Navigation – Plan du site

Discussion autour du statut de structures funéraires particulières

Le cas des caveaux de Saint-Laurent de Grenoble
Patrick Hervieu, Estelle Herrscher et Renée Colardelle
p. 55-74

Texte intégral

  • 1  Ariès, 1977, p. 32.
  • 2  Gallinié, 1996 ; Lauwers, 2005.
  • 3  Crubezy, 2000, p. 8.
  • 4  Scheid, 2000.
  • 5  Furetière A., Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots français tant vieux que (...)

1Dans l’occident médiéval, l’eschatologie chrétienne offre une conception collective de la destinée face à la mort dans laquelle les individualités semblent être en retrait1. Toutefois, à partir du Bas Moyen Âge, le besoin pour les individus de signaler leurs particularités modifie progressivement leur rapport à la mort, aux morts mais aussi à l’Église et à son dogme. En effet, si les premiers travaux portant sur l’histoire de la mort se sont attachés à caractériser la sensibilité collective devant la mort au Moyen Âge à partir des sources textuelles, de l’art ou bien de la linguistique, les recherches de ces dernières années, sous l’impulsion de l’archéologie et de l’anthropologie, se sont focalisées sur les morts et leur place dans la société des vivants2. Plus particulièrement, la tombe et sa relation avec son environnement deviennent un prisme de lecture privilégié pour reconstituer les comportements face aux morts3. Replacés dans leur contexte historique, ces « indices » prennent tout leur sens en permettant d’appréhender les pratiques religieuses de la société médiévale4. C’est dans cette perspective que l’on se propose d’aborder le cas des caveaux funéraires de Saint-Laurent de Grenoble. Il est communément admis que ces édifices correspondent à de petites caves construites et souterraines où l’on enterre les morts5. Ils apparaissent au XIIIe siècle sous le sol des églises ou dans le cimetière à une période où l’inhumation individuelle – en cercueil ou en pleine terre – est la règle. Le caveau apparaît donc comme une sépulture particulière qu’il est possible d’interpréter soit comme une « sépulture d’exclusion » (mise à l’écart de la communauté chrétienne), soit comme une « sépulture privilégiée » (réservée à une élite sociale), soit comme une « sépulture d’abandon » (physique et mémoriel). Si dans les deux premières interprétations, les besoins de la communauté, qu’ils soient matériels ou spirituels, ont probablement motivé la mise en place de ces structures funéraires, il est plus difficile de cerner les motivations relatives à la dernière interprétation. Dans un cadre chronologique et spatial donné, l’Eglise Saint-Laurent de Grenoble (Isère, France) du XIIIe au XVIIe siècle, l’analyse présentée ici vise à déterminer le statut et le fonctionnement des caveaux du cloître. L’originalité de cette étude est de croiser à la fois les données de l’anthropologie, de l’archéologie et les sources textuelles.

Saint-Laurent : un espace sacré et consacré

  • 6  Le site archéologique de l’église Saint-Laurent, dont les fouilles programmées ont été dirigées pa (...)
  • 7  Colardelle, 1996.
  • 8  Lauwers, 2005, p. 30.
  • 9  Le premier texte connu est la charte de donation par laquelle l’évêque de Grenoble, Humbert d’Albo (...)
  • 10  Colardelle, 1999.
  • 11  Ariès, 1977 ; Treffort, 1996a, p. 141 ; Lauwers, 2005, p. 37.

2Sur la rive droite de Grenoble, les témoignages archéologiques6 ont révélé la fondation d’une basilique funéraire au VIe siècle (Saint-Laurent), sur l’emplacement d’un pôle aristocratique d’une nécropole antique7. Dès lors, à Saint-Laurent, comme dans le reste de l’occident chrétien, on observe un processus de polarisation autour du lieu de culte8 (rapprochement des églises, des sépultures et de l’habitat) permettant ainsi la constitution d’un faubourg. En 1012, un texte mentionne une donation de l’église Saint-Laurent, par l’évêque de Grenoble aux moines bénédictins9. Cet acte manifeste non seulement une réaffirmation du pouvoir épiscopal10, avec la « réappropriation » du lieu de culte et des célébrations liturgiques, mais aussi le contrôle de la réorganisation spatiale et sociale de la population et des revenus qui en découlent11.

  • 12  Lauwers, 2005, p. 23-107.
  • 13  Treffort, 1996a, p. 166 ; Lauwers, 2005, p. 37.
  • 14  Treffort, 1996b.

