Navigation – Plan du site

Approche archéo-anthropologique des inhumations militaires

Catherine Rigeade
p. 93-105

Texte intégral

1Le fait militaire occupe une place importante au sein des études historiques car il permet d’entrevoir les rapports entre l’armée et la société. Les conflits armés sont très largement abordés en archéologie par l’étude des systèmes défensifs ou par la découverte d’objets de parures ou de pièces d’armes. En revanche, on ne dénombre que peu d’ensembles funéraires mis en place à la suite d’un conflit ou d’évènements guerriers ayant fait l’objet d’une fouille archéologique ou d’une étude anthropologique. Notre objectif n’est pas ici d’étudier les mécanismes guerriers, ni leur causalité, mais plutôt d’aborder ses conséquences, c’est-à-dire les morts de la guerre, et plus précisément leur gestion pendant un conflit. Face à ce type d’ensemble funéraire, il s’agit pour l’archéo-anthropologue de fournir les clefs de compréhension d’un tel ensemble et d’étudier les gestes funéraires. L’analyse de ces gestes permet non seulement de percevoir les attitudes collectives qui les ont accompagnés ; mais également de saisir les réactions et les actions des hommes face à la mort massive et d’apporter ainsi un complément à l’histoire.

L’abandon sur le champ de bataille

  • 1  On parle de dépôt secondaire lorsqu’un corps a été manipulé après son inhumation, et avant sa déco (...)
  • 2  Un ossuaire au sens d’un amas d’ossements.

2À l’issue d’une bataille, d’une guerre ou d’un combat, il a souvent été observé que la nature humaine ne tient plus compte des pratiques funéraires et religieuses. Le ramassage des cadavres entre le moment du décès et l’évacuation du corps nécessitait un laps de temps plus ou moins long, lié au contexte militaire, à l’activité des équipes chargées de la besogne et à la localisation des dépouilles. Les sources historiques nous apprennent que beaucoup de corps sont abandonnés et laissés tels quels sur les champs de bataille. Pendant la guerre de Cent Ans, l’armée anglaise se sentant encore menacée par les troupes françaises abandonna ses morts sur les lieux de l’affrontement (Curry, 2000). Si Azincourt demeure l’exemple le plus célèbre, les sources textuelles et la découverte archéologique en Allemagne du site de Varus attestent que de telles pratiques étaient en usage dès l’Antiquité. À l’issue de cette bataille, les corps des soldats furent réinhumés au sein de six fosses de nombreuses années plus tard lors du passage de l’Empereur Germanicus. Les interprétations archéologiques furent limitées en raison des ossements épars, très fragmentaires et en position secondaire1 qui furent mis en évidence (Wilbers-Rost, 2004).Les aléas de la guerre et des conflits en général ont souvent conduit à l’abandon des dépouilles des combattants là où s’était déroulé le combat, parfois volontairement ou négligemment, mais surtout en raison de la mobilité rapide des armées et de l’insécurité. Dès le Moyen Âge les restes des combattants abandonnés et réduits à l’état d’ossements sont rassemblés en ossuaire2. Sept ans après la bataille du 15 août 1385 que s’étaient livrés les Portugais et les Castillans pour l’indépendance du Portugal, les restes de près de 400 individus ont ainsi été rassemblés dans une chapelle (Cunha et al., 1997; Zoffmann Zsuzsanna, 1982). Pour l’archéo-anthropologue, le geste et le rite funéraire accompagnant la mort du soldat sont alors beaucoup plus difficiles à exploiter scientifiquement puisqu’il s’agit d’ossuaires. Ces pratiques ont perduré. De nombreux textes des campagnes de l’Empire le relatent : les dépouilles des soldats étaient quelquefois laissées à l’abandon sur les champs de bataille, en raison de la rapidité du déplacement des troupes (par exemple lors de la bataille de la Moscowa, la campagne de Prusse de 1813 ou bien la campagne de France de 1814). Les batailles de Tolentino, d’Austerlitz, Wagram et de Vittoria ne semblent avoir laissé comme unique vestige que des dépôts secondaires d’ossements (Rollo, 1999). Pour l’ensemble de ces sites, le matériel associé aux ossements (notamment les boutons) permet d’attribuer sans aucun doute ces restes humains à des soldats des campagnes napoléoniennes. Les traces d’impact de balles, d’amputation, ainsi que les différents traumatismes relevés sur les pièces osseuses certifient que ces militaires sont, soit morts au combat, soit ont succombé rapidement aux suites de leurs blessures. En revanche le regroupement en ossuaire des ossements de ces soldats nous prive de renseignements précieux concernant la gestion funéraire de ces batailles.

