Navigation – Plan du site

Archéo-anthropologie funéraire et épidémiologie

Réflexions autour des sépultures de crise liées aux épidémies de peste du passé
Michel Signoli
p. 107-122

Texte intégral

1Selon les cas, selon les auteurs, selon que l’on soit dans un échange oral ou dans la production de l’écrit, des termes différents seront utilisés pour désigner ces sépultures. Charniers, fosses communes, sépultures multiples et simultanées, sépultures de masse, sépultures de catastrophe ou encore sépultures de crise… la grande variabilité du verbe témoigne en premier lieu de la diversité des situations rencontrées tant au niveau archéologique que dans des contextes contemporains pour désigner les lieux d’inhumations en relation avec des périodes où le tempo de la mortalité s’emballe. En second lieu, il faut bien en convenir, ces errances traduisent la difficulté pour les spécialistes de nombreuses disciplines (anthropologie, archéologie, démographie, ethnologie, histoire, médecine légale, sociologie…) à trouver une expression unique pour qualifier des contextes funéraires originaux, abordés à travers des prismes différents, mais toujours chargés de sens et parfois même d’un pathos particulier.

2Les situations qui sont à l’origine de la mise en place de ce type de lieu d’inhumation sont fort heureusement peu nombreuses. Il s’agit toujours d’évènements soudains, brefs et très intenses provoquant une telle augmentation de la mort (ou une telle crainte de son augmentation) que la normalité de sa gestion par les sociétés humaines en est totalement perturbée. Ces contextes funéraires traduisent donc un phénomène adaptatif des vivants par rapport à une anormalité de la mort (réelle ou redoutée). Catastrophes naturelles, épidémies majeures, batailles et massacres sont à l’origine de la mise en place de ce type de sépultures. Toutefois ne nous y trompons pas, chaque catastrophe naturelle ou chaque épidémie ne nécessitera pas forcément la mise en place d’une sépulture de crise. Plus que la cause, plus que le nombre absolu des victimes, c’est le passage d’une mortalité ordinaire à une mortalité extraordinaire, le risque sanitaire résultant d’une rupture d’équilibre entre le nombre des victimes et celui des survivants qui va entraîner la création de ces entités funéraires.

  • 1  The day after a battle is always woeful. Calculating casualties is a sorrowful task and one which (...)
  • 2  À titre d’exemple, nous renvoyons le lecteur aux toutes premières pages du roman d’E. M. Remarque (...)

3À la suite de batailles ou de massacres, ce type de sépultures peut également avoir un autre sens, celui de cacher des corps. Après une opération militaire, le belligérant qui occupe la place peut choisir de sélectionner les dépouilles qui seront inhumées. Ce choix peut trouver sa légitimité dans une volonté de cacher aux unités qui arrivent en renfort l’importance réelle de la mort de leurs frères d’armes. Nous citerons ici, à titre d’exemple, le témoignage d’Albrecht Adam suite à la bataille de Smolensk (1812) où les soldats de la Grande Armée furent inhumés alors que les dépouilles des soldats russes furent laissées sur place1. Parfois, la position conquise ou conservée est d’avenir incertain et l’on choisit alors d’enterrer seulement les copains2. Mais la création de ces sépultures multiples et simultanées peut également trouver son origine dans une volonté de cacher les cadavres résultants d’exécutions sommaires, plus ou moins massives. Le xxe siècle nous a malheureusement offert une multitude d’exemples de cette nature.

4De fait, la reconnaissance de ces zones d’inhumations originales est donc très différente de celle des “cimetières” traditionnels. Dans les cas de conflits entre des armées, ces sépultures de crises se trouvent le plus souvent sur les lieux même de l’explication militaire ou à proximité immédiate des champs de bataille. Dans les autres contextes, et ce sont les plus nombreux, ces zones d’inhumations liées à des situations d’urgence sanitaire ou à des choix politiques seront installées sur des secteurs marginalisés de communautés urbaines ou villageoises. De ce fait, c’est le plus souvent de façon fortuite (Bizot et al., 2005 ; Signoli, 2006 ; Signoli et al., sous presse ; Castex et Cartron, 2007 ; Tzortzis et al., 2007), ou au prix d’un travail de recherche de bénédictin (Adam, 2006 ; Rigeade, 2007) que l’existence de ces sites sera portée à notre connaissance.

