Navigation – Plan du site

Le « plaisir » de « jouer ». Présence et métamorphoses du ludisme dans le football professionnel français

Lionel Obadia

Texte intégral

1Dans le cadre des questions qui touchent à la définition des jeux et des sports, le risque est grand de céder à une approche réductrice en associant au jeu un critère unique, sa dimension ludique, de même que le sport se verrait attribuer la compétition (ou l’âgon, selon la classification de Roger Caillois1). L’idée que le ludisme, par sa présence ou par son absence, est un élément de définition des sports traverse en effet les discours populaires comme les réflexions savantes, et se maintient avec une étonnante permanence.

Le ludisme : « essence du sport » ?

2La notion de ludisme n’est toutefois pas très facile à saisir et mérite d’être interrogée plus avant : polysémique, elle peut se réduire à une tendance générale de l’esprit et du corps humains susceptible de revêtir socialement et culturellement les formes les plus variées (le jeu comme trait universel2 ; les jeux comme produits historiques), et s’étendre à l’idée d’hédonisme (le jeu ou la vision du jeu comme activité source de plaisir et de divertissement), sans que les deux se confondent nécessairement. Le ludisme peut apparaître également comme relevant d’une vulgarité exprimant socialement et culturellement l’enracinement récent du sport, et notamment du football, dans les couches populaires3 alors qu’il était auparavant réservé à une élite4. Il peut être encore considéré comme une propriété formelle des activités physiques et sportives, tout comme il peut être une valeur ajoutée – de l’ordre de l’affect – à une motricité purement mécanique. Malgré tout, Michel Bouët dénie à la « fonction ludique » la possibilité de représenter le critère exclusif de définition des sports5, affirmant que « le sport peut, sous certaines conditions [seulement] assurer un rôle ludique6 », ce qui implique, dans son acception, que « jeux » et « sports » représentent deux registres idéologiques et pratiques singuliers. Pour peu qu’on les considère comme séparées, les sphères des pratiques ludiques et compétitives sont ainsi considérées sous l’angle de la continuité ou la discontinuité de leurs rapports mutuels, de leur superposition éventuelle, ou encore l’absorption de l’une par l’autre, l’âgon apparaissant généralement comme « ludophage ».

3C’est sans doute un truisme que de le rappeler, mais les réflexions autour de la définition des sports modernes ne peuvent résolument faire l’impasse sur la question de la genèse de ces derniers. Il est ainsi actuellement d’usage – et finalement assez légitime – de situer les « jeux » à l’origine des « sports ». Les modèles qu’offrent l’histoire et la sociologie des sports mettent plutôt l’accent sur des facteurs exogènes (économiques, sociologiques, culturels, etc.), ou sur des facteurs endogènes (transformations techniques ou institutionnelles). Ils ont contribué à l’essor et au développement des sports que l’on dit modernes. Ils se fondent alors sur une histoire largement inscrite dans la continuité (où s’opère un glissement des jeux vers les sports) ou, à l’inverse, dans une succession de ruptures (dans les pratiques, les institutions, les significations attribuées aux activités physiques) qui ont contribué, chacune à sa manière, à singulariser les sports de leurs « ancêtres » : les jeux.

4Quelle que soit la perspective retenue, il s’agit de démontrer l’originalité des sports modernes sur les jeux traditionnels7 et, dans les deux cas, est confirmée l’existence de liens généalogiques qui relient les premiers aux seconds. Les problèmes que soulève une approche de ce type (« génétique ») sont toutefois anciens et délicats8. Les pratiques physiques sont, dans l’histoire et à travers les sociétés, codifiées à des degrés divers dans des traditions culturelles. De plus, elles s’apparentent sous certains aspects aux sports. Les unes et les autres ne sauraient néanmoins se confondre en vertu de similitudes purement morphologiques9.

5L’idée de rupture suggère qu’au cours de l’histoire, les sports se substitueraient progressivement aux jeux – une proposition par ailleurs largement discutée. Dans le cadre d’une continuité, la transition des jeux aux sports n’a pu parallèlement se faire qu’au prix d’une métamorphose plus ou moins profonde. Mais les derniers, quoique singuliers dans leurs caractéristiques distinctives et leur développement, auraient néanmoins conservé des premiers certaines propriétés élémentaires, une démarche qui relève d’un évolutionnisme méthodologique qui n’est pas sans rappeler les travaux de Durkheim sur la religion (1912).