3En effet, jusqu’au IXe siècle, la mise en place de l’infrastructure religieuse a souvent été déléguée aux propriétaires fonciers. Dans ce dessein, l’Église, au cours du Haut Moyen Âge, a revendiqué la propriété et la gestion de tout lieu de culte en rappelant la nécessité pour tout édifice de recevoir la sanctification par les évêques. Ensuite, la bénédiction de l’espace dévolu à l’inhumation et attenant à l’église (l’enclos ou le circuit) a non seulement permis la reprise du contrôle des célébrations liturgiques mais aussi de maîtriser le phénomène de « polarisation »12. Pour les autorités ecclésiastiques, c’est la présence des sépultures qui va justifier l’ancrage de la population autour du lieu de culte et la stabilité de ce dernier13. À partir de là, l’Église impose un modèle d’organisation donnant naissance à la paroisse entre le Xe et le XIIe siècle14.

  • 15  Colardelle, 1999, p. 42.
  • 16  Colardelle, 1996 ; Colardelle, 1999.
  • 17  Colardelle, 1999.
  • 18  Demians d’Archimbaud, 2002
  • 19  Les fouilles archéologiques entreprises dès 1978 ont révélé une occupation ininterrompue du IVe au (...)

4Ainsi, dotée d’un prieuré et ce jusqu’en 1683, l’église Saint-Laurent présente également une fonction paroissiale dès la fin du XIsiècle15. En effet, l’habitat s’installe progressivement sur la rive droite de l’Isère, à l’abri du prieuré de l’église. Enfin, le cimetière de Saint-Laurent, devenu exclusivement paroissial, est abandonné au profit d’un site extra-muros en 1793 16. L’espace entourant les églises, est donc dévolu à l’inhumation et préfigure le modèle du cimetière chrétien qui s’imposera au cours du Moyen Âge. Le site de Saint-Laurent de Grenoble n’échappe pas à cette configuration. Le cloître, fondé au XIe siècle, est constitué d’un atrium quadrangulaire, bordé de galeries autour desquelles vont s’organiser les bâtiments conventuels17 (cuisines, salle capitulaire, dormitorium) (Figure 1 à 3). Si la fonction principale du cloître est d’organiser la vie de la communauté18, il n’en reste pas moins un lieu d’inhumation19. Ainsi, 659 sépultures ont été dénombrées dans le cloître entre les XIIIe et XVIIe siècles. Toutefois, avec l’établissement de la communauté de bénédictins, les inhumations se sont réparties dans trois « lieux » différents : l’église, le cloître et le cimetière, à l’emplacement de l’actuelle place Saint-Laurent (Figure 1 à 3). Cette configuration de l’espace funéraire laisse supposer une certaine hiérarchisation des espaces d’inhumations.

  • 20  Treffort, 1996b.

5La bénédiction de l’espace funéraire associée à l’obligation pour les vivants de se faire inhumer dans un lieu commun (le cimetière) confère aux clercs, non seulement la gestion exclusive des funérailles et des rites de commémorations, mais aussi le choix du lieu de sépulture20.

Figure 1. Localisation des caveaux au sein de l’édifice Saint-Laurent de Grenoble, Phase 13

Figure 1. Localisation des caveaux au sein de l’édifice Saint-Laurent de Grenoble, Phase 13

Plan d’après R. Colardelle

Figure 2. Localisation des caveaux au sein de l’édifice Saint-Laurent de Grenoble, Phase 15

Figure 2. Localisation des caveaux au sein de l’édifice Saint-Laurent de Grenoble, Phase 15

Plan d’après R. Colardelle

Figure 3. Localisation des caveaux au sein de l’édifice Saint-Laurent de Grenoble, Phase 16

Figure 3. Localisation des caveaux au sein de l’édifice Saint-Laurent de Grenoble, Phase 16

Plan d’après R. Colardelle

  • 21  L’église ou l’inhumation ad sanctos est le lieu le plus recherché tout au long du Moyen Âge. Vient (...)
  • 22  Ariès, 1977 ; Colardelle, 1996 ; Lorans, 2000.
  • 23  Une consommation plus importante de protéines animales a été mise en évidence pour les sujets inhu (...)

6Pour Saint-Laurent de Grenoble, il existe trois aires funéraires distinctes dont l’influence auprès des fidèles diffère en fonction de leur statut21. Par sa fonction, le cloître est réservé, d’une part, aux membres de la communauté bénédictine et, d’autre part, à une élite de la société grenobloise recherchant pour leur salut les bienfaits des prières22. Cette hiérarchisation des espaces funéraires pourrait être corrélée au statut social des inhumés23. Par ailleurs, au sein du cloître, la localisation et la typologie des sépultures laissent entrevoir une partition de cet espace.

