Navigation – Plan du site

Traces de vies disparues

L’Anthropologue face aux charniers
Olivier Dutour

Texte intégral

1Vilnius, mars 2002.

2L’avancement de la fouille du fossé, au pied de la grue arrêtée, nous fait prendre conscience, au fur et à mesure du dégagement du sable humide et durci par le froid, de l’ampleur d’un drame ancien. La période a pu être précisée dès la découverte dans le charnier de boutons d’uniformes présents ça et là, certains encore attachés à des lambeaux de tissus sombres. Ni les exécutions nazies, ni les purges staliniennes ne sont en cause. Des numéros apparaissent sous la couche verte du cuivre corrodé : 17, 53, 56, 85, 106, 113. Et puis, intact, à peine assombri par la patine, l’aigle de la Garde Impériale. Décembre 1812. La retraite de Russie.

3Un calcul rapide dans la zone que nous fouillons, où les squelettes sont enchevêtrés et superposés tels un mikado macabre, nous révèle une densité de sept individus au mètre carré. C’est donc plusieurs milliers de corps qui sont là, entassés le long des quelque quarante mètres d’un fossé ré-ouvert par les engins de terrassement, en vue de la construction d’un lotissement résidentiel dans la proche banlieue de Vilnius, capitale de la jeune république de Lituanie.

 « Wilna1, décembre 1812.

Le matin du 9, nous partîmes pour Wilna, par un froid de vingt-huit degrés. De deux divisions, fortes encore de plus de dix mille hommes, (…) à peine deux mille arrivèrent à Wilna. Le reste fut décimé dans cette terrible journée (…).

L’espoir d’arriver, dans quelques heures, à Wilna, où nous devions avoir des vivres en abondance, m’avait rendu des forces, ou plutôt, comme beaucoup de mes camarades, je faisais, pour arriver, des efforts surnaturels. Le froid de vingt-huit degrés était au-dessus de tout ce que l’on pouvait faire. Je me sentais défaillir, il semblait que nous marchions au milieu d’une atmosphère de glace. Je n’avais plus de respiration, des glaces s’étaient formées dans mon nez ; mes lèvres se collaient ; mes yeux, éblouis par la neige et par la faiblesse, pleuraient, les larmes se gelaient et je n’y voyais plus. (…)

Nous aperçûmes les clochers de Wilna (…) on se jeta en confusion dans le faubourg : en y rentrant, j’aperçus à la porte d’une maison un de mes amis, vélite et officier aux grenadiers, étendu mort (…). Beaucoup d’autres tombèrent, en arrivant, d’épuisement et de froid ; le faubourg était déjà parsemé de cadavres. (…) Une heure après, j’entrais en ville afin de voir si je ne trouvais pas de pain et d’eau-de-vie à acheter. Mais presque partout, les portes étaient fermées ; les habitants, quoique nos amis, avaient été épouvantés en voyant cinquante à soixante mille dévorants, comme nous étions, dont une partie avait l’air fou et imbécile ; et d’autres comme des enragés, couraient en frappant à toutes les portes et aux magasins, où on ne voulait rien leur donner ni distribuer, parce que les fournisseurs voulaient que tout se fît en ordre, chose impossible, puisque l’ordre n’existait plus. » Mémoires du sergent Bourgogne (1812-1813).

La « trace funéraire » : l’archéologie et l’anthropologie

4La réflexion sur la trace est, par nature, une constante des sciences archéologiques. Cette préoccupation a même conduit, pour les études en Préhistoire, à la création de la tracéologie, discipline nouvelle dont le but est l’analyse des micro-traces d’usure laissées sur les silex par leur utilisation en tant qu’outils2.

5La recherche de traces, à la fois dans le sens de vestige laissé sur le terrain et dans celui d’impression laissée dans la mémoire, est également présente dans les recherches que conduisent les anthropologues biologistes aussi bien sur les chantiers de fouilles où des restes humains sont mis au jour, qu’en laboratoire où ces vestiges, qui ont été sujets humains avant de devenir objets archéologiques, sont analysés en tant que traces de vie passée.

