Navigation – Plan du site

La nation 

Marcel Mauss

Notes de la rédaction

La Nation (1920), tapuscrit inédit

Texte intégral

II - phénomènes morphologiques

1Les emprunts de plus en plus nombreux, grands et graves, toute cette extension et cette intensification de la civilisation humaine et non plus seulement nationale, sont liés à des phénomènes morphologiques, de structure sociale extrêmement importants, soit qu'ils les condition­nent, soit qu'ils soient conditionnés par eux.

2Beaucoup de ces phénomènes ont été abondamment étudiés par les anthropogéographes, ou théoriciens de la géographie humaine : par exemple, les faits morphologiques de la vie de relation des sociétés, ceux qui intéressaient tout particulièrement un bon nombre étant précisément de ces faits qu'on appelle improprement géographie politique. Car on pouvait dire avec beaucoup plus de raison politico-géographiques, vue que le milieu physique restait le même, mais le milieu humain changeant les sociétés changent leurs rapports entre elles. Comme on peut voir, depuis trois millénaires, sur les bords de la Méditerranée, où des Etats, des villes et des rapports entre sociétés ont été mille fois bouleversés, les conditions physiques restant sensiblement les mêmes. Ce n'est que dans des cas exceptionnels dont nous ne dissimulerons certes pas la grandeur, que des changements dans le milieu physique ont nécessité des changement[s] dans les relations entre [sociétés]. [ill]1 nous admettons volontiers les théories de M. Harlington [?] sur le « Pouls de l'Asie » et nous expliquerions assez volontiers avec lui par les changements de climat et les déssèchements et la formation des déserts dans l'Asie Centrale, non seulement comme à une époque récente les peuplements et les déplacements de ces régions, mais encore les grandes migrations qui partirent de ces régions et, de proche en proche, passèrent sur d'autres peuples et aboutirent à de grands déplacements. Mais bien que l'histoire humaine connaisse de ces faits, normalement ce n'est pas le milieu qui fut cause ; il ne fut que condition à des contacts et des altérations dans les contacts des sociétés.

3Ce sont plutôt des phénomènes relatifs à la fois au milieu physique, aux techniques et aux sociétés en présence, produits d'au moins trois facteurs que nous allons tenter de décrire maintenant. Nous ne pouvons dépasser une certaine limite d'exactitude parce que ces événements, fonction de tant d'autres, sont quand même difficiles à analyser dans un livre qui ne leur est pas voué.

4Le premier de ces faits, premier logiquement et sans doute chronologiquement, c'est celui de la route que suivent ces courants intersociaux, internationaux. On pourrait même, par quelque artifice, considérer que c'est le seul. Les rapports dans les sociétés, comme certains groupes de mêmes sociétés, ont de tout temps suivi des chemins déterminés et ne sont concevables qu'ainsi. Terrestres d'abord, ils sont liés au sol, suivant les vallées, passant les cols et certains points déterminés de la mer, qui doit être considérée, en réalité, comme une vaste route et non pas un obstacle qu'elle n'a été que tant que la navigation fut [ill] et qu'elle est devenue de moins en moins à mesure que la navigation fut perfectionnée. Et nous savons qu'il existe ainsi de ces pistes suivies à de fort longues distances dans les continents peuplés par les peuples les plus primitifs, en Australie, par exemple, et que les connaissances géographiques de nombreuses populations américaines, [mélanésiennes], etc., sont tout simplement merveilleuses par rapport au niveau intellectuel atteint dans le reste de leur civilisation. Inutile de développer ces faits en ce qui concerne l'Europe [ill], l'Empire Romain, l'Afrique du Nord, etc. ; ils sont tous bien connus. Et les belles recherches de M. Bédier sur les Chansons de geste au Moyen-âge suivant la route des pélerinages, comme celles de M. [Bérard ?] sur les peuples homériques ne sont que les applications à l'histoire comparée des littératures de principes éprouvés des historiens, des géographes et des sociologues. Nous sommes ici sur un des terrains bien connus de l'histoire des sociétés.

