Navigation – Plan du site

Laisser une trace

Pratiques biographiques et autobiographiques au sein des sociétés savantes bordelaises
Sylvie Sagnes

Texte intégral

1Une fois entrebâillée la porte qui ouvre sur l’univers des sociétés savantes, on ne saurait guère se soustraire à cette impression qui d’emblée vous saisit et vous arrête, au propre comme au figuré, à savoir le sentiment que le temps a, ici, suspendu sa course. Où que le regard se pose en effet, inscriptions commémoratives, bustes, portraits, médailles et photographies jaunies se chargent de rendre présent le passé. Néanmoins, pour s’imposer à l’attention de l’adhérent ou du visiteur, celui-ci n’use pas uniquement de la médiation des objets et des lieux. Il transpire aussi des manières de faire et d’être savant : car c’est ici le lieu du traditionalisme institué où « statuts », « règlements » et autres « coutumes » hérités du temps des fondations fixent les modalités de la permanence des formes de la vie érudite.

2De toutes les expressions du conservatisme, prévues ou non par la règle (tenues vestimentaires, recours à certaines conventions langagières…), l’éloge a plus particulièrement retenu l’attention des historiens, en raison des différentes mutations que cet exercice rhétorique porte en germe au XVIIIe siècle.

3Les sociétés savantes bordelaises forment le terrain, en l’occurrence vague, de cette exploration1. Difficile sinon impossible à circonscrire du fait de son hétérogénéité, l’associationnisme érudit bordelais doit en bonne part son ampleur à une tradition savante particulièrement ancienne. En 1712 déjà, la capitale de la Guyenne s’enorgueillissait de la fondation de l’Académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, devenue, après les vicissitudes de la Révolution et du XIXe siècle, Académie « nationale ». Si cette Compagnie tient aujourd’hui à se distinguer du commun des sociétés savantes eu égard aux particularités de son recrutement et au caractère d’universalité de ses curiosités, la tradition savante qu’elle a fondée à Bordeaux n’en admet pas moins à ses côtés les sociétés, pour la plupart créés au XIXe siècle, socialement plus ouvertes et scientifiquement plus spécialisées telles les sociétés linnéenne, archéologique, spéléologique et préhistorique, astro­nomique, anthropologique, généalogique, etc.

Grandir

4Qu’ils soient rédigés à la première ou à la troisième personnes du singulier, les éloges qui nous occupent apparaissent initialement liés à l’histoire du groupe, à l’instar des notices biographiques du « Catalogue des Académiciens nommés par le roi dans les lettres patentes » dont l’abbé Bellet assortit son histoire de l’Académie de Bordeaux2. Plus minimaliste mais aussi plus tardive, la liste se situe également à la croisée de ces catégories autrement distinctes que sont la biographie et l’histoire de la société. Comme cette dernière, elle paraît en ces occasions de remémoration et de commémoration que sont les anniversaires de fondation (cinquantenaire, centenaire) ou les publications des Tables des actes. Si les directeurs, présidents, secrétaires perpétuels et secrétaires généraux font l’objet de ces litanies plus fréquemment que le commun des sociétaires, l’exercice peut aussi s’avérer moins distinctif et embrasser la totalité des membres de la société. Egalitaire, mêlant sur le papier aussi bien morts que vivants, la liste rompt quelque peu avec le minimalisme qui la caractérise lorsqu’elle s’intéresse aux seuls membres actuels. Chacune des livraisons des Actes de l’Académie se clôt ainsi par la liste des membres, résidants, associés, correspondants français et étrangers avec mentions de leurs titres, fonctions et coordonnées auxquelles s’ajoutent, pour les quarante résidants, l’indication des mandats politiques et des décorations. Plus biographique qu’his­torio­graphique, ce type de liste constitue en somme la forme embryonnaire d’une histoire propre de l’érudit, dégagée de la gangue de l’histoire collective.