7On observe ainsi, une opposition entre les caveaux, localisés dans les galeries (2 % des sépultures entre les phases 13 et 17) et les inhumations, majoritairement localisées dans l’atrium (82 % des sépultures entre les phases 13 et 17). Sur les huit caveaux identifiés dans le cloître, trois sont datés du XIIIe siècle (3 sur 148 sépultures individuelles, soit 2 %), et cinq du XVe siècle (5 sur 104 sépultures individuelles, soit 4,8 %). Les caveaux de la phase 13 apparaissent dans les galeries orientale (S.628 et S.1336) et occidentale (S.1394) (Figure 1). Pour la phase 15, trois ont été découverts dans les galeries orientale et septentrionale du cloître (S.200, S.624 et S.663) et deux dans la galerie occidentale (S.929 et S.1000) (Figure 2 et 3). Leur position périphérique n’est en aucun cas une forme d’exclusion par rapport à la communauté chrétienne, étant donné qu’ils se trouvent au sein même du circuit « consacré ». Paradoxalement, la présence des caveaux et la faible proportion d’inhumations (6 % des inhumations entre les phases 13 et 17) dans un lieu de passage et de recueillement (chapelles) font des galeries un espace à part. Cette configuration architecturale délimite un espace funéraire commun, comme en atteste la densité des sépultures dans l’atrium. Cette séparation des espaces matérialiserait une spécialisation soit fonctionnelle (rationalisation de l’espace, abandon des inhumés) soit sociale (espace privilégié). Cette interprétation est à nuancer en fonction de la nature et du statut de ces édifices funéraires.

Les caveaux de Saint-Laurent : quel statut ?

Contexte archéologique et historique

  • 24  Esquieu, 1996.
  • 25  Colardelle, 1999, p. 358, p. 383.
  • 26  Colardelle, 1999, p. 377-378.
  • 27  Vovelle, 1973, p. 335 ; Bertrand, 1994, p. 328-372 ; Esquieu, 1996.

8Le « caveau funéraire » correspond à « une construction maçonnée souterraine, susceptible de recevoir plusieurs sépultures, simultanées ou consécutives ». Cette définition met l’accent sur le type de structure (architecture, dimension) et sa fonction (sépulture plurielle, rarement individuelle). Ces caractéristiques permettent d’exclure d’autres contenants comme les sarcophages, les tombeaux maçonnés ou encore les mausolées24. La typologie se base sur deux critères : la structure (la couverture et le type d’accès) et l’aménagement. Concernant Saint-Laurent, les sépultures collectives mises au jour par l’archéologue répondent à cette définition. En effet, tous les caveaux (phase 13 et 15) présentent un mode de construction identique, de plan quadrangulaire, aux parois maçonnées de pierres et de briques. Toutefois, le niveau d’arasement des caveaux ne laisse rien voir du mode de couvrement excepté pour les structures S.624 et S.663 (phase 15), où l’on peut observer un départ de voûte25. Par ailleurs, les caveaux S.929 et S.1000 (phase 15) ont été aménagés au détriment d’un mausolée du IVe siècle (Mausolée C) lors de la première extension du cloître au XVe siècle (Figure 2). De plan quadrangulaire, ils présentent une voûte en berceau nord-sud percée au nord par un escalier étroit (Figure 4A et 4B). L’aménagement intérieur reprend la structure de l’ancien Mausolée C, soit quatre parois maçonnées reposant sur du mortier de tuileau. D’abord localisé à l’extérieur du cloître au XVe siècle (à l’ouest du mur occidental du cloître), le caveau S.929 est intégré à la galerie occidentale lors de la deuxième extension au XVIe siècle. Leur condamnation est attestée par la mise en place d’une croix dans le courant du XVIIe siècle obstruant en partie l’accès à l’escalier26. Il est communément admis que l’utilisation de ce type d’édifice funéraire apparaît dans les cimetières chrétiens au XIIIe siècle et se développe tout au long de l’Epoque Moderne, en cela le cloître de Saint-Laurent ne déroge pas à la règle. Cette « inhumation » semble réservée dans un premier temps à une élite avant de se « populariser » par l’intermédiaire des ordres mendiants et des confréries27. Une des raisons la plus évidente concerne le coût engendré par l’édification d’une sépulture en matériaux « durs » qui a pour conséquence de rendre ces édifices inaccessibles au plus grand nombre. A priori, la fréquence des caveaux (2 % des inhumations), la nature et la pérennité de leur structure, les désignent comme étant des sépultures « privilégiées » face aux « inhumations classiques » (82 % des inhumations sont en cercueil ou en pleine terre).

  • 28  Treffort, 1996b, p. 119.

9Comme le rappelle C. Treffort (1996), la sépulture au Moyen Âge est avant tout une nécessité physique, celle du traitement du cadavre ; néanmoins elle prend une place prépondérante dans l’eschatologie chrétienne. La sépulture matérialise le lieu de repos en attendant la résurrection et reste « le support de la mémoire du défunt »28.

