Navigation – Plan du site

Le procès d’Andrija Artukovic, un événement oublié

Dejan Dimitrijevic
p. 7-39

Texte intégral

1Certains événements ont la particularité d’être rapidement oubliés, alors qu’ils ont constitué une véritable rupture historique et qu’ils ouvrent sur un nouvel univers de sens. Nous allons ici nous intéresser à l’importance qu’a eu le procès d’Andrija Artukovic qui, après avoir été l’événement politique le plus retentissant de la Yougoslavie de l’après Tito, est tombé dans un oubli total, aussi bien politique et médiatique que populaire. C’est comme si l’événement avait été effacé par le présent qu’il a contribué à mettre en place : l’éclatement de la Yougoslavie par une guerre effroyable. Situé à l’articulation de deux univers, l’événement est un présent particulier qui ne se laisse saisir que dans une temporalité spécifique : brève et intense. La fameuse parabole de Kafka donne une idée de ce que représente cet espace-temps.

  • 1  H. Arendt, 2000, p. 16.

2« Il y a deux antagonistes : le premier le pousse de derrière, depuis l’origine. Le second barre la route devant lui. Il se bat avec les deux. Certes, le premier le soutient dans son combat contre le second car il veut le pousser en avant et de même le second le soutient contre le premier, car il le pousse en arrière. Mais il n’en est ainsi que théoriquement. Car il n’y a pas seulement les deux antagonistes en présence, mais aussi, encore lui-même, et qui connaît réellement ses intentions ? […] ».1

3L’intensité de l’événement qu’a constitué le procès d’Artukovic ne peut être convenablement saisi qu’en resituant les éléments historiques dans le présent qui était alors le leur.

La Yougoslavie à la recherche d’un avenir

4La mort du Maréchal Tito, intervenue le 4 mai 1980, a plongé la Yougoslavie dans l’inconnu et les craintes étaient diverses. L’avenir de la Fédération yougoslave devenait incertain et les dangers envisagés étaient différents en fonction du point de vue. En Yougoslavie, la menace était perçue comme exclusi-vement extérieure, et le seul danger interne généralement mis en avant était que les nations yougoslaves ne soient pas suffisamment unies face à la menace étrangère. Ce qui ressort très nettement de l’entretien que Danilo Kis a donné à Jacques Chancel dans l’émission Radioscopie, sur France-Inter en 1980. (G. Ferenczi, 1992, pp. 97-98)

5J. Chancel : Danilo Kis, je ne voudrais pas vous gêner mais nous sommes dans une période tout à fait particulière. Vous êtes Yougoslave, le Maréchal Tito est mort. Êtes-vous de ceux qui sont un peu pessimistes, comment voyez-vous l’avenir ? Et ce n’est pas de la politique, c’est simplement un regard sur demain.

6D. Kis : Je n’ai rien contre, si on parle politique. Je ne sais pas. Il y a des moments où je suis très optimiste, des moments où je suis très pessimiste. J’ai parlé avec mes amis, j’ai pensé à tout cela. Je ne pense pas que l’on sera attaqué et si on l’est, on va se défendre… Mais il y aura des problèmes et que surtout, ce sera assez grave, si l’on n’est pas unis, nous, toutes les nations qui forment la Yougoslavie.

  • 2  Avec le commencement de la guerre, les partisans de la Yougoslavie, et plus tard les Yougonostalgi (...)

7La préoccupation de l’unité a accompagné la Yougoslavie tout au long de son histoire. Au début de la décennie 1980, le discours ambiant associe la question de l’unité à un éventuel danger extérieur2. Mais cette unité, tant vantée et invoquée, a montré des signes de faiblesse de plus en plus évidents après la mort du Président Tito, mise à mal qu’elle fut par les difficultés de plus en plus grandes auxquelles se confrontait la société yougoslave. La crise de la société yougoslave des années 1980 était à la fois économique, institutionnelle, politique et idéologique.

  • 3  L’inflation a atteint 2 665 % en 1990.
  • 4  En 1988, il atteint 16,78 % de la population active. Un chiffre de 25 % était déjà avancé dans l’É (...)

8En 1980, après la disparition du Maréchal, les dirigeants yougoslaves semblent enfin vouloir se confronter à la dure réalité économique du pays : la dette de la Yougoslavie est de quelque 21 milliards de dollars, la croissance de la production nationale est ralentie, la logique inflationniste s’installe et se développe3, le taux de chômage ne cesse d’augmenter4. La classe politique ne parvient pas à résoudre les difficultés économiques. Tensions politiques et dégradation de l’économie s’alimentent l’une l’autre. Le programme de stabilisation du gouvernement fédéral initié au début des années 1980 n’ayant jamais donné de résultats satisfaisants, l’inflation a galopé tout au long de la décennie. Au cours du premier semestre 1988, les prix ont augmenté de 156 %, tandis que les salaires réels ont chuté de 8,4 %.

  • 5  Voir M. Roux, 1995.

9Les responsabilités économiques et politiques sont fragmentées entre les différentes républiques et provinces, et la Ligue des communistes de Yougoslavie peine de plus en plus à assurer la cohésion de l’ensemble yougoslave. La réforme constitutionnelle élaborée entre 1967 et 1974 accordera l’essentiel des prérogatives aux Républiques et Provinces autonomes et limitera les interventions du centre fédéral. La Constitution yougoslave de 1974 contient de nombreux éléments de confédéralisme et, désormais, chaque unité fédérale, autrement dit chaque République, est avant tout préoccupée par ses propres problèmes et néglige l’intérêt général de la Fédération. Les Républiques riches du Nord du pays (Slovénie et Croatie) rechignent de plus en plus à contribuer au Fonds fédéral pour le développement des Républiques et des régions sous-développées, jusqu’au refus de la fin de la décennie. Ce Fonds fédéral a joué un rôle important dans la cohésion et l’équilibre entre les différentes parties du pays. Il a, par exemple, représenté 64 % des investissements du Kosovo pour la période 1966-19755.

10Dans les années 1980, les Républiques et les Régions autonomes se recroquevillent sur des préoccupations de plus en plus égoïstes, comme en témoigne Le Monde de l’époque :

11« La Bosnie-Herzégovine est plongée dans le procès des responsables du scandale financier du complexe agro-industriel Agrokomerc et est à l’affût de toutes les personnalités politiques ayant pu tremper dans l’affaire. La Slovénie, économiquement prospère, persiste dans ses critiques envers l’armée, qui réagit de plus en plus vivement, et du système fédéral en général, qu’elle juge trop centraliste, ce qui n’est pas l’avis d’autres Républiques. En Croatie, le conflit linguistique rebondit à intervalles réguliers sur le thème : le serbe et le croate constituent-ils ou non une seule langue ? Ces querelles raniment les souvenirs de la guerre fratricide et religieuse que se sont livrée les deux peuples de 1941 à 1945. Au Monténégro, on se pose une question : « Sommes-nous Serbes ou non ? » Coincée entre l’Albanie à l’ouest et la Bulgarie à l’est, la Macédoine prête à ses voisins des visées territoriales à son égard. Toutes ces interrogations sont à l’origine des récentes « manifestations de nationalisme » qui constituent en fait le pire danger pour un pays multinational comme la Yougoslavie. […] Quant à la Serbie, elle a ses problèmes particuliers avec ses deux provinces autonomes – la Voïvodine et le Kosovo – qui ont chacune leur Parlement, leur gouvernement et leur parti. Si en Voïvodine les Serbes sont majoritaires, au Kosovo les Albanais représentent plus de 75 % de la population. Selon la direction serbe actuelle, les deux régions se sont arrogées des pouvoirs qui ne leur sont pas reconnus par la Constitution, tant dans les domaines de la défense et de la justice que dans celui des affaires étrangères. La Constitution de 1974 étant en cours de révision, Belgrade exige des réformes lui permettant de contrôler plus étroitement ces provinces – ce à quoi s’opposent naturellement les deux régions concernées. D’où le déchainement de la presse serbe contre les « autonomistes » de Voïvodine et les « séparatistes » du Kosovo, où la situation est assez préoccupante depuis quelques temps.