L’enfouissement sur le champ de bataille

3Lorsque les dépouilles ne sont pas abandonnées, elles sont, hormis pour quelques privilégiés, inhumées sur les lieux du combat. Les fosses creusées sur le site même de la bataille en marquent le terme, heureux ou malheureux. Selon les sources, dès la fin des combats, l’armée victorieuse était censée prendre à sa charge les opérations d’inhumations. Cependant comme il s’agissait généralement de guerres de mouvement, les armées n’avaient pas toujours le temps de s’occuper des morts. C’était donc aux populations civiles et riveraines, mobilisées pour l’occasion, qu’était dévolu le soin d’ensevelir les cadavres dans les cimetières communaux (Corvisier, 1975, 1985). S’ils étaient vraiment trop nombreux, les consignes étaient de les enfouir dans une fosse creusée sur les lieux même du combat et de les couvrir de chaux par mesure d’assainissement (un officier supérieur en retraite, 1889). Le laps de temps imparti à la trêve pouvait alors s’avérer déterminant pour la mise en place des sépultures et provoquer ponctuellement des enfouissements précipités. Ce cas de figure fut retrouvé aux abords de l’ancienne ville médiévale de Wisby (Suède). Les deux premières fosses découvertes dans la première moitié du XXe siècle renfermaient respectivement 258 et 710 squelettes enchevêtrés, dans toutes les positions, sur une hauteur variant de cinquante centimètres à un mètre. Quelques monnaies, armures et armes retrouvées in situ, associées aux archives historiques permirent de mettre en relation ces fosses avec la bataille que se livrèrent les Danois et les Suédois le 27 juin 1361 (Thordeman, 1939). L’amoncellement des cadavres retrouvés au sein de ces deux fosses permet aisément d’envisager la précipitation ainsi que le temps restreint imparti à leur enfouissement par les survivants et les habitants de la ville. Sur ce même site, au moins trois épisodes d’inhumations ont pu être distingués au sein d’une troisième fosse découverte plus tardivement (Thordeman, 1939). Leur analyse a permis non seulement de mettre en évidence la succession de trois épisodes virulents de mortalité avec des corps, là aussi enchevêtrés comme au sein des deux premières sépultures, mais également de percevoir un épisode moins meurtrier à l’issue duquel on a pu procéder à une inhumation soignée et respecter les rites funéraires de l’époque. Les résultats de l’étude anthropologique et du mobilier associé ont permis de privilégier l’hypothèse d’une troisième sépulture destinée à inhumer les victimes civiles du siège de la ville (Ingelmark, 1939). Le matériel issu des fouilles de Wisby constitue encore à ce jour l’une des plus importantes collections d’armures médiévales. Si les archives historiques ont permis de situer chronologiquement ce site par rapport à la bataille, les investigations menées sur le terrain ont apporté incontestablement un complément à la connaissance historique de cette bataille.

4La fosse découverte en 1996, à Towton (Angleterre), constitue un autre exemple de cet apport de l’archéo-anthropologie à l’histoire d’une bataille connue et relatée par les textes. Cette sépulture renfermait 38 individus déposés soigneusement tête-bêche à l’issue de la bataille du 14 mars 1461 (Boylston et al., 2000; Butzen, 2001; Fiorato, 2000; Fioratoet al., 2000). Cet épisode était déjà bien connu des historiens puisque certains seigneurs anglais comme Lord Dave de Gilliesland y avaient trépassé. Leurs dépouilles avaient été ramenées et inhumées individuellement au sein du cimetière de la ville. Outre la violence des combats dont attestent les traumatismes peri mortem observés sur les squelettes, cette inhumation vient confirmer l’usage d’abandonner sur le champ de bataille les autres combattants (soldats et villageois) et de les enterrer sur place, dans l’anonymat. À ce jour aucun autre site contemporain de la période médiévale n’a été découvert en Europe réduisant notre connaissance du statut du combattant du Moyen Âge aux textes étudiés par les historiens et à ces deux sites.