Figure 4. Caveau S.929, Saint-Laurent de Grenoble
(XVe-XVIIe s, Isère, France)

Figure 4. Caveau S.929, Saint-Laurent de Grenoble (XVe-XVIIe s, Isère, France)

A : vue de l’entrée du caveau, côté nord (©R.Colardelle).
B : vue de l’assemblage osseux au moment de la fouille de la couche C.264 (©R.Colardelle).

  • 29  Bernard, 1933.
  • 30  Bernard, 1933 ; Treffort, 1996b, p. 121.
  • 31  Ariès, 1977, p. 201.
  • 32  Cf. supra.
  • 33  Bertrand, 1994, p. 356 ; Treffort, 1996b p. 123.

10De cette manière, elle devient un enjeu socio-économique majeur pour les autorités ecclésiastiques. En effet, la sépulture, rendue obligatoire, apparaît comme un moyen de pression et de contrôle de la société des vivants. Dès le Haut Moyen Âge, « l’inhumation » est placée sous l’égide du droit du canon. La réglementation conciliaire semble dans un premier temps définir l’espace funéraire chrétien et garantir le respect des tombes avant d’affirmer progressivement le monopole de l’église sur l’élection de sépulture29. Paradoxalement, l’autorité ecclésiastique se désintéresse de la structure en elle-même30. Il est probable que la construction et l’aménagement relèvent du droit coutumier. C’est sur ce champ, laissé vacant par l’Église, que les individus s’exprimeront. Si l’anonymat des sépultures observé au Haut Moyen Âge suggère une image du sépulcre en accord avec le dogme chrétien31. Cette image n’en reste pas moins une vision déformée de la réalité. À Saint-Laurent de Grenoble, l’apparition de caveaux au XIIIe siècle puis au XVe siècle coïncide non seulement avec le début d’une spécialisation de l’espace funéraire mais aussi avec une hiérarchisation plus marquée des inhumations32. Cette tendance, observée par P. Ariès, correspond à l’apparition d’un sentiment affectant les attitudes des vivants face à la mort dont la caractéristique principale est le besoin d’affirmer leur individualité. Le caveau par les coûts engendrés devient donc un moyen d’affirmer une différence d’ordre social et « physique » avec l’inhumation senso stricto, réservée aux communs des sujets. Par ailleurs, la structure maçonnée du caveau lui confère une certaine pérennité au sein du cimetière par rapport aux autres types d’inhumations (en cercueil ou en pleine terre). Cette particularité répond au souci de la protection de l’intégrité du corps du défunt, au désir de l’accumulation des générations en un même lieu (sentiment familial) et à la crainte de l’oubli du défunt lui-même33. Le caveau apparaît donc comme un support privilégié (par rapport au cercueil) de la mémoire et par extension des prières salvatrices des vivants. Ce résultat est à nuancer pour Saint-Laurent. Les témoignages archéologiques n’ont pas révélé d’associations étroites entre les chapelles existantes dans les galeries du cloître et les caveaux. De même, aucun épitaphe ne permet de déterminer leur appartenance à une catégorie socioprofessionnelle privilégiée. Par conséquent, il n’est pas exclu que les caveaux du cloître matérialisent une conception de la mort plus anonyme et collective : l’ossuaire ou le charnier.

Contexte anthropologique

  • 34  Lorans, 2000, p. 180 ; Hervieu, 2005 ; Crubezy, 2006, p. 356.
  • 35  Le premier cas, celui de l’inhumation, suppose une décomposition du corps sur le lieu même du dépô (...)
  • 36  Blaizot, 1997.
  • 37  Herrscher, 2001 ; Crubezy, 2006.
  • 38  Hervieu, 2005.
  • 39  Ariès, 1977, p. 61.
  • 40  Lauwers, 2005, p.197-198.