5Mais un autre côté purement sociologique cette fois, le deuxième fait, c'est la mer, les routes de mer proprement dites. La mer, et en général tout ce qui est fluvial ou maritime à la surface du globe, n'a pas été l'obstacle que l'on croit, au moins dans les quatre ou cinq derniers millénaires de nos sociétés. Dès que la navigation fut inventée, et surtout dans les mers tranquilles ou à mousson – Pacifique, Nord de l'océan Indien – le peuplement des îles, et à de longues distances, se fit et des relations se gardèrent de proche en proche. Il suffit de médiocres bateaux. On a pu assez bien reconstituer l'histoire des migrations des Eskimos, qui n'ont que le kayak, le petit bateau individuel de pêcheur au harpon et le karluk, le grand bateau de famille. Or, elles ont dû être assez rapides et couvrirent tout le littoral de l'Amérique du Nord, depuis le Cap Flattery jusqu'à l'embouchure du Saint-[Laurent], y compris le tour du Groenland et les îles de la mer Glaciale, sûrement plus peuplées autrefois qu'aujourd'hui. Or, les Eskimos, malgré les immenses distances, ont gardé une langue et une civilisation partout presque parfaitement identiques. La mer est un moyen de contact par elle-même. Cependant, tant que les moyens de navigation restent aussi élémentaires, l'homme – sauf hasard – semble avoir été lié aux côtes. Le moment décisif semble avoir été l'invention – qui semble avoir été simultanée et indépendante peut-être – des deux moyens de stabilisation du bateau : le balancier et la quille, et du premier moyen de propulsion purement mécanique : la voile sur le mât. Les découvertes qui semblent toutes dater du deuxième millénaire avant notre ère, et de l'Asie antérieure, ont donné une toute autre physionomie à l'ensemble de la civilisation et des rapports mondiaux entre les sociétés. L'effet final n'a été acquis que par la découverte du Nouveau-Monde et la reconnaissance complète de l'Amérique. Elles ont brassé les peuples, les besoins de ces peuples, les idées, comme rien auparavant ne l'avait fait. Nous sommes fort séduits par les dernières hypothèses de M. Smith2qui rattache à l'invention de la grande navigation tout l'ensemble de la civilisation mégalithique dans le monde. Nous serions même fort disposée à [ill]. L'addition de la route maritime à la terrestre fut sûrement un moment décisif de l'histoire humaine.

6Mais sans plus de considérations générales de pré et de proto-histoire, notons maintenant l'influence des transports maritimes et par exemple le développement considérable de la navigation à vapeur qui a changé la face des choses.

7............................................................................................................3

8L'autre groupe de faits est en apparence i[e]ntièrement techniques. [Cependant], nous le rangeons ici, c'est celui de l'ensemble des moyens de communication entre les hommes : télégraphie (1844), télégraphie atlantique (1866), téléphone (1876), télégraphie sans fil (1900), téléphonie sans fil (1910), Postes (1840), postes internationales, poste aérienne (1919). C'est une grave altération dans la structure même des peuples que d'être ainsi soudés intellectuellement, matériellement, financièrement, par le télégraphe, la presse. L'instantanéité et l'exhaustivité des informations a amené une interdépendance de la sensibilité extraordinaire entre les nations. Elles sentent toutes ce qui arrive à chacune et savent. Un grand financier de nos jours téléphone de chez lui à Paris, à Berlin, à Londres, à New-York.

