Navigation – Plan du site
Image

Couverture du Time magazine, « The Angelina Effect » (27 mai 2013)

Sindy Monnier et Valérie Gorin
p. 191-197

Texte intégral

Couverture du Time magazine, « The Angelina Effect » (27 mai 2013)

Couverture du Time magazine, « The Angelina Effect » (27 mai 2013)

© Time magazine

Entretien avec Sindy Monnier1, réalisé le 26 février 2014 par Mathilde Bourrier

  • 1 Médecin adjoint, chirurgienne-sénologue au Centre du sein, Département de gynécologie-obstétrique, (...)

M. B. : Que vous évoque et vous a évoqué cette couverture du Time ?

S. M. : Je n’aime pas les mots employés [« The Angelina Effect »]. Le titre de la couverture du Time évoque un effet bénéfique de l’annonce publique par Angelina Jolie de sa double mastectomie prophylactique. Mais l’annonce d’Angelina Jolie a eu aussi un effet pas forcément bénéfique lors de nos consultations dans le centre du sein. En l’occurrence c’est la manière dont son annonce a été relayée dans certains médias qui me pose problème. Et on a effectivement eu une augmentation de demandes de mastectomie.

M. B. : Chiffrable, significative ?

S. M. : Oui, dans les deux ou trois mois postérieurs à l’annonce, on a eu des patientes avec un cancer du sein, non porteuse de la mutation génétique BRCA 1 ou BRCA 2, qui avaient une demande de double mastectomie. Parce qu’Angelina Jolie l’a fait, je peux le faire aussi. La plupart des gens n’ont pas lu le Time ou le New York Times et les explications données sur le fait que seulement 5 % des cancers du sein sont attribuables à un facteur génétique type BRCA 1 ou 2. La plupart des personnes ont lu les gros titres d’une certaine presse : Angelina a eu une double mastectomie sans forcément lire qu’elle avait une prédisposition génétique. On a mis en avant le côté sensationnel de l’annonce de cette double mastectomie. Une partie des femmes ayant appris qu’elles avaient un cancer du sein nous ont demandé une double mastectomie comme Angelina Jolie. « Si un people a eu cette intervention, pourquoi pas moi ? », se sont dit certaines femmes avec un cancer du sein. Après c’est à nous, médecins, d’expliquer pourquoi chez ces patientes en demande, cela n’a pas de sens de faire ce type d’intervention si on n’a pas une prédisposition génétique.

En même temps, si je me replonge dans le moment, à l’époque j’avais trouvé cela très courageux de la part d’Angelina Jolie : c’est une personne publique, sa carrière a essentiellement été basée sur sa plastique. Elle a mis en avant son corps. Elle est bankable par sa plastique. Qu’une icône féminine qui base tout sur son physique fasse ce choix va peut-être apporter de l’aide à des femmes, atteintes de la même façon, et qui se retrouvent devant ce dilemme : faut-il me faire opérer ? Ce n’est pas une décision facile à prendre et l’exemple d’Angelina Jolie aidera je pense certaines femmes dans la même situation qu’elle.

M. B. : Quelles réflexions vous inspire cette photo ?

S. M. : C’est une jolie photo, où l’on voit une personne épanouie, avec de la lumière sur son visage. Elle a traversé des moments difficiles et puis elle a fait son choix, c’est un choix serein. Elle est apaisée, elle regarde vers l’avenir.

M. B. : Entre vous au centre du sein, vous vous souvenez des réactions ?

S. M. : On a tous lu les articles. On en a parlé car tout le staff s’est vite vu confronté à des questions de la part des patientes. Personne n’a critiqué cette annonce publique. En revanche, on a critiqué comment l’histoire a été reprise.

M. B. : On va de plus en plus vers une médecine du sur-mesure et c’est le thème de notre numéro spécial « Ni malades, ni en bonne santé », comment est-ce que vous intégrez cette histoire dans le développement de la médecine prédictive, personnalisée ?