11À son apparition au XIIIe siècle, le caveau est initialement prévu pour des inhumations individuelles. Son emploi à caractère collectif va se généraliser dès le XVe siècle et dans certains cas il est utilisé ou réutilisé en ossuaire34. Cette pluralité fonctionnelle, qu’il s’agisse de la gestion des cadavres (frais ou secs) ou du recrutement des inhumés (sur critère biologique ou social), suppose une différence de traitement funéraire entre les défunts. La première difficulté liée à l’étude des assemblages osseux consiste à établir une distinction entre des inhumations successives, un ossuaire et une réduction35, sachant que tous sont susceptibles d’aboutir à un désordre apparent36. Sur les huit caveaux des phases 13 et 15, cinq présentent les signes d’une vidange partielle ne permettant pas d’entrevoir leur mode de gestion (S.628, S.1394 pour la phase 13 et S.200, S.624 et S.663 pour la phase 15). Néanmoins, les caveaux S.1336 (phase 13), S.1000 et S.929 (phase 15) ont bénéficié d’une gestion funéraire associant, d’une part, un dépôt d’ossements attribuable à un ossuaire, avec l’apport de nombreux ossements ou parties de cadavres en cours de décomposition et, d’autre part, des inhumations « avérées » (le S.1336 contient dix squelettes en connexion anatomique, le S.1000 cinq et le S.929 un seul squelette en connexion). Par ailleurs, l’étude paléobiologique a démontré que le recrutement des caveaux S.1336, S.1000 et S.929 est similaire à celui du cloître de Saint-Laurent répondant à un schéma de mortalité attendu pour une « population de cimetière »37. De même, l’absence de sélection particulière en fonction du sexe indique que leur utilisation n’est pas réservée exclusivement à la communauté de moines38. La similarité des modalités d’usage entre les phases 13 et 15 signalerait une continuité dans l’organisation et la gestion de l’espace funéraire et dans « l’exploitation » des caveaux. Partant de cette hypothèse, leur utilisation serait dévolue non pas à l’inhumation de défunts socialement favorisés mais aux restes osseux. Dans un tel contexte, les inhumations retrouvées en place refléteraient le sentiment d’humilité excessive formulée par certains testateurs, issus d’une classe aisée, en élisant leur lieu de sépulture non pas dans un édifice « privilégié » mais dans l’ossuaire39. Au regard du fonctionnement claustral, en tant qu’espace funéraire autonome40, l’hypothèse la plus probable sur la provenance de ces restes osseux serait qu’ils soient issus directement des squelettes de l’atrium. Les caveaux apparaissent donc comme le « lieu » final de tout défunt enseveli dans le cloître. Si la nature du caveau en fait a priori une sépulture privilégiée, sa gestion, à la lumière des données anthropologiques pour Saint-Laurent, en fait une structure à part dans le paysage funéraire. L’ossuaire est-il une véritable sépulture ou un édifice « d’abandon » des restes osseux ?

  • 41  Ariès, 1977, p. 65-66 ; Lorans, 2000, p. 184-187 ; Lauwers, 2005, p.126-127.
  • 42  Alexandre-Bidon, 1996 ; Crubezy et al, 2006.
  • 43  Lauwers, 2005, p. 127.
  • 44  Ariès, 1977, p. 205.
  • 45  Ariès, 1977, p. 201-205.
  • 46  Treffort, 1996b.

12Avant de statuer sur l’ossuaire, quelle que soit sa forme architecturale, il est important de rappeler sa fonction et ce qu’il représente dans le cimetière mais aussi pour la communauté des vivants. L’utilisation fréquente d’un cimetière sur une longue période, comme pour le cloître de Saint-Laurent, conduit immanquablement à d’importantes perturbations des sépultures. Une fois les corps réduits à l’état de squelette, les remaniements ont pour conséquence d’entremêler les différentes inhumations à la terre cimétériale formant une masse anonyme de restes osseux. Si l’intégrité des cadavres à l’état de squelette n’est pas respectée, les os remaniés et affleurant à la surface du cimetière sont collectés et rassemblés au sein même de l’espace sanctifié (consacré), dans une structure spécifique41. L’ossuaire apparaît donc comme une nécessité dans la gestion des espaces funéraires. À Saint-Laurent, l’utilisation de caveaux-ossuaires est attestée dès le XIIIe siècle alors que les sources iconographiques et les témoignages archéologiques révèlent leur présence dès le Haut Moyen Âge42. La mise en place d’ossuaires ne symbolise pas un irrespect envers les défunts ni un abandon des dépouilles. Au contraire, cette gestion du cadavre s’inscrit dans une procédure rituelle en adéquation avec le dogme chrétien43. Selon P. Ariès, la sépulture représente un lieu de dépôt provisoire et l’ossuaire le lieu de dépôt final44. En effet, dans l’eschatologie chrétienne, l’importance est donnée au cimetière et non pas à la sépulture individuelle45. Par ailleurs, en rassemblant les restes osseux des fidèles, l’édifice funéraire devient le lieu de commémoration de l’ensemble des ancêtres de la communauté. L’ossuaire est une invitation à la prière en ce sens qu’il répond à la définition de la sépulture chrétienne46. Pour reprendre l’expression de Danièle Alexandre-Bidon, (1998, p. 161) : « la mort des ossuaires est une mort propre, une mort sèche ». Ce traitement funéraire particulier, mis en évidence pour les caveaux de Saint-Laurent, n’est donc pas un signe d’abandon et d’oubli des défunts mais au contraire, il symbolise le respect des vivants pour leurs morts.

Conclusion

  • 47  Thomas, 1980, p. 83.

