Navigation – Plan du site

Éditorial

Denis Laborde

Texte intégral

1Dans son Primitive Culture de 1871, Edward Burnett Tylor posait une définition que ses héritiers doteront d’une valeur canonique : la culture est « ce tout complexe comprenant à la fois les sciences, les croyances, les arts, la morale, les lois, les coutumes et les autres facultés et habitudes acquises par l’homme dans l’état social ». (Tylor, 1871). En faisant de l’anthropologie culturelle une science descriptive, Tylor voulait prouver que l’humanité est une : l’étude de la variabilité culturelle est le moyen le plus sûr d’attester l’unité de l’homme. Mais cette surenchère à l’exhaustivité ne menaçait-elle pas le projet anthropologique lui-même ? Tout est culturel donc la culture n’existe pas, serait-on tenté de dire aujourd’hui, avec cette aisance que nous procure un regard rétrospectif informé par un siècle de débats d’anthropologues... Franz Boas contesta cet évolutionnisme. Le texte qui ouvre cette livraison de Socio-Anthropologie – inédit en français – témoigne de la position ambiguë dans laquelle il s’est trouvé : comme les évolutionnistes, Boas voit les processus humains structurés par des invariants, mais il récuse l’analyse comparative de Tylor pour se concentrer sur la tension entre invariants et variabilité, car là se lit la singularité de toute culture. Celle-ci, dotée d’une lettre minuscule et ouverte au pluriel, « la culture de... » sauverait-elle, cette fois, le métier d’anthropologue ?

2Dans la réalité, les choses sont plus complexes que dans les taxinomies. Anne-Christine Taylor a montré que cette opposition « est sans doute vrai au plan des motivations qui inspirèrent les chercheurs situés dans ce courant de pensée, mais c’est faux sur un plan épistémologique. En réalité, le diffusionnisme boasien s’enracine dans l’évolutionnisme » (Taylor, 1988 : 175). C’est qu’on ne se défait pas sans mal d’une notion de culture culturellement constituée qui s’est montrée redoutablement opératoire en fournissant une réponse commode aux questions que nous (nous) posons sur l’unité de l’homme et la diversité des cultures. Nous évoluons toujours dans ce paradigme. Nous pourrions multiplier les citations à l’envi : « les capacités d’apprentissage sont phylogénétiquement déterminées et culturellement déterminantes » (Sperber, 1974 : 9) ; « Nous sommes des monstres incapables de fonctionner (...) des animaux incomplets ou inachevés, qui ne se complètent ou ne s’achèvent qu’au travers de la culture » (Geertz, 1973 : 49)... Cette conception de la culture est l’horizon commun de notre regard sur les affaires humaines, bien qu’elle soit aujourd’hui critiquée par les plus médiatiques des spécialistes des neurosciences.

3En attendant les progrès décisifs promis par « les loups cognitifs » (Lenclud, 1998 : 165), c’est dans ce cadre équivoque, hérité des débats qui ont fait l’anthropologie au XIXe siècle, que nous raisonnons. On peut s’en attrister, s’en offusquer, reprocher à cet héritage encombrant ses bordures incertaines et son programme impressionniste. On peut aussi choisir de voir dans cette disponibilité sémantique une manière opérationnelle de situer nos recherches en déplaçant notre regard de la définition vers l’usage. Après tout, Kroeber et Kluckhohn (1952) n’ont-ils pas hypothéqué toute entente sur les termes en montrant, avec une virtuosité sans égale, les apories définitoires du mot culture ?

4Les huit contributions qui forment cette livraison de Socio-Anthropologie ont en commun de questionner le lien entre institution et action individuelle et collective, à l’instar de la discipline sous la bannière de laquelle elles sont rangées : « On fixe et on stabilise une approche qui puisse éclairer les fondements anthropologiques, dans les manifestations des composantes essentielles de l’être singulier mais également de ses pluralités, de leurs déjà-là et de leurs extensions. Ceci est mis en perspective avec les environnements, les contextes sociaux et leurs lectures sociologiques » (Bouvier, 2000 : 193).

5C’est cette tension entre l’état et le procès que le lecteur est invité à découvrir dans ce numéro consacré à « Cultures – Esthétiques », le second terme renforçant le premier d’un implicite dont il me faut dire un mot. Selon un partage entériné par les historiens de l’art, je distingue l’artistique de l’esthétique sur la base du critère de l’intentionnalité. L’esthétique est le lieu d’une mobilisation émotionnelle, intentionnelle ou non. L’artistique s’applique à toute production intentionnellement esthétique (indépendamment de la « valeur » attribuée). En reprenant une terminologie que Gérard Genette a clarifié sans équivoque, nous avons considéré que le mot esthétique était apte à couvrir les pratiques décrites ici. Ce numéro ne se caractérise donc ni par une communauté de principes méthodologiques ni par une aire géographique en partage ni par une convergence thématique.

6Nous avons privilégié la pluralité des styles, des thèmes et des programmes afin de desserrer l’emprise de modèles nomologiques. D’une part, une raréfaction des hypothèses théoriques a permis de mettre à distance l’idée d’un acteur rationnel parfaitement informé des implications des choix qu’il a fait à l’avance. Nous espérons ainsi prendre des distances avec l’idéal d’omniscience et d’omnipotence dont on dote les acteurs sociaux. D’autre part, une saisie en compréhension des situations étudiées, qui ne soit ni purement spéculaire, ni simplement calculatoire, nous fait considérer chaque acteur comme étant également auteur de son engagement.

7Si la socio-anthropologie a ceci en commun avec l’histoire qu’elle n’est « qu’une réponse à nos interrogations », c’est en considérant toutefois que l’objet de ces interrogations compte moins que le travail intellectuel dont elles sont le produit. En mieux dit : « le sens d’une question c’est la méthode pour y répondre » (Wittgenstein, 1990 : 66).

Haut de page

Bibliographie

Bouvier P. La Socio-anthropologie. Paris, Armand Colin, 2000.

Genette G. L’Oeuvre de l’art. Immanence et transcendance. Paris, Seuil, 1994.

Genette G. L’Oeuvre de l’art. La relation esthétique. Paris, Seuil, 1997.

Geertz C. The Interpretation of Culture. New York, Basic Books, 1973.

Kroeber A. L., Kluckhohn C. Culture, A Critical Review of Concepts and Definitions. Cambridge, Harvard Univ. Press, 1952.

Lenclud G. « La culture s’attrape-t-elle ? », Communications, 66, 1998.

Sperber D. Le symbolisme en général. Paris, Hermann, 1974.

Taylor A.-C. « Les modalités d’intelligibilité de l’histoire », in Ph. Descola, G. Lenclud, C. Severi, A.-C. Taylor. Les Idées de l’anthropologie. Paris, Armand Colin, 1988.

Veyne P. Comment on écrit l’histoire. Paris, Seuil, 1971.

Wittgenstein L. Remarques philosophiques. Paris, Gallimard, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Laborde, « Éditorial », Socio-anthropologie [En ligne], 8 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/116

Haut de page

Auteur

Denis Laborde

Mission historique française, Göttingen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org