans son contexte

  • 3  Parmi ces 267 sépultures, seules 238 ont pu être fouillées et prélevées ; les autres n’ont été que (...)

6C’est le cas de l’ensemble funéraire découvert Place de l’Égalité. Situé sur l’actuelle commune de Sainte-Colombe, dans l’antique quartier suburbain de la rive droite faisant face au centre de la ville de Vienna, ce site a livré les vestiges de thermes et d’habitat du Haut Empire, ruinés et réoccupés par une nécropole aux IVe et Ve siècles de notre ère. La fouille a livré 267 sépultures, dont 220 ont pu être étudiées3. Aucune des limites de la nécropole n’a été retrouvée en fouille ; il est ainsi certain que l’occupation funéraire était plus vaste que la partie mise au jour lors de ces investigations.

7Le site de la Place de l’Égalité est occupé au tout début de notre ère par de vastes thermes publics et des îlots d’habitats. Cette occupation se poursuit jusqu’à la première moitié du IIIe siècle où une couche d’incendie scelle ces niveaux. Suite à l’abandon des structures, les matériaux de construction sont récupérés durant le IIIe siècle avant l’installation de l’ensemble funéraire. Nous pouvons déjà noter une distribution spatiale particulière des sépultures en groupes relativement distincts, dont certains se mettent en place autour d’une ou plusieurs sépultures à caractère exceptionnel (figure 2). Cette organisation, dont nous ne connaissons pas d’équivalent dans la région, suscite de nombreuses questions sur la nature de cet ensemble, le type de population(s) qui y est inhumée(s), sa gestion et son appartenance.

Figure 2 : Le site de la Place de l’Égalité

Figure 2 : Le site de la Place de l’Égalité

On note l’individualisation de six groupes de sépultures, dont trois organisés autour d’une ou plusieurs sépultures à caractère privilégié.
À l’est de la nécropole est implanté le Couvent des Dames, sous lequel a été récemment découvert l’édifice du Ve siècle à l’origine de la fondation de l’abbaye (mausolée ou martyrium ?).

  • 4  On ne sait rien de ce personnage ni de la règle observée dans ces monastères. Parmi ces cinq monas (...)

8Outre cette occupation funéraire, nous devons mentionner ici la présence d’un monastère, situé immédiatement à l’est de notre site. Ce couvent des Dames de Sainte-Colombe est un monastère de femmes fondé, selon les écrits de Sidoine Apollinaire (Sidoine Apollinaire, 1970) et la Vie de Saint-Clair (Vita Santa Clari, 1949), au Ve siècle de notre ère. Il appartient, comme quatre autres édifices, aux monastères dits « griniens », un ensemble d’établissements fondés à Vienne et sa région par Grinius à cette période4. Le nom de coenobium beatae virginis Columbae, atteste dès l’origine que cet établissement est un monastère de femmes. Les parties conservées de l’abbatiale de Sainte-Colombe, d’époque carolingienne et postérieure semble-t-il, sont actuellement dans l’emprise d’immeubles d’habitation en bordure du site que nous étudions ici (figure 2). Ces bâtiments monastiques restent inédits à l’heure actuelle : les élévations subsistantes de l’église et du monastère n’ont fait l’objet que d’une opération de sauvetage (Delomier et al., 1997). Il en va de même pour un édifice souterrain voûté, de type mausolée, memoria ou martyrium, portant des enduits peints, qui a été découvert sous la partie ouest de l’église et qu’une seule recherche universitaire  a permis de dater des IV-Ve siècles (Ramspeck, 2004). Les recherches sur ce monastère se poursuivent à l’heure actuelle.

9Les liens stratigraphiques entre le Couvent des Dames et les sépultures qui ont été conservées Place de l’Égalité ont été détruits par le percement de l’actuelle rue Cochard. Néanmoins, l’importante attraction qu’exercent à cette époque les édifices religieux sur la modification de l’implantation des nécropoles impose de tenter de comprendre la relation entre l’arrêt de fonctionnement de l’ensemble funéraire et la fondation du monastère au Ve siècle.

