Navigation – Plan du site

Point de vue de l’acteur et regard myope. Anthropologie apocryphe de la déroute française en Corée (1866)

Jean-François Gossiaux
p. 189-210

Texte intégral

  • 1  Cf. par exemple, pour s’en tenir à l’anthropologie française, Jean Bazin, « Interpréter ou décrire (...)
  • 2  Pour une défense de la notion de culture et une critique de « l’anthropologie critique », cf. Emma (...)

1Les deux dernières décennies ont vu le terme acteur être érigé en maître mot de la littérature anthropologique et une grande partie des anthropologues mettre explicitement l’action au centre de leurs élaborations conceptuelles sinon théoriques. On invoque « le point de vue de l’acteur », « l’expérience de l’acteur », on prône une « anthropologie de l’action ». La problématique du sujet est réinvestie1. L’emphase mise sur le rôle des individus tend – parfois – à aller de pair avec une certaine défiance envers les modèles et les constructions explicatives de quelque ampleur. « Système », « structure » ne sont plus utilisés que comme repoussoirs. La notion même de culture (et peut-être surtout elle) est remise en cause, voire niée2.

  • 3  Alban Bensa et Eric Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain 2002, n° 38, p.  (...)

2Avec l’action s’impose l’« événement », pensé non pas en terme de contacts culturels (voire, même, censé être impensable en ces termes), mais, précisément, en tant que complexe d’actions, dans une logique de situation3. La signification de l’événement apparaîtrait dans sa « mise en séries » (séries éventuellement contradictoires) et dans le croisement des points de vue des acteurs. Cette approche est-elle suffisante pour comprendre – comprendre une société, un événement – ou, à défaut de comprendre, pour apporter aux faits un minimum d’intelligibilité, si l’on veut aller au delà de l’essai littéraire post-moderne ? Je voudrais introduire quelques éléments de réflexion en faisant un détour par l’histoire ou, plutôt, en me servant de l’histoire pour une sorte de parabole anthropologique. Je partirai ainsi d’un événement – ou d’une série d’événements – pour essayer de voir ce qu’aurait pu en dire un anthropologue contemporain se plaçant « du point de vue de l’acteur ».

Ganghwa, 11 novembre 1866

  • 4  Cf. Marc Orange, « L’expédition de l’amiral Roze en Corée », Revue de Corée 1976, n° 3, p. 44-84.
  • 5  Le sort de ces manuscrits est l’objet d’un litige entre la France et la Corée, qui en réclame la r (...)

3Nous pourrions appeler cet événement, à la façon de Georges Duby, le dimanche de Ganghwa – ou encore, en un autre écho historique, le 11 novembre de Ganghwa. Le dimanche 11 novembre 1866, donc, un corps expéditionnaire français sous le commandement de l’amiral Roze évacue l’île de Ganghwa (devant Séoul) et s’éloigne rapidement des côtes coréennes. Ce départ est la conséquence immédiate de son échec à s’emparer de la citadelle de l’île, après un assaut ayant fait une trentaine de blessés dans ses rangs4. Les Français, qui avant de quitter les lieux se sont attachés à détruire un certain nombre d’édifices, emportent dans leurs bagages divers objets précieux, dont des manuscrits royaux qui sont aujourd’hui encore conservés à la Bibliothèque nationale de France5.

  • 6  Lettre de M. de Bellonet à l’amiral Roze (13 juillet 1866), in Marc Orange, op.cit., p. 73-75.

4Cette fuite sera présentée par les officiels et les chroniqueurs français comme un départ volontaire, mission accomplie. Il ne se serait agi que d’une action de représailles visant à « donner une leçon » aux Coréens – d’où les destructions, les pillages et l’enlèvement des manuscrits. En réalité, le but de l’expédition était de prendre la capitale et d’installer un souverain (si possible chrétien) sous protectorat français, ce qu’attestent les instructions données à l’amiral Roze par le chargé d’affaires français à Pékin6. Mais le motif affiché en était effectivement de sanctionner le massacre de chrétiens et surtout la mise à mort de missionnaires français en mars 1866. L’événement de Ganghwa renvoie donc à un autre événement avec d’autres acteurs, ouvrant l’une de ces « mises en série » évoquées plus haut. Cet événement antérieur, explici-tement relié au premier par les acteurs de celui-ci, doit lui-même être mis en situation et relié à d’autres événements connexes.

  • 7  Sur l’histoire des Missions Etrangères de Paris, voir notamment Gilles Van Grasdorff, La belle his (...)
  • 8  En octobre 1844 a été signé entre la France et la Chine le traité de Whampoa, à la suite duquel le (...)

5Le catholicisme est apparu en Corée à la fin du dix-huitième siècle et s’y est développé de façon clandestine autour de noyaux autochtones. À partir des années 1830, Rome décide d’y envoyer des missionnaires de façon aussi systématique que possible. L’évangélisation du pays est confiée à une institution française, les Missions Etrangères de Paris7, en vertu du grand partage hérité du système des « patronats » : aux deux puissances à qui la papauté avait attribué la christianisation du monde, l’Espagne (pour les terres à l’ouest de l’Atlantique) et le Portugal (pour celles de l’est), est venue au dix-septième siècle s’ajouter la France, chargée de l’Asie orientale. L’attitude de la population et des autorités coréennes envers les chrétiens, qui ne sont jamais officiellement sortis de la clandestinité, varie de la tolérance tacite à la répression franche, en fonction des circonstances politiques. En 1839 se déclenche une vague de persécutions, dans le contexte de la première guerre de l’opium en Chine. Trois missionnaires français sont exécutés. En 1845, la guerre terminée au bénéfice des Occidentaux8, le commandant de la flotte française d’Extrême-Orient remet au roi de Corée une lettre lui demandant raison de leur mort, apparemment sans réussir à l’intimider : en 1847, le premier Coréen à avoir été ordonné prêtre est exécuté.

