Navigation – Plan du site
Dossier : Embarqués

La traversée des apparences1

Sophie Poirot-Delpech
p. 103-111

Texte intégral

  • 1  Ce texte s’inspire librement d’une intervention collective (avec Caroline Moricot et Gérard Dubey) (...)
  • 2  Woolf V. (1999), La traversée des apparences, Paris, Garnier Flammarion, éd. orig. The Voyage Out, (...)

« Ce que je veux atteindre en écrivant des romans se rapproche beaucoup, il me semble, de ce que vous voulez atteindre quand vous jouez du piano, commença-t-il, lui parlant par-dessus son épaule. Nous tâchons de saisir ce qui existe derrière les choses, n’est-ce pas ? Voyez ces lumières en bas, reprit-il, jetées là n’importe comment… Je cherche à les coordonner… Avez-vous déjà vu des feux d’artifice qui forment des figures ? … Je veux faire des figures2… »
Virginia Woolf, La traversée des apparences.

Les faits sociaux entre les choses

1Embarqué traduit mal, mais trahit bien, l’anglais embedded qui insiste sur l’enchâssement du chercheur (ou du journaliste) et sur son intégration. Poser le problème des sciences sociales embedded dans la seule perspective du chercheur arrimé à sa recherche aurait exposé au risque de nous entraîner exclusivement vers des questions importantes, soit, mais qui sont consubstantielles à la démarche sociologique depuis ses origines : l’engagement ; le savant et le politique et l’économique ; la distance du chercheur par rapport à ses objets – la fameuse distanciation ; les conditions de la recherche, etc. Bien évidemment ces thèmes, et les articles rassemblés dans cette nouvelle livraison de la revue Socio-anthropologie s’en font l’écho, restent d’une grande actualité dans un contexte où l’on demande aux recherches en sciences humaines toujours plus d’utilité. Un des premiers effets de ce contexte est d’ailleurs peut-être l’arrivée massive chez des chercheurs trop enfermés dans leur embarquement, trop précaires, trop isolés ou trop dépendants d’éprouver, dans leur chair un objet nouveau, dit comme tel en tout cas, des sciences sociales : la souffrance au travail. Ainsi, un aspect à prendre en considération est peut-être la conscience douloureuse du chercheur vis-à-vis de son embarquement.

  • 3  Après André Maurois dans son introduction à Mrs Dalloway (Woolf, 1982).

2Mais le terme d’embarquement, mieux que son homologue anglais, présage d’une « traversée », d’une expérience située dans le mouvement, c’est-à-dire dans le temps. La traduction française du titre du premier roman publié de Virginia Woolf, The Voyage Out, est La traversée des apparences. Ce titre rend compte de deux aspects du roman qui intéressent tout particulièrement la ou le socio-anthropologue. L’apparence, c’est la manière dont les voyageurs du paquebot où embarque la jeune Rachel se donnent à voir, les « personnes » de ce monde edwardien, « typées », caricaturales, comme le sont parfois nos qualifications et catégorisations sociologiques. Mais la traversée des apparences, c’est aussi et peut-être surtout la manière dont l’expérience de la croisière, de ce voyage out, transforme la jeune fille et lui permet de voir, comme le dit l’extrait du roman placé en exergue de ce texte, derrière les choses. Ainsi l’embarquement « socio-anthropologique » serait-il ce qui permet, non pas de regarder les phénomènes sociaux comme des choses, mais derrière ou, pour le dire comme Deleuze3, entre les choses ; ce qui permet de « coordonner des perceptions pour en faire des formes ou des figures ». Cette rencontre de l’altérité, pour renvoyer à un des grands topoï de l’approche socio-anthropologique, est fatale pour Rachel, comme elle le sera beaucoup plus tard pour Virginia Woolf. Et beaucoup de chercheurs embarqués en sciences sociales disent ici, explicitement ou implicitement, ce moment de l’effroi, de la peur de se dissoudre dans l’autre ou de se faire « embarquer » dans une vague qui les dépasse et menace d’anéantissement leur position d’observateur.

