Navigation – Plan du site

L’autoscopie individuelle

Pierre Bouvier

Texte intégral

1Pour appréhender dans sa complexité les valeurs, usages, représentations d’une concrétion sociale, on privilégiera les abords sociologiques et anthropologiques en visant à dépasser certaines limites ou à enrichir certaines de leurs capacités. En complément des modalités connues et reconnues que sont les méthodes de l’observation, de l’entretien sinon du questionnaire et ce dans une perspective qualitative, on s’attachera à des éléments relativement peu travaillés : ceux que nous nommons les « autoscopies ».

2La démarche socio-anthropologique implique une attention portée tant aux variables fortes, qui ressortent du sociologique qu’aux labilités, plus anthropologiques, des expressions des acteurs même. Ce que nous nommons l’autoscopie relève de cette seconde proposition. Il s’agit de tenter de percevoir la manière dont les individus et les populations se disent eux-mêmes en évitant, autant faire se peut, les biais qu’implique l’observation. Cet écueil a été, à l’évidence, identifié et reconnu : ainsi, sous l’angle sociologique, des précautions et des choix effectués par les approches compréhensives, interactionnistes ou ethnométhodologiques. Ces diverses attitudes questionnent l’interférence de l’observateur dans le recueil des données, dans leur traitement et essaient de lui apporter des réponses.

3De même en anthropologie il aura fallu attendre ces dernières décennies pour que des chercheurs de cette discipline interpellent la manière dont, à des exceptions près, les enquêtes étaient menées. Certains avaient cependant su percevoir les illusions de transcriptions qui se voulaient lisses et rationnelles de l’altérité ; ainsi, en particulier, des précautions de De Gérando, de propos du « Journal d’ethnographe » de Malinowski ou de celui de Leiris « l’Afrique fantôme »... Plus récemment l’influence du post-modernisme a suscité l’émergence d’une anthropologie (Geertz, Clifford...) s’attaquant aux assertions « scientistes » de nombre de leurs prédécesseurs dont en particulier les structuralistes. Les prises de position de ce courant ne sont pas dépourvues d’excès. Cette approche tendra à ne plus relever du domaine de la connaissance anthropologique ou elle le fera d’une manière si évasive qu’elle pourra être assimilé à un impressionnisme psychologisant ou à une herméneutique, une sémiologie privilégiant non plus le dialogique mais le monologique, le textuel, le biographique du chercheur. Pour nous il s’agit de considérer les critiques adressées à la tradition du positivisme descriptif puis analytique et de rendre compte du faire et du dire transitif des intéressés sans tomber dans des outrances phénoménologiques ni occulter la posture propre au chercheur.

4Nous distinguons plusieurs niveaux dans l’autoscopie : le regard porté sur soi-même, le sujet disant son moi, les sujets exprimant leur nous en « spontanéité ». Ceci n’occulte en aucune façon le fait que ces expressions libres de la présence et des impositions de l’observateur n’en sont pas moins construites, charpentées, référenciées et multivoques. Dans le cas de l’autoscopie individuelle, celle où nous sommes en présence d’un sujet disant/se disant dans le cadre soit d’un dialogue extérieur ou non formalisé par le chercheur ou d’un monologue, les formes que peuvent prendre ces expressions sont multiples. Il peut s’agir d’un échange verbal avec un autre, d’une déclamation orale, d’une transcription écrite adressée à soi-même ou à autrui, de l’expression artistique (musique, arts plastiques ou bricolage...), d’expressions brutes sans interlocuteurs qu’elles soient orales, gestuelles ou écrites. Le journal ou carnet intime en est une facette. Il s’adresse à soi-même pour soi-même. Il dit brutalement, radicalement, à la racine. Ces expressions, elles peuvent faire l’objet ou être porteuses du projet d’une reflexion sur leurs réalités, sur leurs significations par celui qui les énonce. L’autoscopie devient intransitive, réflexive. Elle dévoile à soi-même le signifié de ses propres propos. Une auto-analyse se met en place. L’ethnologue M. Leiris en a montré les potentialités en particulier dans « l’Age d’homme1 ».

