Skip to navigation – Site map

Les Originales, un bar de femmes

Ethnographie d’un « marché1 » de la séduction homosexuelle
Julien Méreau

Full text

1Le quartier du Marais est un lieu où s’opère des dif­fé­renciations socioculturelles multiples, des diversités de pratiques toutes domiciliées au sein de territoires précis (tels les bars et boîtes de nuit), et dispersées en une série de points qui présente une véritable spécificité sociographique. La « culture » homosexuelle parisienne donne lieu à des usages extrêmement socialisés, noc­turnes et festifs, s’accompagnant d’un culte du corps et d’une consom­mation amoureuse spécifique. Ces cultures territorialisées offrent de véritables cérémonies et des situations rituelles, focalisées essentiel­lement l’esthétique, sur la recherche d’un(e) partenaire et d’un profit sexuel ou amoureux. Elles participent d’une certaine objectivation de symboles ; la manière de se présenter aux autres implique une préparation préalable de son corps à son exposition future.

2L’histoire récente de l’homosexualité féminine, bien qu’elle soit en partie liée à la visibilité masculine, présente deux décalages marquants. Le premier se situe entre l’essor d’un discours politique, militant et féministe sur l’homosexualité, qui s’affirme publi­quement à partir des années 1970, et la persistance d’une tendance à masquer son orientation sexuelle dans la quotidienneté. Les conduites des femmes homosexuelles semblent susciter et engendrer des réactions variées. Certains groupes sociaux continuent de re­jeter, d’une manière plus ou moins ostentatoire, les conditions d’ex­is­tence des homosexuelles en élaborant des actions symbolisant un déni d’existence public2, visible et légitimé ; l’injure et la raillerie quasi-quotidienne sont des exemples incontestables d’une scotomisation. En même temps, considérées comme inexistantes, parce que le rapport sexuel (entre autre) reste impensable du point de vue de la sexualité dominante, les lesbiennes deviennent membres d’une minorité quasi-invisible.

3Ces femmes se sédentarisent parfois au sein d’un « ghetto » physique, socio-culturel et socio-sexuel. Au sein de ces territoires, elles adoptent des techniques de rencontre caractérisées essentiel­lement par des systèmes de clôture. Ceux-ci sont clôts pour l’homme. Un barrage symbolique, exercé par une physionomiste, permet de repousser d’éventuelles intrusions et limiter ainsi les risques potentiels de rejet et d’injure. Se rencontrer entre femmes, c’est principalement s’éloigner et s’appuyer sur une organisation physique et matérielle de l’espace, mettre en scène des corps afin de constituer un esprit de corps.

4Le second décalage peut être décelé dans le fait de ne pas afficher son homosexualité, tout en étant dans un système très codifié de signes de reconnaissance. Un auteur comme Michaël Pollak3 a ainsi dégagé l’ensemble des marqueurs qui permettent à un individu de reconnaître l’orientation (et même les désirs précis) d’un autre, sans aucune communication verbale. Signifiant bien plus que la simple homosexualité, ces codes sont également plus ambigus que l’expression explicite de cette orientation dans la mesure où ils ne sont entièrement maîtrisés que par les homosexuels eux-mêmes. Leur forme (pré-langagière) – qui a permis d’en faire une véritable éthologie – rend toujours possible les retours en arrière et les dénégations : on essaie toujours de « sauver la face » lorsque l’interaction s’oriente dans une direction non prévue et indésirable, par exemple quand un regard trop insistant n’a pas eu la suite escomptée. Ce paradoxe renvoie en fait à une question qui se pose dès lors que l’on envisage la sociabilité homosexuelle : comment faire pour se rencontrer lorsque l’on doit se dissimuler pour échapper aux catégorisations négatives ? Dès lors que le « marché » matrimonial courant (et dominant) est inadapté à un agent, comment celui-ci fera-t-il pour rencontrer ceux qu’il pourra essayer de séduire, quelles formes peuvent revêtir les interactions de substitution ? Il sera donc nécessaire d’étudier les formes de ce « marché » qui impose aux individus cherchant à se rencontrer de multiples détours. Un bar de nuit, Les Originales, situé dans le 4e arrondissement de Paris, présente tous les aspects d’un « marché » de substitution. Cette microécologie encadre les interactions liées aux sociabilités et aux rencontres potentielles. La clandestinité – vécue le plus souvent par l’ensemble de ces femmes – suppose en effet une organisation – commerciale – qui « minimise les risques tout en optimisant l’efficacité4 ».

