Navigation – Plan du site

Esthétiques au quotidien

Laurence Carré et Henri-Pierre Jeudy

Texte intégral

1Quelle volonté affichée d'une métamorphose des modes de vie exprime la quête contemporaine d'une « esthétique de la vie quotidienne » ?

2Nous prendrons d’abord pour exemple l'expérience singulière de Mari-Mira, réalisée par un collectif d'artistes marseillais et mauriciens, qui montre comment s’élaborent les possibilités de pratiquer, sous un mode communautaire, un certain art de la vie quotidienne, ou de transformer la vie quotidienne en un art de vivre. Cette expérience se présente comme une « exposition vivante » dont les multiples aspects se renouvellent au contact du public.

3Mari-Mira a été présentée cet été à Paris, sur un terrain qui se situe au bord du canal de l’Ourcq, près de la rue de Crimée. A Mari-Mira, ce qui prime, c’est la fabrication de luxe avec des choses de peu. Il s’agit de créer un cadre de vie évolutif qui s’oppose à la standardisation. Ainsi les verres confectionnés avec des bouteilles en plastic prennent la forme de verres à pieds, aux larges bords décorés avec des fleurs peintes. Le baby-foot adopte une forme légèrement incurvée, aux creux d’un tronc d’arbre séché posé sur des pieds en tubes récupérés, et les footballeurs sont composés de vieilles fourchettes à peine tordues fixées sur les axes. Les balançoires pour les enfants sont faites avec des poubelles coupées en leur milieu, un bon coussin se lovant à l’intérieur. Disons que l’ensemble des objets fabriqués présente toujours un goût esthétique singulier. Ce qui est fondamental également, c’est l’entretien d’une relation sensible avec le contexte esthétique, social, urbain et architectural. Il s’agit de créer un milieu propre, autonome, mais qui fait signe à son environnement. Les constructions sont liées à la pratique de la pêche, tant du point de vue de l’espace que de celui du temps. L’eau est toujours à côté, elle rappelle que la nourriture ne s’épuisera pas, qu’il sera possible de manger, même si on n’a pas grand-chose. Et le temps, c’est ce temps indéfini de la pêche, ce temps qui n’est pas compté et qui permet la rêverie. Cette « fiction domestique » s’inspire de la « vie au cabanon ». Le cabanon des pêcheurs est un véritable mythe. Il est le lieu d’une « autre » vie, d’une vie séparée des tourments de la ville, tout en pouvant être dans la ville elle-même. Une vie de liberté quotidienne, un art de vivre, un art d’inventer la vie dans une atmosphère continuelle du « presque rien ».

Le presque rien

4On retrouve, dans ce genre d’expérience, cette idée d’une certaine « primitivité » de la création technique et esthétique qui demeure antérieure à la reproduction des arts. Au cours de l’exposition « Les magiciens de la terre », organisée à Beaubourg et à la Grande Halle de la Villette, bon nombre de créateurs du monde entier, recherchés par les commissaires d’exposition dans leurs lieux les plus retranchés, ont présenté ce qui était tenu pour des « œuvres » de grande valeur, au même titre que les œuvres des artistes de renommée mondiale. Or, ces créations n’étaient pas pensées à l’origine comme des œuvres d’art, elles le sont devenues à partir du moment où elles ont été intégrées dans le marché de l’art. C’est toujours ce rapport que la culture occidentale entretient avec les « objets primitifs » : leur valorisation en tant qu’œuvre dépend exclusivement des procédures de spéculation.

5L’expérience de Mari-Mira rompt-elle avec le mythe de « l’œuvre primitive » comme procédé spéculatif de valorisation culturelle et financière ? Il est vraisemblable que la tentative de démultiplier toutes les facettes des valeurs esthétiques à la vie quotidienne n’est plus de commune mesure avec ce genre de spéculation. D’ailleurs, cela n’aurait aucun sens de vendre tel ou tel objet confectionné à partir des résiduels collectés. Dans cette expérience, on peut dire que le « faire » l’emporte sur le prêt-à-porter artistique : les objets eux-mêmes ne continuent à faire sens que par la transmission de leur valeur projective. L’enjeu est de mettre en œuvre des valeurs esthétiques déconsidérées par la consécration institutionnelle de l’art. Il n’est plus question de produire de la valeur, de faire référence, mais c’est la valeur elle-même qui disparaît dans un processus de création sans fin.

