Navigation – Plan du site

Une nécropole mérovingienne

Petit groupe d’inhumations et pratiques funéraires (Chanteloup-en-Brie, Ile-de-France)
Carole Fossurier
p. 39-54

Texte intégral

  • 1  Institut National de Recherches Archéologiques Préventives.

1En 2007, une opération archéologique préventive a été effectuée par l’INRAP1 sur la commune de Chanteloup-en-Brie sous la direction de N. Mahé. Au cours de cette intervention, les vestiges d’un habitat et d’une nécropole datés du haut Moyen Âge et principalement du VIIe siècle de notre ère ont pu être mis au jour. La nécropole (figure 1), composée de quarante-quatre sépultures a permis de mieux comprendre les pratiques funéraires mérovingiennes de cette région, ces dernières étant de plus éclairées par la présence d’une sépulture au sein de l’habitat.

Figure 1

Figure 1

Plan général de la nécropole (D.A.O. N. Mahé – INRAP)

La population inhumée dans la nécropole

2La mauvaise conservation des ossements n’a pas permis de donner d’informations détaillées sur la nature et l’état sanitaire de la population inhumée. Seules quelques remarques ont pu être faites.

Généralités

  • 2  L’expression « en position secondaire » signifie que les ossements des individus ne se trouvent pl (...)
  • 3  De nombreux travaux d’historiens indiquent qu’au moins un enfant sur trois si ce n’est un enfant s (...)

3Le nombre minimum d’individus (N.M.I.) s’élève à quarante-quatre, deux individus étant en position secondaire2. La répartition par âge n’a pu être établie de manière certaine. Il a toutefois été constaté que toutes les classes d’âges étaient présentes, exceptées celles des très jeunes enfants. Ces derniers sont en sous-effectifs3 mais cela peut tout autant être lié à leur absence initiale qu’à leurs conditions de conservation, le site étant très arasé et la composition du sol préservant très mal les ossements. La nature du site empêche de discuter davantage cette question. En ce qui concerne la répartition par sexe des adultes, deux fois plus d’individus masculins que féminins ont été reconnus mais, une fois encore, le nombre d’individus matures ou grands adolescents de sexe indéterminé est trop important pour qu’il soit possible d’interpréter cette observation.

4Il reste donc difficile de déterminer si une sélection a été faite au sein de l’échantillon. Il est cependant intéressant de noter que des individus de tous âges et des deux sexes, exceptés les jeunes enfants, sont présents au sein de la nécropole, dans des proportions qui, a priori mais sans certitudes, ne sous-entendent aucun choix totalement catégorique.

Variabilités osseuses et atteintes pathologiques

  • 4  Les signes de stress non spécifiques rendent compte en effet de carences, de manques et stress phy (...)

5Contrairement à ce que l’état de conservation osseuse laissait penser, un grand nombre de variabilités ostéologiques et d’atteintes pathologiques ont pu être reconnues sur les squelettes. L’interprétation des signes de stress non spécifiques donne des premières informations4. L’absence des cribra orbitalia (aspect criblé du toit de l’orbite) est très probablement liée à la qualité de l’échantillon et à la fragilité des os. L’hypoplasie de l’émail dentaire (lignes horizontales présentes sur les dents) paraît quant à elle témoigner d’une population moyennement stressée durant l’enfance, avec des conditions de vie ni difficiles (absence de forte hypoplasie), ni faciles (présence d’hypoplasie moyenne pour plus de la moitié des individus sur lesquels ce paramètre était observable).

  • 5  Zumwalt, 2006 ; Tavares, 2004 ; Crubézy et al., 2002.