5S’il existe d’autres établissements lesbiens pouvant y répondre, Les Originales sont au carrefour d’une sous-culture lesbienne donnant lieu à un espace de vie, un spectacle, des spectatrices et des actrices : un champ de la théâtralisation que nous utiliserons afin d’appréhender les différentes interactions et les échanges posturaux.

6Nous tiendrons compte de l’environnement physique dans lequel se déroulent ces interactions, principalement les places et les espaces auxquels les participants font jouer un rôle, les sollicitant pour agir, contrôler et réaliser leur action. L’organisation sociale de l’établissement induit des comportements qui utilise la disposition de l’équipement physique. Les interactions liées à la séduction ne peuvent aboutir sans une utilisation de l’espace, permettant de s’exposer ou de se retirer du « marché ». Une véritable scène se profile au travers des agencements : il est donc nécessaire de comprendre et de clas­ser les espaces selon leurs différentes utilisations : espace chaud/froid/neutre.

Le contrôle de l’espace

La surveillance ou l’art de la clôture :contre « l’adversaire »

7La devanture des Originales est composée de plusieurs pans verticaux opaques et transparents, jouant avec mesure sur la visibilité et/ou l’invisibilité. Passants et clients ne sont jamais en relation directe ; la configuration participe de la régulation de l’interaction. On ne choque pas le passant et on préserve l’intimité.

8A une certaine heure de la nuit, période où le bar connaît une forte fréquentation (généralement vers 22 heures), et certains soirs en fin de semaine, un membre du personnel se place à l’entrée et contrôle les venues.

9La sélection est exercée par une des serveuses. Faire appel à un homme pour remplir cette tâche reviendrait à reconduire l’archétype du pouvoir et de la domination masculine. Cela permet également, sans doute, d’atténuer les situations conflictuelles plus probables entre deux hommes. Ainsi est garantie une certaine sécurité contrevenant à tout voyeurisme et toute perturbation. L’empêchement est un moyen de créer de la confiance et de préserver une intimité spécifique. Cette sélection reste perceptible afin de rassurer la clientèle. Elle est visible aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Toutefois, si certains hommes sont autorisés, c’est en présence de femmes ou bien en ayant gagné la confiance du personnel. C’est là que se joue une subtile sélection. Celle-ci reste néanmoins tellement implicite et non verbale qu’il est difficile de définir quels sont les critères d’admission. Avec prudence, nous pourrions faire la supposition suivante : les hommes qui se voient l’accès autorisé (et non accompagnés de femmes) arborent assez explicitement des signes corporels, gestuels et vestimentaires d’une orientation homosexuelle.

10Le contrôle assure alors une fonction essentielle quant au maintien de la tranquillité du bar. Son rôle est principalement d’empêcher l’entrée aux hommes « seuls », considérés comme « étrangers et intrus ». Mais pourquoi réglementer la mixité ? En quoi leurs présences, sans perturbation explicite de leur part, suscite-t-elle la gêne ? On peut faire l’hypothèse que la non-mixité repose sur une volonté de préserver une ambiance et un climat spécifiques qui favorisent la rentabilité du « marché », et symbolisent, par là, une autarcie politique. La présence masculine en­gendrerait la crainte d’un jugement et d’une violence exercés par le regard éventuellement porté. La non-mixité devient alors garante de la rentabilité du contrat entre l’établissement, la clientèle et des intérêts financiers.

11Les Originales se caractérise alors en terme de clôture de son espace. Mais si le bar lui-même propose une fortification de sa surface, il est victime d’une séparation et d’un cloisonnement par rapport à d’autres établissements qui lui sont juxtaposés. Les Originales reste considérablement excentré par rapport à l’épicentre des autres structures commerciales. L’extérieur donne sur une petite rue, étroite et faiblement fréquentée.

12Une culture partagée, celle de la nuit, du divertissement per­met de créer un réseau interrelationnel, et l’homogénéité sociale du bar (c’est-à-dire jeune, lesbienne, invisibilisée) représente un « marché » dans lequel vont s’affronter ou se compléter différents atouts et capitaux esthétiques.

Prendre contact, séduire, participer à un réseau interrelationnel

13La fréquentation du bar est motivée par deux formes de sociabilités : une sociabilité « amicale », qui participe d’un lien social, et une sociabilité « amoureuse », sous-tendue par une approche de l’autre en termes de séduction et régit par les lois de l’offre et de la demande. Nous nous intéresserons plus par­ti­culièrement à la seconde, qui semble gouverner, selon nous, la plupart des interactions dans cet établissement.