5Cette histoire propre n’émerge en tant que telle qu’à la fin du XVIIIe siècle, Bordeaux accusant, comme les autres villes de province, un certain retard sur la capitale. Ainsi, le premier sujet biographique mis au concours de l’Académie, en l’occurrence un « Eloge de Montaigne », ne date-t-il que de 1772 et ce n’est que dix ans plus tard que les candidats se sont vu proposer une autre biographie, celle du plus éminent des membres de l’Académie, Montesquieu. Autour du Baron de La Brède et d’autres figures bordelaises de l’érudition a, dès lors, pris corps une production massive.

6Balisée par une multitude d’exemples, ne requérant pas de compétences extraordinaires, s’accommodant aisément d’une simple trame chronologique, ou de divisions simples (la vie, l’œuvre), la biographie s’ouvre sur un certain nombre de précisions : les études, les rencontres déterminantes, les occupations professionnelles plus ou moins éloignées des préoccupations intellectuelles, la place relative des unes et des autres dans le quotidien de l’érudit. Parfois les biographes s’attardent sur la généalogie de leur sujet, en particulier lorsque celui-ci est d’extraction aristocratique, mais le plus souvent les auteurs se contentent d’indiquer l’ascendance immédiate, au mieux de retranscrire l’acte de naissance. Toujours discrets quant à la vie privée de l’érudit, ils se cramponnent au versant public de sa destinée et ne débordent du strict cadre des activités érudites que pour rappeler dans quelle mesure les chemins empruntés par le « biographié » ont croisé ceux de l’histoire locale ou nationale. Curieusement, les sociétés savantes sont absentes dans ces histoires de vie, ne trouvant droit de cité que dans les bio­graphies de fondateurs.

7Quant à l’objet principal de ses notices ou notes bio­graphiques, à savoir les centres d’intérêt et les productions des érudits, elles sont abordées à partir non seulement des œuvres publiées que les biographes se plaisent parfois plus à reproduire qu’à résumer, mais aussi des fonds manuscrits, correspondances, notes, et travaux non publiés. En levant le voile à la fois sur leur existence et leur contenu, l’écrit biographique fait d’une certaine façon passer ces derniers du statut de brouillon à celui d’œuvre. Il arrive aussi que la biographie, à la faveur d’un argumentaire fourni, tourne à l’expertise, à un exercice d’identification et d’authen­tification de pièces manuscrites ou publiées mais non signées. Le biographe se livre en outre à un travail d’évaluation, généralement encenseuse, de l’ensemble de l’œuvre étudiée, adossant parfois son propos sur des avis relevés de ci de là ou sollicités pour les besoins de la notice. Récurrente est par ailleurs cette manie des auteurs de biographies de reconnaître en leur sujet des figures de précurseurs, de pionniers. Il n’est jamais inutile sinon d’exagérer du moins de faire remarquer les mérites de son sujet si l’on veut l’amener sans encombre sur le chemin étroit de la postérité.

8Car il s’agit bien de cela : non pas tant de consacrer par cette écriture une reconnaissance unanime que de la susciter. En équipant son « biographié » de tous les laisser-passer nécessaires, l’auteur remplit une autre mission, celle de « rendre justice », de sauver l’érudit non pas tant du mépris et de l’indifférence que de l’oubli. « Mon héros », écrit Berchon à propos de Caila3. D’un héros, l’autre : le biographe est aussi celui du « biographié » qu’il révèle et constitue en objet digne d’intérêt et de mémoire.

9Le discours sur la tombe présente bien des analogies avec la biographie, ou plutôt présentait, car l’exercice est de nos jours tombé en désuétude.

 « Quand un membre du Conseil décède, le Conseil se déplace et va assister à la sépulture. Et au cimetière, le plus souvent le Président, sinon quelqu’un d’autre, tâche de dire un mot, quelque chose qui fasse plaisir à la famille ».

