Navigation – Plan du site
Dossier : Embarqués

Embarquement du chercheur : de l’hybridation des savoirs scientifiques

Ève Gardien
p. 35-47

Résumés

Un des processus impulsé par l’embarquement des SHS sur et par les terrains d’enquête est l’hybridation du savoir produit. À partir de l’exemple d’une enquête ayant nécessité non seulement un réel engagement du chercheur, mais aussi son embarquement, cet article propose une analyse fouillée des liens unissant et entremêlant savoirs profanes et savoirs scientifiques. Cette importance des savoirs du terrain dans le procès de production de la connaissance en SHS sera abordée à propos des conditions de faisabilité de l’enquête et de sa mise en œuvre, de l’élaboration de l’objet scientifique, ainsi que de l’usage analytique qui est faite des matériaux recueillis. Les liens entre embarquement du chercheur et fiabilité et qualité du matériau collecté seront questionnés. De là, quelques pistes de réflexion en termes d’éthique de l’enquête et de politique épistémologique seront proposées.

Haut de page

Texte intégral

1L’embarquement du chercheur (Bourrier, 2010) sur et par son terrain d’enquête est un processus récurrent de la pratique d’observation directe et/ou participante pour diverses raisons identifiables : engagements associatifs et/ou militants, face-à-face avec l’extrême vulnérabilité, position de témoin d’actes délictueux… Cet embarquement incontournable, car condition nécessaire à la mise en œuvre de certains types d’enquête, questionne la politique épistémologique de production des connaissances scientifiques en SHS. Quels sont les objectifs de ces sciences ? Leur sens ? Leur utilité ? Leur pertinence sociale ? La frontière académique historiquement tracée entre savoirs scientifiques et savoirs profanes se trouve de fait interrogée et suscite d’autres questionnements encore. Quels sont les canons de la scientificité ? Sont-ils discutables ? Par qui ? Adaptables ? Dans quelle mesure ? Enfin, quelles conséquences, en termes d’éthique de la recherche et de politique épistémologique, cette hybridation nécessaire entre savoirs profanes et savoirs scientifiques demande-t-elle d’investir ? Quelle est la place des savoirs profanes au sein de la production scientifique ? Quelle légitimité ? Quelle reconnaissance ?

2Ces questions seront abordées à la lumière de l’analyse d’une enquête de terrain, au cours de laquelle le chercheur s’est trouvé embarqué, par le milieu sanitaire, ses professionnels et ses patients, dans des services de rééducation et de réadaptation fonctionnelle. Cette enquête a mis le chercheur en contact et en relation avec des personnes blessées médullaires amenées à découvrir une vie future en fauteuil, ainsi qu’avec des soignants et des rééducateurs. Ce travail de terrain a correspondu à un investissement d’une année entière, à plein-temps, au cours de laquelle une centaine d’interviews, plusieurs centaines de pages de prises de notes, l’analyse d’archives et de documents locaux ainsi que de nombreuses lectures, ont été effectués.

De l’irrémédiable hybridation des SHS par les savoirs profanes

3Les prétentions des savoirs scientifiques à une objectivité, une neutralité, une distance, sont très largement battues en brèche par la réalité concrète du procès de production desdits savoirs lorsque le chercheur est embarqué par son terrain d’enquête. Nous étudierons dans cette première partie l’importance des savoirs profanes, à comprendre comme des savoirs construits selon d’autres modalités que celles des procédures reconnues comme valides par les scientifiques, dans la constitution même des savoirs scientifiques. Seront abordés notamment la nécessité de ces savoirs profanes comme préalables indispensables à l’ouverture du terrain d’enquête, comme condition de faisabilité et fruits de l’enquête et comme obstacle épistémologique amenant à reproblématiser l’objet de la recherche.

