Navigation – Plan du site
Dossier : Embarqués

Histoire d’un embarquement pluriel ou comment essayer de trouver un dehors, dedans

Baptiste Monsaingeon
p. 49-57

Résumés

Récit singulier d’un « embarquement pluriel » effectué à bord d’une expédition transocéanique militante, cet article tente de décrire certaines limites liées à la multiplication des engagements institutionnels et affectifs dans le travail d’enquête et d’écriture. Entre recherche de financement, accès au terrain et intégration au monde académique, le jeune chercheur doit souvent « jouer » avec les formes diverses et parfois contradictoires de l’embarquement. C’est pourtant en considérant qu’il demeure toujours un espace laissé vacant, au cœur de cette juxtaposition des engagements, qu’il devient possible de réaliser un nécessaire « pas de côté », lieu d’un recul, qui ne saurait pour autant être celui d’un quelconque « surplomb ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Serres M. (1990), Le contrat naturel, Paris, F. Bourin, p. 70.

1Embarquer, c’est, en premier lieu, monter à bord d’un navire. Or, on associe généralement à la navigation l’image d’Épinal d’une certaine quête de liberté : « on largue les amarres », « on met les voiles » et « on prend le large ». Mais le premier constat à établir, une fois à bord, c’est que cette embarcation est un espace clos, fermé, isolé du reste du monde. Plus encore, le voilier s’inscrit comme un espace carcéral tant il impose à ceux qui y vivent une existence sociale ininterrompue, « sans reste ». Comme le souligne Michel Serres, on ne peut, à bord, se réfugier sous une quelconque tente privative : sur un bateau, où le collectif se ferme derrière la définition stricte dessinée par les lisses de la rambarde, pas d’échappatoire où la planter : hors du cordon, la noyade1. Sur un bateau, il n’y a donc pas d’extérieur pour ceux qui y vivent, pas de dehors, que du dedans.

2Là où Serres a su voir dans le bateau le modèle du global, il nous semble possible d’y reconnaître une illustration peut-être pertinente d’un des problèmes que certaines situations d’embarquement en sciences sociales semblent susceptibles de générer. Le chercheur, tout en subissant les contraintes propres à un terrain d’enquête ou à un financeur donné, se doit malgré tout de « garder le cap » du projet de recherche qu’il est alors en train de construire. Son dehors, espace du « pas de côté », d’un retrait nécessaire, il semble ne pas pouvoir le trouver à bord de son embarcation. C’est là une façon possible de décrire l’expérience singulière dont cet article entend être un témoignage. De fait, l’enquête qui constitue la matière de cette réflexion est précisément l’histoire d’une embarcation en ce sens premier : en octobre 2009, à quelques jours de la rentrée universitaire marquant le début d’une thèse consacrée aux pratiques de mise au rebut, « j’embarquais » à bord d’un voilier en bois de dix mètres de long pour un périple de huit mois en Atlantique nord, à la recherche d’un hypothétique continent de plastique. Membre à part entière de cette expédition, mon statut d’apprenti chercheur en sciences sociales s’est régulièrement vu confronté aux contradictions induites par ce statut coexistant d’apprenti activiste auquel les interlocuteurs de ce terrain n’ont cessé de me renvoyer.

  • 2  ADEME : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.

3À l’image des premiers mois de cette navigation, où il a fallu apprendre ma condition nouvelle de marin, cet article s’inscrit comme le récit – aussi anecdotique soit-il – d’une initiation dont le « doctorat » est peut-être devenu le nom, celle de l’apprentissage du métier de chercheur. Aussi aurait-il été possible de qualifier cette réflexion par l’expression « écologie d’un embarquement pluriel » pour affirmer que ce bateau-métaphore à bord duquel le chercheur embarque parfois devient son habitat éphémère, son logis, son oikos. Il s’agira donc de distinguer ici trois territoires de l’embarquement, trois « maisons », trois « logis », que j’ai dû apprendre à habiter et au sein desquels j’apprends encore à travailler. L’ADEME2, tout d’abord, qui finance mon doctorat et qui s’inscrit comme le commanditaire de mes recherches ; le monde associatif et militant ensuite, qui m’a permis d’accéder à de nombreux terrains d’enquête ; et enfin le monde académique, qui constitue une figure largement partagée de l’embarquement, dans la mesure où tout doctorant est, vraisemblablement, amené à la rencontrer.

