Navigation – Plan du site

La communauté des fans d’Elvis Presley

De la fraternité élective au « groupe religieux »
Gabriel Segré

Texte intégral

1Le culte qui s’est développé autour du chanteur américain Elvis Presley mort en 1977 et surnommé le King s’inscrit dans le cadre plus vaste de la mutation des formes du croire1. Un déplacement s’opère au sein des religions historiques vers des zones profanes devenues autonomes et objets d’un investissement d’un genre nouveau2. La recomposition du religieux, largement constatée aujourd’hui et étudiée par la sociologie et l’anthropologie, donne lieu à l’émergence de « religiosités séculières3 », dont semble bien faire partie le « phénomène Presley ».

2Il s’agit là d’un phénomène qui intéresse tout particulièrement la socio-anthropologie4 en tant qu’il apparaît comme caractéristique des mutations liées à la modernité dans « un contexte déstructuré et anomique5 », qu’il se situe à la croisée de la sociologie et de l’anthropologie, et qu’il nécessite pour sa compréhension l’usage, d’une part, des outils conceptuels et méthodologiques de ces deux disciplines, et, d’autre part, de ceux, nouveaux, proposés par Pierre Bouvier, de la socio-anthropologie (autoscopie, observation distanciée, etc.6).

3Le culte Presley donne à voir la formation d’un « groupe religieux » autour d’une figure charismatique largement sacralisée et célébrée. Il permet en outre d’observer comment s’élabore une identité sociale et collective, dans notre société dite sans repères, véritable « ère du vide7 » ; comment se constitue une mémoire de substitution dans nos sociétés « sans mémoire8 » ; comment enfin peuvent se créer du sens collectif, des significations individuelles, alors que l’on tend à constater la fin des grands dispositifs producteurs de sens. C’est du regroupement communautaire autour d’Elvis Presley, du passage d’une fraternité élective aux caractères éphémère et fragile à un groupe stabilisé dans le temps, réunissant plusieurs générations, dont nous voudrions traiter ici. Il s’agit de comprendre les mécanismes mis en œuvre par une communauté pour se maintenir en tant que telle alors même que le lien unissant chacun de ses membres a disparu.

Avant 1977 : la fraternité élective

4Du vivant du chanteur, les fans forment une communauté émotionnelle, liés par leur attachement à Elvis, porteur de traits charismatiques. Ils constituent une sorte de fratrie imaginaire, pour reprendre les termes de D. Hervieu-Léger. Il existe entre eux une relation affinitaire, mais pas d’ascendance commune.

5Les fans partagent certaines valeurs et références. Chacun recherche, par exemple, des disques, des livres, des photographies du King. Ils nourrissent le même penchant pour la collection d’objets le concernant. Ils connaissent les mêmes épreuves, affrontent railleries et parfois mépris, se confrontent à l’étonnement, à l’incompréhension ou à la stigmatisation. Ils se rencontrent et se côtoient dans les fans-clubs, se retrouvent dans les conventions de disques, lors des concerts, de projections de films de leur vedette.

6Des liens se créent, deviennent amicaux, fraternels et les fans constituent ainsi une sorte de « communauté idéale », à l’intérieur de laquelle on peut trouver ce qui fait défaut dans la famille : solidarité, transparence de la communication, communauté de souvenirs, de valeurs. Les rapports sont rendus plus simples par l’amour qu’ils partagent pour Elvis, point commun suffisamment fort et important pour engendrer une « fratrie ».