3Ces moments (Jérémy Damian parle d’embourbement) éprouvés par le socio-anthropologue au cours du travail de terrain, dans sa relation aux êtres et aux choses, apparaissent tout au long de ce numéro comme des expériences cruciales d’où surgit, précisément, ce qu’il va s’agir de déployer pour produire une connaissance pertinente et qui ait quelque chance de compter. C’est pourquoi il me semble illusoire de penser qu’un certain nombre de problèmes puissent être solubles dans des procédures éthiques, des accompagnements psychologiques ou, par exemple, des formulaires de consentement pour les entretiens. S’il faut bien, comme le dit Mathilde Bourrier, « prendre la mesure » de la manière dont « les conditions de production même des récits socio-anthropologiques ont changé », il faut également prendre garde au fait que la normativité procédurale qui semble prévaloir aujourd’hui a une fâcheuse tendance à enfermer les problèmes et à les jeter, comme toute activité technicienne, dans l’oubli. Or c’est bien le jeu, le flux mouvant de son rapport à l’altérité sous toutes ses formes (humains, animaux, forces naturelles, objets techniques) que le socio-anthropologue doit saisir pour être en mesure de produire de la connaissance. Arlette Farge insiste ici sur le « sublime de l’émotion », mais aussi sur la relation de « réciprocité » que celle-ci permet au chercheur d’établir avec son objet. Pour, dit-elle, se situer « hors de soi ».

Le don, encore le don !!!

  • 4  Viveiros de Castro E. (2009), Métaphysiques cannibales, Paris, PUF, p. 4.

4Le concept maussien du don est fréquemment invoqué dans les réflexions proposées par les auteurs à partir de leur expérience d’embarquement. Persiste ici l’idée que les savoirs socio-anthropologiques se construisent dans l’échange. Ève Gardien parle d’hybridation des savoirs scientifiques et profanes, de la précédence des premiers sur les seconds et de la nécessité de prendre en compte la disparité entre les catégories à travers lesquelles nous percevons les acteurs de nos enquêtes et celles avec lesquelles eux-mêmes se représentent : comment, se demande-t-elle en substance, travailler sur le handicap avec des gens qui ne se représentent pas comme handicapés ? Apparemment beaucoup plus loin de nous, l’ethnologue brésilien Eduardo Viveiros de Castro propose : « Ne pourrait-on pas procéder à un déplacement de perspective qui montrerait que les plus intéressants des concepts, problèmes, entités et agents introduits par les théories anthropologiques prennent leur source dans les pouvoirs imaginatifs des sociétés (ou peuples, ou collectifs) qu’elles se proposent d’expliquer ? Ne serait-ce pas là que réside l’originalité de l’anthropologie : dans cette alliance, toujours équivoque, mais souvent féconde, entre les conceptions et les pratiques provenant des mondes du “sujet” et de celui de l’“objet” ?4 ».

5Si nous suivons cette proposition, si nous admettons que ce rapport à l’altérité dans la production des savoirs du lointain peut être pertinent dans le proche, il ne s’agit plus seulement de prendre en compte, d’analyser le point de vue de l’observateur à partir de ses « conditions » (matérielles, théoriques, institutionnelles, etc.), mais de penser la production de micro-concepts produits à partir des biens, ou plutôt par les liens de réciprocité tissés avec le terrain. Ce déplacement, me semble-t-il, doit permettre d’assumer un certain nombre de critiques fréquemment adressées à l’approche socio-anthropologique, par exemple celle de se « faire avoir » par le terrain ou d’être manipulé par ses acteurs. On se souvient de la critique adressée de façon posthume par Lévi-Strauss à Mauss lorsque celui-ci s’en était remis à un « micro-concept » mélanésien, le hau, (l’esprit de la chose donnée) pour expliquer l’inéluctable retour du don (Lévi-Strauss, 1950).

6Quand nous avons, avec Caroline Moricot, commencé à hanter les salles de contrôle du trafic aérien, nous avons été frappées (et, peut-on l’avouer, séduites) par le dispositif auto-institué par les équipes de contrôleurs semblant destiné à éviter que ne se dessine une hiérarchie au sein de leurs collectifs. Et la « personne » du chef d’équipe était significative, le « bon » chef étant celui qui régulait, apaisait les problèmes, faisait tampon pour régler les conflits internes ou avec « les autres », ceux que les contrôleurs appelaient, significativement, « la hiérarchie ». Or, le fait qu’un de ces chefs d’équipe ait été surnommé Geronimo a été opératoire dans le lien que nous avons établi entre cette régulation et cette distribution interne du pouvoir contre la hiérarchisation et les analyses de Pierre Clastres sur la chefferie indienne chez les Tupi-Guarani (Clastres, 1974). Cette qualification métaphorique de l’équipe comme clan et de son chef comme un faiseur de paix et diseur de bonnes paroles a fait mouche dans l’institution et s’est vite trouvée enrôlée dans la controverse qui se déployait alors (au début des années 1990) autour de la question de la manière de produire de la sécurité. Mais force est de constater que ces « micro-concepts » ont pu contribuer à défaire ces formes du collectif. Car si certains contrôleurs s’en sont saisis pour revendiquer l’importance de la cohésion pour produire de la sécurité, d’autres les ont utilisés pour « casser » les équipes qui devenaient les symptômes d’un type de solidarité considéré comme révolu et, comme tel, dangereux pour l’institution. En d’autres termes, le passage derrière les apparences d’une organisation formelle hiérarchique révélant une institution informelle et à tendance égalitaire a pu accompagner le mouvement de décomposition des collectifs de travail.

