Navigation – Plan du site

Pérégrination à Kinshasa

L’autre société congolaise à travers le récit de vie d’un citadin salarié devenu éleveur de porc
M. Nuah M. Makungu

Texte intégral

1Monsieur M. est muluba1. Né en 1950, il est arrivé à Kinshasa (Congo-Zaïre) en 1969, après l’Ecole normale, et a habité chez son oncle au quartier Yolo. Il fut engagé comme enseignant à l’école municipale. Après avoir travaillé pendant un trimestre, il alla louer un studio au quartier Mombele. A cette époque, le niveau de vie de l’enseignant était appréciable. Avec son salaire versé le 20 de chaque mois, il payait le loyer, se nourrissait et s’habillait convenablement. « Il faisait la vie », dit-il. Il fréquentait le dancing pendant le week-end et consommait la bière, à son aise. Il avait la main généreuse à l’égard des femmes qui l’accompagnaient. Chaque année, il partait en vacances au Kasaï2 par avion. Il payait son billet d’entrée et assistait aux rencontres de football au stade Tata Raphaël. Il fit, seul, des économies pour réunir la compensation matrimoniale pour son mariage et envoya un billet d’avion à sa future épouse pour qu’elle rejoigne le toit conjugal à Kinshasa en 1972. En 1973, M. s’est inscrit au CIDEP (Centre interdisciplinaire pour le développement et l’éducation permanente) après qu’il ait obtenu le diplôme d’Etat d’études secondaires comme candidat autodidacte. Pendant quatre ans, il enseignait le jour et étudiait le soir. Comme ses études avaient augmenté les dépenses du ménage, il demanda à sa femme de se débrouiller. Elle vendait le vin de palme et l’alcool de canne à sucre (lungwila) à Mombele. En 1975, elle eut leur premier fils. En 1977, les études de M. furent sanctionnées par un diplôme en sciences commerciales. Au cours de la même année sa femme mit au monde une fille. Les besoins de M. s’accroissait et, avec la nouvelle qualification, l’espérance de bien vivre émergeait.

2Malheureusement pour lui, la fin de ses études coïncidait avec le premier choc pétrolier et le début de la crise économique. L’Etat ne recrutait plus. La vie d’enseignant ne plaisait plus à M. Il ne s’est pas découragé et multipliait les démarches pour trouver un nouveau travail. Lors du remaniement du cabinet ministériel de novembre 1978, un muluba du Kasaï fut nommé au ministère du budget. M. tenta de saisir cette occasion en sollicitant un rendez-vous. Cela n’a pas été facile. Il alla voir un ami d’enfance du ministre pour l’aider. Deux semaines plus tard un rendez-vous fut obtenu. Quelqu’un lui conseilla de tout faire pour rester dans le sillage du ministre, même par personnes interposées. Il eut une recommandation du ministre pour occuper un poste vacant à la direction de la paie. Le directeur de service, un mungala3, ne fut pas content. Il avait estimé que la recommandation de M. était tribale et que M. allait être l’espion du ministre dans le service. M. est resté en réserve dans ce service. Il n’avait ni chaise, ni bureau. Le directeur ne lui demandait de faire aucun travail.

3« C’est un frère du ministre », disait-il.

4A la fin du mois, on lui versait le salaire. D’ailleurs, ce dernier était devenu minime à la suite de l’inflation. En 1979, M. et sa femme eurent une deuxième fille. Avec trois enfants et un loyer à payer, le couple était confronté à plusieurs problèmes matériels. Son épouse n’allait plus vendre le vin de palme et l’alcool de canne à sucre à Mombele. Elle gardait les jeunes enfants à la maison. Elle eut, un jour, l’idée de vendre chez elle la bière et les boissons sucrées. Comme elle n’avait aucune autorisation administrative, les agents municipaux la rançonnaient. Certains jours, deux ou trois agents municipaux passaient prélever indûment de l’argent. Dépassés par le cours de la vie, M. et son épouse décidèrent de quitter le quartier Yolo pour un quartier se trouvant à la périphérie de la ville.

