Navigation – Plan du site
Recensions

Laurent Olivier, Nos ancêtres les Germains. Les archéologues au service du nazisme

Paris, Tallandier, 2012
Sophie Poirot-Delpech
p. 165-168
Référence(s) :

Laurent Olivier, Nos ancêtres les Germains. Les archéologues au service du nazisme, Paris, Tallandier, 2012.

Texte intégral

  • 1 Olivier L. (2008), Le sombre abîme du temps. Mémoire et archéologie, Paris, Seuil.

1Dans Le sombre abîme du temps1, Laurent Olivier, archéologue et conservateur du département d’archéologie celtique et gauloise à Saint-Germain-en-Laye, déployait une vision de l’archéologie comme science du temps façonnée par le présent, dans laquelle il proposait de considérer le vestige comme un objet mémoire. L’objet mémoire, pour lui, est moins le témoin d’un moment du passé qu’un objet « entièrement du présent » qui, tel un palimpseste, est fait d’une hétérogénéité de durées par lesquels il est passé et qui le constituent. Son dernier ouvrage, Nos ancêtres les Germains. Les archéologues au service du nazisme, semble, lui, se donner un objet essentiellement d’historien : une enquête fouillée sur l’implication des archéologues dans le nazisme en Allemagne, mais aussi en France. Nous verrons cependant que ce livre prolonge la réflexion amorcée dans le précédent, en inscrivant son propos dans une archéologie du présent.

  • 2 Déclaration des préhistoriens de l’Allemagne de l’Ouest et du Sud lors du congrès de Regensburg le (...)

2Un chiffre, assourdissant, souligne le propos : près de 90 % des archéologues du IIIe Reich ont été membres du NSDAP. Au soubassement de ce phénomène, une « préhistoire » de l’archéologie nazie avec la figure de Gustave Kossinna (1858-1931), promoteur d’une archéologie du peuplement, dite aussi « préhistoire allemande ». C’est sur ce terreau, non seulement idéologique mais théorique et méthodologique, que l’archéologie sous le IIIe Reich connaît, au plus près du pouvoir politique, un formidable essor, multipliant les fouilles, les chaires et les thèses de doctorat. Pour les nazis, en effet, elle est une « science politique » et une pièce essentielle d’un dispositif qui, l’alliant à l’histoire, la philologie, la linguistique mais aussi la biologie, vise à établir des faits susceptibles de prouver, le plus loin possible dans le temps et sur un territoire le plus étendu possible, non seulement l’existence mais la supériorité d’une race germanique. Cette montée en puissance s’interrompt en 1945. L’histoire pourtant ne s’arrête pas là. L’après-guerre est l’occasion d’un « oubli programmé » par la communauté des archéologues qui, en stigmatisant quelques hauts responsables et en renonçant collectivement aux interprétations tendancieuses2 et à l’idéologie raciale, « sauvent » non seulement l’immense majorité des archéologues impliqués ou recrutés dans le projet national-socialiste, mais aussi les résultats et la conduite des chantiers, soit l’approche mise en place et développée tout au long du IIIe Reich. Le renoncement au pangermanisme laisse accroire qu’il est possible de démêler dans toute cette recherche le bon grain des « faits scientifiques », recueillis pendant le IIIe Reich, de leur interprétation tendancieuse. C’est précisément cette dissociation entre fait et interprétation qui fait de l’archéologie une science anhypothétique et qui est pour Olivier problématique. à cet oubli programmé succède, à partir des années 1970, une mise en lumière progressive de la réelle implication des archéologues allemands dans le nazisme ; mais ce n’est qu’à partir de 1990 que des démarches venant essentiellement d’historiens, et sur lesquelles l’ouvrage s’appuie, étudient rigoureusement ce phénomène en évaluant sa portée.

  • 3 Hartog F., Revel J. (éd.) (2001), Les usages politiques du passé, Paris, éditions de l’EHESS.

3La grande entreprise de légitimation des visées expansionnistes du troisième Reich à travers le recueil des faits du passé s’est étendue bien au-delà des frontières du Rhin et même des territoires annexés. Car retrouver des traces de l’occupation germanique les plus anciennes possibles, non seulement en Alsace et en Lorraine annexées mais au-delà, en Bourgogne ou même en Bretagne, est essentiel pour légitimer l’expansion allemande. C’est dans ce contexte que se sont tissés des liens entre archéologues allemands et français. Ces derniers sont en effet bien moins outillés et organisés que leurs collègues d’outre-Rhin. L’archéologie en France est « encore » essentiellement le fait d’amateurs disséminés sur des chantiers locaux. Ce ne sont donc pas les qualités scientifiques des archéologues français qui poussent les Allemands à nouer avec eux des « collaborations », mais leur connaissance du terrain. La plupart vont se prêter à ce travail en commun par opportunisme, voyant là, comme d’ailleurs beaucoup de leurs collègues allemands, l’occasion d’obtenir prestige et moyens. Beaucoup plus rares furent ceux qui, comme J.-J. Thomas et un régionaliste bourguignon proche de Gaston Roupnel, adhérèrent en profondeur à l’idéologie nazie et à ses thèses raciales. D’autres enfin, proches de mouvements indépendantistes régionaux identitaires, hostiles au centralisme « jacobin », le firent par convergence d’intérêt avec les Allemands qui, de leur côté, voyaient en eux des alliés objectifs susceptibles de miner de l’intérieur la République et la nation française. Comme en Allemagne, le régime de Vichy, sous l’égide de Jérôme Carcopino, fut d’ailleurs le promoteur d’une organisation rationnelle et d’une professionnalisation de l’archéologie française. Mais « l’usage politique du passé3 » qui en a été fait était différent. L’insistance sur la période gallo-romaine visait à montrer l’existence dans le passé d’une intégration réussie et culturellement féconde des peuples gaulois à l’Empire romain.