6La sépulture, objet d’étude de l’anthropologie et de l’archéologie funéraire, possède une double valeur heuristique. Elle recèle d’une part la trace d’une vie disparue, que l’on peut reconstruire par l’étude biologique de son contenu. Ceci permet aux paléoanthropologues, en développant cette étude sur un grand nombre de cas, de parler, de façon parfois abusive mais particulièrement révélatrice, de ce « regard du vivant », de « po­pulations du passé » et de « paléodémographie »3. Elle est aussi, par son contenant, trace d’une mort prise en charge et entourée de manifestations rituelles dont elle livrera les indices. La conjonction de ces indices pourra, de plus, particulariser une culture, qui elle-même sera témoin d’une époque, la sépulture devenant alors un moyen de datation relative, relevant au même titre que divers éléments archéologiques, de ce que les archéologues nomment la « culture matérielle » ; elle va alors être rattachée à une typologie à valeur chronologique4.

Les sépultures de catastrophe, nouvel objet d’étude de l’anthropologie

7Les archéologues et les spécialistes d’anthropologie funéraire font, depuis longtemps, la distinction entre les sépultures individuelles et les sépultures dites multiples ou collectives.  Classiquement, trace d’une gestion d’inhumations successives dans un même lieu, tel le mode d’inhumation développé au Néolithique dans les hypogées, la sépulture collective, si elle se révèle être simultanée, devient alors « sépulture de catastrophe ».

8Ce terme, d’utilisation récente dans le cercle restreint des spécialistes d’anthropologie funéraire, est préféré à celui de charnier, qui est à la fois désuet dans sa signification de fosse commune de cimetière ou d’ossuaire (sans parler en termes de boucherie ou de chasse) ou trop contemporain par l’actualité des crimes de guerre, de mémoire récente en Afrique et en Europe.

9La sépulture collective, lorsqu’elle témoigne de nombreuses morts simultanées, est alors analysée en tant que trace de catastrophe tels les cataclysmes5, les épidémies, les famines, ou les guerres6, l’analyse devant déterminer dans ce dernier cas si les victimes sont civiles ou militaires. La fouille de ce type de sépulture constitue un exercice assez redouté des archéologues dans le sens où il nécessite une méthodologie spécifique et un entraînement poussé dans l’identification ostéologique.

10En dehors de ces problèmes techniques, les sépultures de catastrophe déconcertent l’archéologue qui ne peut y trouver les repères archéologiques habituels. Elles sont en effet la trace d’une mort massive et ponctuelle, ce qui laisse peu de place à la réflexion archéologique, qui est basée sur la chrono-stratigraphie des vestiges, sur les analyses spatiales des ensembles archéologiques, sur l’étude de leur mode de constitution et de leur évolution et enfin sur la typologie des vestiges (dans le cas présent les sépultures et leurs éléments mobiliers).

11Les traces des charniers se prêtent donc particulièrement mal, selon notre opinion, à l’analyse archéologique. Elles sont particularisées par leur caractère événementiel, directement connecté à la mémoire historique, par l’absence de structures, par l’uniformité des gestes funéraires, par la pauvreté du mobilier associé, essentiellement résiduel. L’approche archéologique ne verra donc que peu d’intérêt à l’étude de telles traces, contrairement à l’anthropologie. Celle-ci, plus directement concernée par les traces biologiques, sera plus facilement en relation avec les données textuelles et analysera ces traces dans le contexte de l’événement, en développant la notion « d’archives biologiques » assez étrangère au raisonnement archéologique7. Les sépultures de catastrophe constituent donc un objet d’étude nouveau pour l’anthropologie, objet qui doit être dégagé, de par sa spécificité, de la stricte tutelle archéologique.