Espoirs et déconvenues

5Ils trouvèrent un logement modeste à Kindele, un quartier de Kinshasa-Ouest. Quelques mois après leur arrivée, ils apprirent que le chef de terre vendaient des terrains. Ils lui rendirent visite et signèrent un contrat d’achat à crédit. Dans ce quartier M. était locataire d’un de ses collègues de service. A la suite de retards dans le versement de salaire, il lui demanda l’autorisation de jardiner dans la parcelle. Celle-ci fut accordée. Deux mois après, il décida d’étendre les activités de jardinage sur son terrain en acquisition. Avec cet apport de légumes, il reprit un peu de souffle. Le surplus de la production était vendu dans le quartier et auprès de ses collègues de service. A cette période, M. avait oublié les années où il partait en vacances. Il ne distinguait plus les jours ouvrables des jours fériés.

6Les bons souvenirs s’éloignaient au fil des ans, sans l’espoir de les revivre. Il racontait que la décennie 1976-1989 a été la plus dure de sa vie à cause de la faillite de l’Etat. A ce moment-là, il ne se rendait à la fonction publique que deux fois par semaine : le mardi et le vendredi. Le mardi, il s’informait de ce qui s’était passé le lundi et était informé de ce qui était prévu pour le mercredi. C’était pareil le vendredi. Quand il traversait une période de vaches maigres, il allait une fois par semaine au bureau pour marquer sa présence et saluer le directeur. Il s’informait sur la paie éventuelle de son salaire. Il a profité de cette léthargie pour suivre, par correspondance, des cours d’agriculture et d’élevage au CEPAS (un centre d’éducation des adultes dirigé par les pères jésuites). Ses connaissances s’améliorent. Il commença un élevage de lapins.

7En 1990, l’espoir revient. Le 24 avril 1990, le président Mobutu « octroya » la démocratie au Zaïre. Le gouvernement Lunda Bululu4 améliora sensiblement le barème salarial et versa trois mois de salaires. M. vit son salaire mensuel passé, en nouveaux zaïres, de l’équivalent de 34 $ US à 102 $ US. Il en profita pour achever l’acquisition de son terrain et acheta deux porcelets chez le chauffeur-éleveur musuku5 (éleveur lui-même à temps partiel). Il construisit une étable avec des matériaux de récupération ramassés par-ci, par-là et créa son élevage au milieu de la cité dans une parcelle d’habitation, sans aucune autorisation administrative. Il disait que le pays était en transition. L’Etat faisait le mort. Très vite, il se rendit compte de la charge qu’il allait devoir supporter avec cet élevage. Il jura de gagner son pari. Il se mit à chercher une tutelle pour pouvoir trouver une possibilité de financer son activité.

Des ensembles populationnels tribaux

8Pendant les années 1990, le régime Mobutu, avec beaucoup de subtilité, avait régionalisé les cadres territoriaux. Les gens pensèrent qu’officiellement la tribu (ou mieux la province) était devenue le critère de nomination et d’affectation d’un cadre territorial ou d’un agent de la fonction publique. Les mutualités tribales, les associations dites « les anciens de », « les ressortissants de » acquirent une nouvelle dimension. Elles s’impliquaient ouvertement dans la gestion des affaires publiques. A Kinshasa, et partout au Congo-Zaïre, il devenait fréquent que les grandes décisions politiques se prennent dans des associations tribales (ou provinciales).

9M. décida d’adhérer à l’association des ressortissants de Bakwanga6 et espérait respirer à côté des « vieux » (des aînés). Il payait régulièrement et ponctuellement ses cotisations mensuelles à la trésorerie. Il les versait directement à la cellule dirigée par le président de la mutuelle. Il faisait des « acrobaties » pour se rapprocher du gestionnaire des marchés de la ville, un muluba de Bakwanga. Celui-ci était à la recherche d’« alliés » (ou, mieux, de complices) et avait une préférence pour les cadets « petits frères ». Il recrutait les percepteurs des taxes sur les marchés municipaux. Ces « alliés » utilisaient, sur ses ordres, tantôt les quittances officielles, tantôt les fausses quittances. Ils versaient une partie des recettes directement à leur protecteur. Le gestionnaire désignait des gens de sa famille et de son entourage aux postes-clés. M. saisit cette occasion.

