Navigation – Plan du site
Dossier : Embarqués

Le regard critique en situation d’immersion

Observation in situ d’un dispositif de vidéosurveillance
Nicolas Horvat
p. 59-69

Résumés

La démarche ethnographique soulève en général un certain nombre d’enjeux ayant trait à la relation qu’entretient le chercheur avec son terrain. Suivant le type de regard porté sur l’objet étudié et la spécificité du milieu investi, l’enquête peut s’avérer particulièrement difficile à appréhender. Sur la base d’une observation menée au sein d’une salle d’exploitation d’un système de vidéosurveillance, cet article se propose de contribuer à une réflexion sur ces expériences « embarquées » qui interrogent profondément le positionnement du chercheur. À la suite d’un examen des raisons qui m’ont conduit à adopter l’approche ethnographique, des contraintes stratégiques liées aux caractéristiques du milieu et des ambiguïtés relatives à l’immersion dans l’univers étudié, il s’agira d’envisager les conditions de possibilité d’une analyse à la fois résolument critique et complètement ancrée dans la réalité du terrain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Albera D. (2001), « Terrains minés », Ethnologie française, 31/1, p. 8.

1Chaque enquête menée sur le terrain est singulière. Cette spécificité relève à la fois de l’approche du chercheur et des caractéristiques du terrain. Idéalement et a posteriori, on peut concevoir le déroulement d’une enquête comme le résultat d’une articulation pensée et équilibrée : au regard du panel d’outils méthodologiques dont il dispose, le chercheur élabore, en fonction de la particularité de son objet et des contraintes propres au milieu étudié, une démarche appropriée. Concrètement et en pratique, les modalités d’enquête sont largement tributaires d’un ensemble d’opportunités à saisir et d’impossibilités avec lesquelles il s’agit de composer sur le moment. À bien des égards, l’enquête reste « un domaine qui demeure opaque pour la formalisation scientifique : c’est un art de faire des coups, de saisir l’occasion, de suivre des traces1 ». Dans certaines circonstances, le chercheur semble littéralement « embarqué » dans une expérience de terrain dont il ne peut que très partiellement anticiper le déroulement et discerner les implications. Ces situations peuvent être intimement liées à la spécificité même du terrain : de par leurs caractéristiques, certains milieux obligent l’enquêteur à s’intégrer plus avant dans un ensemble de rapports sociaux. Quelles que soient leurs formes, ces expériences interrogent toujours, sinon la perspective du chercheur, du moins la place que celui-ci occupe sur le terrain.

2En s’appuyant sur un questionnement relatif à une enquête en cours, cet article se propose de contribuer à une réflexion sur ces situations qui s’avèrent à la fois enrichissantes et inconfortables pour le chercheur. L’enquête en question vise à asseoir une recherche doctorale portant sur les dispositifs de vidéosurveillance installés et utilisés dans le cadre des politiques sécuritaires mises en place par les municipalités. La phase actuelle de l’investigation sur le terrain, qui consiste en une observation in situ d’un CPS (centre de protection et de sécurité) où sont exploitées les caméras implantées sur la voie publique d’une commune française, s’apparente à plusieurs titres à une forme d’« embarquement ». Au regard de la problématique de la recherche et de la particularité de l’objet, la démarche de type ethnographique s’est en quelque sorte imposée d’elle-même. Comprendre « de l’intérieur » le fonctionnement d’un dispositif pour saisir les modalités concrètes de la surveillance d’un espace public ne paraissait en effet possible qu’au prix d’une certaine immersion. Cette approche suppose une stratégie et une imprégnation qui soulèvent une série d’enjeux méritant également d’être considérés. D’une part, l’accès restrictif propre aux milieux fermés de la sécurité, les négociations successives quant aux conditions et au déroulement de l’enquête, la gestion régulière des relations avec les divers responsables sont autant de contraintes impliquant une « navigation à vue » sur le terrain. En pratique, l’investigation traverse et déborde donc la question du choix et de la définition des modèles méthodologiques. D’autre part, le travail d’observation mené sur le long terme, au sein de la salle d’exploitation et sur les lieux ayant trait à son fonctionnement ou à son utilisation, est marqué par une constante ambivalence. Les interactions prolongées avec les opérateurs, les forces de l’ordre et les différents acteurs en charge de la gestion du dispositif, entraînent une difficulté qui ne se borne pas au problème ethnographique classique de la « juste distance » à adopter. Elles questionnent plus profondément la place qu’occupe l’enquêteur immergé dans un univers de pratiques, de discours et de représentations dont il ne partage pas les fondements. D’un bout à l’autre, la situation d’enquête interroge finalement en creux les ressources et les moyens dont dispose le chercheur pour mener une analyse à la fois critique et ancrée dans la réalité concrète du terrain.