7Cet exemple, comme bien d’autres figures de l’embarquement déployées dans ce numéro, invite à déplacer certains questionnements. Il nous faut penser, expliciter les conditions d’embarquement, non seulement en termes de : pour qui je pense, en fonction de quelle demande ou commande, mais aussi se poser la question : avec qui (voire avec quoi) ai-je envie (ou suis-je obligée) de penser et de tisser une relation de réciprocité susceptible de permettre une co-production de connaissance ? Par qui ai-je envie (ou suis-je obligée) de me laisser affecter et altérer ? Cette idée que le savoir que nous produisons appartient toujours en quelque sorte aux êtres qui lui ont donné la possibilité d’exister pose enfin la question du style, de l’écriture et des modalités de transmission de la recherche. Faut-il multiplier les « genres » et les retours (en fonction des revues, des commanditaires, des gens du terrain) et se cliver en un discours scientifique et des discours profanes ? Ou ne faut-il pas plutôt relever un des défis inhérents à l’approche socio-anthropologique par le souci de forger une langue qui, tout en restant précise et rigoureuse, puisse se construire non pas contre, mais tout contre le sens commun, et, ainsi, être ressaisie à différentes échelles par les personnes qui, pour une raison ou pour une autre, se sentent concernées par ces recherches et leurs résultats ?

Y a-t-il encore un socio-anthropologue dans l’avion ?

  • 5  Comme il fait écho à la navigation décrite par Baptiste Monsaingeon entre ses différents embarquem (...)
  • 6  Gras A. et al. (1992), Le pilote, le contrôleur et l’automate, Paris, Éditions de l’IRIS.
  • 7  Ce travail n’est malheureusement pas publié mais à fait l’objet d’un rapport : Cetcopra, « Les PNC (...)

8Si « nous » nous sommes si naturellement saisis de cette idée de sciences sociales embarquées, c’est que ce vocable d’embarquement faisait particulièrement écho5 à notre pratique de socio-anthropologues. C’est que Caroline Moricot, Gérard Dubey et moi-même avons embarqué, pour certains d’entre nous dès la fin des années 1980, sur un étrange appareil piloté par deux sociologues, Alain Gras et Victor Scardigli. L’idée qui prit alors jour puis forme grâce à des contrats avec la Direction générale de l’aviation civile était d’explorer les territoires déployés par les technologies aéronautiques dans une approche socio-anthropologique fondée sur l’observation et les entretiens. L’intention qui nous animait était de décrire et de saisir quelque chose de ces relations nouvelles en train de s’établir entre les hommes et avec les machines dans un secteur dit « de pointe ». Mais notre approche s’affirmait comme anthropologique en un sens plus général, avec l’hypothèse que de nouvelles figures de l’individu et du collectif étaient, là, en train de se former et, dans une certaine mesure, de s’expérimenter. Une des difficultés, en particulier vis-à-vis de nos collègues sociologues, était d’affirmer nos distances par rapport à la sociologie du travail ou des organisations. Centré sur l’activité des opérateurs et, de ce fait, sur les liens qu’ils entretenaient et construisaient avec les machines et les objets techniques, notre fil rouge était l’entrée dans ce « nouveau nouveau monde » (Balandier, 2006) d’une nouvelle dimension, celle de l’automatisation ; en l’air au travers des premiers glass cockpits avec l’A320, au sol avec la perspective d’une intensification de l’automatisation du contrôle aérien au sein d’un projet au grandiose acronyme (Phidias), puis au sous-sol avec les électroniciens (Dubey, 2001). Nous n’avons pas tardé à donner une stature anthropomorphe à ces nouveaux arrivants en organisant la restitution et la publication de cette première recherche autour d’un triptyque : Le pilote, le contrôleur et l’automate6. Cela a été rappelé plus haut, la question du travail n’était pas le focus par lequel nous observions cette dynamique continue du social faite, de compositions et de décompositions. C’était plutôt la présence d’automates et la part de ces derniers dans la constitution des formes temporelles et spatiales des collectifs qui nous interpellaient. Or, leur présence de plus en plus massive s’est accompagnée d’une intensification de l’organisation managériale des sociétés qui, dans bien des cas, a eu « raison » de ces formes collectives au sein desquelles s’exerçait une forme de liberté. Or, cela a été dit, un des premiers aspects de cette mutation profonde du contexte dans lequel se situe la recherche en sciences humaines embarquées concerne ce que nous pourrions appeler la puissance des collectifs de travail, leur capacité d’autonomie et leur part dans la production de règles, en particulier pour ce qui concerne la sécurité. Dans le cas de ce qu’il est courant d’appeler aujourd’hui les « organisations » à risque, la puissance instituante des collectifs de travail conférait aux règles une puissance non seulement coercitive mais d’obligation réciproque entre les uns et les autres. Même – et peut-être surtout – lorsque ces collectifs étaient éphémères, comme ces équipages qui ne durent que le temps d’un vol – d’une rotation –, la dimension institutionnelle constituait le cadre à l’intérieur duquel nous pouvions saisir quelque chose de la réalité sociale et du renouvellement continu de ses formes aussi bien spatiales que temporelles7.