5Dans le cadre d’une analyse socio-anthropologique, l’autoscopie individuelle permet d’accéder à un régistre difficilement atteignable par les méthodes traditionnelles de l’observation ou des entretiens. Lorsque l’observateur est opaque, l’agent pourrait s’exprimer différemment. Ceci a donné lieu à diverses procédures visant à atténuer la distorsion du recueil des données. La présence de l’observateur en position d’insertion dans le milieu étudié est l’une d’elle. L’observation participante a des connotations ethnologiques : immersion dans le contexte sur la longue durée. Elle s’en détache cependant du fait que le chercheur ne se distingue pas, a priori, du milieu qu’il étudie. Il peut y être assimilé, ce qui distordra différemment les biais soulignés précédemment. Les points de vue du groupe pourront lui être assignés. Il risquera nolens volens d’adhérer ou d’être obligé à s’y tenir. Ces distorsions, l’anthropologue les connaît moins que le sociologue. Jusqu’à une date récente, il se distinguait de par son origine géographique et culturelle du contexte qu’il choisissait d’étudier. Les oppositions entre premier monde et périphéries étaient une des conditions de sa présence et de ses travaux. De par son origine il est/était pour les Autres lui-même un Autre.

6L’étude de nos propres sociétés inverse l’ordre des facteurs. La reconnaissance de l’altérité s’efface et ce au détriment des capacités nécessaires de distanciation face au fait social retenu. Aspiré par son objet, le sociologue en observation participante risque d’adhérer à des valeurs qu’il n’a pas le loisir d’analyser mais de mettre en pratique, devenir acteur du milieu sinon s’y dissoudre2.

Les « brutalités » de l’Autre

7Pour contourner cette situation, l’autoscopie individuelle peut, dans le cadre de la mise en place d’un protocole négocié, permettre au chercheur d’accéder à la « brutalité » de propos ou d’attitudes par l’intermédiaire d’éléments à vocation essentiellement personnelle. Ainsi en est-il des notes, manuscrits, lettres, journaux intimes, poèmes ou compilations réalisées par le sujet et ce à son usage exclusif et qu’éventuellement il mettra à la disposition du chercheur ou que ce dernier pourra reconstituer.

8Les autobiographies font également partie de ces éléments où, en dehors de toute ingérence extérieure dont celle du sociologue, sont élaborés des récits, hagiographiques ou pas, où se dit l’Autre. L’autoscopie est révélatrice de valeurs et de pratiques qui peuvent être cachées, masquées ou transformées dans le cadre de l’échange, l’entretien ou l’observation.

9La solitude de l’écriture, de la composition musicale, de la fabrication d’objet présage, à priori, une plus grande proximité à l’essence expressive qui se sait « libre » de tout regard, écoute, lecture externes. On peut, comme le fait entre autres Philippe Lejeune, s’interroger sur de tels éléments, sur la conscience latente, crainte ou désir que, tôt ou tard, un Autre y accéderait. Cependant certains de ces éléments peuvent être utiles pour une démarche qui cherche à être au plus près du locuteur, de ses valeurs et représentations, ce que propose l’approche socio-anthropologique.

10Cette remontée d'information individuelle pouvant donner lieu à transmission emprunte plusieurs formes. La première et la plus immédiate est l'expression orale. Elle est généralement impossible à saisir, du moins dans son expression la plus ordinaire et banale : celle de la routine quotidienne, du fait même de sa labilité. L’expres­sion ordinaire des multitudes ne laisse aucune trace au‑delà de leur émergence im­médiate, et des échos ponctuels et concentrés dans des limites très restreintes. Cette absence de marque, de trace ne constituerait cependant pas un manque incontournable, fondamental si, comme on le considé­rait jusqu'à une date très récente, elle n'était, en dernier ressort, que la preuve de l'inintérêt et de la vacuité de la culture ordinaire. Cette inexpressivité témoignerait de ses non‑signi­fications. N’émergeraient que des bribes, des enchaînements fragmentaires, des segments phénoménologiques dénués de per­tinence en dehors de leur fonctionnalité la plus immédiate. En fait le seul sens exprimable, et pouvant ainsi retenir l'attention, serait celui de processus, de leur organisation technique et sociale, de leur séquence. Sur une scène ainsi dressée les expressions individuel­les renverraient, en quelque sorte, aux personnages du théâtre de l'absurde, à ces « héros » de S. Beckett, d'E. Ionesco ou de M. Duras dont les propos ne relèvent, apparemment du moins, que de la vacuité3.