12Serbes et Monténégrins vivant dans cette région continuent de s’expatrier vers le nord. Depuis les troubles sanglants de 1981, plus de trente mille ont quitté le Kosovo, et la presse fait état régulièrement d’actes d’agression contre les Serbes dans les villages où ils sont minoritaires : églises et cimetières profanés, maisons endommagées et enfants maltraités. À Kosovo Polje, près de Pristina, une des rares localités où ils sont encore relativement nombreux, les Serbes ont formé un comité d’autodéfense qui organise depuis le début du mois de juillet des « meetings d’explication » en dehors même de cette province. » (Le Monde, 31.8.1988)

13Progressivement, deux tendances s’affirment au sein de la Ligue des Communistes de Yougoslavie. En Serbie, une ligne politique s’affirme, jusqu’à devenir majoritaire au sein du parti communiste serbe dans la seconde moitié des années 1980, en faveur de plus de centralisme dans les institutions économiques et politiques yougoslaves. En Slovénie et en Croatie, en revanche, la tendance est à l’accentuation et à l’élargissement des prérogatives des Républiques au détriment de ce qui relevait encore des compétences fédérales. La Ligue des Communistes n’a jamais été en mesure d’imposer une de ces deux options. Voici comment le journal Le Monde, daté du 21.10.1988, décrit les travaux de la dix-septième séance plénière de la Ligue des Communistes de Yougoslavie, qui ont été dominés par un affrontement entre ce que le journal appelle les « dirigistes », partisans d’un pouvoir fédéral fort, et les « libéraux », prônant une décentralisation accrue :

14 « La direction n’a pas osé trancher entre ces deux stratégies pour sortir le pays de la crise économique, politique et morale qu’il traverse. Personne ne voit le bout du tunnel dans cette Fédération fragile où chacune des six Républiques et des deux provinces autonomes fait cavalier seul sans trop se soucier de l’intérêt général. »

15L’affrontement est politique et les arguments portent principalement sur l’efficacité des institutions et du système économique et financier. Slobodan Milosevic apparaît comme l’homme fort de la seconde moitié des années 1980. Voici la description que fait ce même quotidien de son action et de son projet politiques :

16 « Dès son arrivée au pouvoir, Slobodan Milosevic s’est attelé au travail de redressement économique. Son programme est simple : une économie de marché, avec toutes ses impli-cations ; une embauche importante de cadres scientifiques par les entreprises ; une ouverture plus grande vers l’étranger pour élargir la participation de la Yougoslavie à la division internationale du travail. Ces idées sont proches du plan de stabilisation du gouvernement fédéral. Ancien directeur d’un important établissement financier, Slobodan Milosevic est marié et père de deux enfants. Son épouse est professeur de sociologie à l’université de Belgrade. Il fut l’un des fondateurs de la Banque franco-yougoslave à Paris. » (Le Monde, 18.10.1988)

17La seconde moitié des années 1980 apparaît comme une accélération de l’histoire car les contraintes structurelles du système yougoslave sont devenues si faibles qu’elles ne sont plus en mesure de contrôler le cours des choses. Et même si l’incertitude du futur domine tout présent, il est de plus en plus évident que l’ordre structurant s’efface à très grande vitesse, et qu’une nouvelle histoire demande à être écrite ; le champ des possibles qui, jusqu’alors, était strictement contraint par le cadre structurel s’ouvre sur de nouveaux horizons. Nous connaissons maintenant la suite de ces possibles, qui se sont entrouverts à cette époque sous le signe de l’incertitude, des espoirs et des craintes.

18Nous allons ici nous intéresser à cet événement charnière du milieu des années 1980, le procès d’Andrija Artukovic, qui a été à l’articulation entre l’histoire de la Yougoslavie issue de la Seconde Guerre mondiale, et le début d’une nouvelle période, celle de l’éclatement sanglant de la Fédération ; cette violente histoire locale a pour arrière-plan la disparition du monde tel qu’il a été structuré par la victoire des Alliés contre le fascisme et le nazisme. Cet événement a été précédé par l’arrivée de la mémoire collective serbe dans le débat public de la République et de la Fédération. Cette irruption est matérialisée par l’irrésistible succès du roman de Danko Popovic, Le Livre de Miloutine, publié en 1985 et rapidement devenu une des meilleures ventes de l’histoire de la littérature serbe et yougoslave.

  • 6  Nezavisna Drzava Hrvatska (État Indépendant de Croatie). Son territoire englobait la Bosnie-Herzég (...)

19Artukovic était un haut dignitaire oustachi, ministre de l’intérieur, et de ce fait responsable des camps d’extermination mis en fonction par le NDH6 sur son territoire, puis Ministre de la Justice et Garde des sceaux dans les gouvernements successifs de l’État Indépendant de Croatie, de 1941 à 1945.

Mémoire et histoire : une relation antagoniste

20La mort du Maréchal Tito, en 1980, ouvre une décennie qui a vu émerger toutes les contradictions et tous les antagonismes de la société yougoslave, car le passé y a fait une entrée en force, notamment celui relatif à la Seconde Guerre mondiale. L’histoire officielle yougoslave présentait une vision schématique de cette période, en gommant toutes les aspérités et en réduisant toute la complexité sociale et historique. Il y avait d’un côté la Résistance, plurinationale et progressiste, dirigée par le Parti communiste yougoslave, avec à sa tête Josip Broz Tito, et de l’autre les forces réactionnaires nationales, principalement les Oustachis croates, avec une composante bosniaque musulmane, et les Tchetniks serbes. Cette histoire officielle était en bonne partie en contradiction avec les mémoires collectives nationales et familiales. L’apparition des mémoires collectives et des mémoires autobiographiques était un phénomène nouveau en ex-Yougoslavie, car ces mémoires n’étaient jusqu’alors présentes et transmises que dans la sphère privée. Cet antagonisme entre mémoire familiale et histoire officielle était intimement vécu par un grand nombre de yougoslaves.

  • 7  Colonel au début de la guerre.
  • 8  Le mot « Tchetnik » désignait avant les guerres balkaniques (1912-1913) les franc-tireurs serbes q (...)

21La rapide défaite de l’armée yougoslave, qui a suivi l’invasion allemande du 6 avril 1941, a vu naître un mouvement de résistance initié par des officiers yougoslaves, fidèles au Roi Pierre – exilé à Londres – et refusant la défaite. Le nom par lequel était généralement désigné ce mouvement de résistance, dirigé par le général Dragoljub Draza Mihailovic7, est « Mouvement Tchetnik8 », alors que le nom officiel était « Mouvement de Ravna Gora » (Montagne plate) du nom de la montagne de Serbie centrale d’où Draza Mihailovic lança l’appel à la résistance le 9 mai 1941.

22Avant de sombrer dans le nationalisme, la société yougoslave se caractérisait par une relative démocratisation politique, qui a permis l’expression publique de la mémoire collective serbe. Le livre de Miloutine, de Danko Popovic, publié à Belgrade en 1985, restitue magnifiquement l’état d’esprit de la population serbe des années 1980, et ses interrogations sur le sens de l’histoire yougoslave, à un moment où l’État yougoslave, plongé dans une grave crise économique, sociale et politique, ne semble plus en mesure de porter une projet d’avenir.

23L’immense succès du roman de Danko Popovic illustre parfaitement le passage de la sphère privée à la sphère publique d’un passé que l’histoire officielle ignorait, mais qui était omniprésente dans la mémoire collective serbe. L’éditeur français en fait un résumé très précis sur sa quatrième de couverture.

24« Miloutine est vieux, Miloutine est en prison, Miloutine va mourir – et il parle. Il parle à en perdre le souffle, il veut raconter sa vie avant qu’il ne soit trop tard, parce qu’il est à lui tout seul la mémoire de sa génération.

25Petit paysan de la Serbie du sud, il a traversé notre siècle en faisant une guerre, deux guerres, et encore une, puis une autre, quatre en tout, auxquelles il n’aura pas compris grand-chose, sinon qu’on avait besoin de sa force, de son courage, de son sang, et qu’il fallait bien y aller.