10Avant de se voir ainsi réduit à l’état de « mots » plus ou moins improvisés, les discours sur la tombe dont le nombre variait à raison de la notoriété et des implications du trépassé dans les sociétés locales, étaient soigneusement rédigés et, une fois déclamés, publiés dans les Actes, Bulletins et Mémoires des sociétés. Les mentions de dates, de références bibliographiques aussi bien que l’analyse critique de l’œuvre ont déserté ces pages pour laisser place à l’émotion et à l’inventaire superlatif des qualités et des compétences du défunt : rien n’est omis de l’« abnégation habituelle », du « désintéressement incomparable », de l’« insouciance de l’éclat des honneurs », de la « générosité », du « sympathique accueil » de ce dernier. Et l’auteur de souligner à l’envi son « ardeur scientifique », son « amour désintéressé de la science », sa « profonde érudition », la « persistance infatigable de sa propre volonté ». Ainsi porté par mille louanges, l’érudit décédé se voyait hisser au-dessus de la simple sphère de l’érudition locale pour être élevé à celle de la science. Témoignage ému ou étude réfléchie, l’opération biographique et sa double logique de révélation/panthéonisation ne concernent cependant pas que des morts.

11La fréquentation des sociétés savantes fournit en effet des « occasions d’entendre sa nécrologie de son vivant » comme le dit, dans un rire, Monsieur R. La réponse en est une.

 « Le président ou, s’il en décide ainsi, un autre membre résidant désigné à cet effet, prononce ensuite le discours de réception, appelé traditionnellement réponse. Ce discours retrace notamment la vie et l’œuvre du nouvel élu ».

12Cette définition tirée de l’actuelle coutume de l’Académie figure au chapitre du rituel de réception. Moins formelle dans les autres sociétés savantes, la présentation du nouveau membre se satisfait généralement de quelques paroles improvisées. A l’Académie où ce rituel se présente sous sa forme la plus aboutie, l’exposé aussi précis que complet qui est fait du parcours du nouveau confrère s’applique, dans une formulation où l’ironie le dispute à la bienveillance, à opposer les mérites du candidat à la « modestie », l’« humilité », l’« indignité de l’honneur » dont celui-ci se gargarise dans son remerciement.

13L’humour, que ne prescrit bien évidemment pas la coutume, traverse pourtant de façon récurrente ce type de texte. Il imprègne tout particulièrement l’évocation des liens personnels qui unissent le candidat et son « répondant » et qui, notons-le, déterminent les dispositions de ce dernier à « répondre ». Un tel contraste entre ses propos et ceux, pétris de gravité et de solennité, du nouvel élu situent en fait les acteurs du rituel les uns par rapport aux autres : le « répondant » affiche là l'assurance de l’aîné, de celui pour qui ce monde à part de l’Académie n’a plus de secret. Son aisance est aussi celle du passeur de l’ultime phase du rite, l’intégration, qui s’accommode et même requiert une certaine dédramatisation. Il s’agit pour cet aîné d’« identifier » le nouveau venu comme aca­démicien, c’est- à-dire comme un érudit accompli.

14Car le cercle fermé des quarante académiciens bordelais n’est pas un espace d’élaboration des identités savantes comme le sont d’ordinaire les sociétés savantes, et, de fait, l’admission en son sein consacre, bien davantage qu’elle n’en augure, une carrière d’érudit ou d’amateur éclairé. On notera ainsi au passage que le positionnement relatif de l’érudit au sein du champ hiérarchisé de l’érudition locale commande la plus ou moins grande précocité de l’hommage biographique, de même, d’ailleurs, qu’il en conditionne le nombre. Toute élection à l’Académie n’est-elle pas le gage d’au moins deux discours sur soi (le remerciement et l’éloge) ? On ne saurait pour autant en déduire une quelconque tendance inflationniste en matière de productions biographiques. Bien au contraire, il apparaît que cette écriture de la révélation demeure contenue, sinon unique, en ce sens qu’un « biographié » n’a que rarement deux biographes ou plus, ce qui nous achemine vers l’analyse d’autres enjeux symboliques portés par ces pratiques d’écritures.