9C'est comme si [ill] les nations s'étaient créées une voix, une ouie à portée infinie. Il y a là une altération dans la structure de leur être. Elles voient, savent et entendent. Elles ont de nouveaux organes, plus et mieux que jamais. Elles forment un milieu sensible, nerveux, et ce milieu est constant, plus solide et plus vivant en paix qu'en guerre, mais en ce moment même plus exaspéré, plus instable que jamais. En tout cas ce serait une grave lacune de ma part de ne pas souligner la grandeur du fait et c'est une des plus grandes fautes de la diplomatie d'avant guerre, celle qu'on appelait secrète, d'avoir continué, dans le monde du téléphone, du télégraphe, des procédés qui dataient des machiavélisme[s] et des brutalités les plus anciennes. C'est une erreur de psychologie, mais surtout une erreur de sociologie que de croire, comme on a cru à Potsdam en 1914, comme certains croient encore au Quai d'Orsay, aux conflits localisés, aux petites guerres, aux solution[s] d'aparté. Actuellement, le monde entier s'énerve et sent ce qui arrive dans tout le monde et réagit. Il n'est que des esprits arriérés qui attachent encore de l'importance à des intrigues, à des roi[s] – du Hedjaz ou d'ailleurs – et n'en attachent pas aux Bourses, aux Agences, aux Partis, à l'opinion publique de l'humanité. Car celle-ci existe et fait les alliances, les victoires, les crédits, les banqueroutes, les révolutions et les réactions. Le monde d'aujourd'hui est bien différent de celui de Napoléon. Ce [ne] sont plus quelques diplomates qui font la carte d'Europe et quelques financiers expédiant des lettres tardives qui font le cours. Ce sont les peuples qui veulent un certain monde peuplé de nations en paix. De même économiquement, quoiqu'il n'existe nulle part une Bourse et une Chambre de Compensation universelle ; en fait, le marché mondial est partout, comme la science et, au fond, l'art.

10Ainsi, les révolutions techniques et ensuite [des] cent dernières années, nous font une humanité fort différente de celle qu'a fondé le droit politique international des grandes nations modernes. Celles-ci, il y a bien quatre-vingt ans étaient encore isolées comme de vieilles tribus de montagne, fermées [ill] le protectionnisme, gardant or et crédits, écartant hérétiques et étrangers de leurs universités, à naturalisation impossible presque, ignorantes des langues, des moeurs, des littératures, des arts [ill]. Et depuis, tout ce système d'échanges s'est accru ; le tourisme se développe ; on se connaît. Même la guerre avec ses transports énormes de gens de tout ordre sur tous les points du monde, a dessillé bien des yeux et ouvert bien des cerveaux. Il nous souvient d'un Hindou, à Orléans, au début de la guerre, s'apercevant avec étonnement, mais aussi avec cette finesse d'oreille et ce sens phonétique qu'ont les Hindous, que le mot hindoustani batan était d'origine française : « Français : bouton, disait-il ; English : button ; Hindi : batan ». Pour les Australiens et même pour les Allemands, la femme française fut une révélation d'un idéal. Tout ceci germera et quoique tout ait l'air de s'enchaîner, comme on dit au théâtre, ce ne sera un enchaînement qu'en apparence, pour les vieilles générations et les adultes. Les autres qui vont naître paîtront dans un tout autre milieu, avec un tout autre horizon. Elles auront [...] un « espace » différent. Et cet espace ne sera pas celui du clocher [...].