4L’entrée sur ce terrain d’enquête fut le fruit d’une longue négociation. Au cours de ce procès de huit mois environ, plusieurs rencontres se sont déroulées ; chacune sera déterminante pour la mise en œuvre de cette recherche. La première entrevue, qui a déclenché les suivantes, a consisté en la présentation du projet de recherche au directeur médical de l’établissement. Cette première évaluation, non pas du projet, mais de la personne du chercheur, non pas des compétences professionnelles en matière d’enquête, mais des savoirs expérientiels du chercheur relatifs au handicap, a permis d’envisager de donner une suite positive à la requête. D’autres rendez-vous ont donc ensuite été organisés avec chacun des différents responsables des services infirmiers, ergothérapie et kinésithérapie. À chaque service sa façon de procéder, d’évaluer, de jauger, le chercheur surtout, son projet beaucoup moins, l’humain avant tout. Ainsi, ce n’était pas tant les compétences du sociologue qui étaient attentivement examinées que ses savoirs expérientiels et son savoir-être face au handicap, que les savoirs « tactiques » qui lui permettent de s’adapter favorablement (de Certeau, 1980)

5Ces deux types de savoirs profanes ont constitué les principaux critères de l’entrée du scientifique sur son futur terrain d’enquête. Les négociations avaient eu finalement pour principale finalité d’évaluer la capacité du chercheur à s’adapter harmonieusement à un milieu jugé très difficile par les soignants, en raison de l’extrême souffrance psychique des patients hospitalisés. Ainsi, la longue inscription antérieure du chercheur dans le secteur dit « du handicap », ses relations cordiales avec différents patients réputés être des « cas difficiles », avaient été les arguments qui avaient convaincu la direction médicale d’ouvrir les portes des services sous sa responsabilité pour une enquête SHS. Cependant, cette autorisation d’enquêter devait rester subordonnée, journée après journée, et une année durant, à l’accord et au consentement toujours à renouveler des patients, des soignants et des rééducateurs. Aussi cette inscription durable du chercheur sur ce terrain d’enquête était-elle radicalement incertaine, totalement dépendante de son savoir-être et de sa capacité à nouer des liens avec les différents acteurs. L’épée de Damoclès suspendue de manière permanente au-dessus de la tête du chercheur souligne à quel point celui-ci était sous le contrôle de son terrain, la réciproque n’étant pas vraie.

La socialisation du chercheur aux savoirs en cours sur le terrain : la condition même de l’enquête

6Le moindre faux pas aurait pu être le prétexte d’un arrêt immédiat de l’enquête. En effet, les soignants étaient convaincus de l’extrême vulnérabilité psychique des patients et des conséquences dramatiques que pourrait avoir un éventuel manque de tact. Le souci partagé par ces professionnels était notamment une possible annonce inopportune du handicap par la maladresse du chercheur, au moment inadéquat, dans des circonstances d’accompagnement humain peu favorables, avec son lot de conséquences définitives. C’est en effet toujours une expérience radicale pour un blessé médullaire que d’apprendre son avenir en fauteuil. Aussi, afin d’éviter ce type de bévue, le chercheur était-il face à l’impératif d’une rapide socialisation secondaire (Berger et Luckmann, 1966) aux enjeux de savoir innervant ce milieu médicalisé, qu’il s’agisse de la divulgation ou au contraire de la rétention d’informations. Plus qu’un impératif, il s’agissait d’une urgence. Car comment envisager un maintien sur ce terrain d’enquête si le chercheur était vécu par les professionnels comme le catalyseur toujours possible d’une catastrophe humaine ? Aussi l’apprentissage de la retenue a-t-il figuré au rang de prime nécessité du travail d’enquête à proprement parler. Plus avant, celui-ci a également été soumis à l’injonction implicite d’une appropriation rapide et efficace des savoirs médicaux sur les blessures médullaires, de rudiments d’éducation à la santé, de repères consensuels en matière de tact, d’évitement ou d’annonce du handicap. Ainsi, l’enquête de terrain s’est vite révélée être une entreprise intensive de socialisation secondaire du chercheur par le milieu enquêté.