De la nécessité d’une observation in situ

  • 2  Pour un aperçu de l’état de l’art, voir par exemple Douillet et al., 2010 ; et Smith, 2004.
  • 3  Ces trois axes renvoient à un découpage relativement arbitraire et ne constituent en rien une véri (...)

3Les thématiques de la surveillance et de l’identification dans les sociétés contemporaines connaissent un immense intérêt en sciences sociales comme en témoigne l’étendue de la littérature sur le sujet. En tant qu’objet d’étude particulier, la vidéosurveillance, qui cristallise bien souvent dans le débat public les inquiétudes associées aux dérives sécuritaires, ne fait pas exception. Depuis les années 1980, le déploiement exponentiel des systèmes s’est accompagné d’une prolifération de travaux académiques visant à cerner les enjeux relatifs à leur développement et à leur utilisation. Sans dresser une cartographie complète de ce qui constitue aujourd’hui un vaste champ d’études2, il semble intéressant de donner une idée de la variété des approches existantes. Ainsi, en fonction des modèles interprétatifs, la vidéosurveillance peut aussi bien être appréhendée comme le symbole d’une transformation des modalités du contrôle social et d’une panoptisation de la société (Armstrong et al., 1998 ; Lyon, 2001), comme un instrument de gestion spatiale des populations considérées « à risque » dans le cadre d’une gouvernementalité néolibérale (Coleman et Sim, 2000 ; Graham, 1998) que comme un outil sociotechnique à replacer et à évaluer dans son contexte d’usage (Heilmann, 2003 ; Douillet et al., 2011)3.

  • 4  L’expression fait référence au célèbre texte de Gilles Deleuze intitulé « Post-scriptum sur les so (...)

4Les différents travaux n’ont par ailleurs pas les mêmes ambitions descriptives. Schématiquement, d’un côté on retrouve un ensemble de conceptions relativement globalisantes, qui entendent dépeindre – souvent dans une perspective post-foucaldienne – une société de contrôle4 incarnée dans des outils technologiques comme la vidéosurveillance. Cette tendance théorique et critique, largement représentée dans les surveillance studies, vise principalement à mettre en évidence le caractère liberticide et coercitif du maillage de dispositifs ayant pour fonction d’administrer techniquement et en détail l’ensemble des activités sociales. De l’autre côté du spectre, une série disparate de recherches basées sur des enquêtes de terrain tente de montrer en quoi le fonctionnement et les enjeux des technologies sécuritaires, comme la vidéosurveillance, doivent être saisis dans leur singularité. La finalité de cette démarche est avant tout d’arriver à avoir une compréhension fine de la dimension sociale et humaine à l’œuvre dans le déploiement, l’utilisation et la légitimation des dispositifs.

  • 5  Smith G. J. D. (2004), « Behind the screens: Examining constructions of deviance and informal prac (...)
  • 6  Le Goff T. (2011), Surveiller à distance. Une ethnographie des opérateurs municipaux de vidéosurve (...)

5Une tension heuristique semble exister entre ces deux pôles renvoyant respectivement à deux façons d’envisager la recherche. Plusieurs auteurs insistent sur l’importance d’étayer les assertions produites dans le cadre d’analyses surplombantes concernant la vidéosurveillance par des études détaillées portant sur le travail des opérateurs. Gavin Smith souligne par exemple qu’« une grande partie de la littérature se caractérise par une forme naïve de déterminisme technologique au prisme duquel “l’élément humain” (qui a toujours le potentiel pour être résistant, irrationnel, dysfonctionnel et préjudiciable) assurant le fonctionnement réel des caméras est largement ignoré5 ». Dans une perspective similaire, Tanguy Le Goff, qui a réalisé une observation ethnographique au sein de deux CSU (centres de supervision urbaine) en proche banlieue parisienne, rappelle qu’un certain nombre d’analyses « ont trop tendance à postuler que les images des caméras sont contrôlées, regardées, analysées de manière constante, autrement dit que la surveillance exercée par les opérateurs est efficace et efficiente6 ».