6Mari-Mira se présente comme un « univers transportable et évolutif ». L’artiste est d’abord un inventeur. Et la pratique de la création est celle de la vie de tous les jours. Aucune prétention n’est mise en avant, ce qui compte c’est le rythme même de l’invention qui crée l’espace, qui le façonne et qui rend harmonieuses les manières de vivre. En somme, il en va du contraire de ce qui se passe le plus souvent dans l’espace domestique comme dans l’espace public : le mode de vie n’est pas le fruit d’une adaptation à un espace déjà constitué, il se met en forme en même temps que l’espace lui-même.

7C’est le « presque rien » qui permet une telle dynamique, parce que « l'événement est l'invention esthétique de la vie elle-même ». « L’évolutif » se conçoit à partir du « presque rien », comme une démultiplication événementielle de la vie quotidienne. La contingence en œuvre dans l’existence quotidienne n’est plus un obstacle à l’organisation de la vie, elle devient un principe fondateur, elle s’impose comme une « raison d’être ». L’art de vivre, en devenant l’art tout court, anéantit la distinction entre l’acteur et le spectateur. L’inventeur, le créateur et celui qui jouit de ses créations constituent le même individu. Un tel idéalisme conduit à la conception d’un monde qui ne vit plus de son spectacle mais qui transforme l’effet spectaculaire en mode de vie, comme si chaque détail ne faisait que conforter la jouissance collective et individuelle d’une telle manière d’être. Vivre et se voir vivre ne font plus l’objet d’une distinction puisque l’un et l’autre entrent en synergie comme si l’effet spectaculaire ne dépendait plus de la seule puissance du regard ; oeuvrer à chaque instant pour l’amélioration de la vie quotidienne, comme si toute finalité existentielle trouvait là son chemin « naturel ». Chaque détail de la « bonne » existence peut se combiner avec les détails déjà réunis. L’assurance de la jouissance, sa confirmation rétrospective et prospective, tient alors à la permanence du regard porté sur l’évolution du « mode de vie » lui-même qui ne viendra jamais nier ce qu’on éprouve, dans la voie de cette perpétuelle jubilation.

8Le « résidu », ce qui reste de la société de consommation, est en soi une source de satisfaction qui ne se mesure plus au manque. C’est le principe même d’une anti-consommation idéalisée par l’usage infini des restes. Le résiduel sans commencement ni fin, le résiduel pris tel qu’en lui-même comme figure d’un bonheur insoupçonnable aux yeux des plus riches et des obsédés de la consommation. Cet esthétisme est-il une anti-dote de l’angoisse ? Le résiduel fait figure du « somptuaire ». La vie quotidienne, avec la création des objets composés de résidus, s’affiche comme somptueuse. La pêche dans le canal de l’Ourcq coûte moins cher que la chasse à courre, mais elle peut paraître toute aussi somptueuse.