  • 9  En témoignent notamment les lettres envoyées par le Père Daveluy à ses proches (cf. infra).

6Les choses, cependant, s’apaisent dans les années 1850-1860. Les chrétiens semblent de mieux en mieux tolérés9 et un certain nombre de nouveaux missionnaires français entrent dans le pays. La Corée reste officiellement fermée aux étrangers mais, dans une époque où les puissances occidentales ouvrent systématiquement des comptoirs dans la région, elle est soumise à des pressions diplomatico-commerciales diverses et insistantes. Telle est la situation dans laquelle vont s’inscrire les événements de 1866.

  • 10  Différentes versions ont été données de l’enchaînement qui a abouti à cet échec. Le régent aurait (...)
  • 11  Un autre de ces trois missionnaires, nommé Féron, est resté célèbre pour avoir, en 1867, monté ave (...)

7En janvier de cette année, un navire russe se présente dans un port de la côte orientale et son commandant envoie à Séoul une lettre comminatoire réclamant la liberté du commerce et le droit d’installation dans le pays pour les marchands russes. La Russie a progressivement étendu son territoire jusqu’aux parages de la Corée et fait figure de grande puissance régionale. Devant ce qui apparaît comme une menace directe, un certain nombre de notables catholiques croient opportun de proposer au pouvoir, détenu alors par le régent Daewongun, un marché : les catholiques solliciteraient la France pour une alliance anti-russe, en échange de la liberté religieuse. Les missionnaires français se trouvent mêlés bon gré mal gré à leur initiative. Celle-ci tourne au fiasco10. Le régent réagit violemment à cette sorte d’ingérence étrangère dans les affaires du royaume et déclenche une répression contre les chrétiens. Neuf missionnaires français sont exécutés. Trois autres réussissent à fuir le pays. L’un d’entre eux reviendra en septembre suivant avec l’escadre française pour l’expédition punitive qui aboutira, comme nous l’avons vu, à la défaite de Ganghwa11.

8À partir de ce dernier événement, nous sommes donc arrivés, par régression de proche en proche, à la série suivante : arrivée de missionnaires français – répression anti-chrétienne – intervention militaire française. La logique s’en retrouve en d’autres lieux et dans d’autres contextes. Ainsi, l’expulsion de missionnaires français qui avaient débarqué en 1826 aux îles Sandwich entraîne l’intervention de la marine française en 1839 pour « rétablir la liberté de culte ». En Cochinchine (sud du Vietnam), l’exécution de missionnaires constitue le motif d’une expédition militaire française qui aboutit à la prise de Saïgon en 1859.

Les Missions Etrangères de Paris

9Qui sont ces missionnaires français dont la présence et l’activité sont au point de départ de chaque série ? Et, pour revenir à notre parabole, qu’aurait apporté leur « point de vue d’acteur » à une anthropologie de l’époque ? Ils dépendent institutionnellement, pour la quasi-totalité d’entre eux, des Missions Etrangères de Paris, qui ont été officiellement fondées en 1658. Cette association de prêtres diocésains a le statut d’une « société » et non pas d’un ordre ni d’une congrégation comme c’est généralement le cas pour les institutions missionnaires. Autrement dit, ses membres ne sont pas soumis à une « règle ». La Société, comme nous l’avons vu, a réussi à se faire attribuer par le Vatican la responsabilité de l’évangélisation de l’Asie. Sur le terrain, elle a dû s’imposer contre les missionnaires déjà en place, principalement des jésuites portugais.

10Les rapports entre les jésuites et les MEP (et plus généralement entre la Compagnie de Jésus et l’Eglise) apparaissent historiquement comme un élément crucial de l’action missionnaire. Les jésuites ont pour politique de s’adapter à la société locale, en respectant ses coutumes et même ses rites. Leur prosélytisme cible les élites, auxquelles ils cherchent à s’intégrer. En Chine, notamment, ils fréquentent assidûment les lettrés confucéens, à l’exemple de Mateo Ricci (1552-1610), auteur d’un dictionnaire chinois-français de référence et figure emblématique de la sinologie. Cependant, leurs activités, leurs sympathies affichées et leur ouverture aux traditions non chrétiennes ne sont pas sans susciter au sein de l’Eglise des remous, qui culminent avec la Querelle des Rites. Ils sont finalement condamnés par Rome et leurs missions fermées en1773.

11Les Missions Etrangères ont pris une part active à la polémique. (C’est même un de leurs membres, Maigrot de Crissey, qui a déclenché l’offensive en soumettant l’affaire au Vatican dès 1693.) Le terrain dégagé par la disgrâce de la Compagnie, elles ont dès lors toute latitude pour appliquer leur politique, prenant en chaque chose le contre-pied de l’institution rivale. Visant la masse de la population plus que l’élite, menant une vie rustique contrastant avec le style policé des jésuites, ses missionnaires veulent d’emblée faire table rase des « superstitions ». Ils sont, à partir du dix-neuvième siècle, essentiellement recrutés dans des milieux populaires et provinciaux, voire ruraux ; des milieux très marqués par les épisodes de clandestinité de la période révolutionnaire et par les luttes politiques qui ont suivi, opposant successivement les légitimistes aux révolutionnaires, aux bonapartistes et aux orléanistes. Ce mélange de traditionalisme religieux et de réaction politique tend à produire ce que l’on pourrait appeler un catholicisme de combat.

