Navigation – Plan du site

Pour une anthropologie du P.C.F.

Réflexions sur l’enquête de terrain
Nathalie Paton

Texte intégral

1Sujet à bien des remous et des controverses autour de son passé et aussi de son actualité, le Parti communiste français est aujourd’hui à un tournant de son histoire. Il est, en effet, confronté à une crise majeure dont il cherche à sortir en tentant de redéfinir sa politique au regard de nouvelles réalités produites sous l’effet notamment de la mondialisation et de l’effondrement des régimes de l’Europe de l’Est. Ces événements ont mis à nu des réseaux internes qui offrent ainsi un champ d’investigation particulièrement stimulant et novateur pour une anthropologie qui se distingue de la tendance actuelle d’une archéologie politique plus intéressée à restituer la trace d’un passé glorieux.

2L’objet de recherche est complexe et un tel choix peut paraître ambitieux. Néanmoins, cette investigation présente un intérêt singulier par sa problématique, différente de celle proposée par l’histoire, la sociologie ou la science politique. Elle suppose de s’intéresser au PCF dans son rapport aux événements, aux situations, aux processus politiques et dans le mode de traitement qu’il propose dans la France contemporaine d’aujourd’hui. En se centrant sur ses énoncés et ses pratiques, à partir d’une analyse minutieuse des propos de ses militants et ex-adhérents nous voulons accéder à la quotidienneté afin de comprendre les rapports qui s’y nouent et qui sont porteurs de politique, pour « voir de l’intérieur ». L’enquête de terrain, la rencontre des militants et le recueil des discours ouvrent « les portes de ce parti ».

3Quelles réalités, contraintes et difficultés l'anthropologue va-t-il rencontrer sur le terrain ? Comment y répondre et les appréhender pour les restituer et ensuite les analyser ? Autant de questions qui portent sur la méthodologie d’enquête, la façon de « faire l’ethnographe » pour mieux saisir l’objet dans toutes ses di-mensions.

L'enquête orale : une notion centrale de la démarche anthropologique

4Beaucoup de chercheurs étudient ce parti en tant qu’appareil, organisation politique ou encore à travers le rôle que lui attribue sa fonction dans la société1. Ils l’appréhendent le plus souvent dans une stricte problématique fonctionnaliste. Mais rarement leur investigation porte sur sa politique elle-même ; la pensée et les acteurs de cette politique (c’est-à-dire ceux qui pensent, disent et font cette politique) sont souvent relégués au profit de l’analyse d’objet. A l’inverse, le propre de la démarche anthropologique est de viser principalement à une connaissance de la pensée et des pratiques de ces acteurs en situation en dégageant dans leurs discours des prises de position qu’il s’agit alors d’identifier comme autant d’énoncés sur le réel. En introduction à son ouvrage, Les Argonautes du Pacifique occidental, Bronislaw Malinowski écrit que le but de l'ethnographe est de « saisir le point de vue de l'indigène, ses rapports avec la vie, de comprendre sa vision du monde2. » En cela, l'anthropologue s'efforce de passer de l'autre côté du miroir et de rechercher au-delà du visible pour rendre compte du point de vue subjectif des gens, faisant tomber les écrans que ceux-ci peuvent parfois instaurer. Pour ce faire, il doit « susciter et laisser libre cours à la parole », recueillir non seulement les propos sans apriorisme mais surtout, et c’est là toute l’originalité et la singularité même de sa démarche, sans dispositif de pensée préétabli à légitimer. Pour Marc Abélès, « le terrain ethnographique est lui-même vecteur de nouvelles hypothèses, inducteur de pro-blématique », alors que pour des disciplines telles que l’histoire ou la sociologie, il s’agit de « vérifier des hypothèses construites antérieurement et dont les données recueillies confirmeront ou infirmeront le bien-fondé3 ».

5L’enquête de terrain est une notion centrale de l’approche anthropologique. L’oralité en est l’élément fondamental et l’en­tre­tien le moyen privilégié pour avoir accès aux formes de repré­sentation des acteurs en situation. L’enquête repose ainsi sur des rencontres, des conversations avec ceux qui ont tous, à leur manière, quelque chose à dire. De ce fait, l’anthropologue doit être sensible non seulement aux mots que les militants utilisent mais aussi à leur absence de mots (silences, oublis) qui, dans les deux cas, rendent compte de leur façon de penser, dire et faire la politique. C'est pourquoi il lui faut confronter ces témoignages oraux aux sources écrites afin de procéder à des recoupements et des vérifications qui aideront au cheminement du questionnement et donc à la progression d’enquête.

