Navigation – Plan du site

La quête de la nation grecque moderne et le « cas grec » comme un cas paradoxal de la construction du fait national contemporain

Vassilis Gounaris et Yannis Frangopoulos
p. 115-153

Texte intégral

  • 1  Provenant du verbe latin nascor.

1La discussion en français de la constitution de la nation grecque moderne est en soi un problème. En grec il n’y a pas un terme largement compréhensible et admis qui corresponde au terme français « ethnie » ou bien au terme anglais « ethnic »; tandis que le terme ethnos (έθνος) [ensemble homogène] est utilisé actuellement dans la langue parlée comme équivalent du terme « nation »1. Pourtant ce dernier terme pendant des siècles entiers, du Moyen Age jusqu’à l’époque des lumières, se traduisait en grec par le terme étymologiquement équivalent genos (γένος), un mot dont la traduction exacte contient des éléments de « race ». Le problème en réalité est encore plus compliqué que sa traduction. Indépendamment du sens que les termes genos et ethnos ont signifié dans le temps, de la fin du XIXe au XXIe siècle, les Grecs ont formulé leur identité sur la base du principe du nationalisme ethnique : la colonne vertébrale de la nation consistait en l’idée d’une continuité ininterrompue de l’époque antique à nos jours. L’usage politique de l’histoire a créé deux problèmes relatifs et aigus : la confrontation de l’identité religieuse orthodoxe à la qualité du citoyen grec et l’essai du contrôle de l’histoire comme manière de résoudre des questions politiques et diplomatiques. Ici, nous essayerons d’un côté de présenter les racines historiques des ces sujets idéologiques et de montrer de quelles manières l’histoire est imbriquée aux questions politiques actuelles de la Grèce, afin de justifier et de donner de l’importance à certaines positions politiques.

  • 2  A.E.Vakalopoulos, Ιστορία του Νέου Ελληνισμού [Histoire du hellénisme modern], vol. 1 (Thessalonik (...)

2Dans l’historiographie grecque contemporaine, le débat de savoir si les racines du nationalisme grec moderne se trouvent à la fin du Moyen-Âge et à l’aube des temps modernes (XIVe-XVe s.) ou bien à l’époque des lumières grecques, à la fin du XVIIIe siècle, est encore vivace. Mis à part les aspects politiques que cette problématique engendre de nos jours, le fait est que les deux propositions comportent autant d’aspects convaincants que de faiblesses. Le recours au nationalisme grec au XIVe siècle correspond au recours aux nationalismes occidentaux de la même époque. La renaissance des arts et des lettres n’est pas observée uniquement sur la péninsule italienne mais également en Méditerranée orientale, où le retour à la culture de l’Antiquité a mis en valeur les lettres grecques et les anciens Grecs. La langue grecque n’a d’ailleurs jamais été perdue. La quatrième Croisade, la conquête latine de la péninsule grecque, l’islamisation d’une partie de l’Asie Mineure et la progression des Ottomans dans les Balkans (après la seconde moitié du XIVe siècle) ont crée des conditions de regroupement équivalentes, ou même plus importantes, à celles de la Guerre de Cent ans. Le fait est que pendant cette période, les usages positifs du terme « Hellène » (Έλλην) se sont considérablement multipliés en opposition aux termes « Francs » et « Turcs ». L’Hellène n’était plus seulement l’idolâtre. En Occident, l’usage du terme « Grec » s’intensifie. Les grécophones orientaux ne pouvaient pas être Romains, car ils n’étaient pas catholiques romains2.

  • 3  A.E. Vakalopoulos, op.cit., pp. 53-61.
  • 4  S.Xydis, « Medieval Origins of Modern Greek Nationalism”, Balkan Studies, 9 (1968), 1-20. Cf. E.J. (...)

3C’est également un fait que la religion chrétienne grecque orthodoxe constituait le point de cohésion le plus essentiel, tant sur la péninsule grecque, qu’en Asie Mineure, espace dans lequel la langue grecque cohabitait avec plusieurs autres langues. En ce sens, le genos des gens pouvait être soit hellénique, soit chrétien, soit les deux à la fois, selon le sujet et les circonstances. Evidemment, il est faux de généraliser la popularité des attributs « helléniques », qui proviennent des sources savantes, et d’occulter la prédominance continue du terme Romios (Ρωμιός) ou Romain. Il serait également faux d’ignorer complètement, ou de ne pas prendre en compte tout du moins, la formulation d’une nouvelle littérature populaire grecque à l’époque de la conquête franque de l’Orient; elle témoigne de la survivance de la mémoire d’Achille, d’Alexandre le Grand ou encore d’Aristote dans de larges couches de la population3. Ces caractéristiques nous permettent de parler facilement d’un cas de « protonationalisme »4. Personne néanmoins ne savait quelle forme aurait pu prendre ce phénomène aux siècles suivants, puisque l’État qui allait engendrer cette idéologie a été définitivement aboli par les Ottomans, et sa dynastie a disparu aux confins de l’Europe.

  • 5  V.K.Gounaris, Τα Βαλκάνια των Ελλήνων. Από το Διαφωτισμό έως τον Α΄ Παγκόσμιο Πόλεμο [Les Balkans (...)

4La coexistence de diverses formes du terme genos a perduré durant toute l’époque ottomane, avec tout le flou de son contenu qui s’intensifiait par l’usage officiel du terme Rum [Romains] pour tous les chrétiens orthodoxes sujets du Sultan. Il existe une multitude de témoignages qui prouvent qu’à chaque époque, suivant leur position géographique, les populations avaient la capacité de distinguer non seulement les nations (genos) européennes (qui avaient entre-temps créé des États), mais également les peuples de l’Empire Ottoman. Le fait qu’ils ignoraient le passé historique de ces peuples – tout comme le leur d’ailleurs – ainsi que la géographie des régions qu’ils habitaient, n’a pas tant d’importance. La vaillance, la lâcheté, la beauté et la perfidie, tout autant que leur langue, étaient les attributs inhérents à ces peuples. Ils témoignent de représentations collectives acquises et de stéréotypes locaux, très présents dans les chansons populaires. Mais il apparaît qu’une hiérarchie culturelle permanente de ces nations ne semble pas encore avoir pris forme5.

  • 6  P.M. Kitromilides, « ’Balkan Mentality’ : History, Legend, Imagination », Nations and Nationalism,(...)
  • 7  P.M. Kitromilides, « In the Pre-Modern Balkans : Loyalties, Identities, Anachronisms”, in D. Tziov (...)

5La langue était donc la seule différence significative dans un monde où les religions façonnaient les mentalités communes de base et définissaient le temps et l’espace6. Cependant, cette distinction ne signifie en aucun cas que les populations partageaient une identité ethnique, comme celle qui caractérise aujourd’hui les États pluriethniques de l’Orient et de l’Occident7. Il n’y a aucune analogie entre les grécophones de l’Empire Ottoman et ceux de la communauté grecque du quartier d’Astoria à New York. Très peu de gens partageaient un « mythe de l’origine commune », tandis que l’origine, d’une île de la mer Egée par exemple, était un lien beaucoup plus important que la grécophonie. Les grécophones catholiques ou islamisés étaient exclus par définition du genos. Même si ce terme n’était pas exactement synonyme de la notion d’hellénisme, il le recouvrait dans toute son extension et sa profondeur.

  • 8  Dorotheos [Pseudo], Mitropolitis Monemvasias, Βιβλίον ιστορικόν περιέχον εν συνόψει διαφόρους και (...)
  • 9  K.T. Dimaras, Νεοελληνικός Διαφωτισμός [Les Lumières grecques – modernes], Athènes, 5ème edn. 1989 (...)

6En réalité, la perception des grécophones au sujet des origines grecques anciennes n’avait pas cessé. Au contraire, les « Hellènes » ont systématiquement argumenté qu’ils étaient issus d’un genos distinct de l’œcuménisme grec orthodoxe, descendant eux en ligne direct des Grecs Anciens. Dans la préface d’un texte de 1631 l’éditeur incitait tous les Hellènes et Chrétiens Orthodoxes à acheter son livre, Hellènes de genos et Chrétiens orthodoxes de foi8. D’ailleurs, à l’époque de l’imprimerie, les publications grecques de toutes sortes se sont considérablement multipliées. Parmi ces publications, exceptionnellement populaires durant les XVIIe et XVIIIe siècles, « le livret d’Alexandre le Grand » était une lecture populaire d’aventures9.

  • 10  C. Angelos, Εγχειρίδιον περί της καταστάσεως των σήμερον ευρισκομένων Ελλήνων, [Manuel concernant (...)
  • 11  C. Maltezou, « Οι έλληνες μέτοικοι στη Βενετία μετά την άλωση. Ταυτότητα και εθνική συνείδηση » [L (...)
  • 12  D. Tsourka-papastathi, Η ελληνική εμπορική κομπανία του Σιμπιού Τρανσυλβανίας 1636-1848. Οργάνωση (...)

7Dans les colonies grecques de l’Occident, les choses étaient plus concrètes. Au début du 17e siècle, en Bretagne, Christophore Angelos s’était autoproclamé « hellène » et intitula son livre Manuel de la situation actuelle des Hellènes d’aujourd’hui (1619)10. À Venise, dès la deuxième décennie du 16e siècle, existaient des éléments statuant que les Serbes n’étaient pas membres de la « nazione greca », malgré leur adhésion à la fraternité grecque11. Pour cette raison, la fraternité s’appelait désormais « della nazione greca e serva ». Ce constat s’harmonise parfaitement avec celui de Despoina Papastathis à propos de la Compagnie commerciale grecque de 1636 à Sibiu, Transylvanie. Les « négociants Romains » se distinguaient des Valaques des principautés danubiennes, des « Arvanites » (Albanais), des Serbes et des Bulgares, même si ces derniers étaient acceptés par la Compagnie12. Ainsi, autour et en dehors de l’empire Ottoman, notre genos se traduit par « nation », les « Hellènes » par « Grecs » (Greci, Greeks), tandis que les « Romains » (Ρωμιοί) dans certains textes grécophones, sont différents du reste des Orthodoxes, qualitativement supérieurs en tout cas.