6Le développement du football se prête à une lecture similaire, résolument inscrite dans la continuité. La généalogie repose cette fois sur une transition progressive de l’amateurisme vers le professionnalisme qui s’apparente, toutes proportions gardées et sous l’angle exclusif de leurs caractéristiques saillantes respectives (ludisme et compétition), aux jeux et aux sports. Là encore, les caractéristiques originelles de l’amateurisme auraient été altérées – soit simplement modifiées, soit plus profondément corrompues – au profit de nouvelles : valeurs, modalités de pratiques et institutions propres au professionnalisme.

7L’examen du caractère ludique des pratiques dans le football professionnel ne servira néanmoins ni de fil conducteur à un examen des transformations qui l’ont affecté ni de révélateur de l’identité même du football comme sport. Il s’agit plus simplement de s’efforcer d’identifier, dans le domaine de la formation au football professionnel, les localisations concrètes et la place effective qu’occupe (ou non) ce ludisme. L’amateurisme étant supposé avoir conservé des jeux traditionnels leur caractère ludique, la professionnalisation du football implique-t-elle la disparition de cette propriété ?

Formes du ludisme

8Afin de dégager les formes du ludisme dans le cadre des espaces socialement occupés par le football, on suivra une distinction usuelle en sociologie qui isole un sport-spectacle et un sport-pratique, que le sens commun a tendance à disjoindre mais qui constituent, pour certains chercheurs, les deux principaux éléments d’un seul et même système, celui des sports modernes10.

Le « sport-spectacle »

9A l’image de la sociologie, l’ethnologie du football, inaugurée, en France par Christian Bromberger , s’est largement – mais non exclusivement – cantonnée à l’étude des supporteurs11. La position défendue par l’ethnologue tranche d’ailleurs avec celle d’une sociologie critique du sport, représentée par Jean-Marie Brohm. Le premier défend en effet l’idée du caractère ludique et la richesse symbolique mise en scène par le supportérisme12, alors que le second dénonce le football comme outil d’aliénation des masses. Sans entrer plus loin dans un débat récurrent, les approches qui privilégient le supportérisme (et elles sont nombreuses) localisent le ludisme (et son opposé, la violence haineuse) du côté des gradins, auxquels il est apparemment confiné. Les sociologues ont récemment cherché à réintroduire un sujet que ce type d’approche dérobait à l’analyse : les pratiquants13, pourtant essentiels dans les travaux pionniers de Pierre Bourdieu sur la sociologie du sport14. Paul Yonnet considère les sportifs comme des « professionnels du spectacle15 », une vision qui réconcilie les spectateurs (non-pratiquants) et les acteurs (pratiquants) de ce même spectacle. Si la présence du ludisme chez les premiers est patente, elle se pose cependant avec plus d’acuité chez les seconds.

Le « sport-pratique »

10Dans cette perspective, la question est alors de savoir si, dans le cadre de la pratique, les « jeux » et les « sports » ont leur ontologie propre. Une première option consiste à répondre par la négative en considérant le ludisme comme une « base » commune aux jeux et aux sports : les premiers comme les seconds sont dans ce sens régis par une grammaire ludo-motrice16. Une seconde option consiste, à l’opposé, à définir la dimension ludique comme un critère distinctif des jeux, les sports étant quant à eux caractérisés par leur dimension compétitive17. D’autres caractéristiques peuvent être versées au dossier d’une séparation stricte des jeux et des sports : la norme, l’institution ou le rapport à la réalité. Michel Bouët affirme ainsi que la règle sportive est une « norme fondatrice et principe d’excellence, [alors que] la règle ludique, simple ordre choisi et imposé arbitrairement à l’action, et dont le caractère est celui d’une formule artificielle et contingente, d’un cadre occasionnel.18 » Selon cet auteur, le jeu s’inscrit de plus dans le registre de l’« imaginaire » et du « factice » selon un principe de plaisir (infantile), alors que le sport, « effectif » et « efficace », se trouve pleinement inscrit dans celui du concret avec lequel il entretient des rapports d’adéquation formelle, selon cette fois un principe de réalité (mature). Toute modalité de « régression vers la spontanéité joyeuse » du jeu dans le sport relève d’un « puérilisme19 ». Michel Caillat soutient, à sa suite, que