26Qui se souvient encore de la Serbie ? Partie intégrante de cette Yougoslavie qu’elle a contribué à édifier au prix de tant de souffrance, elle a caché ses deuils et ses blessures – jusqu’à ce que les événements récents du Kosovo la fassent ressurgir de façon inquiétante des profondeurs de l’oubli. Miloutine, lui, a tout connu : la lutte contre les Austro-Hongrois en 1914, puis la retraite d’hiver vers l’Albanie, puis la guerre en Afrique puis à Salonique. Un million deux cent mille Serbes auront péri… Eclate la Seconde Guerre mondiale et Miloutine repart se battre contre les Allemands cette fois, et après cinq ans d’enfer, à la fin des combats, on le jette en prison parce qu’il a un lopin de terre, il est riche, c’est un « Koulak. »

  • 9  D. Popovic, 1989 (1986), Le livre de Miloutine, Nouveau Cabinet Cosmopolite, Stock, Paris.

27Alors vite, il raconte, dans sa langue simple et savoureuse, avec une belle lucidité et une résignation pleine de fierté, les péripéties de son humble vie. Il est l’un des ces êtres honnêtes, sans nom, sans visage qui, par leurs sacrifices, tissent la trame de l’Histoire. Ce livre exceptionnel, traduit dans le monde entier, s’est vendu en Yougoslavie seule à quatre cent mille exemplaires et a été couronné par le plus grand prix littéraire du pays »9.

28Incarnation du peuple serbe, la vie de Miloutine permet à la mémoire collective serbe de sortir de la sphère domestique par l’intermédiaire d’une autobiographie fictive.

29Le récit de Miloutine est en réalité une mise en cause de l’histoire officielle yougoslave. Les Partisans communistes n’ont plus le beau rôle : le roman met en scène leur rejet par le « peuple paysan serbe », qui est le véritable héros du livre. Mais si les Partisans deviennent des héros négativement connotés, le Mouvement tchetnik n’est pas encore dépeint positivement : les uns et les autres sont renvoyés dos-à-dos, mais progressivement l’évocation publique des Tchetniks n’est plus interdite. L’introduction du multipartisme rend possible la constitution, en 1990, d’un parti politique, le Srpski Pokred Obnove (Mouvement Serbe du Renouveau) dirigé par Vuk Draskovic, qui œuvre à la réhabilitation du Mouvement tchetnik et s’inscrit dans une filiation idéologique qui s’en revendique.

30Le jaillissement de la mémoire nationale serbe trouve sa dynamique dans les frustrations de la période titiste, et particulièrement celles liées à la mémoire de la Seconde Guerre mondiale. Ce retour sur cette période douloureuse de l’histoire yougoslave a encore davantage été amplifié par l’affaire de l’extradition de l’ancien dignitaire oustachi, Andrija Artukovic.

Andrija Artukovic, son parcours

  • 10  Cette présentation est de Hubert Butler (1994, p. 200), un grand connaisseur de la Yougoslavie, où (...)

31« Contrairement à Eichmann, (Andrija Artukovic) n’était pas un humble exécutant. Il avait vraiment fait l’histoire et ne s’était pas seulement consacré à l’exécution des juifs, mais aussi à celle de ses frères chrétiens, les orthodoxes serbes. Il faisait partie du gouvernement qui, au printemps 1941, promulgua les lois qui les chassèrent de Zagreb, leur confisquèrent leurs biens et prévoyaient la peine de mort pour quiconque leur donnait asile. Une vingtaine de camps de concentration furent construits, et un grand nombre d’entre eux y furent exterminés10. »

32Membre de l’organisation Oustachie avant la guerre, il avait la charge des préparatifs à Londres d’un plan de secours en cas d’échec de l’assassinat du Roi Alexandre de Yougoslavie à Marseille, en 1934. Devenu le Ministre de l’Intérieur de l’État indépendant de la Croatie en avril 1941, après l’invasion de la Yougoslavie par l’Allemagne nazie, le 6 avril 1941. Il avait aussi la responsabilité des camps de concentration et des services de sécurité de l’État. Sous sa direction, l’extermination des Serbes, des Juifs et des Roms était très précisément planifiée. Ainsi, H. Butler (1994, p. 203) rapporte que le camp d’extermination de Jasenovac prévoyait dans son règlement d’exécuter les prisonniers au bout de trois mois de captivité.

  • 11  Voir Le Monde du 20.01.1988.

33Après la défaite de l’Allemagne nazie et la chute de l’État Indépendant de Croatie, Artukovic s’enfuit en Autriche, d’où il est transféré en Suisse par un réseau catholique franciscain, puis en Irlande, et arrive enfin aux Etats-Unis en juillet 1948 (H. Butler, 1994, p. 207). En 1952, la République fédérale populaire de Yougoslavie dépose une demande d’extradition auprès des autorités états-uniennes, qui la refusent sous le prétexte que le traité d’extradition entre les Etats-Unis et la Serbie, signé en 1901, n’a jamais été renouvelé. En réalité, ce refus s’explique surtout par l’intérêt qu’Artukovic représentait pour les services secrets états-uniens dans le contexte de la guerre froide qui régnait à l’époque ; mais officiellement la justice américaine refusait de donner suite aux demandes d’extradition formulées par la Yougoslavie, estimant que ses délits étaient de caractère politique11.

34Après avoir vécu au grand jour presque quatre décennies en Californie, Artukovic a été extradé en Yougoslavie en 1986 et condamné à mort. La sentence n’a jamais été exécutée à cause de sa mauvaise santé et Artukovic est décédé à l’hôpital de la prison de Zagreb deux ans plus tard.

Andrija Artukovic, le procès

  • 12  Voir http://www.unhchr.ch/french/html/menu3/b/treaty1d_fr.htm

35En cette période de crise économique et politique, qui était aussi une crise de confiance et de crédibilité dans le régime, le procès Artukovic semblait avoir pour objectif de relancer l’esprit unitaire des Partisans de la guerre de libération nationale de 1941-1945. La version selon laquelle Artukovic n’a pas été extradé sur demande de la Yougoslavie, mais uniquement sur insistance des autorités états-uniennes, qui auraient voulu se débarrasser d’un protégé devenu encombrant, présente trop de failles pour pouvoir être retenue comme cause exclusive de l’organisation du procès. Selon cette thèse, présentée par Srdja Popovic (2003, p. 1241), l’un des trois avocats d’Artukovic, le criminel croate aurait été arrêté « après l’adhésion des États-Unis à la Convention pour la protection et la répression du crime de génocide, sous la pression des organisations juives qui demandaient à ce qu’Artukovic soit jugé aux États-Unis. Mais ne souhaitant pas se mêler des relations serbo-croates, les autorités américaines pensent que le plus pratique serait de l’extrader vers la Yougoslavie. Les Américains envoient un signal à la Yougoslavie pour qu’elle fasse de nouveau une demande d’extradition […]. » Cette version n’est pas crédible pour au moins deux raisons. D’abord, c’est son anachronisme évident qui la disqualifie : il est peu probable que les relations serbo-croates aient eu une quelconque importance dans la politique extérieure des Etats-Unis dans la première moitié des années 1980, période décisive pour le sort d’Artukovic. Ensuite, l’adhésion des États-Unis à la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide n’est pas intervenue au début des années 1980, mais en 198812.

  • 13  Affirmation dont je ne suis pas en mesure de vérifier la véracité.

36Et même si nous acceptons l’idée que les États-Unis avaient leurs raisons internes et des intérêts particuliers dans cette extradition, sur la base de l’ouvrage de Christopher Pyle (2001), qui affirme que cette affaire a été menée à son terme en toute illégalité, au regard de la loi de ce pays13, il n’en reste pas moins que les motivations avancées sont très floues et incertaines. L’auteur met principalement en avant la baisse d’intensité de la Guerre froide, à cette époque, et la pression de la communauté juive pour soulager la difficile position interna-tionale d’Israël, après l’invasion du Liban en 1982 et ses conséquences, et en relançant la mémoire de l’Holocauste.