La mort et le risque d’implosion

7Avec la disparition d’Elvis en 1977, le risque est grand de voir cesser l’élément constitutif de la fraternité, et la fraternité elle-même. Les propos des fans interrogés témoignent de leur prise de conscience de ce risque et de l’angoisse profonde qu’il génère. Dans leur discours, on perçoit parfaitement qu’Elvis meurt une première fois en tant que chanteur adoré, homme investi affectivement, et que cette mort cause un premier trauma. Presley « meurt » à nouveau, quelques mois plus tard, dans l’esprit de ces fans, mais cette fois-ci en tant que lien de la fraternité élective, en tant qu’objet d’union entre eux. Dès lors, cette mort n’est plus seulement celle d’un être cher, elle signifie aussi la fin d’une communauté devenue indispensable à ses membres. Les fans risquent de se disperser puisque plus rien ne les rassemble, la fraternité élective risque d’éclater, leur « monde » de « s’écrouler ». On retrouve ce double aspect de la mort du chanteur dans la plupart des propos de ses admirateurs. Ils évoquent dans un premier temps leur désespoir à l’annonce de sa disparition et la période de dépression qui l’a suivie. Puis ils font part des craintes qui les ont envahis, témoignant de leur peur que la rupture du lien ne soit irrémédiable et ne détruise le groupe affinitaire au sein duquel ils se sont totalement investis.

8Nombreux sont ceux qui ont d’abord nié la disparition du chanteur, refusant d’y croire, à la fois pour se préserver de la grande tristesse que cause la mort d’un être cher, mais très certainement aussi pour tenter de maintenir le lien antérieur. Si l’ensemble des témoignages font part du refus de la mort, d’un déni de la disparition d’Elvis, ceux-ci sont, le plus souvent, éphémères. Les fans, dans leur grande majorité, acceptent finalement la tragique vérité9.

La stabilisation sur le mode religieux

9Si la mort d’Elvis est finalement acceptée, l’ensemble des fans refuse cependant que se rompe le lien qui existe entre eux. Ils désirent ardemment que la fraternité élective qu’ils formaient du vivant du chanteur survive à ce dernier. La communauté émotionnelle se stabilise alors sur le mode religieux10.

10Le groupe se dote d’une représentation11 de lui-même : les « fans de Presley ». Il intègre les notions d’existence, de durée, de constance et va bien au-delà de la notion d’expérience immédiate. Le sentiment du « nous collectif » demeure même quand le fan est seul et il est renforcé notamment lors des rassemblements réguliers qui se multiplient malgré la disparition du chanteur. Chaque admirateur/rice prend conscience de l’existence du groupe, et de sa propre appartenance à celui-ci. Doté d’une identité individuelle et collective, il est un « fan de Presley ». Il oppose parfois le « nous collectif » aux « Autres », aux « non-fans » ce qui renforce la cohésion du groupe et valide son existence.

11La représentation du groupe par lui-même est une donnée valorisée et valorisante. Aimer Elvis et appartenir au groupe est synonyme de grandeur d’âme, de bonté, de générosité, et constitue à leurs yeux la meilleure preuve de la valeur de l’individu. Les fans évoquent cette communauté idéale, soudée et donnent de multiples exemples du caractère noble du groupe au sein duquel il fait bon vivre, alors que l’hostilité, l’individualisme et le calcul sont partout présents à l’extérieur du groupe.

12La communauté s’inscrit également symboliquement sur la scène sociale. Chaque membre porte les attributs du groupe, les signes de reconnaissance. On trouve notamment le sigle TCB (Taking Care of Business12), qui résume la « philosophie » ou l’ « esprit » Elvis. Il est présent sur les courriers qu’envoie le fan-club. Ce sigle TCB peut être comparé au symbole du poisson des premiers chrétiens voire à la croix du Christ. Porter ces trois lettres traversées par un éclair vertical résume à lui seul l’attachement à Elvis : connaissance de sa vie, adoption de ses principes, adhésion à son éthique, obéissance à ses commandements, poursuite de son œuvre bienfaitrice.

13On retrouve également sur les vêtements des fans des badges ou des pin’s. Ils sont à l’effigie d’Elvis ou donnent simplement les cinq lettres de son prénom. Les vêtements eux-mêmes signifient l’appartenance au groupe des admirateurs. Ces derniers se parent de tee-shirts, de vestes sur lesquels sont reproduits les traits du chanteur, ou parfois même le nom de leur propre fan-club. De nombreux autres objets permettent ainsi au groupe de s’inscrire symboliquement sur la scène sociale.

