Navigation – Plan du site

Bandits Manchots et Machines à sous. Le bruit et les couleurs de l’argent

Jean-Pierre Martignoni-Hutin

Texte intégral

1John Woodrum, propriétaire de casino à Las Vegas, a sa petite idée sur l’exploitation des machines à sous :

« Ce que nous offrons aux joueurs c’est l’occasion de devenir riches avec une petite mise. Il y a un vieux dicton dans notre milieu qui dit : Si tu as de l’argent tu es quelqu’un, si tu as une fortune tu es le plus grand, le riche s’enrichit et le pauvre a lui aussi ses chances de gagner1 .»

2« Ouvre ta maison et laisse les volets clos », telle aurait pu être la devise des casinos français, il n’y a pas si longtemps. Les différents scandales dans le « milieu2 » des jeux rejaillirent négativement sur l’ensemble des casinos et renforcèrent le renfermement de la profession sur elle-même. En outre, les jeux traditionnels (roulette, black-jack...) ne favorisaient pas l’ouverture sociologique de ces établissements, souvent perçus comme des lieux réservés à une élite.

3Avec l’introduction des machines à sous, les choses ont changé. En dix ans3, c’est une véritable révolution économique, culturelle et sociale que les casinos ont connu grâce aux bandits manchots. Si, dans l’imaginaire collectif contemporain, le casino est encore parfois synonyme de ruine, de triche et d’enfer du jeu, il est désormais – grâce aux machines à sous – plus facile d’accès.

4Les machines à sous et les vidéo-pokers4 possèdent certaines caractéristiques qui autorisent leur positionnement durable parmi les jeux d’argent populaires. Ils occupent déjà une place importante dans les habitudes ludiques des Français, toutes classes sociales confondues. Les populations « étrangères » (migrantes et touristiques) représentent également une clientèle naturelle pour ce jeu international, dont la capitale Las-Vegas ressemble de plus en plus à une Babylone des temps modernes.

5Bien qu’anciennes, les machines à sous sont relativement récentes pour le public français. Par conséquent, ce jeu bénéficie encore du privilège de la nouveauté et de l’attrait du plaisir interdit. En outre, les slots machines5 sont exploitées dans un lieu attractif. Si le casino effraie, il fascine également dans une dualité attraction/répulsion. En pénétrant dans cet espace magique, le joueur s’approprie la richesse et la mythologie du lieu. Le sang symbolique des slots, c’est bien sûr l’argent, et sur ce registre certaines particularités font des machines à sous un jeu différent, attrayant, enivrant.

Gagner ... de l’argent

6Un grand nombre de raisons expliquent l’engouement des Français pour les machines à sous, mais la première motivation concerne la volonté de gagner6. Même si, dans l’esprit des joueurs, le verbe « gagner » se conjugue de multiples façons (espérer gagner, gagner un peu, gagner sans y croire…), il est clair que se cache derrière cette prudence sémantique le souhait de gagner de l’argent. Cela détruit le mythe du joueur dostoïevskien qui jouerait uniquement pour perdre et ruiner sa vie.

7Dans les casinos des milliers de personnes gagnent quotidiennement de coquettes sommes. Qu’on ne s’y trompe pas, c’est pour cela que cela fonctionne. Le succès des machines à sous provient certes de l’attrait que représentent les jackpots progressifs mais aussi des myriades de gains intermédiaires qui « tombent » quotidiennement – mais souvent provisoirement – pour les joueurs.

8La personne qui gagne est généralement satisfaite d’elle-même, contente d’avoir accompli quelque chose, fière d’avoir réussi. Elle a gagné sur la machine, elle a vaincu l’informatique.

« Certains gagnants montrent la machine comme leur chef-d’œuvre. Ils désignent la combinaison gagnante et disent : Qu’est-ce que c’est beau trois 7, y’a rien de plus beau que trois 7 rouges. Certains sont perdants mais comme ils ont fait la combinaison gagnante quelque part ils ont gagné. » (Employé du casino de Divonne-les-Bains)

9Quand le joueur gagne, il donne l’impression de savoir ce qui allait se passer, forme de croyance prémonitoire rétroactive : « Je la sentais cette machine ; ce matin j’ai eu l’idée de venir au casino, je sentais quelque chose. » Souvent, le gagnant trouve normal d’avoir gagné, comme s’il attendait son dû depuis longtemps : « Ah ! il était temps que je gagne. » C’est toujours : « Vous m’avez pris, je récupère, je le mérite. »