  • 12  Plaquette de présentation de la salle.
  • 13  Rien que pour la Corée, dix missionnaires des MEP ont été déclarés saints. Jean Paul II les a cano (...)

12La mort violente que de nombreux missionnaires des MEP trouvent en Asie, lors de « persécutions » récurrentes, va être sublimée et religieusement théorisée à travers la notion de martyre, au point de faire de celle-ci le véritable pilier idéologique de l’institution. Cette dramatisation de la foi est mise en scène dans l’architecture du bâtiment de la rue du Bac – le séminaire et le siège de la Société, à Paris – jusque dans des aménagements apportés récemment encore. La Salle des Martyrs est depuis 2002 située sous la chapelle dans le prolongement de la crypte, c’est-à-dire à la fois au centre de l’ensemble architectural et en ses fondations. Elle a fait à l’occasion de cette nouvelle installation l’objet d’une élaboration muséographique de haut niveau. On peut y voir, à côté de photographies, de lettres, de tableaux représentant les missionnaires suppliciés au Vietnam en 1838-1840, les « boîtes à outils » contenant « chaînes, cordes, couteaux, poignards ; l’outillage fruste et monotone de la violence et de la cruauté »12. Cette salle dédiée aux missionnaires de la Société tués sur le terrain existe depuis le milieu du dix-neuvième siècle. Elle a pour origine une chambre du séminaire où avait été exposés, à leur retour en France, les restes et les souvenirs d’un missionnaire décapité au Vietnam en 1838, et devant lesquels les élèves allaient prier quotidiennement. Abritant par la suite les souvenirs et reliques d’autres missionnaires et devenue l’objet d’une importante fréquentation publique, la chambre vit son contenu transféré dans une pièce plus importante, jusqu’à ce que l’accès des martyrs au statut de « bienheureux », puis de saints13, et la multiplication des visites s’ensuivant motivent l’aménagement de 2002.

13La martyrologie ainsi cultivée tend naturellement à susciter les vocations apostoliques. « Les Martyrs sont les meilleurs recruteurs »14. Chaque mort en mission a dans la province du dix-neuvième siècle un effet d’entraînement direct, au point que certains diocèses, tels que celui de Besançon, deviennent « de véritables pépinières de missionnaires et de martyrs »15. Les deux statuts – missionnaire et martyr – tendent d’ailleurs à se confondre symboliquement et par anticipation dans la cérémonie des adieux, qui attire régulièrement un public nombreux dans les bâtiments de la rue du Bac. Tous les assistants y vont baiser les pieds des missionnaires en partance, ritualisant ainsi leur passage dans un monde plus proche des cieux que de la terre16. Dans ce contexte, les missions en Corée revêtent un prestige particulier. Les répressions qui s’y abattent sur les chrétiens depuis le début du dix-neuvième siècle, et qui n’épargnent évidemment pas leur encadrement pastoral lorsque celui-ci se met en place dans les années 1830, en font des pourvoyeuses de martyres au même titre que celles de Chine ou du Vietnam. De plus, le pouvoir royal applique une politique de fermeture systématique aux étrangers, et les récits de ceux qui ont réussi à franchir les frontières tiennent du roman d’aventures. Une fois cet exploit accompli, la survie s’avère elle-même extrêmement difficile pour des Occidentaux qui, en plus de la clandestinité, doivent s’affronter à la dureté d’un pays fait de montagnes et de forêts, glacial l’hiver et tropical l’été, et à l’étrangeté radicale des mœurs et du mode de vie. Tout cela fait du « royaume ermite » la terre de mission par excellence.

  • 17  Cf. Kim Eun-young, La production écrite des missionnaires français en Corée de 1831 à 1886, thèse (...)

14Les missionnaires écrivent beaucoup. Livré au hasard des liaisons maritimes et de livraisons souvent clandestines, le courrier est lent, rare et peu sûr. Mais, du coup, le temps ne manque pas pour la rédaction appliquée de missives détaillées17. Les prêtres en mission sont tenus d’envoyer des rapports circonstanciés à leur direction parisienne. Les lettres à leur famille et à leurs proches possèdent également une fonction pastorale, au delà de leur dimension personnelle et affective. Il s’agit, dans cette guerre pour la foi, d’informer et de conforter l’arrière, et de s’en assurer le soutien. Les écrits les plus intimes portent cette empreinte militante. La valeur informative en serait affectée, pour le destinataire comme pour l’historien, si la maîtrise du propos n’était parfois érodée par le rythme long de la correspondance, au point de laisser échapper l’expression du vécu le moins conforme.

Un missionnaire en Corée

  • 18  Il avait alors été depuis peu nommé évêque, vicaire apostolique de la Corée.
  • 19  Une famille très catholique : plusieurs de ses sœurs entrèrent dans les ordres.
  • 20  Ces lettres ont été rassemblées et publiées dans leur forme originale par ses descendants.

15Nous nous attacherons ici, à travers sa production épistolaire, à l’un des acteurs de cette série d’événements dont nous avons situé le terme à Ganghwa en 1866. Le Père Daveluy (saint Antoine Daveluy) est l’un des missionnaires français exécutés en Corée en mars de cette année18. Né en 1818 dans une famille de négociants d’Amiens19, entré aux séminaire des Missions Etrangères en 1843, il en était parti en février 1844 pour arriver en Corée dix-huit mois plus tard. Les lettres envoyées à ses proches20 constituent un témoignage factuel, historique et ethnographique, sur les voyages au long cours au dix-neuvième siècle, sur la vie en Corée et sur les événements politiques de ce pays autour des années 1850. Surtout, elles donnent à voir, « du point de vue de l’acteur », l’extrême pointe de l’action missionnaire française en terre d’Asie, avec ses contingences et ses nécessités, ses accidents attendus et son quotidien déroutant. Elles montrent l’évangélisation en actes, et le vécu de l’évangélisateur.

