Navigation – Plan du site

L’attrait entre les sexes d’Erving Goffman au XVIIIe siècle

Arlette Farge

Texte intégral

1Pour parler de ce sujet si peu simple et quelque peu difficile à étudier, j’aimerais partir de la lecture lumineuse du texte récemment publié intégralement d’Erving Goffman, L’Ar­rangement des sexes1. Ce texte, paru aux Etats-Unis en 1977 et dont il ne fut donné que quelques extraits en France2, bien qu’écrit il y a vingt-cinq ans, me semble apporter pour aujourd’hui un éclairage aigu sur le problème des interactions entre hommes et femmes, qu’elles soient plus qu’ordinaires et constantes dans la vie quotidienne ou dans l’espace plus particulier du jeu de la séduction (ces deux moments ne se séparant pas toujours). Non seulement l’auteur pose des problèmes qu’aujourd’hui n’a pas résolus, mais il donne d’extraordinaires outils pour comprendre les types de relations qui existent en milieu populaire au XVIIIe siècle.

2Posons, en quelques mots, l’appareil conceptuel de L’Ar­rangement des sexes. Pour Goffman, l’important est de rendre compte d’un savoir-être social entre les hommes et les femmes et de sa mise en œuvre permanente par l’organisation sociale. C’est le « comment ça marche » et le « comment ça tient » au vu et au su de tout le monde, et le consentement de l’ensemble social qui l’intéresse. Bien qu’assez proche du livre plus récent de Pierre Bourdieu, La Domination masculine3, il s’en démarque (d’ailleurs il écrit bien avant lui) par son étude du micro-ordinaire et par son non-emploi du concept de violence symbolique et d’intériorisation, thème fort chez le sociologue Bourdieu. Analysant la co-présence des sexes – leur façon d’être « ensemble et séparés »4 – il regarde et interprète ce qui se donne à voir et ce qui, continûment, organise normalement et comme naturellement le décalage entre les sexes. Ce qui, pour Goffman, se résume d’une phrase majeure : « Comment dans une société moderne les différences biologiques non pertinentes entre les sexes en viennent-elles à sembler d’une telle importance sociale5 ? »

3Bien sûr, Goffman écrit en 1977 (il sera oublié, méprisé par les féministes, pourtant elles s’en serviront), et il travaille sur sa société qui n’a donc rien à voir avec le XVIIIe siècle en France. Pourtant, ce qu’il organise en quelques pages sous nos yeux sur cet arrangement connu de tous, intériorisé par tous, avalisé par tous, au fonctionnement impeccable et mille fois réactivé chaque jour et au cours de toutes les scènes sociales, plaide, si l’on y réfléchit bien, pour un examen bien particulier de la société précaire du XVIIIe siècle. Celui-ci n’est pas contraint par le même type d’organisation sociale et civile (même s’il connaît, faut-il le rappeler, un dimorphisme sexuel de grande ampleur). Malgré tout, les formes de vie ordinaire du XVIIIe siècle font entrer dans leur jeu, comme dans leurs interstices, des systèmes d’attrait entre les sexes, ou plutôt des possibilités de mixité et de relation, qui n’ont rien à voir avec aujourd’hui et permettent peut-être plus d’aisance car le cadre qui les entoure (même s’il est totalement inégalitaire) n’est pas encore totalement envahi par ce jeu implacable de relations contraintes et acceptées, réactivées par les deux sexes, existant au XXe siècle. Le regard construit par Goffman sur les interactions sociales et les micro-gestes de la vie ordinaire peut être emprunté pour analyser le XVIIIe siècle et y découvrir d’autres possibilités, ténues mais existantes. Si bien que l’outil de recherche qu’il nous présente : regarder comment se font les « pratiques de positionnement et de désignation des sexes comme système unifié » (p. 88), ainsi que les « exemples de réflexivité institutionnelle » qui organisent gestes, regards, espaces, cet outil de travail permet de constater qu’un XVIIIe siècle, très inégalitaire pour les sexes, n’a pas encore rigidifié ces formes de relations et que l’institution n’a pas totalement momifié l’arrangement des sexes. « Arrangement » qui me permet de parler d’aisance. Et il faut à présent s’expliquer sur ce point.