11Ordinairement, les monologues ou dialogues n'ex­primeraient rien qui puisse aller au‑delà de leur émergence et évanescence sporadique si ce n'est, comme pour les personna­ges de « Fin de partie », celle d'un vide ontologique. En fait les interactions impliquent, au coeur même des ex­pressions humaines qu'elles suscitent, un mixte où la fonctionna­lité de l'intervention nécessaire de l'individu recouvre ou est submergée, par l'innommabilité fondamentale des situations, gestes, postures et dialogues impliqués. Ainsi, par exemple, de la routine ininterrompue, opaque et à l'identique, pendant des semaines et des mois, qui peut solliciter ces propos de Hamm : « La fin est dans le commence­ment et cependant on continue4. »

12G. Lukacs a analysé, sous un autre angle, cette mise à distance et cette réification, poursuivant les travaux marxiens sur l'aliénation. « Histoire et conscience de classe » relève d'une étude du sujet his­torique et des blocages. La réification et, au‑delà même, la fausse conscience entravait l’historicité, « le devenir société de la société ».

13De ces quotidiennetés individuelles, éphémères mais congruantes de par leur nombre et leur similarité (échan­ges individu‑individu, formels ou infor­mels mais, tout autant, chaînes mentales ne franchissant pas les zones cervicales...), il est possible d'avoir quelques traces5. Celles‑ci sont consignées dans la littérature orale : récits exprimés, le plus souvent, dans le contexte familial ou dans les rencontres amicales. Elles portent sur les conditions usuelles des implications, pérégrinations ou fonctions exercées. La réité­ration de l'expression de cette culture de l'ordinaire et l'écoute de celle‑ci par des tierces personnes, parents ou amis, cette communication orale des faits et gestes de la banalité habituelle n'en dissimule pas moins sa fragilité. Elle est étroitement dépendante du narrateur, source et référant unique du rapport. Cette oralité immédiate et éphémère a marqué pro­fondément les scènes de la sphère privée et ceci jus­qu'à la généralisation des moyens modernes de recueil et de transmission de l'information. Elle continue à occuper une certaine place dans la transmission de l'ordinaire et ce malgré le re­couvrement des medias déterminant une saturation des échanges informels où l'on pouvait, dans l'espace domestique, se raconter et se dire. La narration des conditions assignées et des con­traintes physiques ou morales qu'elles impliquent journelle­ment ne laissent généralement pas indifférente. De nombreux exemples illustrent cet écho rencontré par la simple narration de conditions usuelles.

L’autoscopie en mouvement

14L'histoire événementielle des mouvements sociaux repose sur un sol constitué par la sédimen­tation, sur la longue durée, des faits et des gestes du quotidien, de la fatigue, des espoirs et des banalités itératives.

15A côté, et résultant de ces expressions orales de « l'indicible » des quotidiennetés, existent des transcriptions, des documents apportant un ensemble d'indica­tions. Il pourra s'agir, par exemple, de lettres, de corres­pondances, voire de textes plus composés : essais, poèmes, récits, romans ainsi que des autobiographies. Ces dernières se pré­sentent comme l'une des formes les plus achevées de l'expres­sion autoscopique individuelle. Quoi­que s'inscrivant souvent autour d'événements forts et ayant marqués l'itinéraire de l'auteur elles rendent compte également, du moins pour certaines, de l'ordinaire d'un vécu et, par extrapolation, de l'environnement socio-anthropologique usuel, immédiat des contextes dans lesquels celui-ci est ou a été inscrit. Il faut également signaler d’autres formes que des acteurs peuvent donner de leurs quotidiennetés. Ainsi, par exem­ple, de toutes les attitudes et détournements des normes qui donnent à voir non seulement l'en­vers du quotidien, la ruse subalterne, mais égale­ment parfois, à travers le type de mise en forme, la réalité des pratiques usuelles. De nombreuses activités ludiques, dé­sintéressées, non productives ont ainsi, pour cadre, les temps et les espaces du travail.