  • 3  C’est-à-dire sur lesquels des études historiques comme archéologiques ont pu être conduites.

5Un autre paramètre caractérise ce type de site funéraire, il s’agit quasiment toujours de site “d’une seule utilisation”. À la différence des cimetières ou des nécropoles, il n’y a quasiment jamais de continuité dans la fonction funéraire de ces lieux pour gérer plusieurs crises dans le temps. Ainsi, quand survient une épidémie de peste dans une communauté, une structure tout à la fois d’isolement et de prise en charge des malades est mise en place rapidement à l’écart de celle-ci. Une zone funéraire est créée à proximité de cette infirmerie. Sitôt la crise passée et le temps de quarantaine écoulé, l’infirmerie est détruite, incendiée, et ainsi toute trace de cet évènement disparaît. Les assauts de peste à venir seront gérés par la même communauté, de façon similaire, mais en d’autres lieux. Au final, il n’y a guère que la toponymie (quartier Saint-Roch, champ des morts, malprés…) qui peut permettre d’orienter le chercheur dans un travail de prospection. Pour autant, parmi les sites d’inhumation de pestiférés aujourd’hui connus3, il existe un lieu qui fait exception à cette règle, c’est le Lazzaretto Vecchio de Venise. Dans ce cas, c’est en un même lieu (une petite île de la lagune et à proximité du Lido) que les autorités de la cité ont géré (sur le plan sanitaire comme au niveau funéraire) l’ensemble des épidémies qui touchèrent la Sérénissime entre le XIVe siècle et le XVIIe siècle (Gambaro et al., 2007).

Rappels historiques

6Tirant son étymologie du latin pestis : le fléau, la peste constitue le plus haut pathogène que les populations historiques aient eu à subir. L’Apocalypse avait reconnu à la peste, fléau divin et collectif par excellence “le pouvoir d’exterminer sur le quart de la terre”.

7La peste constitue donc un sujet d’étude particulier pour l’anthropologue, dans la mesure où il s’agit du mal épidémique qui a eu, sous nos latitudes et dans les siècles passés, les conséquences démographiques les plus graves et de façon récurrente. Son caractère hautement transmissible, la brutalité de son action, sa haute pathogénicité et l’absence totale de thérapeutique avant le XXe siècle, lui ont conféré une sinistre particularité. Génératrice d’une succession de crises démographiques sévères et assez bien connues dans le monde occidental, la peste a largement influé sur l’évolution des sociétés, tant sur un plan biologique que culturel.

  • 4  Nous citerons ici l’exemple de la Bible où à trois reprises au moins l’existence d’une épidémie de (...)
  • 5  Par exemple Procope de Césarée, Evagre, Paul le Diacre et Grégoire de Tours pour la première pandé (...)

8L’histoire de la peste dans les siècles qui précèdent l’ère chrétienne nous est totalement inconnue. Tout au plus peut-on envisager sa présence à travers des textes métaphoriques, le plus souvent à portée théologique, qui rendent impossible la reconnaissance de symptômes cliniques4. De fait cette histoire ne débute pour nous qu’avec la généralisation de l’écrit et que par l’intermédiaire des sources qui nous sont parvenues5. Encore convient-il de noter que la finalité des auteurs et des œuvres disponibles n’était bien évidemment pas de renseigner l’épidémiologiste du XXIe siècle (Brossollet et Mollaret, 1994).

9La première pandémie pesteuse (appelée également peste de Justinien) prit naissance au milieu du VIe siècle de notre ère, en Egypte ou en Ethiopie. Suivant les axes d’échanges, la peste infecta rapidement de nombreuses régions côtières du bassin méditerranéen et prit un caractère endémique jusqu’au milieu du VIIIe siècle. Les raisons de sa disparition pendant plusieurs siècles restent aujourd’hui encore extrêmement mystérieuses.