37En revanche, la motivation yougoslave de redynamisation de l’idéologie unitaire est clairement perceptible dans le contenu de l’acte d’accusation, qui met en avant les Partisans et les antifascistes, en tant que combattants et en tant que victimes. De plus, par crainte de provoquer des réactions incontrôlables en Croatie et en Serbie, le procès reste muet sur la dimension nationaliste croate du mouvement Oustachi et de l’État Indépendant de Croatie et ne retient que sa teneur « nazi-fasciste ». La volonté de répartir de manière égale les victimes de l’État oustachi entre différents peuples relève de la même logique. La qualification du crime est abstraite et générale, et les victimes sont soit sans identités nationales soit de toutes les nationalités.

  • 14  Publiés par Srdja Popovic, un des trois avocats d’Andrija Artukovic.

38Le procès est construit sur les éléments qui suggèrent « que l’accusé Artukovic est responsable d’un nombre incalculable de crimes contre la population civile et les prisonniers de guerre, commis d’une manière incompréhensible à la raison humaine ». (S. Popovic, 2003, p. 1248) Et lorsque l’accusation aborde les crimes contre des subjectivités collectives précises, alors il est dit que des déportations massives et des massacres ont été perpétrés contre des Serbes, des Juifs, des Roms, des Musulmans, des Croates, des communistes, des antifascistes, et des sympathisants de la Guerre Populaire de Libération » (p. 1255) ; ou encore que « la terreur a été appliquée contre les Serbes, les Juifs, les Croates, les Roms et d’autres. » (p. 1256). De sorte que la volonté d’équilibrer les victimes de l’État Indépendant de Croatie saute aux yeux à la lecture des documents du procès14. Mais il est tout aussi évident que la question la plus sensible du procès, celle de l’extermination des Serbes du territoire de l’État croate, a été volontairement négligée. Ainsi, des différents points de l’accusation qui portent sur les crimes de masse, nous apprenons qu’Artukovic est reconnu coupable d’avoir ordonné, entre autres :

  • 1a) Le massacre à la mitraillette d’un grand nombre de civils, hommes, femmes et enfants, pour venger la mort de soldats oustachis tombés dans des combats avec les Partisans (p. 1261) ;

  • 1b) L’exécution de 400 à 500 civils, dont une majorité de Juifs, sur la Place Kresimir (Zagreb) avant que les autres prisonniers ne soient déportés dans des camps (p. 1261) ;

    • 15  Ville de Croatie centrale.

    2) La liquidation de Partisans faits prisonniers à Samobor15 (p. 1262).

39Et lorsque l’ancien ministre oustachi est déclaré coupable de la « ‘purification’ de la population du nouvel État, suivant en cela l’intégralité de la doctrine nazi-fasciste sur la pureté de la race. Le fondement idéologique du soi-disant État Indépendant de Croatie était le nazi-fascisme, avec sa plateforme idéologique fondamentale : Enseignement de la supériorité de la race aryenne, l’antisémitisme, l’étouffement de toutes les libertés, la concentration des pouvoirs entre les mains du guide et la construction d’une stricte structure hiérarchique de commandement. Il est également dit dans l’argumentaire de la sentence que l’accusé « a en tous points adopté cette idéologie et aussitôt, au moment où il est arrivé au pouvoir, il applique pleinement dans cet espace ce qu’il a appris en Allemagne ». (p. 1263-4)

  • 16  Voir pages 1258, 1259, 1263, 1265, 1267 et 1268.

40De sorte que, selon la justice yougoslave, qui reflète la position officielle, les crimes de l’État Indépendant de Croatie ne trouvent leurs fondements que dans l’aveuglement de certains individus par une idéologie extérieure. À l’intérieur de l’espace yougoslave, il ne pouvait y avoir que des victimes. Mais les Serbes ne sont jamais nommément désignés comme victimes16, dans l’énumération des lois et des décrets qui instaurent des discriminations et permettent des crimes sur une base raciale. Ce n’est que vers la fin de l’argumentaire de la sentence que l’extermination des Serbes est évoquée dans sa réelle dimension historique :

41« L’accusé, par ses actes, a commis des crimes contre l’humanité et contre le droit international. Il a appliqué la loi racialiste, qui était une imitation des lois du troisième Reich contre les non-Aryens, Juifs et Roms, et il s’est également comporté de manière inhumaine, bestiale, avec les Serbes de Croatie qui ont péris par centaine de milliers dans les camps de rassemblement, de concentration et de travail, et dans d’autres lieux. Il n’était pas regardant sur les moyens par lesquels éliminer et liquider les Serbes, les Croates, qui n’ont pas accepté l’idéologie et le système oustachis, les Juifs, les communistes, les Roms, les anti-fascistes, les membres d’autres peuples. » (p. 1275)

42Le procès s’est déroulé selon la ligne idéologique de la répartition strictement égalitaire des coupables et des victimes parmi les peuples de la République socialiste fédérative de Yougoslavie. Cependant, malgré ces précautions, les répercussions de ce procès dans la société yougoslave furent considérables, notamment en Serbie et en Croatie. De séance d’histoire planifié et utilitaire, le procès se transforme en « événement », au sens fort de la notion : des actions qui changent l’ordre des choses d’une manière imprévisible et inattendue.

43Le procès d’Artukovic n’a pas eu pour effet escompté de revivifier et redynamiser la doctrine unitaire yougoslave par un retour sur la période fondatrice ; en ce sens il a même été contreproductif. Et à l’opposé de l’intention première des responsables politiques, cet événement fut un accélérateur de la désintégration yougoslave.

Les conséquences du procès

44Si le procès a mis au second plan et a largement relativisé l’extermination des Serbes du territoire de l’État Indépendant de Croatie, il a eu pour premier effet de permettre l’expression d’une parole sociale et publique plus libre sur cette tragédie de la Seconde Guerre mondiale. Ce procès a valu reconnaissance officieuse du droit de discuter publiquement de l’extermination des Serbes par les autorités croates oustachies ; ce qui n’était pas le cas jusqu’alors, car cela était aussitôt qualifié de velléité nationaliste. De plus en plus de voix se sont levées parmi les Serbes de Serbie, de Bosnie-Herzégovine et Croatie pour exprimer qu’il était enfin temps de reconnaître la spécificité du crime perpétré contre les Serbes. Car ce génocide n’est pas fondé en priorité sur la logique racialiste de l’idéologie national-socialiste ; ceci ne constituera qu’une légitimation de la principale raison de cette extermination, qui avait avant tout un fondement pragmatique.

  • 17  Masovni pokret – Mouvement de masse.
  • 18  Sensibilisé à la Seconde Guerre mondiale par mon histoire familiale, profondément yougoslave, et i (...)

45Le nombre élevé des Serbes constituait le principal problème des autorités croates oustachies au moment de la création du nouvel État. Le recensement yougoslave de 1931 montre que les Serbes constituaient la majorité relative de la population en Bosnie-Herzégovine (44,3 %), la majorité absolue sur le territoire de Krajina (régions de Lika, Kordun, Banija et la Slavonie occidentale), autrefois les Confins Militaires autrichien (Militergränze) et plus de 50 % de l’ensemble de la population dans le Srem. D. Batakovic (1994, p. 185) stipule que leur nombre effectif était beaucoup plus important que celui qui était indiqué dans les statistiques officielles. Sur le territoire faisant partie du NDH, selon le recensement de 1921, il y avait 1.570.000 Serbes orthodoxes et selon le recensement de 1931 : 1.850.000. Avec un accroissement annuel de 1,8 % il devait y avoir 2.180.000 Serbes en 1941 et selon certaines évaluations, il y en avait encore plus, environ 2.200.000. Les Oustachis percevaient l’extermination des Serbes de cet espace comme la condition sine qua non de l’existence de l’État croate. Les autorités yougoslaves se sont alors retrouvées face à une demande de reconnaissance que les Serbes ont été victimes d’une tentative d’anéantissement pour que se réalise l’ambition d’une Croatie indépendante. Dans un contexte économique très difficile et avec la constitution de 1974, qui transforme la Fédération en quasi confédération, et seulement 15 ans après le mouvement croate connu sous le nom maspok17, qui a fait émerger des revendications nationalistes, l’éventualité d’un séparatisme croate était de plus en plus évoquée dans l’opinion publique serbe18. L’idée d’un État croate en dehors du cadre yougoslave était perçue comme nécessairement anti-serbe et ne pouvant mener que sur la voie de l’extrémisme oustachi.