9Cette expérience nous semble distincte d’une « esthétisation de la misère ». Elle ne se donne pas de vocation sociale à priori. Si avec du « presque rien » on peut construire un espace somptuaire, il est possible de supposer qu’une pareille entreprise s’impose comme la négation du gaspillage. Que l’utile puisse naître de l’inutile, ou plutôt de ce qui est condamné au rebut, voilà qui viendrait donner la preuve publique qu’on peut vivre mieux avec peu dans la mesure où on est habile et où l’on a un souci esthétique. L’idée même d’esthétique semblerait prendre un sens nouveau à partir du moment où elle se forge autour de la mise en œuvre du « presque rien ». Au contraire, la culture ainsi exhibée comme une mise en scène active d’une esthétique de la vie quotidienne aurait pour mission de redonner confiance à ceux qui n’ont pas grand chose en leur faisant croire qu’ils peuvent (peut-être mieux que les autres) décider d’un art de vivre quotidien. On assiste alors à un étrange retournement des « faits de la misère » : c’est à partir du « moins » qu’on peut inventer le « plus ». La pensée d’une « esthétique de la vie quotidienne » viendrait de ceux qui disposent de moins d’argent, et par conséquent, de moins de biens. Et celle-ci s’élaborerait comme un programme d’insertion naturelle à la société grâce à la reconnaissance publique d’une certaine singularité « artistique ». La connotation artistique est utilisée comme le signe indubitable de la dynamique culturelle qui devient du même coup un principe fondamental de la régulation de la violence urbaine. Cette perspective présente un avantage sérieux pour les pouvoirs publics, qu’ils soient de gauche ou de droite : la reconnaissance de la qualité de vie des plus démunis est un facteur de cohésion sociale.

L’artialisation socio-anthropologique

10Considérons maintenant d’une manière plus générale l’esthétisation de la vie sociale, celle qui se réalise à partir du « regard porté »  sur les autres, sur leur existence. A celle-ci correspond au contraire une tendance à l’artialisation de l’approche socio-anthropologique de cette vie sociale : on a pu constater à quel point la pratique non-directive de l’entretien pour recueillir ce que l’on appelle des « histoires de vie » était devenue familière aux plasticiens de la proximité. Ceux-ci sont porteurs aujourd’hui d’une efficacité sociale immédiate que n’ont pas les sciences humaines, même celles qui s’éloignent de la tradition critique pour satisfaire à une demande de « propositions concrètes ». Mais il est aussi intéressant de remarquer que certains chercheurs en sciences sociales aimant « le terrain » en viennent à recueillir celui-ci comme un joyau auquel on ne pourrait toucher – par un questionnement analytique – sous peine d’en fausser la vérité. Il est assez aisé de comprendre cette envie de se laisser aller à n’être qu’un stimulateur ou un révélateur de récits, d’histoires : simplement rendre compte de paroles qui disent toute la vie par elles-mêmes, avec les contradictions, les attachements, les idées, les savoirs, les expériences et les plaisirs, les désirs et les nécessités, les peurs et les souffrances, les colères, dans un langage plus « chaud » et singulier que le langage scientifique.

11Et puis il y a aussi la question : qui suis-je pour me permettre de sélectionner les propos d’un récit pour les combiner de manière à confirmer ou infirmer une hypothèse ? Qui suis-je pour prétendre analyser ces paroles que j’ai provoquées dans certaines circonstances et que je dissèque maintenant en toute liberté, loin de leur contexte, calé devant mon ordinateur ? Il en va de même si cette prétention peut être réduite par le fait de présenter l’analyse comme étant le fruit d’une subjectivité qui s’assume comme telle, tout en se donnant les moyens de l’argumentation scientifique. Mais l’absence d’analyse est toute autant sinon plus troublante : le recueil d’expressions paraît participer d’un certain vampirisme. C’est l’impression que peut donner cette méthode des « itinéraires ». Un sociologue l’exposera dans un article publié dans… la revue d’une Ecole des Beaux Arts ! Un vrai talent d’écrivain guide le propos, entre récit d’impressions sensibles et analyse philosophico-sociologique de ces impressions quant à l’estuaire de la Loire. On partage ce goût pour la liberté de l’écrivain, liberté de la subjectivité assumée. On apprécie cette non-croyance en l’objectivité du scientifique observateur… et l’on est d’autant plus déçu de ne plus retrouver ce même observateur nulle part ! La méthode est présentée ainsi comme « stratégie du dialogue », c’est-à-dire confrontation de la problématique et de la culture du chercheur à celles de ceux qu’il interroge.