16Une habitude commune à de nombreuses professions et qui touche chacun d’entre ceux qui en relève, consiste en la fabrication d'un objet célébrant les départs à la retraite. Celui-ci, illustration du temps effectué et du type de fonction exercée, est révélateur de ce qui n’est pas dit en terme d’ambivalence, souffrance, plaisir et dérision des procès de production6.

17De même des travailleurs de Lip, en détournant le jeu de socié­té Monopoly, ont réalisé un contre passe‑temps en référence directe, autoscopique mais là collectif et non plus individuel, avec le quotidien qu'ils ont subi pendant plusieurs années, jour après jour : les luttes associées à l'emploi et un de leurs en­vers, le chômage d'où le « Chomageopoly »... Ces pratiques et surtout celles de ce dernier exemple, celui des Lip, pourraient être considérées comme ne relevant plus de l'ordinaire, compte tenu de l'audience nationale qu'elles avaient rencontrée7. Il faut cependant remarquer que l'expressivité endogène multiforme de cet « ensemble populationnel cohérent » qui avait trouvé son sens dans le productif, illustre, sur la scène publique, ce qui ressort habituellement du méconnu, du non­transmis, du local sinon du « folklore ».

18La littérature autoscopique individuelle, sous sa forme la plus achevée, du moins pour notre propos – l’autobio­graphie – est d'une exemplaire rareté. De nombreuses études ont analysé les tenants de la mobilité sociale. Suivant l'appartenance à telle ou telle classe et sous‑ensemble de ces classes, le capital cultu­rel se transmet ou pourrait s'acquérir. Ceci se traduit par l'habituelle exclusion des milieux populaires de l'expression diffusée, transmissible et éventuellement « reconnue » à l’extérieur de son contexte d’élaboration.

19La lente montée, au fil des siècles, des classes populaires vers l'enseignement – et qui aujourd'hui n'a toujours pas atteint l'objectif d'une formation de haut niveau pour tous – s'est traduite par une production littéraire marginale. Des circonstances particulières ont pu donner à quelques-uns, avant mais surtout au cours du XIXe siècle, la pos­sibilité de passer de l'oral à l'écrit et de susciter une dif­fusion à grande échelle et sur le long terme de leurs propos qui n’étaient destinés, a priori, qu’à eux-mêmes ou aux proches. On peut retenir, par exemple, les chansons populaires du XIXe siècle qui circulaient et étaient vendues sous la forme de feuilles volantes dans les rues des villes et des villages. Leurs auteurs relevaient souvent de ces catégories où l'acquis culturel a été une longue et sinueu­se démarche : ainsi de C. Gille, poète et chansonnier populai­re, ayant appris à lire et à écrire dans une de ces écoles mutuelles où l'enseignant n'était que celui qui possédait quel­ques connaissances de plus que ses voisins8. Il le leur trans­mettait contre rémunération. M. Nadaud cumulera ainsi des journées d'ouvrier‑maçon et des soirées de répétiteurs données dans sa chambre même. C. Gille ne pouvait faire imprimer ses chansons, car il avait été con­damné pour avoir créé une société « politique » sans autorisa­tion. « ...Il les écrit lui‑même à la main. Et le soir, aux coins des rues des quartiers ouvriers, pendant qu'il fait le guet, son ami Fontelle les chante. On en débite chaque soir des centaines que l'on vend cinq centimes “à qui peut payer”9. »

20Il faut préciser que l'analyse des faits du quo­tidien est rare. La dénonciation des conditions imposées sinon l'apologie de la revanche focalisent les représentations. Il en sera sensiblement de même dans le domaine de la poésie, autre forme privilégiée de l'expression « autoscopique » populai­re. Ce type de littérature, qu'il soit rimé ou pas, retient particulièrement l’attention car c'est un mode d'expression souple pouvant être composé et diffusé rapidement, à moindre frais, et possèdant de nombreuses références tant dans la lit­térature d'avant‑garde que dans la poésie « classique » d'un Victor Hugo ou populaire d'un Béranger ou d'un Pottier (poè­tes/chansonniers). Comme pour la chanson, les textes poétiques s'attacheront aux temps forts de l'espoir ou de la souffrance. Cependant quelques auteurs en relateront les traits coutumiers et les postures habituelles. Cette autos­copie s'attache alors au quotidien, aux faits et gestes marqués du sceau de la banalité ou de l'aliénation.