6Depuis la première enquête conduite par Gary Armstrong et Clive Norris dans trois salles d’exploitation en Grande-Bretagne (Armstrong et Norris, 1999), quelques travaux de terrain ont été menés dans différents pays dans le but de fournir des ancrages empiriques à l’analyse de la vidéosurveillance. Ces études, résolument qualitatives, ont chacune à leur façon permis d’éclairer davantage les déterminants et les effets de la surveillance exercée par les opérateurs. Elles ont également mis en évidence la variété des contextes organisationnels, professionnels et techniques, et de fait la difficulté de procéder à des généralisations quant à la nature des systèmes.

  • 7  Dans son cours Sécurité, territoire, population, Michel Foucault opère une distinction entre la no (...)

7C’est au regard de questionnements semblables à ceux qui animent l’ensemble de ces études que l’observation in situ s’est présentée comme la démarche la plus adéquate pour aborder la question de la vidéosurveillance d’un espace public. Il me paraissait en effet difficilement envisageable de comprendre et d’interpréter l’activité concrète de surveillance – notamment en vue de saisir en quoi celle-ci participe d’un processus de normalisation caractéristique, selon Michel Foucault, des dispositifs de sécurité7 – sans mener une investigation sur le long terme auprès des acteurs en ayant la charge. D’une certaine manière, ce constat appelant à passer d’une conception théorique à un regard sur ce qui se passe « derrière les caméras » annonçait déjà l’idée d’un nécessaire « embarquement ».

Un embarquement impliqué par les caractéristiques du terrain

  • 8  Bourrier M. (2010), « Pour une sociologie “embarquée” des univers à risque ? », Tsantsa. Revue de (...)

8Les milieux relatifs au champ de la sécurité font partie des terrains particulièrement difficiles à aborder pour les chercheurs en sciences sociales. Généralement interdits au public, ces univers sont soumis à des conditions d’accès restrictives et les autorisations accordées après négociations prennent souvent la forme de passe-droits dont la légitimité doit être justifiée régulièrement. À propos des enquêtes menées dans les univers à haut risque, Mathilde Bourrier rappelle que « l’un des points clefs de la méthode sociologique, qu’elle partage avec l’anthropologie, est constitué par cette question de l’entrée du chercheur et de ce qui en découle en termes de position. De la négociation de l’accès dépend donc, bien entendu, le type de données recueillies. De l’entente préalable sur les modalités de l’enquête dépend aussi le type d’engagement que le chercheur pourra développer, tant vis-à-vis de sa communauté professionnelle que de la communauté qu’il étudie et d’une façon plus générale vis-à-vis de la société dans laquelle il vit8 ». Ce constat est d’autant plus important qu’il concerne des milieux fermés se caractérisant par une certaine confidentialité.

  • 9  Une autre demande d’autorisation d’enquête soumise à une deuxième mairie a été rejetée après une l (...)
  • 10  Mise à part l’anonymisation du lieu de l’enquête.

9Dans le cas de la présente enquête, l’entrée sur le terrain a été relativement simple par rapport à la difficulté que peut représenter l’accès à une salle d’exploitation9. Cet accès a largement été facilité par un tiers qui s’est porté garant du sérieux de ma demande auprès du maire de la commune. L’intérêt global pour le fonctionnement humain et technique du dispositif, mis en avant lors d’un premier entretien, a donc suffi à convaincre le responsable municipal rencontré du bien-fondé et de la légitimité du projet d’enquête. Bien qu’aucune condition particulière n’ait été formulée au cours de cette négociation initiale10, mon interlocuteur a d’emblée souligné l’intérêt que pourrait représenter un travail sociologique permettant d’optimiser l’organisation professionnelle du CPS.

  • 11  Journal de terrain, 9/3/2012.
  • 12  Un positionnement clair face à cet enjeu paraissait déterminant au moins pour deux raisons. Premiè (...)