5Au XIXe siècle, la fosse commune est toujours le lieu de sépulture traditionnel réservé aux soldats au cours des conflits. La tombe individuelle est réservée aux officiers supérieurs. En Europe, comme l’attestent les nombreux témoignages des guerres de l’Empire, on continue à inhumer les corps des soldats sommairement, sur les champs de bataille. En 1805, après la bataille deSlavkov – Austerlitz, le champ de bataille est recouvert de cadavres, et les 18.000 victimes seront inhumées dans 25 fosses durant les journées suivantes (Gissübelova, 2000). Dans la majorité des cas, les corps des soldats tués lors des batailles étaient enterrés dans des fosses communes creusées par l’armée victorieuse, par leurs prisonniers ou bien par des autochtones (Baron Percy, 1986). De nombreux restes osseux contemporains des campagnes napoléoniennes furent mis au jour lors de la fouille des ossuaires de Jirikovice (République Tchèque) près du site d’Austerlitz en 1994, et de Tolentino (Italie) en 1997 (Rollo, 1999). De même la fouille réalisée en 1996 à Valencia révéla la présence de sépultures multiples qui furent associées aux affrontements sanglants de la guerre d’Indépendance espagnole (Miquel-Feucht et al., 1999).

6En France, en 1870-1871, l’improvisation reste très fréquente et l’abandon des soldats sur le lieu des combats, avec par nécessité prophylactique une inhumation sommaire et rapide effectuée par les civils, perdure (Lemonier, 1871) comme l’illustre la sépulture qui renfermait 14 soldats allemands déposés les uns à côté des autres, découverte à Noisseville (Moselle) en 1991 (Adam, 2006).

7À la même période aux Etats-Unis, le sort réservé au soldat dépend essentiellement de l’environnement et du contexte du déroulement des affrontements entre les soldats et les tribus indiennes. En effet, aucun règlement ne régit les trêves accordées à chaque partie adversaire pour ramasser ses morts. Bien souvent, les troupes sont ainsi contraintes d’abandonner les cadavres et les gisants à leur sort, faute de pouvoir revenir sur le champ de bataille. Ce cas de figure est souvent relaté dans les récits contemporains et peut être illustré par le site de Little Bighorn River (Montana). Au lieu dit, trois batailles opposèrent entre le 25 et le 26 juin 1876 les natifs américains et le Général Custer de la 7e cavalerie (Scott et al., 1997 ; Scott et al., 1998; Spencer, 1983 ; Willey et al., 1996, 1999). Les cadavres des soldats y furent abandonnés et seules les dépouilles des officiers furent récupérées un an plus tard pour être inhumées dans une chapelle. L’exhumation de ces squelettes au début des années 80 afin d’identifier le général Custer est à l’origine de ce que l’on appelle Outre-Manche la « Battlefield archaeology », c’est-à-dire la discipline de l’archéologie des conflits anciens et l’archéologie proprement dite des batailles (Sutherland, 2005).

8En France au début des années 1990, la découverte de plusieurs inhumations mises en place au cours de la Grande Guerre offrit à l’archéo-anthropologie la possibilité de développer de nouvelles approches et d’apporter des précisions sur une période particulièrement riche en témoignages. L’opération archéologique conduite sous la direction de Frédéric Adam en 1991, pour exhumer la dépouille d’Alain Fournier et des soldats morts en septembre 1914 (Adam, 2006) n’avait au départ comme objectif que l’identification du célèbre écrivain. La fouille de cette sépulture a suscité l’attention de la communauté scientifique concernant le statut à donner au passé récent au sein de l’archéologie et de l’anthropologie ainsi qu’aux méthodes pour l’appréhender.