11Nous en aurions fini avec ces phénomènes de morphologie des contacts, pour ainsi dire, des sociétés, si nous ne croyions pas devoir noter un fait assez rare mais assez grave et important de morphologie [ill] dûe à ces contacts. Il s'est formé des sociétés entières qui se sont essentiellement vouées à ceux-ci et leur structure tout à fait particulière [ill] a été singulièrement altérée. En même temps, elles ont été et sont encore des éléments importants de civilisation. Chose curieuse, elles ont été [...] flottantes entre toutes sorte[s] d'autres notions. On les charge volontiers de tous les péchés, autrefois de sorcellerie et maintenant de cosmopolitisme et de bolchevisme.  Nous voulons parler de ces peuples dispersés, des marchands, des colons qui ont essaimé à travers le monde et – qu'on le veuille bien croire – ont été de puissants levains de progrès et de civilisation partout où ils ont passé. Phéniciens et Araméens sont les plus anciennement connus : ils ne sont probablement pas les premiers, de même qu'il y eut bien des guerres avant celle de Troie. Les uns par mer, les autres par terre, semblent avoir sillonné les plus lointaines routes de l'Antiquité et l'on connaît les périples des uns, le rôle des autres dans l'extension du commerce en Asie depuis les [ill] au moins jusqu'à Marco Polo. Les Grecs viennent ensuite, car en dehors de leurs petites provinces tous furent des colons, des marchands, des marins, des soldats [ill], des artistes, des philosophes, des voyageurs, qu'on trouve en Italie depuis le VIIIè siècle avant notre ère et qui sont nombreux en Inde tout de suite après Alexandre. Puis vinrent les Juifs, que Lombart loue des merveilles et blâme des crimes du capitalisme, et qui sont en diaspora, en dispersion, dès le VIè siècle de notre ère, comme le prouve l'histoire d'Esther et les récentes découvertes du temple d'Eléphantine. Bien avant Joseph, il y avait plus de Juifs hors de la Palestine que dedans et les richesses du Temple venaient déjà des communautés d'au-delà de l'Euphrate et d'au-delà des mers.  Enfin vinrent les Tziganes. Mais ce phénomène n'est plus si rare qu'il faille le cantonner dans l'Orient classique et l'Europe. L'Afrique occidentale a ses Diaoulas et ses Jaoussas, ces remarquables tribus qui organisaient les caravanes, les échanges dans tout le bassin du Niger et du Tchad. Les [ill] étaient des Bantous ; ils se sont islamisés et avant, Stanley et Livingstone sillonnaient l'Afrique équatoriale, du Congo au Zambèze et au Nil, fournissant d'esclaves les Européens, et à l'occasion de rois les tribus. Il ne peut être mis en doute qu'il y eut des Nubiens et des Berbères qui viennent ainsi. Les caravanes thibétaines du Ladakh et du Népal, les Pathans chameliers du Pamir, de l'Afghanistan et de la Perse, les Malais proprement dits, sont autant d'exemples de ces peuples voués à cette industrie du voyage et de la colonisation. Les peuples respectable­ment enracinés ne rendent certes pas les hommages que l'histoire leur rendra malgré leurs défauts, leurs appétits et leurs crimes. Mais ce sont eux qui ont, les premiers, vécu au dehors d'eux-mêmes, – pour soi certes – mais avec les autres, et puisque ceux-là les ont toujours tolérés, en fait pour les autres. Le Hollandais, l'Anglais et encore plus l'Allemand dans les derniers temps, ont été les héritiers de ces peuples que la légende représente toujours en voyage. Juif errant (confondu avec les Bohémiens), Hollandais volant, ce sont eux qui, en réalité, ont été le levain de la terre, l'ont découverte, l'ont exploitée et la sauraient peut-être asservir si les nations ne savaient se défendre d'eux et s'entendre entre elles. Ces peuples commerçants, ces nations à fort activité colonisatrice, commerciale et surtout maritime, ont constitué de vrais milieux sociaux pour ainsi dire cosmopolites où les gens sont citoyens de partout et de chez eux. L'Allemagne de la loi Dalbruck gardait sa nationalité malgré ses naturalisations, tout comme le Haoussa a gardé ses femmes dans chaque pays où il commerce. Mais que l'un et l'autre aient pu admettre pareils us et coutumes, comme ces Lacédémoniens et ces Athéniens qui restaient rivaux et servant le Grand Roi, les satrapes, prouve que la notion de citoyen du monde est en train de se faire jour. Aujourd'hui il [n]'y a plus d'un Anarchasis Klontz4 – un Allemand – qui court les grands chemins et ces milieux cosmopolites, extra-sociaux, extra-nationaux, sont de plus en plus nombreux. C'est un fait dont nous allons avoir à tenir compte tout à l'heure, quand nous allons opposer cosmopolitisme et internationalisme.

III.