  • 8  Perspective dont se sont emparés simultanément des chercheurs. Voir en particulier : Akrich,1990 ; (...)

9Or, il est important de s’arrêter sur le fait que c’est dans le cadre de collectifs disposant d’une autonomie certaine que l’étape de l’automatisation correspondant aux machines algorithmiques (ou cybernétiques) s’est produite et, sans doute, a pu se produire. Il fallait peut-être en effet que les premiers s’en saisissent pour que les seconds puissent exister. Les voies de l’appropriation ont été diverses et bien décrites par l’anthropologie et la sociologie des techniques à travers la notion d’usages8. Ainsi les sciences humaines ont-elles pris leur part dans ce processus d’enrôlement des nouvelles technologies dans la dynamique sociale, et ce même quand elles adoptaient une posture critique (comme celle, dans une certaine mesure, assumée ici) en mettant l’accent sur le sens et les dimensions politique et éthique impliquées dans ces non-humains (Latour, 1991) qui venaient, peu à peu, peupler notre monde. Critiques ou apologétiques, technophiles ou technophobes, socio-constructivistes ou prônant l’autonomie des techniques, les différentes sociologies et anthropologies des techniques, en donnant avec les concepteurs et les usagers, voix et corps aux machines sur la scène du monde, ont contribué à leur existence. Quelles que soient leur posture, leur positionnement, ils étaient, nous étions, nous sommes embarqué(e)s.

  • 9  Bourrier M. (2010), « Pour une sociologie “embarquée” des univers à risque ? », Tsantsa. Revue de (...)

10En s’étendant à toutes les sphères de notre monde, ces technologies semblent avoir perdu certains collectifs qui permettaient de les dire, de les mettre en forme et en récit et de leur donner un contenu politique. Qui fait quoi, qui décide de quoi, qu’y a-t-il dans l’algorithme, quels choix ont été faits, en fonction de quelles expériences ? Ces questions se sont comme évanouies, et avec elles, bien souvent, nos possibilités de pénétrer certains terrains. C’est pourquoi à la question à laquelle Mathilde Bourrier, dans son article princeps9 sur la sociologie embarquée, nous sommait de répondre des « conditions » de notre embarquement, nous devons ajouter celle, symétrique, des conditions du débarquement de certains d’entre nous, au moment même où ces technologies conçues et expérimentées dans les univers à risque s’étendaient de manière massive aux situations de la vie quotidienne, domestique, privée, contribuant à faire du social, non pas un espace où il y a du risque, du danger (comme la face sombre de l’imprévu, du singulier, du kairos), mais une société du risque où ce dernier devient, comme l’a vu très tôt Mary Douglas (Douglas 1983), la figure centrale de l’univers symbolique dans lequel nous sommes invités à nous mouvoir.