7Cette socialisation secondaire du chercheur a donc consisté en l’intériorisation de nombreux savoirs en cours sur ce terrain, pour certains d’ordre scientifique et médical, pour d’autres d’ordre pratique, et pour les derniers, d’ordre relationnel. Ne pas les considérer avec sérieux, ni les adopter dans les échanges au quotidien, aurait été porter atteinte aux interactions fondant l’existence même de ce milieu. Le travail d’enquête apparaît ainsi sous l’angle d’une activité de reliaison, d’articulation, d’assemblage, voire de métissage de divers types de savoirs, scientifiques/profanes, théoriques/pratiques, expérientiels/inculqués. Enquêter est en outre un procès d’hybridation du rapport qu’entretient le chercheur avec son terrain, quand leur croisement est fécond. Maurice Merleau-Ponty (1945) insiste sur le fait que pour penser la science avec rigueur, « il nous faut d’abord réveiller cette expérience du monde dont elle est l’expression seconde ».

8Quelques points de réflexion épistémologique : le savoir médical fut, certes, une socialisation incontournable pour cette enquête, mais son apprentissage a aussi eu pour effet de modifier l’appréhension des situations observées, la compréhension des interviews effectuées. Si des repères médicaux viennent participer à la construction du rapport du chercheur à son terrain, leur maîtrise par le chercheur est cependant faible, et la capacité à les critiquer est généralement nulle. Comment alors faire avec ces significations, lesquelles structurent la sémantisation des situations observées ? Comment évaluer l’importance relative ou la priorité à leur donner ? Et ce d’autant plus que des perspectives contradictoires existent : les patients n’adhèrent pas toujours à ces compréhensions médicalisées du corps, ou encore, ces sémantisations du corps varient dans le temps, et parfois de façon rapprochée.

Le travail de recueil de données est une collecte de savoirs non formalisés et sensibles

9Corollairement à ce processus de socialisation secondaire du chercheur, ce dernier a mené un travail de défrichage et d’approfondissement de sa compréhension de l’expérience vécue par les patients dans ce monde sanitaire, avec une focale particulière sur l’apprentissage du corps blessé. À nouveau, le chercheur a été socialisé à des collectifs, des points de vue, des valeurs, des pratiques, des savoirs. Il a dû apprendre à s’adapter à ces mises en scènes et à ces interactions, en assimiler les codes et les significations. Cet effort de construction d’une relative intersubjectivité concernant ces expériences corporelles dites « radicalement autres » a permis au chercheur de se voir transmettre par les patients des connaissances jusqu’alors ignorées, des descriptions d’expériences posant tout à la fois les questions de l’altérité, des possibilités et des limitations de la cognition d’un valide face à une expérience « étrange ». Pourtant, ces mots initialement incompréhensibles sont devenus progressivement pour le chercheur les signifiés de multiples perceptions, émotions, savoirs pratiques et savoirs expérientiels. Ils fondent le matériau d’enquête sur lequel l’analyse sera mise en œuvre dans la perspective de produire des connaissances scientifiques. Aussi est-il permis d’énoncer que sans savoirs profanes, pas de construction de savoirs scientifiques, et de noter que la réciproque de cette assertion n’est pas vraie. Là encore, l’hybridation sémantique du rapport du chercheur à son terrain est patente. Or, ces significations ne se corroborent pas toutes, ne convergent pas toutes vers une même définition des situations. Comment alors opérer ce croisement de données qualitatives ? Sur quels critères ? Selon quelles priorités ? Comment valider cette connaissance produite par un procès de métissage sémantique ?

