Navigation – Plan du site
Dossier : Apocalypses. Imaginaires de la fin du monde

Car le temps est proche : la crise écologique et l’apocalypse sans cesse annoncée

Ernest Garcia
p. 117-131

Résumés

L’expression « il y a encore une solution mais le temps presse » se retrouve souvent dans les rapports sur la crise écologique. Il s’agit d’une affirmation rhétorique qui n’est pas scientifique, mais dont l’inclusion semble quasi obligatoire pour des raisons politiques. Celles-ci ont à voir avec l’échelle de temps pour l’action, aussi bien que les « mesures à prendre ». Il ne s’agit pourtant pas de bonnes raisons : c’est cette opinion qui est ici exposée et développée. En ce qui concerne les délais établis par les annonces d’apocalypse écologique, leur impact potentiel se voit érodé par le passage du temps, l’épuisement des délais, la répétition de l’avertissement et le fait que les réponses adéquates n’arrivent jamais. À ce sujet, je maintiens que l’obsession du calendrier de l’apocalypse est l’un des derniers vestiges du délire technocratique.

Haut de page

Texte intégral

Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite.
Apocalypse de Jean

… dans un pays où c’est justement la modération qui va mal.
Pier Paolo Pasolini, Patmos, 1969

1Pour parler de ce temps proche, les déclarations péremptoires de ce style ne manquent pas :

Nous avons un problème. Le problème est grave et, si on ne l’affronte pas rapidement et de manière décisive, ce sera catastrophique. Bien que le défi soit gigantesque et la situation déjà dramatique, il existe des solutions et le désastre pourrait encore être évité. Mais le temps presse. Il ne nous reste plus que vingt ans (Ou peut-être dix, ou trente, cela dépend des versions… Où est la différence ?).

2Cette affirmation, ou d’autres assez semblables, se retrouvent souvent dans les rapports sur la crise écologique. Ou, en tout cas, dans le résumé envoyé aux médias dans l’espoir, pour leurs auteurs, d’une diffusion massive, et d’une sensibilisation des pouvoirs politiques et économiques. On la retrouve sans grand effort dans les rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, dans l’évaluation des écosystèmes du millénaire ou dans la plupart des documents de cette nature.

  • 1 Cet article s’inscrit dans le projet Transitions à une société post-carbone : effets redistributifs (...)

3Il s’agit d’une affirmation rhétorique qui n’est pas scientifique, mais dont l’inclusion semble quasi obligatoire pour des raisons politiques. Celle-ci concerne, en effet, l’échelle de temps pour l’action, aussi bien que les « mesures à prendre ». Il ne s’agit pourtant pas de bonnes raisons ni dans un cas ni dans l’autre. C’est cette opinion qui est ici exposée et développée1.

Combien de temps nous reste-t-il ?

4Si l’on souhaite que ceux qui ont le pouvoir de décider ou d’influencer l’opinion publique réagissent à un message et fassent quelque chose, il est essentiel que le terme de l’action ne soit ni trop long ni trop court. S’il est annoncé qu’un problème sera très grave, disons d’ici quatre-vingts ans, la réponse est assurée : « D’accord, nous nous en occuperons d’ici soixante-quinze ans. » Si, par contre, on affirme que la question n’a plus de solution et qu’il est trop tard pour une réponse appropriée, la passivité est aussi assurée : pourquoi faire face à une calamité qui ne peut plus être contournée… Plutôt prier pour que finalement ce ne soit pas si grave et espérer qu’il existe une manière pas trop pénible de s’y adapter (ou, plus hypocritement, espérer que, si la douleur est inévitable, on puisse la faire retomber sur d’autres).

5Cet article vise, en premier lieu, à explorer les implications de cette ambiguïté. Non pas, évidemment, dans le but d’alimenter les campagnes négationnistes. Je n’ai aucune envie d’offrir un nouvel argument à ceux qui soutiennent, contre toute évidence, qu’il n’existe pas de conflits fondamentaux d’ajustement entre la civilisation industrielle et la nature. De fait, pour évaluer le caractère scientifique des études qui nous alertent de la gravité de la situation, la question du calendrier me semble secondaire. Il est indéniable que nombre de ces études sont scientifiques. Qui plus est, le consensus qu’elles suscitent est de plus en plus solide (Union of Concerned Scientists, 1992 ; Cook et al., 2013). L’encart 1 présente un fragment d’une déclaration récente (Barnosky et al., 2013), mais dont l’argument vient de loin (dans un sens il fait déjà partie de l’histoire selon les spécialistes du passé, qui nous disent qu’il faut une perspective d’au moins vingt-cinq ans pour pouvoir dire que quelque chose soit « historique »).