12Auparavant, il nous faut étudier le troisième groupe de faits de la vie de relation des sociétés et en particulier des nations : ce sont les rapports généraux entre les sociétés : la paix, la guerre. En paix, elles peuvent être en état d'indépendance réciproque ou de subordination. Ce sont ici des faits de sociologie générale et non pas seulement de structure. Cependant ils affectent la structure et la physiologie des sociétés à un si haut degré et ils intéressent d'autre part tellement toutes les institutions et les arts et les biens, que l'on ne saurait trop leur contester de caractères de faits dominants d'une part et de faits simplement expressifs de l'autre. Une société grandit ou diminue dans l'une ou dans l'autre de ces conditions, au point d'être tout et de ne rien être. Songez à la [Sélinonte] des Grecs, elle ne dura que 70 ans et laissa des ruines incomparables et un nom dans l'histoire. Une cité petite par la taille, grande par la civilisation, d'origine militaire, coloniale, et qui disparaît comme elle est venue. Songez à Angkor, ruines d'un immense royaume également éphémère. Et à tant et tant de sociétés disparues, anéanties, métissées, perdues dans d'autres.

13Nous sommes assez mal outillés en ce moment pour l'étude qui va suivre. La guerre et la paix comme phénomènes sociologiques n'ont pas été aussi analysées que le fait des communications entre sociétés. M. Schirmoush [?] et son élève, M. Wilson [?], sont parmi les seuls qui leur ont accordé l'attention nécessaire. Quoique Spencer en ait fait un point de départ de ses théories, cependant le fait lui-même n'a pas été étudié sauf dans ses conséquences morales et juridiques, ou plutôt dans la mesure où il regarde les institutions sociales et politiques en général. En somme, c'est plutôt la guerre que la nature de la guerre qu'on connaît. Or cette question soulève des problèmes sans fin, [ill] le premier et non des moindres est de savoir pourquoi l'homme est le seul animal qui tue régulièrement son semblable. Le plus grave est de savoir encore pourquoi cet animal singulier croit devoir tuer ainsi, car à la rigueur on conçoit que nos ancêtres anthropoïdes se soient tués par intérêt ; on conçoit [ill] comment toute l'humanité y a cru et y croit voir une obligation et dans le guerrier un héros.

14Ensuite, bien que la sociologie ait été à l'origine et [ill], surtout pour nos confrères américains, une science très générale, portant sur l'ensemble des sociétés et des faits sociaux naturellement, ce n'est pas dans le domaine du général qu'elle a fait des progrès. Certain[e]s institutions particulières sont mieux connues par d'autres. Ce qui est le plus mal connu en ce moment, ce sont les relations des divers phénomènes entre eux et entre leurs formes et les structures sociales. Il n'est donc pas étonnant que les phénomènes de la vie de relation totale, les heurts que sont les guerres et les compromis que sont les paix, entre sociétés, le soit encore plus mal. N'importe, disons ce que nous savons, et indiquons quelques voies où l'on pourrait chercher.

15Le premier point qu'il faut bien conserver en mémoire est que la guerre est aussi vieille que l'humanité.