Quand l’observation du terrain interroge l’objet scientifique…

10La négociation de l’entrée sur le terrain d’enquête avait laissé toute liberté quant à la construction de l’objet scientifique. Il ne s’agissait pas d’une commande. Le chercheur avait été accepté au titre de l’intérêt que vouait cet établissement à la recherche SHS. Aussi sa venue se faisait-elle dans le cadre de « l’étude du rapport au corps dans la relation soignant-soigné ». Pour autant, le programme de recherche avait été monté en amont pour convaincre des financeurs, argumenter l’entrée sur le terrain, baliser le travail, etc. L’état des lieux des connaissances soigneusement travaillé avait permis de dégager des théories et des concepts phares, lesquels, agencés et articulés à une connaissance antérieure du handicap, avaient été mobilisés par le chercheur dans la construction de l’objet scientifique. Or, toutes ces conjectures furent réduites à néant par un simple constat de terrain, récurrent et insistant : un accidenté peut être handicapé, objectivement, c’est-à-dire avoir un corps dont les capacités fonctionnelles ont été réduites, altérées ou modifiées, et, dans le même temps, ne pas se savoir « handicapé ». Ainsi, expérimenter une condition corporelle n’implique pas de la connaître, et pas plus de la reconnaître, tout du moins dans un premier temps. L’homme blessé se pense « accidenté » et « en convalescence ». Le handicap n’est donc pas un fait objectif et s’imposant à tous, même s’il est vécu dans ses incidences concrètes. Il est une interprétation de la situation corporelle d’un individu donné par différents acteurs.

11En outre, force est de constater que les patients confèrent rarement un sens à leur expérience corporelle initiale (Gardien, 2008), dans les semaines qui suivent l’accident. Cette expérience du corps lors des premiers mois de la trajectoire sanitaire ne sera pas davantage élaborée par la suite. Le sens reste et restera très lacunaire concernant cette portion de leur vie, et tout particulièrement concernant leur expérience corporelle. Ce n’est que plus tardivement dans la trajectoire sanitaire que cette dénomination de « handicap » sera attribuée à la situation corporelle vécue par l’homme accidenté.

12Plusieurs questions d’ordre épistémologique se sont donc posées au chercheur :

  1. Comment problématiser en termes de situations de handicap si les personnes concernées ne se pensent pas « handicapées », alors que, dans le même temps, leur conscience n’est pas altérée ?

  2. Faut-il prendre en compte, a priori et en amont, le fait qu’elles mobiliseront ce vocable pour qualifier leur situation corporelle présente par la suite ?

  3. La problématisation, ancrée dans le paradigme compréhensif, était-elle caduque en raison de l’impossibilité de communauté des signifiants chercheur/patients ? Et si oui, dans quelle mesure ?

13Incontestablement, il y avait conflit entre savoirs théoriques du chercheur et savoirs issus de son observation de terrain, entre savoirs énoncés en début de trajectoire par les patients et savoirs issus de l’analyse des entretiens menés ultérieurement auprès des patients.

14L’option finalement retenue par le chercheur pour sortir de ce paradoxe sémantique a été de reconstruire l’objet scientifique, en fondant le propos sur le phénomène découvert : le handicap comme apprentissage social du corps après l’accident. L’objet scientifique a donc été modifié substantiellement. En outre, la connaissance scientifique qui en découle a par suite été notablement réorientée, à la racine même du procès de sa production. C’est pourquoi nous qualifierons la connaissance produite d’« hybride », au sens où la confrontation du chercheur au terrain a obligé à refonder l’objet, à transformer le savoir scientifique en cours de production, par la prise en considération de nouvelles significations non issues des canons théoriques, mais étayées par des constats de terrain inattendus et persistants.

Embarquement du chercheur côté fiabilité du matériau

15Une fois établie la part conséquente prise par les savoirs profanes dans la production des savoirs scientifiques, reste à penser leurs impacts en termes de fiabilité des données recueillies, fiabilité indispensable à une validation des résultats obtenus. Pour ce faire, nous analyserons successivement, dans cette situation d’embarquement décrite ci-avant, la place des affects du chercheur, le type de relations aux acteurs, la reconnaissance du chercheur par le terrain comme un être fiable à qui il est possible de faire confiance, l’engagement du chercheur et les conséquences de sa longue immersion sur le terrain.

Affects et affectation du chercheur : une nécessité sur ce terrain d’enquête

16Une des dimensions fortes de l’embarquement du chercheur sur son terrain a été son rapport à la souffrance vécue dans les lieux de soins. En effet, sa sensibilité a été impactée par ce qui se déroulait dans ces services sanitaires. Il s’est agi d’affronter une véritable épreuve personnelle. Cette sensibilité qui permet, comme la pellicule photo, une mise en lumière du terrain et qui, en ce sens, est une qualité requise pour tout travail ethnographique, doit-elle être regardée comme la preuve d’un embarquement inconsidéré du chercheur ?

