Navigation – Plan du site
Recensions

William Dab, Danielle Salomon, Agir face aux risques sanitaires. Pour un pacte de confiance

Paris, PUF, 2013
Isabela Vieira Bertho
p. 204-206
Référence(s) :

William Dab, Danielle Salomon, Agir face aux risques sanitaires. Pour un pacte de confiance, Paris, PUF, 2013.

Texte intégral

1Écrit à deux mains, « Agir face aux risques sanitaires » présente une réflexion sur la gestion actuelle des risques sanitaires en France. Les auteurs William Dab, ancien directeur général de la santé en France et actuel directeur de l’École des sciences industrielles et technologies de l’information au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) et Danielle Salomon, sociologue des organisations et des risques, offrent dans ce livre une analyse de la politique sécuritaire sanitaire française. Leur constat initial sur le sentiment de vulnérabilité des citoyens français, le manque de confiance dans les institutions sanitaires et la quête pour une sécurité environnementale de plus en plus souhaitée débouche sur la question principale de l’ouvrage, celle de savoir « comment traiter les incertitudes ? ».

2Le livre propose la thèse suivante : le système français responsable de la gestion des risques sanitaires est déficient. Selon les auteurs, les structures actuelles ne permettent pas « d’agir » face aux risques. En effet, le dispositif de gestion des risques mis en place permet l’action seulement dans les cas d’urgences, et de manière superficielle. Les auteurs étendent cette critique en affirmant qu’il s’agit d’un état qui fonctionne principalement à travers les crises et qui se révèle incapable de gérer l’incertitude générée par les risques sanitaires de manière plus générale.

3La bureaucratisation et la hiérarchisation des organisations qui agissent devant une menace sanitaire empêchent l’état français de bien traiter les risques. Les intérêts politiques et économiques constituent également des obstacles. De plus, la question du traitement de la preuve scientifique est posée. Celle-ci serait sous-jacente au mode de pensée dominant qui vise la preuve absolue sur le risque pris en compte. Or, les risques sanitaires n’aboutissent pas toujours à des évaluations précises. Dès lors, comment aligner cette pensée avec la réalité de l’analyse des risques ? La question de la confiance dans les institutions gagne aussi de l’importance, car leur modus operandi actuel n’est pas transparent et génère des doutes quant à leur fiabilité.

4Toutes ces thématiques sont abordées dans l’ouvrage à travers six chapitres. Dans le premier chapitre, la notion des risques sanitaires est présentée par les auteurs comme étant le résultat d’une multiplicité de facteurs en permanente transformation. Le deuxième chapitre démontre la façon d’agir de l’état français face aux menaces sanitaires et met en évidence les failles de l’organisation, indiquant son incapacité d’agir. Les troisième et quatrième chapitres abordent les difficultés à travailler avec la notion de preuve dans les questions des risques sanitaires. Dans ces chapitres, les auteurs décrivent les différentes attentes des acteurs (individus, organisations, experts scientifiques et l’État) en montrant les enjeux du passage de la théorie à l’action, c’est-à-dire la prise d’une décision devant l’incertitude d’une situation. Le cinquième chapitre analyse la relation entre les nouveaux systèmes d’information (médias, ONG, associations) qui allouent aux citoyens un accès plus étendu aux risques, et mesure l’influence qu’ils commencent à avoir sur la gestion des crises sanitaires. Le dernier chapitre clôt le livre avec la présentation du lien entre les risques et la notion de confiance, un lien fondamental pour les auteurs à la bonne gestion des crises.

5La thèse de l’incapacité française à gérer les risques sanitaires s’appuie tout au long de l’ouvrage sur l’exposition de quinze cas empiriques sur lesquels les auteurs ont personnellement travaillé. Ces cas donnent consistance à l’ouvrage en démontrant le fonctionnement des organisations françaises, les contraintes auxquelles elles sont soumises et le rôle joué par la population et les associations. Les différents cas, comme par exemple celui des antennes-relais de téléphonie mobile où la pression populaire a été suffisamment importante pour qu’une mesure soit prise même en situation d’incertitude et celui des voitures amiantées, négligé par un état qui connaissait pourtant les implications et conséquences des risques, démontrent l’ambiguïté du traitement des risques sanitaires.

6La conclusion est celle à laquelle on s’attend depuis le début de l’ouvrage : pour que les risques sanitaires auxquels la population française est exposée soient traités à bon escient, il faut impérativement un changement organisationnel de l’État. Si, les auteurs définissent leur livre comme apolitique, sa lecture expose une vision essentiellement politique et critique des institutions françaises. Les auteurs se proposent d’offrir un compte rendu fournissant des bases pour des transformations futures, pourtant leur analyse tend à être, sur certains points, très alarmiste et répétitive. Le livre contribue à la sociologie des organisations et des risques sanitaires dans la mesure où il propose un panorama global de la situation organisationnelle française permettant de comprendre les enjeux et contraintes politiques de l’action face aux risques sanitaires. Cependant, il déçoit quant à l’analyse du fonctionnement et des pratiques internes de ces organisations. Il s’agit donc d’un ouvrage utile pour avoir une vision globale, mais dont l’analyse reste parfois limitée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabela Vieira Bertho, « William Dab, Danielle Salomon, Agir face aux risques sanitaires. Pour un pacte de confiance », Socio-anthropologie, 29 | 2014, 204-206.

Référence électronique

Isabela Vieira Bertho, « William Dab, Danielle Salomon, Agir face aux risques sanitaires. Pour un pacte de confiance », Socio-anthropologie [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 04 janvier 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1754

Haut de page

Auteur

Isabela Vieira Bertho

Étudiante de master, université de Genève

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org