10« C’est toujours intéressant d’avoir un regard neuf. Les opérateurs ont leurs soucis, leurs problèmes personnels, etc. Nous, on n’est pas forcément au courant de tout ça. Du coup, ça peut être une bonne chose pour le service d’avoir le point de vue d’un observateur extérieur11. » Cette attente, sans poser explicitement les jalons d’un « donnant donnant », a jeté les bases d’un malentendu devant être dissipé. À plusieurs reprises, la « neutralité » de l’enquêteur et la « vocation » de la perspective sociologique ont ainsi été convoquées pour justifier l’impossibilité de participer au perfectionnement des pratiques gestionnaires12. Comme c’est souvent le cas, la tactique a consisté à échapper aux tentatives d’instrumentalisation de la part des autorités en adoptant une posture et une rhétorique « scientifique ». Sur le plan pratique, les négociations ont débouché sur la possibilité de mener une investigation selon des modalités plus ou moins informelles. La durée de l’enquête n’a pas été clairement définie et les allées et venues n’ont été soumises à aucune restriction. Si elle autorise une certaine liberté d’action, cette situation présente l’inconvénient d’appeler implicitement une justification permanente quant à la présence de l’enquêteur sur le terrain : en l’absence d’un cadre bien défini, ses motivations et la finalité de sa recherche appellent des questionnements répétés.

  • 13  Journal de terrain, 16/12/2012.

11« Je me demande bien ce que tu regardes quand t’es ici ? Je ne sais pas, tu écris quoi dans ton carnet ? – Bah, j’essaie de voir comment vous travaillez au quotidien. Même si parfois il ne se passe pas grand-chose, c’est toujours intéressant pour moi de voir ce que vous faites dans ces moments-là13. »

  • 14  Bourrier M. (2010), p. 35.

12De la négociation de l’accès à la gestion quotidienne des implications relationnelles, l’enquête se présente principalement comme un parcours ajusté aux contingences du terrain. La stratégie en situation consiste à exploiter de manière pragmatique les possibilités offertes au fil des situations : accompagner au centre-ville le responsable de la salle d’exploitation quand il vérifie des installations matérielles, saisir l’occasion d’interroger un inspecteur de la brigade des stupéfiants venu exploiter un enregistrement, assister à des échanges entre des techniciens appelés pour régler le logiciel permettant aux opérateurs de piloter les caméras, etc. « Sur place, on le sait, le chercheur noue des contacts, utilise des ruses et à la faveur de tel ou tel moment peut “entrevoir” bien davantage que ce qu’il était censé observer14. » Les contraintes auxquelles l’enquêteur est soumis ne proviennent finalement pas tant d’une limitation de sa marge de manœuvre que de la nécessité qui s’impose à lui de s’adapter aux aspérités du milieu. « Embarqué » dans une expérience dont il ne peut anticiper en détail les enjeux, le chercheur semble ne pouvoir se fier qu’à ses principes pour s’aiguiller et trouver une position lui permettant de conserver une autonomie de jugement.

  • 15  À propos de la terminologie relative à l’ethnographie, voir notamment Soulé, 2007.

13Finalement, l’« embarquement » peut aussi être considéré comme une disposition à abandonner l’idée d’une méthodologie définie et a priori adéquate. Les enquêtes particulièrement soumises aux caractéristiques du milieu interrogent de fait les réflexions sur les différents types de postures ethnographiques et les degrés de « participation » de l’observateur. Si les débats concernant ces questions sont intéressants d’un point de vue disciplinaire15, à la lumière des investigations guidées principalement par l’impératif stratégique, ces modèles méthodologiques apparaissent plus comme des idéaux-types reconstruits a posteriori que comme des outils dont on peut s’emparer en situation. Par ailleurs, ladite « participation » peut, suivant le contexte et aux yeux du chercheur, tout simplement s’avérer être une position intenable d’un point de vue éthique.

Richesses et difficultés de l’immersion

  • 16  Ces réunions dites de « coordination PN/PM (police nationale/police municipale) » réunissent entre (...)