6Emmanuel Terray, dans un compte-rendu des Annales consacré à la thèse de Claude-Hélène Perrot sur les Anyi-Ndenye en Côte d'Ivoire, souligne que « (...) les autres traces verbales et traces matérielles constituent, par rapport aux récits, des sources indépendantes qui permettent donc la critique et la vérification4 ». Il insiste très justement sur l'importance de cette confrontation : « (...) c'est moins la tradition orale prise en elle-même que sa confrontation systématique avec les sources écrites (...) qui se révèle féconde5 ». Cette confrontation est d'autant plus nécessaire et utile que la place tenue par la mémoire dans ces témoignages oraux est essentielle. Quel statut lui accorder? Comment se construit-elle ? Comment perpétue-t-elle le souvenir ? En quoi participe-t-elle d’une mise en scène de l’événement ? Comment les militants restituent-ils un événement passé ? Enfin, comment en prendre acte au présent ? Confronté à ces questions, l’anthropologue ne peut ignorer le rapport du passé au présent car ce sont les propos tenus par les militants « au présent » sur des événements passés et contemporains qui vont permettre d’identifier les ruptures et les continuités de leur discours et à travers eux, celles de la politique. Cela implique d’interroger l’historicité de ce parti et par conséquent l'histoire.

7Maurice Godelier invite ainsi l’anthropologue à une « plongée dans l’histoire » pour « s’imprégner de connaissances historiques », soutenant qu’il « faut plusieurs méthodes pour être anthropologue et il faut plus que l’anthropologie pour analyser les sociétés6 ». L’historien Nathan Wachtel fait intervenir dans sa démarche le croisement des deux approches historique et ethnographique. Dans La Vision des vaincus, il explique que celles-ci procèdent, chacune dans des pers-pectives opposées, à des « découpages d’une même réalité7 ». Il défend ainsi l’idée qu’une « recherche qui associerait les méthodes des deux disciplines pour les féconder mutuellement se situerait en un lieu stratégique dans le champ actuel des sciences humaines8 ».

8La dimension pluridisciplinaire enrichit ainsi l’enquête d’une ouverture intellectuelle indispensable pour « recontextualiser » les événements relatés par les militants en les resituant dans le milieu socio-historique dans lequel ils ont eu lieu. L’anthropologue ne peut pas faire abstraction de cette recontextualisation pour comprendre la façon dont ce parti s’inscrit dans l’histoire nationale et la manière dont « il serait chevillé à l’histoire politique et aux formes de conscience existantes en France9 ». Dans ses travaux sur le com-munisme, Michel Hastings plaide ainsi en faveur d’une approche socio-historique « tout azimut » qui « donne toute son épaisseur au politique en ne le réduisant pas à l’idéologie » et propose ainsi une lecture insérée dans le contexte socio-culturel local10.

9Dans un article de la revue Communisme, il précise ce qu’apporte à cette lecture « le détour anthropologique » : « L’an­thropologie inverse les perspectives en replaçant le communisme en situation et en étudiant son histoire face à ce stimulus particulier que représente chaque morphologie locale », car « (…) l’étude du communisme relève non pas d’un seul niveau mais d’une “ pensée de l’imbrication ” qui sache articuler dans une même saisie les différents niveaux de sa composition11 ». Grâce au comparatisme, l’enquête est restituée dans une perspective socio-historique qui permet d’appréhender toute la complexité de l’objet. Pour autant, si les matériaux de connaissance historique sont incontournables, ils ne constituent pas l’essentiel de la démarche : celle d’une anthropologie de la politique et de l’histoire. En articulant enquête orale et investigation documentaire, le chercheur procède à une « reconstruction des matériaux12 » à partir de laquelle il construit une pensée, établit des protocoles d'élaboration de thèses, puis les met à l'épreuve. Cette reconstruction suppose de garder trace de tout ce qui est observé sur le terrain. Outre le discours des militants, tout ce qui a trait aux conditions, le déroulement des en-tretiens et les « à-côtés » participent également de l’enquête et « contribuent à la fabrication de la connaissance13 ».