10Pendant ce temps, les activités fonctionnelles des marchés municipaux cessaient d’être localisées uniquement dans l’espace urbain. On commençait à confondre quartiers résidentiels et quartiers commerciaux. Dans les marchés, à côté des étalages reconnus, dont les propriétaires avaient un registre de commerce ou une patente, se sont installés d’autres vendeurs ou vendeuses, non reconnus par l’Etat mais qui payaient la taxe quotidienne avec ou sans quittance. D’autres vendeurs étaient des locataires ou des sous-locataires de ceux qui étaient reconnus. Des vendeurs se sont installés tout le long des rues, à des carrefours, près des écoles. Des kiosques de boissons naissaient partout. Tous les vendeurs non reconnus par l’Etat constituaient une source juteuse d’argent pour les percepteurs et leur chef.

11M. profita de cette occasion jusqu’en 1993. Trois ans passés sur les marchés de Kinshasa comme percepteur lui ont permis de construire une maison d’habitation équipée en électricité, eau courante, téléphone. Il a acheté un poste téléviseur, un magnétoscope, les appareils électro-ménagers et avait le projet d’acquérir un taxi-bus. Dans son élevage, les porcelets étaient engraissés sans difficultés. La taille de son élevage s’éleva de deux reproducteurs à six. Sa porcherie a été agrandie, le nombre de locaux passant de 1 à 4. Le sol était pavé. La toiture a été refaite en tôles galvanisées. Il reconstituait facilement les stocks d’aliments et des produits vétérinaires pouvant lui permettre d’entretenir ses animaux pendant au moins deux mois. Ce travail d’entretien du cheptel est devenu lourd pour un « cumulard » (pluriactif). Il demanda à son beau-frère et à sa femme de l’aider. Après quelques mois, son beau-frère se plaignit de ne pas bénéficier d’un salaire.

12« Etre nourri et scolarisé ne suffit pas pour le travail que je fais dans cet élevage », disait-il.

13Les beaux-parents de M. étaient au courant du mécontentement de leur fils et en attribuaient la faute à leur fille, la femme de M. M. a ouvert un point de vente de viande de porc dans le quartier voisin. Il a embauché un vendeur, un garçon mukongo7 qui est adhérent d’un groupe du renouveau charismatique. Ce garçon était réputé comme étant un « bon berger8 ». M. approvisionnait également plusieurs bouchers des marchés municipaux.

14En 1994, il perdit son poste de percepteur municipal à la suite de remaniement des cadres de la territoriale, son protecteur ayant été muté à un autre poste. Un autre gestionnaire des marchés est arrivé à l’hôtel de ville avec ses propres « alliés ». M. s’employait à consolider son élevage. Ses voisins immédiats, dans le quartier, se plaignaient des odeurs dégagées par le lisier de son élevage. Ils se sont plaints à la municipalité. Le vétérinaire municipal exigeait que l’élevage soit déplacé dans la vallée. Et, lors d’une visite chez M., il découvrit que ce dernier avait lancé son activité sans détenir une autorisation de fonctionnement. Il décida de le traduire en justice. Les percepteurs municipaux profitèrent de ces difficultés rencontrées par M. pour le déstabiliser. Chaque semaine, lors de visites de routine, ils exerçaient un chantage. Les policiers municipaux en faisaient de même. A chaque visite, M. se sentait obligé de leur « graisser la pâte ». Le vétérinaire continuait aussi de le menacer. M. se sentait jalousé. Il n’avait pas de moyens suffisants pour payer les arriérés des impôts et des taxes qu’il devait à l’Etat. Dépassé, il tenta de résoudre autrement ce problème. A la suite d’un mot qu’il écrivit à un officier judiciaire (membre de la mutuelle de Bakwanga), adressé au tribunal municipal et au bourgmestre de la commune, les poursuites judiciaires furent suspendues. Il lui fut demandé de régulariser la situation à l’amiable. A l’occasion d’une fête de famille, il offrit un porc de 90 kg à son protecteur. Après avoir résolu ce problème administratif, il reprit ses activités en main.