16La tonalité générale est celle de l’étrangeté radicale. Une étrangeté qui est d’abord celle de la langue :

  • 21  27 août 1846, LdC p. 145.

« Toute la journée suant sang et eaux pour apprendre le jargon coréen. »21

  • 22  Fin octobre 1845, LdC p. 173.

« La prononciation de la langue coréenne est d’une difficulté rare […]. Si vous changez tant soit peu leur prononciation, autant vaut leur parler français ou en turc. Faut-il l’attribuer à leur langage lui-même, ou à leur mauvaise oreille, ou à la profondeur de leur intelligence ? »22

  • 23  Octobre 1857, LdC p. 207.

17Toute la dissymétrie de la relation missionnaire est ici exprimée. Si la communication ne se fait pas, il est impensable que la faute en revienne à la maladresse occidentale ou à une quelconque incompétence linguistique, mais elle est forcément imputable à la nature indigène. L’esprit de Ricci et la volonté empathique des jésuites sont loin. Au delà du manque d’empathie, c’est la sympathie même qui semble absente, quelle que soit la compassion de rigueur envers « ce pauvre peuple si simple » qu’il s’agit de gagner à la cause du christianisme23. Le sentiment de supériorité (ou, plutôt, le sentiment de l’infériorité de l’autre) se transforme aisément en mépris et en agacement à l’égard de tous et de ses ouailles :

  • 24  Octobre 1849, LdC p. 173.

« Dans leur habileté à mal combiner une affaire pour perdre le peu d’argent qu’ils ont, pour rendre brillant de crasse tout ce qu’ils approchent […] nous passerions bientôt pour être dans le premier pays du monde. »24

  • 25  Septembre 1848, LdC p. 167.

« Figurez-vous donc nos gros paysans de France transformés en prédicateurs et catéchistes et vous aurez une faible idée de nos catéchistes. »25

  • 26  Octobre 1849, LdC p. 172.

« Notre vie est chaque jour la répétition du précédent, à la différence […] que le mauvais bouillon d’un pays est remplacé par un plus mauvais encore […]. Les merveilles se rencontreraient dans la perfection de l’art culinaire, ou dans la perspicacité de l’intelligence coréenne, témoin un chrétien […] qui ne connaissait en Dieu que deux personnes. Son intelligence ne lui permettant pas de compter jusqu’à trois, sa vie se passera sans doute sans l’Esprit Saint. Témoin un autre chrétien baptisé depuis longtemps qui sur mon interrogation me dit qu’il y avait trois Dieux […]. Après, un autre idiot voulant sans doute compléter ce système nouveau […] me fit sa profession de foi avec neuf personnes. »26

  • 27  Octobre 1857, LdC p. 208.
  • 28  Octobre 1849, LdC p. 179.

18Les coutumes et les croyances locales ne peuvent dès lors susciter ni respect ni considération. La notion de rite est évidemment inapplicable aux « payens » coréens, qui n’ont que « l’usage de faire des superstitions »27. Les pratiques funéraires excitent particulièrement la verve épistolaire du Père Daveluy. Présentant la « rubrique des pleurs et gémissements de la noblesse coréenne », il dépeint dans le détail « l’accoutrement » des endeuillés et s’applique à l’ironie pour décrire le calendrier du deuil, « toutes ces singeries [qui] durent trois ans et quelques mois »28.

19Au delà même du handicap constitué par cet habitus païen, la population coréenne apparaît aux yeux du missionnaire comme peu douée pour la religion. Il déplore « l’ignorance des chrétiens, leur stupidité même » :

« Les instructions tombent sur ces êtres comme sur un morceau de bois. Impossible d’en tirer aucun parti. Toutefois, ils ont des âmes, il faut aviser au moyen de les secourir […]

  • 29  Octobre 1846, LdC p. 156. (À Mgr Barrou [Barran], directeur au séminaire des MEP)

20[L’ignorance de la religion] fut quelquefois portée au point de baptiser une payenne au jour de son mariage avec un chrétien, sans qu’elle sût de quoi il était question. Elle crut que l’effusion de l’eau sur la tête était une cérémonie du mariage des chrétiens. »29

  • 30  Ibid. p. 155
  • 31  Cette hostilité peut même être reconnue de façon explicite : « Les persécutions locales s’y font t (...)

21Même s’il trouve des « consolations » dans la foi fervente et le « grand dévouement » que lui témoignent (« généra-lement ») les convertis, Antoine Daveluy met au rang de ses principaux problèmes cette peine à se faire comprendre que, comme ses difficultés linguistiques, il impute spontanément à la déficience indigène. En comparaison, et « avec la grâce de Dieu », les contrariétés physiques et matérielles que constituent « la longueur et la difficulté des routes […] la multiplicité des montagnes, la sauvage barbarie de [la] nourriture »30 apparaissent facilement surmontables. La grâce de Dieu, en revanche, n’opère pas face à l’opposition systématique du pouvoir coréen aux étrangers en général et aux missionnaires catholiques en particulier. D’une lettre à l’autre, les expressions de cette opposition varient des tracasseries administratives aux persécutions violentes, sur fond de clandestinité plus ou moins stricte. Le maintien des chrétiens et des missionnaires dans ce statut officiel de clandestins les expose aux vexations du voisinage et à l’arbitraire des fonctionnaires subalternes. La chronique de ces avanies fait apparaître en filigrane l’hostilité massive de la population31.