La réalité du terrain ou les péripéties d’une enquête

10Au point de départ, la première question qui se pose est de savoir de quelle façon entrer en contact avec les militants ou ex-adhérents de ce parti. L’enquête de type anthropologique est :

 « d’abord une question de “ tour de main ” et procède à coups d’intuition, d’improvisation et de bricolage (…). C’est aussi, et sans doute, une affaire d’apprentissage au sens où un apprenti apprend avant tout en faisant. Il faut souvent improviser avec maladresse pour devenir peu à peu capable d’improviser avec habilité14. »

11Ainsi, une fois la problématique d’enquête définie et la façon de recueillir les données établies, l’anthropologue doit se « jeter à l’eau » en acceptant de se confronter avec humilité à la part d’inconnu que lui réserve l’exercice du terrain. En contre-partie, il dispose d’une grande liberté dans la façon de mener son enquête puisqu’il accepte le fait de ne pas tout savoir et n’a pas à démontrer le bien-fondé d’hypothèses préalables. Toutefois, cette liberté im-pose une rigueur certaine non seulement dans le choix des inter-locuteurs mais également dans la façon de conduire les entretiens puis ensuite dans la manière de restituer et interpréter les données recueillies.

12Longtemps réputé pour sa « culture du secret et du soupçon », étudier le PCF « de l’intérieur » n’est pas simple. Les effets de la crise qu’il traverse ont quelque peu modifié la donne. S’il est aujourd’hui plus prompt à « ouvrir ses portes », rencontrer ses militants et ex-adhérents reste, cependant, une tâche de longue haleine nécessitant patience et diplomatie. C’est d’abord et surtout grâce aux relations et amitiés qui lient ces communistes entre eux, que l’anthropologue, de fil en aiguille, se constitue un réseau de contacts.

13Dans cette investigation, où l’essentiel de la démarche repose sur la qualité des entretiens oraux, le choix des interlocuteurs est primordial. L’important n’est pas de disposer d’un panel nombreux, représentatif mais de rencontrer des élus, des cadres, des militants de base ou simples (ex)-adhérents qui ont été ou sont acteurs, témoins de l’élaboration et de la mise en pratique de sa politique. Ainsi dans notre enquête de référence, le choix a été de rencontrer des militants d’origine étrangère dont certains naturalisés français, une militante épouse d’un « sans-papier », des résistants FTP-MOI ainsi que des élus de municipalités à forte population étrangère parce que tous étaient directement concernés par l’application de la politique du PCF quant à l’immigration15. Il était aussi intéressant d’y adjoindre le regard « décalé », « extérieur », d’un communiste, conseiller municipal d’une petite commune rurale peu concernée par les questions relatives à l’immigration, afin de comprendre comment pouvait être structuré, selon quels référents, son discours sur ces questions. L’anthropologue doit donc choisir ses interlocuteurs pour leur singularité, parce que le discours que chacun tient – sur son expérience politique, militante et sa vie personnelle – donne à penser sur la politique du PCF.

14Par ailleurs, on n’est pas obligé de circonscrire son investigation à un espace géographique particulier. Pour M. Hastings, la finalité, en échappant à tout déterminisme, est de généraliser à partir des éléments d’enquête :

 « La difficulté consiste à éviter le piège d’un territoire de référence constitué en un système social total, tribalisant en quelque sorte le communisme local (…). Il faut projeter un effet de loupe qui grossira les traits et mettra le doigt sur des spécificités. Il convient ici de plaider en faveur de l’exem-plarité de l’écart à la norme et la recherche du plus commun dans le moins ordinaire (…)16. »

15C’est en faisant varier les échelles – du militant au groupe et au parti – et par un va-et-vient permanent dans l’espace et dans le temps, que les points de vue se diversifient et, à travers leur hété-rogénéité, permettent de comparer les politiques conduites par le PCF dans différentes situations.

16Tout cela suppose que ces rencontres donnent lieu à un ou plusieurs entretiens suivis, répétés au cours desquels le militant s’exprime comme il l’entend. Cependant il faut discerner, dans les propos tenus, la reconstruction du passé et les tentatives d’appropriation de l’enquête par certains militants. En effet, dans un parti aujourd’hui à la recherche d’une nouvelle légitimité politique mais plus que jamais déchiré par des luttes internes face à une histoire vivement critiquée dans et hors de ses rangs, des com-munistes tendent consciemment ou non à « réinterpréter » les évé-nements selon leur mémoire, leur évolution personnelle ou celle du cadre politique. Le propos n’est pas de rétablir la véracité des faits mais, par recoupement avec les sources documentaires historiques, de donner sens à cette reconstruction. Elle indique la façon dont le militant a appréhendé la réalité de l’événement et la signification qu’il lui donne, donc son « rappport au réel ». Repérable sous des formes différentes – minimisation, omission de certains faits, informations erronées, silences, etc. – lorsque des formules de-viennent répétitives et communes à nombre de militants, elles relèvent d’une stratégie du discours interprétée comme le recours ultime de ces militants pour restaurer et valoriser l’image de l’or-ganisation face aux contradictions de sa politique.