10La seconde pandémie semble avoir pris naissance en Crimée au tournant des années 1330-1340, avant de se répandre sur les rivages de la mer Caspienne et de la mer Noire. La première manifestation de la Peste noire nous est rapportée à travers un épisode fameux. L’armée du Khan de Kiptchak, encerclant le comptoir génois de Caffa en 1346, se livra au premier exemple connu de guerre bactériologique en lançant par l’intermédiaire des pierrières des cadavres de pestiférés dans la ville assiégée. Le retour des vaisseaux génois vers leur cité fit le reste. Du port de Caffa, la maladie se diffusa à Constantinople, puis à l’ensemble de l’Afrique du Nord et de l’Europe occidentale, et cela entre 1347 et 1350. À la suite de ce premier assaut, la peste s’installa en Europe, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Asie, prenant alors un caractère endémique et provoquant régulièrement des flambées épidémiques. La présence de la peste et la récurrence de ses épidémies marquèrent profondément les populations. À partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, les épidémies furent moins nombreuses et moins meurtrières en Europe. Plusieurs facteurs peuvent expliquer le recul de la maladie dans les régions septentrionales : règlements sanitaires plus draconiens, meilleure hygiène publique, modifications des écosystèmes et donc des relations insectes-vecteurs/rongeurs-réservoirs.

11Il convient malgré tout de signaler d’importantes flambées épidémiques entre 1709 et 1720 en Europe centrale et en Europe du Nord, mais surtout de rappeler l’existence de deux épisodes célèbres qui marqueront les hommes du XVIIIe siècle : la peste de 1720-1722 en Provence (Bertrand, 1723 ; Giraud, 1721 ; D’Antrechaux, 1756) et l’épidémie de 1770-1771 à Moscou (De Merteins, 1774 ; Samoïlowitz, 1783). Le caractère presque emblématique de ces deux Contagions est lié d’une part à l’ampleur du désastre démo-graphique (plus de 100 000 morts dans les deux cas) et d’autre part à l’aspect anachronique que revêtent ces épidémies. Pour autant, après le XVIIIe siècle, la peste continua à faire des ravages au Moyen-Orient, comme entre 1798 et 1801 par exemple avec l’épisode célèbre des soldats de Bonaparte à Jaffa, mais aussi à Malte en 1813, ou encore en Afrique du Nord (1818-1820 en Tunisie ; 1834-1835 en Egypte…).

12La troisième pandémie pesteuse débuta en Chine dans la seconde moitié du XIXe siècle. C’est dans ce contexte que le médecin français Alexandre Yersin découvrit le bacille de la peste (Yersinia pestis), à Hong Kong, en 1894 (Yersin, 1894). À l’occasion des troubles politiques et de déplacements de populations, la peste se répandit rapidement dans plusieurs provinces chinoises et dans le sous-continent indien. Par l’intermédiaire des échanges commerciaux, mais profitant désormais du chemin de fer et de la navigation à vapeur, la peste atteignit de nombreuses régions, y compris des pays qui jusqu’ici avaient échappé aux précédentes pandémies.

Rappels épidémiologiques

  • 6  À ce titre, la réémergence de la peste humaine en Algérie en 2003, soit 50 ans après le dernier ca (...)

13Si dans les années 1970, l’éradication mondiale de la peste a pu être envisagée, celle-ci doit être désormais considérée comme une utopie. À la différence d’autres hauts pathogènes (comme la variole par exemple), la peste est une affection frappant sélectivement et primitivement les rongeurs qui constituent un réservoir permanent de la maladie, ce n’est qu’exceptionnellement qu’elle revêt un caractère humain. Une éradication de la peste sous-entendrait donc l’élimination de l’ensemble des espèces de rongeurs concernées, soit environ 200 espèces. En ce début du XXIe siècle, la peste est localisée au niveau de foyers limités, mais dispersés sur trois continents : Afrique, Amérique, Asie. Mais l’extension de ces foyers depuis quelques années et le développement des moyens de communication font craindre une extension géographique qui pourrait être redoutable si l’on ne disposait d’antibiotiques efficaces. Récemment d’ailleurs, l’augmentation des cas humains, la réapparition de la maladie dans des régions où on la croyait disparue6 ainsi que l’extension de foyers existants, ont fait classer cette maladie dans le groupe des maladies ré-émergentes.