13Le cloître de Saint-Laurent, de sa fondation au XIIe siècle jusqu’à sa suppression au XVIIIe siècle, est caractérisé par un espace de vie, celui du chapitre, et un espace funéraire. Ce dernier est caractérisé par une opposition entre des inhumations « classiques », en pleine terre ou en cercueil, et des sépultures en matériau dur, les caveaux. Que ce soit du point de vue de la répartition, du nombre, de la nature ou de la gestion, tout oppose ces deux types de sépultures et fait du caveau une unité particulière. L’étude de la relation entre les huit caveaux dans leur environnement funéraire a démontré, d’une part, qu’ils font partie de l’espace consacré de Saint-Laurent, et d’autre part, que leur localisation dans les galeries du cloître matérialise une spécialisation de l’aire funéraire (localisation préférentielle pour un appel à la prière ?). La conservation des restes osseux au sein du cimetière a permis de rejeter l’hypothèse selon laquelle il s’agirait d’une « sépulture d’exclusion ». Généralement, l’approche du caveau en tant que structure renvoie non seulement aux traits caractéristiques d’une sépulture chrétienne, mais elle matérialise aussi une hiérarchisation des inhumations au sein du cloître. Sa nature lui confère une valeur ajoutée par rapport aux autres types d’inhumation, en effet, le caveau préserverait l’intégrité du cadavre, pérenniserait le souvenir du défunt et symboliserait une différence sociale. Paradoxalement, ces particularités ne s’appliquent pas à Saint-Laurent de Grenoble. L’étude anthropologique met en évidence une gestion de type ossuaire, excluant tout recrutement d’ordre social par rapport à l’atrium. Ces ossuaires apparaissent comme le lieu de dépôt final des défunts du cloître, permettant de rejeter l’hypothèse d’une « sépulture privilégiée». Ils matérialisent également un appel à la prière et au recueillement pour les ancêtres de la communauté. Justifiée par le discours eschatologique, l’existence de ce type de gestion, correspondant à une translation d’ossements, pour le cimetière du XIIIe au XVIIe siècle, est concevable pour les vivants contemporains47.

14Au terme de cette étude, il apparaît évident que les « caveaux-ossuaires » de Saint-Laurent ne symbolisent pas un abandon physique et mémoriel des défunts. L’hypothèse d’une « sépulture d’abandon » ne conviendrait donc pas non plus. La conjonction des informations topographiques (rapport à l’espace consacré), architecturales (structure) et ostéologiques des caveaux de Saint-Laurent a permis de rejeter les idées communément admises pour ces édifices et de préciser leur statut au sein de cet ensemble funéraire (Le cloître de l’église Saint-Laurent). Le fonctionnement de ces caveaux renvoie simplement à la définition même de la sépulture chrétienne au Moyen Âge, dans son acception collective et anonyme.

Haut de page

Bibliographie

Alexandre-Bidon D., La mort au Moyen-Âge, Paris, Hachette Littératures, 329 p., 1998.

Ariès P., L’homme devant la mort, Paris, Editions du Seuil, 641 p., 1977.

Bernard A., La sépulture en droit canonique du Décret de Gratien au concile de Trente, Paris, Domat-Montchrestien, 219 p., 1933.

Bertrand R., Les Provençaux et leurs morts. Recherches sur les pratiques funéraires, les lieux de sépultures et le culte du souvenir des morts dans le Sud-Est de la France depuis la fin du XVIIe siècle. Thèse d’État es lettres (Histoire) Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, 5 vol., 1707 p. et un recueil iconographique. T. II, pp. 355-372, 1994.

Blaizot F., « L’apport des méthodes de la paléo-anthropologie funéraire à l’interprétation des os en situation secondaire dans les nécropoles historiques : problèmes relatifs au traitement et à l’interprétation des amas d’ossement historiques », Archéologie Médiévale, 26 : 1-22, 1997.

Chiffoleau J., « Les confréries, la mort et la religion en Comtat Venaissin à la fin du Moyen Âge », Mélange de l’école française de Rome, Moyen Âge – Temps Moderne 91 : 785-825, 1979.

Colardelle R., L’église Saint-Laurent de la nécropole gallo-romaine au monument historique, Grenoble (Isère), Thèse de Doctorat, Université Aix-Marseille, 3 vol. textes, 3 vol. illustrations, 4 vol. annexes, 1492 p., 1999.

Colardelle R., « Saint-Laurent et les cimetières de Grenoble du IVe au XVIIIe siècles », in H. Galinié et E. Zadora-Rio (Dir.), Archéologie du cimetière chrétien, Actes du 2e Colloque ARCHEA, Orléans, 29 sept-1er oct. 1994, 11e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, p. 111-124, 1996.

Crubézy E., Duchesne S., Arlaud C., La mort, les morts et la ville (Montpellier –Xe-XVIe siècles), Paris, Errances, 448 p., 2006.

Crubezy E., « L’étude des sépultures ou du monde des morts au monde des vivants », in A. Ferdière (Dir.), Archéologie funéraire, Paris, Errance, Collection « archéologiques », pp. 8-53, 2000.