17Si cette stratégie devient omniprésente dans la conversation, une des conséquences est parfois de faire « tourner court » l’entretien, car le dialogue devient vite impossible, le militant adoptant une attitude défensive qui ne révèle, dans ses propos, aucune radicalité nouvelle susceptible de faire progresser l’enquête. Outre cette réinterpétation de l’événement ou reconstruction du passé, l’interviewé peut aussi tenter de prendre le contrôle du processus de recherche en cours en essayant d’orienter la réflexion du chercheur par des conseils sur la pertinence de ses questions, sur le choix des personnes les plus aptes à lui fournir « les bonnes informations » ou encore en posant ses conditions quant au dé-roulement de l’entretien : ne pas noter certains de ses propos, ne pas être enregistré, avoir une copie des conversations, etc. De même, il peut vouloir se servir de l’enquête comme moyen de « rétablir la vérité » ou « faire passer un message » à des fins idéologiques. C’est le cas notamment d’anciens cadres, aujourd’hui en rupture, soucieux de s’expliquer sur les raisons qui les ont conduit à cautionner une politique dont ils disent vouloir désormais se démarquer en faisant « table rase du passé ».

18Il s’avère également nécessaire de se montrer vigilant face à la tournure beaucoup plus « amicale » que peuvent prendre les entretiens. Par exemple, doit-on interpréter les signes de familiarité, tel le tutoiement, comme une marque de sympathie ou est-ce une façon pour le militant d’abolir la distance pour mieux influencer la recherche ? Il arrive aussi que l’on puisse nouer une relation plus privilégiée avec un de ses interlocuteurs, s’appuyant alors sur celui-ci pour avancer dans son investigation, notamment pour avoir accès à d’autres « sources d’informations ». Cependant, si « les affinités  personnelles » jouent un rôle dans l’enquête, toute la difficulté consiste à maintenir une distance minimale qui assure le contrôle de l’enquête et garantisse un libre arbitre dans l’interprétation des données.

 « Le problème du chercheur, et c’est un dilemme qui relève du double bind, c’est qu’il doit à la fois garder le contrôle de l’interview (car il s’agit de faire progresser l’enquête) tout en laissant son interlocuteur s’exprimer comme il l’entend et à sa façon (car c’est une condition à la réussite de l’enquête)17. »

19L’essentiel est donc d’arriver à établir un dialogue d’inter-locution fondé sur la confiance et le respect mutuel, deux facteurs indispensables dans un échange où se confrontent forcément deux subjectivités : celle du militant et celle de l’anthropologue. Ceci implique que ce dernier puisse légitimer son travail d’une caution, d'une validité scientifique. Ainsi dans l’exemple cité, de nombreux militants se sont souciés de savoir « à quoi allait servir l’enquête ? », « s’apparentait-elle à du journalisme d’investigation ? », « qui allait la lire ? ». Apprendre qu'il s'agissait d'un travail de recherche universitaire les a incité à participer à cette enquête en leur donnant, sans doute, le sentiment de faire œuvre utile pour une meilleure connaissance du PCF. Celle-ci sera d'autant plus riche que, d'un militant à un autre, d'entretien en entretien, les propos se recoupent, s’opposent et, à travers eux, les questions se vérifient, se confirment, s’ouvrent à de nouvelles pistes de réflexion. Dans cet entrelacs où les points de vue se confrontent, l’anthropologue peut donc faire ressortir les discordances, les contradictions et les similitudes qui font sens pour ensuite les restituer en les interprétant comme autant d’éléments qui donnent à penser, en situation, la politique de ce parti.