14L’éradication mondiale de la peste est donc loin d’être en vue. Sans pour autant envisager un scénario catastrophe, il convient de considérer comme le déclarait Monsieur le Professeur H. H. Mollaret : « La peste a un passé, elle a un présent, mais ne faudrait cependant pas sous-estimer ses capacités d’avenir ». La découverte récente à Madagascar (district d’Ambalavao) d’une nouvelle souche multi-résistante du bacille de Yersin est venue réactualiser d’anciennes craintes. Cette souche de Yersinia pestis orientalis 17/95 (Galimand et al., 1997) s’est avérée résistante à huit antibiotiques couramment utilisés (la streptomycine, la gentamicine, les tétracyclines et le chloramphénicol) ou pouvant constituer une seconde ligne de traitement (ampicilline, kanamycine, spectino-mycine et minocycline, Carniel, 2002). Le patient, un adolescent de 16 ans, n’a finalement pu être sauvé que par l’administration d’un antibiotique plus puissant (la triméthoprime). Le traitement des malades atteints par cette nouvelle souche du bacille nécessite donc une antibiothérapie plus coûteuse, ce qui laisse entrevoir des conséquences inquiétantes : une épidémie importante sera plus difficilement contrôlable dans les pays en voie de développement et risque de connaître à nouveau une diffusion accrue. Par ailleurs, la découverte de cette souche multi-résistante vient nous rappeler, si besoin était, que les bactéries s’inscrivent également dans un cadre darwinien d’évolution et d’adaptation à leur environnement.

Qui est Yersinia pestis ?

15Au début des années 1980, des travaux montrèrent une proximité génomique entre Yersinia pestis et Yersinia pseudo-tuberculosis (Bercovier et al, 1980). Une étude récente portant sur l’évolution des Yersinia pathogènes a permis de mettre en évidence que Y. pestis était une espèce ayant émergé de Y. pseudo-tuberculosis. Cette émergence aurait eu lieu dans un intervalle chronologique compris entre 20000 et 1500 ans avant notre ère (Achtman et al., 1999).

  • 7  Fermentation du glycérol et réduction des nitrates : Y. pestis Antiqua : glycérol +, nitrate + ; Y (...)

16Le bacille de la peste est un coccobacille Gram-négatif de la famille des entérobactéries et du genre Yersinia. Il s’agit de l’un des micro-organismes les plus pathogènes du monde bactérien. Si la survie de la bactérie est brève sur les cadavres en putréfaction, à l’inverse, elle résiste parfaitement à l’obscurité, ce qui lui permet une conservation prolongée dans les terriers (jusqu’à plusieurs années) et lui confère la capacité d’infecter de nouveaux rongeurs venant réoccuper ces espaces. Trois biotypes de Yersinia pestis (Y. pestis Antiqua, Y. pestis Medievalis, Y. pestis Orientalis) ont été différenciés sur leurs caractéristiques biochimiques7 (Devignat, 1951). Le pouvoir pathogène des trois biotypes est identique. Au delà du résultat des examens biochimiques, la taxinomie de chacun de ces trois biotypes s’est faite sur la base de la répartition géographique actuelle de Y. pestis Antiqua : Afrique centrale, Asie centrale, région des Grands Lacs africains ; Y. pestis Medievalis : région de la Mer Caspienne, Sibérie ; Y. pestis Orientalis : Asie du Sud-Est, Afrique du Sud, Amérique du Nord et du Sud, et sur des témoignages historiques (régions géographiques semblant être le point de départ de chacune des trois pandémies). C’est ainsi qu’une biotypo-chronologie a été élaborée : Y. pestis Antiqua : responsable de la première pandémie ; Y. pestis Medievalis : responsable de la seconde pandémie ; Y. pestis Orientalis : responsable de la troisième pandémie (Devignat, 1951).

Les sources disponibles pour étudier les épidémies du passé

17Poser une problématique de recherche autour des épidémies du passé (ici autour de la peste) nécessite en tout premier lieu de faire le point sur la documentation existante. En fait, deux types de sources sont disponibles.

18Il s’agit, d’une part des archives historiques, c’est-à-dire des fonds d’archives publiques ou privées qui constituent un corpus aussi important quantitativement que qualitativement. Ces fonds permettent, à travers une multitude de prismes (listes de victimes, registres paroissiaux, comptes des communautés, règlements sanitaires, archives notariales et hospitalières, correspondances privées…), de dresser la chronologie des épidémies et de mesurer les impacts de celles-ci sur les groupes humains (conséquences démographiques, ralentissement des échanges, emprunts des communautés, perception de l’idée de contagion, recours au religieux…). Bien entendu, la richesse de ces archives est avant tout fonction de la période envisagée et l’on ne s’étonnera donc pas d’être mieux renseigné sur les épidémies du XVIIIe siècle que sur les contextes du XIVe siècle.