S. M. : Cela a permis de mettre en avant que la médecine prédictive a des effets bénéfiques. Dans le cas de mutation BRCA 1 ou 2, les femmes ont 80 % de chances de développer un jour un cancer du sein et 60 % de chances de développer un cancer de l’ovaire. Le fait de dépister ces femmes permet de mettre en place un programme de surveillance précoce et de proposer une chirurgie préventive afin de diminuer le risque de développer un jour un cancer du sein ou de l’ovaire. En Suisse, ces patientes font l’objet d’un conseil génétique par les oncogénéticiens avant la recherche de cette mutation. Il y a pour chaque patiente adressée en oncogénétique, une discussion multidisciplinaire et les patientes sont entourées par une équipe médicale tout au long de la recherche.

En cas de mutation BRCA 1 ou 2, les médecins discutent avec la patiente des possibilités de surveillance précoce et d’une éventuelle chirurgie prophylactique. Il est fortement conseillé de proposer une annextomie bilatérale à partir d’un certain âge (ablation des ovaires et des trompes) car le cancer de l’ovaire est difficilement dépistable précocement contrairement au cancer du sein. En effet, l’imagerie des seins permet de détecter un cancer du sein précocement contrairement au cancer de l’ovaire où l’imagerie n’est pas efficace.

Pour la prévention du cancer du sein chez ces patientes, l’ablation prophylactique des deux seins n’est pas fortement conseillée contrairement à l’ablation des ovaires pour la prévention du cancer de l’ovaire. La patiente peut opter pour un suivi rapproché par imagerie ou une chirurgie mammaire prophylactique. La chirurgie prophylactique diminue de plus de 90 % le risque de développer un jour un cancer du sein mais en termes de bénéfice sur la survie, celui-ci n’est pas significatif. En effet, un suivi rapproché par imagerie permet de détecter un cancer du sein à un stade précoce avec une survie excellente. Le choix final appartient à la patiente. Nous médecins, on est à disposition. Mais prendre la décision d’une mastectomie prophylactique, cela peut être difficile pour certaines patientes. En effet, on va vers une chirurgie « mutilante » qui touche à la féminité alors qu’on est en bonne santé et on n’a pas de bénéfice clair pour la survie. Autant pour les ovaires, ce n’est pas la même histoire, car on a un clair bénéfice sur la survie avec une annextomie bilatérale. De plus c’est une chirurgie moins visible qui touche moins au symbole de la féminité comme les seins. En général, c’est un choix plus facile après 45 ans.

Enfin, Il ne faut pas oublier que cette prédisposition génétique est souvent liée à une histoire familiale et que la découverte d’une mutation BRCA 1 ou 2 implique une éventuelle recherche chez les ascendants et/ou descendants. Il est parfois difficile dans certaines familles d’en discuter car il y a un sentiment de culpabilité.

La recherche génétique dans le cancer du sein est bénéfique mais doit être bien encadrée par une loi et demandée par une équipe multidisciplinaire. La recherche génétique doit être réfléchie et ne doit pas être motivée par un critère commercial. Malheureusement, il y a actuellement la possibilité de demander des recherches génétiques sur internet sans forcément bénéficier d’une équipe multidisciplinaire pour entourer la patiente.

Maintenant, je crois qu’il y a une demande de la société de développer des méthodes prédictives. Les gens ne veulent plus vivre avec des incertitudes et veulent tout savoir : s’ils vont développer un jour un cancer, quand, etc.

M. B. : Vous ne pensez pas que les médecins ont également contribué grandement à créer cette demande chez les patients ?

S. M. : Probablement que la médecine a contribué à cette demande des patients.

La recherche de prédisposition génétique et donc une médecine plus personnalisée ne sont pas forcément négatives. Mais cette médecine doit être bien encadrée par des lois qui protégeront les patients et protégeront la société contre les abus. En effet, les informations délicates comme la présence d’une prédisposition chez un individu ne doit pas être utilisée par les assurances pour par exemple refuser une assurance vie.

De plus, les médecins doivent se poser la question à chaque demande de recherche d’une prédisposition chez un patient, du bénéfice attendu pour lui afin de s’assurer que cette demande est bénéfique et non délétère. Cela implique donc une prise en charge par des médecins spécialisés travaillant de manière multidisciplinaire.

