Navigation – Plan du site
Recensions

Fabrice Flipo et al., Peut-on croire aux TIC vertes ? Technologies numériques et crise environnementale

Paris, Presses des Mines, 2012
Baptiste Monsaingeon
p. 171-173
Référence(s) :

Fabrice Flipo et al., Peut-on croire aux TIC vertes ? Technologies numériques et crise environnementale, Paris, Presses des Mines, 2012.

Texte intégral

  • 1 Technologies numériques de l’information et de la communication.
  • 2 Ecotic, étude réalisée dans le cadre du projet Futur & ruptures financé par la Fondation Télécom et (...)

1Peut-on croire aux TIC1 vertes ? Le titre sans équivoque de ce texte publié en 2012 suggère d’emblée sa perspective critique. Ouvrage collectif et interdisciplinaire, il s’inscrit dans la continuité d’une étude entamée en 20072 et s’étant fixé l’objectif d’analyser les relations potentiellement vertueuses entre technologies numériques et crise environnementale. L’expression « TIC vertes » est en soit porteuse de promesses aussi nombreuses qu’incertaines. L’ambition du livre consiste donc à mettre ce signifiant à l’épreuve de sa propre histoire et des représentations des acteurs qui tendent à l’utiliser. Plus encore, il s’agit d’adjoindre à ce programme sociologique et épistémologique une analyse transversale du bilan écologique des TIC. « L’hypothèse de base […] est que la “vertitude” des TIC est en débat, en négociation entre les acteurs, du fait des jeux d’imputation de responsabilité, d’influence sur la réglementation, de mise à l’écart ou au contraire du rôle central de tel ou tel acteur » (p. 8). L’ouvrage est ainsi divisé en deux grandes parties : la première s’attache à décrire le « contexte d’émergence des TIC vertes » (p. 15-102), la seconde se concentre sur une analyse approfondie du jeu d’acteurs – sphères marchande et non marchande, et consommateurs (p. 104-221).

  • 3 Berkhout F., Hertin J. (2001), Impacts of Information and Communication Technologies on Environment (...)

2Relativement attendue, la mise en perspective historique rappelle à quel point l’émergence des TIC est disjointe de celle des problématiques environnementales. Si les auteurs s’entendent sur le fait que ces TIC ont bel et bien participé à une transformation importante des modes de vie, ils tendent à mettre en doute la façon dont « la consommation croissante des TIC » pourrait seulement permettre une quelconque réduction à venir des besoins énergétiques globaux (p. 34-38). Si elle peut s’avérer quelque peu rébarbative pour un non-spécialiste, l’exhaustivité de l’analyse du bilan écologique des TIC – ainsi que de ses méthodes d’évaluation – demeure particulièrement précieuse pour la démonstration générale. La refonte du cadre d’analyse de Berkhout et Hertin (2001)3 permet notamment de recentrer l’étude de l’impact des TIC sur l’environnement autour de la question cruciale des usages et de « l’effet rebond » (p. 66-86).

3Outre l’analyse des points de vue des sphères marchandes et non marchandes, leur mise en regard avec celui des consommateurs offre au second moment du livre une perspective originale. Si pour les acteurs économiques, l’argument écologique n’est que secondaire face à l’impératif de rentabilité, il semble que les consommateurs vont jusqu’à ignorer l’existence d’une problématique environnementale à l’endroit des TIC : « Comment [dès lors] être étonné du manque de consommateurs de produits TIC verts » (p. 186) ? Soulignant que le milieu associatif en vient rarement « à mettre en cause la diffusion des TIC » et qu’il consacre ses critiques à la question de leur « efficacité écologique » plutôt qu’à « leur fonction sociale et son évolution » (p. 219), il apparaît que dans la plupart des cas « le “non-marchand” se trouve être, dans une large mesure, au service du marchand » (p. 221).

  • 4 Voir notamment le rapport SMART 2020, publié par l’ONG The Climate Group, très largement débattu da (...)

4Parce qu’il met à jour une série d’objections fortes aux rapports d’évaluation les plus optimistes à l’endroit des promesses portées par les « TIC vertes4 », ce tour d’horizon très complet et documenté se révèle être une boîte à outils critiques particulièrement riche. Dans leurs conclusions, les auteurs développent six questionnements en forme de conditions pour que les TIC puissent réellement être « mises au service de l’environnement ». Au bilan, malgré la grande qualité argumentative de l’ouvrage qui en fera un incontournable pour les spécialistes, l’ambition à l’exhaustivité de cet exercice interdisciplinaire tend parfois à générer une profusion alourdissant par trop la lecture, au risque de susciter quelque sentiment de confusion pour le lecteur non averti.

Haut de page

Notes

1 Technologies numériques de l’information et de la communication.

2 Ecotic, étude réalisée dans le cadre du projet Futur & ruptures financé par la Fondation Télécom et la Caisse des dépôts et consignations, sous la direction de Fabrice Flipo (Télécom Management SudParis). Elle a impliqué les équipes de Télécom Bretagne (département LUSSI), Télécom & Management SudParis (laboratoire CEMANTIC) ainsi que l’université de Caen.

3 Berkhout F., Hertin J. (2001), Impacts of Information and Communication Technologies on Environmental Sustainability: Speculations and Evidence, rapport à l’OCDE.

4 Voir notamment le rapport SMART 2020, publié par l’ONG The Climate Group, très largement débattu dans l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baptiste Monsaingeon, « Fabrice Flipo et al., Peut-on croire aux TIC vertes ? Technologies numériques et crise environnementale », Socio-anthropologie, 28 | 2013, 171-173.

Référence électronique

Baptiste Monsaingeon, « Fabrice Flipo et al., Peut-on croire aux TIC vertes ? Technologies numériques et crise environnementale », Socio-anthropologie [En ligne], 28 | 2013, mis en ligne le 23 septembre 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1623

Haut de page

Auteur

Baptiste Monsaingeon

chercheur au CETCOPRA-université Paris 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org