L’interprétation d’une nécropole de l’Antiquité tardive, une approche nécessairement pluridisciplinaire

10Plus généralement, le site de la Place de l’Égalité nous conduit à reconsidérer dans leur ensemble les pratiques et la topographie funéraire de l’Antiquité tardive, qui sont l’une des expressions les plus accessibles aux archéologues du cadre social, politique et religieux particulier de cette période. Les ensembles funéraires de cette époque occupent une place singulière, entre les pratiques de l’Antiquité classique et celles du Moyen Âge, car l’Antiquité tardive voit coexister les institutions romaines et de nouvelles religions, notamment la religion chrétienne naissante. Cette mosaïque de courants a forcément une influence sur le monde funéraire et ses rituels. Ainsi, les problématiques d’étude sont à la fois d’ordre historique, archéologique, topographique, anthropologique et biologique et appellent une étude pluridisciplinaire pour tenter, à travers l’étude d’un ou de plusieurs sites, d’approcher les réalités socio-politico-économiques d’une société de l’Antiquité tardive.

11On l’a dit, pour cette période généralement admise comme étant une période de transition, l’Antiquité tardive voit coexister de multiples pratiques sociales, religieuses et politiques, sous l’égide malgré tout d’une administration romaine encore forte. Mais une transition d’un système à un autre induit toujours de multiples changements, à différents niveaux et dans de nombreux domaines de la société, notamment celui très particulier de la façon dont la communauté gère ses morts. Au-delà des grandes dates que retient l’histoire, quel est l’impact réel quotidien des évènements majeurs de cette période ? Le principal changement reste l’arrêt des persécutions contre les Chrétiens, déjà présents depuis le IIe siècle. L’édit de Constantin a-t-il une influence directe et immédiate sur la visibilité des pratiques religieuses et funéraires chrétiennes ? Nous pouvons encore nous interroger sur les conséquences de la chute de l’Empire romain d’Occident en 476 : c’est officiellement le commencement du Moyen Âge dans cette partie du monde ; mais les pratiques funéraires se modifient-elles de manière radicale à ce moment-là ? Si l’on observe déjà les types de sépultures employées à cette époque, comme les sarcophages, les coffres de bois ou les coffres de dalles, on constate que la majorité des modes d’inhumation existe depuis plusieurs siècles, depuis l’adoption de cette pratique face à la crémation. De même, semblent perdurer très tard des pratiques dites païennes, comme le dépôt d’une pièce de monnaie, parfois jusqu’au VIIe siècle, alors que toute offrande est officiellement interdite par l’Eglise. À travers ces exemples, il apparaît dès à présent qu’il existe bien un décalage entre le cadre légal général et vaste (à l’échelle de l’Empire) et la réalité des pratiques sociales et religieuses au niveau local, que l’on peut appréhender de manière privilégiée par l’étude des pratiques et de la topographie funéraire.

Population et rites funéraires observés Place de l’Égalité

12L’étude du site a livré des résultats inattendus. Un profil démographique « anormal » associé à une organisation spatiale inédite des sépultures ont conduit à nous interroger sur le statut des individus inhumés ici.

  • 5  L’étude du profil paléodémographique d’une série ostéologique se fait en déterminant l’âge et le s (...)

13Au vu des résultats paléodémographiques obtenus grâce aux méthodes classiques de l’Anthropologie biologique5, l’échantillon de population provenant du site de la Place de l’Egalité livre une répartition entre adultes et immatures normale pour un échantillon issu d’une nécropole antique (62/38%). De même la répartition par classes d’âges des sujets immatures est, dans ses grandes lignes, similaire à celles qui sont connues pour les populations antiques. Toutefois, il existe un important déficit des sujets féminins adultes, qui montre que cette population n’est pas représentative d’une population naturelle. Ce déficit peut être dû soit à une sélection à l’inhumation, soit à une population vivante déjà sélectionnée. Ceci est d’autant plus surprenant que le rapport entre adultes et immatures est normal. Les faits archéologiques vont à l’encontre d’un fonctionnement de type « sépulture de catastrophe » due à un fait de guerre, de type massacre de population civile perpétré en l’absence de la plupart des sujets masculins. Par ailleurs, aucun élément de paléopathologie (traumatismes importants sur les squelettes) ne vient étayer ce type d’évènement.Nous serions tentés d’avancer une autre hypothèse : les sujets inhumés dans cet ensemble seraient les membres de Collèges ou d’Associations funéraires, regroupements sociaux caractéristiques des structures romaines, qui permettent à quiconque y participe de s’assurer un lieu de sépulture. Les membres de ces Collèges sont souvent des hommes, mais l’accès à l’inhumation peut être élargi à la famille, voire aux amis (Rebillard, 2003). Le second fait à noter est le nombre important des décès d’adultes dans les classes âgées. Les décès plus nombreux dans les classes âgées pourraient évoquer soit de nouveau une sélection à l’inhumation, soit une population nettement favorisée ; l’une des hypothèses n’excluant pas l’autre.