  • 32  Les missionnaires ne sont pas ici appelés à jouer le rôle d’intermédiaires ou d’interprètes auprès (...)

22Les missives fournissent un certain nombre d’informations factuelles quant aux rapports que les missions entretiennent avec les diplomates, commerçants et militaires français et occidentaux en poste dans la région. En fait, vu « du terrain », il s’agit essentiellement d’aides matérielles et d’appuis logistiques que les prêtres trouvent ponctuellement auprès de leurs compatriotes, notamment pour le transport (maritime) et le courrier. La relation, en l’occurrence, est univoque, de même que la demande est unilatérale32. Les missionnaires attendent (et souvent réclament) la protection du pouvoir temporel. À la suite du pitoyable échouage, en 1846, de deux navires venus, en vain, chercher la réponse à la lettre menaçante que la France avait adressée au roi de Corée pour lui demander raison de l’exécution de trois missionnaires en 1839 (cf. supra), Daveluy s’agace ainsi de l’inefficacité de ces gesticulations militaires :

  • 33  Septembre 1848, LdC p. 165

« Si [les Français] veulent la liberté, qu’ils parlent donc hautement et franchement. S’ils ne la veulent pas, quelles grimaces et quelles déclamations viennent-ils faire sur nos côtes […] S’ils ne veulent pas agir un peu fortement, ce sera un grand bien qu’on n’entende plus parler d’eux, car il est pénible et honteux de se voir et de s’entendre moquer et injurier même par le peuple coréen. »33

23Cette invocation (déçue) de la puissance française apparaît essentiellement pragmatique, sans préjudice de l’avenir. La domination occidentale n’est pas une question de principe :

  • 34  16 octobre 1865, LdC p. 257

« Il me vient souvent en pensée que Dieu réserve peut-être à ce petit royaume d’obtenir peu à peu la liberté religieuse sans le concours des Européens, ce qui serait bien mieux et bien plus avantageux pour la propagation de l’Evangile. »34

24Le missionnaire est en constante représentation. Il l’est sur le terrain, tel est le sens premier de sa mission : représenter Dieu pour les indigènes. L’organisation pyramidale (et occidentalo-céphale) de l’Eglise catholique et le mode hiérarchique d’administration des sacrements rendent indispensable sa présence physique, et absolument nécessaires ses rencontres effectives avec ses ouailles, actuelles et futures. Le prosélytisme des Missions Etrangères de Paris visant le peuple et non les élites, à la différence des jésuites, le travail missionnaire s’avère donc particulièrement épuisant et périlleux. Les lettres du Père Daveluy vont finir par exprimer cet épuisement, nonobstant le devoir d’édification chrétienne tendant à le maintenir en représentation également pour ses proches.

25Le voyage vers la Corée et les premiers temps du séjour sont rapportés sur un ton enthousiaste et combatif qui ne laisse pas de place au doute. Poser le pied sur sa terre de mission rend le prêtre « heureux comme jamais de [sa] vie ». L’idéal du martyre rencontré au séminaire de la rue du Bac est maintenant à l’arrière-plan des réalités quotidiennes :

  • 35  13 octobre 1845, LdC p. 137

« Notre position est assez critique […] Quoi qu’il en soit, nous ferons notre possible pour vivre et servir les chrétiens, mais si Dieu permet que nous allions bientôt à lui, certes ce sera un bien beau jour ! »35

26Le missionnaire entreprend d’écrire une « histoire de nos martyrs ».

27Au fil du temps, cependant, l’expression des peines physiques et morales devient de plus en plus directe et dégagée de la rhétorique providentielle, même si reste de rigueur l’invocation divine :

  • 36  13 septembre 1863, LdC p. 243

« Mon Dieu, que nous sommes donc éprouvés et comment pourrons-nous faire face à tout ? »36

  • 37  Octobre 1864, LdC p. 245

« Je regrette continuellement la perte de mes forces et surtout l’affaiblissement de mes facultés intellectuelles et morales37. »

28Le mal du pays, taraudant depuis le départ, n’est plus contrebalancé par l’exaltation de la mission tant désirée.

  • 38  13 septembre 1863, LdC p. 239

« Occupé de ce tableau doux et consolant [une réunion de famille pour le cinquantième anniversaire du mariage de ses parents], je n’étais plus en Corée, j’étais à Amiens, j’étais vraiment près de vous, et je jouissais de la joie universelle sans envier rien à personne ? »38

29En réalité, plus que la joie c’est la souffrance qui apparaît universelle :

  • 39  10 octobre 1861, LdC p. 226

« Il faut de la patience et de la constance pour traverser cette vie, vallée de larmes39. »

30Mais dans le même temps où la vision de la vie devient de plus en plus sombre, la mort apparaît de moins en moins désirable. Au terme d’un épisode de persécutions qui l’a mis particulièrement en danger, le Père Daveluy note ainsi que « l’espérance de la vie [lui] est revenue ». L’enthousiasme des premiers jours et l’attente quasi impatiente du sacrifice sont donc loin lorsque s’enclenchent les événements qui vont effectivement aboutir au martyre. Sa notice biographique aux Missions Etrangères de Paris indique cependant qu’au moment du supplice « [son] cœur surabondait de joie »40.