17Plusieurs niveaux de réponse à cette question. Tout d’abord, c’est précisément cette sensibilité du chercheur qui a permis d’établir un bon contact avec les patients, malgré la radicalité de leurs circonstances de vie. Plus avant, le chercheur fut rapidement mobilisé par les soignants comme une alternative relationnelle. De fait, ils pouvaient lui suggérer de visiter un patient, parce qu’ils l’estimaient « à risque suicidaire », pensant que le chercheur serait plus à même de lui changer les idées. Le chercheur fut aussi identifié par les professionnels comme le valide qui participait à la vie « entre fauteuils ». De fait, il était le bienvenu dans la plupart des soirées organisées entre patients. Ainsi, certaines coulisses de l’action lui étaient ouvertes, alors qu’elles restaient obstinément fermées aux « blouses blanches ». Indice d’un engagement certain du chercheur, voire d’un embarquement par les patients.

18Qu’en penser ? À l’analyse, il apparaît que cette enquête n’aurait pas pu se dérouler sans cette implication et cet embarquement consentis du chercheur. Toute tentative de neutralité, toute distance relationnelle aurait été perçue comme une violence symbolique inouïe, une indifférence insupportable à l’égard d’une souffrance extrême. Et cette supposée inhumanité aurait été incontestablement un motif suffisant pour une mise à distance, voire un « débarquement » du terrain d’enquête. Aussi les nécessités mêmes de l’enquête ont-elles impliqué de s’investir et de se laisser embarquer dans des relations, autant avec les patients qu’avec les soignants et les rééducateurs. Ce savoir-être, cette capacité d’empathie mais surtout cette sympathie éprouvée et réciproque (bien que pondérée et mesurée), cette possibilité d’une confiance dans les relations établies, ont constitué les éléments indéniables d’un enrochement possible sur ce terrain… Ainsi, l’affectation du chercheur, mais aussi sa capacité à l’autogérer, ont été des conditions fondatrices d’une éthique nécessaire à la conduite de cette enquête.

Non pas une neutralité scientifique mais une équanimité relationnelle

19Le chercheur a rapidement constaté que son entrée sur le terrain d’enquête suscitait de nombreuses questions auprès des différents acteurs, et notamment celle d’un possible parti-pris. Le chercheur n’était pas interrogé ou testé sur sa neutralité scientifique. La question lancinante qui lui était renvoyée était bien plutôt : le chercheur était-il pour « les fauteuils » ou pour les « blouses blanches » ? Le terrain était en effet structuré de manière informelle autour d’une ligne à haute tension, avec d’un côté les patients et de l’autre les soignants, à l’instar des descriptions goffmaniennes des institutions totales (1961, 1975 pour la version en français). Pour autant, ce milieu sanitaire pouvait par bien d’autres aspects s’en distinguer. Aussi le chercheur était-il aux prises avec une réalité extrêmement polarisée, deux perspectives en présence, et l’impossibilité pour les acteurs de concevoir sa neutralité. Certainement, la participation du chercheur aux coulisses de différentes scènes sociales soumettait chacun des deux camps à l’épreuve de la confiance. Que se serait-il passé si le chercheur avait diffusé les jugements des uns ou les opinions des autres ? Que serait devenu ce tact des acteurs qui permettait de faire face et de tenir dans ces situations partagées de vulnérabilité extrême ? Aussi, c’est bien le savoir-être du chercheur, sa capacité à rester sur son quant-à-soi, à se taire à bon escient, qui se sont progressivement imposés comme un positionnement éthique efficace pour la poursuite de l’enquête. Plus avant, il s’est agi d’investir les relations avec l’ensemble des types d’acteur à part égale, autre principe essentiel à la bonne conduite de ce projet. Cette tentative d’engagement équilibré était d’une importance capitale pour maintenir la possibilité d’une observation des deux parties. Le chercheur devait s’engager, accepter d’être embarqué, sans pour autant manifester une préférence ou une quelconque affinité élective en faveur des uns ou des autres.