  • 13  C. Papastathis, « Un document inédit de 1726-1727 sur le conflit hellèno-serbe concernant la chape (...)
  • 14  Chant liturgique chrétien dont la traduction est « Seigneur aie pitié », pour l’Église orthodoxe, (...)
  • 15 Εphimeris, L. Vranousis (ed.), Athènes, 1995, vol. 1, (31 jan. 1791), 50.
  • 16  I. Papandrianos et V.Kovalevic, « ΣυμβολήστηνιστορίατηςελληνικήςκοινότηταςτουΣεμλίνου. Πέντε ανέκδ (...)
  • 17 Εphimeris, 1, (4 fev. 1791), 52. P. Adler, « Nation and Nationalism among the Serbs of Hungary, 179 (...)

8Au cours du XVIIIe siècle les différences ne se font plus seulement au niveau théorique. Un conflit au sujet de la langue de la liturgie a éclaté en 1726 à Vienne entre « Serbes » et « Romains »13. Ce n’était que le commencement, mais en 1791 les différences étaient déjà visibles dans les rubriques du journal grécophone de Vienne. À Novi Sad, les Serbes, jaloux du progrès et de la réputation de « l’école romaine » ont exigé que même le « Kyrie Eleïson »14 soit chanté en serbe15. En 1793, à Zemun, une querelle a éclaté entre les Serbes et les communautés « Hellène » et « Valaque » au sujet, entre autres, de la langue de la liturgie16. La même année, à Novi Sad, des sujets Romains et Valaques ont demandé au prélat orthodoxe, en accord avec l’ordonnance de tolérance de Joseph II (1781), que tout genos puisse prier selon son dogme et dans sa propre langue17.

  • 18  R. Velestinlis, Άπαντατασωζόμενα [Oeuvres complètes], P. Μ. Κitromilides (ed.), vol. 5, Athènes, 2 (...)
  • 19  Dimaras, op.cit., pp. 301-389.

9Ces querelles n’étaient évidemment pas que des sujets de sensibilité linguistique puisque, à la fin du XVIIIe siècle après la Révolution française, l’idée d’un État grec a été émise pour la première fois. Cependant, la forme et les conditions n’avaient pas encore été clarifiées. Selon Rigas Velestinlis, un révolutionnaire avant-gardiste, la langue grecque constituerait simplement une partie de la haute culture d’un État démocratique constitutionnel qui allait supprimer la tyrannie du sultan. Tous les peuples balkaniques auraient leur place dans cet État, indépendamment de leur langue et de leur religion18. Mais Rigas a disparu trop tôt (1798) ; ses idées, profondément modifiées, ont survécu. Les idées émises par Adamantios Korais (médecin de la diaspora grecque ayant vécu en France à l’époque de la Révolution) étaient plus influentes. Korais et son entourage ont mis en avant la nation hellénique, à la place des bavardages inutiles au sujet du genos des Romains. Même si au départ il n’était pas spécifié si cette nation devait être nommée hellénique ou grecque, selon la conception occidentaliste de Korais, ce qui était néanmoins certain était que cet État-nation serait grécophone, que son origine serait grecque ancienne, que sa langue serait le grec pur, et que sa religion serait chrétienne orthodoxe19. Finalement le terme « hellène » a survécu, puisqu’il exerçait historiquement une fascination tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du pays. Ceci ne signifie cependant pas que la population était plus familiarisée avec ce terme, ni que les appellations « Romains » et « Grecs » (Γραικοί) ont immédiatement disparu. En tout cas, les noms provenant de la Grèce Antique ont rapidement gagné du terrain au détriment des noms chrétiens.

  • 20  Απολογία ιστορική και κριτική υπέρ του ιερού κλήρου της Ανατολικής Εκκλησίας κατά των συκοφαντιών (...)

10Le combat pour la langue avait peut-être déjà été gagné, tout du moins au niveau des impressions, mais la communauté religieuse demeurait un héritage non négligeable. Au début du XIXe siècle, la différenciation linguistique, qui n’était pas encore accomplie, et la religion commune, donnaient encore la possibilité d’argumenter que les nations contemporaines coexistaient avec la nation chrétienne unique. Un sage écrivait : « Les Grecs, les Bulgares, les Valaques, les Serbes et les Albanais constituent en ce jour des nations, où chacun parle sa propre langue. Cependant, tous ces peuples et tous ceux qui habitent l’Orient, unis par la foi et l’église, constituent un corps et une nation, un seul sous le nom de Grecs ou Romains. » L’administration ottomane les appelait tous « Romains » (Rum), mais quant elle s’adressait à chacun en particulier, elle utilisait son propre nom d’origine20.

  • 21  I. Koliopoulos, Η « πέραν » Ελλάς και οι « άλλοι » Έλληνες : Το σύγχρονο ελληνικό έθνος και οι ετε (...)
  • 22  Cf. P. Matalas, Έθνος και Ορθοδοξία. Οι περιπέτειες μιας σχέσης. Από το « ελλαδικό » στο βουλγαρικ (...)

11Il est évident que la différenciation n’était pas profitable d’un point de vue religieux. L’œcuménisme du Patriarcat de Constantinople, qui se référait au passé moyenâgeux de l’empire byzantine, ne voulait et ne pouvait pas accepter ce morcellement. Mais elle n’était finalement pas non plus profitable au nouvel État grec qui, à sa première constitution, définissait comme « hellène » chaque autochtone chrétien. Comment pourraient alors être exclus de cette nation les guerriers albanophones Souliotes (bien connus pour leur sacrifice en faveur de l’indépendance grecque) ou les catholiques romains habitants des îles de la Mer Egée ? Quelles pourraient être les possibilités d’extension de cet État, si seuls les grécophones se légitimaient comme étant Grecs ? Le caractère grec de l’État, qui était la clef du succès révolutionnaire et le pont avec l’Europe philhellène, constituait un obstacle formidable pour la Megale Idea (« Grande Idée ») de la nouvelle nation. La « Grande Idée », ou la vision irrédentiste grecque, considérait comme gens « de même origine » (ομογενείς) non seulement les grécophones mais également les plupart des co-religionnaires Orthodoxes de l’empire Ottoman dans les Balkans et au Moyen-Orient21. Ce point de vue n’était pas si audacieux. La Grèce, même si elle était fondée sous de strictes normes scientifiques et européennes, se devait d’être, dans les faits, hospitalière et tolérante. Son drame était que sa flexibilité idéologique lui permettait de s’affilier avec des peuples de langue étrangère à l’extérieur de ses frontières, alors qu’à l’intérieur se prolongeait dangereusement la confrontation entre une culture étatique pro-occidentale et la tradition orthodoxe grecque, elle-même étroitement liée à la politique russe et aux souvenirs byzantins et post-byzantins. La reconnaissance non immédiate par Constantinople de l’église autonome grecque était une part du même drame22.

  • 23  K. Paparrigopoulos, Ιστορία του ελληνικού έθνους [L’histoire de la nation grecque], vol. 3-5, Athè (...)
  • 24  S. Zambelios, Άσματα δημοτικά της Ελλάδος εκδοθέντα μετά μελέτης ιστορικής περί Μεσαιωνικού Ελληνι (...)

12Le rapprochement entre le passé grec ancien et le présent grec moderne contesté a été entrepris dès la deuxième moitié du XIXe siècle, après l’affolement provoqué en Grèce par la théorie de Jakob Philipp Fallmerayer, qui a soutenu que le lien racial avec la Grèce Antique a été rompu par les invasions slaves du Moyen-âge. Le professeur d’histoire Constantin Paparrigopoulos et le sage Spyridon Zambelios ont apporté la solution. Le premier, dans ses nombreux ouvrages historiques et par l’hellénisation de l’histoire byzantine, a regroupé l’unité indissoluble de la nation grecque depuis l’Antiquité, et il a implicitement accepté que cette continuité historique fût également raciale. L’historicisme prématuré, à la fin de la période byzantine, a été surestimé et interprété de manière similaire23. Le second (Zambelios) a proposé pour la première fois le terme hybride « helléno-chrétien » (ελληνοχριστιανικός), terme si arrangeant qu’il a engendré une multitude de nouvelles idéologies24. Des études sur la continuité de la tradition populaire, du folklore, ont complété ce schéma. Les références au genos sont devenues plus rares. Le terme « ethnos » (έθνος) a dominé et a donné une multitude de dérivés à la langue grecque moderne et une multitude de fables idéologiques à la culture politique grecque. À l’abus du terme genos, a succédé l’abus du terme ethnos.

  • 25  B.C. Gounaris, « Constructing and De-constructing a Common Balkan Past in Nineteenth Century Greec (...)
  • 26  Gounaris, Τα Βαλκάνια, pp. 34-47.

13Mais l’hellénisation de l’époque byzantine et la meilleure connaissance de celle-ci ont eu un effet irréparable. Les ouvertures vers les populations coreligionnaires des Balkans ont été définitivement fermées, parce que tous les Grecs ont appris que ces peuples slaves étaient depuis toujours des ennemis de la nation grecque. L’époque où les « philo-orthodoxes » essayaient de convaincre les Bulgares et les Roumains qu’ils étaient en fait d’origine grecque antique et qu’ils devaient vivre à nouveau dans le cadre d’un nouvel empire Grec était révolue25. Les Bulgares et les Roumains luttaient désormais, tout comme les Grecs d’ailleurs, pour créer des appuis nationaux dans le reste des provinces européennes de la Sublime Porte, et plus particulièrement en Macédoine, qui tôt ou tard allait être perdue. Des peuples, qui d’après les critères grecs étaient des nations illégitimes, des artifices des Puissances modernes, osaient l’inimaginable : offenser les droits historiques grecs. Ce retran-chement avait des aspects positifs : la nouvelle nation connaissait enfin ses frontières et ses ennemis. L’éducation publique a été essentiellement consacrée à la diffusion de cette histoire nationale spécifique. Bien que « l’allophonie » ait été tolérée dans la Grèce du XIXe siècle, il était généralement convenu, qu’à un certain moment, l’hellénisation linguistique serait accomplie. Des associations puissantes ont consacré des subsides considérables pour diffuser l’histoire et la langue grecques en dehors des frontières de la Grèce, là où le nouveau nationalisme n’avait pas encore été enraciné, et là où la conscience nationale des habitants, même sous pressions, était flexible26.

  • 27  B.C. Gounaris, « Social Cleavages and National ‘Awakening’ in Ottoman Macedonia”, East European Qu (...)