Consensus scientifique sur le maintien des systèmes de support de vie de l’humanité au xxie siècle
Points essentiels pour les décideurs (fragment)
La Terre approche rapidement d’un point de non-retour. Les impacts humains sont en train de produire des niveaux alarmants de préjudice à notre planète. En tant que scientifiques qui étudient, à travers un grand nombre d’approches, l’interaction entre les humains et le reste de la biosphère, nous sommes d’accord sur le fait que les preuves des dommages causés par l’humanité à ses systèmes écologiques de support de vie sont accablantes.
Nous sommes également d’accord sur le fait que, selon les meilleures informations scientifiques disponibles, la qualité de la vie humaine souffrira d’une dégradation substantielle d’ici l’an 2050 si nous continuons sur le même chemin.
La science révèle sans équivoque l’existence d’un ensemble préoccupant d’impacts humains :
. Dérèglement climatique : le plus important et rapide changement climatique depuis que l’espèce humaine existe en tant que telle.
. Extinctions : jamais depuis l’extinction des dinosaures un tel nombre d’espèces et de populations ne s’étaient éteintes aussi rapidement, sur terre et dans les océans.
. La perte globale de divers écosystèmes : nous avons labouré, pavé ou autrement transformé plus de 40 % des terres libres de glace de la Terre, et aucun endroit sur terre ou dans la mer n’est affranchi de nos influences directes ou indirectes.
. Pollution : les polluants environnementaux dans l’air, dans l’eau et dans la terre ont atteint des niveaux extrêmes et continuent de croître, nuisant gravement aux personnes et à la faune sous les formes les plus imprévues.
. La croissance démographique et les modes de consommation : les sept milliards d’humains vivant aujourd’hui sur la planète vont probablement devenir 9,5 milliards en 2050, et les lourdes pressions de la consommation de matériaux par les classes moyennes et les riches vont probablement s’intensifier dans une grande mesure.
Au moment où les enfants d’aujourd’hui atteindront l’âge adulte, il est plus que probable que les systèmes de soutien de la Terre, essentiels pour la prospérité et l’existence humaine, seront irrémédiablement altérés par l’ampleur, la portée mondiale et la combinaison de ces facteurs de stress environnemental causés par les humains, à moins que nous ne prenions des mesures concrètes et immédiates afin d’assurer un avenir durable et de qualité.

6Le consensus n’est pas une preuve, bien sûr, mais il n’empêche que les informations accumulées dans ce domaine sont de plus en plus abondantes, cohérentes et précises, autant en ce qui concerne la définition que la mesure. Parfois, le moins scientifique dans les documents de référence n’est autre que cette affirmation : « Le problème peut encore être abordé, mais il reste peu de temps. »

7Par ailleurs, en insistant sur le fait que l’affirmation habituelle sur les solutions et les échéances est politique et non scientifique, je ne prétends pas la disqualifier, puisque je considère que la politique est très importante. De fait, dans le domaine qui nous occupe, elle est essentielle. Mais alors : pourquoi s’arrêter sur une formule rhétorique qui ne semble pas facile à remplacer et qui, en plus, correspond à une dimension indispensable ? Les éléments de réponse à cette question proposés ici s’articulent autour d’une idée de base : la politique est très importante, mais demander à ceux qui ont créé le problème et qui en profitent de contribuer à sa solution, en leur suggérant en outre de compter sur nous parce que nous (les spécialistes de l’environnement), nous savons ce qu’il faut faire, c’est une mauvaise politique.

L’avenir a un inconvénient : il arrive

8Comme nous disions plus haut, l’expression « il y a encore une solution, mais le temps presse » veut promouvoir l’action. Et cela paraît sensé, puisque l’incertitude concernant le calendrier d’un processus (tout comme l’éloignement dans le temps de ses échéances décisives) est l’un des facteurs qui réduisent l’importance attribuée à ses effets présents et, par conséquent, inhibent les réponses sur le plan pratique. Les temps de la réflexion sont beaucoup plus longs que ceux du comportement, et il existe de bonnes raisons évolutives pour qu’il en soit ainsi : imaginer l’avenir ouvre des chemins possibles et, dans une certaine mesure, il s’agit d’une activité libératrice ; la survie, en revanche, est une tâche quotidienne. L’incorporation des mécanismes d’évaluation du futur à l’analyse des conflits sociaux n’est pas nouvelle (Hannon, 1987). Un cadre de temps approprié pour ne pas induire la passivité est un élément important de toute proposition de politique environnementale. Et apparemment, pour ne pas inciter à la passivité, un cadre temporel se doit d’établir des délais qui soient à la fois précis et pressants (mais pas au point de suggérer l’impossibilité d’agir).

9Cependant, en ce qui concerne les délais établis par les annonces d’apocalypse écologique, leur impact potentiel se voit érodé par le passage du temps, l’épuisement des délais, la répétition de l’avertissement et le fait que les réponses adéquates n’arrivent jamais. C’est comme si l’on disait à un débiteur qu’il a dix ans pour payer sa dette, mais que passé ce délai, on lui disait qu’il en a encore dix autres, et ainsi de suite. Il semble difficile, dans ces conditions, d’éviter qu’il en arrive à la conclusion qu’il ne devra jamais payer…