20Cependant, cette éthique de l’enquête, si elle a permis nombre d’observations, a aussi construit des obstacles dans l’accès à certaines coulisses, lorsque la prise de risque était évaluée comme majeure pour une catégorie d’acteurs. L’acceptation que tout ne serait pas donné à voir, à entendre et encore moins à comprendre, a été un autre principe qui a structuré l’éthique de l’enquête. Laisser les enquêtés s’aménager leur marge de liberté, voire échapper totalement à l’enquête s’ils le souhaitaient, fut tout autant un choix éthique qu’une stratégie qui s’avéra payante à long terme. Par exemple, le chercheur ne se présentait pas aux patients à leur arrivée dans l’établissement, mais attendait d’avoir l’occasion de les rencontrer dans un cadre privilégié : déjeuner partagé à plusieurs dans la salle de restauration, soirée entre patients, présentation par son compagnon de chambrée, etc. La rencontre par l’entremise des pairs était très souvent favorable à la création d’un lien de confiance, même si celui-ci impliquait dans le même temps un lien de dépendance vis-à-vis des blessés médullaires. Pour autant, ce lien de confiance a constitué un gain majeur pour l’activité de recueil de données. Les patients n’auraient tout simplement pas acceptés d’être interviewés, et encore moins observés, dans des circonstances si difficiles pour eux.

Être reconnu comme membre initié : un impératif de l’enquête

21Le chercheur a dû prendre le temps de l’apprentissage des savoirs en cours sur le site de l’enquête, qu’ils soient savoirs scientifiques et/ou savoirs profanes, savoirs théoriques, pratiques et expérientiels. C’est précisément cette socialisation secondaire du chercheur qui a rendu possible son acceptation par les acteurs de terrain comme membre initié de ce segment particulier de notre société. L’importance capitale pour le chercheur d’être reconnu comme membre initié (Madray-Lesigne et Sabria, 1996), c’est-à-dire d’être considéré comme non dangereux et fiable par les enquêtés, s’explique en raison des écueils classiques de l’interaction entre un individu dit normal et un individu stigmatisé, écueils qui interdisent de recueillir un matériau fiable et de qualité. Une des caractéristiques de cette enquête de terrain a donc été un constant travail d’apprivoisement des blessés atteints dans leur chair. Confier son point de vue, accepter d’être observé, dans cette période de métamorphose radicale de son existence et de vulnérabilité, rend absolument essentielle la construction d’une relation de confiance. Même si, paradoxalement, cette confiance est soumise aux jeux d’alliance entre les acteurs et doit pour cette raison ne pas être rendue publique.

L’embarquement du chercheur suppose son engagement

22Les savoirs des patients, et notamment certains de leurs savoirs expérientiels, étaient parfois tout autant à taire dans l’établissement sanitaire que certaines connaissances médicales ou techniques. L’enjeu était de préserver leur intimité au sein de la collectivité, de ne pas altérer les cloisons, déjà insuffisamment étanches, qui protégeaient leur vie privée tant mise à mal par la vie en institution. Aussi l’éthique de l’enquête s’est-elle révélée un constant dilemme pour le chercheur, une ratiocination permanente sur ce qui pouvait être publicisé, devait l’être ou, au contraire, ce qui devait demeurer dans l’ombre. Savoirs à taire, savoir se taire. Savoir, sans donner à le voir, tout du moins durant le temps de l’enquête. Mais que faire des situations de mise en danger volontaires ? Comment aménager la poursuite de l’enquête lorsque vous êtes informé d’événements répréhensibles se déroulant au sein l’établissement ? Le savoir est un enjeu à double tranchant : il permet de s’adapter et donc de poursuivre l’enquête, mais il impose aussi de prendre des risques dans les positionnements institutionnels ou vis-à-vis des acteurs. Ainsi l’embarquement suppose-t-il l’engagement. Et cet engagement est une condition nécessaire pour une certaine reconnaissance du chercheur par les acteurs de terrain, pour l’instauration d’un lien de confiance, pour la collecte de données riches et fiables.