  • 19  Voir par exemple Hrvatska revija. (Revue croate) 36 (1986) qui annonce en titre : « Artuković : su (...)
  • 20  Tomislav Jonjic - membre de la Chambre des avocats de Croatie et de l’association des avocats auto (...)

46En Croatie aussi, le procès d’Artukovic, qui se déroulait à Zagreb, a eu des conséquences que le régime yougoslave n’a certainement pas souhaité. La société croate, de manière peu visible et silencieuse, a réagi à ce procès en le considérant comme un procès fait au peuple croate ; ce que la presse croate de la dissidence oustachie de l’étranger a très largement relayé19. Cette impression était amplifiée par les commentaires de plus en plus publics qui se développèrent parmi les Serbes. Pour le nationalisme croate contemporain, le procès d’Artukovic est le moment clé de la lutte pour l’indépendance : « L’opinion publique croate a ainsi vu la résurgence des traditionnelles tensions entre Croates et Serbes, jusqu’au point de montrer, on ne peut plus clairement, que ces deux peuples ne peuvent être maintenus dans un même cadre étatique que sous la contrainte. D’un point de vue historique, c’est la conséquence la plus importante du procès d’Artukovic, et en même temps la plus grande victoire de ce nationaliste croate dans son combat de plusieurs décennies »20.

  • 21  La paternité de cette appellation semble revenir à Krunoslav Draginovic (1955, pp. 296-7). Le nati (...)

47C’est dans ce contexte qu’a commencé à se constituer le récit fondateur du nationalisme croate contemporain, qui est communément appelé « le chemin de croix du peuple croate »21 , « Bleiburg - chemin de croix », « le massacre de Bleiburg » ou tout simplement, « Bleiburg », du nom du village autrichien qui a été le théâtre des faits qui constitueront la matière première du récit croate.

L’évolution du récit de « Bleiburg »

48Avec l’effondrement de l’Allemagne nazie et la chute de l’État Indépendant de Croatie, ce qui reste de l’armée oustachie se retire devant l’avancée de l’Armée Populaire de Libération des Partisans et tente de passer en Autriche pour se mettre sous la protection des Armées alliées, en l’occurrence de l’Armée britannique. Mais le 15 mai 1945, les autorités de l’Armée de sa Majesté refoulent les fugitifs oustachis qui doivent alors affronter l’armée de la nouvelle Yougoslavie.

49Les soldats croates en déroute étaient accompagnés de civils, le plus souvent de leurs familles. Le nombre de fugitifs n’est pas connu, pas plus que celui des victimes, mais je m’intéresse ici uniquement à l’évolution des chiffres, qui a été en constante croissance dans la seconde moitié des années 1980 et dans la première moitié des années 1990.

  • 22  Grahek Ravancic, Martina, 2006.
  • 23  Leur présence était également importante au sein de la Waffen-SS allemande, aux côtés de Croates e (...)

50Le nombre de personnes tuées dans les batailles avant la reddition de Bleiburg, ou exécutées après, a énormément varié avec le temps puisqu’il s’étend de quelques milliers de morts (de 6 000 à 15 000) à plus de 600 000 et même 700 000 morts22. La volonté de créer un équilibre avec les estimations les plus fréquentes des victimes serbes de l’extermination oustachie est flagrante. Et pour que le récit victimaire prenne encore plus de poids, progressivement les civils, vieillards, femmes et enfants, deviennent majoritaires parmi les victimes dans les versions qui ont suivi le procès d’Artukovic. Mais en 1987, il n’était pas encore question de civils : c’est à cette date qu’a été érigé un monument sur le lieu supposé de l’événement, avec l’inscription, « En honneur et à la gloire de l’Armée croate vaincue », en croate et en allemand. Les symboles sur le monument étaient composés d’une croix, du damier croate avec les armoiries, et du croissant de lune et de l’étoile islamiques, qui sont un hommage aux très nombreux soldats Bosniaques musulmans de l’Armée oustachie23.

51Ce n’est que dans les années 1990 que les civils deviennent majoritaires, ce qui permet à l’armée de l’État Indépendant de Croatie d’être présentée en honorable institution de défense de la justice, des faibles et des opprimés, dont les combattants contemporains pour l’indépendance de la Croatie sont les dignes héritiers. Par exemple, J. Marovic (1995) dit que 200 000 civils, accompagnés par presque autant de soldats, ont quitté Zagreb le 1er mai 1945.

52Hormis les changements considérables dans la quali-fication des victimes, quant à leur nombre et leur qualité, un autre changement d’une importance comparable a été opéré, et qui va dans le même sens utilitaire de compétition victimaire déclarée aux Serbes. Désormais les Partisans qui se sont rendus coupables de cet immense massacre, selon la version nationaliste croate, ne sont plus d’anonymes communistes mais sont dotés d’une identité nationale : ils sont « Serbes », « Serbo-Communistes » ou « Serbo-Bolchéviques ». Par la même occasion, ils sont accusés d’avoir imposé le communisme en Croatie. Parce que, bien entendu, selon la compréhension nationaliste de l’histoire, le communisme ne pouvait être qu’un produit d’importation imposé par les ennemis, de l’extérieur ou de l’intérieur. Cela est vrai en Croatie comme en Serbie, mais aussi dans les pays voisins. En Roumanie et en Hongrie, par exemple, l’importateur du communisme est représenté sous la figure du juif.

  • 24  Camp d’internement des prisonniers politiques soupçonnés d’être pro-staliniens ou ne serait-ce que (...)
  • 25  Nom donné au « Mouvement de masse » (Masovni Pokret, plus connu sous sa dénomination contracté « M (...)

53L’évolution du récit a été fonction des transformations sociales en cours, qui se reflètent dans les discussions et les préoccupations dans la vie quotidienne. Dès la seconde moitié des années 1980, qui correspond à la période du procès d’Artukovic, certaines questions sensibles et controversées commencent à être commentées publiquement. Elles portent toutes sur les injustices et les souffrances causées au peuple croate. Il était question de Bleiburg, bien sûr, mais aussi de Goli Otok24 et du Printemps croate25. Les nouveaux thèmes de discussion, qui étaient auparavant négligés, ont ainsi progres-sivement remplacé les anciennes préoccupations publiques, et la présentation historique des deux États yougoslaves était fondée sur la sélection d’exemples négatifs, de sorte à faire disparaître toute mémoire historique positive.

  • 26  Dernière année de Collège.

54Ainsi se constitue un nouveau cadre interprétatif qui a été appliqué aux manuels scolaires dès le début des années 1990, et a permis de justifier l’établissement d’un régime d’obédience nazi-fasciste et de relativiser ses crimes. Dans ce cadre de pensée, tout État croate obtenait une connotation positive, même l’État Indépendant de Croatie. La distinction entre la légitimité de la constitution de cet État et ses actes a permis sa présentation en positif. Même si les atrocités oustachies étaient jugées négativement, les manuels scolaires du début des années 1990 lui consacraient beaucoup moins de place qu’aux crimes des Partisans ou des Tchetniks ; et en même temps l’accent était mis sur les victimes croates alors que les victimes des autres groupes nationaux et ethniques étaient négligés. Ainsi, « dans les sept pages que le manuel scolaire (d’histoire de la classe de la huitième année26) de 1992 consacre à l’État Indépendant de Croatie, la terreur croate n’occupe qu’une demi page et les victimes serbes, juives et roms sont évoquées en - une phrase ! De plus, ces crimes sont considérablement relativisés par les affirmations qui attribuent les mesures antijuives à la pression allemande, alors que la terreur contre les Serbes est justifiée par la politique du régime précédent et par les crimes des Tchetniks. » (S. Koren, 2006, p. 114)

55Dans ce même manuel, la présentation du Chef oustachi, et Président de l’État Indépendant de Croatie, Ante Pavelic, s’inscrit dans la même logique : son rôle de « combattant pour la création d’un État croate indépendant et souverain » est mis en avant, alors que sa responsabilité dans les crimes oustachies n’est pas soulignée. Ses plus grandes fautes, selon ce manuel d’histoire, semblent être d’avoir cédé la Dalmatie à l’Italie et sa soumission à l’Axe, mais des arguments sont immédiatement proposés pour justifier ces erreurs ». (S. Koren, 2006, p. 116)

  • 27  Titre d’autorité politique et militaire du Saint Empire Romain et Germanique, puis d’Autriche et H (...)
  • 28  Homme politique hongrois, qui a été ban de Croatie pendant vingt ans (1883-1903) et deux fois prem (...)