 « Depuis les travaux pionniers d’Annie Kriegel au milieu des années soixante, la connaissance du phénomène communiste français n’a cessé de suivre les rythmes d’une recherche déterminée par des considérations à la fois scientifiques et idéologiques. Ecrire sur le PCF obligea longtemps à louvoyer entre les effets de mode et les diktats épistémologiques, les fausses révélations et les vraies falsifications, au point que certains s’interrogèrent sur la possibilité même d’écrire un jour une histoire du communisme18. »

20Si l’anthropologue, comme tout chercheur intéressé à l'étude de cette organisation, se heurte à ces difficultés, il peut plus facilement les contourner car, contrairement à l'historien, il n’est pas tributaire de la seule source qu'est le passé. En postulant que le présent, lui aussi, peut être pensé et que la politique est de l'ordre du subjectif, il observe non plus du dehors, à travers le point de vue des médias ou de l'opinion publique, mais du dedans et en rend ainsi visible la face « immergée ». Il s’efforce de rendre accessible les réalités tangibles qui se cachent derrière cette image, en décriptant de manière intelligible ce que les mots utilisés dans le discours des militants donnent à penser sur la politique et sur les principes politiques qu’ils sous-tendent. Grâce à cette démarche, qui articule le travail de terrain à celui des sources documentaires, le chercheur restitue, dans une perspective socio-historique, la singularité des propos tenus avec ce qu'ils nous apprennent sur le PCF, les communistes et la politique en général. Mettant « les méthodes de l’histoire » au service de sa problématique d’enquête, cette approche éclaire la vision qu’ont ces militants et fournit des outils de lecture pour comprendre, loin de tout préjugé.

Haut de page

Notes

1 Parmi les travaux de référence, on citera : A. Kriegel, Les communistes français, Paris, Seuil, 1968 ; idem, Aux origines du communisme français, 1914-1920, Paris, Flammarion, 1978 ; S. Courtois, Le PCF dans la guerre, Paris, Ramsay, 1980 ; M. Lazar, Maisons rouges. Les partis communistes français et italien de la Libération à nos jours, Paris, Aubier, 1992 ; S. Courtois, M. Lazar, Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 1995.
2 B. Malinowski, Les Argonautes du Pacifique occidental, Paris, Gallimard, 1963, p. 81.
3 M. Abélès, « Pour une anthropologie des institutions », L’Homme, n° 135, juillet-sept. 1995, p. 70.
4 E. Terray, « Les historiens et les sciences sociales », (compte-rendu de C.-H. Perrot, Les Anyi-Ndenye et le pouvoir aux XVIIIe et XIXe siècles), Les Annales, n° 6, 1983, p. 1275.
5 Ibid., p. 1276.
6 M. Godelier, « Le nouvel âge de l’anthropologie », Le Monde des débats, septembre 2000, p. 36.
7 N. Wachtel, La Vision des vaincus, Paris, Gallimard, 1971, p. 24.
8 Ibid.
9 J.-Y. Boursier, Le PCF et la question nationale : 1939-1945, thèse de doctorat en sociologie du politique, Université de Paris VIII, 1989, p. 221 ; idem, La politique du PCF :1939-1945, Paris, L’Harmattan, 1992 ; idem, La guerre des partisans dans le Sud-ouest de la France. La 35ème Brigade FTP-MOI, Paris, L’Harmattan, 1992 ; et idem « Le monument, la commémoration et l’histoire », Socio-anthropologie, n° 9, 1e semestre 2001, p. 9-26.
10 J. Mischi, « Michel Hastings, Halluin la rouge, 1919-1939. Aspects d’un communisme identitaire », Communisme, n° 57-58, 1999, p. 247.
11 M. Hastings, « Le communisme saisi par l’anthropologie », Communisme, n .45-46, 1996, p. 102.
12 M. Foucault, Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1977, p. 229.
13 Abélès, op. cit., p. 70.
14 J.-P. Olivier de Sardan, « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie », Enquête, n° 1, 1995, p. 73-74.
15 Notamment russes juifs, espagnols, sénégalais, tunisiens, etc. Cf. N. Paton, Le Parti communiste français et l’immigration, thèse de doctorat en anthropologie, Université de Paris VIII, 2001.
16 Hastings, op. cit., p. 105-107.
17 Olivier de Sardan, op.cit., p. 85-86.
18 Hastings, op. cit., p. 225.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Paton, « Pour une anthropologie du P.C.F. », Socio-anthropologie [En ligne], 11 | 2002, mis en ligne le 15 novembre 2003, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/142 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.142

Haut de page

Auteur

Nathalie Paton

Université de Paris VIII

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org