19L’autre source est constituée par les archives biologiques, c’est-à-dire des squelettes exhumés de sites d’inhumation de pestiférés, lors d’opérations de fouilles archéologiques. Ces inhumations et ces sites vont tout à la fois nous renseigner sur les morts et sur la Mort en temps de crise. L’étude des squelettes permet notamment de connaître le profil démographique et l’état sanitaire de cet échantillon de population. Par la lecture précise des faits archéologiques, la fouille fine de ces sites permet d’objectiver les gestes funéraires, les modalités de gestion de l’espace et bien souvent de mesurer la plus ou moins grande célérité de la crise. La présence de vêtements, d’objets personnels au contact direct des squelettes traduit une inhumation dans l’urgence, une récupération des cadavres (parfois déjà en état de décomposition avancée) et non plus des malades. À l’inverse, l’inhumation des corps sans vêtements, parfois dans des linceuls, objective une prise en charge de ces malades par une structure sanitaire (hôpital, infirmerie, lazaret…).

Figure 1

Figure 1

Comparaison entre les données issues des archives biologiques (fosse de l’Observance) et des archives historiques (liste de victimes, liasse GGL 349, Archives municipales de Marseille) lors de la rechute épidémique de 1722, à Marseille.
La sous-représentation des plus jeunes immatures (absence de moins de 1 an et faiblesse du nombre des 1 à 4 ans) s’explique par la surmortalité de ces classes d’âges lors de la première phase épidémique de 1720-1721 et le manque de temps que celles-ci ont eu pour pouvoir se reconstituer, avant la rechute épidémique du printemps 1722.

20Lorsqu’elle est possible, la lecture simultanée des deux sources (historique et biologique) permet de replacer dans le contexte topographique et épidémiologique du moment la réalité du lieu qui fut utilisé pour la prise en charge et/ou l’inhumation des victimes. Une comparaison entre les profils de mortalité attendue lors d’épidémie de peste et les profils correspondant aux séries exhumées est également possible (figures 1 et 2).

Figure 2

Figure 2

Comparaison (en pourcentages) par groupes d’âges de la mortalité normale de la population de Martigues entre 1702 et 1719, de la population vivante à la veille de l’épidémie de peste de 1720-1721 et des victimes de l’épidémie.
On peut observer la proximité des profils entre la population vivante pré-épidémique et la mortalité par peste qui témoigne de la non-sélectivité de cette épidémie en fonction de l’âge des victimes.

21Mais le plus souvent, il faut bien avouer que le chercheur est contraint à la myopie ; un seul type de sources (historique ou biologique) lui est accessible. Mais myopie n’est pas cécité et il est indispensable d’étudier le matériel disponible aussi fragmentaire soit-il. La multiplication des cas, toujours originaux et particuliers à certains titres, participe à un travail de synthèse et à une approche qui va bien au-delà du simple regard anthropologique.

  • 8  Une inégalité sociale existe devant la peste. S’agissant d’une maladie épidémique et infectieuse, (...)

22L’étude de ces séries de squelettes permet une approche différente de celle qui est habituellement mise en œuvre sur les nécropoles traditionnelles. Effectivement, puisque la crise démo-graphique, frappe de la même manière les plus jeunes comme les plus âgés, les hommes comme les femmes8, ce n’est plus une simple étude paléopathologique que le chercheur peut envisager, mais bien une approche quant à l’état sanitaire des populations, en calculant la prévalence de certaines pathologies infectieuses (Bello et al., 2000) ou en montrant par exemple combien d’individus morts de la peste en 1720-1722 portent encore les traces de stress anciens liés à des périodes de famine : crise de 1693-1694, Grand Hiver de 1709-1710 (Chaumoître et al., 2007).