« [le sport] n’est pas jeu au sens d’amusement, de fantaisie, de badinage. Le sport est du domaine de la convention et de l’institué, le jeu appartient au monde de la transgression et de l’instituant20. »

11Modérant son propos, l’auteur souligne plus loin qu’il s’agit là moins d’une réalité concrète que d’une représentation :

« Issu d’une masse confuse de pratiques ludiques in­or­ganisées, le sport est dans la conscience collective le système pur et vertueux de la compétition physique canalisée et organisée21. »

Amateurs et « pros »

12L’histoire du football peut être écrite de différentes façons : sous l’angle d’une histoire économique ou sociale (celle des contextes sociologiques), culturelle (comme la diffusion du football à partir de la Grande-Bretagne), une histoire des règles, des styles de jeu, des institutions (fédérations, clubs, etc.). Toutes confirment que le football n’a cessé de se transformer, mais c’est sans doute le développement du professionnalisme qui a permis au football de se singulariser des autres « jeux de balle » collectifs et de s’autonomiser. Sans revenir sur les grandes étapes et les processus qui ont contribué à l’essor du champ professionnel22, il importe toutefois de noter que l’organisation des clubs (en France et en Europe) a conduit le football professionnel et son homologue amateur – la forme première du football institutionnel – dans un rapport structurel hiérarchique mais foncièrement ambivalent. C’est le dispositif de formation qui assure le lien organique entre les deux, via le recrutement, dans les catégories de pratiquants amateurs, de futurs joueurs professionnels, ce qui assure la métamorphose des premiers en seconds. Mais la formation professionnelle signifie-t-elle la disparition ou, à l’inverse, le plein accomplissement du ludisme ?

La formation professionnelle

13La Charte du football professionnel de 1973 rend obligatoire, en France, l’ouverture de centres de formation attachés aux clubs professionnels. Bien qu’ils aient mis une dizaine d’années à être véritablement opérationnels, ils représentent désormais une pièce maîtresse dans l’organisation du football français, et, plus largement, européen. Hassen Slimani a relevé toute l’ambiguïté de la situation française. Alors que les clubs, pour des raisons d’adéquation aux impératifs économiques (privatisation, enjeux liés à la profession­nalisation), devaient progressivement rénover leurs statuts juridiques et se transformer en Sociétés Anonymes à Objet Sportif (SAOS), les centres de formation demeurent (à la fin des années 1990) sous la responsabilité des sections amateurs des clubs23. La formation y est ainsi tiraillée entre les valeurs et les orientations singulières de l’amateurisme, porteur d’un projet éducatif et les exigences de performance et de compétition du professionnalisme. Ce qui donne à la formation ce caractère équivoque de relever à la fois de valeurs du sport (entendues comme valeurs « morales ») et de celles du travail24.

14Ces considérations, les pratiquants eux-mêmes les partagent en grande partie. Pour les jeunes joueurs du centre de formation, les vocables d’« amateur » et de « professionnel » apparaissent comme des catégories signifiantes, parce que sociales. Elles permettent en effet de se positionner dans leur environnement ordinaire (le « monde sportif ») et de construire des référents identitaires, de même qu’elles correspondent très précisément à des registres d’activité à leurs yeux très différents. Ils sont, eux, des « professionnels » ou en passe de le devenir, et revendiquent ce statut pour attester le caractère « sérieux » de leur pratique, manifestant une certaine distance (voire un certain mépris) à l’endroit du monde amateur dont ils sont pourtant issus.