14La condition au regroupement de plus de coreligionnaires dans la nation grecque était désormais l’acceptation de la diversité linguistique. Mais, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les données avaient changé. La conception, de source française, que la volonté des gens détermine leur ethnicité convenait à la politique étrangère de la Grèce envers ses voisins du Nord. En réalité, cette conception se confrontait d’une part à la réserve vis-à-vis de tout ce qui était slave, et d’autre part à l’idée que la grécophonie était une condition nécessaire pour être Grec. En Macédoine, tout comme les Bulgares avant eux, les Grecs ont exploité leur position sociale supérieure pour influer sur l’orientation nationale des populations slavophones et vlachophones. Néanmoins, il est faux de percevoir les camps nationaux de cette époque comme des groupes ethniques distincts, au sens actuel du terme. Tout comme par le passé, la religion régissait encore le cadre d’activité des populations27.

15Notamment en Macédoine, sous occupation ottomane, l’importance du critère linguistique était complètement sous-estimée en comparaison, par exemple, à celui du village d’origine. Il s’agissait plutôt des partis politiques qui négociaient leurs votes au profit de l’une ou de l’autre nation, sous l’influence d’une élite érudite. Dans cette lutte, la Grèce avait pour atout le prestige qu’a exercé de tout temps l’éducation grecque sur les populations en ascension économique et sociale. Dans les faits, seule la grécophonie, ou à la rigueur le bilinguisme, garantissait désormais l’accès définitif à l’identité nationale, et non plus seulement l’intention ou les actes. L’albanophonie des combattants Souliotes de 1821 était oubliée. Même la Grèce de l’Entre-deux-Guerres croyait que sa priorité était l’hellénisation linguistique ; le cas échéant, l’alternative était alors l’expatriation volontaire. Les échanges réciproques de populations qui ont suivi la Première Guerre mondiale ont montré que, sous les conditions du nouveau nationalisme, il n’y avait pas de marge d’assimilation pour les populations de langue différente et à l’histoire incertaine. Pour ces mêmes raisons, tout du moins au début du XXe siècle, des efforts scientifiques importants ont été entrepris afin de consolider non seulement les limites de la Macédoine grecque mais également son passé historique. Les Slaves représentaient un danger permanent et, dans ce cadre, l’idée de leur assimilation raciale par les Grecs, comme exprimée par Paparrigopoulos, a atteint ses limites, malgré l’accent mis simultanément sur le sentiment et la décision personnelle.

  • 28  D. Tziovas, The Nationism of the Demoticists and Its Impact on their Literary Theory, 1888-1930, A (...)

16Il est cependant intéressant de constater que le « genos romain », grâce à la politique, a survécu en tant qu’idéologie. Certes, il ne s’agissait pas de quelque chose de fondamen-talement différent de la nation grecque. Il a survécu à la rivalité entre la nouvelle identité élitiste hellénique, et l’héritage venu de l’Orient orthodoxe, comme décrit durant la première moitié du 19e siècle. Cette rivalité a continué à plusieurs niveaux. Qui étaient les alliés naturels de la Grèce ? Les peuples orthodoxes de l’Orient ou Protestants et Catholiques de l’Occident, qui affaiblissaient l’unité orthodoxe par la diffusion du nationalisme ? Quelle devrait être sa politique étrangère ? La soumission aux règles des Puissances européennes ou l’irrédentisme pour le compte des gens du même genos et de même religion ? Quelles étaient les priorités dans le processus de modernisation ? Le néoclassicisme ou le maintien de la tradition populaire ? Quelle était la langue du peuple grec ? La langue littéraire (katharevousa) ou la langue populaire (démotique) ? La question linguistique a pris de l’ampleur et a duré plus que prévu, presque jusqu'à la fin du XXe siècle. Mais, dans tous les cas, les rivalités politiques soutenaient la querelle entre l’Hellénisme et la Romanité ou Romiosyni (Ρωμιοσύνη)28.

17À partir de la fin du XIXe siècle, l’apologie de la position de Romiosyni a été reprise par les socialistes, qui continuèrent à soutenir l’idée d’une confédération balkanique, alors que le nationalisme grec pointait l’Acropole, c’est-à-dire l’Antiquité. La langue démotique (populaire) et tous les composants de la Romiosyni ont été sous-estimés à cause de cette relation, et plus encore quand le Parti Communiste Grec s’est rattaché à la politique de l’URSS, peu profitable pour la Grèce.

  • 29  A. Smith, The Ethnic Origin of Nations, Oxford & Cambridge, 1986, pp. 144-9.

18De l’autre côté, la culture de la Grèce Antique et la langue littéraire (katharevousa) sont devenus les étendards des forces politiques conservatrices, qui avaient tout intérêt à sous-estimer le rôle du citoyen et de ses droits par rapport aux intérêts nationaux. Les règles du XVIIIe et du début du XIXe siècle se sont inversées : la vision éclairée n’était plus aux mains des forces libérales. Désormais, cette vision était administrée par les militaires, les dictateurs et la Droite grecque. Ils ont trouvé dans l’histoire ancienne et dans l’idée du « christianisme hellénique » une curatrice arrangeante, attrayante et favorable. Il est cependant important de noter que, bien que la gauche grecque continuât à lutter contre la conception occidentaliste aux niveaux politiques et culturels (spécialement quand le pro-occidentalisme grec s’est identifié aux USA), elle n’a pas touché l’histoire. D’un point de vue politique, il était plus dangereux que l’opposition à l’ordre social. « L’helléno-christianisme » de Zambelios et le schéma de Paparrigopoulos n’ont jamais été contestés quant à leur essence mais seulement pour leur usage idéologique. De même, la confusion au sujet des origines anciennes des Grecs a perduré sans aucune objection. Il est toujours et encore admis dans la science occidentale contemporaine que la Grèce dispose de liens ethniques par excellence avec l’Antiquité. Cette position justifie ainsi la théorie de Smith, que le noyau ethnique puissant aide à la création de l’édifice étatique, mais réintroduit le nationalisme par la porte arrière29.

19C’est exactement ce que croient les plus fervents partisans du nationalisme ethnique. L’histoire de la nation grecque ne pouvait avoir d’autres alternatives. Ceci constituerait la négation des arguments qui avaient justifié sa fondation, de même que son prestige international (spécialement dans les Balkans) qui garantit la reconnaissance des origines antiques. Ceci constituerait également, et c’est là peut-être le plus important, la contestation du lien historique qui caractérise la société grecque, faute de confiance dans les institutions étatiques.

Le « cas grec » : cas paradoxal de la construction du fait national contemporain

20Suite au traitement du nationalisme et de la constitution de la nation grecque moderne par l’approche historique de B. Gounaris, la présente partie de l’article propose une analyse concentrée sur l’actualité du phénomène national dans la réalité grecque contemporaine. Parler de la constitution des identités et du phénomène national en Grèce ne constitue sans doute pas une approche innovante. Néanmoins, parler du « cas grec » comme d’une situation paradigmatique de la construction du fait national représente bien une nouveauté, et c’est exactement sur cet aspect que l’article propose de se pencher.

Quelques remarques théoriques sur le nationalisme et le « cas grec »

21Il semble qu’il existe deux niveaux d’analyses socio-anthropologiques sur la question nationale contemporaine que l’on essayera d’étayer par la suite. Pour le premier, il serait utile de se référer empiriquement aux composantes actuelles du phénomène national et à ses manifestations dans la vie quotidienne. Pour le deuxième, il serait nécessaire d’appliquer une approche plus théorique du devenir contemporain de la notion de même État-nation à travers la littérature internationale, qui fleurit abondamment ces dernières années à propos de cette question. Cette contribution s’articule autour d’une hypothèse centrale qui concerne ce qu’on a appelé auparavant le « cas grec ». Pour la littérature internationale spécialisée, le phénomène national apparaît en général avec la « modernité », période qui définit un moment historique central faisant la jonction entre deux autres phases historiques des sociétés, la période pré-moderne et la période actuelle qui est fréquemment qualifiée de post-moderne. Chacune des trois périodes spécifiques portent des caractéristiques sociopolitiques distinctes. Pour notre hypothèse, en revanche, le « cas grec », c’est-à-dire l’éclosion de l’identité nationale et le développement de l’État-nation en Grèce, se révèle une conjonction idéal-typique des caractéristiques de trois phases historiques évoquées : du pré-moderne au « post-moderne », en passant par la période moderne proprement dite.

  • 30  Voir Giddens cité par Demertzis, N., « Le nationalisme comme idéologie », Actes du colloque scient (...)
  • 31  Système de coopératives de production créé et géré par les membres des communautés locales qui jou (...)
  • 32  Milios, Y., « La formation de la nation grecque et de l’Etat moderne comme processus d’homogénéisa (...)

22Durant la phase pré-moderne, se définissent les caractéristiques constitutionnelles de l’exercice du pouvoir national30 à travers la notion de limites territoriales (frontiers), qui demeurent peu précises, tandis que l’attribut absolu de frontières (borders) caractérise la phase suivante, c'est-à-dire la modernité. Concernant les caractéristiques structurelles économiques et sociales de la phase pré-moderne, mentionnons à propos de l’espace grec durant la période ottomane (du XIVe à la fin du XIXe siècle) l’existence du « système communautaire »31 d’autonomie interne des communautés chrétiennes asservies. Lors de cette phase, les rapports de production campagnards dominants organisés sur base du travail dans de grandes propriétés foncières, rapports définis par l’analyse marxiste comme le « mode de production asiatique », entrent dans un processus de déstabilisation et de dissolution déjà à partir du XVIIe siècle32. Au niveau idéologique, on pourrait remarquer qu’à l’âge pré-moderne la classification sociale dominante s’opérait sur base de la différence religieuse, et ce, tant en Occident, à l’époque des premiers royaumes féodaux, qu’en Orient. Toutefois, il existait parallèlement à cette stratification confessionnelle une multitude d’identités locales.

  • 33  Voir Breuilly et Mann cité par Mc Crone, D., « La sociologie du nationalisme », Athènes, Ellinika (...)
  • 34  Voir Anderson cité par Chatzopoulos, M., « Nation et nationalisme », Elliniki Epitheorissi Politik (...)
  • 35  Anderson, B., « Les communautés imaginaires : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme  (...)
  • 36  Gellner, E., « Nations et nationalisme », Athènes, Alexandria, 1992 [1983], (en grec), et Hobsbawm (...)