6Les autres variations attestent d’insertions musculaires marquées, d’atteintes arthrosiques développées sur les membres supérieurs et de réactions périostées abondantes sur de nombreux os. Tous ces éléments paraissent révéler une population très active physiquement et utilisant l’ensemble de son corps dans des travaux difficiles et variés sans qu’il soit possible de les détailler davantage5. En effet, les variations observées sur les clavicules (insertion en creux du ligament costo-claviculaire) et les signes de dégradation reconnus au niveau des coudes (plusieurs cas d’arthrose de la tête ulnaire) ne permettent pas d’objectiver les signes d’activités : ils attestent seulement de nombreux mouvements effectués par la partie supérieure du corps et de travaux répétés usant le coude. Il faut en outre pondérer ces analyses du fait de la conservation différentielle du site : en effet, les individus les plus robustes sont mieux conservés du fait de la nature intrinsèque de l’os et ceux qui présentaient une plus grande gracilité, donc moins de signes d’activités, n’ont peut-être pas été analysés.

Quelle population ?

7Bien qu’il soit impossible de l’affirmer, les seuls éléments pertinents notables semblent indiquer que la population est de type « naturel », sans sélection particulière exceptée celles des plus jeunes enfants, les individus pratiquant pour la plupart une activité physique intense et difficile. La présence d’unités d’habitation à proximité et la nature des variations anatomiques laissent supposer que la population inhumée au sein de la nécropole provenait de cet habitat, ce que paraissent confirmer les datations effectuées à l’aide de la stratigraphie et de la céramique. Ce type de relation entre un habitat rural et une nécropole est connu sur plusieurs sites du haut Moyen Âge et, en ce sens, la nécropole de Chanteloup s’insère parfaitement dans le contexte rural mérovingien.

Modes et gestes funéraires

8La lecture de la position et de l’agencement des ossements dans les sépultures a permis d’identifier plusieurs pratiques funéraires au sein de la nécropole.

Orientation et position des défunts

  • 6  Durand, 1284.
  • 7  Dans la position basse, les mains se situent au niveau de l’abdomen ou en dessous de la ligne fict (...)
  • 8  Par exemple Tardieu, 1993.

9Dans la nécropole de Chanteloup, tous les défunts sont inhumés sur le dos. Les sépultures sont orientées selon un axe ouest-est, la tête étant à l’ouest, les individus regardant ainsi vers l’orient6. Pourtant, les variations autour de l’axe dominant ouest-est sont nombreuses, dépendant probablement de circonstances fortuites ou de facteurs liés aux saisons. Deux sépultures se distinguent nettement par leur orientation nord-sud, la tête étant au nord. Pour certains individus, la tête est surélevée tandis que dans d’autres elle repose sur le côté gauche. Il reste difficile d’interpréter toutes les micro-variations constatées au sein des sépultures : ces dernières peuvent provenir du choix des officiants, de la famille, du fossoyeur. Elles semblent ainsi relever davantage des hasards de l’inhumation que de pratiques spécifiques. Presque tous les individus ont les membres inférieurs en extension à deux exceptions près. Ces dernières sont peut-être liées aux circonstances de l’enterrement, le fossoyeur ayant sans doute été contraint de replier les membres inférieurs pour pouvoir disposer le défunt dans des sépultures trop courtes mais déjà préparées. La position des membres supérieurs présente par contre une grande variabilité : douze possibilités ont pu être identifiées sur les vingt cas où la position des deux membres supérieurs a pu être reconnue ce qui semble indiquer qu’aucune norme ne régissait cette dernière. Cependant, il paraît intéressant de noter que, d’une manière générale, la position basse est nettement majoritaire (90,5% des cas), la position haute étant rare et la position très haute n’étant jamais adoptée7. Les positions des membres supérieurs et celles de certains crânes, posés sur le côté ou surélevés, correspondent bien aux modes du VIIe siècle ainsi que plusieurs auteurs ont pu le constater8 et, en cela, la nécropole témoigne des gestes funéraires mérovingiens.

Des sépultures habillées mais sans mobilier déposé

  • 9  Une boucle de ceinture et deux agrafes de vêtements.
  • 10  Treffort, 1996.
  • 11  Les enveloppes souples correspondent très souvent à des linceuls, beaucoup plus rarement à des vêt (...)