  • 10  C’est ce que j’ai tenté d’explorer dans une recherche sur les constructeurs et les utilisateurs d’ (...)

11Certains espaces de travail semblent avoir cessé d’être des lieux de créativité sociale et d’autonomie. S’il n’y a plus de socio-anthropologues dans les avions, c’est peut-être qu’il n’y a plus ni avions ni pilotes, mais des drones, par exemple, et des opérateurs de drones (Dubey, 2013). C’est, plus probablement encore, que l’imaginaire de liberté attaché au vol des avions s’est niché ailleurs10. À nous d’en rechercher les indices, d’en décrypter le nouveau langage. Mais cette quête de territoires nouveaux à explorer ou de figures nouvelles des collectifs dans un monde où la médiation technologique est omniprésente ne pourra se faire sérieusement si nous ne pensons pas simultanément nos propres conditions de travail, notre propre relation aux machines, aux livres, à l’autre, à la concurrence, à la hiérarchie et au capitalisme. Et si nous étions trois pour parler d’une recherche conduite depuis la fin des années 1980 dans le monde aéronautique, c’était pour insister sur sa dimension collective. Partager un « terrain » pendant des années avec des collègues, mutualiser les résultats (par des procédés comme le partage systématique des entretiens et des journaux de terrain), publier collectivement, cela semble obsolète par rapport aux tendances de la recherche contemporaine qui associe une production à un nom et privilégie le statut d’auteur. Et force est de constater que de conduire nos enquêtes de cette manière nous est de plus en plus difficile. Pourtant, je voudrais pour conclure réaffirmer la dimension « protectrice » d’un collectif de recherche par rapport à l’effroi potentiellement heuristique qui saisit périodiquement le chercheur, mais qui peut aussi le laisser sur le côté. On est embarqué, à cheval, quand on ne maîtrise plus sa monture. L’expérience n’est pas nécessairement négative et cet abandon de soi à l’autre à certains moments de la recherche est indispensable. Mais comme dans le cas de l’équitation, l’expérience peut être non seulement désagréable mais rédhibitoire si, en cas de chute, il n’y a personne pour vous remettre en selle. Il y aurait mille anecdotes à rapporter de ces moments où l’un ou l’autre d’entre nous a pu, en se soutenant de la présence de l’autre, transformer une expérience désagréable en problématisation et en connaissance. Mais cela pose un problème au regard des évolutions institutionnelles de la recherche au sein desquelles les laboratoires deviennent de grosses chambres d’enregistrement des publications et des vitrines pour les chercheurs individualisés… Et le problème est plus aigu, ou plutôt plus manifeste, pour les chercheurs « précaires », qui n’ont pas d’inscription, ou une inscription marginale dans une institution de recherche. Nous avons pu entendre, au cours du colloque sur les sciences sociales embarquées, nous avons pu lire dans ce numéro, le récit aujourd’hui standard du jeune chercheur, post doc ou doctorant, CIFRE ou enrôlé provisoirement dans une « ANR », et qui prend subitement conscience de son « embarquement » et de la question du temps qui dicte son sujet de thèse (au lieu que ce soit son sujet de thèse qui commande le temps, comme le remarque Baptiste Monsaingeon). Ce que je voudrais affirmer avec force est que l’existence de laboratoires, au sens de véritables collectifs de recherche, ouverts à des chercheurs sur contrat ou enrôlés dans des entreprises, est une condition nécessaire pour que l’épreuve de l’embarquement, dans ses formes actuelles, débouche sur une régénération de l’imagination sociologique.

Haut de page

Bibliographie

Akrich M. (1990), « De la sociologie des techniques à une sociologie des usages. L’impossible intégration du magnétoscope dans les réseaux cablés de première génération », Techniques et culture, 16, p. 83-110.

Balandier G. (2006), Le grand dérangement, Paris, PUF.

Cetcopra (2000), « Les PNC à l’intérieur de l’équipage comme collectif de travail », rapport de recherche, Air France.

Clastres P. (1974), La société contre l’État, Paris, Minuit.

Douglas M., Wildavsky A. (1983), An Essay on the Selection of Technical and Environmental Dangers, Albany, University of New York Press.

Dubey G. (2001), Le lien social à l’épreuve du virtuel, Paris, PUF.

Dubey G. (2013), « Les défis anthropologiques de la robotique personnelle », Annales des Mines, Réalités industrielles, février.