Démians d’Archimbaud G. Cloître, in C. Gauvard, A. De Libera et M. Zink (Dir.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, PUF, pp. 303-304, 2002.

Duday H., Courtaud P., Crubezy E., Sellier P., Tillier A.M., « L’anthropologie de terrain : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, t. 2 (3-4) : 29-50, 1990.

Esquieu Y., « Les caveaux funéraires », in H. Galinié et E. Zadora-Rio (Dir.), Archéologie du cimetière chrétien, 11e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, pp. 205-214, 1996.

Galinie H., Zadora-Rio E. (Dir.), Archéologie du cimetière chrétien, GDR 94 du CNRS, 11e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, Tours, 310 p., 1996.

Herrscher E., Contribution de l’analyse paléoépidémiologique et paléobiogéochimique à la connaissance de la santé et de l’alimentation à la fin du Moyen Âge. Eglise Saint-Laurent de Grenoble (France, XIIIe-XVe siècles), Thèse du Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, 347 p., 2001.

—, « Alimentation d’une population historique : analyse des données isotopiques de la nécropole St-Laurent de Grenoble (XIIIe-XVe siècles, France) ». Bulletins et Mémoire de la Société d’Anthropologie de Paris, nouvelle série, t. 15, 3-4 : 145-268, 2003.

Hervieu P., Etude anthropologique d’un assemblage osseux : l’exemple d’un caveau de Saint-Laurent de Grenoble, Master d’anthropologie, Univ. de la Méditerranée, 69 p., 2005.

Lauwers M., Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’occident médiéval, Paris, Flammarion, 390 p., 2005.

Leclerc J., « La notion de sépulture », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, t. 2 (3-4) : 13-18, 1990.

Lorans E., « Le monde des morts de l’Antiquité tardive à l’époque moderne (IVe -XIXe s.) », in A. Ferdière (Dir.), Archéologie funéraire, Collection « archéologiques », pp. 155-197, 2000.

Sapin C., « Dans l’église ou hors l’église, quel choix pour l’inhumé ? », in H. Galinié et E. Zadora-Rio (Dir.), Archéologie du cimetière chrétien, pp. 65-78, 1996.

Scheid J., « Pour une archéologie du rite », Annales Histoire Sciences Sociales, 55 (3) : 615-622, 2000.

Thomas V-L., Le cadavre : de la biologie à l’anthropologie, Bruxelles, Editionscomplexe, 215 p., 1980.

Thibaut-Payen J., Les morts, l’Église et l’État. Recherche d’histoire administrative sur la sépulture et les cimetières dans le ressort du Parlement de Paris aux XVII e et XVIII e siècles, Paris, Lanore, 456 p., 1977.

Treffort C., L’église carolingienne et la mort, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 216 p., 1996a.

—, « Du cimiterieum christianorum au cimetière paroissial : évolution des espaces funéraires en Gaule du VIe au Xe siècles », in H. Galinié et E. Zadora-Rio (Dir.), Archéologie du cimetière chrétien, pp. 55-63, 1996b.

Volti P. Les couvents des ordres mendiants et leur environnement à la fin du Moyen Âge, Paris, CNRS éditions, 311 p., 2003.

Vovelle M., Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle, Paris, Editions du Seuil, 346 p., 1978.

Haut de page

Notes

1  Ariès, 1977, p. 32.

2  Gallinié, 1996 ; Lauwers, 2005.

3  Crubezy, 2000, p. 8.

4  Scheid, 2000.

5  Furetière A., Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots français tant vieux que modernes, & les termes de toutes les sciences & les arts, La Haye et Rotterdam, A. et R. Leers, 1690, t. I, « caveau ».

6  Le site archéologique de l’église Saint-Laurent, dont les fouilles programmées ont été dirigées par Renée Colardelle pendant une vingtaine d’années, est situé dans un faubourg de Grenoble sur la rive droite de l’Isère.

7  Colardelle, 1996.

8  Lauwers, 2005, p. 30.

9  Le premier texte connu est la charte de donation par laquelle l’évêque de Grenoble, Humbert d’Albon, cède l’église Saint-Laurent aux bénédictins de Saint-Chaffre en Velay (Colardelle, 1999, p. 42). 

10  Colardelle, 1999.

11  Ariès, 1977 ; Treffort, 1996a, p. 141 ; Lauwers, 2005, p. 37.

12  Lauwers, 2005, p. 23-107.

13  Treffort, 1996a, p. 166 ; Lauwers, 2005, p. 37.

14  Treffort, 1996b.

15  Colardelle, 1999, p. 42.

16  Colardelle, 1996 ; Colardelle, 1999.

17  Colardelle, 1999.

18  Demians d’Archimbaud, 2002

19  Les fouilles archéologiques entreprises dès 1978 ont révélé une occupation ininterrompue du IVe au XVIIIe siècles. Ces quinze siècles de gestion funéraire ont été divisés en seize phases d’inhumation sur la base d’une chronologie relative et absolue (Colardelle, 1996 et1999).