Un intérêt qui n’est pas seulement archéologique et historique

23Depuis une quinzaine d’années, les opérations archéologiques autour de sépultures multiples et simultanées, qu’elles puissent être qualifiées de crise : fosse de l’Observance (Signoli, 2006), cimetière des Fédons (Bizot et al., 2005) ou cimetière de Lariey (Signoli et al., 2007) ; ou véritablement de catastrophe : Lazzaretto Vecchio de Venise (Gambaro et al., 2007) ou les sites du Délos et des Rayettes à Martigues pour l’épidémie de 1720-1721 (Tzortzis et al., 2007) se sont multipliées. Elles ont permis de porter un regard nouveau sur les épidémies du passé par l’intermédiaire d’approches se situant à l’interface de plusieurs disciplines des sciences humaines. Cette nouvelle source documentaire que constitue les squelettes de pestiférés peut ouvrir d’autres horizons pour peu que l’on dispose aussi de nouveaux outils. C’est en 1998, que le pas fut franchi. L’Unité des Rickettsies de la Faculté de Médecine de Marseille réussit à confirmer la présence d’ADN ancien de Yersinia pestis dans la pulpe dentaire de plusieurs individus exhumés du site de l’Observance (Drancourt et al., 1998). À la lecture des faits archéologiques comme par l’intermédiaire des données issues des archives historiques aucun doute ne pouvait exister sur la nature pesteuse du contexte ayant prévalu à l’inhumation des corps découverts dans cette fosse. Mais, le fait de disposer d’un matériel offrant de telles certitudes permit aux chercheurs de mettre en place un protocole parfaitement fiable d’identification. Aujourd’hui, cette approche va bien au-delà de la simple confirmation d’une hypothèse envisagée lors de la fouille, puisque c’est la souche même de l’agent pathogène qui peut être identifiée. Les résultats obtenus sur plusieurs sites datant de la première et de la deuxième pandémie sont venus bouleverser les théories jusqu’alors en vigueur.

24Effectivement, jusqu’au début des années 2000, la théorie de R. Devignat était unanimement admise : chaque pandémie avait pour origine un biotype de Yersinia pestis. Les travaux récents de microbiologie viennent ébranler cette certitude, puisque les typages faits sur des inhumations contemporaines de la première (Drancourt et al., 2004) et de la deuxième pandémie (Drancourt et al., 2004 ; Drancourt et al., 2007) montrent la présence exclusive de la souche orientalis, c’est-à-dire du biotype que l’on croyait jusqu’ici seulement responsable de la Troisième Pandémie. Ainsi donc, à partir des sources archéologiques, d’un travail précis sur les contextes d’inhumations et sur leur appartenance chronologique, c’est à une meilleure connaissance des phénomènes évolutifs de certains hauts pathogènes que l’archéo-anthropologue participe. Cela est bien loin d’être dénué d’intérêt dans un contexte, comme nous l’avons vu précédemment, d’apparition de souches de Yersinia pestis multirésistantes aux antibiotiques.

Haut de page

Bibliographie

Achtman M., Zurth K., Morelli C., Torrea G., Guiyoule A., Carniel E., Yersinia pestis,the cause of plague, is a recently emerged clone of Yersinia pseudotuberculosis, PNAS. 96 (24) : 14043-14048, 1999.

Adam F., Alain Fournier et ses compagnons d’arme « une archéologie de la Grande Guerre», Paris, Editions Serpenoise, 219 p., 2006.

Bello S., Signoli M., Dutour O., « La mortalité par tuberculose en France du XVIe au XXe siècle : approche paléoépidé-miologique », Médecine Maladies Infectieuses, vol. 30, n° 5, pp. 275-283, 2000.

Bercovier H., Mollaret H. H., Alonso J. M., Brault J., Fanning G. R., Steigerwalt A. G., Brenner J., Intra- and interspecies relatedness of Yersinia pestis by DNA hybridization and its relationship to Y. pseudotuberculosis. Curr. Microbiol. 4 : 225-229, 1980.

Bertrand J.-B., Relation historique de tout ce qui s’est passé à Marseille pendant la dernière peste, Cologne, chez Marteau, 1723.

Bizot B., Castex D., Reynaud P., Signoli M., La saison d’une peste (avril – septembre 1590) : le cimetière des Fédons à Lambesc, Paris, CNRS Editions, 2005.

Brossollet J., Mollaret H., Pourquoi la peste ? Le rat, la puce et le bubon, Paris,Découverte Gallimard, 1994.