4Pour le XVIIIe siècle, les notions clés sont évidemment la force de l’espace public, d’une part, le peu de place donné à l’espace privé qui fait douter même qu’il y ait séparation entre les deux ; d’autre part, la vie du travail qui se passe la plupart du temps dehors dans les champs s’il s’agit du monde rural ; en pratiquant l’exode, l’errance et le nomadisme ou le tour de France des compagnons ; dans les rues ou sur les places et les bords de rivière s’il s’agit de la vie citadine.

5Cette forme poreuse de sociabilité, que nos yeux contem­porains nomment désordre et qui est un des ordres habitués (accoutumés) sur lequel vit l’ensemble de la société des plus humbles, fabrique des relations entre les sexes moins codifiées et moins attendues que dans notre propre siècle. Pourtant, il est une première chose à souligner : la situation entre hommes et femmes est frappée du coin de l’inégalité la plus claire et la plus drastique. Inégalité civile, sociale, juridique, cela va sans dire. De même, une véritable violence s’exerce sur les femmes et dans les conflits conjugaux étudiés dans les archives judiciaires. Les faits sont nombreux. Violence qu’il faut immédiatement replacer dans un contexte lui-même de relations extrêmement fortes entre les corps ; l’expressivité corporelle, les coups, les rixes sont chose commune. Si bien que la violence sur les femmes entre dans un climat d’ensemble où le conflit et la force sont très présents.

6Si l’on suit Goffman et que l’on prend ses analyses sur l’arrangement des sexes ou celles sur les formes d’interaction sociale, on s’aperçoit qu’au XVIIIe siècle, dans les classes populaires, l’attrait entre les sexes, la « mixité », une certaine ai­sance entre hommes et femmes se montrent régulièrement au su et au vu de tous. En effet, les hommes et les femmes ont un mode de vie dans l’espace public qui nécessite qu’ils se côtoient sans cesse6. Leur vie itinérante (ils traversent la ville et la campagne en tous sens pour trouver du travail ou se rendre d’une occupation à une autre) leur permet les rencontres. De même le fait la vie en atelier, les métiers s’exerçant le plus souvent au-dehors (marchands ambulants, ateliers ouverts sur la rue). Les rencontres entre travailleurs des deux sexes sont constantes. L’auberge, le cabaret, la taverne sont des lieux de halte pour les uns comme pour les autres. Les fêtes, les cérémonies, les déplacements royaux et princiers, les punitions publiques sont autant de rassemblements qui mettent ensemble une population habituée à se côtoyer. A se côtoyer, donc à coexister, à se héler, à entreprendre commerce les uns avec les autres7. Le badinage, le rire, les amusements, les agaceries, les baisers volés dans des immeubles qui ne connaissent point l’intimité sont choses courantes. Dans ce commerce, il est des règles à ne pas dépasser, des mots qui se disent et se reçoivent, d’autres qui outrepassent largement la bienséance. Mais dans un quartier (on le sait, le quartier populaire au XVIIIe siècle fait et défait les réputations), on se regarde et s’attire devant chacun et tous. Impossible d’ailleurs d’envisager une autre solution, et le regard d’autrui cimente et légitime les liens amoureux ou badins entre les sexes. Lorsqu’une jeune fille est délaissée par son ami et que, par malheur, il la laisse enceinte, elle prend à parti le quartier pour témoigner de la façon dont ils ont publiquement badiné ensemble et arguer de cela afin d’obtenir des dommages et intérêts.

7Dans cette société poreuse, les corps sont constamment sollicités : pour la peine du travail, pour la vie menée dehors, pour les travaux les plus durs ; aussi ont-ils une gestuelle et une verbalisation très ample. On crie, on s’étreint, on pleure8, on s’interpelle, on danse, on bat des mains ; quelque chose de la relation corporelle est constamment mis en mouvement, et les hommes et les femmes sont « naturellement » pris en ce mouvement qui est en quelque sorte le mouvement de leur vie. Bien entendu, de nombreux excès se commettent, et les plaintes pour violences et pour viols émaillent la série Y (archives judiciaires) des Archives nationales. La femme, sans doute « trop » accessible, soumise à la vie du dehors et aux sollicitations masculines, est l’objet de pressions insupportables et de passages à l’acte peu amènes. Chose grave, puisque de sa conduite on déduit sa réputation comme celle de ses parents. C’est en effet l’ordre masculin qui, en général, a raison. Dans les procès pour violences ou pour viols, il n’est pas rare de voir les familles se désister, de peur d’être en butte aux mauvais regards des voisins et du quartier.