14Les voitures des fans sont parfois ornées d’éléments signifiant l’existence du groupe et l’appartenance à celui-ci : plaques d’im-matriculation sur lesquelles on lit « Elvis », dessins sur la carrosserie, poupées représentant le chanteur accrochées à l’intérieur du véhicule, etc. Le domicile est tout autant utilisé comme mode d’expression de leur appartenance au groupe : intérieur orné d’affiches, de photographies, de pochettes de disques, de bibelots. Les objets les plus divers à l’effigie d’Elvis, ou en rapport avec le chanteur, sa vie, sa carrière trônent bien souvent sur les étagères de la chambre ou du salon, envahissant parfois tout l’appartement ou, au contraire, sont rassemblés en un coin stratégique entièrement consacré à lui. Le groupe se donne aussi à voir sur la scène professionnelle, et les collègues de bureau ne peuvent ignorer que le propriétaire d’un bureau transformé en autel dédié au chanteur est un fan.

15Les fans se rendent en pèlerinage à Graceland13, lieu où a vécu Presley. Ce rendez-vous permet également au groupe de s’imposer sur la scène sociale et de se montrer14. D’une part, l’endroit leur permet de se retrouver unis, de prendre conscience de la communauté qu’ils forment et de son ampleur. D’autre part, la télévision, la presse donnent à voir au monde entier l’existence de ce groupe, surtout en août quand affluent à Memphis les milliers d’admirateurs à l’occasion de l’Elvis International Tribute Week15. La médiatisation de cet événement atteste de l’existence du groupe et lui offre une visibilité. Les non-fans prennent ainsi conscience de la réalité de cette communauté, de son importance.

16Le groupe en appelle à un « esprit commun » qui dépasse les individus : il s’agit de l’ « esprit d’Elvis ». Les fans s’en disent animés, ce qui rend si proches et si semblables des individus provenant de milieux, de cultures, de générations différentes. Il s’agit d’ « une philosophie, une façon de vivre (...) de mieux vivre », tout entière résumée dans la formule « Taking Care of Business » évoquant, comme nous l’avons dit, l’altruisme, la bonté, la solidarité. Les fans disent qu’ils sont habités par cet « esprit » et qu’ils ont intégré la « philosophie Presley ». En appliquant ses enseignements, ils poursuivent ainsi la tâche entreprise et font vivre cet « esprit ». Elvis constitue ainsi une sorte de « guide spirituel » permettant l’élaboration de significations individuelles et collectives, la définition de repères communs et d’objectifs mobilisateur.

La mémoire

17Le groupe s’est également doté d’une mémoire commune se référant à une tradition qui s’est fixée à travers la diffusion de disques, de films, d’écrits. Une mémoire orale se diffuse également à travers les discours d’amis et de proches d’Elvis. A partir de 1977, les hommages, les films, les pièces de théâtre, les documents télévisuels, les colloques et les cours universitaires consacrés au King se sont multipliés.

18La scène théâtrale a notamment été constituée en un véritable lieu de mémoire avec la création de multiples comédies musicales et de pièces de théâtre évoquant sa vie et sa carrière. Les téléfilms, les feuilletons, les séries, les films de fiction, les documentaires sur Elvis ne se comptent plus. Les films dans lesquels il a joué ont envahi le marché de la vidéo et se vendent depuis 1977 en très grand nombre malgré les diffusions régulières par les chaines de télévision du monde entier. Les disques du chanteur ont été régulièrement réédités, tout comme les biographies et magazines qui lui sont consacrés. De très nombreux musées, des statues à l’effigie du chanteur et des plaques commémoratives ont été inaugurés dans le monde entier.

19Dans l’ensemble de ces productions, la vie de Presley, sa carrière, ses exploits, l’apparition des premiers fans et fan-clubs, des premières pratiques de culte, l’ensemble du croire, et enfin le récit mythique16 sont présentés, décrits, expliqués et immortalisés. Une véritable généalogie symbolique s’est ainsi constituée dans la référence croyante à un récit fondateur constituant une ascendance commune pour les fans.