 « Mon héros »

15Il est, bien entendu, des exceptions à cette règle de l’unicité et la plus notable d’entre elles, à Bordeaux, est Montesquieu. Les textes le concernant, lui et son œuvre, abondent. C’est d’ailleurs collectivement que l’on œuvre ici à la gloire et à la connaissance du Baron de la Brède. L’Académie n’est pas en reste, les anniversaires de la naissance, de la mort, mais aussi ceux de la parution des œuvres majeures du philosophe bordelais offrent périodiquement à la Compagnie le prétexte à l’organisation de colloques et à la publication de volumes.

16Mais tout autant qu’il unit, Montesquieu divise. L’Académie nationale et l’Académie Montesquieu, fondée après guerre, s’en disputent l’héritage. L’antagonisme qui sépare les deux sociétés est tel qu’aujourd’hui encore nul ne peut songer intégrer à la fois l’une et l’autre de ces Académies. Pour conduire la bataille symbolique qui les oppose, les deux Compagnies font feu de tout bois, notamment du nom du philosophe dont l’une a fait son étendard au grand dam de l’autre qui ne peut qu’invoquer son passé, bien moins explicite du point de vue de la communication. Convaincues de leur légitimité à reven­diquer l’exclusive de l’héritage Montesquieu, les deux institutions bordelaises n’en finissent pas de dénoncer les prétentions de l’autre, faisant a contrario entendre l’écho de l’égalité de tous face à l’héritage Montesquieu.

17Et les « montesquieuphiles » ne manquent pas à Bordeaux, au premier rang desquels le fondateur de l’Académie Montesquieu, le docteur Jean-Max Eylaud. Ce polygraphe, médecin fonctionnaire de son état, a fait de Montesquieu l’un des principaux thèmes de ses recherches historiques4, mais aussi de ses pièces de théâtre, allant, dans le désir de cultiver sa familiarité avec le Baron de La Brède, jusqu’à tenir le rôle de son héros dans Négoce, amour, philosophie à Bordeaux au temps de Montesquieu5. Parmi les « montes­quieuphiles » plus ordinaires, Monsieur P. en était un qui s’ignorait avant de rejoindre les rangs de l’Académie Montesquieu. Ainsi se souvient-il avoir prévenu le président venu solliciter sa candidature : « Si vous venez me chercher pour m’occuper de Montesquieu, ça ne marche pas, voyez les historiens. »

18Sa formation d’architecte ne l’a pourtant pas empêché de croiser le philosophe au cours de ses recherches

 « J’ai prouvé qu’il s’est intéressé à l’aménagement du territoire et à l’architecture, et à l’urbanisme, à sa façon, mais il l’a fait ! » (…) « Il faut dire que Montesquieu, il s’est intéressé à tout ! C’est un homme universel. Donc en s’occupant de Montesquieu, on peut s’occuper de tout ! »

19L’inverse est aussi vrai. Quel que soit le sujet abordé, il est possible de le rattacher à Montesquieu. Cette polyphonie du personnage explique la place faite au philosophe dans le panthéon de l’érudition bordelaise. Plus encore que son rayonnement national et international, son œuvre qui, tel un miroir universel, peut être tendu aux curiosités et aux passions les plus diverses, fait de Montesquieu le héros parmi les héros à la disposition des érudits bordelais. Ainsi le feu nourri des justifications individuelles que suscite cette passion Montesquieu si commune chez eux fait-il apparaître très nettement le processus d’identification induit par les genres biographiques.

20Toute notice procède de ces affinités qui, par delà les années et les décennies, lient l’auteur et son sujet. Plus ou moins spectaculairement manifestée, la filiation intel­lectuelle dans laquelle s’inscrit le biographe se voit doublée, avec le discours sur la tombe, d’une dimension en quelque sorte « charnelle ». Au cimetière, la parole ne revient pas en effet nécessairement aux représentants officiels des sociétés savantes, mais aux « élèves », « filleuls », « amis ». Leurs discours écrits, lus, publiés le sont « au nom des sentiments qui nous unissaient », pour le « maître », à l’intention de celui « qui fut mon parrain ».