15Chaque jour, il se levait vers cinq heures et demi. Il réveillait son beau-frère et tous les deux soignaient le cheptel. Son épouse servait le petit déjeuner vers six heures et quart. Après le déjeuner, il partait rencontrer ses clients (les vendeurs et les bouchers des marchés). Ils étaient pour la plupart baluba et bayombe9. Il passait parfois des heures à discuter avec ceux qui lui devaient de l’argent parce qu’il vendait les animaux au prix cash ou à crédit à 50% (avec l’engagement ferme du vendeur d’apurer la dette immédiatement après la vente). Les ventes à crédit commençaient à envenimer ses relations avec les clients (vendeurs). Ces derniers se plaignaient de son incompréhension. Ils disaient que les consommateurs n’avaient plus d’argent. Ils avaient du mal à écouler la viande dans le délai convenu. Or, M. avait quotidiennement des charges à payer : les aliments pour bétail, les produits vétérinaires et divers ingrédients, le transport des aliments et la livraison de la viande au point de vente. Il regrettait de ne pas être membre d’une coopérative pour alléger son travail d’éleveur indépendant. Le marché de porc de M. se restreignait. Depuis une année, il ne vendait plus la viande à crédit aux membres de la mutualité et à ses collègues de service. Nombreux sont ceux qui avaient accumulé les dettes à cause des retards de versement des salaires. Il passait un temps considérable à recouvrir des dettes.

16Une fois, après le recouvrement, il est tombé dans le filet des militaires incontrôlés et s’est fait dépouiller de son argent aux environs du grand marché. Pour éviter ce type d’aléas, il cherchait maintenant une clientèle dans les entreprises privées. Il multipliait les contacts. Dans cette recherche de contacts, il passait du temps avec « les parlementaires debouts » (ces citadins-chômeurs, engagés politiquement, qui passent le temps à discuter de l’actualité politique et économique à côté des kiosques de journaux) en attendant l’heure fixée pour son rendez-vous. Il participait à des discussions et suivait des débats tantôt en lingala10, tantôt en français. Ceux-ci portaient principalement sur l’actualité nationale. Il circulait, en ville, à pied. Quand il terminait ses contacts, il reprenait le bus où les gens parlaient toujours de l’actualité politique du pays. D’autres racontaient la bonne nouvelle de l’évangile. Depuis la libéralisation de la vie politique, des sectes religieuses poussaient comme des champignons à Kinshasa. On trouvait, dans la cité, une secte ou deux dans chaque rue. M. était devenu prêtre néo-apostolique. Sa femme s’impliqua dans le ministère du combat spirituel. Elle gardait les offrandes des fidèles. Mais l’élevage restait le filon principal du couple. Même le samedi et le dimanche, jours où les affaires de famille se réglaient, M. accordait la priorité à son élevage. Ses affaires avaient plus d’importance que les problèmes familiaux. Il n’allait aux réunions familiales qu’après avoir soigné ses animaux. Il demandait aux siens d’envoyer quelqu’un le chercher en cas d’urgence. Son entourage voyait, dans cette attitude, un comportement d’orgueilleux. On racontait qu’il se donnait beaucoup d’importance. Pour M., la reconnaissance sociale se manifestait par un statut de « chef » que lui conférait sa réussite matérielle. Son souci d’anonymat montrait, cependant, qu’il se sentait à la merci d’une décision arbitraire.