4L’hypothèse qu’il semble possible de défendre ici consiste ainsi à affirmer que c’est à travers la multiplication de ces figures, de ces expériences de l’embarquement, à travers le passage d’un embarquement à un autre, que se dessine progressivement, dans le travail d’enquête, une voie intermédiaire qui tente de dépasser les objectifs parfois exclusifs de chacune de ces « maisons ». Il s’agit ainsi de décrire quelques-unes des interactions fertiles que cet embarquement pluriel a pu produire depuis l’amont jusqu’à l’aval de ces terrains d’enquête.

5Oscillant entre le sentiment de sécurité que l’obtention d’un financement peut représenter pour son quotidien et l’impression d’enfermement ou d’impasse à laquelle le chercheur peut parfois se retrouver confronté, face à certaines contraintes institutionnelles, la question qui se pose donc souvent est celle du dépassement de l’embarquement comme contrainte, qui, s’il n’est pas toujours comparable à la condition carcérale, peut s’avérer pour le moins inhibant. Autrement dit, comment penser le retrait nécessaire au chercheur dès lors qu’il est perpétuellement immergé dans des milieux soumis à des contraintes spécifiques, ou dès lors qu’il se voit affecté par cela même qu’il étudie ? Il ne s’agit pas d’envisager ici ce retrait comme une quelconque position surplombant tel terrain ou tel objet d’investigation ; a contrario, cet espace du « pas de côté » pourrait se comprendre comme le lieu où devient visible le tissage des relations qui a constitué le terrain d’enquête.

En quoi la quête d’un financement est-elle une forme d’engagement ?

6Le choix d’un champ de recherche est bien souvent corrélé à l’existence de financements qui lui sont consacrés. Pour le futur doctorant, le premier lieu de l’embarquement est ainsi parfois lié à une forme de pragmatisme nécessaire. Tant pour réunir les conditions matérielles minimales pour mener un travail de longue haleine que pour garantir une forme de légitimité institutionnelle, « on cherche là où l’on paye ». Or, depuis quelques années déjà, l’environnement est un champ de recherche à la mode qui offre de multiples possibilités de financements. Si cette « mode » de l’environnement a pu contribuer à définir un champ d’investigation pour mon projet de thèse, elle ne garantissait pourtant en rien son financement. C’est pourquoi j’ai cru judicieux de « courir plusieurs lièvres » dans le but de pouvoir financer un projet d’enquête de terrain original qui marquerait le début de mon expérience de doctorant.

7Il y a trois ans, désireux de prolonger par une thèse un master de philosophie consacré à la question de l’émergence moderne du concept de déchet, j’ai donc tenté de multiplier mes chances de trouver un financement en soumettant en premier lieu une candidature au programme d’allocation de recherche de l’ADEME. Depuis 1992, cette agence nationale développe un programme d’aide à la recherche doctorale, dont un dixième du budget est consacré aux sciences humaines et sociales. En se concentrant sur les pratiques de tri des déchets, le projet que j’ai déposé voulait avant tout répondre aux demandes formulées par l’Agence, mais insistait également sur la question des milieux de vie isolés comme terrain d’enquête à privilégier.

8Parallèlement à cette candidature, j’ai fondé une association consacrée à l’étude des pollutions océaniques. Il serait possible d’y percevoir une démarche militante, mais cette création associative correspondait en fait à un vide institutionnel : aucun organisme de recherche, aucune association française ne s’étaient jusque-là concentrés sur la question des agglomérats géants de particules de plastique en milieu océanique. Cette association était ainsi censée récolter des fonds pour accompagner un projet d’expédition en haute mer, expédition qui, par la même occasion, s’inscrivait comme un terrain d’enquête idéal pour le projet soumis à l’ADEME. En l’absence de soutien de l’Agence, cette collecte de fonds m’aurait néanmoins permis de réaliser ce terrain préliminaire, quitte à recommencer une recherche de financement de thèse dès le retour du périple transatlantique.

  • 3  D’une part, L’ADEME a sélectionné mon projet dans son programme de financement global et, d’autre (...)

9Or, peu de temps avant le départ de cette « expédition-terrain d’enquête », ces deux initiatives ayant reçu un écho favorable3, j’ai compris sur le tard et dans le feu de l’action que je devrais mener de front ces deux approches, que je devrais assumer ces deux postures qui apparaissaient pourtant comme étant difficilement conciliables. Ces deux sources de financement engageaient ma démarche dans deux directions bien distinctes. D’une part, je me devais de mener à bien le projet associatif dans lequel j’avais moi-même embarqué membres d’équipages et adhérents individuels et institutionnels ; d’autre part, le salaire que me versait l’ADEME me forçait à ne pas perdre de vue un projet de recherche encore à ses balbutiements. L’obligation de résultat et la nécessité de fournir régulièrement des rapports d’avancement de ma thèse étaient corrélées au maintien d’un financement dont je ne pouvais matériellement me priver. Pour autant, ces deux casquettes qui ont caractérisé cette première expérience de terrain ont révélé certaines complémentarités inattendues, qui ont éclairé tant mon objet d’étude que ma condition de doctorant.