21A en croire les Académiciens, l’éloge serait vierge de tels investissements symboliques. Précisons que le terme doit être ici entendu dans sa stricte acception académique, c’est-à-dire comme la seconde partie du « remerciement » que prononce le nouvel élu lors de sa réception en hommage à l’académicien décédé au fauteuil duquel il succède. C’est un exercice que d’aucuns n’hésitent pas à qualifier de difficile sinon de redoutable, en ce sens que le sujet du discours résulte du hasard des disparitions au sein de la Compagnie et non d’un choix fondé sur une quelconque familiarité avec les curiosités, l’œuvre ou la personnalité du personnage à évoquer. Dans les faits néanmoins, les relations existantes, amicales, profes­sionnelles ou intellectuelles, apparaissent largement mises à profit par les trente-neuf électeurs. Ces proximités passées n’empêchent pas les ex-candidats de s’estimer heureux du sort que leurs futurs confrères leur ont alors réservé, parlant dans leur remerciement d’ « extraordinaire » ou de « grande chance ». Adapté au capital relationnel et/ou intellectuel du nouvel académicien, l’éloge s’avère un opérateur d’identification sur mesure. Il mêle de fait volontiers la première et la troisième personnes du singulier dans un récit qui, sans rien omettre de la diversité des qualités et compétences du défunt, laisse entrevoir bien des aspects de la vie et de la personnalité du nouvel académicien.

Se transmettre

22Le jubilé offre à son tour à l’« ami », au « filleul » qui se voit généralement chargé du « baratin », l’occasion de se dire par procuration dans son identité de savant. Célébrant le cinquantième anniversaire de l’adhésion d’un membre, ce type de manifestation se rencontre bien évidemment chez les plus vieilles des sociétés, à l’exclusion de l’Académie où la réponse en somme tient lieu d’équivalent.

23Ces fêtes, non véritablement instituées, surprennent par leur caractère improvisé. Si ce rituel sans coutume se réinvente constamment, tout aussi invariablement il ne laisse pas de trace. Ce qui est dit est seulement dit et non écrit. Faut-il s’en étonner ? Pas vraiment dans la mesure où l’écriture du cinquantenaire d’Ego ne se prête pas plus à une écriture de la révélation qu’à une écriture de l’identification. Elle échappe à cette alternative constitutive de l’exercice biographique au sein des sociétés savantes. Comment en effet trouver prise à l’identification, avec ce qu’elle suppose de dépossession et de déformation, sur un sujet encore maître de son destin et de son image ? Que pourrait bien révéler l’écriture que le rite du jubilé lui-même, de son simple fait, ne consacre déjà ? Cependant, s’il ne l’encourage pas, le rite du jubilé n’exclut pas l’écriture ; simplement celle-ci n’est pas biographique mais autobiographique. Pierre Coudroy de Lille publie ainsi, dans le petit bulletin de l’Union scientifique d’Aquitaine, le récit de ses « cinquante années au sein de la Société archéologique de Bordeaux »6. Il y rappelle son entrée dans la société, ses permanences au musée du Vieux Bordeaux, ses rencontres avec de grandes figures locales d’archéologues. Mais plus encore, l’auto­biographe joue le rôle du témoin, en ce sens qu’il se raconte moins qu’il ne raconte l’histoire de la société : la fermeture du musée de la Porte Cailhau, les présidences de Malvesin-Fabre et de Grimal, la constitution de sections, le déménagement, etc.

24Dans ce discours médian du rituel de réception qu’est le remerciement académique, le « je » est également de rigueur. Néan­moins le récipiendaire n’en adopte pas pour autant, pour évoquer son itinéraire, un point de vue foncièrement subjectif. Son écriture au contraire tend à l’éloigner de lui-même pour faire place à des considérations sur son métier ou ses sujets d’étude. En clair-obscur, le « je » de l’élu semble ne pas avoir beaucoup plus de légitimité que celui du jubilaire. Doit-on reconnaître dans cette esquive les résistances de tous ordres, sociales, ethico-psychologiques et esthétiques que rencontre le projet biographique et qu’identifie, dans leur longue durée, Philippe Lejeune (Lejeune, 1998) ? Quoi qu’il en soit, la bonne écriture de l’érudit est de toute évidence celle commise par autrui, l’identité savante ne se construisant bien que dans le regard de l’autre. Non par auto-promotion.