20  Treffort, 1996b.

21  L’église ou l’inhumation ad sanctos est le lieu le plus recherché tout au long du Moyen Âge. Vient ensuite le cimetière des communautés religieuses, puis le cimetière paroissial accueillant la majorité des sépultures des membres de la paroisse et notamment des plus humbles (Ariès, 1977, p. 87 ; Thibaut-Payen, 1977, p. 39 ; Chiffoleau, 1979 ; Sapin, 1996 ; Volti, 2003, p. 32).

22  Ariès, 1977 ; Colardelle, 1996 ; Lorans, 2000.

23  Une consommation plus importante de protéines animales a été mise en évidence pour les sujets inhumés dans le cloître comparativement à ceux qui sont inhumés sur le place de l’église Saint-Laurent (Herrscher, 2001, 2003). Si l’on admet une corrélation entre le comportement alimentaire et la position sociale, alors ces résultats confirment la différence de statut social des inhumés démontrée par l’archéologie (Colardelle, 1999).

24  Esquieu, 1996.

25  Colardelle, 1999, p. 358, p. 383.

26  Colardelle, 1999, p. 377-378.

27  Vovelle, 1973, p. 335 ; Bertrand, 1994, p. 328-372 ; Esquieu, 1996.

28  Treffort, 1996b, p. 119.

29  Bernard, 1933.

30  Bernard, 1933 ; Treffort, 1996b, p. 121.

31  Ariès, 1977, p. 201.

32  Cf. supra.

33  Bertrand, 1994, p. 356 ; Treffort, 1996b p. 123.

34  Lorans, 2000, p. 180 ; Hervieu, 2005 ; Crubezy, 2006, p. 356.

35  Le premier cas, celui de l’inhumation, suppose une décomposition du corps sur le lieu même du dépôt (Leclerc, 1990 ; Duday et al, 1990). À l’inverse, on fait référence à un ossuaire (Ariès, 1977, p. 52) lorsque le dépôt funéraire est effectué en plusieurs temps (Leclerc, 1990 ; Duday et al, 1990). Ces structures sont caractérisées par un regroupement d’os secs dont la relation avec chaque individu est oubliée. Cette définition implique un déplacement du cadavre après amorce plus ou moins importante du processus de décomposition (Duday et al, 1990). Enfin, la réduction de corps fait référence à un regroupement intentionnel dans l’espace où s’est effectuée la décomposition du cadavre (Blaizot, 1997).

36  Blaizot, 1997.

37  Herrscher, 2001 ; Crubezy, 2006.

38  Hervieu, 2005.

39  Ariès, 1977, p. 61.

40  Lauwers, 2005, p.197-198.

41  Ariès, 1977, p. 65-66 ; Lorans, 2000, p. 184-187 ; Lauwers, 2005, p.126-127.

42  Alexandre-Bidon, 1996 ; Crubezy et al, 2006.

43  Lauwers, 2005, p. 127.

44  Ariès, 1977, p. 205.

45  Ariès, 1977, p. 201-205.

46  Treffort, 1996b.

47  Thomas, 1980, p. 83.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation des caveaux au sein de l’édifice Saint-Laurent de Grenoble, Phase 13
Crédits Plan d’après R. Colardelle
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2. Localisation des caveaux au sein de l’édifice Saint-Laurent de Grenoble, Phase 15
Crédits Plan d’après R. Colardelle
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1146/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 3. Localisation des caveaux au sein de l’édifice Saint-Laurent de Grenoble, Phase 16
Légende Plan d’après R. Colardelle
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1146/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 4. Caveau S.929, Saint-Laurent de Grenoble (XVe-XVIIe s, Isère, France)
Légende A : vue de l’entrée du caveau, côté nord (©R.Colardelle). B : vue de l’assemblage osseux au moment de la fouille de la couche C.264 (©R.Colardelle).
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1146/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Hervieu, Estelle Herrscher et Renée Colardelle, « Discussion autour du statut de structures funéraires particulières », Socio-anthropologie, 22 | 2008, 55-74.

Référence électronique

Patrick Hervieu, Estelle Herrscher et Renée Colardelle, « Discussion autour du statut de structures funéraires particulières », Socio-anthropologie [En ligne], 22 | 2008, mis en ligne le 14 octobre 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1146

Haut de page

Auteurs

Patrick Hervieu

UMR 6578 CNRS – Université de la Méditerranée,

Estelle Herrscher

UMR 6578 CNRS – Université de la Méditerranée,

Renée Colardelle

Conservatrice en Chef du Patrimoine, Musée Archéologique, Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org