Navigation – Plan du site
Recensions

Florent Gaudez (dir.), Transversalités de l’altérité. Comment peut-on être socio-anthropologue aujourd’hui ? Autour de Pierre Bouvier

Paris, L’Harmattan, 2013
Fanny Fournié
p. 170-171
Référence(s) :

Florent Gaudez (dir.), Transversalités de l’altérité. Comment peut-on être socio-anthropologue aujourd’hui ? Autour de Pierre Bouvier, Paris, L’Harmattan, 2013.

Texte intégral

1« Ni nouvelle discipline, ni objet à constituer, ni finalité épistémologique, la socio-anthropologie constitue plutôt un concept médiateur permettant de saisir la genèse des divers modes de connaissance de soi et de l’autre », c’est sur ce constat que s’ouvre Transversalités de l’altérité, ouvrage dirigé par Florent Gaudez. Les différents articles, proposés à la fois par des doctorants, des maîtres de conférence et des professeurs de divers horizons, permettent de rendre compte de la diversité des démarches du socio-anthropologue. Transversalités de l’altérité revient sur le cycle de colloques internationaux et interdisciplinaires travaillant autour de la question « Comment peut-on être socio-anthropologue aujourd’hui ? » dont l’invité de la session 2010 était Pierre Bouvier.

2Il ne s’agit pas pour les participants de répondre à la question susdite, mais plutôt de s’appuyer sur ce moment fort d’échanges entre chercheurs afin de favoriser les discussions, le débat, tout en revenant sur les principales avancées heuristiques permises par la pensée de Pierre Bouvier. Aussi les thèmes récurrents de son œuvre y tiennent une place centrale : altérité, endoréisme, construits, ensemble populationnel, autoscopie, lien social, quotidien, art/culture, principes de coalescence, inclusion/acclusion/exclusion, identité et universalisme, colonialisme et postcolonianisme.

3En effet, la démarche mise en œuvre par Pierre Bouvier, « cherchant à poser les jalons de la socio-anthropologie », indique Marc Abèles, s’est avérée féconde, permettant de bousculer les chercheurs, les préjugés des sociologues comme des anthropologues, afin de construire un cheminement intellectuellement créatif : « C’est dans ce contexte qu’on peut situer le projet d’une socio-anthropologie qui vise, dans une certaine mesure, à casser certains cloisonnements, à obtenir une fécondation entre les deux disciplines », souligne Marc Abélès. D’ailleurs, les questions liées à la méthodologie reviennent régulièrement au cours des articles. Sans chercher à fondre la sociologie avec l’anthropologie, les socio-anthropologues conçoivent l’interdisciplinarité comme une force ; ils tentent de fabriquer de nouveaux outils afin de penser le monde et ses changements, sans pour autant répondre exclusivement de l’une ou de l’autre de ces disciplines : « Ceci implique de découpler le regard, d’inverser les termes de l’enquête, de passer du monologue positiviste aux dialectiques du dialogique, de promouvoir la réflexivité entre l’investigateur et l’investigué et de positionner ses effets sur le protocole, la démarche et les propositions », indique Pierre Bouvier.

4Transversalités de l’altérité met à disposition du lecteur l’essentiel des partis pris et orientations liés à la socio-anthropologie et à la figure de Pierre Bouvier. Un fil directeur apparaît à la lecture de toutes ces contributions, à savoir la volonté de s’intéresser au plus près aux phénomènes sociaux, le choix de laisser parler l’objet de la recherche, de l’écouter et de l’observer afin de fonder un objet d’analyse original. L’ossature de l’ouvrage s’appuie sur les quatre tables rondes consacrées chacune à l’un des concepts phares de Pierre Bouvier, et se déroule ainsi en quatre parties. La première est tournée sur la question de la réflexivité et s’intitule : « La socio-anthropologie, entre ipséité et altérité ». La deuxième porte sur « La socio-anthropologie face à l’altérité artistique », la troisième s’attache à la question du quotidien : « De l’altérité quotidienne au quotidien altéré ». Enfin, la dernière partie est consacrée au « Lien social altérant et altéré ». Au final, l’ouvrage offre un tour d’horizon utile, nourri de réflexions liées à la méthode, aux outils d’analyses, à la pensée de Pierre Bouvier, tout en présentant des recherches en cours, issues de terrains variés : la danse, le corps et la technique, les quartiers, les migrations, la ruralité, les médias…, soulignant ainsi toute la richesse de la pensée socio-anthropologique qui explore ce monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Fournié, « Florent Gaudez (dir.), Transversalités de l’altérité. Comment peut-on être socio-anthropologue aujourd’hui ? Autour de Pierre Bouvier », Socio-anthropologie, 28 | 2013, 170-171.

Référence électronique

Fanny Fournié, « Florent Gaudez (dir.), Transversalités de l’altérité. Comment peut-on être socio-anthropologue aujourd’hui ? Autour de Pierre Bouvier », Socio-anthropologie [En ligne], 28 | 2013, mis en ligne le 23 septembre 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1620

Haut de page

Auteur

Fanny Fournié

chercheur au laboratoire de sociologie de Grenoble EMC2-LSG, université Pierre-Mendès France, université Grenoble-Alpes

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org