Des pratiques de « professionnel »

15L’entrée en formation suppose l’intégration dans une institution qui offre à la fois l’avantage et l’inconvénient d’être totale. Dès que l’âge légal (15-16 ans) le permet, les aspirants footballeurs sont logés, nourris, éduqués sur les lieux mêmes de la formation : Le centre de formation du Paris Saint-Germain est localisé près des terrains d’entraînement. Il dispose d’un internat, d’un restaurant et d’une école professionnelle (préparant aux carrières de l’encadrement sportif25). L’éducation sportive y est particulièrement rationalisée. L’apprentissage des techniques et des tactiques de jeu, l’augmentation de la résistance physique par l’intermédiaire d’exercices musculaires réguliers, le respect (plus ou moins strict) d’un régime diététique forment, entre autres, la charge et le lot quotidien des jeunes joueurs. L’adaptation à un tel contexte change immanquablement le rapport à la pratique du football : au plan de la signification (de loisir, il se transforme en projet professionnel), du rythme, qui admet alors une périodicité stricte (en fonction du nombre d’entraînements par semaine, des matchs, des soins, etc.), de la charge physique, des propriétés mêmes du jeu. Une première mais significative conséquence est que la pratique du football ne se voit plus consacrer de temps ou d’énergie dès que l’entraînement est fini. Les joueurs retirent, certes, une satisfaction manifeste de leur pratique, mais ne voient plus d’intérêt à la poursuivre « par plaisir » hors du cadre des activités proposées et régulées par l’institution. Avec la profession­nalisation s’opère donc un glissement d’une pratique sportive dominée par le ludisme, vers une routinisation standardisée de la pratique, censée épuiser cette dimension ludique. C’est ce qui semble également opposer le football tel qu’il est pratiqué dans les instances officielles de formation (les centres de formation) et hors de celles-ci.

16Cette distinction ne fait pas que différencier les populations de pratiquants dans et hors de l’institution du football professionnel. Elle les partage également au sein même du dispositif de formation, selon cette fois les propriétés des populations de pratiquants, et les principes de la pédagogie sportive. Largement inspirée des psychologies du développement et de la motivation, des théories béhavioristes, la pédagogie sportive reconnaît en effet les liens entre ludisme et apprentissage, en vertu des aptitudes affectives, psychomotrices et cognitives des différentes classes d’âge, dégagées notamment par les travaux de Jean Piaget. En vertu de ce principe, pour les plus jeunes (amateurs) apprendre, c’est s’amuser26, alors que pour les adolescents en cours de profession­nalisation, apprendre, c’est se contraindre. Le ludisme cède ainsi la place à d’autres modalités d’apprentissage, standardisées et répétitives, et au simple plaisir de jouer se substituent des objectifs de compétition et de performance.

Contrainte, routine et aliénation

17Les cadres spatio-temporels, règles et codes de la performance, les formes institutionnalisées d’organisation et d’administration de la pratique sportive représentent autant de contraintes auxquelles sont soumis les jeunes en formation, alors en plein désordre pubertaire et révolte adolescente.

18Ces contraintes objectives ne sont pas les seules à peser sur les impétrants. La séparation d’avec le foyer familial et d’avec les réseaux de pairs, tout autant que la charge physique et le contrôle social qui s’exercent sur eux sont également sources de désordres de nature psychoaffective, même si l’environnement sportif est supposé y suppléer. L’augmentation de la pratique sportive entraîne de plus une réduction importante du temps et de l’énergie physique consacrés aux loisirs : les activités de sociabilité extra-sportives sont d’autant réduites, les sorties nocturnes prohibées. Si l’environ­nement physique et social concourt à favoriser la réussite professionnelle des jeunes joueurs, l’« ascèse » voulue par l’institution engendre parfois un sentiment d’aliénation. Endémique, il s’exprime de manière sporadique mais est cependant persistant chez les sujets affectés par de courts mais significatifs états dépressifs ou par un mal-être constant (ce qui n’est le cas que pour une minorité d’entre eux).

19Ce que révèlent paradoxalement les entretiens auprès de la population des jeunes joueurs, c’est une rationalisation qui met l’accent sur la « passion », le « plaisir », le « goût » du jeu tout en dissimulant les pressions et les contraintes qui s’exercent sur eux. L’expression des désagréments ne se fait que de manière indirecte, et encore, ces derniers ne portent que très rarement sur la pratique elle-même : ils ne concernent pas ce qui l’encadre.