10L’écologisme s’est efforcé, dans un premier temps, de décrire les nuages qui se formaient à l’horizon de la civilisation industrielle, en préconisant un changement de cap basé sur la conscience de « l’à venir » et la sobriété volontaire. Le message, il est vrai, a été entendu ici et là, et a pris racine dans de nombreux points de la planète ; mais, fondamentalement, la réponse à cet avertissement a été : « Limites ? Qui a dit limites ? » Il a ensuite entraîné une négociation sur différents plans, trouvant une place dans les processus de gestion et d’administration, s’efforçant d’élargir l’espace « éco » sur le territoire prétendument conciliable du développement et de la durabilité. Là encore, les traces de cette présence sont visibles un peu partout. Visibles et faibles, car la réponse fuse : « D’accord, vous pouvez occuper ce coin-là, mais ne dérangez pas trop. » À partir de ces « coins », conquis ou concédés, ont été lancées un grand nombre de règles et de réalisations qui, opportunistes ou intentionnées, se sont révélées en tout cas insuffisantes. Et entre temps, le futur est arrivé. Le loup qui n’arrivait jamais est entré dans la bergerie.

11Un seul exemple. Le premier rapport au Club de Rome sur les limites de la croissance (Meadows et al., 1972) lança un avertissement qui disait, en résumé : si vous ne mettez pas un frein à la croissance de la population et du capital, la civilisation industrielle surpassera en quelques décennies les limites de la planète, entrant ainsi dans un état de dépassement (overshoot), qui se manifestera sous forme de pénurie alimentaire, d’épuisement des ressources naturelles ou de pollution excessive. L’un de ces trois problèmes, ou une combinaison de ceux-ci, supposera une régression du système, jusqu’à ce que celui-ci revienne à nouveau dans les limites de la planète, en dessous de sa capacité de charge. Ou, en d’autres termes : un état de dépassement est, par définition, non durable (pour employer ce mot que l’utilisation arbitraire et abusive menace de rendre totalement inutile) (Catton, 2009). Et un état non durable est nécessairement transitoire, condamné à une phase de décroissance économique et démographique. Si le système, dans la phase de dépassement, continue à se comporter selon les critères de l’étape précédente d’expansion (concurrence, grande taille, accélération, mondialisation) et, surtout, si les puissants du monde tentent de prolonger cette dynamique par des mesures économiques et politiques, des technologies plus puissantes et agressives, des formes d’inégalité socio-économique extrêmes et des dispositifs de contrôle plus autoritaires, alors la décroissance se produira sous forme d’effondrement (Tainter, 1995 ; Van der Leeuw et al., 2011), c’est-à-dire de simplification soudaine et radicale (éventuellement, désorganisation totale du système social et recul brutal de la civilisation). En théorie, cependant, il est possible de concevoir une dynamique de décroissance qui évite l’effondrement, qui se produise de manière progressive et ordonnée, avec un niveau acceptable de bien-être matériel (c’est la théorie que s’efforcent de promouvoir les mouvements sociaux d’objection de croissance, de transition vers une société post-carbone et autres).

  • 2 L’empreinte écologique mondiale est recalculée chaque année. Selon les données publiées en 2004, in (...)

12La dernière révision, à ce jour, du rapport sur les limites de la croissance (Meadows et al., 2012) fut publiée en 2004. On remarque deux évolutions notables par rapport à la version originale, publiée trente ans plus tôt. En premier lieu, le fait que les dernières décennies du xxe siècle ont confirmé avec une approximation remarquable les projections du « scénario tendanciel simple ». Ou mieux : si l’on tient compte des difficultés inhérentes à tout exercice de prévision, ce qui surprend aujourd’hui du premier rapport au Club de Rome, ce ne sont pas ses inexactitudes, mais sa capacité de prévision (Randers, 2010 ; Turner, 2012). En second lieu, l’affirmation selon laquelle l’entrée dans un état d’« overshoot », estimé aux alentours de la deuxième décennie du xxie siècle dans le rapport initial, devait avoir lieu bien plus tôt que prévu : vers le milieu des années 1980, lorsque l’empreinte écologique de l’humanité a dépassé la capacité productive de la planète. La Terre, en quasi-totalité ou à moitié, est devenue une Terre pleine2.

13L’histoire module les prévisions, mais elle ne les rend pas plus précises. En 1972, l’appel consistait à éviter le dépassement. Et la date préférée pour les échéances était alors l’an 2000 (Barney, 1982). En 2012, l’appel à l’action vise à éviter l’effondrement. Et la date de référence est souvent 2050 (Randers, 2012 ; Barnosky, 2013). La rhétorique aime les chiffres ronds.

14Personne ne sait ni ne peut savoir si le début du dépassement a eu lieu en 1970, en 1984, hier, ou s’il est pour demain. Personne ne sait ni ne peut savoir s’il nous reste encore vingt ans pour tenter d’éviter l’effondrement ou si tous les délais sont déjà dépassés. En fait, c’est du pareil au même. Les meilleures informations disponibles nous disent que, vers le milieu du xxe siècle, la civilisation industrielle est entrée à toute vitesse dans une trajectoire mortelle ; et qu’elle a atteint un point où aucun miracle, ni technique ni politique, ne pourra prolonger son chemin. Le changement de direction ne requiert pas des jalons, mais des critères. Décélérer, démondialiser, désagrandir, démocratiser, relocaliser, coopérer… Peu importe qu’il s’agisse de prévention ou d’atténuation, peu importe si l’objectif est de naviguer dans l’océan de l’« overshoot » ou de rester sur ses rives, peu importe s’il s’agit de pratiquer une décroissance conviviale ou seulement de minimiser les impacts de l’effondrement. L’obsession du calendrier de l’apocalypse est l’un des derniers vestiges du délire technocratique, de la vaine illusion d’être encore « aux commandes ».

