Navigation – Plan du site
Dossier : Embarqués

La part de l’émotion

Arlette Farge
p. 99-101

Texte intégral

1On le sait, tout ce qui est du domaine du sensible et de l’émotionnel est sous surveillance dans les disciplines des sciences sociales et humaines. Les débats ont toujours été vifs à ce sujet, même si peu à peu change l’univers de l’écriture historienne ou anthropologique.

2Pendant longtemps, le spectre à ne pas imiter était la figure, pourtant imposante, de Michelet, même si l’on reconnaissait la beauté de son écriture. Dès lors, il devenait difficile de travailler, lorsqu’on était enjoint de ne pas se laisser aller à la surprise devant telle ou telle archive, ou documents, ni même d’avoir un quelconque sentiment d’ordre affectif. Il faut rendre justice, en un premier temps, à cette méfiance vis-à-vis du subjectivisme, afin d’éviter non seulement des systèmes d’identification trop marqués, mais aussi de gênants anachronismes. Mais autre chose est de rendre taboue la force de l’émotion, pour qui prétend étudier les faits sociaux : ce serait se priver d’un outil de connaissance indispensable qui permet de traverser, autrement que prévu, l’espace et de l’esthétique et de l’intense fragilité des événements individuels et sociaux qui sont une des trames de l’histoire. De toute façon, qui pourrait nier que le surgissement de l’émotion est souvent consubstantiel à la découverte de certains textes ou archives. S’il se trouve qu’on travaille sur les vies singulières ou minuscules, les existences démunies et tragiques, on devient à l’évidence l’interlocuteur de personnages qui forment le sable fin de l’histoire, surgissant de la nuit obscure de fonds d’archives peu déchiffrés. La rencontre avec des fragments de vie, des morceaux de récits, des paroles maladroites, provoque l’intériorité de celle ou de celui qui les lit, sans qu’au premier abord, on sache tout à fait si ces vies échouées là, sommées par le pouvoir judiciaire ou autre de se dire, ont la faculté de prendre sens.

3L’émotion n’exclut pas la raison, elle n’appartient pas qu’aux femmes qu’on dit « si sensibles » donc peu objectives. Elle n’est pas non plus un affect teinté de mièvrerie empêchant la logique et les systèmes de rationalité de prendre place. Elle est tout d’abord un choc, un « inattendu », et un des murs de soutènement de la faculté de comprendre. Il n’est pas d’intelligence sans émotion, pas d’émotion sans intelligence. De fait, l’émotion ressentie fracture les dispositifs habituels de la recherche. Elle ouvre entre soi et l’objet visité une véritable interrogation, et donne l’envie d’expliquer une dimension inaccoutumée. Se confronter à elle relève d’un véritable exercice intellectuel ; certes, il ne faut pas s’y plonger de manière inconséquente mais s’en servir pour poser de nouvelles questions sur la démarche à emprunter, sur les interrogations à soulever. Dans son texte sur la Vie des hommes infâmes, Michel Foucault écrivait : « J’avoue que ces fragments de vie, surgissant soudain à travers deux siècles et demi de silence, ont secoué en moi plus de fibres que ce qu’on appelle d’ordinaire la littérature, sans que je puisse dire aujourd’hui encore si m’a ému davantage la beauté du style ; entourant des personnages sans doute misérables, ou [l’insolite] de ces vies dont on sent la déroute ou l’acharnement. » Il parlait à ce moment-là de paroles retrouvées dans les archives de la Bastille et exprimait ensuite, avec une écriture élevée elle-même au plus haut grâce à son émotion réfléchie, sa crainte de ne pouvoir restituer cette intensité.

4Si l’on est d’accord avec cette manière d’être requis par l’émotion – ce qui est en fait un travail –, l’émotionnel doublé de l’esthétique devient autre chose que ce que les historiens rejettent. Rappelons à quel point tout rapport émotionnel avec la recherche fut caricaturé. En effet, il ne s’agit pas de faire fusion entre le document et soi, ce qui empêcherait de penser, mais de la constitution d’une réciprocité avec l’objet, où, de plus, la distance introduit du signifiant. Il y a là une attitude opératoire, et non passive, qui capte les mots écrits en un double mouvement : faire l’analyse de ce qui fut et l’accompagner d’une réflexion sur ce qui peut provoquer un « dérangement ».