10Deux défunts présentaient en position anatomique des objets servant à maintenir des habits9. D’autres individus montraient des effets de contraintes sur leur squelette, le plus souvent sur les côtes, témoignages possibles de la présence de vêtements portés au moment de l’inhumation mais aujourd’hui disparus. Les sépultures habillées sont communes durant le haut Moyen Âge10 et leur présence probable sur le site semble cohérente avec les pratiques funéraires mérovingiennes. En outre, pour quelques cas, la présence d’une enveloppe souple enserrant les membres inférieurs a pu être envisagées11. Pourtant, outre les vêtements portés par les défunts, rien ne semble avoir été déposé dans les sépultures. Il reste toutefois difficile de déterminer si cette absence est liée à la pauvreté des inhumés ou à la christianisation des rites funéraires, cette dernière proscrivant les dépôts et recommandant le dépouillement devant la mort.

L’architecture funéraire

  • 12  « Coffrage » : contenant statique, complet ou incomplet, en dalles, lauzes, tuiles, pierres d’appa (...)

11Plusieurs types d’architecture funéraire ont pu être mis en évidence sur le site. En effet, à partir des constations effectuées lors de la fouille, la nature des contenants a pu être reconnue dans 76 % des cas. Ces derniers correspondent tous à des coffrages12 et proposent des types qui varient selon deux paramètres : la morphologie et le mode d’assemblage.

Morphologie des coffrages

12Les coffrages étaient larges ou étroits de forme rectangulaire ou trapézoïdale. Dans les cas de coffrages étroits, des effets de contraintes résultant de présence de planches étaient visibles sur les os du squelette (au niveau des épaules, du bassin, des pieds par exemple) contrairement à l’absence de compression induite par les coffrages larges. Aucune répartition raisonnée selon ce critère n’a pu être mise en évidence dans la nécropole, ces différences de morphologie paraissant davantage liées à des circonstances aléatoires. Elles semblent ainsi en relation avec la mise en terre du défunt, le coffrage ayant peut-être été monté autour de celui-ci. D’autres observations semblent corroborer cette dernière hypothèse, les défunts n’étant parfois contraints que sur un seul côté, les membres inférieurs rapprochés de ce même côté (figure 2).

Assemblage des coffrages

13Plusieurs modes d’assemblage ont pu être proposés. En effet, le montage in situ de coffrage nécessite souvent des aménagements ou des éléments rapportés. Les différents types de coffrages reconnus sont les suivants :

  • monté uniquement avec des planches sans autre élément conservé d’architecture funéraire,

  • monté avec une pierre de calage et des clous,

  • monté avec des planches et une ou plusieurs pierres de calage permettant de maintenir les planches en place,

  • monté uniquement avec des pierres sur les parois latérales.

14Tous ces éléments témoignent d’une grande variété dans l’assemblage des coffrages. Ces constructions semblent avoir pour finalité de créer in situ un contenant d’apparence suffisamment solide pour recevoir le corps du défunt, ceci en utilisant matériaux et moyens disponibles.

Figure 2

Figure 2

Schéma de proposition de restitution du coffrage de la sépulture n° 24 (D.A.O. C. Fossurier – INRAP)

  • 13  Voir par exemple « Archéologie du cimetière chrétien », 1996.

15Les coffrages de bois sont bien connus pour le haut Moyen Âge : leurs modes d’assemblages et leur morphologie varient peu d’un site à l’autre et sont les mêmes que ceux identifiés à Chanteloup-en-Brie13. L’architecture funéraire du site témoigne ainsi essentiellement de constructions réalisées sur place par le fossoyeur, variant légèrement selon les individus suivant des critères qui sont peut-être, au moins partiellement, liés aux hasards des inhumations.

L’espace funéraire

Les ossements en position secondaire

16Plusieurs sépultures de la nécropole contenaient des ossements en position secondaire. Ces os proposent différents cas intéressants à détailler.

• Les os d’une première sépulture ont été poussés sur un côté et rassemblés dans un endroit attenant à sa position initiale lors de l’installation d’une sépulture postérieure : ils occupent grossièrement et en partie l’espace dans lequel la première sépulture se trouvait originellement.