14L’enquête menée depuis plusieurs mois sur le terrain témoigne indéniablement de la richesse et de l’utilité de la démarche ethnographique. C’est à travers une immersion progressive que le fonctionnement d’un univers à part entière a pu être décrypté. Dans un premier temps, l’investigation m’a permis d’appréhender les entités spatiales, sociales et professionnelles constitutives de cet univers, d’en comprendre les relations et les dépendances. En plus du temps passé avec les opérateurs devant le mur d’images retransmises par les caméras et dans la salle réservée aux responsables où les OPJ (officiers de la police judiciaire) viennent exploiter les enregistrements, des observations ont été menées au commissariat et au poste central de la police municipale. La participation à des réunions de coordination16 a été l’occasion de saisir la complexité du réseau qui lie les acteurs impliqués de près ou de loin dans le développement, la gestion et l’utilisation de la vidéosurveillance. Les informations cumulées au fur et à mesure de l’enquête ont également été utiles pour reconstituer la façon dont le dispositif socio-technique a été mis en place : la stratégie d’implantation des caméras et le quadrillage de l’espace urbain, le renouvellement des outils techniques et le perfectionnement des systèmes de commande, les refontes successives de l’organisation du travail et l’optimisation des relations avec les services d’intervention. Enfin et surtout, les nombreuses heures passées dans la salle d’exploitation, de jour comme de nuit, ont permis de comprendre comment les opérateurs surveillent l’espace public. Encore une fois, seule une investigation in situ pouvait mettre à jour l’éventail des éléments conditionnant leurs pratiques et leurs représentations : les codes propres à leur profession et les directives qui leur sont données, la nature routinière de leurs tâches et l’importance des événements particuliers dans leur travail, la façon dont ils envisagent leur rôle et leur degré d’implication, leur trajectoire personnelle et leur appartenance socioculturelle.

  • 17  La ville compte un peu plus de 30 000 habitants.

15Il a été, par exemple, intéressant de constater que les opérateurs connaissent une partie des personnes qu’ils sont amenés à observer. Ayant, pour beaucoup d’entre eux, toujours vécu dans la ville17 où ils travaillent, ils ont souvent l’occasion de reconnaître quelqu’un sur les écrans. Dans les moments où l’activité est moindre, ils prennent parfois le temps d’échanger des anecdotes sur les connaissances qu’ils peuvent avoir en commun. Ces informations, aussi informelles qu’elles puissent être, témoignent de la façon dont surveillance et « moyens d’interconnaissance » peuvent, dans certaines circonstances, s’alimenter réciproquement. S’il paraît anodin en apparence, ce phénomène peut représenter un réel enjeu lorsque la surveillance porte sur des personnes considérées comme potentiellement « à risque ». Dans ce cas de figure, le processus de construction sociale de la « déviance » ne dépend plus alors seulement des représentations engagées dans l’activité même de surveillance, mais également de la « connaissance » qu’ont les opérateurs du vécu ou de la condition des individus observés.

  • 18  Bourdieu P. (1978), « Sur l’objectivation participante. Réponse à quelques objections », Actes de (...)

16Toute enquête ethnographique est à la fois une expérience instructive et une épreuve délicate. Cette dualité est induite par la tension qui traverse la démarche : la compréhension fine n’est possible qu’au prix d’une proximité difficilement conciliable avec la mise à distance pourtant nécessaire à l’analyse. Sur le terrain, l’enquêteur est perpétuellement soumis au dilemme. « On ne peut pas nier la contradiction pratique : chacun sait combien il est difficile d’être à la fois pris dans le jeu et de l’observer18. » La « juste distance » à adopter – que ce soit dans le cadre des relations avec les enquêtés sur le terrain ou plus globalement vis-à-vis de l’objet étudié – est un équilibre subtil qui n’est jamais réellement atteint. Dans les faits, l’observateur oscille en permanence, en fonction des contextes et des moments, entre des phases d’imprégnation et des prises de recul.

17Si elle a incontestablement permis d’apporter une assise à la recherche, l’immersion au sein du CPS a également soulevé plusieurs difficultés. Pour une large part, les problèmes rencontrés semblent bien liés à la condition ethnographique. Ils ont trait aux questions de la proximité et de la distance mises en jeu par la démarche. Le fait de s’engager dans un ensemble d’interactions sociales sur le long terme pour observer une réalité particulière ne va jamais de soi. Cette ambiguïté semble d’autant plus prégnante que la relation du chercheur à son terrain est conflictuelle. En l’occurrence, l’enquêteur s’est trouvé projeté dans un univers socio-symbolique dont il ne partage pas les fondements. Que dire à un opérateur qui cherche mon assentiment sur la contribution qu’il apporte à l’opération de police en cours ? Quel comportement adopter in situ face des discours et des pratiques incarnant explicitement un positionnement diamétralement opposé au mien ? Si le chercheur a généralement la possibilité de se retrancher derrière sa position d’observateur « neutre » et « dégagé », certaines situations semblent inéluctablement le rappeler à l’inévitable dimension axiologique du regard ethnographique.