Oui, nous pouvons…

15Le mouvement écologiste se perçoit lui-même comme une avant-garde, une minorité porteuse d’une connaissance particulière, d’une nouvelle science à appliquer pour « sauver la planète ». Les caractéristiques de cette connaissance qui se prétend véritablement universelle ne sont pas codifiées, mais certains traits sont caractéristiques : elle se donne comme théorie des systèmes, holistique et ouverte à la complexité plutôt qu’analytique et positiviste, participative et antitechnocratique, écocentrique et non anthropocentrique (et dans certaines versions, aussi, écoféministe et non androcentrique). La mission du mouvement, dès lors, est de convaincre toute la société de la nécessité du maintien de l’activité humaine dans les limites de la planète, grâce à un processus d’apprentissage collectif. Une enquête menée par Martínez Iglesias (Martínez Iglesias, 2012) a montré très clairement cette remarquable auto-conscience du mouvement écologiste en Espagne, mais je crois que ses conclusions sont aussi applicables à beaucoup d’autres pays.

16La double conviction que la crise écologique est un problème qui a une solution et que cette solution passe par l’intégration de la science et de la conscience collective est présente dans de nombreuses expressions du mouvement écologiste. À titre d’exemple, je citerai deux fragments d’un article récent dans lequel deux vétérans de la fraction académique de l’écologisme se demandent explicitement s’il est possible d’éviter l’effondrement de la civilisation mondiale (Ehrlich et Ehrlich, 2013).

17Le premier préconise une alliance entre la science et les citoyens afin d’engendrer une conscience suffisamment orientée vers l’avenir :

La pression nécessaire peut être exercée par un mouvement populaire basé sur le milieu universitaire et sur la société civile pour contribuer à guider l’humanité vers l’élaboration d’une nouvelle intelligence multiple, une « intelligence prospective » capable d’offrir l’analyse et la planification à long terme que les marchés ne peuvent pas fournir.

18Le deuxième fragment affirme que le dénouement heureux est possible :

Croyons-nous que la société globale peut éviter un effondrement au cours de ce siècle ? La réponse est oui, car la société moderne a fait preuve d’une certaine capacité à faire face aux menaces à long terme, du moins lorsque celles-ci sont évidentes ou sont rappelées en permanence (pensez aux risques de conflit nucléaire). L’humanité possède les atouts nécessaires pour ce travail, mais les chances d’éviter l’effondrement semblent réduites, car les risques ne sont pas évidents pour la plupart des gens et les signes classiques de l’effondrement imminent, en particulier les rendements décroissants de la complexité, sont partout.

19En écrivant ces phrases, les Ehrlich reformulent des arguments qui ont fait partie du message écologiste depuis ses débuts (de même qu’ils ont accompagné, probablement, tous les mouvements modernes de réforme ou de transformation sociale).

20Les visions de l’avenir alimentées par les études de prospective et par la théorie des systèmes sont toujours allées de pair avec l’affirmation selon laquelle la pédagogie de la catastrophe peut être remplacée par un « apprentissage anticipatoire » (Botkin et al., 1979). Ou, autrement dit : les êtres humains ne sont pas réduits à s’adapter a posteriori aux altérations de leur environnement, puisque grâce à leur culture ils peuvent anticiper les états futurs des systèmes socio-écologiques et y introduire les ajustements nécessaires. Non seulement ils peuvent connaître l’avenir, comme Cassandre, mais aussi, contrairement à celle-ci, le soumettre à leur volonté.

21Soit, mais éviter l’effondrement, est-ce possible ? Si celui-ci n’est pas déterminé par les lois de la nature, son évitement devrait être socialement et culturellement possible. Car c’est la liberté qui caractérise les dynamiques sociales. N’est utopique que ce qui va à l’encontre de la nécessité naturelle, disait Marcuse (Marcuse, 1968).

  • 3 Il est intéressant de constater la réapparition, dans le contexte du débat sur la crise écologique, (...)

22Et peut-on dire que l’effondrement dû au dépassement soit déterminé par la nature ? Les réponses « pessimistes » à cette question le prétendent. Elles supposent que la décroissance est énergétiquement déterminée : la réduction de l’énergie disponible par habitant implique une réduction proportionnelle de la population, de l’organisation et des activités (Price, 1995 ; Duncan, 2001)3. Et le mécanisme biologique de la sélection naturelle impose que la rareté et la simplification se manifestent sous forme de conflits, de désordre, de décomposition et de chaos social (Morrison, 1999), et la décroissance ne peut se produire que sous forme d’effondrement.

