Navigation – Plan du site
Recensions

Deborah Lupton, Fat

Londres, Routledge (Shortcuts), 2013
Raphaël Hammer
p. 206-208
Référence(s) :

Deborah Lupton, Fat, Londres, Routledge (Shortcuts), 2013.

Texte intégral

1Le regain d’intérêt des sciences sociales pour le thème du corps doit beaucoup à l’émergence de l’obésité comme problème de santé publique à l’échelle mondiale. L’attention médicale sans précédent dont le corps gros fait l’objet constitue le point de départ de l’ouvrage de Deborah Lupton, sociologue australienne prolifique spécialisée dans les aspects socioculturels de la médecine. Fat propose une lecture critique des discours dominants sur l’obésité en examinant comment le corps gros est vécu, représenté et régulé dans nos sociétés.

2Après un tour d’horizon des principales perspectives des sciences sociales permettant de prendre le contre-pied des discours médico-sanitaires sur le corps gros (chapitre 2), Lupton consacre un chapitre à la perspective poststructuraliste d’inspiration foucaldienne. Décrivant les mécanismes de normalisation de l’institution médicale à travers notamment l’indice de masse corporelle, elle souligne l’arbitraire des seuils définissant les catégories de poids « normal » et « à risque », et analyse les jugements moraux en termes de responsabilité individuelle qui accompagnent les injonctions à se surveiller et à modifier ses comportements en cas de poids établi comme excessif. Dans le chapitre 4, Lupton s’attache à dégager les significations socioculturelles sous-jacentes aux réactions d’ostracisme et de stigmatisation face au corps gros. Elle développe la thèse que le corps gros s’apparente à une transgression de l’ordre social, mettant en jeu des valeurs et normes liées à l’apparence du corps, et à la place que chacun occupe dans l’espace physique. Si elle n’est plus guère empreinte de l’éthique judéo-chrétienne, la moralisation du corps gros n’en demeure pas moins aujourd’hui prégnante et renvoie à l’idée que l’excès pondéral traduit une incapacité à se contrôler et un manque de volonté. Le corps gros fait alors figure de révélateur des failles psychologiques et morales de l’individu. Lupton montre ensuite (chapitre 5) comment les personnes obèses ou en surpoids vivent ce contexte de stigmatisation et comment les moqueries et les commentaires désobligeants qu’elles subissent au quotidien constituent un rappel permanent de leur différence. Sortir dans l’espace public constitue ainsi fréquemment une épreuve de confrontation au regard d’autrui et au contrôle social ordinaire. Le chapitre 6 aborde une perspective radicalement différente de l’expérience profane par le biais du fat activism, mouvement social qui revendique la normalité physique et sanitaire du corps gros et qui milite pour l’acceptation sociale des personnes en surpoids. De manière à la fois nuancée et incisive, Lupton discute les limites des approches féministes qui nourrissent le fat activism. Elle pointe notamment du doigt l’américano-centrisme de cette littérature critique, les difficultés d’une posture essentialiste de l’identité, ou encore le côté réducteur des incitations à s’accepter comme gros. L’auteure relève également la tendance de ce courant à délaisser la critique structurelle de l’obésité, à l’instar du rôle majeur que joue l’industrie agroalimentaire.

3En conclusion, Lupton nuance la pertinence des théories foucaldiennes du biopouvoir en insistant sur les dimensions émotionnelles et hédoniques des comportements alimentaires. À ses yeux, la domination relative des impératifs d’une alimentation saine n’enlève cependant rien au fait que les discours sur l’obésité et les représentations du gros constituent un puissant révélateur « de la manière dont nos sociétés pensent et traitent la maladie, les risques de santé et le corps » (p. 103-104). Outre certaines répétitions d’un chapitre à l’autre, on peut regretter que les différences culturelles – non seulement à l’intérieur du contexte occidental, mais aussi entre ce dernier et le monde asiatique ou arabe – ne soient évoquées que marginalement, qu’il s’agisse du statut social des personnes corpulentes ou des politiques de lutte contre l’obésité. Au demeurant, ce petit ouvrage, clair et concis sans jamais être superficiel, offre une introduction précieuse aux perspectives sociologiques sur l’obésité et le corps perçu comme gros dans nos sociétés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Hammer, « Deborah Lupton, Fat », Socio-anthropologie, 29 | 2014, 206-208.

Référence électronique

Raphaël Hammer, « Deborah Lupton, Fat », Socio-anthropologie [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 04 janvier 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1758

Haut de page

Auteur

Raphaël Hammer

Professeur, Haute École de santé Vaud (HESAV), Haute École spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org