10Pour ménager ces susceptibilités, le personnel a appris à « accompagner » les gagnants avec diplomatie et circonspection :

« On les félicite mais avec des pincettes car ils disent souvent : Vous voyez ce que je gagne mais vous n’avez pas vu ce que j’ai perdu… » (Mécanicien MAS, casino Royal d’Évian)

11Pour gagner aux machines à sous, il faut arriver au bon moment sur la bonne machine et ce n’est pas si facile :

« On peut pas suivre tout le temps les machines. Une fois, j’ai vu un monsieur qui avait beaucoup investi dans une machine. Le lendemain je suis revenue, elle n’avait encore pas donné. C’était infernal. » (Joueuse, casino Royal d’Évian)

12En outre, gagner, ce n’est pas donné à tout le monde : « Il faut se permettre de pouvoir gagner. » (Joueur, casino Croisette de Cannes)

13Les joueurs investissent une certaine somme sur une machine. Si elle ne paye pas, ils pensent qu’elle va donner prochainement et s’accrochent à cette idée7. Ceux qui viennent régulièrement arrivent grosso modo à suivre la chronologie des résultats d’une machine afin d’anticiper ses futurs coups gagnants. Ces calculs, concernant l’histoire récente du paiement d’une machine et l’anticipation de ses paiements à venir, font partie de la culture ludique des machines à sous.

14Avec de telles méthodes, certains arrivent, si ce n’est à gagner gros, du moins à se débrouiller, à se maintenir comme ils disent :

«Y’a des petits futés qu’on maîtrise pas, qui sont intelligents. Ils sont parfois assez modestes, ils jouent 50 euros et grappillent doucement mais sûrement, repartent tous les jours avec un petit peu. Ils cèdent pas à la tentation de la course en avant mais ils rêvent toujours de décrocher le gros lot. » (Assistant clientèle, casino de Deauville)

Le bruit de l’argent

15Si les machines à sous font rêver, c’est aussi parce qu’elles sont installées dans un écrin. Les salles qui les accueillent sont des lieux où les installations, les lumières, les décorations sont étudiées avec soin, afin que l’endroit soit synonyme de richesse. Une salle de machines à sous c’est donc « toute une ambiance » : la lumière, le décor, la musique mais surtout le bruit, et notamment le bruit de l’argent qui est constitutif de l’imaginaire des machines à sous.

16Les slots sont provocatrices. Quand elles paient elles font un bruit infernal de métal. Même 15 pièces qui tombent c’est l’impression d’une avalanche :

« Quand plusieurs machines se mettent à payer en même temps, que les gyrophares et les lumières vertes qui les coiffent s’allument, que la machine se met à sonner, ça met de l’ambiance et les gens entendent. » (Responsable MAS, casino Grand cercle d’Aix-les-Bains).

17Entendre des pièces tomber sur un fond métallique éveille la sensibilité des joueurs. Le regard se tourne vers la machine qui débite son argent. Faire tomber 50 pièces, c’est quelque chose d’extraordinaire : le sentiment d’avoir gagné. Une espèce de compétition se joue. « Il faut que ça crache plus que les autres. Il faut vider la machine. » Dans une belle inversion, le gagnant a l’impression de rançonner le bandit manchot et même parfois de dévaliser le casino s’il décroche un jackpot progressif.

18Si le dicton populaire précise que l’argent n’a pas d’odeur, il a ici un son et il fait beaucoup de bruit. « Ce qui fascine l’amateur de machines à sous, c’est l’image du robot sibyllin, cracheur d’oracles cliquetants, dont les entrailles métalliques offrent ou refusent l’abondance8. »

19Le joueur – parfois aidé par un ami ou un comparse opportuniste – s’empresse alors de ramasser les pièces au fur et à mesure pour les mettre précipitamment dans son pot9. C’est sans doute le moment le plus spectaculaire et le plus pathétique de ce jeu. Le joueur ramasse l’argent à la pelle. Il donne l’impression d’avoir découvert un trésor et de vouloir furieusement se remplir les poches pour ne pas se faire voler ou comme s’il avait peur que le pactole ne disparaisse. Cette richesse subite doit être saisie subitement. Lors de l’appropriation du « magot », il ne manque que la phrase possessive enfantine : « C’est à moi. »

20Chaque fois que la fontaine jaillit, elle attire l’attention et la convoitise des autres joueurs. Murmures d’admiration, exclamations. Certains s’approchent pour regarder la pluie d’argent ou de tokens10 ou pour discuter avec le gagnant. D’autres lorgnent le joueur chanceux en continuant de jouer. D’autres encore – stoïques et blasés de voir toujours les autres gagner – se concentrent davantage sur leur machine comme pour mieux jouer, comme s’ils reprenaient confiance.