23Concernant la phase moderne, les théoriciens soulignent les causes politiques qui favorisèrent son avènement. Le nationalisme, qui constitue pour ces derniers une théorie d’intégration politique et sociale des populations européennes, s’est épanoui grâce à la demande de démocratisation33. Au niveau constitutionnel, suivant l’avis du courant moderniste34, le nationalisme et son produit institutionnel, l’État-nation, constituent une construction du XVIIIe siècle mise en place par les élites lettrées, qui cherchaient à homogénéiser des peuples différents en un ensemble national et uni au travers de mécanismes bureaucratiques. Au niveau idéologique, l’accent est mis sur rôle de la langue la diffusion de l’imprimerie, qui a été favorisée par le capitalisme, et de la formation de « communautés imaginaires »35. Au niveau politique, le libéralisme a octroyé pour la première fois des droits politiques aux citoyens. Au niveau socio-économique, l’idéologie du nationalisme a été érigée comme une condition de l’organisation du travail coïncidant avec l’émergence du capitalisme industriel36.

  • 37  Milios, Y., op. cit. p. 284.
  • 38  L’élite lettrée de l’administration byzantine qui survécut à l’Empire byzantin grâce au rayonnemen (...)
  • 39  Hobsbawm, E. J., 1962, cité par Milios, Y., op. cit. p. 288.

24Dans l’espace grec, la période de la modernité se prépare à travers la crise du mode de production asiatique dans la seconde moitié du XVIIe siècle37. Le capitalisme marchand de longue distance subsume le système communautaire d’organisation du travail pour imposer de nouveaux rapports de production tandis que se propagent en même temps des idées libérales auprès de bourgeois, d’artisans et d’agriculteurs, qui se soumettent à leur tour au capital marchand. Ces idées ont été adoptées par les intellectuels et une partie de Phanariotes38 dans le cadre de l’« idée nationale » de l’hellénisme et de la stratégie pour la création d’un État-nation indépendant. Par ailleurs, l’hellénisation linguistique des classes commerçantes de l’Empire ottoman39 et la propagation des idées des Lumières ont également contribué à la maturation de l’idée d’un État national grec.

  • 40  Kotios A., Tselios B., « Mondialisation, nouvelle économie et développement régional », Série dar (...)

25La « post-modernité », enfin, se définit par le phénomène de la mondialisation, qui concerne tant une nouvelle réalité économique qu’une nouvelle réalité politique et culturelle, celle de la libre circulation des capitaux, des personnes et des idées à l’échelle mondiale. Au niveau économique, l’« économie nouvelle »40, concerne une série de caractéristiques comme l’internationalisation de la production, le commerce international des biens et de services en croissance, l’intégration des marchés monétaires et des capitaux, etc. Au niveau politico-constitutionnel, il existe un débat sur la dévaluation de l’État-nation en rapport au renforcement concomitant d’organisations supranationales et régionales (p.e. U.E.). Mais également, on constate l’émergence d’organisations de société civile. Au niveau culturel et idéologique, il existe d’une part une atmosphère répandue de libéralisme, de cosmopolitisme et de multiculturalité alors que d’autre part, il existe un renforcement des identités locales.

26Quels sont alors les éléments du « cas grec » qui témoignent l’impressionnante articulation et la coexistence conflictuelle des éléments pré-modernes, modernes et post-modernes de l’identité et du phénomène national-ethnique ? Pour répondre à cette question, nous nous servons d’illustrations constituées par des phénomènes socioculturels grecs contemporains. Ceux-ci dans la mesure qu’ils constituent notre univers « quotidien » mais pas pour autant privés des aspects nécessitant l’analyse, constituent ainsi notre cadre d’analyse empirique.

Phase pré-moderne

27En ce qui concerne les conflits idéologiques se rapportant à la phase pré-moderne, nous mentionnons l’idéologie des néo-orthodoxes et leur opposition avec ceux qu’ils appellent de manière méprisante les Euro-ligourides, c'est-à-dire ceux qui désirent sans mesure l’Europe ou les « désireux d’Europe ».

  • 41  Just, R., « Triumph of the Ethnos » in M. Chapman, M. Macdonald and E. Tonkin (eds) History and Et (...)
  • 42  Voir 16-11-2008, « Romanité et identité grecque moderne », (en grec), accès électronique au site i (...)

28Le courant néo-orthodoxe apparaît après la chute de la dictature des colonels, lors de la restauration de la démocratie en 1974. Ce mouvement recherche les racines de l’identité grecque moderne dans la tradition orthodoxe de Byzance. Il se présente plus largement comme une philosophie politique et un mode de vie affichant une identité en dialogue avec le marxisme au sujet des débats socioculturels et politiques menés dans un pays traumatisé par une dictature nationaliste ayant succédé à l’instabilité des régimes royalistes de droite soutenus par les États-Unis. Cette idéologie se fonde sur l’orthodoxie grecque et l’identité de la romanité byzantine et post-byzantine. Elle s’oppose à la « grécité » et au culte de l’antiquité grecque, qui furent les éléments fondateurs de l’État grec moderne à la moitié du XIXe siècle. Cette querelle entre Romains et Grecs remonte en fait à la fondation même de l’État grec moderne en 1830, comme nous le disions dans la première partie de l’article. Que signifiait et que signifie encore pour les néo-orthodoxes la confrontation entre la « romanité » et la « grécité », l’opposition de Byzance à l’Antiquité ? Cette friction renvoie au conflit des autochtones et des allogènes pendant la constitution de l’État grec moderne dans l’Assemblée nationale de 1843. Les autochtones ayant l’appui des grandes puissances ont refusé de reconnaître comme Grecs les chrétiens ayant pris part à la guerre de libération, mais qui vivaient encore sous le joug ottoman, restreignant ainsi le droit d’être grec aux seuls habitants du nouvel État né dans la presqu’île du Péloponnèse. D’après les néo-orthodoxes, l’hellénisme s’est vu réduit au « culte » de l’Antiquité grecque et de la langue grecque classique. Cette vision obtuse de l’appartenance nationale a produit l’idéologie du « sang grec », qui signe l’appartenance à la nation41. Alors que les néo-orthodoxes voyaient l’hellénisme comme l’héritage de tous tant dans les Balkans qu’en Asie Mineure sous l’égide du Patriarcat de Constantinople et d’une culture grecque plus ample42.

  • 43  Voir Ios, (19-11-1995), « Les contestataires arrivés d’ailleurs », Elefterotypia tis Kyriakis, (en (...)

29Les Euro-ligourides représentent ceux qui sont accusés de s’incliner servilement devant la puissance économique et les ordres politiques de l’Europe occidentale, réalité qui s’illustrerait à travers l’intégration de la Grèce à l’Union européenne dès 1981. On peut penser que l’accusation d’Euro-ligouride et d’autres insultes similaires (« serviteurs des étrangers », « pseudo intellectuels », « agents ou espions de l’étranger », « bradeurs des intérêts de la patrie ») sont adressées par opportunisme politique à des personnes qui ne s’expriment pas dans le langage « légitimement nationaliste » à propos des questions « brûlantes » pour la Grèce comme celle de la Macédoine et de la guerre en ex-Yougoslavie. L’attribution d’accusations de ce genre suivant l’avis de certains serait ainsi une stratégie idéologique du pouvoir contre ceux qui ont des opinions contraires aux « intérêts nationaux43 ».

  • 44  Parti socialiste grec.
  • 45  Giannaras, Ch. (18-11-2007), « Annuaire rétrospectif », Kathimerini, (en grec), accès électronique (...)
  • 46  Fotopoulos, T., (31-1-1998), « Religion et socialisme », Elefterotypia, (en grec), accès électroni (...)

30Il a été soutenu que la dynamique idéologique développée par les néo-orthodoxes a dérangé le puissant parti socialiste au pouvoir dans les années 80 et 90. Le PaSoK44 serait parvenu à neutraliser cette dynamique en l’étiquetant comme nationaliste. Il faut reconnaître que le nationalisme s’évalue plutôt négativement ces dernières années dans les cercles progressistes du pays45. Fotopoulos46 juge également les néo-orthodoxes comme nationalistes et les identifie même à l’extrême droite. D’après l’auteur, ils tiennent le rôle de leaders d’un certain nombre de sociaux-démocrates, d’ex-maoïstes et d’autres anciens militants de gauche déboussolés par la crise du rationalisme occidental et captés par la primauté idéologique de l’humanisme et de la tradition byzantine orientale.

31Certes, l’étiquette « nationaliste » n’a pas été attribuée aux néo-orthodoxes uniquement par des acteurs extérieurs, mais elle a été également renforcée par une tendance et des pratiques internes à ce courant, qui a souvent fonctionné sous la vision de « notre Orient à nous », du rayonnement mondial de la civilisation byzantine et du gréco-byzantino-centrisme.

  • 47  Antonopoulou – Trechli, Z., « Les études humanistes en Grèce : un problème politique », rapport au (...)

32Un autre auteur47 accuse tant les néo-orthodoxes que le philosophe de gauche Castoriadis pour avoir tenté d’usurper la gloire l’antiquité hellénique par la création d’amalgames personnalisés selon les intérêts de chaque acteur. Ainsi, le philosophe Castoriadis et les néo-orthodoxes s’alimenteraient à la même source idéologique alors qu’ils représentent des courants idéologiques diamétralement opposés. Cet auteur parle d’« usage idéologique » de l’antiquité grecque à des fins de légitimation ; que cette pratique provienne de la gauche ou de la droite de l’échiquier politique.

  • 48  Charalampis, D., (29-6-2000), « L’Église comme spectacle avec sa star, l’archevêque » Elefterotypi (...)
  • 49  Anderson, B., op. cit.
  • 50  Ces minorités grecques pontiques comptaient parmi les victimes de l’éclatement de l’URSS et de l’i (...)