56L’indépendance et la souveraineté sont devenues des sortes d’unités de mesure de toute appréciation des personnages et des faits historiques, et une ligne de démarcation entre deux catégories d’éléments : ceux qui favorisent les valeurs nationales et ceux qui sont considérés comme une entrave aux objectifs supérieurs de la nation. Du côté des antihéros sont rangés les gouvernants des dynasties étrangères qui n’ont pas respecté les prérogatives du Parlement et du Ban croates, ou qui ont imposé l’absolutisme et le centralisme, ceux qui ont contribué à la désunion des Croates et à la séparation des terres croates (autonomistes, unionistes et surtout le ban27 Khuen Hedervary28), et particulièrement ceux qui sont considérés comme les objets et les exécutants de la politique grand serbe : Ilija Garasanin, Vuk Stefanovic Karadzic, Nikola Pasic, Svetozar Pribicevic, le Roi Aleksandar Karadjordjevic, Draza Mihailovic, l’Église Ortho-doxe, l’Armée Populaire Yougoslave et les forces serbes de la Guerre Patriotique. » (S. Koren, 2006, p. 115)

  • 29  Ce spomendan est célébré chaque année le dimanche le plus proche du 15 mai.

57Jusqu’à la seconde moitié des années 1980, la commémoration de Bleiburg n’était entretenue et suivie que par les Émigrés politiques. Mais progressivement, d’une commémoration illégale, elle s’est hissée au rang de symbole à la gloire de tous les Croates qui ont sacrifiés leur vie pour l’État croate. Et en 1995, le Parlement croate érige Bleiburg et le 15 mai en lieu et date de commémoration nationale officielle des victimes croates en lutte pour la liberté et l’indépendance29. Cette journée du souvenir associe tous les Croates qui ont lutté pour un État indépendant, à quelque période historique que ce soit, à un rituel encadré par l’iconographie oustachie.

  • 30  Danas, 22.05. 1990, p. 21.
  • 31  Jutarnji list, 27.10.2007, voir le texte en ligne :

58En 1990, alors que les medias croates couvraient la commémoration de Bleiburg pour la première fois, l’ancien commandant oustachi du camp d’extermination de Jasenovac, Dinko Sakic, déclara qu’il était fier d’avoir été oustachi et qu’il était normal pour un État d’exécuter ses ennemis30. L’historien croate, Ivo Goldsein, explique « qu’après 45 ans, le traumatisme de Bleiburg s’est enflammé à la première occasion dans la mauvaise direction, contre les Serbes de Croatie31 ». Cette remarque surprend : d’une part parce qu’il ne s’agit pas en la circonstance d’une fortuite erreur de direction, car elle a été sciemment construite, et d’autre part parce que cela laisse entendre qu’il existait une « bonne direction » à enflammer. L’épisode de Bleiburg a été constitué en mythe du sacrifice national croate dans la lutte ininterrompue de son peuple pour accéder à « son » État, et ses ennemis sont clairement identifiés.

  • 32 Vjesnik, 12 mai 1997, p. 2.
  • 33 Monnaie croate. 500 000 kuna équivaut à environ 63 000 €.
  • 34  Environ 12 600 €.
  • 35  Voir Novi List, 16 et 21 avril 2008.

59Les combattants tombés sur le champ de Bleiburg sont traités en fondateurs modernes de l’État croate depuis la fin des années 1980, et une filiation officielle est assurée et assumée entre les deux périodes. Ainsi, Dubravko Jelcic, le représentant du Parlement lors de la commémoration de 1997, pour le cinquante-deuxième anniversaire, a présenté les victimes Bleiburg comme des « Croates qui ont fanatiquement cru en l’État croate, et pas en une idéologie. »32 L’importance donnée à l’épisode de l’État Indépendant de Croatie, oustachi, par l’État croate actuel est encore centrale aujourd’hui. Une polémique sur le financement des commémorations a éclaté en avril 2008, quand le Parlement a voté une subvention de 500,000 kuna33 pour la commémoration de Bleiburg et de seulement 100,000 kuna34 pour celle de Jasenovac. Deux jours après que ces informations ont été rendues publiques, les protestations des représentants des organisations serbes, juives et antifascistes, ont poussé le gouvernement croate à porter sa participation financière à la commémoration Jasenovac à 200,000 kuna.35

60Le récit et la commémoration de Bleiburg n’est pas seulement le résultat d’une politique mémorielle menée par l’extrême droite ou même par la droite croate, mais bien l’expression d’une politique d’État puisque Ivica Racan, l’ancien premier ministre croate, pourtant membre du Parti social-démocrate, héritier du Parti Communiste, et lui-même ancien dignitaire de la Ligue des Communistes de Croatie et de Yougoslavie, et Homme d’État de premier plan de la Fédération yougoslave, est venu se recueillir en 2003 devant le monument aux victimes de Bleiburg.

  • 36  Un des dirigeants de premier plan du Parti Social-Démocrate estime que « Mesic a lui aussi considé (...)

61Le Président croate, Stjepan Mesic, est bien isolé dans la classe politique croate dans son refus obstiné de rendre hommage aux victimes de Bleiburg.36. Le leader actuel du Parti social-démocrate, Zoran Milanovic, qui a pris la succession de Racan, décédé en 2007, s’est lui aussi rendu à Bleiburg en 2008. Il devait être accompagné de Ivo Goldsein, éminent historien et Président de la récente Communauté religieuse juive Bet Israël, mais celui-ci a renoncé à cette démarche, d’abord sous la pression d’autres associations juives… :

  • 37  Zora Dirnbach, ancienne journaliste et scénariste, membre de la Communauté juive de Zagreb, http:/ (...)

62« Leur départ pour Bleiburg est inacceptable et incompréhensible même dans le contexte d’ambitions politiques. Ils vont rendre hommage aux criminels et même s’il y avait aussi des innocents à Bleiburg, cela participe de la volonté d’« égaliser » les victimes. C’est une chose d’être tué à cause de la couleur de votre peau ou de votre origine et une autre quand vous êtes une victime parce que vous avez consciemment adopté une certaine idéologie. Je sais qu’il y avait aussi des victimes à Bleiburg qui n’auraient pas dû être tuées, mais je ne peux pas accepter que des représentants juifs participent à cette entreprise. »37

63… et finalement de la sienne :

64« Sur proposition du Conseil de la Communauté religieuse juive Bet Israël, le Président Ivo Goldstein a décidé de ne pas se rendre à la commémoration de Bleiburg. Comme indiqué dans la déclaration, malgré les explications qu’il a exposé à la réunion, Ivo Goldstein a accepté la position du Conseil qu’il s’agit là d’une question extraordinairement sensible pour la communauté juive du pays et de l’étranger, et qu’une telle démarche pourrait provoquer une suite importante de malentendus. »38

65Quant à l’Élise catholique de Croatie, avec sa hiérarchie en tête, elle est omniprésente à Bleiburg, mais elle refuse de participer à Jasenovac à la commémoration des victimes de l’extermination perpétrée par et au nom de l’État Indépendant de Croatie.