Carniel E., La peste, Comptes rendus de l’Académie des Sciences de Paris, Biologies 325 : 851-853, 2002.

Castex D., Cartron I., Epidémies et crises de mortalité du passé, Ausonius Editions, Etudes 15, p. 95-120, 2007.

Chaumoitre K., Signoli M., Dutour O., Panuel M., Analyse des stries d’arrêt de croissance sur deux populations du XVIIIe siècle provenant de charniers de peste de Marseille et Martigues, In Signoli M., Cheve D., Adalian P., Boëtsch G., Dutour O., La peste : entre épidémies et sociétés, Firenze University Press, pp. 83-88, 2007.

Devignat R., « Variétés de l’espèce Pasteurella pestis : nouvelle hypothèse », Bulletin de l’Organisation Mondiale de la Santé, 1951, 4 : 247-263, 1951.

Drancourt M., Aboudharam G., Signoli M., Dutour O., Raoult D.,Detection of 400-year-old Yersinia pestis DNA in human dental pulp : An approach to the diagnosis of ancient septicemia, Proceedings of National Academy of Science, vol. 95, n° 21, pp. 12637-12640, 1998.

Drancourt M., Roux V., Vu Dang L., Castex D., Chenal-Francisque V., Ogata H., Fournier P.-E., Crubezy E., Raoult D., Genotyping, Orientalis-like Yersinia pestis, and Plague Pandemics, Emerging infectious Diseases, 10 (9) : 1585-1592, 2004.

DrancourtM., SignoliM., Vu DangL., BizotB., Roux V., Tzortzis S., Raoult D. glpD gene sequence-based detection of Yersinia pestisOrientalis in historical plague individuals, Emerging Infectious Diseases, Vol. 13, 2 : 332-333, 2007.

Galimand M., Guiyoule A., Gerbaud G., Rasoamanana B., Chanteau S., Carniel E., Courvalin P., « Multidrug Resistance in Yersinia pestis Mediated by a Transferable Plasmid », New England Journal of Medecine, 337 (10) : 667-680, 1997.

Gambaro L., Rigeade C., De Piero M., Ardagna Y., Gobbo V., Buchet L., Fozzati L., Drusini A., Signoli M., « La fouille de l’île du lazzareto de Venise : premières données », In Signoli M., Cheve D., Adalian P., Boëtsch G., Dutour O., La peste : entre épidémies et sociétés, Firenze University Press, pp. 279-282, 2007.

Giraud, Journal historique de la peste de 1720, Paris, 1721.

D’Antrechaux M., Relation de la peste de Toulon en 1721, Paris, 1756.

De Merteins C., Traité de la peste contenant l’histoire de celle qui a régné à Moscou, en 1771, Paris, 1774.

North J., Napoleon’s Army in Russia : The Illustrated Memoirs of Albrecht Adam – 1812, 2005.

Rigeade C., Les sépultures de catastrophe. Approche anthropologique des sites d’inhumations en relation avec des épidémies de peste, des massacres de population et des charniers militaires, BAR International S1695, 129 p., 2007.

Samoïlowitz D., Mémoire sur la peste qui en 1771 ravagea l’Empire de Russie, surtout Moscou, la capitale, Paris, Le Clerc, 1783.

Signoli M., Études anthropologiques de crises démographiques en contexte épidémique : Aspects paléo et biodémographiques de la peste en Provence, BAR, International Series, number 1515, Archaeopress, Oxford, 2006.

Signoli M., Tzortzis S., Bizot B., Ardagna Y., Rigeade C., Seguy I. Discovery of a 17th Century Plague Cemetery (Puy-Saint-Pierre, Hautes-Alpes, France), In Signoli M., Cheve D., Adalian P., Boëtsch G., Dutour O., La peste : entre épidémies et sociétés, Firenze University Press, pp. 115-119, 2007.

Signoli M., Vette T., Dutour O., Ardagna Y., Wilna 1812 – Vilnius 2002 : La découverte et la fouille d’un charnier de la Grande Armée de Napoléon Ier, Paris, Librairie Historique F. Teissedre, (sous presse).