33Enfin, même si les néo-orthodoxes avaient une position critique face à l’église officielle, il semble qu’ils se soient exprimés dans le cadre d’un « nationalisme culturel métaphysique » qui a nourri les ambitions politiques de l’ex-archevêque de l’Eglise orthodoxe de Grèce, Monseigneur Christodoulos48. La raison était la question de l’inscription de la religion sur les nouvelles cartes d’identité, les manifestations que Monseigneur Christodoulos organisa ont suscité une crise politique qui alimenta l’opposition entre Eglise et État (en 1999-2001). Dans ce conflit, les droits politiques fondamentaux de l’homme et du citoyen, acquis principaux de la modernité et de la démocratie, s’opposaient à l’attribut des citoyens en tant que croyants de l’Eglise orthodoxe. Les dignitaires ecclésiastiques ont considéré que la nation grecque, sous l’égide de l’Eglise, se limite politiquement et idéologiquement à la péninsule et à l’archipel helléniques. En réagissant ainsi, l’Eglise rallume la flamme d’une communauté gréco-byzantine « imaginaire »49, qui s’étend dans l’espace culturel d’un Empire d’autrefois, celui de l’Empire byzantin. À cette occasion, l’Eglise tend à identifier l’hellénisme et la grécité à la romanité et ceci se manifesta notamment durant la guerre de Yougoslavie. La romanité et l’hellénisme se sont exprimés pendant la guerre de l’ex-Yougoslavie en soutien de l’Eglise serbe, ainsi que par le rôle de l’Eglise dans l’accueil des réfugiés grecs pontiques, c’est-à-dire des coreligionnaires provenant de l’ex-Union soviétique50. La civilisation néo-orthodoxe byzantine de tradition gréco-romaine semble prospérer en parfaite cohésion avec un imaginaire collectif dans lequel les frontières contemporaines officielles contemporaines marquent le pas au profit des limites plus vagues des régions culturelles historiques. D’ailleurs, il a aussi été question maintes fois ces dernières années de l’arc islamique dans les Balkans ou encore de l’opposition entre le catholicisme et l’orthodoxie en ex-Yougoslavie. En ce sens, il existe en Grèce des formulations identitaires et des définitions ethniques auto-attribuées qui se rapportent à la pré-modernité tout en participant aux enjeux contemporains.

Phase moderne du nationalisme

  • 51  Heraklidis, A., « Les raisons de la position de la Grèce hostile aux minorités. Quelques hypothèse (...)

34Dans la réalité contemporaine grecque, le nationalisme coexiste au niveau idéologique et culturel, d’une part comme caractéristique des groupes sociaux, et d’autre part, comme attitude des acteurs institutionnels de l’État avec des éléments de la phase pré-moderne dont on vient d’analyser. L’État grec exprime ainsi un sentiment de méfiance envers certains de ses voisins : l’ex-République yougoslave de Macédoine, l’Albanie, la Bulgarie et surtout la Turquie. Il refuse obstinément de reconnaître ses minorités nationales bien qu’en même temps l’État se réfère volontiers à des minorités ethniques grecques tant en Albanie qu’en Turquie. Les causes de l’attitude hostile de la Grèce envers ses minorités sont nombreuses et remontent entre autres à la situation géopolitique de la Grèce de la fin du XIXe et du XXe siècle, quand les revendications territoriales des pays balkaniques se basaient sur le principe de la pureté ethnique et sur l’existence des « frères de sang » sous une souveraineté étrangère. En d'autres termes, elles étaient basées sur l’irrédentisme51.

35Les autres causes d’une telle attitude d’hostilité envers les minorités sont dues au niveau élevé d’homogénéisation ethnique du pays et au fonctionnement d’institutions telles l’armée, l’école, l’université et l’Eglise comme des mécanismes de production idéologique nationaliste. Même si le rôle de l’Eglise orthodoxe grecque peut être associé au glorieux passé de l’Empire byzantin, celle-ci n’a cessé de fournir à l’État grec moderne depuis sa fondation des ressources idéologiques et spirituelles qui ont permis de forger la cohésion nationale et la continuité de la souveraineté de l’État. Même si les pratiques ecclésiales s’apparentent aux caractéristiques de la phase pré-moderne du nationalisme, elles ne cessent néanmoins de satisfaire les besoins modernes de l’État grec contemporain. Le télescopage entre les caractéristiques pré-modernes et modernes du nationalisme grec peut être illustré par la célèbre affaire de Macédoine, qui concerne l’appropriation du nom et des symboles de l’ancienne Macédoine d’Alexandre le Grand (IIIe avant J.-Chr.) par la République « de Macédoine » issue de l’éclatement de l’ex-Yougoslavie. La mobilisation du haut clergé grec contre l’appropriation du nom et des symboles de l’ancienne Macédoine par ce nouvel État fut impressionnante, notamment par l’organisation de grandes manifestations.

  • 52  Heraklidis, A., op. cit.

36D’autres facteurs importants expliquent l’hostilité grecque envers les minorités : la conception juridique anachronique et le niveau médiocre de la culture politique dans le domaine des droits civils des minorités ; une compréhension étroite des engagements internationaux de la Grèce à propos de ces mêmes minorités ; ainsi que la définition juridique particulière à la Grèce de notions telles que national, ethnie, ethnique, ethnicité, etc. Tout cela a contribué à une restriction des droits civils et communautaires légitimes des membres de ses minorités52.

  • 53  Frangopoulos, Y., « La minorité musulmane et les Pomaques de la Thrace : entre islam et ethnisme » (...)

37 En principe, la Grèce reconnaît officiellement sur base du traité de Lausanne (1923) une minorité religieuse : la minorité musulmane de Thrace, qui resta en Grèce en compensation de la minorité grecque de Constantinople (Istanbul). À l’exception de cette minorité reconnue, tout autre groupe minoritaire, qui n’entre pas dans le schéma de l’histoire nationale, crée sa propre version de l’histoire ou demeure en position d’attente. Les groupes minoritaires non reconnus sont disponibles pour les mythes fondateurs nationaux d’autres États-nations de la région. Le cas des Pomaques de la frontière gréco-bulgare s’impose comme exemplaire à ce sujet : la Grèce, la Bulgarie et la Turquie revendiquent, toutes les trois, depuis la fin du XIXe siècle de maintes manières et avec des stratégies variées l’origine ethnique de ces musulmans slavophones. Les intéressés, en revanche, adoptent soit une identité plurielle53 comme « outil » de survie face aux nationalismes des États de la région qui veulent les assimiler, soit ils s’intègrent à l’histoire et à la tradition islamo-turque, qui constitue un contrepoids puissant à l’hellénisme.

  • 54  Simitis, K., « Union européenne et identité grecque », dans Katsarou, Maganna, Skia, Tseliou (eds) (...)
  • 55  Voir octobre 2007, « Cheval de Troie pour la prise de la nation, les manuels scolaires », (en grec (...)

38Un autre exemple caractéristique de la phase moderne du nationalisme se déroulant actuellement en Grèce est fourni par la polémique entretenue contre les écrivains des manuels scolaires pour l’enseignement primaire et secondaire. Les critiques considèrent que les auteurs ne soutiennent pas l’État-Nation grec à travers leurs œuvres ! Une illustration peut être fournie à l’aide du cas d’un manuel de langue grecque moderne à l’usage des élèves de la troisième année du secondaire dans lequel se trouve un extrait d’un livre signé par l’ex-premier ministre socialiste K. Simitis54. Cet extrait s’intitule « L’Union européenne et l’identité grecque » et se trouve inclus dans l’unité du manuel qui traite de l’Europe et de la citoyenneté européenne. Des internautes nationalistes ont attaqué ce texte notamment avec un texte polémique au titre évocateur : « Le cheval de Troie des manuels scolaires à l’assaut de la Nation »55. Pour ses contradicteurs, ce texte est dangereux pour la nation. Toutes sortes d’identités non grecques et non chrétiennes, et l’Europe elle-même seraient menaçantes pour la nation grecque !

  • 56  Gellner, E., op. cit. et Hobsbawm, E.J., op. cit.

39Il faut signaler que K. Simitis, l’auteur du texte décrié, est le leader de la branche moderniste du parti socialiste grec. Son texte soutient la coopération avec l’Europe comme une stratégie nationale dans la mesure où « la tradition européenne émane de la Grèce antique qui a contribué à la formation l’Europe contemporaine. [L’héritage de la Grèce antique] appartient ainsi en même temps à toutes les nations ensemble et à chacune d’elles séparément ». Pour Simitis, la stratégie nationale met au cœur de son action la position dynamique du pays dans le cadre de l’Union européenne. Bien qu’il se place dans une logique propre à la modernité, qui soutient un nationalisme européen comme nécessaire à la modernisation économique dans un monde globalisé, il adopte un point de vue qui correspond aux interprétations en vigueur lors de l’émergence du nationalisme au XVIIIe siècle comme condition d’une nouvelle division du travail du capitalisme industriel56. Pour une telle prise de position, il est accusé par certains « de brader les intérêts nationaux ».

« Post-modernité »

  • 57  Voir Mouzelis cité par Ladis, S., « Mondialisation, Identité européenne et moyens de communication (...)

40Alors que pour K. Simitis l’identité européenne constitue dans son essence une identité élargie et enrichie par l’antiquité grecque, pour Mouzelis, l’identité européenne rime avec mondialisation et cosmopolitisme57. Avec ce dernier auteur, on entre dans le vif du débat « post-moderne » à propos de la nation et du nationalisme qui imprègne aujourd’hui largement le discours public dans le pays. Mouzelis soutient que par la mondialisation se crée un espace public cosmopolite valorisant la justice, la démocratie, les droits de l’homme, la sécurité publique et l’État social. Ces principes se réalisent par le fonctionnement de l’Union européenne et transparaissent tant dans le projet du traité de Constitution européenne que dans la Charte européenne de droits fondamentaux. Cette vision représente résolument une conception positive de l’identité non plus nationale, mais une identité cosmopolite à une époque fréquemment qualifiée de « post-moderne ».

  • 58  Koulouri, Ch., (10-10-2004), « Balkanicité grecque ou grecité hellénique ? La puissance et la ferv (...)

41Il existe une autre conception bien moins optimiste et nettement plus problématique. Celle-ci concerne les minorités, comme on l’a déjà évoqué, et l’instrumentalisation politique de l’histoire. Nous nous référons aux conditions actuelles de la mondialisation qui comprennent l’affaiblissement de l’État-Nation, tel que conçu durant la phase moderne. Son déclin est accompagné par l’émergence de divers groupes minoritaires ethniques, linguistiques ou culturels dont le mode de légitimation majeur est le lien à l’histoire ou le recours idéologique à une version de l’histoire. Le mythe national unitaire de la période précédente se lézarde. Les communautés minoritaires sont soit contraintes d’écrire leur propre histoire (Grecs pontiques, Valaques, Pomaques en partie, etc.), soit elles se subdivisent en se rattachant aux histoires nationales disponibles (certains Pomaques, par exemple, se reconnaissent dans l’histoire islamo-turque et se rattachent à cette tradition). Ces dernières années, il a été fortement question du recours à l’usage idéologique de l’histoire et de la fonction politique des identités, souvent assumée58 ; la révision historique en constitue une tendance parallèle et complémentaire. Cette nouvelle formulation du savoir historique a entrepris d’examiner les diverses manifestations de la nation en dehors et même loin du cadre institutionnel et idéologique qui les construit.