  • 4 Le sombre abîme du temps, op. cit., p. 271.

4La Libération ne fut pas plus qu’en Allemagne l’occasion d’une remise en cause radicale des orientations prises sous Vichy, tant d’un point de vue scientifique qu’institutionnel ni, là encore, des faits établis pendant l’Occupation. Et c’est bien là le nœud du problème posé par Laurent Olivier, celui de l’empreinte du nazisme et des thèses raciales sur la période contemporaine. En cela, c’est bien en archéologue qu’il interroge le passé : « Car l’archéologie ne s’intéresse pas en soi aux événements du passé, mais bien à la mémoire qui se construit dans le temps par la répétition et la réévaluation. à ce titre, la discipline archéologique a fondamentalement vocation à se définir comme une archéologie du présent4. » Cette tâche est d’autant plus cruciale qu’elle est une réponse à la catastrophe que fut le nazisme pour la culture européenne. Une catastrophe non pas apocalyptique, mais qui, comme Tchernobyl, fut le point de départ d’une contamination qui a entraîné des mutations en chaîne imprévisibles et incontrôlables, dont les conséquences n’ont pas encore fini de se prolonger. D’où l’urgence de « décontaminer » la discipline archéologique en déconstruisant les filiations dans lesquelles s’inscrivent la transmission et la transformation de l’héritage de la pensée nationale-socialiste. Car, ainsi que l’a écrit Walter Benjamin : « Que cela suive ainsi son cours, voilà la catastrophe. »

  • 5 Nos ancêtres les Germains, op. cit., p. 259.

5La socio-anthropologie, en particulier lorsqu’elle s’intéresse aux sciences et aux techniques, ne peut, me semble-t-il, rester indifférente à cette vision proposée par Laurent Olivier de l’archéologie comme « science du temps » en même temps que « science du présent ». En montrant comment l’archéologie nazie, à travers son extrême modernité, à travers la permanence de ses procédures, de ses techniques et de son organisation institutionnelle et territoriale, s’est transmise jusqu’à nous, par la répétition et la réévaluation, ce livre nous rappelle en effet cette manière silencieuse et oublieuse des circonstances et des valeurs de se transmettre, qui est celle des techniques et des faits scientifiques avec leur prétendue neutralité axiologique. Si la notion de « race » a bien disparu, nous dit ainsi en substance Laurent Olivier, il reste aujourd’hui, à travers le déchiffrement des phénomènes culturels effectués à partir des vestiges, une attention portée à l’identité. Or, d’autres voies sont possibles. Au terme de sa longue démonstration, l’auteur attire notre attention sur une école qui n’a jamais « pris » en Europe et qui s’est développée dans une trajectoire indépendante de notre archéologie « moderne », la « new archeology » ou archéologie processuelle. S’affirmant comme une anthropologie d’inspiration durkheimienne selon Olivier, cette approche considère les vestiges comme des faits sociaux et, en tant que tels, « ayant tous les éléments d’un langage social dont il faut percer le sens, un sens éminemment symbolique, donc éminemment contextuel où ce n’est ni la race ni l’ethnie qui expliquent les manifestations de la culture, ce sont les échanges et les relations5 ». Une archéologie, davantage tournée vers l’altérité que vers l’identité. On aimerait en savoir un peu plus sur les techniques, l’organisation institutionnelle, les procédures de l’archéologie processuelle et en quoi elles diffèrent radicalement de celles déployées par l’archéologie européenne. Mais ce sera, nous l’espérons, l’objet d’un prochain ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Olivier L. (2008), Le sombre abîme du temps. Mémoire et archéologie, Paris, Seuil.

2 Déclaration des préhistoriens de l’Allemagne de l’Ouest et du Sud lors du congrès de Regensburg le 10 juin 1949.

3 Hartog F., Revel J. (éd.) (2001), Les usages politiques du passé, Paris, éditions de l’EHESS.

4 Le sombre abîme du temps, op. cit., p. 271.

5 Nos ancêtres les Germains, op. cit., p. 259.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Poirot-Delpech, « Laurent Olivier, Nos ancêtres les Germains. Les archéologues au service du nazisme », Socio-anthropologie, 28 | 2013, 165-168.

Référence électronique

Sophie Poirot-Delpech, « Laurent Olivier, Nos ancêtres les Germains. Les archéologues au service du nazisme », Socio-anthropologie [En ligne], 28 | 2013, mis en ligne le 23 septembre 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1615

Haut de page

Auteur

Sophie Poirot-Delpech

maître de conférences, université Paris 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org