21Un grand nombre de joueurs aiment la sensation de volume et de poids. Alors que la fonction crédit permet de jouer sans manipuler de monnaie, il est fréquent de voir des slotistes faire tomber systématiquement leurs gains11 pour les réintroduire pièce par pièce dans la même machine. On a l’impression que cela les rassure de voir et d’entendre l’argent, que cela les réconforte de le toucher en permanence.

22Aux machines à sous, l’argent est omniprésent. Le joueur le brasse sans pudeur. Il semble même prendre grand plaisir à le manipuler sans cesse. L’adepte des bandits manchots palpe en permanence son argent même quand la possession n’est que passagère. Dans une salle de machines à sous, « cash is king12 » Le joueur se retrouve projeté dans un univers d’argent liquide. Il s’en imprègne.

« There’s no free lunch »

23Souvent, dans une salle de machines à sous l’argent est visible. Le joueur le tient dans sa main ostensiblement, le froisse sans respect, le jette négligemment sur le guichet, semble s’en débarrasser sans regret. C’est l’élément qu’il faut sacrifier afin de le multiplier. « L’argent représente, aussi bien pour l’avare que pour le joueur, un élément sacré. Mais l’avare, qui l’accumule sans oser y toucher, l’idolâtre et, le retirant du même coup de la circulation, le soustrait à tout usage profane. C’est dire qu’il adopte à son égard le comportement du sacré de respect. Au contraire, le joueur qui le risque sans cesse, le traite suivant les lois du sacré de transgression13. »

24Le joueur est suspendu à son jeu et navigue en permanence sur une mer de petits gains et de jackpots intermédiaires qui lui permettent de se refaire momentanément. Gagner redonne confiance au joueur, redonne sens au jeu et redonne envie de jouer. Faire un beau coup de temps en temps, pour le joueur, c’est important, c’est suffisant. Il faut savoir plonger – jouer longtemps en attendant le coup heureux – sans jamais couler.

25Mais comme à la Bourse, le slotiste doit savoir sortir du jeu, capitaliser, prendre ses bénéfices. Et là on entre dans des comportements qui ne sont plus strictement ludiques. S’ajoutent des stratégies, des calculs qui permettent d’anticiper, de prévoir, de se projeter. Le joueur cherche toujours à s’enrichir, mais son jeu est plus mature. Il est plus prudent, parce qu’il connaît les risques de perte, mais ponctuellement il peut se donner à fond (doubler au vidéo-poker, miser durablement la mise maximale aux machines rouleaux) et jouer sans arrière-pensée car il sait que c’est ainsi qu’il peut triompher.

26Le slotiste prend alors des risques tout en gardant une réserve, une distance. Il déclenche un cercle ludique vertueux, une maturité, une responsabilité. « Jusque-là et pas plus loin », telle est sa devise. Il connaît ses limites et sait jusqu’où ses limites l’autorisent à aller.

27Un dicton boursier résume l’équation qu’établit le joueur de machines à sous entre le risque qu’il doit nécessairement courir et le profit qu’il peut espérer en retour : There’s no free lunch (il n’y a pas de repas gratuit). Pour être convié au banquet, le slotiste doit lui aussi prendre des risques financiers : payer, et pas seulement de sa personne.

28En ce sens – comme le boursicoteur – le slotiste est un opportuniste qui cherche à faire des coups. Mais, dans le même temps, il sait que la défense de son intérêt exige le respect de certains principes qui sont nécessaires à sa survie financière. Cet équilibre instable – entre prudence et prise de risque – constitue tout le piment des machines à sous.

