Navigation – Plan du site

La Ligue des iroquois

Lewis. H. Morgan

Texte intégral

1« Dans une oligarchie, lorsque le pouvoir administratif est investi conjointement parmi les membres du groupe dirigeant, un Conseil constitué d'oligarches devient l'instrument par lequel la volonté de ce corps est assuré et mise en application. Ceci fait que les Conseils iroquois sont des objets d'investigations importants. C’est par leur intermédiaire que s’exerce toute autorité relevant du législatif et de l'exécutif propre à la Ligue et nécessaire à sa sécurité face à des attaques provenant de l’extérieur ou des dissensions internes. En les analysant, on pourra mieux s'assurer du degré de pouvoir dévolu au corps dirigeant et étudier la manière mise en place quant à leur administration domestique et leur rapport politique. Quand les sachems ne sont pas rassemblés autour du feu où se tient le Conseil, le gouvernement n'a pas d'existence visible. Lorsque les sachems sont éparpillés, à l'exemple du peuple, sur un large territoire, ils exercent leur autorité à la fois dans un contexte local et interpersonnel, portant sur les affaires de la vie courante, ou interviennent dans des conseils nationaux traitant des affaires propres à leurs nations respectives. Les affaires plus importantes, qui concernent les intérêts de la Ligue, sont réservés aux sachems réunis en conseil général. Ce dernier constitue le principe essentiel qui fait fonctionner leur système politique. De fait il s'agit du gouvernement.

2La forme oligarchique de gouvernement n'est pas sans avantages, encore qu'elle ressort d'un stade peu avancé en civilisation. Un échange de point de vue, par l'entremise du conseil, pourrait à tout moment être favorable au développement de talents. C'est spécialement ce qui se produit chez les Iroquois du fait de la grande diversité d'intérêts et de l'amplitude de faits relevant de plusieurs nations en alliance étroite. Des événements de plus grande ampleur peuvent surgir au sein d'une confédération dynamique alors que cela ne sera pas le cas pour une nation de moindre importance et ceci, le fait que les hommes développent leurs capacités en proportion avec l'importance des événements auxquels ils sont confrontés, est illustré par l'histoire politique de tous les gouvernements. Pour ces raisons, la Ligue constituait un milieu favorable à l'éclosion de talents plus que ne peut le faire des nations dont les institutions et le système de gouvernement sont inférieurs.

3Le caractère extrêmement libéral de leur oligarchie est apparent dans les modus procedendi de ces conseils. Il est évident que les sachems n'étaient pas placés au dessus du peuple en tant que gouvernement arbitraire légiférant suivant leur bon vouloir et sans prendre en compte la voix populaire ; au contraire il y a des raisons de penser que, face à une opinion publique s'exprimant vis-à-vis de questions d'intérêt général, les conseils ne pouvaient se permettre de les ignorer. En laissant en suspens de telles questions jusqu’à ce qu’un conseil réunissent tous les sachems de la Ligue, auquel assistera nombre de chefs subalternes et de guerriers, une occasion est ainsi donnée au peuple de juger par lui-même et de prendre les moyens nécessaires pour exprimer et faire prévaloir son opinion.

4(...) Les institutions que l’on peut attendre d’un système politique tel que celui des Iroquois seront nécessairement simples. Leur mode de vie et leurs attentes limitées, l’absence relative de propriété privée et la rareté des crimes les dispensaient de la lourde machinerie et législation associées à la protection des sociétés civilisées. Aussi, de ce fait, serait-il peu raisonnable, compte tenu de leur stade rudimentaire d’existence, de rechercher ces hautes qualités de l’esprit que suscitent de longues pratiques, il serait également irrationnel de considérer le tempérament indien comme privé de toutes les hautes caractéristiques qui annoblissent la race humaine. S’il n’a jamais fournie d’éléments à la science, ni de découverte aux arts ; s’il perd autant qu’il gagne de génération en génération, il y a cependant certaines qualités de son esprit qui brille au lustre de la perfection naturelle. La simplicité de son intégrité, sa générosité, son hospitalité sans limite, son amour de la vérité et, au-dessus de tout, sa fidélité inébranlable. (...)

5Il y a cependant une déficience fondamentale dans la société indienne : l’absence d’un esprit tourné vers le progrès. La ronde répétée de jeux, d’échanges, de guerres, de chasses et de relations domestiques se reproduisait de génération en génération. Il n’y avait ni progrès, ni invention, ni accroissement de sagesse politique. (...)

6Les structures politiques de nos habitants primitifs se sont, en général, révélées trop fragiles. Des nations isolées, du fait de certaines supériorités de leurs institutions ou du fait de leur emplacement, émergèrent avec vigueur et, pour une saison, étendirent leur pouvoir au loin et avec force. Après une brève période de prospérité, l’adversité les renvoyait à leur obscurité originelle. De ce fait, leurs territoires sans frontières étaient témoins de conflits incessants et de l’essor et de la chute des souverainetés indiennes. Il est revenu aux Iroquois, en se constituant en Ligue, de s’appuyer sur une base plus solide. Ils cimentèrent cette alliance entre leurs nations par les liens impérissables des relations intertribales. Au temps de l’occupation saxonne, ils bâtissaient rapidement un empire qui menaçait d’absorption ou d’extermination tous les groupes indiens situés à l’Est du Mississippi. (...)

7Leurs conseils réunis autour d’un feu, pour ce qu’ils sont emblématiques d’une juridiction civile, se sont depuis longtemps éteints, leur empire a disparu et les ombres du soir enserrent étroitement les restes éparpillés et fragiles de cette Ligue autrefois puissante. »(...)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lewis. H. Morgan, « La Ligue des iroquois », Socio-anthropologie [En ligne], 4 | 1998, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/128 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.128

Haut de page

Auteur

Lewis. H. Morgan

League of the Ho-de’-no-sau-nee, or Iroquois (1851)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org