8Il faut comprendre cette société comme ne possédant pas (comme ce le sera plus tard) des normes précises autour des phénomènes de séduction. L’arrangement des sexes se fait à l’intérieur – si j’ose dire – d’un corps à corps permanent, qui se joue aussi bien entre hommes qu’entre femmes. Il ne faut pas oublier que la violence entre femmes est grande, sur les marchés, par exemple, ou dans les immeubles et que leur place dans les émeutes les reconnaît comme de vraies partenaires (à la fois actrices et irresponsables pénalement) des mouvements sociaux9. Même si – et c’est d’évidence – elles n’ont aucune responsabilité juridique ni pénale, ce qui pose problème dans la vie ordinaire lorsque, ayant pris place dans les émeutes, elles reviennent à la maison sans aucune possibilité d’expression officielle.

9Le monde dans lequel vivent hommes et femmes au XVIIIe siècle est une construction sociale qui les fait naturellement se rencontrer et les mettre dans des positions quasi égalitaires de pénibilité du travail et d’expression dans la vie publique. Les relations entre les sexes ont alors la rudesse (et la tendresse) de leur insertion dans un monde difficile, précaire et instable. Le corps y est un bien à part entière ; c’est lui qui permet le travail et la situation sociale, c’est de lui que vient la survie. La domination masculine de fait est happée (mais non effacée, qu’on soit bien clair) dans un halo de relations gestuelles qui sont le mode de vie d’une population précaire obligée de mettre constamment en jeu son corps pour continuer à vivre. Les situations sociales et le jeu du politique donnent au corps une importance considérable. Dans ce contexte, l’homme et la femme se rencontrent dans un environnement qui ne manifeste pas le genre mais qui a pour originalité de faire de la construction entre les sexes un rapport à la fois évident et marqué par un langage du corps heurté dans lequel l’attirance, la voix, la parole, l’agacerie ont place. Sans problèmes. Avec pour seul défi : n’être point humiliée, n’être point trompée, n’être point discréditée aux yeux des autres, pouvoir jouer son corps et son esprit sous le regard du voisinage et de l’atelier, faire des gestes même osés une grammaire acceptable tandis qu’on frôle constamment la violence.

10La « co-présence des sexes », où ils sont « ensemble10 » et peu séparés, au XVIIIe siècle, est une altérité frontale, un mode d’être où bienveillance et « pichenettes » se tiennent dans un équilibre peu simple. Le rapport de forces est évident ; la volonté et la nécessité de chacune et de chacun d’être face l’une à l’autre donnent des situations extrêmement spécifiques, que le XXe siècle ne connaît pas.

Haut de page

Notes

1 Erving Goffman, L’Arrangement des sexes, traduit par Hervé Maury, présenté par Claude Zaidman, Paris, La Dispute, 2002.
2 Extraits publiés sous le titre « La ritualisation de la féminité » in Actes de la recherche en sciences sociales, n  14, 1977, p. 34-50 ; et par Yves Winkin (dir.), Erving Goffman : les moments et leurs hommes, Paris, Le Seuil-Minuit, 1988, p. 150-185.
3 Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Paris, Minuit, 1999.
4 Belle expression de Claude Zaidman dans sa présentation (et titre de cette présentation) de Goffman, op. cit.
5 Goffman, op. cit., p. 89.
6 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. « Archives », 1979 ; idem, La Vie fragile, violences, pouvoirs et solidarités, Paris, Hachette, 1986.
7 Arlette Farge, « Jeux de l’esprit et du corps » in C. Dauphin et A. Farge (dirs.), Séduction et Sociétés, Paris, Seuil, 2001.
8 Anne Vincent-Buffault, Histoire des larmes, Paris, Payot Poches, 2001.
9 Arlette Farge, « Évidentes émeutières », in N. Z. Davis et A. Farge (dirs.), Histoire des femmes, vol. III, Paris, Plon, 2002.
10 Claude Zaidman, « Ensemble et séparés », préface à Goffman, op. cit., p. 36.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arlette Farge, « L’attrait entre les sexes d’Erving Goffman au XVIIIe siècle », Socio-anthropologie [En ligne], 11 | 2002, mis en ligne le 15 novembre 2003, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/136 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.136

Haut de page

Auteur

Arlette Farge

CNRS/CRH-EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org