  • 59  Voir 22-3-2007, « L’Académie d’Athènes voit de sérieuses omissions dans le livre d’histoire de la (...)

42C’est dans un tel état d’esprit qu’un manuel d’histoire de la sixième année primaire semble avoir été rédigé (2006). Dans ce livre, se trouve retracée la mémoire pénible de l’arrivée en Grèce des réfugiés grecs d’Asie Mineure, où ils vivaient depuis des siècles, suivant les exigences instaurées par le traité de Lausanne de 1923. Jusqu’à la publication de ce manuel scolaire, ce moment historique était enseigné comme « la catastrophe d’Asie Mineure » ou « la catastrophe de Smyrne (Izmir) ». Les faits étaient décrits comme « la guerre d’Asie Mineure » et « le refoulement des réfugiés dans le port d’Izmir ». L’intention de l’équipe de rédaction de l’ouvrage considéré était de proposer un inventaire non nationaliste des événements de l’histoire grecque moderne dans un cadre d’intercompréhension afin d’amoindrir d’éventuelles perceptions phobiques envers un peuple voisin, en l’occurrence les Turcs. Les réactions soulevées suite à la publication du manuel par différents individus et organisations de descendants de réfugiés d’Asie Mineure ont obligé le Ministère de l’Education à retirer le livre afin de lui faire subir un certain nombre de corrections. Le manuel a été soumis à un examen critique approfondi par l’Académie d’Athènes59 en mars 2007. La réévaluation du contenu du manuel entrepris par l’Académie d’Athènes a révélé certaines omissions conséquentes dans l’ouvrage concerné : la révolution grecque de 1821 contre les Ottomans (ce soulèvement se trouve à l’origine l’État grec moderne) ; les conséquences négatives produites sur l’hellénisme par la domination ottomane ; l’épuration ethnique des Grecs d’Asie Mineure organisée par les Turcs ; etc.

43On pourrait supposer que cet événement constitue un symptôme, parmi d’autres, de la transition de l’univers moderne de construction identitaire (ou national) vers son univers « postmoderne ». Le Ministère grec de l’Education n’aurait pas agi et ce manuel scolaire n’aurait pas été réexaminé sans ces vives réactions publiques. Cette situation illustre de manière éclatante le brouillage idéologique qui sévit au sein de l’État grec contemporain lui imposant l’impuissance institutionnelle, et par conséquent la position ambiguë dans lequel il se trouve.

44Un autre élément illustre l’impuissance institutionnelle de l’État : l’éducation interculturelle en Grèce. Cet enseignement y est pratiqué de manière contestable du point de vue pédagogique puisque les enseignants ne maîtrisent pas la langue maternelle étrangère de l’élève (par exemple, le russe pour les immigrants venus de Russie), et cette langue n’est pas enseignée comme deuxième langue dans ces établissements. Pourtant, nombre d’élèves, enfants d’immigrés économiques (dont le nombre est estimé en Grèce à environ 1.200.000 de personnes), s’adressent à des écoles dites « interculturelles » afin de mieux s’intégrer à leur pays d’accueil tout en souhaitant préserver la langue et la culture du pays d’origine de leurs parents.

En guise de conclusion

45La société grecque vit actuellement le paradoxe de l’articulation des caractéristiques historiques pré-modernes et modernes, avec ses caractéristiques post-modernes contem-poraines. Cette situation occasionne la coexistence de formes hétéroclites, tant au niveau des représentations idéologiques et culturelles en vigueur dans le pays qu’en matière de modes de vie et au niveau de son fonctionnement structurel ; notamment dans le domaine économique ou dans les rapports de production. Cette réalité ne paraît pas être dépourvue de liens avec le processus de formulation identitaire et le nationalisme en Grèce. L’examen du contexte sociétal qui vient d’être présenté met, à notre avis, au jour la confusion des institutions de la société grecque comme l’Église, l’École et l’Université, et leur impuissance en tant qu’appareils de production idéologique. Le pouvoir politique, en tant que mécanisme coordinateur principal, se joint à ce concert d’incapacités institutionnelle et idéologique à fournir de l’espoir en assurant l’harmonie du « nouveau » et de l’« ancien ».

46D’un autre côté, l’articulation des caractéristiques et des formulations idéologiques hétéroclites dans le corps de la Grèce contemporaine du XXIe siècle n’a pas une longue histoire. Il s’est produit plusieurs fois durant les XIXe et XXe siècles et a toujours été lié à des crises et des contestations internes à l’État grec. Sur la base d’un usage politique continu de l’histoire, tel que nous l’avons montré, ce n’est pas non plus surprenant que les mécanismes institutionnels de la société grecque se trouvent actuellement dans une situation confuse et dans l’incapacité de garantir une synthèse originale des tendances idéologiques que sont la tradition, la romanité, les modèles occidentaux d’exercice du pouvoir, la gloire de la Grèce ancienne et l’altérité linguistique des hétérochtones venus d’ailleurs.

47Ceci n’est surtout pas un manque de démocratie comme il pourrait en être déduit un peu trop rapidement. Il s’agit d’une lutte qui se prolonge, dans une guerre qui dure depuis des siècles. Du moment que l’histoire a donné contenu et unité au nationalisme hellénique, il en résulte que l’historicisme conti-nuera à arroser la politique grecque, de manière à définir et légitimer ses choix. Il est également certain que la nation grecque ne peut pas perdre la mémoire de l’identité chrétienne orthodoxe, dont l’existence l’a préservée jusqu’aux temps modernes comme « communauté » et non plus comme « groupement volumineux d’admirateurs de la Grèce ancienne ». La guerre à propos des vraies origines de la nation grecque moderne est menée par des adversaires de force égales. La Grèce ne peut mourir tant qu’elle se nourrit de son histoire. Pourtant, parfois, elle a mal au ventre.   

Haut de page

Bibliographie

Anderson, B., « Les communautés imaginaires : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme », Athènes, Nefeli, 1997, (en grec).

Angelos, C., Εγχειρίδιον περί της καταστάσεως των σήμερον ευρισκομένων Ελλήνων, [Manuel concernant la situation actuelle des Grecs du présent], Cambridge1619.

Antonopoulou – Trechli, Z., « Les études humanistes en Grèce : un problème politique », rapport au 30e Colloque de l’Association des Professeurs de Littérature grecque tenue a Athènes du 20 au 22 novembre 2003, accès au site internet : http://www.dide.ach.sch.gr/filologika/keimena/k_dia/dia3.htm

Angelou, A.D., «’Who am I?’ Scholarios' answers and the Hellenic identity », in: C.N. Constantinides (ed.), Philhellen: Studies in Honour of Robert Browning, Venice, 1996.

Chatzopoulos, M., «Nation et nationalisme », Elliniki Epitheorissi Politikis Epistimis, (Revue Grecque de Science Politique), 19, 2002, pp. 109-127 (en grec).

Cyrille, K., Απολογία ιστορική και κριτική υπέρ του ιερού κλήρου της Ανατολικής Εκκλησίας κατά των συκοφαντιών του Νεοφύτου Δούκα [Apologie historique et critique pour le sacré clergé de l’Eglise orientale contre les calomnies de Neofytos Doukas, écrite par Cyrille K.1815], s.l..

Demertzis, N., « Le nationalisme comme idéologie », Actes du colloque scientifique : Nation, État, Nationalisme, Association d’Etudes de la civilisation grecque moderne et d’Education générale, Athènes, 1994, pp. 61-118 (en grec).

Dimaras, K.T., Νεοελληνικός Διαφωτισμός [Les Lumières grecques – modernes], Athènes, 5ème edn. 1989.

Frangopoulos, Y., « La minorité musulmane et les Pomaques de la Thrace : entre islam et ethnisme », Cahiers d’Etudes sur la Méditerranée orientale et le Monde Turco-iranien, (CEMOTI), No 17, 1994, pp.153-166.

Gellner, E., « Nations et nationalisme », Athènes, Alexandria, 1992 [1983] (en grec).

Gounaris, B.C., « Social Cleavages and National ‘Awakening' in Ottoman Macedonia », East European Quarterly, No 4, Vol. XXIX., 1995.

Gounaris, B.C., « Constructing and De-constructing a Common Balkan Past in Nineteenth Century Greece », R. Detrez & P.Plas (eds) Developing Cultural Identity in the Balkans. Convergence vs Divergence, Bruxelles, 2005.

Gounaris, V.K., Τα Βαλκάνια των Ελλήνων. Από το Διαφωτισμό έως τον Α΄ Παγκόσμιο Πόλεμο [Les Balkans des Grecs. Des Lumières à la première guerre mondiale], Thessaloniki, 2007.

Heraklidis, A., « Les raisons de la position de la Grèce hostile aux minorités. Quelques hypothèses pour la recherche », Actes du colloque scientifique : Minorités en Grèce, Association d’Etudes de la civilisation grecque moderne et d’Education générale, Athènes, 2002, pp. 43-58.

Hobsbawm, E.J., Nations and Nationalism since 1780: Programme, Myth, Reality, Cambridge, 1991.

Hobsbawm, E.J., « Nations et nationalisme à partir de 1780 jusqu’aujourd’hui : Programme, mythe et réalité », Athènes, Institut du livre-Kardamitsas, 1994, [1940] (en grec).

Just, R., « Triumph of the Ethnos » in M. Chapman, M. Macdonald and E. Tonkin (eds) History and Ethnicity, London, Tavistock, 1989, pp. 71-88.

Kitromilides, P.M., «‘Balkan Mentality’: History, Legend, Imagination », Nations and Nationalism, No 2, Vol. II., 1996.

Kitromilides, P.M., « In the Pre-Modern Balkans: Loyalties, Identities, Anachronisms », in D. Tziovas (ed.), Greece and the Balkans: Identities, Perceptions and Cultural Encounters since the Enlightenment, Aldershot, 2003.

Koliopoulos, I., Η «πέραν» Ελλάς και οι «άλλοι» Έλληνες : Το σύγχρονο ελληνικό έθνος και οι ετερόγλωσσοι σύνοικοι Χριστιανοί (1800-1912) [L’‘autre’ Grèce et les “autres” Grecs : L’État grec-moderne et les co-habitants Chrétiens parlants d’autres langues], Thessaloniki, 2003.