16En fait, à l'origine, la guerre semble avoir été constante [?] à chaque société contre toutes les sociétés voisines. C'est dans cet état que nous trouvons de fort nombreuses sociétés à base de clans. Les Australiennes en particulier croient, toutes celles dont nous savons quelque chose, croient que la mort n'est pas naturelle, qu'elle est toujours dûe à quelque magie, maléfice de quelqu'autre tribu, et se vengent par une guerre qui est [en réalité] une vendetta, ou une vendetta qui est en réalité une guerre. A l'intérieur de la tribu, de clan à clan, en particulier pour les homicides naturels, c'est la rigueur du duel et [ill] de la compétition qui fonctionne ; certaines tribus, plus nombreuses sans doute qu'on ne le dit, procèdent surtout à l'occasion de grandes fêtes d'initiation tribale à de véritables purifications générales. Mais, on le voit, la forme primitive de la guerre c'est la vendetta, la guerre privée, celle d'une société contre un individu, déterminé ou non, d'une autre société. Elle se satisfait par la mise à mort – même quelquefois mythique et simulée – de cet individu, quitte à être vengée par cette tribu à son tour dans cette chaîne sans fin des meurtres et des vengeances. Il faut interpréter de même les guerres iroquoises. Celles-ci consistent, d'après la description de Lafitau, en des expéditions lointaines, précisément pour que la tribu, le clan vengeur n'ait pas à redouter de [ill], protégé qu'il est par le reste de la confédération. Les Apaches procédaient de même et on a donné leur nom à certains de nos gens qui mènent encore contre la [société] une guerre de ce genre. Guerre constante d'attaque contre les individus des autres sociétés, n'exigeant que le concours d'une petite expédition, guerre de défense constante contre ces attaques surprises. Voilà comment une société à base de clans se bat en général avec ses voisins. Et qu'on ne s'imagine pas que cette vie soit peu militaire ; nous avons un document statistique absolument sûr qui nous montre l'importance de ces pertes dans de toutes petites tribus mélanésiennes de la presqu'île de la Gazelle, [ill] Salomons autrefois. Un homme sur trois périt dans ces guerres de tout le groupe contre tous les autres. La vie entière est dominée par le besoin de se faire des alliances de famille, de défense, de vengeance. Les mariages, les dons, les impôts, les initiations, tout cela est fait dans ce but. Il est vrai que nous sommes dans des tribus qui pratiquent la chasse aux têtes, cet usage dans tous les peuples inférieurs, depuis l'Assam en Asie jusqu'à la Nouvelle-Zélande, et où un homme ne peut se marier avant d'avoir tué un autre homme, fût-ce un esclave.

17Ce n'est que progressivement que la guerre vendetta constante et non individuelle est devenue une guerre, une crise où toute une société affronte une autre société et où entre elles la question qui se pose devient une question ou bien de vie et de mort, ou bien une question de liberté et de sujétion, tout au moins. Il ne semble pas que les guerres de ce genre ont été connues d'une grande partie du monde antique et avant l'arrivée des Européens ou des négriers arabes, d'une grande partie de l'Asie et de l'Afrique. Il semble même que ce soit les Européens qui ont transformé le système des guerres iroquoises et se sont servis des 6 Nations comme du fouet vengeur des malheureux Algonquins. Ceci est certain également des Sioux et des Apaches. La civilisation a eu là un de ses plus vilains côtés, car le progrès n'est qu'un mot à certains égards. Il n'y a pas de crime plus affreux dans l'histoire que celui de la guerre des colons [ill].

18Les mondes sémitique – et hamitique – Egyptien et Assyrien [ill] été les premiers à concevoir la guerre sous l'aspect de l'interdit vouant la totalité de la tribu, de la ville attaquée, à la destruction ou à la consécration aux dieux vainqueurs. C'est l'histoire constante des rois les plus anciens d'avant Ninive et Babylone et celle de la destination des [ill] de Jérusalem, (il semble qu'il en existait encore longtemps après qu'ils furent détruits), celle des expéditions des [Pharaons]. Sans entrer dans d'autres problèmes historiques aussi nombreux qu'insolubles, notons que les Chinois n'ont jamais eu pareille doctrine ; la guerre pour Confucius et pour les dynasties féodales elles-mêmes, encore plus pour les dynasties [ill], est même entre Chinois une lutte de prestige, la force n'étant que la manifestation de ce prestige, de cette force réelle devant laquelle le sage lui-même s'incline, contre le non-Chinois ; c'est la reconnaissance, c'est l'imposition de la supériorité chinoise qu'il s'agit de réaliser, non pas la destruction et l'envahissement. Aussi, toute l'Asie était-elle pleine de ces sociétés composites dont l'existence même prouve que partout et toujours vainqueurs et vaincus s'arrangèrent pour vivre ensemble. La première guerre nationale dans le monde Indo-européen et la plus sanglante que la légende [ill] décrive est en somme la guerre de Troie.

19[...]