12Notre expérience des charniers s’est développée à la suite de la découverte fortuite en 1994 d’une fosse de pestiférés datant de mai-juin 1722 à Marseille. Cette première approche, jusqu’alors négligée par les anthropologues, nous a permis d’expérimenter, hormis l’incompréhension des archéologues, le dialogue avec les historiens. Ce nouvel objet d’étude constitue pour ces derniers une forme de matérialisation de la mémoire historique, intégrée dans leurs sources, comme un nouveau type d’archives dont la lecture leur était jusqu’à présent inconnue. Cette épidémie a ensuite enrichi notre connaissance en matière de sépultures de catastrophe par trois autres sites provençaux, datant des XVIe et XVIIIe siècles. Cette expérience particulière nous a valu d’être appelé en expertise en Lituanie en mars 2002.

Le charnier de Vilnius, traces matérielles et textuelles

13La découverte du charnier, en automne 2001, a été au départ entourée d’une particulière discrétion. Elle a, en effet, eu lieu dans une zone rendue inaccessible à la population depuis le XIXe siècle, située à la partie nord de la ville, terrain militaire successivement occupé par l’armée tsariste, par les troupes nazies puis enfin par l’Armée Rouge, comme caserne d’un régiment de blindés. Le contexte est donc celui d’une ancienne zone militaire interdite, récemment récupérée par la municipalité pour y construire un ensemble résidentiel. La découverte se situe dans une ville où la mise au jour de charniers contemporains, depuis l’indépendance récente du pays, n’est pas un événement exceptionnel. Les anthropologues locaux avaient été précédemment confrontés à l’étude d’un charnier de victimes du KGB ayant livré les restes de plus de 700 individus : parmi ceux-ci, ils ont réussi à identifier, par le recoupement d’indices, une quarantaine de squelettes, qui ont pu être ainsi restitués aux familles. En l’absence d’éléments identifiants formels, c’est tout d’abord vers les occupants successifs de la zone et plus particulièrement les derniers, que le poids du contexte social et historique a fait orienter l’attribution de ces traces et fait peser la responsabilité d’un drame d’une ampleur particulière.

14La mise au jour ultérieure d’éléments diagnostiques, tels les boutons d’uniformes, portant des numéros de régiments et surtout l’identification de l’emblème de l’Aigle impérial, a immédiatement permis la mise en contexte de cette découverte. La forte résonance historique de l’événement a fait que très rapidement, l’Ambassadeur de France s’est déplacé sur le site avant toute fouille, pour déposer une couronne sur ce qui apparaissait comme un monticule de sable, duquel émergeaient quelques fragments d’ossements éparpillés par la pelleteuse. Très vite, l’accès aux multiples sources de première main, tels les témoignages d’acteurs de cet événement, grognards français, médecins lituaniens, archives militaires russes, ont permis de restituer la mémoire d’un fait historique dont l’ampleur dépasse l’imagination.

15Une retraite de centaines de milliers d’hommes, de plus en plus désorganisée par des erreurs de commandement mais principalement par des conditions climatiques exceptionnellement défavorables, avec des températures atteignant jusqu’à près de moins 35°, insoutenables pour des soldats dont l’équipement et l’approvisionnement étaient inadaptés et précaires. Un repli vers une ville de garnison d’environ 20.000 soldats, français pour la moitié, italiens, germaniques et lituaniens pour l’autre, incapable de les accueillir, de les héberger, de les nourrir. Non pas pour des ques­tions logistiques, les sources semblant indiquer l’abondance des réserves et des munitions, mais pour des questions d’organisation : les ordres ne sont pas donnés et ne peuvent plus l’être. Les portes restent fermées. Un résultat effrayant : environ 35.000 morts dans les rues de la ville, saisis aux portes des maisons par le froid intense, entre le 8 et le 12 décembre 1812 ; plus de 5.000 soldats ayant pu y trouver refuge, fait prisonniers par les Russes, malades, hospitalisés, parmi lesquels seulement une centaine survivront. Un travail énorme de nettoyage des rues de la ville par les troupes russes, face à un problème de gestion sanitaire de ces dizaines de milliers de cadavres congelés. Au départ, une tentative d’incinération de quelques centaines de corps fut vite abandonnée pour d’évidentes raisons techniques. S’en suivit une inhumation des cadavres d’hommes et de chevaux collectés dans la ville et ses faubourgs pendant trois mois, jusqu’en février 1813. Pour ce travail, des témoignages précis font état d’une ré-utilisation des fossés et tranchées de fortifications creusées par la garnison pendant l’été 1812 : « Les Français ont été enterrés dans les fosses qu’ils avaient eux-mêmes creusées ». Ces « traces textuelles », notamment les archives de l’armée russe conservées à Saint-Pétersbourg, permettent même de resituer historiquement la découverte archéologique et font état sur ce site de l’existence de deux tranchées de protection de l’entrée nord de la ville, tranchées dans lesquelles auraient été inhumés environ 7.500 soldats et 150 chevaux.