23Les variantes « optimistes » soutiennent, au contraire, que la décroissance ne doit pas nécessairement prendre la forme d’un effondrement catastrophique. Il existe différentes versions de ce point de vue. Certaines reposent sur une formulation particulière des lois de la nature, par exemple l’hypothèse de la dynamique cyclique des systèmes vivants mentionnée par Howard Odum (Odum et Odum, 2001). D’autres invoquent directement l’autonomie de l’action sociale (Latouche, 2006). Toutes expriment, d’une manière ou d’une autre, une croyance basée sur les facultés extraordinaires de la conscience humaine.

Le moment critique de l’humanité et la possibilité de choisir, selon Edward Wilson
« L’humanité a créé un problème de dimensions planétaires. Personne ne le voulait, mais nous sommes la première espèce qui s’est transformée en une force géophysique, en altérant le climat de la Terre, un rôle qui était préalablement réservé à la tectonique, aux flambées solaires et aux cycles glaciaires. Nous sommes, de même, les plus grands destructeurs de vie depuis la météorite de dix kilomètres de diamètre qui est tombée près du Yucatan et qui a mis fin à l’ère des reptiles il y a soixante-cinq millions d’années. À travers la surpopulation nous nous sommes mis en danger de rester sans aliment et sans eau. De sorte que sur nous plane un choix très faustien : ou bien accepter notre comportement corrosif et risqué comme le prix inévitable de la croissance démographique et économique, ou bien évaluer notre situation et chercher une nouvelle éthique environnementale. »
(Wilson, 1999, p. 303-304, souligné par Ernest Garcia).

  • 4 Une considération similaire pourrait être faite à l’égard du texte des Ehrlich. Paul Ehrlich a été (...)

24Je cite souvent un extrait du biologiste Wilson pour souligner les racines de l’optimisme anthropologique (fragment reproduit dans l’encart 2). Ce qui m’intéresse dans ce texte ce n’est pas tant sa description vive et précise de l’état du monde, mais l’affirmation selon laquelle nous pouvons choisir. C’est important, à mon sens, car Wilson, considéré comme étant le père de la sociobiologie, et souvent critiqué pour son inclination au réductionnisme biologiste, révèle dans ce texte une foi profonde dans le caractère exceptionnel de la dimension culturelle4.

 

25Tout ce débat sur la liberté et la nécessité peut sembler trop métaphysique. Ceux qui le voient ainsi peuvent aborder la question en suivant le fil de ce qui s’affirme actuellement comme la plus courante de ses versions empiriques : l’examen des effondrements et des réussites des sociétés du passé (Diamond, 2005 ; McAnany et Yoffee, 2010 ; Kirch, 2002). Les données historiques et/ou archéologiques nous permettent de penser que, face à des contraintes environnementales sévères, certaines sociétés se sont décomposées et ont décliné de manière catastrophique, alors que d’autres ont réussi à subsister. Si les habitants de Pâques ont dégénéré jusqu’au bord de l’extinction, tandis que ceux de Tikopia, dans des conditions environnementales similaires, ont maintenu un certain niveau de sophistication culturelle, il devrait être possible d’éviter l’effondrement. Peut-être ! Mais il est bien difficile de savoir…

… et, en plus, nous savons ce qu’il faut faire

26La solution, c’est la relocalisation ! La solution, c’est l’énergie solaire ! La solution, c’est une économie coopérative ! La solution, c’est le contrôle démographique ! La solution, c’est une technologie conviviale ! La solution c’est de consommer moins ! La solution, c’est tout ça en même temps ! Chaque jour, une initiative dans l’un de ces domaines rencontre un certain succès. Cela justifie l’affirmation qui nous dit que c’est possible (celle-ci serait même triviale, n’était-ce l’énorme effort que suppose le fait de ramer toujours à contre-courant !).

27Autre chose est de considérer l’une de ces initiatives, ou une combinaison de plusieurs d’entre elles, comme la solution. Arrivé à ce stade, le terrain devient encore plus glissant. Décider des critères compatibles avec l’objectif à atteindre serait même simple d’un certain point de vue. Nous savons que différentes civilisations et cultures du passé ont fait face à des contraintes environnementales sévères. Nous savons aussi que certaines d’entre elles n’ont pas trouvé à temps la réponse appropriée et se sont effondrées. S’agissant de cultures locales, les trajectoires de la civilisation, interrompue ici et là, se sont poursuivies ailleurs. Nous savons aussi que la problématique de l’humanité actuelle n’est pas neuve parce qu’elle est écologique – car il existe de nombreux précédents. Elle est neuve parce que, pour la première fois, c’est une civilisation mondiale qui atteint les limites physiques de son monde. Et elle est neuve, aussi, parce que la transition vers la non-durabilité s’est produite dans un temps très court (à peine quelques décennies). Ce qui est nouveau, donc, c’est qu’il s’agit d’une crise d’accélération et de mondialisation. Et, par conséquent, une certaine dose de décélération et de « démondialisation » doit faire partie du retour à une échelle physique compatible avec la capacité de charge de la Terre, que le retour prenne la forme d’une décroissance consciente et conviviale ou bien qu’il soit le résultat involontaire d’une catastrophe.