20Cependant, l'Europe entière résista mollement aux invasions. Les pays romands germanisés ne reprirent guère de conscience militaire que contre les Huns et les Arabes, et encore. Les guerres nationales ne reprirent guère qu'après la constitution des Communes, après les Vêpres Siciliennes, après Bouvine avec Jeanne d'Arc. Même ces années ne furent que des crises au milieu des guerres dynastiques et féodales. Pour des mouvements comme ceux qui suivirent le sac de Saint-Quentin par Charles Quint, [ill] sous Richelieu, ou précédemment [ill] ; en Angleterre, comme celui du temps d'Elisabeth contre l'Armada, combien de guerres de nos rois et de nos princes anglais et français furent criminelles et stupides, sauvages, et au fond mercenaires, sans effet, sans intérêt autre que celui des militaires du temps. En réalité, la guerre était constante et privée encore plus que publique. Les sociétés qui sont devenues des nations intégrées de notre Occident étaient [ill] en organes souverains anarchiques, instables eux-mêmes, s'obligeant à un pouvoir central anarchique et instable lui-même. La guerre était donc largement encore ce qu'elle était dans les sociétés polysegmentaires et les états d'auparavant, une [lutte] vague, sporadique, contre des individus ou des fragments d'Etat, mal définie.

21Ce sont les grandes guerres d'indépendance qui ont été les grandes guerres nationales. Inversement, c'est bien souvent contre une menace militaire que les nations se sont fondées ou ont pris conscience d'elles-mêmes ou ont combattu pour la première fois nationalement. Les Communes n'entrent jamais dans la lutte à côté de l'Etat du roi, en France, qu'au moment critique de l'histoire nationale. Il en fut ainsi jusqu'à [ill] et [ill] établissement de la conscription par Louvois. Shakespeare a exprimé dans des vers très nobles et très exacts la différence entre les troupes d'Henri III à Azincourt et la levée contre l'Armada. Les nations se sont bâties dans, par et pour la guerre. Le moment décisif fut les guerres de la Révolution.

22[...]

23Cette courte histoire de la guerre dans l'humanité montre à quel degré la distinction que nous établissons maintenant en droit et en morale et en fait, entre guerre et paix, est une distinction récente, datant en somme de la fondation du Droit international dans toutes les sociétés classiques, et restreinte pendant [ill]. La doctrine que tout étranger est un ennemi est celle des XII Tables (Cicéron, de Off 34) ; perduellis, hostis, peregrinus étaient des termes synonymes, encore au [ill] siècle. Les cités crétoises doriennes, en général, avaient sûrement le même principe. On se souvient du début des lois de Platon. L'étranger Athénien s'entretient avec Hégillas Lacédémonien et Clinias Crêtois sur la route qui mène de [ill] à l'antre où [ill] donna à Minos les lois guerrières de quelques cités crêtoises, les plus anciennes lois de la Grèce, tout entières dirigées vers la guerre et qui ont fait la Crête « heureuse ». Or Clinias loua Minos d'avoir tout institué en vue de la guerre. Il me semble que c'est croire une absurdité que de méconnaître – comme la masse – qu'il y a toujours une guerre constante de toutes les cités contre toutes les cités. Car ce que la foule des hommes appelle la paix ce n'est qu'un mot, un fait, de toutes les cités contre toutes les cités ; c'est toujours naturellement une guerre non proclamée.

24Il y a paix entre les clans, tribus et villes lorsqu'ils substituent à leurs instabilités, leurs souverainetés incertaines, les joutes réglées, les hospitalités réciproques, les droits de prendre femme les uns chez les autres, en un mot, lorsqu'ils limitent leurs droits et substituent à la guerre meurtrière la rivalité des segments d'une même société.