20Nous pouvons évoquer ici le rôle considérable qu’a joué l’entreprise Presley dans la stabilisation de la fraternité élective sur le mode religieux. Elle a mis en œuvre (ou parfois simplement autorisé) un certain nombre d’actions qui ont permis la pérennité du groupe, assuré la stabilisation du croire et aidé au développement d’un mythe fondateur. Elle a pris certaines décisions, développé certaines pratiques, mis en place une politique qui ont non seulement grandement contribué à assurer la survie de la fraternité élective, mais lui ont permis de se transformer en lignée croyante, en « groupe religieux ». L’Estate a en effet favorisé la diffusion orale de l’épopée d’Elvis : elle a organisé des « pèlerinages » à Graceland, ouvert au public les lieux où il a vécu, celui où il est enterré, celui où il a enregistré ses premiers disques. Elle a, de ce fait, permis et favorisé les grands rassemblements à Memphis et contribué à ce que survive le groupe malgré la mort du chanteur. L’année 1977 a marqué le début des grandes commémorations en l’honneur du King, avec l’aval de l’Estate, souvent sous son égide. Le Meditation Garden qui abrite la tombe du chanteur a été, dès cette époque, ouvert au public. La première candlelight17 a eu lieu dès 1979 à l’initiative d’un club américain avant d’être organisé par l’EPE, en 1987, et de revêtir ainsi un caractère officiel. Graceland fut officiellement ouvert en tant que musée en 1983 et c’est un an plus tard qu’a été créé l’International Elvis Tribute Week.

21Les clubs se sont montrés eux aussi particulièrement actifs, publiant régulièrement de nouvelles revues, participant à la réédition de disques, à la constitution des compilations, et surtout en diffusant le récit mythique lors d’émissions de télévision, de reportages, de films, dans des ouvrages, apportant leur témoignage, évoquant des souvenirs, des anecdotes, expliquant leurs pratiques et rappelant qui était Elvis et ce qu’il a fait.

22Au sein de chaque club, une sorte de « formation18 » est proposée aux membres. Ceux qui sont porteurs de la mémoire, les membres les plus anciens, les lecteurs de biographies, le dirigeant du club bien souvent, tous ceux qui, en définitive, connaissent bien la vie d’Elvis et sont allés à Graceland, possèdent le « savoir elvisien » et connaissent l’ « éthique elvisienne ». C’est eux qui transmettent cette mémoire aux plus jeunes, aux novices.

23Le processus de diffusion de la mémoire laisse également une grande place aux nombreux « témoins du passé », les anciens proches, amis, collaborateurs, musiciens qui ne cessent de « raconter » Elvis lors de conférences ou de discussions informelles. Ils sont souvent présents lors des manifestations commémoratives et extrêmement sollicités par les fans.

24Avoir connu le King, avoir été témoin de la genèse et du développement du phénomène peut constituer une véritable rente et engendrer un emploi à plein temps. Le sergent, le coiffeur, la cuisinière, les musiciens, les membres de sa famille, les acteurs et actrices ayant joué à ses côtés, le gardien de son ranch, son professeur de karaté, le fils de S. Phillips19, tous sont présents à Graceland. Ils dédicacent leur dernier ouvrage, signent des autographes, se souviennent et témoignent pour la plus grande joie des admirateurs du chanteur. Certains se promènent à Graceland, attendant de se faire reconnaitre, arrêter et interroger. D’autres, plus « importants », invités et réunis par l’Estate à l’occasion de l’Elvis Week, racontent leurs souvenirs lors de conférences organisées, de séances de dédicaces. Ils sont les gardiens de la mémoire d’Elvis et en vivent encore vingt ans après la disparition du chanteur.

Transmission et filiation la  matérialité de la continuité du groupe

25La mort de Presley, loin de signifier la fin de la fraternité élective, a constitué un nouveau départ du groupe affinitaire. Il s’est agrandi et consolidé, il a surmonté la disparition. Beaucoup de fans affirment qu’en définitive la mort d’Elvis « n’a rien changé », dans la mesure où le groupe n’a pas disparu, le lien des membres entre eux ne s’est pas évanoui ni même distendu, leur affection pour le chanteur ne s’est pas éteinte.