14Au niveau archéologique, le site livre une typologie des sépultures connue pour la région et l’époque, mais somme toute assez « pauvre » puisque les modes d’inhumation les plus utilisés sont les coffres de bois cloués et les coffres non cloués. Seules cinq sépultures livrent une architecture plus monumentale en coffres de dalles maçonnés de grandes dimensions (figure 3), qui peuvent contenir un second réceptacle (c’est le cas d’une sépulture qui reçoit un cercueil de plomb). Ces constructions semblent d’ailleurs conférer un caractère privilégié à ces sépultures : nous avons déjà noté l’organisation tout à fait particulière en groupes de sépultures distincts les uns des autres, qui peuvent être mis en place autour d’une de ces sépultures à caractère exceptionnel (figure 2). L’hypothèse des Collèges funéraires, étayées par les recherches historiques récentes, pourrait expliquer également cette organisation spatiale des sépultures en groupes distincts. Enfin, les datations obtenues grâce au mobilier monétaire ou céramique et à la typologie des sépultures (Colardelle, 1996) montrent une utilisation très brève de l’ensemble avec une mise en place à l’extrême fin du IIIe siècle et un arrêt brutal de fonctionnement au Ve siècle de notre ère.

Figure 3

Figure 3

Une des sépultures privilégiées en coffre de dalles maçonnées : SP 103, autour de laquelle s’organise le groupe de sépultures est.

15D’autre part, on peut remarquer la présence de vastes zones exemptes de sépultures dans la nécropole. La prise en compte des altitudes des différentes structures nous a permis d’analyser la stratigraphie générale du site : à l’est et au sud du site, les niveaux archéologiques ont été détruits par des installations modernes. Reste la zone centrale où la profondeur de chaque élément montre que les sépultures suivent les niveaux d’arasement des structures antiques et évitent de les creuser. Cette zone centrale correspond en fait à des éléments thermaux particulièrement résistants ; ce sont les salles chaudes essentiellement aménagées en mortier de tuileau, matériau étanche et très résistant. Les sépultures s’installent ainsi préférentiellement dans les espaces libres de structures antérieures, ou à la surface de celles-ci, sans les creuser, parfois même en les utilisant comme paroi. Ces modalités d’occupation confortent encore l’idée d’une utilisation brève de la nécropole : si certains espaces sont écartés, et si l’on privilégie la facilité d’installation à la rentabilisation de l’espace, c’est parce que l’espace disponible est plus vaste que celui qui est nécessaire à l’inhumation des sujets.

16Pourquoi délaisser si rapidement cet espace d’inhumation ? Les textes anciens nous apportent peut-être une réponse : les textes de Sidoine Apollinaire (Sidoine Apollinaire, 1970) et de la Vie de Saint-Clair (Vita S. Clari, 1949) attestent de l’existence des monastères griniens cités plus haut, parmi lesquels le Couvent des Dames de Sainte-Colombe, installé immédiatement à l’est de notre site et fondé au Ve siècle selon ces auteurs. L’archéologie semble confirmer ce fait, puisqu’un petit édifice de type mausolée ou martyrium a été récemment découvert sous les restes conservés déjà connus de l’abbaye (figure 2). La nécropole tardo-antique, type d’ensemble funéraire mixte et de « transition », aurait alors été délaissée et le lieu d’inhumation déplacé à l’est aux abords du monastère, dans un contexte religieux bien différent à cette époque plus tardive.

17Il apparaît au terme de cette analyse que cette nécropole fonctionne non pas comme un ensemble unique géré par une seule institution, mais comme différents groupements de sépultures indépendants les uns des autres, dans leur mode de constitution, de mise en place et de fonctionnement. Il semble donc bien qu’il faille abandonner l’idée d’une définition exclusive de cet ensemble – soit chrétien, soit païen. Il est possible que tous aient coexisté au sein de cette nécropole un peu à part, qui reflète ce contexte de transition et de pluralisme à la fois social et religieux, avant le regroupement autour du lieu saint de l’abbaye dans un contexte clairement chrétien plus tardif.

Une révision des idées reçues ?