• Les os de la sépulture antérieure se trouvent dans l’espace de la sépulture postérieure et ne sont plus en relation directe avec leur lieu de dépôt initial. Trois cas ont été retrouvés sur le site. L’exemple de la sépulture 8/11 est particulièrement parlant : le fossoyeur a vraisemblablement découvert le crâne de cet individu lors de l’aménagement de la sépulture 9 et l’a déplacé puis déposé dans un espace attenant à cette même sépulture.

• Les os de la sépulture la plus ancienne se trouvent dans l’espace situé entre les parois de la fosse et le coffrage de la sépulture la plus récente ainsi qu’au-dessus de ce même coffrage (figure 3).

  • 14  Ariès, 1977.

17Ces différents gestes témoignent d’attitudes variées face aux restes osseux, mais dans tous les cas, les ossements ont été bougés consécutivement à l’installation d’une nouvelle inhumation à la place d’une ancienne. Ils indiquent la volonté de conserver les ossements à proximité de leur lieu de dépôt initial. Mais, alors que dans certaines occurrences le fossoyeur s’est contenté de repousser les os sur le côté, dans d’autres il les a déplacés et les a, d’une certaine manière, ré-inhumés14. Dans ce dernier cas, les « ré-inhumations » ont toujours été faites en lien direct avec l’installation architecturale de la nouvelle sépulture, cette installation séparant les restes osseux des individus sans nécessiter de nouveaux aménagements coûteux en temps et en matériaux. Ces derniers éléments donnent ainsi l’impression d’une gestion opportuniste des sépultures au sein de l’espace funéraire, cette gestion prenant cependant garde à conserver les ossements à proximité de leur lieu de dépôt initial.

Figure 3

Figure 3

Schéma de proposition de restitution des coffrages des sépultures n° 22 et n° 23 avec en gris clair les ossements en position secondaire (sépulture n° 22R) (D.A.O. C. Fossurier – INRAP).

L’organisation de l’espace funéraire

18La répartition par individu ou par mode d’inhumation ne montre aucune organisation particulière au sein de la nécropole. La distribution spatiale des sépultures permet quant à elle de différencier deux zones dans la nécropole. D’une part, dans la zone ouest, les sépultures semblent ordonnées en fonction de la topographie des lieux, sur deux lignes suivant la bordure d’une mare, leur orientation variant selon la courbure du pourtour de cette dernière. D’autre part, dans la zone est, les sépultures sont disposées en rangées successives. Cette dernière zone présente de nombreux recoupements et superpositions témoignant de l’usage intensif d’un espace restreint (figure 4).

Figure 4

Figure 4

Vue générale de la zone est avec recoupements

(photographie C. Fossurier – INRAP)

19Des changements d’orientation sont visibles dans cette même zone, qu’ils soient petits autour de l’axe ouest-est, ou grands avec deux sépultures orientées nord-sud. Il est tentant de penser que, dans la première zone, les sépultures se sont étendues le long de la mare au fil du temps tandis que, dans la seconde, elles se sont superposées, parfois sans doute sur un laps de temps assez restreint comme en témoigne l’effondrement du squelette jambier (tibias et fibulas) d’une sépulture lors de la décomposition de la planche supérieure d’une autre inhumation installée au-dessous.

Emplacement de l’espace funéraire

  • 15  Alexandre-Bidon et Treffort, 1993.