Un désintérêt mis en scène

14Tout le jeu de la séduction consiste à adopter une posture indifférente à l’ensemble de la clientèle. Ce jeu se matérialise souvent dans l’occupation des espaces, qui rapprochent ou mettent de la distance entre les interactions sociales. Les comportements amoureux se présentent alors comme un jeu mobilisant des actrices et des stratégies. Ils peuvent se fractionner selon des séquences répondant à un ensemble de stratégies d’approche, d’accueil et/ou de rejet. Les prises de contact motivées par une certaine forme de désir se mettent en scène et supposent une présentation de soi réglementée et configurée par des normes sociales inhérentes au groupe. Quelques femmes affichent un certain détachement et désintérêt envers le reste du groupe dès l’entrée du bar. Les regards doivent être contrôlés afin de ne pas montrer explicitement un quelconque intérêt pour une des clientes. Il semble que la démonstration de l’attirance physique se réalise par d’autres processus, notamment par le biais de la disposition matérielle de l’établissement.

15Toute une dramatisation sociale – s’apprenant manifestement par le vécu de ces situations – permet de ne pas « perdre la face », « de faire bonne figure », de montrer une tentative de séduction sans pour autant qu’elle soit ostentatoire. Les manœuvres de séduction pénètrent la sphère des représentations théâtralisées, élaborées par ces actrices en fonction de leur compétence dramatique mais également de l’enjeu et de l’intérêt mis en jeu.

La mise en vente symbolique des corps et les manœuvres de séduction

16Le bar concentre des personnes exclues d’un « marché » matri­monial « normal » et confrontées à un autre contexte de rencontre dans lequel elles vont être conduites à jouer de manière intentionnelle, mais non explicite, une scène pour « se vendre ». Elles doivent donc mettre en valeur l’ensemble des capitaux corporels, indicateurs d’une certaine valeur sociale et culturelle (manière d’être, de faire et d’agir), afin d’atteindre l’objectif de la rencontre. Sont exposés les « produits » (comme la féminité, l’esthétique, la sensualité…) que mettent en scène les « vendeuses » par une sorte de posture publicitaire. Une négociation des intérêts s’avère dès lors difficile, les « vendeuses » – pouvant devenir « acheteuses » et inversement – exposent leur richesse et une attente. Ainsi se met en place un ordre de présentation visuelle.

L’entrée en contact visuel

17Nous avons sélectionné trois dimensions de la présentation de soi qui désignent positivement un élément de l’« offre5 » :

18– une dimension corporelle avec les mises en vente symbolique du corps : gestes appartenant à la sensualité et à la féminité (cheveux plus ou moins longs, soignés ; maquillage, bagues, vêtements mettant en valeur la silhouette corporelle…). Les femmes qui séduisent (et qui sont séduisantes) sont des femmes féminines, c’est à dire féminisées. Celles-ci, dans ce bar, doivent se présenter sous des apparences liées à leur sexe biologique. La transcription corporelle de cette règle pousse les femmes à déployer des stratégies magnifiant ces identités : présenter une image de femme enrichira les chances de trouver une partenaire. En effet, les actrices rendent compte verbalement et corporellement de leur orientation amoureuse et sexuelle en se positionnant par rapport aux archétypes sociaux de l’homosexualité. C’est ainsi que nous avons pu observer le refus et la résistance objectivés de certaines femmes d’être insérées au sein de typologies largement exploitées dans les préjugés hétérosexuels : par exemple la « camionneuse ». Une femme d’apparence masculine ne pourra entrer dans le « marché » interactif de rencontres ne correspondant pas au modèle véhiculé par les attentes des clientes des Originales.

19– une dimension économique : elles s’appréhendent par le biais d’une consommation ostentatoire de la boisson, l’invitation de quelqu’un de son propre réseau de sociabilité ou de futures « acheteuses », la tenue vestimentaire, les ornements corporels tels que les bijoux.