21Ces autoscopies individuelles présentent l'avan­tage, sur les thèses exogènes, d'être plus « paradoxalement » complexes. Là où idéologues et théoriciens construisent des analyses et des propositions privilégiant certaines variables dont, par exemple, les conditions de l'échange, les effets de la propriété ou des classifications sociales, ces mémoires tracent des ta­bleaux de milieux et d'individus ambivalents, en mutation et s’exprimant souvent « hors texte »10. Les représentations de départ : celles de la misère, de la faim, de l'humiliation s'entrecroisent avec des valeurs de plaisir, d'accomplis­se­­ment au niveau de pratiques quotidien­nes, dans le creuset même de la subjectivité11.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P. Ce que parler veut dire. Paris, Fayard, 1982.

Bouvier P. Socio-anthropologie du contemporain. Paris, Galilée, 1995.

Bouvier P.  « Réalisme critique et historicité chez Georg Lukacs », Intervention dans le champ de l’art et de la culture, n°3, 1998.

Clifford J., Marcus G. (dir.). Writing Culture, The Poetics and Politics of Ethnography. Berkeley, University of California Press, 1986.

De Certeau M. L’invention du quotidien. Paris, Gallimard, 1990.

Farge A. « Histoire, événement, parole », Socio-anthropologie, n°2, 1997.

Farge A.  Des lieux pour l’histoire. Paris, Seuil, 1997

Goffman E. Façons de parler. Paris, Minuit, 1987.

Goffman Les cadres de l’expérience. Paris, Minuit, 1991.

Goody J. La raison graphique. Paris, Minuit, 1979.

Hamel J. « La socio-anthropologie, un nouveau lien », Socio-anthropologie, n°1, 1997.

Labov W. Le parler ordinaire. Paris, Minuit, 1978.

Lazarus S. Anthropologie du nom. Paris, Seuil, 1996.

Lejeune Ph. Je est un autre. Paris, Seuil, 1980.

Revel J.(dir.). Jeux d’échelles, la micro-analyse à l’expérience. Paris, Seuil/Gallimard, 1996.

Schutz A. Le chercheur et le quotidien. Paris, Méridiens Klincksieck, 1987.

Van Maanen J. Tales from the Field, On Writing Ethnography. Chicago, University of Chicago Press, 1988.

Weber M. Economie et société. Paris, Plon, 1971.

Haut de page

Notes

1 M. Leiris, L’Age d’homme, Paris, Gallimard, 1946.
2 J. London, Les temps maudits, Paris, UGE, 1973.
3 « Moi que voici, moi qui suis ici, qui ne peux pas parler, ne peux pas penser, et qui dois parler, donc penser peut-être un peu, ne le peux seulement par rapport à moi qui suis ici, à ici où je suis, mais le peux un peu, suffisamment, je ne sais pas comment, il ne s'agit pas de cela, par rapport à moi qui fus ailleurs, qui serai ailleurs, et à ces endroits où je fus, où je serai. Mais je n'ai jamais été ail­leurs, quelque incertain que soit l'avenir. » S. Beckett, L'innommable, Paris, Minuit, 1953.
4 S. Beckett, Fin de partie, Paris, Minuit, 1957.
5 Les ouvriers de l'imaginaire, C.E. SNECMA, Evry, 1984.
6 La chanson française : le pamphlet du pauvre. (1834‑1851), Paris, Ed. Sociales, 1957 ; C. Duneton, Histoire de la chanson française. Paris, Seuil, 1998.
7 D. Féret, Les yeux rouges, Besançon, LIP, 1973-1998, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 1998.
8 M. Nadaud, Mémoires de Léonard, Paris, Hachette, 1976.
9 La chanson francaise, op.cit.
10 P. Nizan, Antoine Bloyé, Paris, Grasset, 1933.
11 R. Dethyre, Chômeurs, la révolte ira loin, Paris, La Dispute, 1998.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bouvier, « L’autoscopie individuelle », Socio-anthropologie [En ligne], 4 | 1998, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 28 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/133

Haut de page

Auteur

Pierre Bouvier

Université Paris X-Nanterre/LAIOS-MSH

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org