Trouver la juste distance : le « jeu » des embarquements

10Avec l’ADEME tout d’abord : là où je voyais essentiellement les contraintes fonctionnelles que ce contrat de recherche impliquait, j’ai compris que le soutien de cette institution pourrait devenir un atout. Lorsqu’à l’occasion des escales de ce périple, j’ai cherché à rencontrer des interlocuteurs officiels à terre pour discuter des dispositifs de gestion des déchets existant sur leur territoire d’action, mon rattachement à l’agence a largement aidé à crédibiliser mes demandes et a souvent permis un accès simplifié à des interlocuteurs souvent très sollicités. À Cuba notamment, ce statut de doctorant-chercheur au sein d’une agence reconnue au niveau international m’a permis de me rapprocher d’instances gouvernementales jusque-là très prudentes, voire suspicieuses, quant à mes tentatives initiales de prise de rendez-vous avec les représentants locaux et nationaux de la gestion des déchets.

  • 4  « Watch the Waste ».

11Mais inversement, cette multiplication des casquettes n’est pas allée sans parasiter tant ma position vis-à-vis des acteurs que j’ai pu solliciter que ma propre perception de ce en quoi consistait le travail d’un doctorant en sociologie. Aux yeux de nombre de mes interlocuteurs, militant, je l’étais assurément dans la mesure où j’étais membre d’un équipage dont le véhicule même était aux couleurs du projet associatif. Floqué en grandes lettres sur les flancs de notre voilier, le nom de l’association4 a presque systématiquement été évoqué par les personnes que je souhaitais interroger en vue de constituer un matériau discursif exploitable pour ma thèse. Mon rattachement à ce projet environnemental et militant étant presque toujours établi dans ces ports où j’ai réalisé nombre d’entretiens, de nombreux biais se sont fait jour au cours de ces rencontres. Certains interlocuteurs affichant une forme de culpabilité qui m’est d’emblée apparue excessive. Florence, âgée d’une quarantaine d’années et naviguant alors depuis six mois avec son mari et ses deux fils, me confiant avant même ma première question : « Je sais que ce n’est pas bien, que vous devez penser que je suis une irresponsable, mais là on vient de faire la traversée depuis Lisbonne et avec cette mer croisée, on a pratiquement utilisé que de la vaisselle jetable », d’autres, à l’inverse, affichaient une hostilité de principe à l’idée d’échanger. C’est ainsi que la nécessaire affirmation de mon appartenance à cette jeune ONG m’a régulièrement freiné dans mon accès aux pratiques des marins rencontrés à l’occasion de nos quelques escales. Autrement dit, c’est ce rôle de composition, celui du militant associatif engagé, qui a fait, un temps, obstacle à mon travail de chercheur embarqué. Dans la tradition de l’École de Chicago, Raymond Gold a qualifié les problèmes liés à cette posture ethnographique de participant comme observateur (Gold, 2003) parmi les positions intermédiaires dans lesquelles il semble possible de virer indigène. Il souligne bien l’importance de cette quête, renouvelée à chaque moment, d’une juste distance vis-à-vis de cela même qui est étudié.

12Ce n’est que lorsque j’ai pu m’éloigner physiquement de ce bateau que les discours me sont apparus moins parasités par mon embarquement associatif. C’est au sein d’espaces informels, où mon lien au projet militant pouvait s’effacer, que mes entretiens se sont avérés les plus signifiants. Il ne s’agissait donc pas pour moi d’avancer masqué ou de camoufler l’existence du projet associatif. Il s’agissait plutôt de me distancier de l’obstacle que pouvait représenter notre bateau, objet particulièrement connoté, en faisant de moi un marin parmi d’autres. Plus encore, c’est en considérant a posteriori la gêne que mon statut apparent de militant associatif pouvait générer chez mes interlocuteurs qu’est apparue clairement dans mon travail la place qu’il fallait que j’accorde au poids moral que l’acte aussi banal de « jeter » pouvait renfermer. C’est parce qu’il semblait entraver mon projet de recherche que ce malaise souvent observé s’est ainsi avéré signifiant. Autrement dit, j’ai donc dû inventer un extérieur, un dehors, à cet embarquement associatif, pour retrouver une posture où l’observation, aussi participante fût-elle, puisse redevenir possible.