26Les fans constatent que le temps n’a pas de prise sur le groupe auquel ils appartiennent. Ils se rendent compte qu’ils sont toujours aussi nombreux, aussi fervents, aussi solidaires et soudés, aussi actifs. Ils prennent conscience de l’existence concrète de la communauté dans la durée, de la matérialité de sa continuité en voyant arriver les jeunes générations. Cette matérialité de la continuité du groupe constitue la troisième phase du processus de la construction de l’ « identité religieuse », après la stabilisation du croire et l’inscription symbolique du groupe sur la scène sociale.

27Des jeunes intègrent effectivement la communauté des fans. On compte aujourd’hui des adolescents et même des enfants. Il s’agit d’admirateurs ayant, pour les plus jeunes d’entre eux, découvert Presley après sa disparition. C’est à travers les disques, les livres, les différents discours sur le chanteur, qu’ils l’ont « rencontré », puis aimé. Ils ont suivi alors le même cheminement que les plus anciens et ont intégré la communauté, se sont inscrits dans un fan-club et se sont investis dans le culte. On peut les rencontrer dans les conventions de disques et d’objets consacrés au rocker, ainsi que dans les différentes manifestations et commémorations en son honneur. On les voit à Graceland, lors de l’Elvis Week, et leur discours apparaît en tous points identique à celui de leurs ainés, les « formateurs ». Le savoir et l’éthique « elvisiens » leur sont transmis. Ils connaissent la vie d’Elvis, sa carrière, adoptent les pratiques des fans plus âgés, dont rien ne les distingue, sinon le fait de ne pas l’avoir pas connu de son vivant.

28L’exemple de Michel illustre parfaitement la façon dont la mémoire se transmet, comment la communauté se maintient dans le temps grâce à l’arrivée de nouveaux membres devenant à leur tour porteurs de cette mémoire, et pouvant à leur tour la diffuser, la transmettre. Michel apparaît effectivement comme un « relais ». Récemment inscrit dans le club Les Amis d’Elvis, il ne connaît pas encore bien la vie de celui-ci ni son œuvre. Il possède peu de disques. Cependant, il se montre avide de savoir, comme tous les fans à la passion naissante. Il compte sur le club et notamment sur le dirigeant pour acquérir ce savoir. L’inscription au club semble le meilleur moyen d’aller à la rencontre de la mémoire. Michel souligne également l’importance des témoins du passé, de ceux qui ont connu Elvis de son vivant et peuvent ainsi le « raconter », donner à voir des facettes particulières du personnage, mettre en lumière des périodes de sa vie, de sa carrière sur lesquelles les biographies et les vidéos n’apportent pas d’éclairage suffisant.

29Le cas de Michel est particulièrement intéressant dans la mesure où il est un « fan naissant » dont la « formation » est prise en charge par le club. Il commence à acquérir la mémoire du groupe, à adopter les pratiques des autres membres, comme en attestent ses achats d’objets qui se multiplient depuis qu’il est au club et son désir d’aller à Graceland. Il apprend ainsi le rôle de fan. De plus, il constitue d’ores et déjà un relais dans ce processus de la transmission de la mémoire. En effet, le peu qu’il connaît, il le partage avec son fils Bobby, âgé de six ans, qui accompagne son père au club, le samedi, et porte une montre à l’effigie de Presley, un tee-shirt et un blouson sur lesquels est imprimé le visage du chanteur. Michel explique que son fils écoute Elvis, regarde les vidéos des films et des concerts du King en sa compagnie. Suivant l’exemple paternel, Bobby possède aussi son « coin Elvis » entièrement consacré à celui-ci. Michel a ainsi véritablement transmis à son fils les germes de la passion qu’il nourrit pour le chanteur.