20À Chanteloup, aucune trace matérielle des limites de la nécropole n’a été identifiée, mais il est désormais reconnu qu’elles ne sont que rarement lisibles lors de fouilles archéologiques. En effet, les traces de ces délimitations n’étaient pas nécessairement durables et étaient parfois si ténues qu’aucun vestige n’a pu en être conservé : de simples barrières de bois, des palissades, des clayonnages ou même encore des fossés, des haies ou des croix servaient à circonscrire les nécropoles15. Des indices peuvent pourtant laisser penser que l’espace funéraire était défini. Au nord, il est limité par l’emplacement de la mare. À l’ouest, il reste difficile de déterminer avec certitude si toutes les sépultures ont pu être reconnues, des travaux routiers antérieurs à l’opération de fouilles ayant détruit la bordure : d’après les constatations archéologiques, il semble néanmoins probable qu’aucune sépulture ne se trouvait au-delà. Au sud, c’est l’alignement des sépultures qui indique qu’une limite se situait à cet endroit bien que la nature de cette délimitation soit difficile à identifier (chemin, bâtiment …). Enfin, à l’est, c’est la position même des sépultures qui nous renseigne sur la présence d’une contrainte forte : les deux sépultures orientées nord-sud de la nécropole paraissent en effet avoir adopté cette position sous la pression d’un élément astreignant très fort. De plus, ces sépultures se trouvent dans l’un des endroits les plus denses de la nécropole et l’une d’elles se superpose à des sépultures antérieures. Il semble également intéressant de noter qu’à l’extrémité nord-est de la nécropole, tout à côté de la zone la plus dense en sépultures, se trouvait une fosse contenant un important dispositif de calage. Il est difficile de restituer en hauteur la nature de ce qui était calé dans cette fosse mais, néanmoins, il est logique de penser qu’un poteau de grande taille avait été installé à cet endroit, ce poteau ayant peut-être même servi de support à une croix désignant l’emplacement de l’espace funéraire.

Une sépulture au sein de l’habitat

  • 16  Pecqueur, 2003.
  • 17  La sépulture 130 de Villiers-le-Sec en est un exemple (Le Forestier, 2000).

21Une seule sépulture a été trouvée au sein de l’habitat localisé à proximité. Elle était située à une centaine de mètres au nord-est de la nécropole. Aucun élément ne permet de la dater, mais d’après les structures environnantes, elle est probablement alto-médiévale. L’individu, âgé de 10 à 16 ans, a été inhumé sur le dos mais légèrement incliné sur le côté droit, sans doute au fond d’une fosse. La position fléchie des membres inférieurs paraît indiquer que la fosse n’a pas été creusée pour recevoir cette sépulture. Il reste pourtant difficile d’évaluer le soin qui a entouré le dépôt de l’individu. Le fait de retrouver des sépultures en contexte d’habitat n’est pas rare au haut Moyen Âge et notamment en Ile-de-France16. Par contre, le plus souvent, ce sont de simples inhumations qui ne présentent pas de caractère d’exclusion. À Chanteloup, la position du défunt et le caractère non-sépulcral de la fosse soulèvent des questions. Malheureusement, l’état de conservation de la sépulture ne permet pas de déterminer si le défunt a réellement fait l’objet d’une exclusion, qu’elles qu’en soient les raisons, ou si ce sont d’autres circonstances qui ont conduit à son dépôt particulier au regard du reste du site. Il est toutefois intéressant de remarquer que ce type de sépulture, au fond d’une structure d’habitat avec individu sur le côté et membres inférieurs fléchis, a déjà été reconnu sur plusieurs sites17.

Synthèse

22La nécropole apparaît comme le lieu de rassemblement des morts à Chanteloup. En effet, contrairement à ce qui a pu être remarqué sur la plupart des sites du haut Moyen Âge, une seule sépulture a été retrouvée au sein de l’habitat et encore cette sépulture est-elle particulière.

23L’orientation des inhumations semble guidée par les habitudes médiévales et par la topographie des lieux avec notamment l’existence d’une mare. L’analyse des modes d’inhumation a permis quant à elle de mettre en évidence un certain flottement dans la forme des sépultures, aucune norme ou type générique ne se distinguant. Ainsi, la grande variabilité des gestes n’apparaît pas comme fondamentale mais semble bien davantage relever de hasards ou de choix individuels, sans qu’il soit possible de déterminer l’auteur éventuel de ces choix (famille, officiant, fossoyeur). En effet, si le mode de construction et la morphologie des coffrages changent, il n’en reste pas moins que tous les contenants sont montés in situ. Si la position des membres supérieurs et des membres inférieurs varie, il n’en reste pas moins que tous les individus sont inhumés sur le dos, que les membres supérieurs ne sont jamais en position très haute et que les deux seuls cas où les membres inférieurs sont en position fléchie sont probablement liés à des contraintes structurelles. En ce sens, la nécropole de Chanteloup ne semble pas se distinguer de ses contemporaines.