13Ici, l’expression « embarquement pluriel » semble donc pouvoir faire sens : c’est la coexistence de ces deux modalités de l’embarquement qui semble contraindre à trouver des positions intermédiaires et qui peut permettre de tirer profit du jeu, de l’espace laissé vacant par la juxtaposition parfois contradictoire des engagements. Cette multiplication parfois contradictoire des embarquements fait ici écho à la proposition méthodologique de Marcus défendant une ethnographie multisituée :

  • 5  Marcus G. E. (1995), « Ethnography in/of the world system: the emergence of multi-sited ethnograph (...)

Au cours d’une ethnographie multisituée, on se trouve pris dans toutes sortes d’engagements personnels qui se croisent et se contredisent. Ces conflits sont résolus, peut-être de façon ambivalente, non pas en se réfugiant derrière la posture détachée de l’anthropologue universitaire, mais en assumant une posture engagée d’ethnographe-activiste, qui renégocie ses identités de site en site à mesure qu’il en apprend davantage sur telle ou telle partie du système monde5 (Marcus, 1995, trad. dans Cefaï, 2010).

En quoi l’université embarque-t-elle ?

14Je vais désormais m’attacher à décrire l’aval du terrain, celui de la discussion entre pairs, de l’écriture, en bref, de la production. Mon statut de doctorant me pousse ici à affirmer que le lieu par excellence de l’écriture scientifique est intimement lié à l’université. De fait, le monde universitaire semble se laisser décrire comme l’espace privilégié de ce retrait, le lieu propice au « pas de côté » nécessaire, tant vis-à-vis du commanditaire que vis-à-vis d’un terrain qui engage. Pourtant, je me risque ici à défendre l’idée selon laquelle ce monde académique peut constituer, en soi, un lieu de l’embarquement, qui isole et qui contraint, et qui, de fait, ne saurait être vécu comme un quelconque territoire du détachement.

15À défaut de répéter ici les poncifs liés à la critique de la spécialisation de la production universitaire dont Weber se faisait déjà l’écho au début du siècle passé, cette réflexion entend demeurer, une fois encore, à l’état de récit d’une expérience toute personnelle. À l’université, je me suis senti embarqué, tout d’abord, parce que mon expérience de doctorant s’est très tôt vue confrontée à la question de son inscription disciplinaire. En embarquant dans cette thèse, j’ai, de fait, rejoint une nouvelle famille, avec ses habitudes, ses références et ses conflits internes. Formé à la philosophie, j’ai donc dû apprendre, notamment sur le tas, ce qu’était la « socio-anthropologie ». Autrement dit, c’est à travers mes expériences du terrain qu’a dû se développer un regard qui se devait d’être reconnu par mes nouveaux pairs. J’utilise ici le verbe « devoir », car il m’est apparu que la mise en conformité du travail de l’apprenti chercheur avec les pratiques qui font l’identité d’une équipe d’accueil reste un point de passage incontournable. Cette intégration du doctorant-chercheur au milieu universitaire passe donc par l’adoption de codes, de façons de travailler et parfois même d’un jargon qui « aide à penser ».

16À ces rites de passage bien connus, s’ajoutent ceux que peuvent représenter l’apprentissage de l’enseignement ou celui de la correction des copies, l’organisation de colloques et de rencontres, la lecture de l’actualité scientifique ou la critique raisonnée de cette même littérature, la participation aux séminaires, aux ateliers, aux tables rondes, en bref, et plus généralement, l’initiation très empirique au bien célèbre publish or perish. Ces rites d’initiation, donc, complètent de concert cette foisonnante expérience doctorale. Ce que cet inventaire est ici censé souligner, c’est que cette abondance d’impératifs constitue en soi une forme d’embarquement. En effet, à l’heure où les financeurs et les administrations universitaires s’entendent sur la stricte limitation de la durée de thèse à trois ans, comment ne pas percevoir cette entrée dans le monde de la recherche sur le mode d’une course à l’intégration ? Plus encore, comment concilier cette convergence des exigences de respect des délais avec la temporalité qu’imposent certains terrains à l’enquêteur ?