25C'est ainsi d'ailleurs que se sont formées nombre de sociétés. On peut même dire que la guerre a été une des causes de ces constitutions de société. Le processus de croissance a été très souvent causé par le besoin d'alliances de sociétés apparentées contre un ennemi commun. C'est là l'origine de la Légion des Iroquois comme de la Confédération suisse, des décapoles, des Ligues si nombreuses dans l'antiquité, au Moyen-âge, des Etats-Unis. Et Morgan remarque lui-même que les Etats-Unis s'inspirèrent, furent inspirés, des exemples de la ligue iroquoise. D'autrefois, ce fut le besoin de tribus apparentées, de sociétés apparentées, de faire cesser la guerre entre elles, guerre qui apparaissait intestine, nuisible. Ces traités de trêve, de paix perpétuelle, d'opposition aux guerres privées, sont à l'origine de la Confédération latine, de diverses ligues qui ne réussirent jamais à être permanentes. Les Iroquois avaient très nettement gardé le souvenir de leurs [mot manque] privées et de la façon dont ils y avaient mis fin en fondant leur ligue de paix perpétuelle. Et c'est une histoire de ce genre que nous raconte toute la fin de l'Emile, fidèle transposition des conventions qui fondèrent la Confédération latine.

26Nous avons ici, on le verra, des conclusions pratiques à tirer. Car il est évident que ce n'est que lorsque les nations se seront confédérées qu'elles considéreront comme criminelles et nuisibles les guerres, qu'elles considéreront comme les anciens considèraient les vendettas et les guerres privées. L'esprit de paix est avant tout un esprit de fédération ; il n'est possible que par la fédération et c'est elle qu'il faut créer pour avoir la paix, et non pas inversement créer la paix pour avoir ensuite des Etats-Unis d'Europe ou du monde. C'est quand il y a aura des Etats-Unis d'Europe qu'il y aura la paix en Europe, quand il y aura des Etats-Unis du monde qu'il y aura la paix dans le monde. Pas avant ; prenons sur nous la hardiesse, le risque et le ridicule de cette prophétie.

27Nous avons ainsi à proposer tout de suite une conclusion pratique. Il est inutile de vouloir réaliser tout de suite la paix universelle. La paix c'est une attitude intérieure des nations et des sociétés encore plus qu'une attitude extérieure. Elle ne doit pas s'imposer. On verra tout à l'heure comment la force pourra être mise à son service artificiellement. Pas plus qu'il n'est possible de créer et de faire adopter une langue universelle avant qu'il existe une société universelle, pas plus il n'est possible de créer une paix universelle avant qu'il existe une société universelle. Tout au plus la notion peut-elle être l'objet d'une agitation, le sujet de formules plus ou moins heureuses où viendront se cristalliser des courants d'idée, de sentiments, d'intérêt de collectivités de plus en plus en[?] vastes. Il faudra réaliser la paix de proche en proche en réalisant des sociétés de plus en plus grandes ou, puisque la mode actuelle est non seulement aux grandes nations mais aussi aux petites, des fédérations et des confédérations de plus en plus vastes, entre lesquelles des traités simples et étendus feront de plus en plus facilement régner la paix et distancer – jusqu'à les faire disparaître – les guerres. Les idées généreuses et exactes qui ont présidé au Covenant de Versailles et rendront immortels le nom de Wilson et notre époque entière, manquaient de ce moyen terme, [ill] de Nations voisines. On veut seulement sauter un échelon. L'échelle tiendra peut-être. Mais cependant c'est le rôle du savant d'avertir qu'il manque une barre et d'inciter ses contemporains, les hommes politiques de toutes les nations, à la poser. Ce sera plus sûr et plus solide. Nous montrons plus loin que, en fait, les nations travaillent déjà à cette édification de fédérations et nous reviendrons sur ces premières conclusions pratiques.

Haut de page

Notes

1 Illisible ; entre crochets, corrections d’orthographe.  Voir note 5 de Marcel Fournier, page 6  ci-dessus.
2 G. Elliot Smith.
3 Les points de suspension sont de M. Mauss.
4 Anarchasis Cloots  ?
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcel Mauss, « La nation  », Socio-anthropologie [En ligne], 4 | 1998, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/127 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.127

Haut de page

Auteur

Marcel Mauss

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org