Quelques enseignements anthropologiques et historiques

  • 39  L’extermination planifiée des Serbes, des Roms et des Juifs qu’organisaient les autorités de l’Éta (...)

66Le procès d’Andrija Artukovic était un contexte favorable pour la constitution du mythe de Bleiburg en équivalent historique de l’extermination des Serbes de l’État Indépendant de Croatie. Cette histoire acquière une importance capitale pour le nationalisme croate et devient le pendant symbolique de Jasenovac, le plus grand camp d’extermination de l’État Indépendant de Croatie, puis de l’extermination des Serbes, des Roms et des Juifs dans son ensemble. Cela a contribué à la relativisation des responsabilités et de la culpabilité des principaux protagonistes de la guerre civile yougoslave de la Seconde Guerre mondiale, qui a été fortement imbriquée à l’occupation allemande. Les crimes des Oustachis et ceux des Tcheniks étaient déjà mis sur un pied d’égalité par l’histoire officielle communiste, alors qu’ils étaient sans commune mesure39, il ne restait plus aux idéologues nationalistes croates de la réhabilitation du régime oustachi qu’à présenter la nation croate comme victime d’un génocide perpétré par les Partisans communistes, présentés comme Serbes le plus souvent sous l’appellation Serbo-Communistes. Ce récit de Bleiburg est fondamental pour le nationalisme croate contemporain.

67Que l’événement qu’a constitué le procès d’Artukovic ait été si rapidement oublié n’est peut-être pas si étonnant, car il est des histoires qui ne peuvent pas être valorisées malgré leur importance historique. Ils ne peuvent donner lieu à des célébrations car leur sens n’étant pas stabilisé, ils ne peuvent pas avoir le statut d’événements originels. Par conséquent, ils tombent rapidement dans l’oubli car ils ne sont distingués ni par les mémoires collectives ni par les histoires officielles. En l’occurrence, une fois que la période inaugurée par l’événement « Procès Artukovic » s’est eu imposée, l’événement a pu s’y diluer intégralement, et n’en a subsisté que les valeurs et les principes fondamentaux.

68Le sens de l’événement « procès Artukovic » n’a pu être stabilisé parce qu’il a été une articulation de temporalité. C’est lui qui a véritablement clos la période de la sortie de la Seconde Guerre mondiale. La période qui a suivi ce conflit a été déterminée et structurée par lui jusque dans les années 1980. Le dispositif mis en place par les autorités yougoslaves, en l’occurrence communistes, ordonnait la situation et les séquelles issues de ce conflit. Ce dispositif avait pour objectif de rendre impossible le retour de la guerre fratricide. La période de la sortie de guerre s’est prolongée tant que l’événement a servi de point d’articulation à l’ensemble de la structure. L’événement « Seconde Guerre mondiale », qui prend aussi d’autres noms dans le contexte yougoslave, a été un élément idéologique central : il a engendré la structure et lui a donné corps et sens – ce qui permis de la pérenniser pour un temps.

69Nous pouvons reprendre à propos de l’événement ce que Reinhart Koselleck (1997) avance fort justement pour les monuments aux morts : Le message des monuments aux morts tombe en désuétude avec la disparition des survivants et l’affaiblissement de l’idéologie qu’ils représentent. De même, le message de l’événement « Guerre antifasciste », pour fondateur qu’il a pu être, a perdu de sa vitalité idéologique, et donc de sa capacité structurante, avec la disparition progressive de ses principaux acteurs, et sous les effets d’un long usage et d’une incapacité à se régénérer en intégrant les éléments nouveaux de l’époque contemporaine. Une partie de la perte d’efficience de l’événement « Seconde Guerre mondiale », qui a également existé sous le nom « Guerre de libération nationale », est due à l’épuisement du temps et au décalage de plus en plus important avec le présent, du fait de son inadaptabilité aux nouveautés que la structure n’a pas prévues. C’est ce contexte qui a permis au procès Artukovic de devenir un événement.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, Hanna, 2000 (1954), La crise de la culture, Gallimard, Folio essais, Paris.

Batakovic, D., 1994, Yougoslavie. Nations, religions, idéologies, L’Age d’Homme, Lausanne.

Butler, Hubert, 1994 (1985), L’envahisseur est venu en pantoufles, Anatolia, Paris.

Draginovic, Krunoslav, 1955, « The Biological Extermination of the croats in Tito’s Yugoslavia », in Bonifacic, Anton, et Mihanovic, Clement (eds), The Croatian Nation: Its Struggle for Freedon and Independance, « Croatia » Cultural Publishing Center, Chicago.

Ferenczi, Georges, (éd.) 1992, Pour Danilo Kis, Est-Ouest, n° 3, Paris.

Grahek Ravancic, Martina, « Controversies about the Croatian Victims at Bleiburg and in Death Marches », in Review of Croatian History, N° 1/2006, Zagreb.

Hrvatska revija. (Revue croate) 36, 1986) « Artuković : sudjenje hrvatskom narodu » (Artukovic : le procès du peuple croate), Barcelone.

Koren, Snjezana, 2006, « ’Heroji’ i ‘antiheroji’ u udzbenicima : slike nacionalne povjesti u udzbenicima uoci i nakon 1990. godine » (« Héros » et « antihéros » dans les manuels scolaires la veille de 1990 et après »), colloque international : Mémoire et histoire en Europe Centrale et Orientale, Zagreb, 19-22 janvier. Tous les textes sont en ligne sur le site : www.ffzg.hr/pov/zavod/triplex/historymemoryfulltexts.doc

Koselleck, Reinhart, R., 1997, « Les monuments aux morts, lieux de fondation de l’identité des survivants », L’expérience de l’histoire, Hautes Etudes/Gallimard/Le Seuil, Paris.

Marovic, Jozo, (Ed.), Od Bleiburga do naših dana, Zagreb : Školska Kniga, 1995

Novi List, 16 et 21 avril 2008.

Popovic, Danko, 1989 (1986), Le livre de Miloutine, Nouveau Cabinet Cosmopolite, Stock, Paris.

Popovic, Srdja, 2003, Poslednja instanca (Dernière instance) livre III, Svedocanstva 17, Helsinski odbor za ljudska prava u Srbiji, Beograd.

Pyle, Christopher H., 2001 Extradition, Politics, and Human Rights. Temple University Press, Philadelphia.

Rochas, Amandine, 2007, La Handschar. Histoire d’une division de Waffen SS bosniaque, Paris, L’Harmattan.

Roux, Michel, 1995, Les Albanais en Yougoslavie, MSH, Paris.

Le Monde du 20.01.1988, Paul Yankovitch, « Mort du ‘boucher des Balkans’« , Paris.

Le Monde, 31 août 1988, Paul Yankovitch, « YOUGOSLAVIE : grèves, inflation, conflits ethniques. La confiance ne règne pas entre les six Républiques de la Fédération », Paris.

Le Monde, 18.10.1988, Paul Yankovitch, « Slobodan Milosevic : l’homme fort de la Serbie », Paris.

Le Monde, daté du 21.10.1988, « Douche froide pour les Serbes », Paris.

Danas, 22 mai 1990, Zagreb.

Jutarnji list, 27 octobre 2007, Zagreb : http://www.jutarnji.hr/clanak/art2007,10,27,bleiburg_goldstein,95851.jl

Vjesnik, 12 mai 1997, Zagreb.

Nacional, 02 septembre 2008, Zagreb : http://www.nacional.hr/clanak/48384/komemoracija-u-teznom-umjesto-na-bleiburgu

Statisticki godisnjak Jugoslavije (Annuaire statistique de Yougoslavie) 1973, Savezni zavod za statistiku, Belgrade.

Javno.com (site d’information électronique) :

http://www.javno.com/hr-hrvatska/ivo-goldstein-nece-ici-u-bleiburg_177999

Haut de page

Notes

1  H. Arendt, 2000, p. 16.

2  Avec le commencement de la guerre, les partisans de la Yougoslavie, et plus tard les Yougonostalgiques, n’admettaient que des causes externes aux guerres yougoslaves : les facteurs endogènes ne pouvaient être que des causes secondaires - « ko nas zavadi ? » (Qui nous a crée cette dispute ?).