20– la dimension relationnelle : une femme seule ne souhaite pas faire l’objet d’une désignation négative et peut adopter la conduite d’une cliente accompagnée. Une potentielle « acheteuse » sélectionne et dispose selon l’ordre qui lui convient des informations émises et fournies par une « vendeuse » ; mais cette dernière peut maîtriser l’exposition de ses différents atouts et par conséquent l’ordre de la découverte. Les visages et la dimension corporelle semblent, d’une manière générale, retenir l’attention des « acheteuses ». Les dimensions économiques et relationnelles apparaissent comme un élément secondaire, mais tout aussi décisif. L’attirance envers un visage et les manières d’être est ce qui permettra d’entrer ou non en interaction verbale.

L’entrée en contact verbal

21L’entrée en communication verbale suppose qu’il y ait eu une attirance physique. Il faut maintenant déployer un autre registre de présentation et produire verbalement des indicateurs pouvant faire de l’autre une parfaite partenaire. La mise en scène de son corps doit conduire l’actrice à des impressions de normalité, afin de ne pas choquer. Ces mises en scène doivent rassurer les spectatrices « acheteuses » sur l’identité des « vendeuses » : si un détail, un costume inhabituel, une gestualité peuvent surprendre, une femme peut être exclue de la scène de rencontre.

22Une fois la communication verbale engagée, tout n’est pas dit et ne doit pas être vu. Une police des énoncés intervient, consistant à déclarer davantage ses traits les plus positifs que ses attributs négatifs. Le silence a pour but de ne pas décourager les potentielles « acheteuses » apte à engager un processus d’interaction. Certes, les stigmates corporels ou sociaux ne peuvent être tus mais, une fois les échanges verbaux engagés, certains peuvent être euphémisés dans la déclinaison de son identité, et ce, dans le but de ne pas « perdre la face ». Tout repose sur une estimation subjective de sa présentation, mais les risques de fraude et de mensonge ne doivent pas être trop élevés afin de ne pas compromettre l’avenir de la relation. L’attirance entre deux clientes ne doit pas se montrer trop tardive, puisque les interactions dépendent des temporalités de l’établis­sement. Le jeu consiste essentiellement, le plus souvent, à trouver une partenaire dans le bar, pouvoir la séduire dans cette structure spécifique, autour d’un verre, et poursuivre les échanges s’il le faut dans d’autres lieux festifs de la capitale. Toutefois, une utilisation de l’établissement est indispensable pour mettre en dynamique toutes les formes de connexion.

Personnalisation et utilisation des espaces de l’établissement6

23L’espace du bar est totalement segmenté et quadrillé. Il comprend à la fois des lieux tournés vers la rencontre et d’autres vers le retrait ou l’isolement. Toutefois, le marquage de ces lieux peut être inversé dans la mesure où deux femmes peuvent entrer en situation de séduction dans un espace neutre ou s’isoler dans un espace exposant.

24Les tables à proximité de la desserte permettent d’établir de nombreux contacts commençant le plus souvent par des demandes de prêts ou de services : « Auriez-vous du feu, s’il vous plaît ? » ou « Pourriez-vous me garder ma place ? ». L’indifférence, qui semblait régir les interactions, semble se dissiper dès lors que l’interaction peut potentiellement aboutir à une situation d’échange exclusif.

25Une fois installées, certaines clientes vont directement commander leurs consommations au comptoir, sans attendre la venue de la serveuse. Ce déplacement peut s’expliquer par la volonté de se mettre en scène et de se présenter au public. Tout le principe de cette exposition repose sur le fait d’être vu et de voir. Effectivement, certaines personnes tournent leurs regards vers la scène principale dès lors qu’une cliente s’y expose. Ceci est parfaitement contrôlé et permet, dans le même temps, de découvrir.

26Les clientes se déplacent également afin de saluer et exhiber par là même un ou des membres de leur réseau de sociabilité. Ces situations d’interconnaissances participent d’une valorisation dans la présentation de soi au reste du groupe, surtout dans les situations où elles entrent en contact avec un des membres du personnel. Les comportements liés à la salutation sont généralement assez ostentatoires et valorisants. Ils permettent de signaler au reste du groupe la densité du réseau ; connaître et être connu peut signifier l’ouverture à la rencontre.

27Entre « boire un verre », « se retrouver entre amis », « draguer ou regarder les autres », l’espace devient donc attractif, de retrait ou neutre. L’utilisation de la disposition matérielle et les règles implicites permettent de rapprocher ou d’exclure des « agents du marché ».