Pour une ethnographie critique

18D’une certaine façon, l’immersion a permis de faire l’expérience du dispositif. Elle a donné une idée du « processus de subjectivation » qu’il implique et de la « résistance » qu’il appelle. Ayant intégré au fur et à mesure les codes propres à leur profession, les opérateurs visionnent les écrans et pilotent les caméras conformément à des normes organisationnelles qu’ils n’interrogent qu’à l’occasion : pris dans l’utilisation technique du dispositif, ils sont amenés à renvoyer mécaniquement au second plan la question de la signification sociale et symbolique de la surveillance exercée. Sur le terrain, tout l’enjeu a été de questionner perpétuellement cette occultation pour reconstruire ce qui fonde leur regard. D’un bout à l’autre, l’observation a été guidée par une défiance vis-à-vis de l’utilisation apparemment « évidente » des caméras qu’appelle le dispositif.

19On pourrait a priori penser qu’une ethnographie qui n’admet pas de réel encastrement symbolique perd en pertinence. Dans le cas de la présente enquête, l’univers de représentations qui donne sens à la réalité sociale étudiée a été considéré sous un angle critique. Ce détachement semble à sa manière apporter un souffle au travail ethnographique mené. Il permet de réinstaurer une distance en interrogeant perpétuellement les situations à l’aune d’une réflexion normative sur le bien-fondé de l’existence du dispositif. Finalement, le regard critique s’impose moins comme une visée théorique que comme une nécessité pratique. Il apparaît comme un garde-fou permettant de ne pas tomber dans le piège d’une expertise trop arrimée aux problématiques du milieu, d’éviter de produire un type de savoir appelé à fonctionner au sein même du dispositif.

Haut de page

Bibliographie

Albera D. (2001), « Terrains minés », Ethnologie française, 31/1, p. 5‑13.

Armstrong G., Moran J., Norris C. (1998), Surveillance, Closed Circuit Television and Social Control, Aldershot, Ashgate.

Armstrong G., Norris C. (1999), The Maximum Surveillance Society: The Rise of CCTV, Oxford/New York, Berg.

Bourdieu P. (1978), « Sur l’objectivation participante. Réponse à quelques objections », Actes de la recherche en sciences sociales, 23/4, p. 67‑69.

Bourrier M. (2010), « Pour une sociologie “embarquée” des univers à risque ? », Tsantsa. Revue de la société suisse d’ethnologie, 15, « Anthropologie et journalisme », p. 28‑37.

Coleman R., Sim J. (2000), « You’ll never walk alone : CCTV surveillance, order and neo-liberal rule in Liverpool city center », The British Journal of Sociology, 51/4, p. 623‑639.

Deleuze G. (2003), Pourparlers (1972-1990), Paris, Minuit.

Douillet A.-C., Dumoulin L., Germain S. (2011), « Un dispositif socio-technique à la loupe. Le développement de la vidéosurveillance dans trois villes françaises », Quaderni, 74/1, p. 105‑120.

Douillet A.-C., Dumoulin L., Germain S. (2010), « Une petite entreprise qui ne connaît pas la crise. Le succès de la vidéosurveillance au regard de la littérature internationale », Champ pénal, 7 (http://champpenal.revues.org/7931).

Foucault M. (2004), Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France (1977-1978), Paris, Gallimard/Seuil.

Le Goff T. (2011), Surveiller à distance. Une ethnographie des opérateurs municipaux de vidéosurveillance, Paris, IAU Île-de-France.

Graham S. (1998), « Spaces of surveillant simulation: new technologies, digital representations, and material geographies », Society and Space, 164, p. 483‑504.

Heilmann É. (2003), « La vidéosurveillance, une réponse efficace à la criminalité ? », Criminologie, 36/1, p. 89‑102.

Lyon D. (2001), Surveillance Society: Monitoring Everyday Life, Buckingham, Open University Press.

Smith G. J. D. (2004), « Behind the screens: Examining constructions of deviance and informal practices among CCTV control room operators in the UK », Surveillance & Society, 2/2-3, p. 376‑395.