De « l’utilité » des missions

31Le principe d’harmonie maximale (ou de contradiction minimale) est ainsi appliqué à la vie terrestre de celui qui est devenu saint Antoine Daveluy. Reste que la vie du missionnaire est suffisamment complexe et informative, à différents niveaux de la réalité humaine et sociale, pour justifier l’enquête menée « du point de vue de l’acteur » par l’hypothétique anthropologue du dix-neuvième siècle que nous évoquions en introduction. Cette enquête étant ainsi justifiée en soi, qu’aurait-elle cependant permis de réellement saisir de la logique globale dans laquelle étaient insérés l’action et l’acteur ? Autrement dit, qu’est-ce que notre anthropologue aurait pu saisir du processus colonialiste – que le recul de l’histoire permet en l’occurrence de voir à l’œuvre de façon évidente – à travers ses conversations avec Daveluy, et quelques autres ? Quelle signification aurait-il pu donner aux événements auxquels sont mêlés ces missionnaires ? Selon quelle grille aurait-il interprété leurs actes, et les persécutions, et la défaite des Français à Gangwha ? Et comment mettre les expériences et les événements en série, sans le recul de l’historien ?

32Antoine Daveluy ne travaille pas pour la France, il n’est pas patriote, encore moins nationaliste. Le pays, pour lui, est celui dont on ressent le mal quand on l’a quitté sans réel espoir de retour, la petite patrie où vivent les parents et les amis – la région d’Amiens. Nulle part dans ses lettres il n’exprime une quelconque imagination nationale, un quelconque sentiment de participer à la gloire de la France, ou à son expansion. Les missionnaires de Corée ne travaillent que pour Dieu et ne rendent de comptes qu’à la rue du Bac. Pour sa part, le pouvoir politique – à Paris ou à travers ses représentants sur place, en Asie orientale – n’a rien à faire des obsessions d’une poignée de catholiques réactionnaires. Les relations entre les hommes de Dieu et ceux du pouvoir, nous l’avons vu, sont pragmatiques et limitées. Elles ne relèvent en aucune façon d’un projet commun tant soit peu explicite ou organisé.

33Quel va dès lors être, pour l’anthropologue contemporain, l’apport d’un croisement des points de vue ? Et, surtout, selon quels critères va-t-il choisir ces points de vue ? Vers quels acteurs, vers quels informateurs va-t-il être conduit par ses intérêts premiers et la logique de son enquête ? Il peut se cantonner dans la sphère de l’action missionnaire et de l’expérience religieuse. Il peut, étendant le domaine de l’investigation hors des limites de la Corée, aller rencontrer les diplomates, militaires et autres Occidentaux concernés à un moment ou à un autre par les initiatives des prêtres. Il peut, s’il est un spécialiste de « l’aire culturelle » ou s’il veut s’en donner les moyens, aller voir en face, du côté de la société coréenne. Sans doute comprendra-t-il beaucoup de choses – du monde des missions, des Occidentaux en Extrême-Orient, de la résistance de la Corée au catholicisme. Il est douteux que, du point de vue de ces (ses) acteurs, il saisisse le processus colonialiste total auquel tout cela ressortit. Car rares sont ceux qui, à l’époque, relient les expériences en une appréhension globale qui puisse renvoyer au cynisme de Napoléon rétablissant en 1805 les Missions Etrangères après leur interdiction par la Révolution :

  • 41  Gilles Van Grasdorff, La belle histoire des Missions Etrangères, op.cit., p. 268. Napoléon annuler (...)

« Ces religieux me seront très utiles en Asie, en Afrique et en Amérique ; je les enverrai prendre des renseignements sur l’état des populations. Leur rôle les protège et sert à couvrir les desseins politiques et commerciaux. »41

34Ce que Napoléon n’avait sans doute pas envisagé, c’est la façon dont les missionnaires allaient, bien au-delà de la collecte de renseignements, s’insérer dans le schéma politique. Il ne pouvait pas imaginer la dynamique du martyre qui allait saisir les Missions et accessoirement (mais inexorablement) constituer le motif des interventions militaires coloniales. La mentalité de combattant des missionnaires de Paris, leur religiosité sans nuances ni compromis, leur engagement physique, leur goût du sacrifice étaient, incomparablement plus que la pratique des jésuites, en particulière harmonie avec le colonialisme du XIXe siècle en Extrême-Orient, qui se fondait sur une pure politique de force sans s’embarrasser d’avoir à gérer durablement des populations.

35Si, donc, il semble peu probable qu’une anthropologie strictement focalisée sur l’action eut été capable d’appréhender l’insertion structurelle de l’action missionnaire dans le colonialisme, la contribution d’une telle anthropologie à l’intelligibilité des événements mêmes apparaît également douteuse. Peut-on rapporter aux seules performances des acteurs les issues différentes des entreprises coloniales (semblablement appuyées sur le motif religieux) au Vietnam et en Corée – échec ici, succès là ? Peut-on comprendre quelque chose à cette histoire (à ces histoires) sans prendre en compte les systèmes sociaux et/ou religieux et/ou culturels ici et là, et leurs rapports respectifs avec celui du colonisateur ?

  • 42  Michael Herzfeld, Lintimité culturelle. Poétique sociale de lEtat-nation, Presses de l’Universit (...)