25Déléguée ou implicite, l’écriture du soi savant n’échappe à cette alternative du détour que pour mieux y retourner. Cette troisième voie est celle qu’ouvre la transmission de l’archive. Quelques érudits en effet songent au devenir de leurs manuscrits, notes, livres de raison et correspondance. S’ils ne les déposent pas de leur vivant, ils les lèguent par testament, à la ville de Bordeaux ou plus rarement aux sociétés savantes qui, les unes comme l’autre, finissent par confier ces documents aux services publics compétents. On devine que les érudits ne cherchent pas à se débarrasser ou à soulager leur famille de cette tâche. Le soin tout particulier avec lequel ils préparent et gèrent cette transmission, inventoriant, augmentant régulièrement leur legs, l’assortissant enfin de conditions dont la plus récurrente vise la préservation de l’entité du fonds constitué le confirme. C’est que de cette intégrité dépend la conversion en écriture de soi de l’écriture par soi qu’est initialement ce type d’archive. Mis en série, les documents ne parlent plus d’archéologie ou d’ornithologie mais de l’archéologue et de l’ornithologue qui a noirci ces pages. Avec son fonds, celui-ci livre une écriture de soi par soi brute, encore à trier, distiller, accommoder. Une intention autobiographique en somme. Au biographe de la découvrir et de l’aboutir.

26En nous ramenant de la sorte aux prémices de notre analyse, l’archive nous incite à considérer la biographie sous un nouvel angle : on y devine un sujet moins passif, plus acteur du récit de sa vie savante qu’il n’y paraît de prime abord. Comme la logique d’identification veut que derrière l’érudit « biographié » se cache un autre sujet, le désir de se transmettre dissimule un second auteur derrière le biographe. La biographie des savants est bel et bien une double autobiographie qui s’ignore.

Haut de page

Bibliographie

Bonnet J.-C. « Les morts illustres. Oraison funèbre, éloge académique, nécrologie ». in Pierre Nora (dir.). Les Lieux de mémoire, t. II, La nation, vol. 3. Paris, Gallimard, 1986, p. 217-241.

Chaline J.-P. Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France. Paris, Editions du CTHS, 1995.

Lejeune P. Pour l’autobiographie. Paris, Seuil, 1998.

Roche D. Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1860-1789. 2 vol. Paris-La Haye, Mouton, 1978.

Haut de page

Notes

1 L’analyse présentée ici est issue d’une recherche conduite dans le cadre de l’appel d’offres de la Mission du patrimoine ethnologique « Producteurs, productions et enjeux contemporains de l’histoire locale ».
2 Jules Bellet, « Documents inédits pour servir à l’histoire de l’Académie de Bordeaux. I – Histoire de l’Académie royale des belles-lettres, sciences et arts de Bordeaux », (retranscrit par Paul Caraman), Actes de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux Fêtes du deuxième centenaire de l’Académie, 11 et 13 novembre 1912, 1913, p. 251-288.
3 E Berchon, « Le Baron de Caila, archéologue girondin », Actes de l’Académie des sciences, belles lettres et arts de Bordeaux, 1890, p. 59-183.
4 Jean-Max Eylaud, Montesquieu chez les notaires de La Brède. Bordeaux, Delmas, 1956 ; idem, Dix-sept lettres de Montesquieu. Paris, Lettres modernes,  1965 ; idem, Les Secondat de Montesquieu. Bordeaux, Féret et Fils, 1976.
5 Jean-Max Eylaud, Négoce, amour, philosophie à Bordeaux au temps de Montesquieu, Féret, Bordeaux, 1940.
6 Cf. Le mois scientifique bordelais, n° 224, décembre 2001.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Sagnes, « Laisser une trace », Socio-anthropologie [En ligne], 12 | 2002, mis en ligne le 15 mai 2004, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/152 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.152

Haut de page

Auteur

Sylvie Sagnes

CNRS – Laboratoire d’anthropologie et d’histoire : L’institution de la culture

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org