18L’organisation et le mode de fonctionnement nous font abandonner l’idée d’attribution païenne ou chrétienne à cet ensemble : il ne semble pas y avoir de gestion globale et unique des inhumations, mais plutôt un territoire périurbain ou vacant réaffecté où viennent s’implanter les sépultures de groupes ou communautés, qu’elles soient religieuses ou sociales, « dont la différenciation est un des traits caractéristiques de l’Antiquité tardive » (Rebillard, 2003 : 26). On assiste en effet sur ce site à des regroupements distincts les uns des autres, où peuvent se côtoyer chrétiens et païens, entre et à l’intérieur de ces groupes.

19Si le regroupement autour d’une sépulture privilégiée semble plutôt un fait chrétien, il ne concerne pas ici l’ensemble des sépultures – dans ce sens, le groupe sud ferait plutôt écho aux enclos funéraires typiquement romains, comme les areas de Carthage (Rebillard, 2003 : 19-20) – et n’induit en aucun cas une gestion de cet espace funéraire par l’Eglise.

20Le même auteur, à partir d’exemples provenant essentiellement de Rome, met par ailleurs bien en évidence le fait qu’il n’y a pas de lieu funéraire exclusif pour les Chrétiens à cette période. L’Eglise laisse alors en dehors de son champ ce qui concerne la sépulture et la mémoire des morts, exception faite des martyrs et du culte qui leur est rendu. Ainsi, Eric Rebillard montre clairement la spécificité du christianisme de l’Antiquité tardive, dans lequel il subsiste une large tradition profane.

21Ainsi semblent prédominer les traditions locales, voire familiales, et perdurer des pratiques sociales courantes dans l’Empire : « l’Église n’impose, ni ne propose, aucun rituel pour les funérailles d’un chrétien aux IVe et Ve siècles » (Rebillard, 2003 : 8). Si les Chrétiens sont présents dans les populations antiques, l’Église de l’Antiquité tardive ne prétend pas contrôler tous les aspects de la vie des Chrétiens, contrairement à celle du Moyen Âge. Elle n’institue pas de « cimetières chrétiens » et laisse à la famille, au collège ou à l’association le soin de ses morts. Ainsi, la vision traditionnelle linéaire de l’évolution qui s’opère au Bas Empire – opposant incinération et inhumation, païen et chrétien, polythéisme et monothéisme – paraît dès lors erronée et tient du fait que la religion est souvent abordée uniquement par le biais des croyances. Si l’on s’attache à observer le point de vue des pratiques sociales, dont témoignent les sépultures, on voit aisément que la réalité n’est pas si linéaire ou si simple, et pousse plutôt vers un pluralisme religieux, issu d’un pluralisme social.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Sidoine Apollinaire, lettres, VII, 1 (rédigées en 473) et 17, Éditions A. Loyen, III, les Belles Lettres, Paris, 1970 : 31-78.

Vita S. Clari. Biblotheca hagiographica Latina antiquae et mediae aetatis, Subsidia hagiographica. 6, Bruxelles, 1898-1901, réimpression 1949, 2 volumes.

Références

Bonnet C., Franc O., Gisclon J.L., Vicard T., 15 rue Vimaine (38, Isère), D.F.S. de l’opération d’évaluation archéologique, S.R.A. Rhône-Alpes, 42 p., 17 figures, 2004.

Chapotat G., « La nécropole gallo-romaine de Charavel à Vienne (Isère) », Nouvelles Archives du Muséum d’Histoire Naturelles de Lyon, Supplément au fascicule 16 : 35-43, 1978.

Colardelle M., « Typo-chronologie des sépultures du Bas-Empire à la fin du Moyen-Âge dans le Sud-Est de la Gaule », In Galinié H et Zadora-Rio E. (Dir.), Archéologie du cimetière chrétien, actes du 2e colloque A.R.C.H.E.A. Orléans 29 sep.-1er oct. 1994, 11e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, Tours : 271-304, 1996.

Delomier C., Pont F., Savay-Guerraz S., Le couvent des Dames de Sainte-Colombe-Les-Vienne (Rhône). Rapport de l’opération préventive, S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon, 42 p, 32 pl., 1997.

Guyon J., Heijmans M., D’un monde à l’autre. Naissance d’une chrétienté en Provence. IVe-VIe siècles, Catalogue d’exposition, Musée de l’Arles Antique, 2001.

Jannet-Vallat M., Lauxérois R., Reynaud J.-F., Vienne aux premiers temps chrétiens, Collection des Guides Archéologiques de la France, Lyon, Imprimerie Nationale, 75 p., 1986.