Kotios A., Tselios B., « Mondialisation, nouvelle économie et développement régional », Série d’articles de recherche, 8 (4), 67-86, Département d’Ingénieurs d’Aménagement du Territoire, d’Urbanisme et de Développement régional, Université de Thessalie, Volos (2002) pp. 72-74 (en grec), site : http://www.prd.uth.gr/research/DP/2002/uth-prd-dp-2002-4_gr.pdf

Ladis, S., « Mondialisation, Identité européenne et moyens de communication sociale : Les cas de la Grèce et de l’Espagne », dans M. Kontochristou (eds), Moyens de Communication Sociale et Identité en Grèce, Athènes, Papazissis, 2007, pp. 285-315 (en grec).

Livanios, D. « The Quest for Hellenism : Religion, Nationalism and Collective Identities in Greece (1453-1913) », The Historical Review, Vol. III, 2006.

Mc Crone, D., « La sociologie du nationalisme », Athènes, Ellinika Grammata, 2000, (en grec).

Maltezou, C., « Οι έλληνες μέτοικοι στη Βενετία μετά την άλωση. Ταυτότητα και εθνική συνείδηση » [Les émigrés Grecs a Venise après la chute. Identité et conscience nationale], Thesavrismata, Vol. XXXV, 2005.

Matalas, P., Έθνος και Ορθοδοξία. Οι περιπέτειες μιας σχέσης. Από το «ελλαδικό» στο βουλγαρικό σχίσμα [Nation et Orthodoxie. Les aventures d’une relation. Par le schisme « grec » au schisme bulgare], Iraclio, 2002.

Milios, Y., « La formation de la nation grecque et de l’État moderne comme processus d’homogénéisation économique et démographique », dans Tsitselikis, K., Christopoulos, D., (eds) Le phénomène minoritaire en Grèce, Athènes, Kritiki, 1997, pp. 281-314 (en grec).

Papandrianos, I., et V.Kovalevic, « Συμβολή στην ιστορία της ελληνικής κοινότητας του Σεμλίνου. Πέντε ανέκδοτα έγγραφα του έτους 1791 » [Contribution a l’histoire de la communauté grecque de Semlino. Cinq documents inédits de l’an 1791], Μakedonika, Vol. XI, 1971.

Paparrigopoulos, K., Ιστορία του ελληνικού έθνους [L’histoire de la nation grecque], Athènes, 2ème edn., Vol. III-IV. [1886-1887].

Papastathis, C., « Un document inédit de 1726-1727 sur le conflit hellèno-serbe concernant la chapelle grecque à Vienne », Balkan Studies, No 2 Vol XXIV, 1983.

Simitis, K., « Unioneuropéenneetidentité grecque », dansKatsarou, Maganna, Skia, Tseliou (eds)., Neoellinikiglossa, GGymnasiou (languegrecquemoderne, 3èmeannéesecondaire), YpourgeioEthnikisPaideiaskaiThriskevmaton, PedagogikoInstitouto (Ministèred’EducationNationaleetdesCultes, InstitutPédagogique), Athènes, 2007, p. 65.

Smith, A., The Ethnic Origin of Nations, Oxford & Cambridge, 1986.

Tsourka-Papastathi, D., Η ελληνική εμπορική κομπανία του Σιμπιού Τρανσυλβανίας 1636-1848. Οργάνωση και δίκαιο [La compagnie des commerçants Grecs de Sibiu de Transylvanie 1636-1848. Organisation et droit], Thessaloniki, 1994, pp. 103-6.

Tziovas, D., The Nationism of the Demoticists and Its Impact on their Literary Theory, 1888-1930, Amsterdam, 1986.

Vakalopoulos, A.E., Ιστορία του Νέου Ελληνισμού [Histoiredel’hellénismemoderne], Thessaloniki, Vol. 1., 1974.

Velestinlis, R., Άπαντα τα σωζόμενα [Oeuvres complètes], P. Μ. Κitromilides (ed.), Athens, vol. V, 2000.

Xydis, S., « Medieval Origins of Modern Greek Nationalism», Balkan Studies, Vol. IX., 1968.

Zambelios, S., ΆσματαδημοτικάτηςΕλλάδοςεκδοθένταμετάμελέτηςιστορικήςπερίΜεσαιωνικούΕλληνισμού [Chansons populaires de la Grèce éditées avec étude historique de l’hellénisme du Moyen-Age] Corfu, 1852.

Articles dans la presse

Fotopoulos, T., (31-1-1998), « Religion et socialisme », Elefterotypia, (en grec), accès http://www.inclusivedemocracy.org/fotopoulos/greek/grbooksreligion/thriskia_sosialismos.htm

Charalampis, D., (29-6-2000), « L’église comme spectacle avec son star, l’archevêque » Elefterotypia, (en grec), accès électronique au site internet http://www.hri.org/E/2000/00-06-29.dir/stiles/analisi.htm

Giannaras, Ch. (18-11-2007), « Annuaire rétrospective », Kathimerini, (en grec), accès électronique au site internet news.kathimerini.gr/4dcgi/_w_articles_columns_1_18/11/2007_249457 - 60k

Ios, (19-11-1995), « Les contestataires arrivés d’ailleurs », Elefterotypia tis Kyriakis, (en grec), accès électronique au site internet www.iospress.gr, www.iospress.gr/ios1995/ios19951119a.htm

Koulouri, Ch., (10-10-2004), « Balkanicité grecque ou grecité hellénique ? La puissance et la ferveur des identités dépendent de leur fonction politique », Vima tis Kyriakis, (en grec), accès électronique au site internet http://www.tovima.gr

Articles accès électronique

22-3-2007, « Sérieuses omissions voit l’Académie d’Athènes au livre d’histoire de la sixième année primaire » (en grec), Newsroom DOL, in.gr., accès électronique au site internet http://www.in.gr/NEWS/article.asp?lngEntityID=789265 

Octobre 2007, « Cheval de Troie pour la prise de la nation, les manuels scolaires », (en grec), accès électronique au site internet http://tonusu.blogspot.com/2007/10/blog-post.html.

16-11-2008, « Romanité et identité grecque moderne », (en grec), accès électronique au site internet http://www.romanity.oodegr.com/neoelliniki_tautotita.html

Haut de page

Notes

1  Provenant du verbe latin nascor.

2  A.E.Vakalopoulos, Ιστορία του Νέου Ελληνισμού [Histoire du hellénisme modern], vol. 1 (Thessaloniki, 1974), pp. 86-91. Cf. D. LIVANIOS, « The Quest for Hellenism : Religion, Nationalism and Collective Identities in Greece (1453-1913)”, The Historical Review, 3 (2006), 33-70.

3  A.E. Vakalopoulos, op.cit., pp. 53-61.

4  S.Xydis, « Medieval Origins of Modern Greek Nationalism”, Balkan Studies, 9 (1968), 1-20. Cf. E.J. Hobsbawm, Nations and Nationalism since 1780 : Programme, Myth, Reality, Cambridge, 1991, pp. 46-79. A.D. Angelou, « ‘Who am I ?’ Scholarios’ answers and the Hellenic identity”, in C.N. Constantinides (ed.), Philhellen : Studies in Honour of Robert Browning, Venice, 1996, pp. 1-19.

5  V.K.Gounaris, Τα Βαλκάνια των Ελλήνων. Από το Διαφωτισμό έως τον Α΄ Παγκόσμιο Πόλεμο [Les Balkans des Grecs. Des Lumières à la première guerre mondiale], Thessaloniki, 2007, pp. 21-34.

6  P.M. Kitromilides, « ’Balkan Mentality’ : History, Legend, Imagination », Nations and Nationalism, 2 /2 (1996), 163-191.

7  P.M. Kitromilides, « In the Pre-Modern Balkans : Loyalties, Identities, Anachronisms”, in D. Tziovas (ed.), Greece and the Balkans : Identities, Perceptions and Cultural Encounters since the Enlightenment, Aldershot, 2003, pp. 19-29.

8  Dorotheos [Pseudo], Mitropolitis Monemvasias, Βιβλίον ιστορικόν περιέχον εν συνόψει διαφόρους και εξόχους ιστορίας αρχόμενον από κτίσεως κόσμου μέχρι της αλώσεως Κωσταντινουπόλεως και των ακολούθων Σουλτάνων παρά του πανιερωτάτου μητροπολίτου Μονεμβασίας κυρίου Δωροθέου [Livre historique contenant en sommaire des histoires diverses et merveilleuses depuis la création du monde jusqu’à la chute de l’Empire byzantin et les sultans suivants. Ecrite par Monseigneur le Métropolite de Monembasía Dorotheos], Venice, 1805, p. 5.

9  K.T. Dimaras, Νεοελληνικός Διαφωτισμός [Les Lumières grecques – modernes], Athènes, 5ème edn. 1989, pp. 127-133.

10  C. Angelos, Εγχειρίδιον περί της καταστάσεως των σήμερον ευρισκομένων Ελλήνων, [Manuel concernant la situation actuelle des Grecs du présent], Cambridge, 1619.

11  C. Maltezou, « Οι έλληνες μέτοικοι στη Βενετία μετά την άλωση. Ταυτότητα και εθνική συνείδηση » [Les émigrés Grecs a Venise après la chute. Identité et conscience nationale], Thesavrismata, 35 (2005), 175-83.

12  D. Tsourka-papastathi, Η ελληνική εμπορική κομπανία του Σιμπιού Τρανσυλβανίας 1636-1848. Οργάνωση και δίκαιο [La compagnie des commerçants Grecs de Sibiu de Transylvanie 1636-1848. Organisation et droit], Thessaloniki, 1994, pp. 103-6.

13  C. Papastathis, « Un document inédit de 1726-1727 sur le conflit hellèno-serbe concernant la chapelle greque à Vienne”, Balkan Studies, 24/2 (1983), 581-7, 588-606.

14  Chant liturgique chrétien dont la traduction est « Seigneur aie pitié », pour l’Église orthodoxe, et « Seigneur prend pitié », pour l’Église catholique.

15 Εphimeris, L. Vranousis (ed.), Athènes, 1995, vol. 1, (31 jan. 1791), 50.

16  I. Papandrianos et V.Kovalevic, « ΣυμβολήστηνιστορίατηςελληνικήςκοινότηταςτουΣεμλίνου. Πέντε ανέκδοτα έγγραφα του έτους 1791 » [Contribution à l histoire de la communauté grecque de Semlino. Cinq documents inédits de lan 1791], Μakedonika, 11 (1971), 29-37.