17Je peux faire référence ici à un terrain entamé, en 2010, autour des pratiques de lombricompostage en habitat collectif. Moins risqué qu’une expédition en pleine mer, le suivi de ce type d’initiative n’est pas sans révéler des contraintes temporelles inattendues. Pour rappel, les lombricomposteurs sont des réceptacles installés, pour les cas que j’étudie, dans des cours d’immeubles, et se définissent, aux dires d’un de mes groupes d’enquêtés, comme des élevages de vers de terre domestiques. La propriété principale de ces lombrics est de digérer les résidus végétaux ménagers et de les transformer en compost. Ces poubelles, qui n’en sont plus, ont toutefois une spécificité digne d’intérêt pour mon propos d’aujourd’hui : en hiver, elles hibernent ! L’activité humaine de tri des déchets qui découle de cette hibernation s’en voit dès lors largement modifiée, et ce sont les variations de ces pratiques, au fil de l’année, qu’il m’a semblé pertinent d’observer. Ainsi, face à des interactions de ce type, caractérisées par une forme de lenteur, comment appréhender l’injonction à faire vite ? Comment trouver le temps de s’attarder à l’endroit même où le vivant demande à ceux qui souhaitent l’observer et le comprendre une patience répétée ?

  • 6  C’est à travers cette expression que Pierre Bouvier caractérise les rites d’accoutumance, au cœur (...)

18À défaut d’être parvenu à trouver des réponses définitives à ces questions, je constate simplement qu’il m’a fallu apprendre à « faire avec6 » ces diverses figures de l’embarquement. En octobre 2009, embarquant sur un voilier qui allait devenir mon foyer pour un an, je n’étais pas plus marin que sociologue. C’est en naviguant que j’ai fini par devenir marin. Est-ce que ce doctorat suffira à faire de moi un sociologue ? À un jury, futur, de répondre à cette question. Ce dont je suis aujourd’hui convaincu, c’est que ces diverses façons d’avoir été et d’être encore embarqué m’ont forcé et me forcent encore à prendre position, à définir clairement ma place à l’intérieur comme à l’extérieur de mes terrains. Elles m’obligent à négocier, parfois, à expliciter, souvent, auprès de ceux qui me financent et de ceux qui me dirigent, les rôles et les points de vue que je compte adopter, bref, à faire l’effort d’une langue commune qui me permette d’être compris de ceux qui, un temps, acceptent de m’écouter ou de me lire.

Haut de page

Bibliographie

Bouvier P. (2011), De la socioanthropologie, Paris, Éditions Galilée.

Gold R. I. (2003), « Jeux de rôles sur le terrain. Observation et participation dans l’enquête sociologique », dans Céfaï D. et al., L’enquête de terrain, Paris, La Découverte, p. 340-349.

Marcus G. E. (1995), « Ethnography in/of the world system: the emergence of multi-sited ethnography », Annual Review of Anthropology, p. 95-117 [traduit dans Céfaï D. (dir.) (2010), L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 371-395].

Serres M. (1990), Le contrat naturel, Paris, F. Bourin.

Haut de page

Notes

1  Serres M. (1990), Le contrat naturel, Paris, F. Bourin, p. 70.

2  ADEME : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.

3  D’une part, L’ADEME a sélectionné mon projet dans son programme de financement global et, d’autre part, l’association a rapidement regroupé plus de deux cents membres, dont la simple adhésion engageait le porteur de projet que j’étais.

4  « Watch the Waste ».

5  Marcus G. E. (1995), « Ethnography in/of the world system: the emergence of multi-sited ethnography », Annual Review of Anthropology [traduit dans Céfaï D. (dir.) (2010), L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 371-395].

6  C’est à travers cette expression que Pierre Bouvier caractérise les rites d’accoutumance, au cœur de l’étude socio-anthopologique des phénomènes contemporains de ritualisation. Bouvier P. (2011), De la socioanthropologie, Paris, Éditions Galilée, p. 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baptiste Monsaingeon, « Histoire d’un embarquement pluriel ou comment essayer de trouver un dehors, dedans », Socio-anthropologie, 27 | 2013, 49-57.

Référence électronique

Baptiste Monsaingeon, « Histoire d’un embarquement pluriel ou comment essayer de trouver un dehors, dedans », Socio-anthropologie [En ligne], 27 | 2013, mis en ligne le 06 août 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1450

Haut de page

Auteur

Baptiste Monsaingeon

Baptiste Monsaingeon est doctorant au CETCOPRA (Centre d’étude des techniques, des connaissances et des pratiques). Il enseigne la sociologie et la psychologie sociale au Service général des sciences sociales de l’université Paris 1. Sa thèse, financée par l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), est consacrée aux formes de l’oubli en jeu dans les pratiques contemporaines de mise au rebut.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org