  • 18  Notamment Lauwers, 2005.
  • 19  Treffort, 1996.

24Plusieurs faits semblent pourtant attirer l’attention. Tout d’abord, la nécropole avait très certainement des limites très fortes. Ensuite, il est probable qu’outre ses délimitations, elle ait été nettement signalée et donc visible de loin. Et, finalement, malgré l’importante superficie de l’espace probablement disponible en contexte rural, des superpositions ont eu lieu dans la partie orientale de la nécropole. Pour certains auteurs18, les recoupements sont typiques de la mise en place d’un espace sacré mais les rituels de sacralisation chrétiens apparaissent plus tard19. Il reste ainsi difficile de déterminer le statut de la nécropole de Chanteloup, mais il ne fait pas de doute que ce statut était suffisamment particulier pour attirer l’ensemble des défunts, ou presque, ayant vécu dans les structures d’habitat attenantes.

Conclusion

25La nécropole de Chanteloup, qui apparaissait d’abord comme le prototype de la nécropole de « plein champ », semble profondément liée à l’habitat situé à proximité et s’éloigne en ce sens de cette première définition. D’autres indices viennent renforcer le statut spécial de cet espace, et notamment la présence de limites infranchissables pour les trépassés comme celle, moins certaine mais très probable, d’éléments de signalisation forts. Cet espace, spécialement délimité pour les morts, mis en place dans une période de transition au cours de laquelle la christianisation des pratiques funéraires se fait progressivement, apparaît ainsi comme le lieu de rassemblement communautaire des défunts et présente, en ceci, les prémices des futurs cimetières chrétiens.

Haut de page

Bibliographie

H. Galinié et E. Zadora-Rio (Eds), Archéologie du cimetière chrétien, Actes du 2e colloque A.R.C.H.E.A. (Orléans, 29 septembre-1er octobre 1994), 11e supplément à la Revue Archéologique de Centre de la France - Conseil Régional du Centre, Tours, 311 p., 1996.

Alexandre-Bidon D., Lett D., Les enfants au Moyen Âge. Ve-XVe siècles, Paris, Hachette Littérature, 288 p., 1997.

Alexandre-Bidon D., Treffort C., « Un quartier pour les morts : images du cimetière médiéval », In D. Alexandre-Bidon et C. Treffort (Eds), À réveiller les morts. La mort au quotidien dans l’occident médiéval, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, p. 253-273, 1993.

Ariès P., L’homme devant la mort, Paris, Editions du Seuil, 237 p., 1977.

Colardelle M., « Terminologie descriptive des sépultures antiques et médiévales », In H. Galinié et E. Zadora-Rio (Eds), Archéologie du cimetière chrétien - Actes du 2e colloque A.R.C.H.E.A. (Orléans, 29 septembre-1er octobre 1994), 11e supplément à la Revue Archéologique de Centre de la France - Conseil Régional du Centre, Tours, p. 305-310, 1996.

Crubézy E., Goulet J., Bruzek J., Jelinek J., Rougé D., « Epidémiologie de l’arthrose et des enthésopathies dans une population européenne d’il y a 7700 ans », Revue de Rhumatologie, 69 : 1217-1225, 2002.

Durand (G.), Rational ou manuel des divins offices, Livre VII, Traduction C. Barthélémy, 1854, Paris, L. Vivès Libraire-Editeur, 1284.

Lauwers M., Naissance du cimetière chrétien - Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Aubier, Floch, 393 p., 2005.

Le Forestier C., « Les sépultures. Cimetière villageois et inhumations isolées », In F. Gentili (Ed), Villiers-le-Sec (Val-d’Oise), La place de la ville, Document Final de Synthèse. p. 456-524, 2000.