28Toutefois, le fait de signaler les critères qui seront présents sur le chemin inévitable du retour à la durabilité ne garantit pas que l’application volontaire et organisée de ces critères permette d’éviter l’effondrement. Ce doute ne trouvera pas de réponse, au moins pour les deux raisons suivantes :

1) Nous ne savons pas si le dépassement est un problème (qui, par conséquent, doit avoir une solution qui est à découvrir) ou s’il s’agit plutôt d’un dilemme formulé par un sphinx (une croisée des chemins avec l’incertitude radicale du changement social). J’ai plutôt tendance à choisir cette seconde possibilité, mais je ne suis pas devin et personne ne l’est sans doute.

2) D’autre part, l’application pratique des « critères de la transition vers la durabilité » suscite des effets contradictoires et ne peut se faire que par essais et erreurs. Pour les sciences sociales, la notion de communauté est associée à une plus grande cohésion sociale, mais aussi à plus d’uniformité, de contrôle et de restrictions de la liberté individuelle. Nous savons aussi que la décentralisation ne produit ni une amélioration généralisée ni son contraire, mais plutôt la diversité : ce qui est petit peut être beau, mais aussi fragile (la viabilité dans le temps semble associée à des valeurs intermédiaires, ni trop hautes ni trop basses, des variables fondamentales). La relocalisation peut favoriser l’élimination des excès superflus, mais aussi entraîner la rareté provisoire de ressources de base. L’état stationnaire favorise l’équilibre, mais il renvoie aussi aux « phases froides » des sociétés humaines. Etc., etc. Par conséquent, quiconque dit : « J’ai un plan pour éviter l’effondrement » promet plus qu’il ne peut offrir. Il est préférable de libérer les tentatives éventuelles des contraintes de l’obligation de faire partie d’un plan d’ensemble détaillé et d’un calendrier établi à l’avance. Autrement dit, il vaut mieux les affranchir de tout cadrage politique.

  • 5 Gras A. (2007), « El mundo encendido y la metafilosofía del progreso », Arxius de Ciències Socials, (...)

29La prétention de tracer des visions détaillées de l’avenir semble vouée à l’échec dans un déploiement d’oppositions stériles. Toutes ces propositions ont, en effet, en commun une illusion : l’évolutionnisme social. Sous l’affirmation : « Nous connaissons la solution et nous avons encore vingt ans pour l’appliquer » se cache l’un des derniers refuges du rêve de connaissance et de maîtrise du changement social. Et, comme l’écrit Alain Gras (Gras, 2007), ne fût-ce que pour être capables de penser sans liens, nous devons abandonner ce refuge : « L’essentiel est de se libérer de la métaphilosophie du progrès, de s’évader de cette prison imaginaire dans laquelle les idées reçues de l’évolutionnisme nous ont enfermés. Le chemin de l’avenir est ouvert non par l’innovation en ligne droite, mais par la rupture, qui brise le temps du devenir et nous redonne notre liberté5. »

Austérité et décroissance, sans échéances et sans plans

30En réalité, non seulement la soumission aux plans et aux délais est confrontée à des difficultés techniques insurmontables, mais encore l’action est soumise au « réalisme politique » , ce qui en pleine récession mène trop facilement à la passivité.

31Vue de mon pays, la perspective est singulière. Depuis le début de la crise économique actuelle, en 2008, les peuples d’Espagne souffrent des effets d’une combinaison perverse de capitalisme et de décroissance. Certes, les militants du mouvement de l’objection de croissance nous disent : « Leur récession n’est pas notre décroissance. » Mais les faits sont là. Au cours des dernières années, nous avons vu diminuer le PIB, la population, la consommation intérieure et l’émission de gaz à effet de serre (paramètres essentiels de la décroissance). Et, en même temps, une dérégulation extrême fait place à un capitalisme sauvage avec d’inquiétantes composantes de corruption et de pillage. Nous assistons à la preuve empirique que le capitalisme et la décroissance sont compatibles. Et, de plus, nous constatons que ce couple est pervers.

32Personne ne peut savoir si nous assistons aux premiers épisodes de l’effondrement. Cela pourrait bien être le cas, et personne ne peut le nier. Pourtant, de manière dramatique, la conscience critique est l’une des premières victimes de la récession. Comme dans d’autres périodes de crise économique, le consensus productiviste se confirme et se durcit, et la question environnementale disparaît de la politique, de l’économie et de l’opinion publique. Actuellement, rien ne révèle mieux ce consensus productiviste que l’omniprésent schéma idéologique selon lequel la croissance est bonne et souhaitable, alors que l’austérité est mauvaise (et inévitable, même si elle n’est que temporaire, d’après les gouvernements ; ou résulte d’une volonté politique, pour l’opposition).