30A la mort de Presley, la fraternité élective s’est maintenue et stabilisée sur le mode religieux. Le groupe s’est doté d’une représentation de lui-même. Il s’est inscrit symboliquement sur la scène sociale à travers une multitude de signes visibles d’appartenance. La mémoire commune s’est fixée à travers la production et la diffusion de multiples discours et à travers le développement de nouvelles pratiques, de valeurs, de coutumes, de normes de comportement, de croyances, érigées en « tradition ». Le groupe a assuré son installation dans la durée, comme l’atteste l’arrivée de nouvelles générations. En 1999, trois générations se côtoient même si elles ne sont pas également représentées. La transmission s’effectue des anciens aux nouveaux fans. La communauté des fans d’Elvis Presley illustre ainsi de façon exemplaire le processus de construction d’une lignée croyante et l’élaboration d’un croire religieux soutenu par une tradition assurant la continuité entre le passé et le présent. Le culte dont fait l’objet le chanteur, sur lequel le temps n’a semble-t-il pas de prise, témoigne plus généralement du processus de recomposition du religieux au sein des sociétés modernes et de sa délocalisation vers des zones profanes.

Haut de page

Bibliographie

Bouvier P. « L’objet de la socio-anthropologie », Socio-anthropologie, n°1, 1997.

Bouvier P.  La socio-anthropologie. Paris, A. Colin, 2000.

Denisoff R.S., Plakestes G. True Disbelievers. The Elvis Contagion. Londres, Transaction Publishers, 1995.

Giorgio G.B. Elvis... 1935 - ? - Is Elvis Alive : The Most Incredible Elvis Presley Story Ever Told. 1988.

Hendricks M. Elvis A. Presley : musique et vie d’un mythe, Anvers, Coda, 1994.

Hervieu-Léger D. « La religion des Européens : modernité, religion, sécularisation », in Identités religieuses en Europe, Davie G., Hervieu-Léger D.(dirs), Paris, La Découverte, 1986.

Hervieu-Léger D.  La religion pour mémoire, Paris, Cerf, 1993.

Hervieu-Léger D.  « La transmission religieuse en modernité : éléments pour la construction d’un objet de recherche », Social Compass, vol. n° 44/1, 1997.

Lipovetsky G. L’ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard, 1983.

Malinowski B. Trois essais sur la vie sociale des primitifs [1933], Paris, Payot, 1980.

Piette A. Les religiosités séculières, Paris, PUF, 1993.

Rodman G.B. Elvis after Elvis : The Posthumous Career of a Living Legend, London and New York, Routledge, 1996.

Séguy J. « Religion, modernité, sécularisation », Archives des Sciences Sociales des Religions, vol. n° 61/2, 1986.

Séguy J.  « Modernité religieuse, religion métaphorique et rationalité », Archives des Sciences Sociales des Religions, vol. n° 67/2, 1989.

