Navigation – Plan du site

L’archéo-anthropologie funéraire

Présentation
Michel Signoli
p. 3-5

Texte intégral

1Le numéro 20 de la revue Socio-anthropologie que nous vous proposons est un peu atypique par rapport aux thématiques développées dans les précédents numéros. L’archéo-anthropologie funéraire comme son nom l’indique est une spécialité qui se situe à l’interface de plusieurs disciplines, l’archéologie et l’anthropologie bien sûr, mais également l’histoire, la démographie, la médecine légale, l’épidémiologie… C’est à l’ensemble de ces disciplines que l’archéo-anthropologue funéraire va emprunter des concepts et des méthodes, les transformer, les adapter pour les faire siens.

2Notre discipline a pour objectif d’étudier les restes matériels des sépultures, qu’il s’agisse d’éléments biologiques (ossements ou restes organiques) ou d’artefacts (contenant de la sépulture, objets associés) afin d’appréhender ce que fut la place des morts dans les sociétés du passé.

3Si depuis le XIXe siècle, les chercheurs et particulièrement les spécialistes des périodes préhistoriques ont pu porter une attention particulière à la découverte d’ossements humains, ce n’est que depuis les années 1980 que le développement de problématiques interdisciplinaires (histoire, archéologie, anthropologie) autour de la mort a réellement vu le jour. Ce développement s’est fait à partir de travaux précurseurs d’anthropologues et d’historiens (Ariès, 1975 ; Ariès, 1977 ; Morin, 1951 ; Thomas, 1988 ; Vovelle, 1970 ; Vovelle, 1978), puis d’une véritable approche archéo-anthropologique originale (Duday et Masset, 1987) envisageant non seulement l’étude biologique des inhumés, mais également l’observation in situ des faits ayant prévalu à cette inhumation et l’étude de la dynamique interne des sépultures (Crubézy et al., 1990 ; Duday, 2005).

4Dans les tombes, les sujets et les objets ont été enfouis volontairement, ce qui n’est pas le cas de la plupart des autres restes mis au jour lors des fouilles archéologiques et dont la préservation relève la plupart du temps d’un hasard heureux (Crubézy et al., 2000). L’étude des contextes funéraires constitue donc une source d’informations essentielles pour connaître une société du passé, par l’intermédiaire de ses morts, mais également à travers les gestes accomplis par les vivants. À ce titre, il convient de préciser que notre perception de nombreuses civilisations disparues est bien souvent le résultat de l’étude des seuls restes provenant d’ensembles funéraires.

5Depuis une trentaine d’années, à travers la fouille et l’étude des squelettes exhumés et des complexes funéraires dont ils sont issus, les archéo-anthropologues funéraires apportent des infor-mations dans deux domaines : les morts et la Mort. L’étude des squelettes est informative sur les hommes et sur les femmes des sociétés passées. Quels étaient leurs caractéristiques biologiques, leur morphologie, leur espérance de vie, leur patrimoine génétique ? Comment subissaient-ils des périodes de crise ? Quelles pouvaient être les causes de décès ? L’étude des complexes funéraires renseigne également sur la perception de la Mort par les vivants. Comment était gérée l’inhumation des corps ? Quels gestes accompagnaient ce rituel ? Comment les ensembles funéraires fonctionnaient-ils ?

6Ce numéro n’accorde pas une place importante aux aspects méthodologiques et strictement biologiques, par exemple quant à la détermination sexuelle, à l’estimation de l’âge au décès des squelettes, aux nouveaux outils permettant une identification d’agents pathogènes... À travers une série d’exemples, allant du Néolithique aux périodes les plus récentes, nous avons souhaité montrer comment l’étude et la réflexion autour de complexes archéologiques permettaient de mieux comprendre ce que fut la gestion funéraire des populations du passé, tant en contexte de mortalité « normale », qu’en périodes de crise.

Haut de page

Bibliographie

Ariés Ph., Essais sur l’histoire de la mort en Occident : du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 1975.

—, L’Homme devant la mort, Paris, Seuil, 1977.

Crubézy E., Masset C., Lorans E., Perrin F., Tranoy L. (Dir.), Archéologie funéraire, Paris, éditions Errance, 2000. 

Crubézy E., Duday H., Sellier P., Tillier A-M. (Dir.), « Anthropologie et Archéologie : Dialogue sur les Ensembles funéraires », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 2, n° 3, 1990.

Duday H., Masset C. (Dir.), Anthropologie physique et archéologie – méthodes d’étude des sépultures, Actes Coll. (Toulouse, 1982), Paris, CNRS, 1987.

Duday H., « L’archéothanatologie ou l’archéologie de la mort », In Dutour O., Hublin J.J., Vandermeersch B. (Dir.), Objets et méthodes en paléoanthropologie, Paris, Éditions du CTHS, pp.153-207, 2005.

Morin E., L’Homme et la mort, Paris, Le Seuil, 1951.

Thomas L. V., Anthropologie de la mort, Paris, Payot, 1988.

Vovelle M., Vision de la mort et de l’au-delà en Provence du XVe au XIXe siècle d’après les autels des âmes du purgatoire, Paris, A. Colin, 1970.

—, Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle. Les attitudes devant la mort d’après les clauses de testaments, Paris, Seuil,1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Signoli , « L’archéo-anthropologie funéraire », Socio-anthropologie [En ligne], 22 | 2008, mis en ligne le 14 octobre 2009, Consulté le 19 septembre 2014. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1145

Haut de page

Auteur

Michel Signoli

Unité d’Anthropologie bioculturelle, UMR 6578 CNRS-EFS-Université de la Méditerranée, Faculté de Médecine de Marseille & UMR 6130, CNRS-Université de Nice-Sophia Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page