28Erving Goffman développe des indicateurs qui permettent de saisir les espaces personnels comme des « territoires du moi ». Il distingue, dans les établissements à interaction intense, les « espaces personnels », se définissant comme « la portion d’espace qui entoure un individu et où toute pénétration est ressentie par lui comme un empêchement qui provoque une manifestation de déplaisir et parfois un retrait7 ». Des signes explicites de rejet ou d’acceptation peuvent être transmis à l’occupant qui tente une pénétration dans la sphère personnelle. Diverses formes d’obstacles viennent rompre avec les prises de contacts. Un groupe d’actrices adopte effectivement des attitudes qui rendent difficile l’introduction de personnes extérieures dans leur espace d’échange. La frontière de « l’espace personnel » est indiquée principalement ici par la disposition des sièges tournés vers une table. Les membres du groupe n’ont pas la volonté d’exposer les coulisses de leur représentation et mettent en scène des échanges univoques qui repousseront les appelants.

29La place se définit comme un « espace bien délimité auquel l’individu peut avoir droit temporairement (…)8 ». Les places les plus exploitées sont celles équipées de chaises et de tables, avec une vue large sur l’ensemble du bar. Les places fournissent des limites faciles à voir, à « revendiquer, à défendre et à faire partager9 ». Il existe des stratégies de maintien de sa place par des ruses telles que disposer ses affaires personnelles sur une place libre afin de la marquer comme occupée et obliger ainsi les autres clientes à se déplacer ou détourner les yeux de celles qui semblent chercher un espace afin de s’asseoir. Toutefois, si les regards entre deux femmes deviennent persistants, la limite de la frontière devient facilement poreuse.

30A l’entrée, les clientes seules se dirigent vers des places libres, plus ou moins attrayantes en fonction de leurs objectifs de fréquentation. Les trajectoires hésitantes concernent davantage les actrices ne connaissant pas l’aménagement de l’espace et l’organisation implicite qu’il suscite et propose. Elles sont repérables à l’arrêt marqué dès que la porte est franchie. Les clientes s’arrêtent et visualisent l’environnement spatial. Elles dénombrent les places restantes et motivent leur déplacement lorsqu’une d’entre elles se libère. Elles prennent également en considération la délimitation des emplacements. C’est pour cela que la plupart des clientes hésitantes stationnent dans un lieu neutre (le passage longeant le comptoir). Le fait de s’y placer ne donne pas l’impression d’empiéter sur une zone spécifique et permet de rechercher dans le même temps un espace qui répondra au mieux aux attentes fixées par la nouvelle venue. Stationner dans ces lieux transitoires permet d’évaluer les particularités et les spécificités de chaque zone.

31Le tour : « L’ordre dans lequel un ayant droit reçoit un bien quelconque, par rapport aux autres ayant droit placés dans la même situation10 ». Cet ordre consiste dans l’application d’une règle de décision tacite qui range les clientes par ordre d’arrivée. Lorsqu’une place se libère, il faut « attendre son tour » afin de pouvoir l’obtenir. L’ordre peut également s’appliquer aux personnes « sans » et celles « avec ». Un groupe arrivant après une personne seule pourra la devancer si une place répond à la capacité de contenir l’ensemble du groupe. Le tour, les respects de territoires personnels révèlent une auto-régulation qui semble gouverner et agir sur la plupart des comportements sociaux et prédisposent ou indisposent les ma­nœuvres de séduction.

32Cette observation permet de rendre compte des configurations et des divers processus de la rencontre entre homosexuelles dans un bar lesbien : il est important de rationaliser la manière dont on se présente à l’autre afin d’aboutir à la rencontre escomptée. Certes, M. Pollak avait pointé ces nouvelles formes d’« économie » de la rencontre et du rapport sexuel chez les homosexuels masculins, privilégiant l’obtention d’un plaisir maximal en contrepartie d’un investissement affectif et social faible. Toutefois, les relations et les interactions lesbiennes ne se calquent pas sur le même processus. Une logique différente de la corporéité intervient et semble être communément admise par l’ensemble de nos enquêtées. Le rapport sexuel n’est pas le but de leur venue. Il s’agit d’abord de participer à la construction d’un lien social – éphémère, sortir de soi et de chez soi, sortir de l’ombre de la quotidienneté. L’établissement n’est pas un lieu d’interactions sexuelles et cette différence significative avec les lieux masculins entraîne une catégorisation singulière de l’espace et des pratiques propres aux systèmes de valeurs lesbiennes. Les spécificités des modes de rencontre sont inverses et contraires à une hypersexualité, elle-même issue d’une socialisation masculine.