Gras A., Moricot C., Scardigli V., Poirot-Delpech S. (1992), Le pilote, le contrôleur et l’automate, Paris, Éditions de l’IRIS.

Gras A., Moricot C. (dir.) (1992), Technologie du quotidien : la complainte du progrès, Paris, Éditions Autrement, série Sciences en société, n3.

Latour B. (1991), Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

Lévi-Strauss C. (1950), « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss », dans Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF.

Moricot C. (1997), Des avions et des hommes. Socio-anthropologie des pilotes de ligne face à l’automatisation des avions, thèse de doctorat de sociologie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Presses universitaires du Septentrion.

Perriault J. (1989), La logique de l’usage. Essai sur les machines à communiquer, Paris, Flammarion.

Poirot-Delpech S. (2009), Mémoire et histoires de l’automatisation du contrôle aérien, Paris, L’Harmattan.

Poirot-Delpech S. (2013), « Le vol des valeurs », dans F. Gaudez (dir), Entre Art et Technique. La création comme processus de production et de médiation, Paris, L’Harmattan, coll. « La Librairie des Humanités ».

Scardigli V. (1992), Les sens de la technique, Paris, PUF.

Viveiros de Castro E. (2009), Métaphysiques Cannibales, Paris, PUF.

Woolf V. (1999), La traversée des apparences, Paris, Garnier Flammarion.

Woolf V. (1982), Mrs Dalloway (préface d’André Maurois), Paris, Le Livre de poche.

Haut de page

Notes

1  Ce texte s’inspire librement d’une intervention collective (avec Caroline Moricot et Gérard Dubey) lors de l’introduction au colloque « Sciences sociales embarquées » dont ce numéro est un des rejetons.

2  Woolf V. (1999), La traversée des apparences, Paris, Garnier Flammarion, éd. orig. The Voyage Out, New York, Barnes & Noble, 2004 [1915].

3  Après André Maurois dans son introduction à Mrs Dalloway (Woolf, 1982).

4  Viveiros de Castro E. (2009), Métaphysiques cannibales, Paris, PUF, p. 4.

5  Comme il fait écho à la navigation décrite par Baptiste Monsaingeon entre ses différents embarquements.

6  Gras A. et al. (1992), Le pilote, le contrôleur et l’automate, Paris, Éditions de l’IRIS.

7  Ce travail n’est malheureusement pas publié mais à fait l’objet d’un rapport : Cetcopra, « Les PNC à l’intérieur de l’équipage comme collectif de travail », rapport de recherche pour Air France, 2000.

8  Perspective dont se sont emparés simultanément des chercheurs. Voir en particulier : Akrich,1990 ; Perriault, 1989 ; Scardigli, 1991. Elle est au cœur d’un grand nombre de travaux du Cetcopra (Moricot, 1998).

9  Bourrier M. (2010), « Pour une sociologie “embarquée” des univers à risque ? », Tsantsa. Revue de la société suisse d’ethnologie, 15, « Anthropologie et journalisme », p. 28-37.

10  C’est ce que j’ai tenté d’explorer dans une recherche sur les constructeurs et les utilisateurs d’ULM (Poirot-Delpech, 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Poirot-Delpech, « La traversée des apparences », Socio-anthropologie, 27 | 2013, 103-111.

Référence électronique

Sophie Poirot-Delpech, « La traversée des apparences », Socio-anthropologie [En ligne], 27 | 2013, mis en ligne le 07 août 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1499

Haut de page

Auteur

Sophie Poirot-Delpech

Sophie Poirot-Delpech est socio-anthropologue et maître de conférences à l’université Paris 1 où elle dirige le département des sciences sociales (SGSS). Elle a exploré pendant des années avec ses collègues du CETCOPRA (Centre d’étude des techniques, des connaissances et des pratiques) certains des mondes déployés par le développement des technologies aéronautiques en l’air et au sol. Elle conduit actuellement une recherche avec Laurence Raineau sur l’enfouissement des déchets nucléaires. La question de la mémoire collective est au cœur de sa réflexion sur les objets techniques. Elle a publié récemment : (2009), Mémoire et histoires de l’automatisation du contrôle aérien. Sociobiographie du CAUTRA, Paris, L’Harmattan, et dirigé avec Laurence Raineau un ouvrage collectif : (2012), Pour une socio-anthropologie de l’environnement, Paris, L’Harmattan, 2 vol.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org