Navigation – Plan du site
Recensions

Marc Berdet, Fantasmagories du capital. L’invention de la ville-marchandise

Paris, La Découverte (Zones), 2013
Alexandre Duclos
p. 173-175
Référence(s) :

Marc Berdet, Fantasmagories du capital. L’invention de la ville-marchandise, Paris, La Découverte (Zones), 2013.

Texte intégral

1Ce bel ouvrage a plusieurs ambitions, inégalement explorées, mais que l’on peut synthétiser dans le développement et l’affinage du concept de fantasmagorie, ébauché par Walter Benjamin. Marc Berdet conçoit les fantasmagories comme « des lieux clos saturés d’imaginaires, “rêvoirs collectifs” communs aux visiteurs des Expositions universelles du xixe siècle, aux joueurs captivés par les néons de Las Vegas au xxe siècle et aux badauds fascinés par les galeries commerciales du xxie siècle ». Une fantasmagorie n’est donc pas simplement un contenu imaginaire, une histoire ou un répertoire onirique, c’est avant tout un lieu, un espace fait de poutres, d’acier, de plâtre, de néons, diffusant des imaginaires. Dans la fantasmagorie telle que la conçoit Marc Berdet, on doit inclure tout à la fois la pierre, le rêve et le rapport de classe que cette rêverie incarnée ou matérialisée dissimule et exprime à la fois. Avant d’aller plus avant dans le commentaire, il nous faut désamorcer un certain nombre de critiques académiques aussi prévisibles qu’inopportunes. L’ouvrage de Marc Berdet est publié dans une collection qui se décrit elle-même comme un espace de résistance éditoriale et qui se veut accessible au grand public. Il n’y a donc pas d’annexe méthodologique. Ici, la méthode est comprise dans l’ouvrage, dans la construction ; c’est au lecteur de la découvrir, ce qui se fait facilement. Chaque ambiguïté, chaque auteur a une valeur précise et n’est pas là par hasard. On sent d›ailleurs une méthode en genèse qui ne demandera qu’à s’affirmer dans des ouvrages à venir et plus généralement dans le projet de matérialisme anthropologique dont Marc Berdet se fait le héraut depuis quelques années déjà. Pour le dire autrement, la démarche de l’auteur participe à ce point de l’élaboration d’une nouvelle sensibilité anthropologique qu’on peut dire de sa méthode qu’elle « ne boude pas son plaisir ».

2La traversée historique offerte par cet ouvrage – et qui en un sens est presque une nouvelle traversée de Paris – nous emmène des fantascopes aux allées des expositions universelles, du Paris révolutionnaire à celui du baron Haussmann, d’Eisenstein à Mickey Mouse. On découvre progressivement la constitution des imaginaires portés par les lieux, par les pierres, la construction d’espaces porteurs d’imaginaires destinés à la foule. Les fantasmagories successivement explorées nous montrent comment le capital – et plus prosaïquement la bourgeoisie – a mis en scène des voiles, des écrans de fumées masquant sa réalité, les rapports de forces réels et pratiques caractérisant la société capitaliste, depuis les débuts de la révolution industrielle et ce jusqu’à aujourd’hui. Toutefois, cet aspect politique, s’il est explicitement formulé, n’est pas le plus développé dans l’ouvrage de Marc Berdet. Si l’on voit poindre des stratégies d’homogénéisation sociale ou des idéologies à l’œuvre dans les fantasmagories développées par le capital, l’analyse de l’auteur ne verse jamais dans le complotisme ou l’analyse d’une ingénierie sociale concertée et uniforme. En s’attachant à certains objets (fantascope, galeries commerciale, Bon Marché, Paris haussmannisé, shopping mall, strip de Las Vegas) et grâce à une documentation impressionnante par son ampleur et sa diversité, ce livre produit plutôt une compréhension approfondie du rapport entre les lieux et l’imaginaire, entre l’architecture urbaine et les rêves qu’on a voulu leur faire diffuser, entre les pierres et les fantasmagories. L’objet privilégié et probablement le plus fascinant demeure le shopping mall et plus précisément le dead mall. Marc Berdet présente la naissance ambiguë du concept de mall, et notamment les éléments d’idéologie socialiste inspirant Victor Gruen, concepteur des premiers malls américains, inspirés du Bauhaus et de Vienne la rouge et pour qui le mall doit être le lieu d’une expérience sociale totale, transcendant les différences de classes, où chacun puisse s’adresser à tous, dans le cadre d’un développement urbain complet. à ce moment de la lecture, on se souvient que dans les toutes premières pages de l’ouvrage, l’auteur nous a appris ou rappelé le rôle des galeries du Palais-Royal lors de la Révolution française et la façon dont ces galeries furent perçues par les penseurs de l’époque. Mais ce lieu qui promet une ville accessible à tous, qui rassemble par ses promesses de jouissance, cette première promesse non tenue de familistère, se trouve bientôt nourri d’un imaginaire fantastique très familier des lecteurs d’heroic fantasy (ou même plus simplement des lecteurs du Seigneur des anneaux).

3« La topographie du Mall of America (ouvert dans le Minnesota en 1992) reprend clairement, à quelques détails près, les polarisations mythiques qui structurent le plan de Disneyland : au nord, le monde idyllique et non violent de la nature ; au sud, les vitrines de la ville moderne ; à l’est, les technologies du futur ; à l’ouest, les cités du passé. » Avec un peu d’imagination, on rapproche cet univers de celui des elfes, des hommes industrieux, des magiciens, des hommes du Rohan, etc. Mais le plus émouvant dans l’ouvrage de Marc Berdet, c’est la contemplation de ce qu’exhalent ces malls après leur abandon, après leur mort, les promesses non tenues que diffusent encore ces rêves de néons et de carton-pâte une fois qu’ils sont abandonnés. C’est probablement à ce moment précis que l’auteur atteint le sommet de son art de faire parler les pierres. Peut-on faire une anthropologie de ce qui n’est pas là ? Et quel matérialisme anthropologique pratiquer en partant de cette démarche ? Peut-on faire parler ruines et néons pour entendre les promesses non tenues qu’elles expriment encore ? Il y a là un parti pris des choses que certains anthropologues pourraient contester, regrettant notamment l’absence de la parole vivante, d’entretiens de vive voix. Mais le matérialisme anthropologique ou topographique de Marc Berdet fait effectivement parler les ruines ; il extrait de la matière une bonne part de ce que la vie sociale y a enfoui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Duclos, « Marc Berdet, Fantasmagories du capital. L’invention de la ville-marchandise », Socio-anthropologie, 28 | 2013, 173-175.

Référence électronique

Alexandre Duclos, « Marc Berdet, Fantasmagories du capital. L’invention de la ville-marchandise », Socio-anthropologie [En ligne], 28 | 2013, mis en ligne le 23 septembre 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1625

Haut de page

Auteur

Alexandre Duclos

docteur en sociologie et en philosophie politique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org