17Pour élargir son marché et afin de décrocher des contrats, M. recherchait une tutelle. Il voulait signer un contrat avec l’armée pour livrer de la viande aux casernes ou avec l’économat de la MIBA (la compagnie minière de Bakwanga). Une fois ces marchés gagnés, il pourrait acheter une maison dans un quartier résidentiel et lancer un magasin-alimentation. L’acquisition d’une camionnette pour le transport des aliments et la livraison des animaux serait prioritaire. Son élevage et sa capacité de production pourrait doubler de taille.

De l’« ethnico-moderne »

18Dans ce récit de vie, il est beaucoup question de problèmes sociologiques, anthropologiques et économiques. L’emploi, la formation, le salaire et la vie quotidienne sont au centre de l’expérience. L’appartenance tribale est le fondement des mutuelles et des associations des années 90. Or, elle ne constitue pas une barrière vis-à-vis de tribus ou d’ethnies différentes qui ont les mêmes centres d’intérêt. M. en rencontre dans le cadre de ses activités marchandes. Il y a coexistence et collaboration entre les personnes unies pour protéger les mêmes intérêts, indépendamment des origines et des différences. Les rivalités ethniques ne sont pas manifestes. Les références constantes au groupe tribal (ou ethnique) des gens rencontrées ou des collaborateurs de M. sont, en fait, un mode de classification, de caractérisation. Il n’y a pas d’hostilité entre les groupes ethniques, seulement parfois une teinte de mépris qui disparaît dès que des liens personnels sont créés.

19Le travail de M. semble prendre l’avantage sur la famille étendue. Il emploie son beau-frère, mais sa participation aux réunions de famille vient après son travail. Il décide individuellement des actes à prendre dans son élevage. Il exige que ses clients payent leurs dettes (conformément aux conventions faites lors des transactions et malgré les difficultés de ceux-ci et des consommateurs) parce qu’il a des charges à payer. Le réseau social (la mutuelle, l’association) reste, en milieu urbain, un regroupement à des fins économiques et politiques. L’organisation est « tribalo- » ou « ethnico-moderne ». La cotisation est la règle d’intégration. C’est la preuve que la solidarité exige de donner et de recevoir. Avec les mutuelles et autres groupements socio-économiques qui se créent, les noyaux d’émergence de la société civile se mettent en place. M. a monté son élevage sans autorisation municipale d’exploitation. Il n’a payé aucune taxe pendant une longue durée. Vue sous cet angle, la coexistence de l’éthique et de la production marchande indépendante fonctionne comme une oxymore. La production marchande indépendante serait la négation du sens moral. L’embauche sur une base clientéliste et ethnique ou tribale, la dilapidation des taxes de marchés éclatés dans la ville sont les preuves supplémentaires de manque de cette éthique. Pour se servir, l’autorité municipale impose des taxes aux vendeurs qui ne sont pas reconnus officiellement. Les pouvoirs publics ont perdu le contrôle des recettes fiscales. Ils sont partiellement confisqués ou « privatisés ».

20En outre, M. installe son élevage dans sa parcelle d’habitation, en pleine cité. Les activités de production marchande indépendantes fonctionnent n’importe où. On commence ainsi à confondre des quartiers. L’élevage quitte l’espace reconnu (la vallée, la ceinture verte de la ville) pour des maisons privées. Peut-être est-ce par crainte des pillages commis par l’armée et les exclus de la société. Les marchés ont cessé d’être localisés dans l’espace urbain déterminé, choisi à cette fin. On vend tout partout. Toute la ville est devenue un marché et les citadins des vendeurs. Que les vendeurs soient reconnus ou non par l’Etat, ils s’installent le long des rues, à des carrefours, près des écoles, etc. Tout acquiert une valeur marchande. Le marché éclaté dans la ville témoigne du dérèglement de la gestion de la chose publique.