Le Bot A., 1984. Sainte-Colombe-les-Vienne. Place de l’Egalité. Rapport de fouilles annuel 1982, S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon.

Le Bot A., 1983, Sainte-Colombe-les-Vienne. Place de l’Egalité. Rapport de fouilles annuel 1982, S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon.

Le Bot A., 1982. Sainte-Colombe-les-Vienne. Place de l’Egalité. Rapport de fouilles annuel 1982, S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon.

Ramspeck C., Les origines paléochrétiennes du site du couvent de Sainte-Colombe, Mémoire de DEA d’Archéologie médiévale, Université Lumière Lyon II, 2004.

Rebillard E., Religion et sépulture. L’Eglise, les vivants et les morts dans l’Antiquité tardive, Paris, Editions de l’EHESS, 243 p., 2003.

Haut de page

Notes

1  L’équipe était dirigée par Anne Le Bot, S.R.A. Rhône-Alpes.

2  Le pomerium est l’enceinte sacrée (qui ne se superpose pas forcément à l’enceinte construite) de la ville, déterminée selon la tradition par l’oracle avant la fondation de la ville. Cette pratique est héritée du mythe fondateur de l’établissement de Rome par Romulus. La loi romaine des XII tables interdit aux morts l’accès à ce périmètre, sous peine de souiller les vivants. Seuls sont inhumés dans la ville les sujets n’ayant pas pris leur pleine place dans la société, et qui ne sont pas des individus à part entière (c’est pourquoi il est fréquent à cette période de retrouver des inhumations d’enfants en bas-âge dans les habitats).

3  Parmi ces 267 sépultures, seules 238 ont pu être fouillées et prélevées ; les autres n’ont été que reconnues sur le terrain. Lors de notre étude, qui intervient plus de vingt ans  après la fouille, seules 220 sépultures ont été retrouvées.

4  On ne sait rien de ce personnage ni de la règle observée dans ces monastères. Parmi ces cinq monastères figure aux côtés de Sainte-Colombe le site de Saint-Ferréol, sur l’actuelle commune de Saint-Romain-en-Gal, fouillé et étudié par J-F. Reynaud. Les trois autres établissements restent inconnus.

5  L’étude du profil paléodémographique d’une série ostéologique se fait en déterminant l’âge et le sexe des sujets : diagnose sexuelle (Bruzek, 2002) et estimation de l’âge au décès, basés sur des facteurs de sénescence pour les sujets adultes (Masset, 1982, Owings-Webb et al. 1985, Schmitt 2005, etc…) ; estimation de l’âge au décès, basés sur des facteurs de croissance pour les sujets immatures : maturation osseuse (Birkner, 1980), longueurs diaphysaires (Sundick, 1978, Sheuer et Black 2000, Lalys 2002), stades de calcification et d’éruption dentaire (Moorrees et al. 1963), stades de fusion des épiphyses (Stloukal et Hanákova, 1978). Aucune méthode ne permet à l’heure actuelle de déterminer morphologiquement ou métriquement le sexe des sujets immatures.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La ville antique de Vienna :
Légende Habitat et nécropoles du Haut-Empire et de l’Antiquité tardive
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 2 : Le site de la Place de l’Égalité
Légende On note l’individualisation de six groupes de sépultures, dont trois organisés autour d’une ou plusieurs sépultures à caractère privilégié.À l’est de la nécropole est implanté le Couvent des Dames, sous lequel a été récemment découvert l’édifice du Ve siècle à l’origine de la fondation de l’abbaye (mausolée ou martyrium ?).
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1141/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 3
Légende Une des sépultures privilégiées en coffre de dalles maçonnées : SP 103, autour de laquelle s’organise le groupe de sépultures est.
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1141/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaëlle Granier, « Recherches récentes sur le site de la place de l’égalité (Sainte-Colombe, Rhône) », Socio-anthropologie, 22 | 2008, 23-37.

Référence électronique

Gaëlle Granier, « Recherches récentes sur le site de la place de l’égalité (Sainte-Colombe, Rhône) », Socio-anthropologie [En ligne], 22 | 2008, mis en ligne le 14 octobre 2009, consulté le 17 août 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1141 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.1141

Haut de page

Auteur

Gaëlle Granier

Unité d’Anthropologie bioculturelle, UMR 6578 CNRS-EFS-Université de la Méditerranée, Faculté de Médecine de Marseille

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org