36La question, en fait, ressortit à celle plus générale du rapport de l’anthropologue à l’histoire – l’histoire en train de se faire, l’histoire comme somme de phénomènes, mais aussi l’histoire comme mode global de compréhension. S’il prend le parti de ne pas s’en tenir à l’approche phénoménologique, son effort de compréhension historique (globale) se heurte à ce qui ressemble a priori à une aporie méthodologique, mais qui au bout du compte se retourne en sa faveur. L’histoire est affaire de grands nombres, c’est-à-dire d’abstractions, alors que l’anthropologue travaille sur des faits singuliers et concrets. Pour agréger ses grands nombres et élaborer ses abstractions, l’histoire s’appuie nécessairement sur des concepts qu’elle emprunte éventuellement à d’autres disciplines, y compris à l’anthro-pologie, mais qui, en tout état de cause, relèvent de la synchronie. Sauf à se satisfaire d’une multiplicité de diachronies disparates, informes et non synthétisables, l’anthropologue intéressé par l’histoire est donc conduit sur un terrain qui lui est familier en tant que praticien de la comparaison, celui de la conceptualisation synchronique. Chemin faisant, il pourra s’appuyer sur une notion qui articule action et structure, fait et histoire, diachronie et synchronie : celle d’agency, de « capacité d’agir », une notion que Michael Herzfeld associe à celle d’ « intimité culturelle », et Etienne Balibar à celle d’ « identité » (ses guillemets)42.

37L’opposition entre les tenants du point de vue de l’acteur et ceux des grands concepts anthropologiques – culture, structure, système – peut-elle se résoudre ainsi dans l’agency ? En tout état de cause, on voit difficilement comment, privé du recul de l’historien, l’anthropologue pourrait comprendre une société, un événement – ou, à défaut de comprendre, apporter aux faits quelque intelligibilité – sans un minimum d’esprit de système, sans un minimum de cadre conceptuel, que celui-ci soit défini en termes de structure, de culture, de mode ou de modèle… Comment sans repères circuler sur son terrain, entre ses acteurs ? Le regard myope a des vertus ethnographiques : le myope voit parfaitement de près, sans correction. Mais pour avoir, lui aussi, une vue panoramique, l’anthropologue doit prendre le risque de se hisser sur des échafaudages théoriques, fussent-ils parfois incertains.

Haut de page

Notes

1  Cf. par exemple, pour s’en tenir à l’anthropologie française, Jean Bazin, « Interpréter ou décrire. Notes critiques sur la connaissance anthropologique », in Jacques Revel et Nathan Wachtel, éd., Une école pour les sciences sociales. De la VIe section à lEcole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, Cerf/Ed. de l’EHESS, 1996, p. 401-420. Alban Bensa, La fin de lexotisme : essais danthropologie critique, Paris, Anacharsis Editions, 2006 ; Alban Bensa, « Anthropologie de l’action et raisonnement anthropologique », EHESS, Annuaire. Comptes rendus des cours et conférences 2005-2006, p. 364-366 ; Charlie Galibert et Joachim Wilke, Lanthropologie à lépreuve de la mondialisation, Paris, L’Harmattan, 2006 ; François Laplantine, Le sujet. Essai danthropologie politique, Paris, Téraèdre, 2007. Pour une analyse des évolutions de l’anthropologie, cf. Marc Abélès, « De l’Europe politique en particulier et de l’anthropologie en général », Cultures & Conflits, 28, hiver 1997, [En ligne], mis en ligne le 07 mars 2006. URL : http://www.conflits.org/index379.html.

2  Pour une défense de la notion de culture et une critique de « l’anthropologie critique », cf. Emmanuel Terray, « Marc Augé, défenseur de l’anthropologie », LHomme 2008/1-2, n° 185-186, p. 65-82

3  Alban Bensa et Eric Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain 2002, n° 38, p. 5-20.

4  Cf. Marc Orange, « L’expédition de l’amiral Roze en Corée », Revue de Corée 1976, n° 3, p. 44-84.

J.-M. Thiébaud, La présence française en Corée de la fin du XVIIIème siècle à nos jours, Paris, L’Harmattan, 2005 (chapitres 1 à 3, p. 13-73).

Colonel (ER) Jacques Vernet, « L’affaire de Kwang-Hwa (septembre-octobre 1866) », Revue historique des armées 2003, n° 230 (www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/04histoire/articles)

H. Zuber, « Une expédition en Corée », Le Tour du monde 1866, p. 401-416.

5  Le sort de ces manuscrits est l’objet d’un litige entre la France et la Corée, qui en réclame la restitution. Celle-ci fut mise sur la table lors des négociations qui, en 1993, aboutirent à l’achat du TGV par Séoul. Mais un seul manuscrit a été à ce jour récupéré par les Coréens.

6  Lettre de M. de Bellonet à l’amiral Roze (13 juillet 1866), in Marc Orange, op.cit., p. 73-75.

7  Sur l’histoire des Missions Etrangères de Paris, voir notamment Gilles Van Grasdorff, La belle histoire des Missions Etrangères. 1658-2008, Paris, Perrin, 2007.

La société a suscité de nombreuses études historiques, dont beaucoup écrites par ses propres membres. Cf. en particulier la somme en trois volumes de Adrien Launay, Histoire générale de la Société des Missions Etrangères, Paris, Téqui, 1894.

8  En octobre 1844 a été signé entre la France et la Chine le traité de Whampoa, à la suite duquel le catholicisme est toléré en Chine.

9  En témoignent notamment les lettres envoyées par le Père Daveluy à ses proches (cf. infra).

10  Différentes versions ont été données de l’enchaînement qui a abouti à cet échec. Le régent aurait dans un premier temps invité l’évêque apostolique, alors en province, pour discuter de cette proposition. Cependant, la rencontre n’a jamais eu lieu. Certaines interprétations en attribue la responsabilité au moins partielle à la partie catholique, qui aurait négligé de répondre rapidement à l’invitation et aurait ainsi offensé le régent (cf. notamment Marc Orange, « L’expédition de l’amiral Roze en Corée », op. cit.). D’autres mettent en cause un retournement du régent sous l’influence de certains milieux courtisans et en fonction de l’évolution des événements – les pressions russes ayant entre temps cessé (cf. Adrien Launay, Histoire générale de la Société des Missions Etrangères, op. cit., T.3, p. 465-466).