33Les cérémonies collectives de ces femmes nous offre un kaléidoscope de leur imaginaire qui affiche et exprime leur identité. Celui-ci montre comment, dans une sphère excentrée et à l’abri de la menace et du rejet, elles se rencontrent, forment des couples, des sociabilités, et proposent un masque affiché d’un vouloir vivre, d’un vouloir « exister ensemble11 ». Il est alors nécessaire de créer et se créer un territoire qui répond aux attentes et construire une force symbolique contre les « appelants » ou les « adversaires ». Se rencontrer quand on est stigmatisée, c’est se réunir et exister au sein de lieux réservés et protégés. Se rencontrer quand on est invisibilisée, c’est développer des interactions corporelles ou langagières dans certaines situations sociales, elles-mêmes accompagnées d’espaces spécifiques. Ainsi les structures commerciales du « quartier homosexuel », ou même ses extensions (quartier de la Bastille, par exemple), offrent des espaces scéniques permettant la rencontre et les formations de sociabilités12.

Top of page

Bibliography

Becker H. Outsiders. Paris, A.M. Métailé, 1985.

Bourdieu P. « Quelques questions sur la question gay et lesbienne » in Didier Eribon (dir.), Les études gay et lesbiennes. Paris, Ed. du Centre Georges Pompidou, 1998.

Bouvier P. La socio-anthropologie. Paris, Armand Colin, 2000.

Busscher P.-O. de et Mendès-Leite R. « Lieux de rencontre et back-rooms », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 125, 1998.

Desjeux D., Jarvin M., Taponier S. (dirs.). Regards anthropologiques sur les bars de nuit. Espaces et sociabilités. Paris, L’Harmattan, 1999.

Goffman E. La mise en scène de la vie quotidienne. Les relations en public. Paris, Minuit, 1973.

Mendès-Leite R., Proth B., Busscher P.-O. de. Chroniques socio-anthro­pologiques au temps du sida. Trois essais sur les (homo)sexualités masculines. Paris, L’Harmattan, 2000.

Pollak M. « L’homosexualité masculine ou le bonheur dans le ghetto », Communications, n° 35, 1982.

Singly F. de. « Les manœuvres de séduction : une analyse des annonces matrimoniales », Revue française de sociologie, vol. XXV, 1984.

Top of page

Notes

1 Il nous semble que les termes « marché », « vendeuses », « acheteuses » répondent au mieux à la notion d’offre et de demande que propose le marché amoureux (et sexuel) des Originales (Le nom du bar a été modifié). En introduisant ces termes, nous ne voulons pas réduire les actrices à des indicateurs et des valeurs économiques. Ainsi, par souci déontologique, nous inscrirons les termes se rapportant à ce champ lexical entre guillemets.
2 P. Bourdieu, « Quelques questions sur la question gay et lesbienne » in Didier Eribon (dir.), Les études gay et lesbiennes, Paris, Ed. du Centre Georges Pompidou, 1998.
3 M. Pollak, « L’homosexualité masculine ou le bonheur dans le ghetto », Communications, n° 35, 1982.
4 Ibid., p. 60.
5 Nous avons repris ici la typologie établie par F. de Singly, « Les manœuvres de séduction : une analyse des annonces matrimoniales », Revue française de sociologie, vol. XXV, 1984.
6 L’analyse de l’utilisation de l’espace est réalisée à partir d’idées fournies en partie par la grille d’observation de D. Desjeux, M. Jarvin et S.Tapinier (dirs.), Regards anthropologiques sur les bars de nuit. Espaces et sociabilités, Paris, L’Harmattan, 1999.
7 E. Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne. Les relations en public, Paris, Minuit, 1973, p. 44.
8 Ibid., p. 47.
9 Ibid., p. 47.
10 Ibid., p. 49.
11 P. Bouvier, La socio-anthropologie, Paris, Armand Colin, 2000.
12  Nous ne voulons pas généraliser des situations et des pratiques qui se limitent à une partie de la population lesbienne. Nous rendons compte ici des formes d’échanges et des interactions observées au sein d’un seul bar.
Top of page

References

Electronic reference

Julien Méreau, « Les Originales, un bar de femmes », Socio-anthropologie [Online], 11 | 2002, Online since 15 November 2003, connection on 18 October 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/138 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.138

Top of page

About the author

Julien Méreau

Université de Paris X-Nanterre

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org