Haut de page

Notes

1 Se reporter aux travaux de D. Hervieu-Léger (1986 et 1993) sur le caractère mouvant du paysage religieux, les phénomènes de décomposition et de recomposition du religieux, les processus de réaménagement du croire.
2 J. Séguy (1986 et 1989) utilise le terme de « métaphorisation » pour rendre compte de ce nouveau mode de fonctionnement religieux qui caractérise certains domaines profanes. La « religion métaphorique » constitue un mode d’articulation du croire dans l’univers culturel moderne.
3 A. Piette, 1993.
4 Terme proposé en 1983 par P. Bouvier. La socio-anthropologie constitue une nouvelle démarche dont la raison d’être et l’objectif sont de répondre à « la nécessité de construire une dynamique interdisciplinaire rendant compte des mutations des sociétés contemporaines ». P. Bouvier en présente les concepts et méthodes propres dans son ouvrage La socio-anthropologie, 2000.
5 P. Bouvier, 1997 p. 6.
6 L’étude du culte dont Presley fait l’objet a nécessité un séjour prolongé dans le monde des fans, une observation distanciée, « emphatique et autonome » (P. Bouvier, 2000 : 70).
7 G. Lipovetsky, 1983.
8 D. Hervieu-Léger, 1993.
9 D’aucuns, cependant, s’obstinent encore à la nier, comme en témoignent, par exemple, G.B. Giorgio (1988), certaines études sociologiques ou psycho-logiques et les travaux sur les « disbelievers » (R.S. Denisoff, 1995), ou encore des sondages récents parus dans des magazines et enfin les multiples rumeurs entretenues et diffusées par la presse à sensation et la télévision américaine (M. Hendricks, 1994).
10 Le processus de construction religieuse d’une lignée croyante, tel qu’il est proposé par D. Hervieu-Léger (1997), engage à la fois l’inscription symbolique de la permanence du groupe sur la scène sociale (à travers l’ensemble des signes rendant visible l’appartenance), la stabilisation du croire dans le temps (sous forme de croyances, pratiques, coutumes, valeurs partagées, normes de comportement), et la matérialité de la continuité du groupe (l’existence concrète de celui-ci dans la durée).
11 Cette représentation pouvait déjà exister, mais s’est trouvée indéniablement renforcée et développée.
12 Devise qui peut se traduire par « Fais bien ton travail » (avec soin et application). Le chanteur portait une bague sur laquelle figuraient ces trois lettres (barrées d’un éclair vertical, exprimant la rapidité, l’efficacité), et fit offrir le même bijou à ses proches. Ses fans, aujourd’hui, suivent cet exemple.
13 Situé à Memphis (Etats-Unis). La tombe du chanteur, devenue lieu de culte, se trouve dans le parc de cette propriété. Aux abords de celle-ci, qui se situe le long du boulevard Presley, s’élève un grand complexe comprenant magasins de souvenirs, musées consacrés à Presley, hôtels, restaurants, véritable ville dans la ville.
14 G.B. Rodman (1996) souligne combien Graceland assure la visibilité du « royaume d’Elvis », de la communauté de fans et de l’importance du culte voué au chanteur.
15 Elle a lieu tous les ans à l’occasion de l’anniversaire de la disparition du King. Les hommages, exhibitions de sosies, inaugurations de statue, de plaques commémoratives, décernements de disques d’or à titre posthume se multiplient pendant cette période de festivités, sous l’égide de l’Elvis Presley Enterprises (EPE ou Estate), société qui détient les droits d’exploitation de l’image et du nom.
16 Récit à la fois livresque, audio-visuel, oral, aux caractères étiologique et cosmogonique (l’Estate fait référence à un âge d’or, un temps primordial, période de créations, de transformations qui ont Presley pour origine et dont la narration permet de comprendre le temps présent), qui raconte la vie et la carrière du King, érigé en modèle, l’origine de la communauté des fans et son évolution. Il constitue un « véritable guide pratique des rites », pour reprendre les terme de B. Malinowski, et contient l’ensemble du savoir, de la culture du groupe, l’ « éthique elvisienne », l’ensemble des normes de comportement que chaque fan se doit d’adopter.
17 Cérémonie qui a lieu la nuit du 15 au 16 août de chaque année (date anniversaire de la disparition) et qui s’apparente à une sorte de retraite aux flambeaux. Des dizaines de milliers de fans, une bougie allumée à la main, gagnent en une lente procession la tombe du chanteur et y déposent présents, gerbes de fleurs, ex-votos divers et variés.
18 Les fans apprennent au contact des dirigeants du club et des anciens la « véritable histoire d’Elvis ». Ils bénéficient de conseils de lecture (certains ouvrages leur sont recommandés, d’autres au contraire fortement déconseillés, présentés comme diffamatoires). Ils découvrent les pratiques et attitudes à adopter, les lieux où il faut se rendre, les interdits à respecter. Cet enseignement est le plus souvent implicite et informel et prend en général la forme d’échanges verbaux, de conseils, de recommandations.
19 Sam Phillips est le directeur des studios Sun où Presley a enregistré ses premiers titres.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Segré, « La communauté des fans d’Elvis Presley », Socio-anthropologie [En ligne], 10 | 2001, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 22 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/159

Haut de page

Auteur

Gabriel Segré

Université de Paris X-Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org