Les savoirs profanes comme gage d’une fiabilité des matériaux d’enquête

23Appréhender les pratiques et les savoirs in situ évite de nombreuses incompréhensions ou erreurs d’interprétation liées au manque de connaissance ou de prise en compte du terrain. Une réponse donnée à un questionnaire ou dans une interview peut avoir des sens multiples, hors de son contexte de formulation. L’observation directe permet donc cette finesse dans l’appréhension de la logique des interactants. Par ailleurs, le chercheur étant un membre initié du terrain d’enquête, l’enquêté le sachant préalablement, le recueil de données en est nécessairement modifié. De fait, l’interviewé éprouve moins le besoin de contextualiser son propos, ces informations sont supposées connues du chercheur. Il se focalise ainsi davantage sur les informations essentielles à ses yeux. En outre, l’enquêté peut plus difficilement altérer volontairement les significations des situations décrites, car il sait que ses propos seront recoupés par ceux de ses pairs, des professionnels, etc. S’il souhaite cacher ou omettre certaines informations, il opte généralement pour le silence. Et le chercheur choisit dans ce cas de ne pas forcer l’expression de l’enquêté.

Conclusion

D’une responsabilité du chercheur dans la production de savoirs scientifiques hybrides

24L’analyse de l’embarquement du chercheur sur ce terrain force à constater que la neutralité et l’objectivité, piliers historiques de la production scientifique, ne sont pas pertinents en l’état. Leur mise en œuvre aurait tout simplement rendu impossible le travail d’enquête. Être embarqué permet la production de certaines connaissances scientifiques, impossibles à produire autrement. Ce qui n’empêche pas de nouveaux problèmes éthiques d’apparaître, touchant principalement à la diffusion et à la production des connaissances. Tout d’abord, il s’agit de connaissances « ancrées » (Glaser & Strauss, 1967, 2010 pour la version française), c’est-à-dire « situées ». Comment penser, à partir de cet ancrage dans le local, une possible montée en généralité ? Selon quels critères de validité ? Ensuite, au regard des tensions innervant le terrain d’enquête, des enjeux éthiques inhérents aux situations de vulnérabilité, des conséquences possibles de la publicisation des résultats de la recherche sur des acteurs et des types d’acteur, le chercheur n’est pas seulement un producteur de savoirs scientifiques, mais se trouve aussi engagé dans une responsabilité citoyenne. C’est pourquoi le choix et la construction des catégories qu’il mobilisera, des formes qu’il utilisera lors de la description du terrain, sont soumis à de forts enjeux et peuvent susciter de vives critiques. Ils ne s’inscrivent pas véritablement dans les perspectives portées par les acteurs de terrain, mais proposent un paysage de l’ensemble des perspectives endossées, de leurs articulations, de leurs conflits et des enjeux en cours.

25En outre, le chercheur se trouve en responsabilité de penser une diffusion opportune de ses résultats, de par son engagement vis-à-vis des acteurs mais aussi de par sa dette morale vis-à-vis des accidentés qui ont accepté de participer à la recherche malgré leurs épreuves personnelles. Autrement dit, une véritable reconnaissance des enquêtés s’impose. Comment la prendre en compte dans la pratique du chercheur, et de quelle manière ? Ce questionnement vient interroger les rapports de symétrie et d’asymétrie, entre scientifique et profane, car les rapports de savoir sont aussi, évidemment, des rapports de pouvoir.

26Enfin, le chercheur se trouve aussi dans l’obligation de réfléchir à ce qu’il peut énoncer ou rendre public. Aussi une éthique de la production et de la diffusion des résultats conduit elle à penser autrement le dialogue avec les éventuels commanditaires, les acteurs du terrain, mais aussi leurs proches et leurs pairs.

Hybridation nécessaire : quelles limitations épistémologiques aux savoirs produits ?