Pecqueur L., « Des morts chez les vivants. Les inhumations dans les habitats ruraux du haut Moyen Âge en Ile-de-France », Archéologie médiévale, 33 : 1-31, 2003.

Tardieu J., « La dernière demeure : archéologie du cimetière et des modes d’inhumation », In D. Alexandre-Bidon et C. Treffort (Eds), À réveiller les morts. La mort au quotidien dans l’Occident médiéval, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, p. 223-244, 1993.

Tavares P., « Note sur l’étude paléopathologique des individus inhumés dans l’ancien monastère des prêtres Loios de Arraiolos (Portugal) », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 16 : 211-220, 2004. 

Treffort C., L’Eglise carolingienne et la mort, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 219 p.

Zumwalt A., « The effect of endurance exercise on the morphology of muscle attachment sites », The Journal of Experimental Biology, 209 : 444-454, 1996.

Haut de page

Notes

1  Institut National de Recherches Archéologiques Préventives.

2  L’expression « en position secondaire » signifie que les ossements des individus ne se trouvent plus dans leur lieu de dépôt initial.

3  De nombreux travaux d’historiens indiquent qu’au moins un enfant sur trois si ce n’est un enfant sur deux n’atteignait pas l’âge adulte (voir Alexandre-Bidon et Lett, 1997).

4  Les signes de stress non spécifiques rendent compte en effet de carences, de manques et stress physiques ou psychologiques durant l’enfance.

5  Zumwalt, 2006 ; Tavares, 2004 ; Crubézy et al., 2002.

6  Durand, 1284.

7  Dans la position basse, les mains se situent au niveau de l’abdomen ou en dessous de la ligne fictive représentée par le ventre ; dans la position haute, les mains sont positionnées au-dessus de cette ligne fictive ; dans la position très haute, les mains sont sur la poitrine ou plus haut.

8  Par exemple Tardieu, 1993.

9  Une boucle de ceinture et deux agrafes de vêtements.

10  Treffort, 1996.

11  Les enveloppes souples correspondent très souvent à des linceuls, beaucoup plus rarement à des vêtements mais les nombreuses discussions que connaît la discipline, liées aux difficultés à identifier précisément leur nature à partir de la position des ossements ne permettent pas actuellement de conclure.

12  « Coffrage » : contenant statique, complet ou incomplet, en dalles, lauzes, tuiles, pierres d’appareil, moellons, galets ou planches de bois dont les éléments (côtés, fond, couvercle) sont immobilisés par appui les uns sur les autres ainsi que par un bourrage de terre ou des calages (pierres, galets, tuiles, matériaux divers) entre eux et les parois de la fosse.» (Colardelle, 1996, p.306).

13  Voir par exemple « Archéologie du cimetière chrétien », 1996.

14  Ariès, 1977.

15  Alexandre-Bidon et Treffort, 1993.

16  Pecqueur, 2003.

17  La sépulture 130 de Villiers-le-Sec en est un exemple (Le Forestier, 2000).

18  Notamment Lauwers, 2005.

19  Treffort, 1996.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Plan général de la nécropole (D.A.O. N. Mahé – INRAP)
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1143/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 2
Légende Schéma de proposition de restitution du coffrage de la sépulture n° 24 (D.A.O. C. Fossurier – INRAP)
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1143/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 3
Légende Schéma de proposition de restitution des coffrages des sépultures n° 22 et n° 23 avec en gris clair les ossements en position secondaire (sépulture n° 22R) (D.A.O. C. Fossurier – INRAP).
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1143/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 4
Légende Vue générale de la zone est avec recoupements
Crédits (photographie C. Fossurier – INRAP)
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1143/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Fossurier, « Une nécropole mérovingienne », Socio-anthropologie, 22 | 2008, 39-54.

Référence électronique

Carole Fossurier, « Une nécropole mérovingienne », Socio-anthropologie [En ligne], 22 | 2008, mis en ligne le 14 octobre 2009, consulté le 22 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1143

Haut de page

Auteur

Carole Fossurier

INRAP & Centre d’Etude Supérieure de Civilisation Médiévale, Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org