Navigation – Plan du site
Recensions

Joëlle Vailly, Janina Kehr, Jörg Niewöhner (dir.), De la vie biologique à la vie sociale. Approches sociologiques et anthropologiques

Paris, La Découverte (Recherches), 2011
Vanessa Fargnoli
p. 202-204
Référence(s) :

Joëlle Vailly, Janina Kehr, Jörg Niewöhner (dir.), De la vie biologique à la vie sociale. Approches sociologiques et anthropologiques, Paris, La Découverte (Recherches), 2011.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, issu d’une collaboration franco-germanique, aborde les domaines de la santé, de la biomédecine et des technologies en présentant des recherches réalisées principalement en Europe. En mobilisant des approches qualitatives telles que des entretiens et observations ethnographiques, les auteur-e-s placent la triade sociale, politique et (bio)médicale au centre de leur réflexion. Ils et elles nous convient donc à une lecture politique, sociologique et anthropologique de la vie en société. Précisément, il s’agit d’appréhender la vie dans son « épaisseur », sa multiplicité et sa complexité, ainsi que dans ses dimensions collectives, politiques et éthiques.

2Comment les individus vivent-ils, quantitativement et qualitativement, procréent-ils, gèrent-ils leur maladie, opèrent-ils certains choix pour leur progéniture, conservent-ils une bonne santé et meurent-ils ? Comment sont-ils affectés par les politiques, savoirs, techniques qui tendent à repousser les limites du patrimoine génétique suscitant à la fois enthousiasme et méfiance, opportunités et conflits, réunification et différences ? Simplement dit, comment vit-on et vit-on bien dans nos sociétés actuelles ? Les quatorze auteur-e-s y répondent en reprenant et analysant certains débats conceptuels qui ont accompagné l’émergence des politiques et sciences de la vie. À travers onze chapitres, ils et elles articulent vivant et vécu en interrogeant éthiquement diverses politiques de santé, techniques, savoirs, logiques de gestions sanitaires donnant à voir des situations sociales et expériences de la maladie particulières allant de pair avec des traitements médico-sociaux différenciés.

3La première partie s’intéresse à la valeur accordée à la vie en y intégrant une considération particulièrement éthique. En témoignent les quatre récits de vie de sidéen-ne-s sud-africain-e-s présentés par Didier Fassin, qui illustrent comment vivre « pleinement » ou « au-delà », dépassant un cadre strictement biopolitique. Stefan Beck montre comment une transplantation de moelle osseuse à Chypre non seulement unit intimement et socio-biologiquement deux personnes, mais permet également de dépasser des considérations nationalistes en réunissant deux groupes ethniques politiquement opposés, conférant au don une dimension humanitaire. En comparant des discours officiels, Boris Hauray décrit la manière dont les politiques sur les recherches embryonnaires en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne sont construites et structurées comme « des politiques morales » (conscience) et des « politiques de la science » (légitimité). Les bouleversements dans le domaine de la procréation interpellent Bertrand Pulman, pour qui la procréation naturelle serait en phase de devenir, au vu de l’évolution des nouvelles technologies – notamment de la sophistication de la médecine prédictive, un acte hors norme. En Allemagne, Thomas Lemke et Malaika Rödel constatent que le recours aux tests ADN en vue d’une demande de regroupement familial devient pour un requérant une procédure contraignante et discriminante (et non plus volontaire), qui réduirait la définition de la famille à une parenté exclusivement génétique allant à l’encontre des définitions juridique et sociale de ces politiques familiales.

4La seconde partie présente majoritairement des enquêtes ethnographiques qui observent la qualité de vie, des pratiques et des soins quotidiens. Joëlle Vailly propose de renverser le concept de « qualité de vie » pour parler de « vie de qualité » biologique et sociale, notamment à travers les conséquences du diagnostic néonatal de la mucoviscidose. Katrin Amelang s’interroge sur la vie après une transplantation et le retour à une vie normale après une greffe de moëlle où une vie de quantité semble affecter une vie de qualité, surtout lorsqu’il est question de traitements médicamenteux à vie. Entre contraintes organisationnelles, politiques hospitalières et pratiques médicales, Carine Vassy et Marie France Couilliot ont observé la prise en charge des patient-e-s en fin de vie dans un service des urgences. Elles interrogent la dimension sociale de la mort – surtout quand elle tarde – dans un service confronté à une problématique temporelle du transfert des patients mourants. Enfin, l’étude sur le dépistage de la tuberculose réalisée par Janina Kehr expose comment certaines catégories ethno-sociales suscitent des pensées discriminatoires parmi le personnel soignant. La maladie et la position sociale du patient deviennent des marqueurs identitaires différenciés.

5Grâce à leur richesse heuristique et critique, ces études contextualisées incitent à une réflexion sur notre conception quasi idéale du « bien vivre » (et du « bien mourir ») dans nos sociétés actuelles et en ce sens nous interpellent à tous niveaux. La place centrale qu’elles accordent à l’expérience subjective de la maladie et sa gestion, aussi bien de la part des malades, de leurs proches que de la part de la collectivité scientifique, médicale et politique, offre une connaissance particulière de ce que signifie et représente vivre une vie considérée comme acceptable, comme perfectible ou au contraire comme intolérable selon les acteur-trice-s. La complexité de la vie est questionnée et questionnable ; plus controversée, la question de la survie est une réalité peu discutée dans l’ouvrage. Concernant cette articulation désormais incontournable de la « vie biologique à la vie sociale », nous regrettons le peu de liens existants entre les différentes contributions, ainsi que l’absence d’études empiriques non européennes sur une telle thématique (une seule étude sud-africaine), surtout que cette dernière ne se pense pas, ne se définit pas et ne se présente pas de la même manière sur d’autres continents. Un souffle international aurait agrémenté ce débat discursif d’une nouvelle lecture scientifique, théorique, politique, médicale et éthique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vanessa Fargnoli, « Joëlle Vailly, Janina Kehr, Jörg Niewöhner (dir.), De la vie biologique à la vie sociale. Approches sociologiques et anthropologiques », Socio-anthropologie, 29 | 2014, 202-204.

Référence électronique

Vanessa Fargnoli, « Joëlle Vailly, Janina Kehr, Jörg Niewöhner (dir.), De la vie biologique à la vie sociale. Approches sociologiques et anthropologiques », Socio-anthropologie [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 04 janvier 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1749

Haut de page

Auteur

Vanessa Fargnoli

Doctorante, université de Genève

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org