11  Un autre de ces trois missionnaires, nommé Féron, est resté célèbre pour avoir, en 1867, monté avec quelques aventuriers une expédition destinée à piller un tombeau royal à proximité de Séoul. L’expédition échoua. Son principal complice, un allemand, fut condamné à un an de prison à son retour en Allemagne. Féron ne fut pas poursuivi. (Cf J.-M. Thiébaud, La présence française en Corée, op. cit., p. 26).

12  Plaquette de présentation de la salle.

13  Rien que pour la Corée, dix missionnaires des MEP ont été déclarés saints. Jean Paul II les a canonisés en 1984 lors d’une cérémonie à Séoul, en même temps que 93 Coréens.

14  Site des Missions Etrangères (http://128.mepasie.net/France-xix-xx-siecle-terres-natales.fr)

15  Ibid.

16  Ibid. Lettre de Théophane Vénard à Mme Nepveu-Rousseau, le 25 août 1851, Archives des MEP.

17  Cf. Kim Eun-young, La production écrite des missionnaires français en Corée de 1831 à 1886, thèse EHESS, 2008.

18  Il avait alors été depuis peu nommé évêque, vicaire apostolique de la Corée.

19  Une famille très catholique : plusieurs de ses sœurs entrèrent dans les ordres.

20  Ces lettres ont été rassemblées et publiées dans leur forme originale par ses descendants.

Saint Antoine Daveluy, Lettres de Corée, Roubaix, Association Historique des Hauts de France « Jerryngrid », 2007. (B.P. 50051, 59390 Lannoy Cedex)

21  27 août 1846, LdC p. 145.

Daveluy sera cependant l’auteur d’un dictionnaire franco-coréen. Le travail de linguiste est par nécessité indissociable de celui de missionnaire

22  Fin octobre 1845, LdC p. 173.

23  Octobre 1857, LdC p. 207.

24  Octobre 1849, LdC p. 173.

25  Septembre 1848, LdC p. 167.

26  Octobre 1849, LdC p. 172.

27  Octobre 1857, LdC p. 208.

28  Octobre 1849, LdC p. 179.

29  Octobre 1846, LdC p. 156. (À Mgr Barrou [Barran], directeur au séminaire des MEP)

30  Ibid. p. 155

31  Cette hostilité peut même être reconnue de façon explicite : « Les persécutions locales s’y font toujours aussi de la part du peuple lui-même, ce n’est pas le mandarin qui prend l’initiative, ce sont les villages qui vont dénoncer les chrétiens au mandarin ». Octobre 1862, LdC p. 230.

32  Les missionnaires ne sont pas ici appelés à jouer le rôle d’intermédiaires ou d’interprètes auprès d’émissaires politiques, comme ce put être le cas des jésuites en Chine, ou même des missionnaires MEP au Royaume de Siam au dix-septième siècle.

33  Septembre 1848, LdC p. 165

34  16 octobre 1865, LdC p. 257

35  13 octobre 1845, LdC p. 137

36  13 septembre 1863, LdC p. 243

37  Octobre 1864, LdC p. 245

38  13 septembre 1863, LdC p. 239

39  10 octobre 1861, LdC p. 226

40 http://archivesmep.mepasie.org/recherche/notices.php ?numero =0487&nom =daveluy

La surabondance de joie est d’ailleurs étendue à tous les prêtres qui furent exécutés avec lui.

Selon A. Launay (op. cit.), la même joie fut éprouvée à Paris, au séminaire des Missions Etrangères : « À cette glorieuse nouvelle, un cri de joie sortit de tous les cœurs » (Tome III, p. 475)

41  Gilles Van Grasdorff, La belle histoire des Missions Etrangères, op.cit., p. 268. Napoléon annulera la mesure en 1809 : la France avait alors perdu ses colonies – et les missionnaires, leur utilité.

Un des rares acteurs religieux de terrain à affirmer explicitement la dimension politique des missions est le vicaire apostolique du Japon. En 1852, il écrit en ce sens au Prince Président, en faisant notamment référence au rétablissement des Missions Etrangère par Napoléon Ier. Autre acteur de terrain tenant le même discours politique, par le même moyen d’une lettre au Prince Président, la même année : l’abbé Maistre, missionnaire qui avait échoué à pénétrer en Corée à cause de l’échouage des navires militaires français en 1846. Cf. Marc Orange, « L’expédition de l’amiral Roze en Corée », op. cit., note 14.

42  Michael Herzfeld, Lintimité culturelle. Poétique sociale de lEtat-nation, Presses de l’Université de Laval, 2007.

Etienne Balibar, agency, in B. Cassin, dir., Vocabulaire Européen des Philosophies, Paris, Editions du Seuil/Le Robert, 2004.

Cf aussi Entretien avec Thomas Casadei, Cosmopolis 2.1, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Gossiaux, « Point de vue de l’acteur et regard myope. Anthropologie apocryphe de la déroute française en Corée (1866) », Socio-anthropologie, 23-24 | 2009, 189-210.

Référence électronique

Jean-François Gossiaux, « Point de vue de l’acteur et regard myope. Anthropologie apocryphe de la déroute française en Corée (1866) », Socio-anthropologie [En ligne], 23-24 | 2009, mis en ligne le 29 juin 2010, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1257 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.1257

Haut de page

Auteur

Jean-François Gossiaux

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org