Comment la figure de la célébrité peut être un révélateur sociétal, par Valérie Gorin

1Le 27 mai 2013, le magazine Time (plus de trois millions de lecteurs hebdomadaires aux États-Unis) choisit de consacrer sa couverture à l’actrice, réalisatrice et ambassadrice humanitaire Angelina Jolie. La cover story qui accompagne la couverture, tout comme le titre, n’a pas pour objectif de parler d’Hollywood et ses paillettes. Angelina Jolie a en effet créé le buzz médiatique le 14 mai 2013 en publiant une tribune dans le quotidien de référence New York Times (NYT), où elle révèle avoir subi une mastectomie préventive et envisage prochainement une ovariectomie. La révélation a surpris et troublé ; si elle dénote le choix d’exprimer un événement qui tient de la vie privée de l’actrice, elle souligne aussi son intention d’attirer l’attention des médias, des publics et des politiques sur une question de santé publique. À travers « l’effet Angelina », c’est par conséquent le modèle de la célébrité et son impact sur les mentalités et comportements qui sont interrogés. La photo d’Angelina n’est pas celle attendue d’une célébrité « paparazzée », prise au téléobjectif pour un magazine people, ou d’une star posant en robe haute couture sur les tapis rouges. C’est le portrait d’une femme résolue regardant son avenir, celui d’une actrice qui pose pour l’exemple. Le portrait est convenu : pris de profil et sous la forme d’un plan-buste, il agit comme un révélateur de questions sociétales qui sont au cœur de la célébrité contemporaine.

2Revenons d’abord à la dimension de l’icône dans le portrait d’Angelina, celle de la célèbre figure féminine. La photographie conjugue trois figures à la fois, celle de la femme, de la mère, de l’épouse. Trois figures par ailleurs largement exploitées dans la célébrité contemporaine, parce qu’elles valorisent l’individu et son accomplissement personnel. La presse people admire ainsi systématiquement les femmes célèbres pour leurs atouts féminins, leurs trajectoires amoureuses et leur épanouissement familial. Ce sont trois aspects qu’Angelina a d’ailleurs choisi d’appuyer dans sa tribune du NYT, en replaçant son choix thérapeutique dans celui de son histoire de vie : l’histoire de sa mère morte du cancer à 56 ans, sa propre peur de quitter ses enfants trop tôt, « emportée » par la maladie, le « soutien » de son compagnon Brad Pitt, les liens familiaux et conjugaux « resserrés » par la lutte contre la maladie et l’espoir de se savoir tirée d’affaire. Son portrait, lisse et esthétisé, aux couleurs rétro en noir et blanc, en une du Time, est une ode aux égéries d’Hollywood, célébrées pour leur beauté. Le message intrinsèque contenu ici est donc celui de la féminité glamour intacte.

3Intacte, parce que l’on peut se questionner sur les conséquences physiques et psychiques de l’opération que la star a subie. Angelina précise toutefois qu’elle ne se sent « en rien diminuée dans sa féminité ». Rien n’indique cependant dans l’image ce qui a pu arriver à l’actrice. Le plan buste est d’ailleurs choisi pour attirer notre attention sur deux composantes importantes de l’image illuminées sur la gauche : le visage, lieu des émotions, de l’âme, de la personnalité, et le haut du corps, en l’occurrence la courbe féminine de la poitrine, pour montrer que les seins sont toujours là. Deuxième message contenu dans le portrait, celui d’une femme combattante et héroïque qui a surmonté la maladie. Deux qualités que l’on retrouve également régulièrement dans les récits journalistiques people, qui vantent la résilience des personnalités qui savent se prendre en main, ne pas se laisser aller devant les coups du sort. Ici aussi, l’actrice a souligné ses choix dans sa tribune du NYT par une attitude « proactive », mettant en avant une logique « préventive » et « minimisant le risque », celle d’une femme choisissant de « garder le contrôle ».