La patrimonialisation culturelle

12On a du mal à garder son sérieux face au « durcissement » de la présentation destinée à faire de cette démarche une « méthode » en l’objectivant au maximum. Au-delà de toute cette réflexivité de celui qui se regarde regardant celui qui se regarde, on désespère de trouver une problématique : pas d’hypothèse mais un roman-photo. L’analyse n’est pas dissuadée par la souveraineté de l’expérience esthétique elle-même, elle fait tout simplement défaut. La plupart des montages d’histoires de vie, de photographies et de vidéocassettes se réalise dans une perspective implicite de patrimonialisation culturelle. Et quand l'acte de patrimonialisation ne s'applique pas, tel un destin de conservation, les lieux et les gens qui y vivent sont appelés à disparaître. Tantôt on conserve les images « vivantes » de ce qui va disparaître, comme le témoignage d'une « esthétique de la vie », tantôt on préserve le territoire menacé en l'aménageant… Les récits de vie, les bandes vidéo, les photographies constituent des traces qui entretiennent une esthétique de la mémoire pour elle-même.

13Ainsi des familles essentiellement portugaises – travaillant dans les usines alentour – vivaient sur l’Ile de Chatou dans des maisons construites par leurs occupants, maisons s’apparentant à des cabanes au regard des matériaux utilisés, issus pour la plupart de la récupération. Aujourd’hui il n’existe plus qu’une habitation entourée d’un jardin potager et fruitier, pourvu d’un poulailler et de cages à lapins. Elle est occupée par un couple à qui la mairie propose d’intégrer un appartement. Les autres habitations ont été mystérieusement incendiées.

14Dans cette partie de l’île, l’espace est en friche, inaccessible en voiture. On y pratique la chasse (aux pigeons surtout), le VTT et la promenade sur des chemins difficiles. Cet espace périurbain, situé entre Nanterre, Carrière-sur-Seine, Bezon et Chatou, supporte ainsi des pratiques apparentées à l’espace rural. On peut trouver plaisant et un peu inquiétant ce lieu broussailleux qui apparaît « sauvage » à côté du golf que l’on doit longer pour y « entrer ». Mais ces habitations de fortune et les modes de vie qui leur ont été associés sont restés méconnus dans leur beauté, et aucune mobilisation n’est venue les intégrer dans le grand processus de patrimonialisation, seul capable d’autoriser leur préservation en les rendant acceptables. Ce qui était un lieu partagé par plusieurs familles est devenu et continue à s’affirmer comme « non lieu » – au sens de Marc Augé – une zone zébrée de lignes à haute tension, de ponts où passent autoroute, trains et RER. Ces ponts qui contribuent à faire de ce lieu une zone, en tant que marginale et inquiétante, ne peuvent être ressentis que comme des blessures parce qu’ils n’offrent aucun accès à cette partie nord de l’île qui se prolonge longuement en s’affinant.

15Cette zone deviendra-t-elle ce qu’on appelle un « espace vert » ? Verte, elle l’est déjà, d’un vert multiple et foisonnant, mélangeant les essences typiques des friches avec celles issues des jardins. On la nommera peut-être « espace de liberté » ou « espace d’aventure », après l’avoir aménagé et re-qualifié pour en écarter toute « mésaventure »… Il est vrai que l’absence de présence humaine permanente pouvant faire autorité sur les lieux, depuis l’expulsion des habitants et de squatters soi-disant drogués (des étudiants de Nanterre ayant installé une base nautique « sauvage » et se retrouvant – entre autres pour faire la fête – dans une ancienne guinguette abandonnée prolongeant ainsi une réputation de débauche), rend ceux-ci assez insécurisants. Ceci est renforcé quand on entend dire qu’ils sont le décor de chantiers nocturnes de « brûleurs de cuivre » et que l’on s’attarde sur quelques décharges sauvages et autres rebus laissés à la suite des incendies et démolitions des anciennes cabanes. Espaces désignés comme de non-droit, il devient facile aujourd’hui de poser la nécessité de les sécuriser en interdisant un certain nombre d’usages, ceci afin de les inscrire dans une possible continuité avec des équipements tels que le golf (à agrandir ?) ou le restaurant installé dans la « maison fournaise » (autre ex-guinguette) et pourvu d’un parking. On voit bien que, si la patrimonialisation d'un lieu n'est pas décidée, celui-ci passe d'abord par la phase d'une représentation publique de son insécurité pour ensuite être voué à une métamorphose radicale légitimée par sa déliquescence provoquée.