27Si l’hybridation peut s’avérer nécessaire, voire inéluctable, reste à penser les limites de cette posture de recherche. Le lecteur voudra bien trouver ci-dessous quelques lignes de tension qui demandent à être approfondies. Tout d’abord, le risque d’une trop grande identification du chercheur aux publics observés doit être constamment évalué. Deuxièmement, souvent trop focalisée sur les situations de terrain, l’analyse produite reste engoncée dans des perspectives limitées et néglige des facteurs ou des liens de corrélation avec des variables relevant de contextes macrosociaux, tout aussi importants pour comprendre les phénomènes observés. Enfin, les résultats produits par ce type d’enquête sont à comprendre comme situés dans un double sens, à savoir : produits dans un contexte social immédiat – celui du terrain d’enquête – mais aussi dans la continuité d’un processus d’historicité sociétal, notamment perceptible au travers des connaissances transmises in situ (Berger & Luckmann, 1966) et de l’organisation institutionnelle du travail de soins. Ces deux niveaux, le contexte sociétal immédiat et le contexte sociétal dans sa dimension historique, rétroagissent en permanence l’un sur l’autre. Ce processus, qui génère la possibilité de changements et de variations observables au quotidien, rend difficile la détermination de l’influence précise des facteurs micro ou macrosociaux. Ce qui donne au travail de contextualisation des résultats par l’embarquement toute son importance.

Haut de page

Bibliographie

Berger P., Luckmann T. (1996), La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin.

Bourrier M. (2010), « Pour une sociologie “embarquée” des univers à risque ? », Tsantsa. Revue de la société suisse d’ethnologie, 15, « Anthropologie et journalisme », p. 28-37.

Cornu R. (1991), « Voir et savoir », dans Chevallier D. (dir.), Savoir faire et pouvoir transmettre, Paris, Éditions de la MSH, p. 83-100.

Descola P. (2005), Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

De Certeau M. (1980), L’invention du quotidien 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard.

Détienne M., Vernant J.-P. (1974), Les ruses de l’intelligence. La métis des Grecs, Paris, Flammarion.

Gardien È. (2008), L’apprentissage du corps après l’accident, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Geertz C. (1986), « Comment nous pensons maintenant : vers une ethnographie de la pensée moderne », dans Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, Paris, PUF, p. 183-204.

Glaser B., Strauss A. (2010), La découverte de la théorie ancrée, Paris, Armand Colin.

Goffman E. (1975), Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Minuit.

Latour B. (2001), L’espoir de Pandore. Pour une version réaliste de l’activité scientifique, Paris, La Découverte.

Madray-Lesigne F., Sabria R. (1996), « Questionnement social et handicap : une différence difficile à dire », dans Richard-Zappella J. (dir.), Le questionnement social, Cahiers de linguistique sociale 28/29, IRED, p. 267-272.

Merleau-Ponty M. (1945), Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard.

Surrallés A. (2004), « Des états d’âmes aux états de fait. La perception entre le corps et les affects », dans Héritier F., Xanthakou M. (dir.), Corps et affects, Paris, Odile Jacob, p. 59-76.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ève Gardien, « Embarquement du chercheur : de l’hybridation des savoirs scientifiques », Socio-anthropologie, 27 | 2013, 35-47.

Référence électronique

Ève Gardien, « Embarquement du chercheur : de l’hybridation des savoirs scientifiques », Socio-anthropologie [En ligne], 27 | 2013, mis en ligne le 06 août 2015, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1433 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.1433

Haut de page

Auteur

Ève Gardien

Ève Gardien est sociologue, chercheur associé au centre Max-Weber (CNRS-université Lyon 2-université Saint-Étienne-ENS). Elle s’intéresse tout particulièrement à l’émergence des savoirs profanes en situation de handicap. Divers questionnements et thématiques jalonnent son parcours intellectuel : la construction sociale de l’évaluation du handicap, l’apprentissage du corps après l’accident, l’intimité partagée par nécessité de soin, l’expérience de l’insertion professionnelle en milieu ordinaire, la sémantisation du corps et de la sensibilité.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org