4Et c’est ici que le portrait du Time surprend ; le titre qui barre l’image dans sa moitié inférieure incite à lire le sous-titre, qui prend alors une tournure inattendue en révélant la chirurgie mutilante subie par l’actrice. Il n’est plus question de glamour, de chirurgie plastique ou de caprices esthétiques de stars. Il est question d’un événement moins souligné dans la célébrité : celui de la maladie. Pourtant, ce portrait révèle ce qui constitue l’essence même des stars : des individus à la fois ordinaires et extraordinaires, des personnes humaines autant que des personnages construits à l’écran et dans les médias. Ce profil d’Angelina Jolie joue sur le pile et face de sa célébrité, sur sa vie privée et sa vie publique. En choisissant de révéler publiquement un problème de santé qu’elle aurait parfaitement pu maintenir privé, Angelina quitte donc cette dimension strictement extraordinaire du personnage célèbre pour revenir à la dimension ordinaire de l’être humain, malade et vulnérable. Sauf que l’ambivalence inhérente à son statut de star fonctionne ici comme modèle, comme icône pour le public : malade, mais suffisamment connue pour peut-être faire la différence, éveiller les consciences sur un risque génétique, visibiliser une maladie et un choix thérapeutique.

5Mais au final, ce profil révèle autant qu’il cache ; ce n’est pas une photographie de face, les yeux dans les yeux, qui donne l’illusion de dialoguer avec la personne. L’autre face d’Angelina, cachée dans l’ombre, concerne l’incertitude liée à l’impact que peut avoir la révélation de l’actrice sur les politiques en matière de prévention aux États-Unis. Si la star se réclame d’être un modèle, puisqu’elle exhorte à de nombreuses reprises dans sa tribune les femmes à faire le même choix qu’elle, elle ne questionne pas les disparités socio-économiques face à la santé. Car il ne faut pas oublier qu’elle reste une star, c’est-à-dire un individu qui possède des privilèges, dont l’un est sa richesse qui lui a permis d’avoir accès à des tests chers et des soins de très haute qualité. C’est d’ailleurs le cadre choisi par les auteurs de l’article, qui utilisent « l’effet Angelina » comme une réflexion sur la célébrité, entre ses effets positifs – visibiliser des problèmes – et ses effets négatifs – l’imitation, la projection ou l’identification qui peut naître chez certains individus.

Haut de page

Notes

1 Médecin adjoint, chirurgienne-sénologue au Centre du sein, Département de gynécologie-obstétrique, Hôpitaux universitaires de Genève.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture du Time magazine, « The Angelina Effect » (27 mai 2013)
Crédits © Time magazine
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1740/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sindy Monnier et Valérie Gorin, « Couverture du Time magazine, « The Angelina Effect » (27 mai 2013) », Socio-anthropologie, 29 | 2014, 191-197.

Référence électronique

Sindy Monnier et Valérie Gorin, « Couverture du Time magazine, « The Angelina Effect » (27 mai 2013) », Socio-anthropologie [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 04 janvier 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1740 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.1740

Haut de page

Auteurs

Sindy Monnier

Après l’obtention d’un FMH en gynécologie, Sindy Monnier a intégré l’unité de sénologie chirurgicale des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) afin de se spécialiser dans la chirurgie du sein. Elle a complété sa formation à l’étranger aux états-Unis (UCSF recherche translationnelle) et à Paris (Institut Curie). Elle occupe actuellement un poste de médecin adjoint dans le centre du sein des HUG.

Valérie Gorin

Diplômée en histoire et en sciences de la communication de l’université de Genève, Valérie Gorin a obtenu sa thèse en Médias, Communication et Information en septembre 2013. Celle-ci portait sur la couverture médiatique des crises humanitaires dans la presse illustrée américaine et française, des années 1960 aux années 1990. Elle a par ailleurs participé à plusieurs projets de recherche au niveau national sur l’étude des médias, notamment sur la sociologie de la célébrité et ses pratiques journalistiques en France et en Suisse. Ses domaines d’intérêt portent sur la culture visuelle, la célébrité, le photojournalisme et l’action humanitaire.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org