9Les règlements militaires jusqu’en 1915 prescrivaient l’enterrement des morts à proximité des lieux de combat dans des fosses qui ne devaient pas dépasser 100 cadavres. Les officiers devaient être enterrés dans des fosses à part mais les pratiques funéraires réelles furent bien différentes de celles qui étaient préconisées dans les textes réglementaires (Hardier, Jagielski, 2006). À Saint-Rémy-La-Calonne, si le dépôt des corps a été réalisé en suivant un ordre hiérarchique, le capitaine, le lieutenant, les officiers et les hommes de troupes ont tous été enfouis au sein d’une seule et même fosse (Adam, 1999, 2006).

10Jusqu’en 1914-1918, la priorité sera d’assainir la zone des combats. Si les victimes s’avéraient trop nombreuses, elles devaient être enfouies dans une fosse creusée sur les lieux du combat. Lorsque des pics de mortalité se produisaient suite à des combats violents et prolongés ou que l’urgence s’imposait, les corps étaient hâtivement regroupés dans des fosses permettant des économies de temps et de moyens. Ces dernières étaient localisées à proximité des premières lignes et facilitaient ainsi le travail épuisant des brancardiers et des fossoyeurs (Hardier et al., 2004). C’est ainsi que l’on retrouve sur les lignes de front des sépultures de combattants britanniques, à Arras (Nord), dans la Zac Actiparc où l’agencement particulier des corps des vingt soldats du 10e bataillon du Lincolnshire Regiment témoigne d’une volonté des survivants d’inhumer avec soin les dépouilles de leurs camarades. Dans certains cas, la violence et la densité des combats ne permettent pas toujours d’accorder à minima les rites funéraires à ceux qui ont péri. Dès l’automne 1914, comme le relatent les témoignages, les morts sont ensevelis là où ils sont tombés : en bordure d’un bosquet, au fond d’un cratère d’obus ou près d’une habitation (Capdevila et al., 2002b). Plusieurs dépouilles ont ainsi été retrouvées : à Gavrelle (Nord) où douze soldats allemands avaient été inhumés tête-bêche au sein d’un trou d’obus (Desfosses et al., 2000a, Desfosses et al., 2000b), à Monchy-Le-Preux ce sont les corps d’un fantassin allemand et d’un soldat britannique qui avaient sans doute été ensevelis à peu de temps d’intervalle au sein du même trou d’obus (Desfosses et al., 2000a, Desfosses et al., 2000b), et à Villers-Bretonneux (Nord) un soldat du Commonwealth et un soldat français gisaient là encore au sein du même trou (Desfosses et al., 2000a, Desfosses et al., 2000b). Enfin, durant la Première Guerre mondiale, on met en place des lieux d’inhumation près des hôpitaux militaires, à l’arrière du front comme à Monchy-Le-Preux. Certains de ces ensembles funéraires mis en place rapidement comme le cimetière de Verberie ou de Senlis donneront même lieu à la fin de la guerre à de véritables nécropoles de regroupement (Hardier et al., 2004).

La mort du soldat en dehors du champ de bataille

11Pendant longtemps la guerre n’a pas été la principale cause de la mort des militaires. On assimile à la mort non-violente une corrélation de plusieurs facteurs : la maladie, le climat, l’épuisement. Les campagnes militaires traditionnelles s’avèrent peu meurtrières en combattants ; les soldats meurent beaucoup plus des maladies qu’ils contractent et disséminent que du fait de guerre proprement dit. Les soldats blessés ou malades étaient conduits aux Hôtels-Dieu locaux. Les premiers hôpitaux militaires n’ont été que des créations de circonstance et de caractère tout à fait temporaire. Le premier hôpital militaire permanent semble avoir été fondé à Malines par Philippe II en 1585 (Corvisier, 1985). En 1870, les maladies emportèrent trois fois plus de soldats que les blessures. C’est de 1914 à 1918 que pour la première fois dans l’histoire des armées modernes, les morts de blessures ont dépassé en nombre les autres causes de décès parmi les hommes sous les armes (Corvisier, 1985).

