Navigation – Plan du site
Recensions

Christophe Perrey, Un ethnologue chez les chasseurs de virus. Enquête en Guyane française

Paris, L’Harmattan, 2012
Tristan Fournier
p. 199-200
Référence(s) :

Christophe Perrey, Un ethnologue chez les chasseurs de virus. Enquête en Guyane française, Paris, L’Harmattan, 2012.

Texte intégral

1Christophe Perrey, pharmacologue de formation, a consacré sa thèse d’ethnologie à l’influence des facteurs sociaux dans la productivité scientifique. Cet ouvrage retrace son immersion au sein de l’unité d’épidémiologie des virus oncogènes à l’Institut Pasteur et l’analyse qu’il a conduite autour de la question suivante : comment s’opère le choix des thèmes de recherche lorsque l’on étudie un rétrovirus (le HTLV) dont les facteurs de risque de « déclenchement » semblent à la fois liés aux prédispositions génétiques et aux modes de vie des populations ? Ce rétrovirus, proche du VIH et sur lequel il aurait été intéressant de conduire une recherche « classique » visant par exemple à saisir le vécu des personnes atteintes ou « à risque », est surtout un prétexte à une investigation anthropologique autre : celle de comprendre comment la recherche scientifique s’organise autour de lui. Entre intérêts individuels et collectifs, l’auteur s’intéresse aux motivations des chercheur-e-s de l’unité à privilégier une piste de recherche plutôt qu’une autre. Alternant entre position d’observateur au sein de l’unité en métropole et rôle de cochercheur sur le terrain en Guyane française, Christophe Perrey nous ouvre ici les coulisses de la recherche biomédicale.

2La préface d’Anne-Marie Moulin et les premières pages de l’ouvrage renseignent quant au cadrage théorique adopté. L’approche latourienne apparaît rapidement en toile de fond. Si « La vie de laboratoire » semble avoir été une source d’inspiration forte dans la genèse du projet, l’auteur souhaite toutefois s’en démarquer, le postulat étant que « pour être capable de distinguer facteurs sociaux et facteurs cognitifs dans une démarche scientifique, il est nécessaire de disposer d’un bagage conceptuel minimum dans le champ étudié » (p. 36). Sa formation en pharmacologie et sa connaissance du milieu médical sont ainsi présentées comme autant d’atouts permettant d’étudier la « tribu » des chasseurs de virus. Poursuivant cette réflexion épistémologique, il précise qu’il est « indispensable de saisir la sémantique des chercheurs pour éviter de sombrer dans un réductionnisme sociologique des plus pauvres » (p. 37), adressant au passage une critique aux programmes relativistes de la sociologie des sciences : « À force de ne chercher que des critères sociaux, on finit par ne trouver que cela » (p. 37). S’en suit une ethnographie très fouillée de l’unité où l’on découvre, comme dans un bon roman, les personnages et leur histoire de vie respective. Le virus HTLV est présenté comme l’un d’entre eux (l’importance d’étudier humains et non-humains sur le même plan), mais il reste le plus difficile à cerner malgré les efforts pédagogiques de l’auteur.

3Pourquoi l’unité travaille-t-elle sur ce virus ? Christophe Perrey évoque ainsi les enjeux institutionnel (son étude répond aux souhaits de la direction de l’Institut de développer une épidémiologie dite « pasteurienne »), scientifique (il s’agit d’un micro-organisme de découverte récente et donc, potentiellement, à forte portée scientifique) et matériel (travailler sur un rétrovirus, et donc dans le sillage du VIH, peut constituer une opportunité financière). Ces mêmes enjeux sont ensuite mobilisés afin de saisir les raisons pour lesquelles l’unité a finalement opté pour l’étude de la prédisposition génétique à la séropositivité au virus HTLV plutôt qu’aux rôles des facteurs environnementaux et comportementaux. « La sélection de ces facteurs [de risque] et la rigueur avec laquelle ils sont traités ne dépendent pas exclusivement de leur pertinence intrinsèque, mais des possibilités de collaborations et de financements qu’ils ouvrent, du renouvellement des perspectives théoriques qu’ils suscitent, et d’une certaine conformité avec les normes et les valeurs de l’institution d’accueil et de la communauté de référence » (p. 216). Les facteurs humains et relationnels entre les membres de l’unité et avec leur propre réseau sont également présentés comme d’importants déterminants de l’orientation de l’étude. L’abandon progressif de la piste environnementale dans le développement de certains cancers est, par exemple, présenté comme étant indissociable du départ d’une anthropologue de l’unité.

4C’est donc à l’articulation de ces multiples facteurs que Christophe Perrey a tenté de démêler les éléments conduisant au choix des thèmes, pistes et outils de recherche autour d’un virus oncogène. Au-delà de l’intérêt anthropologique, l’ouvrage invite à une réflexion épistémologique quant à la construction des connaissances scientifiques et au statut de chercheur-e, notamment pour celles et ceux intéressé-e-s par le partenariat entre sciences sociales et biomédicales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tristan Fournier, « Christophe Perrey, Un ethnologue chez les chasseurs de virus. Enquête en Guyane française », Socio-anthropologie, 29 | 2014, 199-200.

Référence électronique

Tristan Fournier, « Christophe Perrey, Un ethnologue chez les chasseurs de virus. Enquête en Guyane française », Socio-anthropologie [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 04 janvier 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1744

Haut de page

Auteur

Tristan Fournier

Postdoctorant, CERTOP-CNRS, université de Toulouse II

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org