16En Camargue, les propriétaires et usagers des cabanes de Beauduc (pas du terrain) n’ont de chance de se maintenir que si la multiplication des reportages, des rapports, des descriptions, des analyses, des productions artistiques s’y référant ou s’en inspirant parvient à faire en sorte que la beauté de ce site en l’état soit reconnue d’intérêt général… Il s’agit encore d’une patrimo-nialisation qui ne va pas sans une normalisation de fait : les images, les mots qui en parlent abondamment doivent composer un type (de construction, d’habitation, de vie…) auquel tout un chacun puisse se référer afin de pouvoir échanger, communiquer sur Beauduc. Pour l’instant, la tôle ondulée et les bus rouillés ne sont pas considérés d’intérêt patrimonial. On leur préfère une esthétique qui permette d’invoquer l’idée de tradition, incarnée par exemple par les cabanes en roseaux (comme aux abords de l’étang de Canet près de Perpignan). Nul doute que si Beauduc demeure c’est que « l’esthétique de la rouille » aura conquis une reconnaissance publique officielle. A quand l’authentique cabane en authentique matériau de récupération ? C’est pourtant ainsi, et seulement ainsi que de tels modes de vie ont aujourd’hui le droit de perdurer : en devenant lisibles et aisément appréciables par le citoyen-touriste de passage, donc nécessairement un peu lisses pour mieux se prêter à ses regards. Car ce qui est dénoncé ici c’est l’intérêt particulier représenté par le pêcheur-ouvrier à la retraite, trop modeste pour se payer un bon avocat, contre l’intérêt public représenté, quant à lui, par le touriste. Alors que nous vivons bien sous le régime économique de l’intérêt particulier…

17Si la patrimonialisation arrête le temps, sanctuarise l’existant, le catégorise de manière souvent dichotomique (le naturel et le culturel), il n’en est pas moins vrai que des nombreuses réflexions sont menées pour justement faire en sorte d’intégrer l’aspect évolutif, dynamique dans les opérations de préservation du patrimoine que l’on qualifie parfois de vivant, à la fois dans le sens de mouvant et dans celui de « toujours d’actualité », « toujours vécu »… Et le patrimoine d’intégrer ce qui jusqu’alors appartenait au non remarquable : le quotidien dans son ensemble, et plus particulièrement celui des « classes populaires ». La patrimonialisation suit en cela l’évolution de l’art : aujourd’hui tout fait art, comme tout, à la limite, relève ou peut relever du patrimoine. Revanche du local et des cultures populaires et démocratisation de la figure patrimoniale ? L’enjeu est de confirmer la légitimité de l’Etat par la réaffirmation permanente d’une communauté virtuelle à travers des attachements communs à des édifices, des paysages naturels et culturels, des pratiques, des œuvres et autres repères sensibles. L’esthétisation vise à rendre acceptable, intégrable à la fois la pauvreté et ceux qui la subissent, et aussi les libertés que prennent ceux qui possèdent peu pour que cette pauvreté ne s’apparente pas à la misère.

Culture d’écoute

18Les artistes et ceux qui les soutiennent peuvent, peut-être, espérer éduquer tout un chacun et en particulier les politiques et les administratifs à une culture d’écoute mais il reste qu’on observe un travail de mise en scène d’une expression où il n’est jamais question du pouvoir. La démocratie a cela de paradoxal : elle donne l’illusion du partage du pouvoir par la mise en scène de l’expression comme fin en soi. « On vous a écoutés. On vous a donné la parole ». Alors chacun témoigne, parle de lui-même, de sa vie qui ne vaut pas moins qu’une autre vie, de son histoire qui ne vaut pas moins que les autres histoires, ou que l’Histoire. Et on assiste ainsi à une cicatrisation, bref à une dépolitisation de l’expression populaire, donnant l’impression à ceux qui « donnent leur parole » que la politique s’arrête à la pratique de la prise de parole. Le plus étonnant est peut-être d’en arriver à considérer l’absence de pouvoir comme une liberté. Et, effectivement, on peut très bien concevoir qu’on se sente plus libre lorsque nos gestes et nos paroles n’ont pas vraiment de conséquence et que ce type de situation soit pédagogique, dans le cadre d’un apprentissage au dur métier de citoyen qui ne devra pas oublier de rester « réaliste » dans un contexte plus politique. Tout ceci participe sans doute de manière significative à l’efficacité reconnue et attendue désormais des politiques culturelles gagnant du terrain sur les politiques sociales, impuissantes, et économiques, trop coûteuses et anti-libérales.