12La fouille menée en 1981 à Douai (France) révéla des charniers contemporains des sièges subis par la ville en 1710-1712 durant la Guerre de succession d’Espagne (Rigeade et al., 2006). L’étude anthropologique associée à la répartition spatiale de ces hommes au sein des fosses ont permis de mieux comprendre la gestion funéraire de ce site. En effet, les douze sépultures découvertes avaient été mises en place successivement et en fonction de la nature des décès. Une seule fosse semble ainsi renfermer les combattants du siège de la ville. L’absence de lésions traumatiques peri mortem sur tous les autres squelettes a ainsi permis de faire l’hypothèse d’une épidémie vraisemblablement plus meurtrière que les combats et qui a sévi au sein de la ville assiégée à cette époque. En outre, l’utilisation de linceuls pour envelopper les corps, attestée par la présence abondante d’épingles en bronze, et l’absence de matériel militaire, suggèrent aussi la présence d’un établissement sanitaire à proximité (Rigeade et al., 2006). Dans le cadre d’un conflit, on retrouve également des établissements sanitaires en relation avec ces inhumations, à partir de l’Époque Moderne. Pendant l’Ancien Régime, il arrive cependant que les soldats blessés ou malades soient conduits aux hôtels-Dieu locaux. À Douai, l’analyse des squelettes et des artefacts a permis de déterminer qu’il ne s’agissait pas uniquement de soldats morts au combat car aucune trace d’une structure pouvant s’apparenter à une infirmerie n’a été retrouvée à proximité de ce site. Les analyses en biologie moléculaire entreprises permettront peut-être d’identifier l’agent pathogène responsable et par conséquent d’apporter de nouvelles données aux historiens de la période Moderne. Mis à part le cimetière de Snake Hill (Etats-Unis) mis en place à la suite du siège de Fort Erie en 1814 (Pleiffer et al., 1991), aucun autre site d’inhumation en relation avec une guerre de siège n’a été découvert.

13Ces dernières années, en Europe les découvertes d’inhumations du Premier empire apportent leur complément à l’histoire militaire. Le site de Siaures Miestelis découvert en 2002 à Vilnius en Lituanie (Signoli et al., 2004) a permis de mettre en évidence une pluralité de causes car il ne s’agissait pas de soldats morts au combat. Pour la première fois, l’agent pathogène Rickettsia prowazeki a pu être isolé (Raoult et al., 2006), mais seulement 30% des soldats inhumés dans ce charnier étaient atteints de la maladie. Ce n’est donc pas à une épidémie de typhus mais à l’épuisement, à la faim, et surtout au froid qu’il faut imputer la mort de plus de 3000 soldats de la Grande Armée de Napoléon.

14En 2004, on a attribué au typhus le décès en 1812 des 120 soldats de l’Armée napoléonienne retrouvés dans une fosse à Erfurt en Allemagne. En effet, les archives du Conseil municipal de l’époque signalent la présence d’un hôpital militaire à proximité ainsi que l’inhumation rapide de plusieurs centaines de soldats français décédés des suites d’une épidémie de fièvres. Plus récemment, en juillet 2006, à Kaliningrad (Russie) une fouille d’urgence absolue suite à des travaux de terrassement a mis en évidence de nombreuses fosses où étaient encore inhumés des soldats de la Grande Armée. D’après les sources textuelles, là aussi, on peut parler d’une crise de mortalité liée à une épidémie de typhus (Rigeade, 2007)

15Concernant les épidémies survenant dans le sillage des guerres et des grandes migrations de population, les travaux récents en archéo-anthropologie ont ainsi permis de mettre en évidence ce qui jusqu’à présent n’étaient que des hypothèses historiques.

Conclusion

16La découverte de ces inhumations nous interroge un peu plus sur l’évolution des rapports que les sociétés ont pu entretenir avec la violence et la guerre. L’étude de ces ensembles qui sont souvent des inhumations de masse relève de l’archéo-anthropologie mais aussi de l’anthropologie historique puisqu’elle est liée à l’évolution des comportements sociaux. L’approche archéo-anthropologique des dépouilles ne va pas bouleverser l’histoire, mais elle permet d’enrichir la compréhension d’un évènement historique et en quelque sorte d’accéder à une nouvelle connaissance du passé.

17Cependant malgré toutes les batailles qu’a connues le territoire français au cours de son histoire et malgré le développement important des fouilles préventives en France (Pioda, 2008), on peut s’étonner aujourd’hui de l’absence de tels ensembles. Mis à part les vestiges du premier conflit mondial, peu de sites archéologiques en relation avec un épisode belliqueux ont été mis au jour.