16Les traces matérielles fournies par la fouille du charnier, suivie par l’étude en laboratoire des restes, sont de deux types. Le premier constitue ce que l’on pourrait nommer le « matériel résiduel » constitué par les fragments d’uniformes et les boutons. Il fait partie de ce que les archéologues nomment le « remplissage », en ce sens qu’il ne constitue pas des éléments intentionnels dans le contexte funéraire. Ces éléments sont soit directement en contact avec les squelettes, comme des poils de bonnets encore adhérents à la voûte crânienne et pris à tort pour des cheveux, des fragments de guêtre sur les tibias, ou des morceaux de veste recouvrant les côtes. Soit, plus fréquemment, les pièces de tissus sont dissociées de l’individu, en raison des aléas de la conservation. On y retrouve des morceaux de draps de laine foncés, représentant des restes d’uniforme dans leur partie extérieure pour l’infanterie de ligne et légère (vestes, gilets, culottes, capotes, guêtres d’hiver) et pour la cavalerie (dolmans, manteaux, schabraques), et des morceaux de draps de laine clairs (revers et basques d’habits, gilets et culottes d’hiver, guêtres d’été) de l’infanterie légère et de ligne ainsi que de certains corps de cavalerie (cuirassiers, dragons, chasseurs à cheval). Les boutons qui portent des numéros permettent l’identification des régiments d’infanterie de ligne (notamment 17e, 53e, 56e, 85e, 106e, 113e), de cavalerie (5e chevau-léger), et de la Garde Impériale, de même que des régiments de la Confédération du Rhin (4e régiment). Ces éléments permettent de fournir des informations d’une grande précision relatives au commandement, à la constitution et aux pertes humaines. Ainsi, on peut savoir que le 53e régiment d’infanterie de ligne, commandé par le Colonel Grabon, appartenant à la brigade du Général Alméras, à la 14e division du Général Broussier, au 4e corps du Prince Eugène de Beauharnais, qui comportait au départ de la campagne 78 officiers et 2.442 hommes, a combattu devant Wilna entre le 8 et le 10 décembre 1812, contre les troupes cosaques et que trois officiers y ont été blessés, alors que le 113e régiment perdait le 10 décembre sept officiers italiens et que le 4e régiment de la Confédération du Rhin (contingents des maisons ducales de Saxe) perdait onze officiers dont les identités sont connues.

17Ceci donne un exemple de la précision de l’échange entre les données historiques et les données de terrain, précision liée au caractère ponctuel d’un charnier, et qui n’est pas exceptionnelle et propre au contexte de la retraite de Russie, puisque le charnier des pestiférés du Couvent de l’Observance de Marseille, datant de mai-juin 1722, était aussi relié à des archives pour partie conservées où figurent les identités des morts de peste, inhumés dans la fosse. Notons que ces deux événements représentent des chiffres de mortalité importants (50.000 morts à Marseille pendant la Grande Peste, pour une population de 100.000 habitants ; 30.000 morts à Vilnius, pour une population de moins de 10.000 habitants), épisodes qui, par leur acuité et leur importance, laissent une trace profonde dans la mémoire collective.