20Une même ligne d’argumentation se retrouve chez les joueurs confirmés, figures identificatoires pour les jeunes en formation, ceux-là même dont la pratique est supposée transcender l’opposition entre « plaisir » et « peine ». C’est par ailleurs un idéal réaffirmé par l’ancien sélectionneur de l’équipe de France de football, Michel Hidalgo pour qui « le joueur de l’an 200027 » est celui qui sait combiner les contraintes de la formation et les « sensations » du jeu28, faisant indirectement écho à une position défendue par ailleurs par les critiques les plus farouches du football moderne pour qui « le sport serait […] à la fois29 jeu et travail, plaisir et peine.30 » Le ludisme sportif se constitue ainsi comme une topique située entre les aspirations initiales et les contraintes de la pratique, s’efforçant de réconcilier ce qui apparaît comme antinomique : l’âgon et le ludisme.

Le ludisme comme facteur d’innovation

21Une autre opposition, tracée cette fois entre des sports institutionnalisés et non institutionnalisés, situerait le ludisme dans deux sphères extérieures au football professionnel : soit, dans une perspective évolutionniste, dans le football amateur, qui aurait conservé des aspects du jeu (amusant) ; soit dans des formes de pratiques plus « spontanées », comme le « football de rue » ou le « football de pied d’immeuble » dont Maxime Travert a montré qu’il s’inscrivait dans un cadre socioculturel précis avec des techniques et des formes de sociabilité qui le rendent résolument différent du football « institutionnel.31 »

22L’une des principales qualités de ce « football de rue » est son caractère ludique, associé ici à l’idée d’innovation. Il serait non seulement naturellement amusant mais aussi plus « inventif » ou « imaginatif » que le football professionnel. De telles pratiques se présenteraient ainsi comme un mode de régénération d’un football professionnel incarnant en quelque sorte une forme de pratique pétrifiée, en vertu de son haut degré d’institutionnalisation, mais également – et paradoxalement – des impératifs de spectacle auxquels il est assujetti32. Les centres de formation représentent par ailleurs, pour nombre de ces joueurs « libres », le lieu où s’éteindrait une « créativité » issue de la représentation du « sport de rue » qu’eux-mêmes et les médias ont constituée.

23A cette représentation s’ajoute un culturalisme qui a encore cours dans les clubs français. Les joueurs issus de pays étrangers à la France, et notamment du Brésil mais aussi de nombreuses nations africaines, ou encore issus de certains quartiers (en général ceux qui sont réputés les plus « difficiles ») des villes françaises auraient des capacités « innées » qui apporteraient un sang frais aux équipes professionnelles. L’accès à la pratique du football de classes populaires longtemps écartées du professionnalisme a certes indéniablement contribué à transformer le football. Toutefois, ces représentations idéalisées d’une spontanéité et d’une créativité technico-tactique issues d’un football « de rue » ou « exotique » « relèvent », selon Charles Suaud et Jean-Michel Faure, « d’une parfaite méconnaissance des conditions de production d’un footballeur moderne pour se fondre dans une idéalisation d’une classe populaire irréelle où la spontanéité se met au service de l’invention sportive.33 » La réalité est en effet bien différente et la filière de formation représente, plus que jamais, la principale (sinon l’unique) voie d’accès à la pratique de la compétition et, simultanément, à l’acquisition des compétences nécessaires à la poursuite d’une carrière professionnelle.

Localisations du ludisme : « sportif » et « péri-sportif »