Haut de page

Bibliographie

Adam F., Alain Fournier et ses compagnons d’arme « une archéologie de la Grande Guerre », Paris, Editions Serpenoise, 219 p., 2006.

— « L’archéologie et la grande guerre », 14-18 Aujourd’hui, Revue annuelle d’histoire, 2: 29-35.

Baron Percy, Journal des campagnes, Paris, Tallandier, 537 p., 1986.

Boylston A., Host M., Coughlan J., « The human remains », in V. Fiorato, A. Boylston et C. Knüsel (eds.), Blood Red Roses, The archaeology of a mass grave from the battle of Towton AD 1461, Oxford, Oxbow Books, pp. 45-59, 2000.

Butzen F., « Blood Red Roses, The archaeology of a mass grave from the battle of Towton AD 1461 », JAMA 286 : 2741-2742, 2001.

Capdevila L., Voldman D., « Du numéro de matricule au code génétique : la manipulation du corps des tués de la guerre en quête d’identité », RICR 848 : 751-765, 2002.

Corvisier A., « La mort du soldat depuis la fin du Moyen Âge », Revue historique : 3-30, 1975.

— Les hommes, la guerre et la mort, Economica, Paris, 453 p., 1985.

CurryA., The battle of Agincourt : sources and interpretations, Woodbridge : Boydell, 152 p., 2000.

Cunha E., Silva A.-M., « War lesions from the famous portuguese medieval battle of Aljubarrota », Int. J. Osteoarchaeol. 7: 595-599, 1997.

Desfosses Y., Jacques A., « Vers une définition et une reconnaissance de l’archéologie de la Première Guerre mondiale », in P. Nivet (éd.), La bataille en Picardie. Combattre de l’Antiquité au XXe siècle, Editions Encrage, pp. 203-220, 2000.

Desfosses Y., Jacques A., Prilaux G., « Premières recherches sur la Grande Guerre dans le Nord-Pas-De-Calais », Archéologia 367: 32-38, 2000a.

— « Arras “Actiparc”, les oubliés du “Point du Jour” », Sucellus 54: 84-100, 2000b.

Dupont P., Un officier supérieur en retraite. Les Devoirs des maires en cas de mobilisation générale, Paris, pp. 64-66, 1889.

Etxeberria F., « Surgery in the Spanish war of independence (1807-1813), between Sesault and Lister », Journal of Paleopathology, 11: 25-40, 1999.

Fiorato V., « Towton, AD 1461. Excavation of a mass war grave) », Current Archeology 171 : 98-104, 2000.

Fiorato V., Boylston A., Knüsel C., Blood Red Roses, the archaeology of a mass grave from the battle of Towton AD 1461, Pxford, Oxbow Books, 277 p. 2000.

Ingelmark B.-E., « The skeletons », in B. Thoderm (Ed.), Armour from the Battle of Wisby, Chilvary Bookshelf, pp. 149-209, 1939.

Gissübelova J., « La bataille de Slavkov - Austerlitz (1805) », http://www.archiv.radio.cz/français/osobnosti/vdalost.phtml?cislo=12, 2000.

Hardier T., Jagielski J.-F., Combattre et mourir pendant la grande guerre (1914-1924), Paris, Editions Imago, 375 p., 2004.

— « Le corps des disparus durant la Grande Guerre : l’impossible deuil », Quasimodo 9 : pp. 75-96, 2006.

Lemonier C., Sedan ou les charniers, Bruxelles, Editions Weissenbruch, 252 p., 1871.

Miquel-Feucht M.-J., Polo-Cerda M., Villalain-Blanco J.-D., « Anthropological and paleopathological studies of a mass execution during the war of independence in Valencia, Spain (1808-1812) ) », Journal of Paleopathology 11: 15-23, 1999.

Pioda S., « INRAP six ans d’archéologie préventive », Archéologia 454 : 14-23.

Pleiffer S., Williamson R. F., Snake Hill : an investigation of a military cemetery from the War of 1812, Dundurn Press, Toronto and Oxford, 443 p., 1991.