Soulé B. (2007), « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales », Recherches qualitatives, 27/1, p. 127‑140.

Haut de page

Notes

1  Albera D. (2001), « Terrains minés », Ethnologie française, 31/1, p. 8.

2  Pour un aperçu de l’état de l’art, voir par exemple Douillet et al., 2010 ; et Smith, 2004.

3  Ces trois axes renvoient à un découpage relativement arbitraire et ne constituent en rien une véritable typologie, qui devrait par ailleurs, pour être représentative, rendre compte de la diversité des registres disciplinaires auxquels se réfèrent les approches développées.

4  L’expression fait référence au célèbre texte de Gilles Deleuze intitulé « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle » (Deleuze, 2003).

5  Smith G. J. D. (2004), « Behind the screens: Examining constructions of deviance and informal practices among CCTV control room operators in the UK », Surveillance & Society, 2, 2/3, p. 377.

6  Le Goff T. (2011), Surveiller à distance. Une ethnographie des opérateurs municipaux de vidéosurveillance, Paris, IAU Île-de-France, p. 6.

7  Dans son cours Sécurité, territoire, population, Michel Foucault opère une distinction entre la normalisation de type disciplinaire – qu’il appelle normation – et la normalisation propre à la sécurité. « Dans les disciplines, on partait d’une norme et c’est par rapport à ce dressage effectué par la norme que l’on pouvait ensuite distinguer le normal de l’anormal […]. » Dans le contexte sécuritaire, « la norme est un jeu à l’intérieur des normalités différentielles. C’est le normal qui est premier et c’est la norme qui s’en déduit ou c’est à partir de cette étude des normalités que la norme se fixe et joue son rôle opératoire » (Foucault, 2004, p. 65).

8  Bourrier M. (2010), « Pour une sociologie “embarquée” des univers à risque ? », Tsantsa. Revue de la société suisse d’ethnologie, « Anthropologie et journalisme », 15, p. 28.

9  Une autre demande d’autorisation d’enquête soumise à une deuxième mairie a été rejetée après une longue période de négociation.

10  Mise à part l’anonymisation du lieu de l’enquête.

11  Journal de terrain, 9/3/2012.

12  Un positionnement clair face à cet enjeu paraissait déterminant au moins pour deux raisons. Premièrement, il était inenvisageable, de mon point de vue, de contribuer au fonctionnement du dispositif. Deuxièmement, il était important de se dégager des sollicitations hiérarchiques, ne serait-ce que pour pouvoir établir un réel échange avec les opérateurs.

13  Journal de terrain, 16/12/2012.

14  Bourrier M. (2010), p. 35.

15  À propos de la terminologie relative à l’ethnographie, voir notamment Soulé, 2007.

16  Ces réunions dites de « coordination PN/PM (police nationale/police municipale) » réunissent entre autres un représentant de l’autorité municipale, le commissaire de la ville, des agents de la police municipale, le responsable de la salle d’exploitation et le responsable de l’équipe des médiateurs sociaux.

17  La ville compte un peu plus de 30 000 habitants.

18  Bourdieu P. (1978), « Sur l’objectivation participante. Réponse à quelques objections », Actes de la recherche en sciences sociales, 23/4, p. 67.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Horvat, « Le regard critique en situation d’immersion », Socio-anthropologie, 27 | 2013, 59-69.

Référence électronique

Nicolas Horvat, « Le regard critique en situation d’immersion », Socio-anthropologie [En ligne], 27 | 2013, mis en ligne le 06 août 2015, consulté le 01 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1461

Haut de page

Auteur

Nicolas Horvat

Nicolas Horvat est doctorant en sociologie à l’université Paris 1, rattaché au CETCOPRA (Centre d’étude des techniques, des connaissances et des pratiques). Ses recherches portent sur les dispositifs sécuritaires et la gouvernementalité contemporaine. Il a notamment travaillé sur les discours qui accompagnent et légitiment le développement des technologies d’identification, comme la reconnaissance faciale. Dans le cadre de sa thèse, il s’intéresse à la manière dont la vidéosurveillance des espaces publics participe à un ensemble de processus : construction de la déviance, structuration et segmentation politique de l’espace urbain, gestion policière spécifique des quartiers populaires, contrôle des populations jugées « dangereuses » ou « indésirables ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org