24Dans ce contexte apparemment caractérisé par les contraintes de toutes sortes, nombre de conduites relevées en situation ethnographique paraissent ressortir à un ludisme. S’il existe, en effet, du ludisme dans le contexte de la pratique sportive elle-même (le plaisir retiré de la dépense physique, qui ne résulte pas, selon la norme du sport de compétition, de la spontanéité du geste mais de l’effort lui-même), cette dimension déborde largement le cadre des activités qualifiées de sportives dans le sens le plus restreint, c’est-à-dire associées exclusivement à une motricité technico-tactique. Le ludisme se retrouve dans d’autres domaines qui caractérisent la vie des sportifs hors du terrain, mais qui se révèlent par ailleurs tout aussi « sportifs ». Dans le centre de formation, certains éléments immobiliers et mobiliers sont en effet prévus pour des activités de loisir : une salle de repos qui comprend un Baby-foot et une télévision branchée sur les canaux du câble. Mais cette dernière ne fait pas pour autant des jeunes joueurs des spectateurs exaltés devant les retransmissions télévisées de matchs de football. Au contraire, ils les contemplent avec réserve et détachement. C’est surtout dans le cadre des interactions entretenues de manière informelle entre les sportifs eux-mêmes que la richesse des expressions du ludisme est la plus significative. Tous les temps intermédiaires que leur laisse leur emploi du temps sont consacrés à l’amusement, aux chamailleries, aux joutes verbales, aux plaisanteries les plus diverses. Les jeunes footballeurs nourrissent par ailleurs un certain plaisir à enfreindre les règles et à éprouver les limites de l’institution. Ascétique, la vie des jeunes footballeurs ? L’observation de près de leur quotidien permet de relativiser cette idée.

25Deux hypothèses peuvent expliquer ces attitudes : « valve de décompression » ou résistance à la pression institutionnelle. Sans elles, la vie des jeunes sportifs serait insoutenable. Cette approche ne représente en fait qu’une hypothèse fonctionnaliste simpliste. Malgré son évidente pertinence, elle ne permet cependant pas d’expliquer leur constance indépendamment de la pression institutionnelle. Une autre hypothèse consiste à voir cette fois dans les caractéristiques mêmes de la population recrutée les raisons d’une telle attitude. Il s’agit de jeunes issus de milieux défavorisés ou « difficiles » en rupture de scolarité et de socialisation, porteurs d’une « culture de rue » telle que décrite, par exemple, par David Lepoutre34, laquelle est régie et régulée par des formes ritualisées de plaisanterie. Notre propre hypothèse est que les conduites ludiques représentent une caractéristique propre de l’activité sportive professionnelle. Elles ne sont de fait ni entièrement de l’ordre de la régression psychanalytique ni totalement de celui de la compensation psychosociale. C’est, en sus, moins dans l’existence de pratiques ludiques que dans leur contenu même que résident leur singularité et leur place dans une « culture professionnelle du football.35 »

26Penser la présence ou l’absence de la « fonction ludique » des pratiques physiques pour qualifier ce qui relève respectivement du football amateur et professionnel, et sous certaines conditions, de ce qui relève également des « jeux » ou des sports », procède d’un réductionnisme qui retreint la définition des sports en général et du football en particulier à ses simples dimensions technico-tactiques au détriment d’autres pratiques : la sociabilité, les formes de solidarité et d’échange verbal ou non verbal, les « rites », etc. Qualifiées de péri-sportives, ces pratiques sont reléguées à la marge de l’espace des efforts physiques, comme si elles étaient « moins » caractéristiques du sport. C’est pourtant dans cette sphère que se donnent aussi à observer les manifestations d’un ludisme toujours présent dans le contexte du football professionnel. Il est tout à fait concevable de voir là un déplacement du ludisme du sportif vers le péri-sportif, en conservant de la sorte les propriétés les plus « caractéristiques » du sport tout en le préservant de la contagion de traits extrinsèques. L’idée qui est défendue ici plaide au contraire pour l’unité d’un système englobant dans le même espace sportif et péri-sportif. En ce sens, le ludisme semble, mais dans une localisation différente, une constante des pratiques amateurs et professionnelles, voire des jeux aux sports (malgré le changement de signification évident des manifestations ludiques), lesquels conservent ainsi les « potentialités ludiques » que Michel Bouët leur avait attribuées, il y a maintenant trente-cinq ans36.