21Plusieurs acteurs se sont manifestés dans le récit de M. Citons la mutuelle, le marché, les consommateurs, les agents de services publics et l’éleveur lui-même. Ils se sont caractérisés par des rapports sociaux utilitaires et de domination. Les uns ont utilisé la solidarité à leur avantage et d’autres, comme les percepteurs de taxes, ont recouru à la prédation pour se servir. Les divergences d’intérêts ont provoqué des conflits et des tensions entre les différents acteurs. Dans sa lutte pour la survie et l’autonomie, le héros du récit (l’éleveur) bénéfice de l’aide d’un autre personnage (membre de la mutuelle) à chaque obstacle. Au fil du temps, M. a acquis une compétence, un sens de l’organisation et de la hiérarchie dans son travail.

« Quand on veut, on peut, là où il y a une volonté, il y a un chemin. »

22Remarquons qu’il y a une forte identité ethnique dans les réseaux sociaux et dans la reproduction de la différenciation aîné/cadet, pauvre/riche, gradé/subalterne. Quels enseignements ressortent du récit ?

23L’éleveur narrateur réussit à conjuguer à la fois l’approche compréhensive qui restitue les pensées intérieures d’un homme, les influences socio-anthropologiques d’une culture et du poids des contraintes sociales qui pèse sur sa conscience, la chronologie des événements. Il se rend compétent en réussissant les épreuves qualifiantes de la vie quotidienne, il s’accomplit en réalisant un certain nombre d’actions et obtient la reconnaissance de ce qu’il a fait et, par là, de ce qu’il est. Ce récit de vie donne une image du narrateur à la fois dans sa spécificité et dans sa fonction de représentant d’un groupe. Il s’agit de significations dessinées dans le déroulement textuel. Il donne une image de l’avenir (très dur) par rapport au passé. Il présente des valeurs ou des objets porteurs de valeurs ou d’antivaleurs (selon les personnes) : le bien, le mal, l’amour, les autres, le danger qui menace l’homme, l’armée, les parents… Les trajectoires de cet éleveur nous amènent à comprendre l’importance des actes les plus simples ainsi que les plus solennels de la vie quotidienne, les convictions individuelles, politiques, morales et religieuses. En cherchant à déchiffrer ses intentions, on se rapporte à sa philosophie du monde, aux interférences « socio-anthropologiques » entre, en particulier, ici, individu, groupes ethniques et société. Nos représentations sociales sont façonnées par des thèmes, des images, des maximes, donc des contenus qui jouissent tant d’une extraordinaire permanence que de l’universalité et qui en reçoivent leur cohérence.

Haut de page

Bibliographie

Bouvier P. Socio-anthropologie du contemporain. Paris, Galilée, 1995.

Dortier J.F. « Récit et sciences humaines : les retrouvailles ? », Sciences humaines, 60, avril 1996.

Epstein A.L. « The Network and Urban Social Organization », Human Problems in Central Africa, XXIX, 1, juin, 1961.

Ferrarotti F. Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales. Paris, Méridiens, 1983.

Moscovici S. « L’ère des représentations sociales », in W. Doise et A. Pamonari, L’étude des représentations sociales. Neuchâtel-Paris, Delachaux et Niestlé, 1986.

Poirier J. et al. Les récits de vie. Théorie et pratique. Paris, PUF, 1983.

Haut de page

Notes

1 De la tribu luba des provinces des Deux Kassaï
2 Province du Congo-Zaïre.
3 De la tribu bangala parlant la langue lingala.
4 Le premier ministre de la transition politique (1990-1997) sous le régime du président Mobutu.
5 De la tribu suku de la province de Bandundu.
6 Localité minière du Kasaï.
7 De la tribu kongo de la province du Bas-Congo.
8 Meneur d’hommes, exemplaire par son honnêteté.
9 De la tribu yombe du Bas-Congo.
10 La langue nationale parlée à Kinshasa, dans la province de l’Equateur et dans l’armée, sous Mobutu.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

M. Nuah M. Makungu, « Pérégrination à Kinshasa », Socio-anthropologie [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/115 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.115

Haut de page

Auteur

M. Nuah M. Makungu

ISAV-JEEP, Kinshasa

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org