19On ne peut parler d'une esthétique de la vie ordinaire sans tenir compte du point de vue qui permet de porter un tel regard sur la vie quotidienne. L'esthétique n'est pas le fruit d'une revendication sociale ou culturelle. La reconnaissance de ses manifestations concrètes engage l'observateur et ses manières de voir et d'interpréter. Dans ce sens, il est bien évident qu'un soupçon – ce qu'en d’autres termes on appellerait un « doute méthodologique » – semble a priori nécessaire à l’égard des tendances contemporaines à l'esthétisation qui caractérisent parfois certaines démarches anthropologiques. Cette question d'ordre épistémologique devient d'autant plus complexe quand il s'agit de la manifestation même des liens sociaux. L'aménagement des lieux, la décoration des espaces, les relations aux objets sont des signes objectivables. Pris comme tels, ils peuvent traduire des intentions esthétiques et être révélateurs d'une volonté collective d'organisation esthétique de l'espace et du temps. Mais dans quelle mesure peut-on parler d'une esthétique des « liens sociaux » ? Il est toujours possible de répondre à une telle question en démontrant qu'une esthétique du lien social vient des signes tangibles de l'aménagement des lieux et de la vie quotidienne. Mais c'est une façon de limiter l'esthétique à une combinatoire des effets de sens produits par de tels signes, en éliminant l'hypothèse d'un désir d'esthétique qui précéderait justement de pareils effets. Existe-t-il vraiment une relation – qui ne releverait pas du simple postulat – entre un désir collectif implicite d'une esthétique de la vie quotidienne et les manifestations voulues d'une organisation esthétique de l'espace et du temps ?

20Ce qui nous semble tenir à une forme plus contemporaine de cette quête d'une esthétique de la vie ordinaire tient surtout à deux angles d'approche complémentaires quoique différents : les actions spontanées sporadiques qui créent une certaine émulsion sociale en dehors des manifestations instituées et les représentations indivi-duelles et collectives de ce désir d'esthétiser la vie quotidienne. Les actions spontanées sont multiples : les habitants d’un lieu peuvent décider à tout moment de se retrouver le soir pour écouter de la musique ensemble, pour faire une fête, pour discuter et faire des projets. Les représentations d'une esthétisation de la vie quotidienne sont plus difficiles à cerner, elles participent le plus souvent d'une conviction affichée de mener un « art de vivre ». Sommes-nous en mesure de reconnaître des critères requis par les individus pour se représenter leur propre esthétique de vie ? Dans quelle mesure le lien social est-il lui-même la condition d'une représentation de l'esthétisation de la vie quotidienne ? Si on considère que la reconnaissance d'une esthétique de la vie ordinaire passe nécessairement par le regard de l'Autre, il est fort probable que cette quête d'une connivence soit elle-même fondatrice du lien social. Les représentations individuelles du désir d'esthétiser la vie puisent-elles leur raison d'être dans la complicité partagée d'un « art de vivre » qui ferait du lien social lui-même un « objet » esthétique ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Carré et Henri-Pierre Jeudy, « Esthétiques au quotidien », Socio-anthropologie [En ligne], 8 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 23 août 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/119 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.119

Haut de page

Auteurs

Laurence Carré

LAIOS/CNRS

Henri-Pierre Jeudy

LAIOS/CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org