33Il est devenu presque impossible d’affirmer publiquement une évidence, en tout cas aux yeux de toute personne informée de la surcharge imposée aux écosystèmes :

1) qu’une certaine composante d’austérité (entendue comme le fait de renoncer à ce qui est superflu pour conserver ce qui est nécessaire) sera indispensable pour revenir à des paramètres d’empreinte écologique compatibles avec la capacité de régénération de la Terre ;

2) que le retour à la croissance n’est pas impossible, mais pour des laps de temps de plus en plus courts, déséquilibrés et turbulents, sachant qu’elle sera en tout cas de moins en moins souhaitable parce que ses contributions au bien-être vont se réduire, alors que ses coûts sociaux et environnementaux vont augmenter (Garcia, 2013). Le concept d’austérité est séquestré et perverti par ceux qui le réduisent (comme c’est le cas actuellement en Espagne) à un grand nombre de mesures de démolition des droits sociaux, appliquées par un gouvernement de voleurs. Il faudrait arracher ce concept des griffes de ses ravisseurs, car une refonte socialement constructive et favorable de l’austérité est l’un des éléments importants de toute proposition de transition vers la durabilité, pour faire en sorte que cette transition ne soit pas effondrement.

34En résumé : dans le domaine de la connaissance, il faudra peut-être attendre l’an 2050 pour savoir si la décroissance se produit d’une manière ordonnée ou chaotique, douce ou ardue, relativement bénigne ou extrêmement douloureuse. Cependant, dans le domaine des pratiques sociales, il ne semble pas très sensé d’attendre jusque-là.

 

35Jean l’a dit : « Le temps est venu de détruire ceux qui détruisent la terre. »

Haut de page

Bibliographie

Barney G. O. (dir.) (1982), El mundo en el año 2000, Madrid, Tecnos.

Barnosky A. D. et al. (2013), Scientific Consensus on Maintaining Humanity’s Life Support Systems in the 21st Century (http://mahb.stanford.edu/consensus-statement-from-global-scientists/, consulté le 5 juin 2013).

Botkin J. W., Elmandjra M., Malitza M. (1979), Aprender, horizonte sin límites. Informe al Club de Roma, Madrid, Santillana.

Catton W. R. (2009), Bottleneck: Humanity’s Impending Impasse, Dartford, Xlibris.

Cook J. et al. (2013), « Quantifying the consensus on anthropogenic global warming in the scientific literature », Environmental Research Letters, 8.

Diamond J. (2005), Collapse: How Societies Choose to Fail or Survive, Londres, Allen Lane.

Duncan R. C. (2001), « World energy production, population growth, and the road to the Olduvai Gorge », Population and Environment, 22/5.

Ehrlich P. R., Ehrlich A. H. (2013), « Can a collapse of global civilization be avoided? », Proceedings of the Royal Society B (http://dx.doi.org/10.1098/rspb.2012.2845).

Garcia E. (2013), « Austeritat, decreixement, benestar », L’Espill, 43.

Gras A. (2007), « El mundo encendido y la metafilosofía del progreso », Arxius de Ciències Socials, 16.

Hannon B. (1987), « The discounting of concern: A basis for the study of conflict », dans Pillet G., Murota T. (dir.), Environmental Economics: the Analysis of a Major Interface, Genève, Leimgruber.

Kirch P. V. (2002), On the Road of the Winds: An Archæological History of the Pacific Islands before European Contact, Berkeley, University of California Press.

Latouche S. (2006), Le pari de la décroissance, Paris, Fayard.

Malthus T. R. (2001 [1798]), Essai sur le principe de population, édition électronique réalisée à partir de la version publiée par les Éditions Gonthier, 1963 (http://classiques.uqac.ca/classiques/maltus_thomas_robert/essais_population/principe_de_population.pdf).

Marcuse H. (1968), La fin de l’utopie, Paris, Seuil.

Martínez Iglesias M. (2012), « Ciencia, participación social y sostenibilidad en una época de decrecimiento », séminaire Sociología y sostenibilidad : perspectivas emergentes, université internationale Menéndez Pelayo, Valence (Espagne), 22-24 octobre (enregistrement vidéo non publié).

McAnany P. A., Yoffee N. (dir.) (2010), Questioning Collapse: Human Resilience, Ecological Vulnerability, and the Aftermath of Empire, New York, Cambridge University Press.

Meadows D. H., Meadows D. L., Randers J., Behrens W. H. (1972), Halte à la croissance ? Enquête sur le Club de Rome suivi de Rapport sur les limites à la croissance, Paris, Fayard.

Meadows D., Meadows D., Randers J. (2012), Les limites à la croissance : dans un monde fini. Le rapport Meadows, 30 ans après, Paris, Rue de l’échiquier.

Morrison R. (1999), The Spirit in the Gene: Humanity’s Proud Illusion and the Laws of Nature, Ithaca, Cornell University Press.

Odum H. T., Odum E. C. (2001), A Prosperous Way Down: Principles and Policies, Boulder, University Press of Colorado.

Price D. (1995), « Energy and human evolution », Population and Environment, 16/4.

Randers J. (2010), What was the Message of the Limits to Growth? What did this Little Book from 1972 really Say about the Global Future?, Winterthur, Club de Rome.

Randers J. (2012), 2052: A Global Forecast for the Next Forty Years, White River Junction, Chelsea Green.

Tainter J. (1995), The Collapse of Complex Societies, Cambridge, Cambridge University Press.

Turner G. M. (2012), « On the cusp of global collapse? Updated comparison of the Limits to Growth with historical data », GAIA, 21/2.

Union of Concerned Scientists (1992), World Scientists’ Warning to Humanity: Scientist Statement (http://www.ucsusa.org/about/1992-world-scientists.html, consulté le 6 juin 2013).