3  L’inflation a atteint 2 665 % en 1990.

4  En 1988, il atteint 16,78 % de la population active. Un chiffre de 25 % était déjà avancé dans l’Ébauche de Résolution des représentants des Facultés de philosophie de Yougoslavie réunis à Ljubljana, à l’appel de l’Union des étudiants de la Faculté de philosophie de Ljubljana, en janvier 1974, et réaffirmé lors de leur procès de juin 1974. L’Ébauche de Résolution était construite sur une critique de gauche de la situation sociopolitique du pays ; la faculté de Belgrade était représentée par Miodrag Stojanovic et le futur premier ministre serbe assassiné en 2003, Zoran Djindjic. LÉbauche dénonce une situation économique catastrophique : « aux 4,2 millions de personnes qui forment la population active avec emploi s’ajoute le chiffre d’un million de personnes auxquels le pays n’offre pas d’emploi, donc 25 %, et que ce chiffre englobe les 671 908 personnes qui travaillent à l’étranger, (Statisticki godisnjak Jugoslavije – Les Annales statistiques de Yougoslavie - pour 1973) ».

5  Voir M. Roux, 1995.

6  Nezavisna Drzava Hrvatska (État Indépendant de Croatie). Son territoire englobait la Bosnie-Herzégovine, la région de Voïvodine et la Croatie actuelle – moins la Dalmatie, annexée par l’Italie.

7  Colonel au début de la guerre.

8  Le mot « Tchetnik » désignait avant les guerres balkaniques (1912-1913) les franc-tireurs serbes qui combattaient dans les territoires encore occupés par les Turcs. C’est un terme équivalent à celui de « guérilleros », popularisé au 20e siècle.

9  D. Popovic, 1989 (1986), Le livre de Miloutine, Nouveau Cabinet Cosmopolite, Stock, Paris.

10  Cette présentation est de Hubert Butler (1994, p. 200), un grand connaisseur de la Yougoslavie, où il a séjourné une première fois de 1934 à 1937. Il a ensuite régulièrement fréquenté le pays et il y a consacré un grand nombre d’essais. Les crimes d’extermination de l’État oustachi et les complicités, actives et passives, de la hiérarchie catholique occupent une place importante dans ses écrits. La deuxième de couverture de Lenvahisseur est venu en pantoufles, (1994) le présente comme un « esprit libre, (qui) appartient à cette catégorie d’écrivains qui selon Georges Orwell ‘s’efforcent d’écrire l’histoire contemporaine non officielle, celle dont les manuels scolaires ne tiennent pas compte’« . Il a consacré une bonne partie de son travail au cas Artukovic, sur lequel il a écrit jusqu’à la mort de ce dernier (Voir, entre autres, « Le dossier Artukovic », in 1994, pp. 199-230). Mais, comme le dit Joseph Brodsky dans sa préface, « Hubert Butler n’était ni un chasseur de nazis ni un protestant en croisade contre le Vatican. C’était un chasseur de mensonges. » (1994, p. 11)

11  Voir Le Monde du 20.01.1988.

12  Voir http://www.unhchr.ch/french/html/menu3/b/treaty1d_fr.htm

13  Affirmation dont je ne suis pas en mesure de vérifier la véracité.

14  Publiés par Srdja Popovic, un des trois avocats d’Andrija Artukovic.

15  Ville de Croatie centrale.

16  Voir pages 1258, 1259, 1263, 1265, 1267 et 1268.

17  Masovni pokret – Mouvement de masse.

18  Sensibilisé à la Seconde Guerre mondiale par mon histoire familiale, profondément yougoslave, et initié aux techniques et méthodes des sciences sociales depuis le début de mes études, j’avais pris pour habitude de noter certains faits contemporains relatifs à cette période.

19  Voir par exemple Hrvatska revija. (Revue croate) 36 (1986) qui annonce en titre : « Artuković : sudjenje hrvatskom narodu » (Artukovic : le procès du peuple croate).

20  Tomislav Jonjic - membre de la Chambre des avocats de Croatie et de l’association des avocats autorisés à intervenir au Tribunal pénal International pour l’ex-Yougoslavie. Voir son blog à la page : http://www.tomislavjonjic.iz.hr/V_10_artukovic.html  

21  La paternité de cette appellation semble revenir à Krunoslav Draginovic (1955, pp. 296-7). Le nationalisme croate n’est pas avare en utilisation d’images qui jouent sur la vie et la mort Christ. En 1990, c’est M. Tudjman qui a été présenté au peuple croate comme le Christ sauveur. Lors du meeting de la campagne électorale présidentielle, organisé le dimanche des rameaux, le candidat Tudjman arrive à la tête d’une procession, où emblèmes nationaux et religieux sont mêlés ; ses partisans le comparent à Jésus entrant dans Jérusalem en sauveur.

22  Grahek Ravancic, Martina, 2006.

23  Leur présence était également importante au sein de la Waffen-SS allemande, aux côtés de Croates et d’Albanais ; voir A. Rochas, 2007.

24  Camp d’internement des prisonniers politiques soupçonnés d’être pro-staliniens ou ne serait-ce que sympathisants.

25  Nom donné au « Mouvement de masse » (Masovni Pokret, plus connu sous sa dénomination contracté « Maspok ») croate par analogie au Printemps de Prague. Le Maspok a été réprimé mais une bonne partie des revendications nationales qu’il portait a été intégrée dans la Constitution de 1974.

26  Dernière année de Collège.

27  Titre d’autorité politique et militaire du Saint Empire Romain et Germanique, puis d’Autriche et Hongrie, qui représentait un office où l’on était nommé ou révoqué, et non un rang aristocratique héréditaire.

28  Homme politique hongrois, qui a été ban de Croatie pendant vingt ans (1883-1903) et deux fois premier ministre de Hongrie avant la Première Guerre mondiale.

29  Ce spomendan est célébré chaque année le dimanche le plus proche du 15 mai.

30  Danas, 22.05. 1990, p. 21.

31  Jutarnji list, 27.10.2007, voir le texte en ligne :

http://www.jutarnji.hr/clanak/art2007,10,27,bleiburg_goldstein,95851.jl

32 Vjesnik, 12 mai 1997, p. 2.

33 Monnaie croate. 500 000 kuna équivaut à environ 63 000 €.

34  Environ 12 600 €.

35  Voir Novi List, 16 et 21 avril 2008.

36  Un des dirigeants de premier plan du Parti Social-Démocrate estime que « Mesic a lui aussi considéré la possibilité de se rendre à Bleiburg, mais il a abandonné l’idée sous la pression de ses conseillers. C’est pourquoi il est si opposé à nos initiatives, parce que s’il changeait d’opinion, Mesic perdrait une partie de sa crédibilité ».

Voir http://www.nacional.hr/clanak/48384/komemoracija-u-teznom-umjesto-na-bleiburgu

37  Zora Dirnbach, ancienne journaliste et scénariste, membre de la Communauté juive de Zagreb, http://www.nacional.hr/clanak/48384/komemoracija-u-teznom-umjesto-na-bleiburgu

38 http://www.javno.com/hr-hrvatska/ivo-goldstein-nece-ici-u-bleiburg_177999

39  L’extermination planifiée des Serbes, des Roms et des Juifs qu’organisaient les autorités de l’État Indépendant de Croatie sur son territoire est d’une tout autre nature que les crimes imputés aux Tchetniks et, depuis la fin des années 1980, aux Partisans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dejan Dimitrijevic, « Le procès d’Andrija Artukovic, un événement oublié », Socio-anthropologie, 23-24 | 2009, 7-39.

Référence électronique

Dejan Dimitrijevic, « Le procès d’Andrija Artukovic, un événement oublié », Socio-anthropologie [En ligne], 23-24 | 2009, mis en ligne le 29 juin 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1247

Haut de page

Auteur

Dejan Dimitrijevic

Université de Nice-Sophia Antipolis, CIRCPLES (EA 3159)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org