17 Εphimeris, 1, (4 fev. 1791), 52. P. Adler, « Nation and Nationalism among the Serbs of Hungary, 1790-1870”, East European Quarterly, 13/3 (1979), 271-85.

18  R. Velestinlis, Άπαντατασωζόμενα [Oeuvres complètes], P. Μ. Κitromilides (ed.), vol. 5, Athènes, 2000, pp. 46, 48, 56.

19  Dimaras, op.cit., pp. 301-389.

20  Απολογία ιστορική και κριτική υπέρ του ιερού κλήρου της Ανατολικής Εκκλησίας κατά των συκοφαντιών του Νεοφύτου Δούκα συγγραφείσα παρά Κυρίλλου Κ. [Apologie historique et critique pour le sacré clergé de lEglise orientale contre les calomnies de Neofytos Doukas, écrite par Cyrille K.], s.l., 1815, pp. 108-9.

21  I. Koliopoulos, Η « πέραν » Ελλάς και οι « άλλοι » Έλληνες : Το σύγχρονο ελληνικό έθνος και οι ετερόγλωσσοι σύνοικοι Χριστιανοί (1800-1912) [L’’outre Grèce et les “autres” Grecs : LÉtat grec-moderne et les co-habitants Chrétiens parlants dautres langues], Thessaloniki, 2003, passim.

22  Cf. P. Matalas, Έθνος και Ορθοδοξία. Οι περιπέτειες μιας σχέσης. Από το « ελλαδικό » στο βουλγαρικό σχίσμα [Nation et Orthodoxie. Les aventures d’une relation. Par le schisme « grec » au schisme bulgare], Iraclio, 2002.

23  K. Paparrigopoulos, Ιστορία του ελληνικού έθνους [L’histoire de la nation grecque], vol. 3-5, Athènes, 2ème edn. [1886-1887].

24  S. Zambelios, Άσματα δημοτικά της Ελλάδος εκδοθέντα μετά μελέτης ιστορικής περί Μεσαιωνικού Ελληνισμού [Chansons populaires de la Grèce éditées avec étude historique de l’hellénisme du Moyen-Age] Corfu, 1852.

25  B.C. Gounaris, « Constructing and De-constructing a Common Balkan Past in Nineteenth Century Greece”, R. Detrez & P.Plas (eds) Developing Cultural Identity in the Balkans. Convergence vs Divergence, Bruxelles, 2005, pp. 195-209.

26  Gounaris, Τα Βαλκάνια, pp. 34-47.

27  B.C. Gounaris, « Social Cleavages and National ‘Awakening’ in Ottoman Macedonia”, East European Quarterly, 29/4 (1995), 409-426.

28  D. Tziovas, The Nationism of the Demoticists and Its Impact on their Literary Theory, 1888-1930, Amsterdam, 1986, pp. 77-86.

29  A. Smith, The Ethnic Origin of Nations, Oxford & Cambridge, 1986, pp. 144-9.

30  Voir Giddens cité par Demertzis, N., « Le nationalisme comme idéologie », Actes du colloque scientifique : Nation, Etat, Nationalisme, Association d’Etudes de la civilisation grecque moderne et d’Education générale, Athènes, 1994, p. 93 (en grec).

31  Système de coopératives de production créé et géré par les membres des communautés locales qui jouissait souvent de certains privilèges fiscaux accordés par les Ottomans.

32  Milios, Y., « La formation de la nation grecque et de l’Etat moderne comme processus d’homogénéisation économique et démographique », dans Tsitselikis, K., Christopoulos, D., (eds) Le phénomène minoritaire en Grèce, Athènes, Kritiki, 1997, pp. 284-288 (en grec).

33  Voir Breuilly et Mann cité par Mc Crone, D., « La sociologie du nationalisme », Athènes, Ellinika Grammata, 2000, pp. 39-40 (en grec).

34  Voir Anderson cité par Chatzopoulos, M., « Nation et nationalisme », Elliniki Epitheorissi Politikis Epistimis, (Revue Grecque de Science Politique), 19, 2002, p. 121 (en grec).

35  Anderson, B., « Les communautés imaginaires : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme », Athènes, Nefeli, 1997, (en grec).

36  Gellner, E., « Nations et nationalisme », Athènes, Alexandria, 1992 [1983], (en grec), et Hobsbawm, E.J., « Nations et nationa-lisme à partir de 1780 jusquaujourdhui : Programme, mythe et réalité », Athènes, Institut du livre-Kardamitsas, 1994, [1940] (en grec).

37  Milios, Y., op. cit. p. 284.

38  L’élite lettrée de l’administration byzantine qui survécut à l’Empire byzantin grâce au rayonnement et aux activités du Patriarcat oecuménique de Constantinople. Les Phanariotes sont donc les membres de l’ancienne élite byzantine qui servaient le Patriarcat. Après la chute de leur empire (1453), ils sont entrés au service du Sultan ottoman. Certains étaient nommés comme souverains des terres orthodoxes sous domination ottomane comme la Moldo-Valachie. Cette élite a pris son nom du quartier constantinopolitain distingué, Phanar, qu’elle habitait.

39  Hobsbawm, E. J., 1962, cité par Milios, Y., op. cit. p. 288.

40  Kotios A., Tselios B., « Mondialisation, nouvelle économie et développement régional », Série darticles de recherche, 8 (4), 67-86, Département d’Ingénieurs d’ Aménagement du Territoire, d’ Urba-nisme et de Développement régional, Université de Thessalie, Volos (2002) pp. 72-74, (en grec), accès électronique httphttp://www.prd.uth.gr/research/DP/2002/uth-prd-dp-2002-4_gr.pdf

41  Just, R., « Triumph of the Ethnos » in M. Chapman, M. Macdonald and E. Tonkin (eds) History and Ethnicity, London, Tavistock, 1989, pp. 71-88.

42  Voir 16-11-2008, « Romanité et identité grecque moderne », (en grec), accès électronique au site internet http://www.romanity.oodegr.com/neoelliniki_tautotita.html

43  Voir Ios, (19-11-1995), « Les contestataires arrivés d’ailleurs », Elefterotypia tis Kyriakis, (en grec), accès électronique au site internet www.iospress.gr, www.iospress.gr/ios1995/ios19951119a.htm

44  Parti socialiste grec.

45  Giannaras, Ch. (18-11-2007), « Annuaire rétrospectif », Kathimerini, (en grec), accès électronique au site internet news.kathimerini.gr/4dcgi/_w_articles_columns_1_18/11/2007_249457 - 60k

46  Fotopoulos, T., (31-1-1998), « Religion et socialisme », Elefterotypia, (en grec), accès électronique au site internet http://www.inclusivedemocracy.org/fotopoulos/greek/grbooksreligion/thriskia_sosialismos.htm

47  Antonopoulou – Trechli, Z., « Les études humanistes en Grèce : un problème politique », rapport au 30e Colloque de l’Association des Professeurs de Littérature grecque tenue a Athenes du 20 au 22 novembre 2003, accès électronique au site internet : http://www.dide.ach.sch.gr/filologika/keimena/k_dia/dia3.htm

48  Charalampis, D., (29-6-2000), « L’Église comme spectacle avec sa star, l’archevêque » Elefterotypia, (en grec), accès électronique au site internet http://www.hri.org/E/2000/00-06-29.dir/stiles/analisi.htm

49  Anderson, B., op. cit.

50  Ces minorités grecques pontiques comptaient parmi les victimes de l’éclatement de l’URSS et de l’instabilité politique et des conflits que cela a suscités.

51  Heraklidis, A., « Les raisons de la position de la Grèce hostile aux minorités. Quelques hypothèses pour la recherche », Actes du colloque scientifique : Minorités en Grèce, Association d’Etudes de la civilisation grecque moderne et d’Education générale, Athènes, 2002, pp. 43-58.

52  Heraklidis, A., op. cit.

53  Frangopoulos, Y., « La minorité musulmane et les Pomaques de la Thrace : entre islam et ethnisme », Cahiers dEtudes sur la Méditerranée orientale et le Monde Turco-iranien, (CEMOTI), No 17, 1994, pp. 153-166.

54  Simitis, K., « Union européenne et identité grecque », dans Katsarou, Maganna, Skia, Tseliou (eds)., Neoelliniki glossa, G Gymnasiou (langue grecque moderne, 3e année secondaire), Ypourgeio Ethnikis Paideias kai Thriskevmaton, Pedagogiko Institouto (Ministère d’Education Nationale et des Cultes, Institut Pédagogique), Athènes, 2007, p. 65.

55  Voir octobre 2007, « Cheval de Troie pour la prise de la nation, les manuels scolaires », (en grec), accès électronique au site internet http://tonusu.blogspot.com/2007/10/blog-post.html.

56  Gellner, E., op. cit. et Hobsbawm, E.J., op. cit.

57  Voir Mouzelis cité par Ladis, S., « Mondialisation, Identité européenne et moyens de communication sociale : Les cas de la Grèce et de l’Espagne », dans M. Kontochristou (eds), Moyens de Communication Sociale et Identité en Grèce, Athenes, Papazissis, 2007, pp. 285-315 (en grec).

58  Koulouri, Ch., (10-10-2004), « Balkanicité grecque ou grecité hellénique ? La puissance et la ferveur des identités dépendent de leur fonction politique », Vima tis Kyriakis, (en grec), accès électronique au site internet http://www.tovima.gr

59  Voir 22-3-2007, « L’Académie d’Athènes voit de sérieuses omissions dans le livre d’histoire de la sixième année primaire » (en grec), Newsroom DOL, in.gr., accès électronique au site internet http://www.in.gr/NEWS/article.asp ?lngEntityID =789265

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vassilis Gounaris et Yannis Frangopoulos, « La quête de la nation grecque moderne et le « cas grec » comme un cas paradoxal de la construction du fait national contemporain », Socio-anthropologie, 23-24 | 2009, 115-153.

Référence électronique

Vassilis Gounaris et Yannis Frangopoulos, « La quête de la nation grecque moderne et le « cas grec » comme un cas paradoxal de la construction du fait national contemporain », Socio-anthropologie [En ligne], 23-24 | 2009, mis en ligne le 29 juin 2010, consulté le 29 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1252

Haut de page

Auteurs

Vassilis Gounaris

Professeur d’Histoire à l’Université Aristote de Thessalonique (Grèce)

Yannis Frangopoulos

Professeur-adjoint de Sociologie à l’Université Aristote de Thessa-lonique (Grèce)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org