5L’émotion est un sentiment complexe qui fait vivre hors de soi ; elle n’est pas qu’un attendrissement, car la surprise, l’effroi, le dégoût ressenti font habiter hors de soi. L’archive, parfois, décèle nos habitudes, brise notre traditionnelle manière de trop penser en termes de continuité et de causalité mêlées. Un chemin incertain pour la recherche dès lors s’entrouvre, loin de tout aspect sirupeux donné à l’émotion ; ce chemin est nécessaire à emprunter, car il sollicite une part inconnue de nous-mêmes et entraîne vers des « ailleurs » à expliciter. Dans ses Fragments, Walter Benjamin réfléchit sur l’histoire et sa discontinuité ; on parle souvent de « fil de l’histoire », dit-il, mais « ce fil est en fait une corde effilochée et déliée en mille mèches que l’historien tresse parfois en coiffure ». Comment oublier dès lors que cette coiffure est issue de la présence de « mille mèches » ?

6Voici l’histoire « ébouriffée », et c’est une très belle définition. Traversée d’une nuée de sentiments et affects, de défis et de résignations, haletante jusqu’à plus soif tant elle peut choquer, désespérer, parfois devenir hymne à la joie du vivre ensemble. Ainsi l’émotion se déplace-t-elle : il y a, distinctes, celle de l’historien saisi par les aspects (trompeurs) des réalités qu’il entrevoit, et celle qui saisit et emplit les contextes sociaux dont il se préoccupe. Cela exige du chercheur une double entrée sur laquelle réfléchir : 1) je suis ému ; 2) ce qui est dit, narré, balbutié, est aussi le produit d’émotions d’autrefois.

7À l’intérieur de ce cadre, l’écriture de l’histoire évidemment se décale, pour contenir, avec vivacité, ces deux éléments. L’histoire, ni objective ni neutre, est le fruit le plus vraisemblable de la sédimentation du temps et des livres d’histoire ayant été écrits auparavant.

8Entrevoir le « remuement des âmes et des cœurs » de ceux d’autre-fois engage l’historien à dresser un paysage dont nous sommes culturellement, affectivement, nécessairement héritiers. Coule dans nos veines le flux rapide des larmes et des joies d’autrefois ; se dessine ainsi le temps d’« aires catastrophiques » qui nous ont défaits.

9Qu’on ne s’étonne pas dès lors que l’historien se trouve « ému » face à tant de signes du sensible, venus du passé ; en ce cas, il faut se rappeler que c’est « son écriture » qui doit transmettre, avec acuité et superbe et de la familiarité avec ce qui fut. Michel Foucault sut fort bien exprimer cela : « Le cœur vénéneux des choses et des hommes, voilà au fond ce que j’ai toujours voulu mettre au jour. »

10Puis-je me permettre d’ajouter pour ma part : « ainsi que le sublime de leurs émotions ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arlette Farge, « La part de l’émotion », Socio-anthropologie, 27 | 2013, 99-101.

Référence électronique

Arlette Farge, « La part de l’émotion », Socio-anthropologie [En ligne], 27 | 2013, mis en ligne le 07 août 2015, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1498 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.1498

Haut de page

Auteur

Arlette Farge

Arlette Farge est diplômée en histoire du droit, docteur en histoire moderne, directrice de recherche au CNRS, enseignante à l’EHESS, spécialisée dans l’histoire des comportements populaires au xviiie siècle et de l’histoire des relations masculin/féminin. A publié entre autres : (1989), Le goût de l’archive, Paris, Seuil ; (1986), La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiisiècle, Paris, Hachette ; (1982), avec Michel Foucault, Le désordre des familles, Paris, Gallimard.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org