Van der Leeuw S. et al. (2011), « Toward an integrated history to guide the future », Ecology and Society, 16/4 (http://dx.doi.org/10.5751/ES-04341-160402).

White L. A. (1943), « Energy and the evolution of culture », American Anthropologist, 45/3.

Wilson E. O. (1999), Consilience: the Unity of Knowledge, New York, Vintage Books.

WWF (2012), Living Planet Report 2012, Gland, WWF International.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’inscrit dans le projet Transitions à une société post-carbone : effets redistributifs et vie quotidienne dans un contexte d’énergies non fossiles et changement climatique, qui fait partie (CSO2011-24275) du sous-programme des projets de recherche fondamentale non orientée du plan espagnol de R&D, ministère de la Science et l’Innovation.

2 L’empreinte écologique mondiale est recalculée chaque année. Selon les données publiées en 2004, incluses dans la mise à jour du rapport Meadows, l’empreinte écologique avait égalé la biocapacité dès 1984. Cette date pouvait donc être considérée comme la date d’entrée de la civilisation industrielle dans un état de dépassement. La dernière estimation publiée (WWF, 2012) établit cette date au début des années 1970. Ce résultat suscite une certaine perplexité, car si nous l’acceptons avec toutes ses implications, cela voudrait dire que lorsque l’avertissement de l’écologisme a commencé à être audible, il y a plus ou moins quarante ans, il était déjà trop tard pour repenser et convertir en durable tout projet de développement. À mon sens, il s’agit d’un exemple de plus du risque que l’on prend à vouloir fixer des dates et des échéances à des processus tellement indéterministes et soumis à tant d’incertitudes que ceux relatifs au lien entre société et nature.

3 Il est intéressant de constater la réapparition, dans le contexte du débat sur la crise écologique, de ce principe classique de la socio-anthropologie évolutionniste. Leslie A. White a formulé ainsi ce qui, à son sens, devrait être accepté comme la première loi du développement culturel : Toutes choses étant égales par ailleurs, le degré de développement culturel est fonction de la quantité d’énergie exploitée par habitant et par an (White L. A. 1943, p. 338). Il convient de noter, cependant, que, comme la plupart des évolutionnistes sociaux des xixe et xxe siècles, White avait beaucoup plus confiance que la majorité des écologistes dans la possibilité d’augmenter, grâce à la technologie, la productivité par unité d’énergie dissipée.

4 Une considération similaire pourrait être faite à l’égard du texte des Ehrlich. Paul Ehrlich a été souvent critiqué pour son prétendu biologicisme et son déterminisme néomalthusien. Cependant, le texte cité est une claire déclaration de confiance dans la culture et dans l’apprentissage collectif et conscient. Un élément, soit dit en passant, auquel Malthus lui-même n’était pas étranger : dans le dernier chapitre de son célèbre traité sur la population, l’espoir dans la prévalence de la morale et dans les effets bénéfiques de l’éducation était lié à sa critique féroce de l’égalitarisme socio-économique : « En observant la société dans les périodes antérieures et en la comparant à son état présent, je puis dire avec certitude que les maux résultant du principe de population ont plutôt diminué qu’augmenté, malgré l’ignorance totale où l’on était resté quant à la cause de ce changement. Si nous nous laissons aller à l’espérance que cette ignorance sera graduellement dissipée, il n’est pas déraisonnable de s’attendre à voir ces maux diminuer eux aussi à l’avenir » (Malthus, 2001). L’exceptionnalisme humain ne devrait pas être entendu comme une foi exclusive du progressisme, mais plutôt comme une caractéristique générale de la modernité.

5 Gras A. (2007), « El mundo encendido y la metafilosofía del progreso », Arxius de Ciències Socials, 16, p. 37-43.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ernest Garcia, « Car le temps est proche : la crise écologique et l’apocalypse sans cesse annoncée », Socio-anthropologie, 28 | 2013, 117-131.

Référence électronique

Ernest Garcia, « Car le temps est proche : la crise écologique et l’apocalypse sans cesse annoncée », Socio-anthropologie [En ligne], 28 | 2013, mis en ligne le 23 septembre 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1597 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.1597

Haut de page

Auteur

Ernest Garcia

Ernest Garcia est professeur de sociologie. Il a été directeur du département de Sociologie et anthropologie sociale de l’université de Valence (Espagne), où il enseigne depuis 1971, ainsi que doyen de la faculté des sciences sociales. Il mène des recherches dans les domaines du changement social et de la sociologie écologique et s’occupe actuellement d’un projet sur les transitions vers les sociétés post-carbone. Il a publié plusieurs livres, parmi lesquels Medio ambiente y sociedad: la civilización industrial y los límites del planeta (2004) et El trampolí fáustic: ciència, mite i poder en el desenvolupament sostenible (1995), ainsi que près de deux cents articles spécialisés, dont quelques-uns des plus récents sont « Austeritat, decreixement, benestar » (2013), « Degrowth, the past, the future, and the human nature » (2012) et « La décroissance : le changement social au-delà des limites de la planète » (2011).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org