18Les traces biologiques sont constituées par les restes humains. La lecture anthropologique de la position des corps sur le terrain livre les informations sur les gestes funéraires, qui sont assez limités dans le contexte des charniers. Ici, les corps sont entassés les uns sur les autres, probablement jetés du haut du fossé, ayant glissé des bords vers le fond où leur accumulation est plus importante. Certains ont une position accroupie, semblant être celle où la mort les a saisis et le froid les a fixés. Dans certains des cas, des fracturations des os des membres sont la trace d’une manipulation des corps congelés et des traces de coup de sabre sur la partie antérieure basse des tibias indiquent la récupération des bottes ou des chaussures. Le nombre minimum des individus, calculé sur le taux de représentation des pièces osseuses, en cours de décompte, avoisine les 3.000. La détermination de l’âge indique une forte représentation d’individus jeunes, de 20 à 25 ans. Quelques plus jeunes – aux environs de 14 ans, un entre 10 et 12 ans – font sans doute référence aux tambours et aux enfants de troupe. Une trentaine de squelettes d’individus de sexe féminin indique la présence des blanchisseuses, des cantinières et des vivandières accompagnant les régiments. La stature moyenne reconstituée est dans l’ensemble élevée, aux environs d’un mètre soixante quinze. L’état sanitaire est bon, l’observation dentaire révèle beaucoup de fumeurs de pipe. Sur certains squelettes, les traces qui s’observent sur la partie antérieure des cols fémoraux, décrits dans la littérature sous le nom du syndrome du cavalier, attestent de la présence des troupes de cavalerie. Par ailleurs, les restes de quelques chevaux gisant dans la fosse, parmi les restes humains, confirment les données historiques de l’inhumation simultanée de chevaux.

Les charniers : de la trace au devoir de mémoire

19La découverte d’un charnier, son lien avec des faits historiques marquants, qui se matérialisent par la lecture des traces palpables qui en sont extraites, réveillent en général un sentiment profond du devoir de mémoire, surtout quand les événements liés à ces morts sont marquants dans l’histoire des populations. Dans le cas de la peste et de la retraite de Russie, ces événements sont passés dans le langage courant : « C’est une vraie peste », « Fuir comme la peste », « C’est la Bérézina ! », et entretiennent cette mémoire collective. Des réactions diverses s’observent dans l’opinion, relayées par un intérêt marqué des médias. De façon récurrente le problème de la ré-inhumation et de la commémoration se pose : comment ré-inhumer ces traces biologiques, comment entretenir leur souvenir ? A Marseille, de nombreux monuments ont été élevés dans la ville et des noms de rue portent les noms des acteurs de ce drame épidémique. A Vilnius, après le devoir de connaissance scientifique puis le dépôt, au Musée national, des traces matérielles « résiduelles », le devoir de mémoire s’accomplira en principe de la façon suivante : les traces biologiques, mises en sacs funéraires blancs devraient occuper un carré du cimetière militaire et des personnalités officielles de Vilnius. Un monument commémoratif financé par la France devrait en matérialiser la trace.

Haut de page

Notes

1 Nom de Vilnius au XIXe siècle.
2 Illustrée notamment par la recherche de la trace du fameux « lustre des moissons » sur les silex néolithiques, liée à leur utilisation dans l’agriculture.
3 En caractérisant l’échantillon de squelettes étudiés par sa distribution en sexe et âge.
4 Par exemple, les tombes sous tuiles en bâtières ou en amphores ou les sarcophages caractérisent une période chronologique précise.
5 L’exemple de Pompéi et d’Herculanum est classique et offre un instantané saisissant d’une catastrophe naturelle antique.
6 Autant de causes reconnues par Malthus comme facteurs naturels de régulation des populations.
7 Pour l’archéologue, conforté par la législation actuelle, les restes humains « anciens » constituent un objet archéologique, strictement au même titre que les autres éléments « mobiliers ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Dutour, « Traces de vies disparues », Socio-anthropologie [En ligne], 12 | 2002, mis en ligne le 15 mai 2004, consulté le 27 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/146

Haut de page

Auteur

Olivier Dutour

Unité d’Anthropologie, UMR 6578 CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org