Tzortzis S., Rigeade C.,Ardagna Y., Adalian P., Seguy I., Signoli M., « Un charnier de la grande peste de 1720-1722 en Provence : les tranchées des Capucins de Ferrières à Martigues (Bouches-du-Rhône, France) – Premières données) », in Signoli M., Cheve D., Adalian P., Boëtsch G., Dutour O., La peste : entre épidémies et sociétés, Firenze University Press, 2007.

Yersin A., « La peste bubonique à Hong Kong », Annales de l’Institut Pasteur, 8, 662-667, 1894.

Haut de page

Notes

1  The day after a battle is always woeful. Calculating casualties is a sorrowful task and one which played tricks. For, in order to make the right impression on our soldiers, we were in the habit of clearing the field of our dead as quickly as possible but leaving the enemy’s fallen on display; Of course, it was also natural that we scoured the field for our own wounded, and tended to them, before turning our attention to those of our adversary. Here we see a group of French wounded; these are but a few selected from among the many victims of that bloody day at Smolensk (North, 2005).

2  À titre d’exemple, nous renvoyons le lecteur aux toutes premières pages du roman d’E. M. Remarque (L’île d’Espérance) qui se situe sur le front russe durant la Deuxième Guerre mondiale.

3  C’est-à-dire sur lesquels des études historiques comme archéologiques ont pu être conduites.

4  Nous citerons ici l’exemple de la Bible où à trois reprises au moins l’existence d’une épidémie de peste peut être envisagée : l’Arche des Philistins, le Châtiment de David, la déroute de Sénnachérib.

5  Par exemple Procope de Césarée, Evagre, Paul le Diacre et Grégoire de Tours pour la première pandémie pesteuse.

6  À ce titre, la réémergence de la peste humaine en Algérie en 2003, soit 50 ans après le dernier cas antérieurement connu, ainsi que la découverte probable d’un foyer naturel jusqu’ici inconnu démontrent à nouveau que la répartition géographique des foyers naturels n’est pas immuable (Organisation Mondiale de la Santé, Relevé Epidémiologique Hebdomadaire, La peste humaine en 2002 et 2003, Genève, 79, pp. 301-308, 2005).

7  Fermentation du glycérol et réduction des nitrates : Y. pestis Antiqua : glycérol +, nitrate + ; Y. pestis Medievalis : glycérol +, nitrate - ; Y. pestis Orientalis : glycérol -, nitrate +.

8  Une inégalité sociale existe devant la peste. S’agissant d’une maladie épidémique et infectieuse, ce sont les organismes les plus fragiles (notamment ceux qui souffrent de carences alimentaires quantitative et qualitative) et les groupes humains vivants dans une grande proximité avec leurs semblables qui seront les plus sensibles. Les quartiers les plus paupérisés et les plus densément occupés sont naturellement les plus touchés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Comparaison entre les données issues des archives biologiques (fosse de l’Observance) et des archives historiques (liste de victimes, liasse GGL 349, Archives municipales de Marseille) lors de la rechute épidémique de 1722, à Marseille. La sous-représentation des plus jeunes immatures (absence de moins de 1 an et faiblesse du nombre des 1 à 4 ans) s’explique par la surmortalité de ces classes d’âges lors de la première phase épidémique de 1720-1721 et le manque de temps que celles-ci ont eu pour pouvoir se reconstituer, avant la rechute épidémique du printemps 1722.
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1155/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 2
Légende Comparaison (en pourcentages) par groupes d’âges de la mortalité normale de la population de Martigues entre 1702 et 1719, de la population vivante à la veille de l’épidémie de peste de 1720-1721 et des victimes de l’épidémie. On peut observer la proximité des profils entre la population vivante pré-épidémique et la mortalité par peste qui témoigne de la non-sélectivité de cette épidémie en fonction de l’âge des victimes.
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1155/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Signoli, « Archéo-anthropologie funéraire et épidémiologie », Socio-anthropologie, 22 | 2008, 107-122.

Référence électronique

Michel Signoli, « Archéo-anthropologie funéraire et épidémiologie », Socio-anthropologie [En ligne], 22 | 2008, mis en ligne le 14 octobre 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1155

Haut de page

Auteur

Michel Signoli

Unité d’Anthropologie bioculturelle, UMR 6578 CNRS-EFS-Université de la Méditerranée, Faculté de Médecine de Marseille & UMR 6130, CNRS-Université de Nice-Sophia Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org