Raoult D., Dutour O., Houhamdi L., Jankauskas R., Fournier P.–E., Ardagna Y., Drancourt M., Signoli M., Dang La V., Macia Y., Aboudharam G., « Evidence for Louse–Transmitted Diseases in Soldiers of Napoleon’s Grand Army in Vilnius », Journal of Infectious Diseases 193: 112–120, 2006.

Revolat E.-B., Nouvelle hygiène militaire ou préceptes sur la santé de l’homme de guerre considérée dans toutes ses positions, comme : les garnisons, les cantonnements, les campements, les bivouacs, les ambulances, les hôpitaux, les embarquements..., Lyon, Tarnachon-Molin, 306 p., 1803.

Rigeade C., Willot J.-M., Demolon P., Rabino Massa E., Signoli M., « Approche anthropologique de sépultures de catastrophe du XVIIIe siècle (Rue Martin du Nord, Douai, France) », C. R. Paleovol 5: 901-907, 2006.

Rigeade C., Les sépultures de catastrophe.Approche anthropo-logique des sites d’inhumations en relation avec des épidémies de peste, des massacres de population et des charniers militaires, BAR International S1695, 129 p., 2007.

Rollo F., « A war wound in a skeleton from the battlefield of Tolentino (2-3 may 1815) », Journal of Paleopathology 11: 41-46, 1999.

Scott D. D., Connor M. A., « Context delicti : archaeological context in forensic work », in W. D. Haglund, M. H. Sorg (Eds.), Forensic taphonomy. The postmortem fate of human remains, CRC Press, Bocca Raton, pp. 27-38, 1997.

Scott D. D., Willey P., Connor M. A., They died with Custer. Soldiers’bones from the battle of the Little Bighorn, University of Oklahoma Press, Norman, 389 p., 1998.

Signoli M., Ardagna Y., Adalian P., Devriendt W., Lalys L., Rigeade C., Vette T., Kuncevicius A., Poskiene J., Barkus A., Palubeckaite Z., Garmus A., Pugaciauskas V., Jankauskas R., Dutour O., « Discovery of a mass grave of Napoleonic period in Lithania », C. R. Paleovol 3: 219-117, 2004.

Spencer J. D., « George Amstrong Custer and the Battle of the Little Bighorn : homicide or mass suicide ? », J. Forensic Sci. 28: 756-761, 1983.

Sutherland T., Battlefield archaeology- a guide to the archaeology of conflict, British Archeological Job Resource, 19 p., 2005.

Thordeman B., « The excavations », in B. Thoderman (éd.), Armour from the Battle of Wisby, Chivalry Bookshelf, pp. 46-92, 1939.

Wilbers-Rost S., The battle of Varus (9 A.D.) - Archaeological remains, http://cairnworld.free.fr, 2004.

Willey P., Scott D. D., « “The bullets buzzed like bees” : gunshot wounds in skeletons from the battle of the Little Bighorn », Int. J. Osteoarchaeol. 6: 15-27, 1996.

-— « Who’s buried in Custer’s grave ? », J. Forensic Sci. 44: 656-665, 1999.

Zoffmann Zsuzsanna K., « Anthropologishe untersushung der skelettreste aus den im jahre 1976 freigelegten massengräbern der schlacht bei mohac 1526 », Biologiai Tanulmanyok 9: 27-46, 1982.

Haut de page

Notes

1  On parle de dépôt secondaire lorsqu’un corps a été manipulé après son inhumation, et avant sa découverte (c’est-à-dire ici lors de la fouille archéologique).

2  Un ossuaire au sens d’un amas d’ossements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Rigeade, « Approche archéo-anthropologique des inhumations militaires », Socio-anthropologie, 22 | 2008, 93-105.

Référence électronique

Catherine Rigeade, « Approche archéo-anthropologique des inhumations militaires », Socio-anthropologie [En ligne], 22 | 2008, mis en ligne le 14 octobre 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1153

Haut de page

Auteur

Catherine Rigeade

Unité d’Anthropologie bioculturelle, UMR 6578 CNRS-EFS-Université de la Méditerranée, Faculté de Médecine de Marseille

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org