Haut de page

Notes

1 R. Caillois, Les jeux et les hommes : le masque et le vertige, Paris, Gallimard, 1967.
2 Posture adoptée par Johan Huizinga pour qui toute activité culturelle est ludique. Johan Huizinga, Homo ludens : essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard, 1988.
3 Comme l’a souligné Christian Bromberger, l’apparente trivialité des sports modernes a d’ailleurs été l’un des principaux motif de l’indifférence que leur a témoigné l’ethnologie. Mais si le football reste une « bagatelle » elle est néanmoins « la plus sérieuse du monde » pour les supporteurs… et les scientifiques. Christian Bromberger, « De quoi parlent les sports ? Des sports », Terrain, 25, 1995, p. 5-12. et Football : la bagatelle la plus sérieuse du monde, Paris, Bayard, 1998.
4 Alfred Wahl, Pierre Lanfranchi, Les footballeurs professionnels : des années trente à nos jours, Paris, Hachette, 1995.
5 Op. cit., p. 529-530.
6 Id.
7 Ou encore le caractère « unique » des sports modernes, Jacques Defrance, Sociologie du sport, Paris, La Découverte, 1995, p. 9-10.
8 Voir, entre autres, les contributions de Pierre Parlebas et de Sébastien Fleuriel dans ce même numéro.
9 Michel Bouët, Signification du Sport, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 236 et suiv.
10 Voir une « distinction fondamentale et opératoire » Paul Yonnet, Systèmes des sports, Paris, Gallimard, 1998, p.7.
11 Alain Erhenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991.
12 C. Bromberger et al., Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995.
13 Il s’agit évidemment des pratiquants de disciplines professionnelles, et non pas de sports-loisirs, catégorie qui ne sera pas traitée ici.
14 Pierre Bourdieu, « Programme pour une sociologie du sport », Choses dites, Paris, Minuit, 1987, p.203-216.
15 Op. cit. p. 22.
16 Idée défendue par Pierre Parlebas dans Eléments pour une sociologie du sport, Paris, P.U.F, 1986.
17 Une thèse qui se retrouve dans les travaux de Michel Bouët, « Le rôle ludique du sport », Signification du sport, op. cit., p. 529-558.
18 Op. cit., p. 541-42.
19 Ibid, p. 556-57.
20 Michel Caillat, Sport et Civilisation. Histoire et critique d’un phénomène social de masse, Paris, L’Harmattan, 1997, p.17.
21 Op. cit., p. 59.
22 On en trouvera un aperçu historique chez Wahl et Lanfranchi (1999), des analyses sociologique chez Defrance (1995) ou Faure et Suaud (1999).
23 Hassen Slimani, « Les centres de formation des clubs », Sociétés et Représentations, n°7, déc. 1998, p. 353-361.
24 Jean.-Michel Faure et Charles Suaud, Le football professionnel à la française, Paris, PUF, 1999, p. 63.
25 Sous la forme d’un Centre de Formations d’Apprentis, le CFA Omnisports Ile-de-France fondé, en 1994, par un ancien joueur du PSG, Thierry Morin.
26 « Tout en restant ludique [souligné par nous] et éducatif, l’apprentissage [du football] permettra d’acquérir et de renforcer les savoir-faire techniques, ainsi que les comportements de footballeur professionnel » Michel Hidalgo, « Le football au mondial : jeux et enjeux », in : Henri Hélal, Patrick Mignon (dirs.), Football, Jeu et Société, n°25, 1999, Cahiers de l’INSEP, p. 27.
27 Si tant est qu’il existe un sujet collectif anonyme représentant, par le biais de typologies légitimées par référence à la méthode weberienne, confinant souvent à l’abstraction essentialiste.
28 Op. cit.
29 Souligné par nous.
30 Michel Caillat, op. cit., p.17.
31 Maxime Travert, « Le “ football de pied d’immeuble ”, une pratique singulière au cœur d’une cité populaire », Ethnologie Française, XXVII, 1997, 2, p. 188-196.
32 Paul Yonnet, op. cit.
33 Op. cit., p. 9.
34 David Lepoutre, Cœur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 1997.
35 Contenu ludique que j’explore en détails dans le texte « Plaisanterie, obscénité et pseudo-parenté : sociabilité et formes d’échange verbal dans le football professionnel », à paraitre.
36 Bouët, op. cit., p. 533.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Obadia, « Le « plaisir » de « jouer ». Présence et métamorphoses du ludisme dans le football professionnel français », Socio-anthropologie [En ligne], 13 | 2003, mis en ligne le 15 novembre 2004, consulté le 25 avril 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/174

Haut de page

Auteur

Lionel Obadia

Université Charles-de-Gaulle, Lille 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org