29Souvent, l’argent gagné est réinvesti. Les gagnants entreprennent un calcul ludique mille fois répété : « Avec l’argent gagné, je vais pouvoir rejouer plus et mieux. » Cet automatisme résume la permanence et la constance du joueur. Il ne joue pas fondamentalement pour gagner – même s’il joue toujours pour gagner – il joue pour rejouer.

30La spirale ludique qu’instaure ce jeu est ensuite sans fin. Plus le joueur gagne plus il a envie de jouer et rien ne l’empêche de jouer puisqu’il gagne. S’il perd, cela constitue une raison supplémentaire pour lui de rejouer afin de « se refaire ». « Rien n’est définitif dans le jeu permanent, ni gagné, ni perdu, car ce qui est aujourd’hui gagné, demain a des chances d’être perdu et inversement14. »

Un argent d’un autre type

31En réalité l’argent du jeu n’existe plus comme valeur mais comme moyen. Plus précisément sa valeur est mise entre parenthèse, le temps du jeu. Il fait partie des éléments indispensables au jeu. Pour les machines à sous, c’est l’élément moteur, le carburant. Sans pièces, sans crédit, il est n’est pas possible de faire tourner les rouleaux, de tirer les cartes des vidéo-pokers. Il faut approvisionner en permanence la machine.

32Il est impossible pour les détracteurs des bandits manchots, difficile pour les psycho-moralisateurs, malaisé à qui n’a jamais joué, de comprendre la charge fascinante de ce jeu « aspirateur de liquidités ». En dehors de toute rationalité économique ou probabiliste, approvisionner une machine à sous, la « nourrir » jusqu’à plus soif, procurent indéniablement un certain plaisir. Cette séduction apparaît assez vite dans ce jeu et peut-être plus rapidement que pour d’autres jeux de hasard. Il suffit d’entrer dans le jeu sans a priori et assez vite l’illusio apparaît.

33Le geste banal, consistant à introduire des pièces dans une fente, se transforme en activité prenante, motivante, excitante. « La saveur du jeu tient dans l’abandon à cette exigence : plus on glisse de monnaie, plus on a envie d’en glisser15. » Certains diront hâtivement que cette sensation grisante que procure l’introduction des pièces, ce léger vertige qu’instaure cette dépense volontaire, correspond à la fascination du vide. En perdant son argent, le joueur de machines à sous se perdrait lui-même, fasciné par sa propre chute. C’est oublier un peu vite que le joueur « ordinaire », c’est-à-dire le joueur « réel », joue toujours pour gagner.

34Détruisons une nouvelle fois le mythe du joueur dostoïevskien qui, comme tous les mythes, n’a jamais vraiment existé16. Bien sûr qu’il y a un vertige jouissif dans le jeu d’argent et il en va de même aux machines à sous. Mais cette forme spécifique d’ilinx17 n’existe que s’il y a corrélativement – et d’une manière concomitante – possibilité de gains. Ce n’est donc pas une jouissance masochiste liée stricto sensu au fait de perdre son argent et au fait de prendre du plaisir à perdre. Si la machine à sous apparaît comme un tonneau des Danaïdes, elle représente dans le même temps le Pactole, c’est-à-dire une source de richesse permanente et infinie.

35La folie, la « pathologie18 » ou la stupidité du slotiste est donc toute relative. S’il accepte de perdre, et éventuellement parfois de se perdre quand il joue au-dessus de ses moyens, c’est uniquement parce qu’il sait qu’il peut gagner, améliorer sa vie et celle de ses proches. La logique du joueur de machines à sous est finalement bien stratégique et très terre-à-terre, malgré « l’abandon » nécessaire à l’apparition de l’illusio.

Les couleurs de l’argent

36Les symboliques qui apparaissent à travers les noms, les habillages et les couleurs des machines à sous font souvent référence au pactole, au trésor et à ses multiples attributs : or19, argent, diamant. Ce sont les thèmes traditionnels qui s’ajoutent aux symboliques historiques liées à l’invention de Charly Fey : les cloches de la liberté (Liberty Bells20), le chiffre 7, les dollars ($), les Bar, le fer à cheval, les fruits, etc. Des machines qui font ainsi des clins d’œil aux joueurs :

37– « Money Storm » suggère un apocalypse doré dans sa tempête d’argent.

38– « Emeralds », « Jewels Chest », « Diamond Winners », « Double Diamonds » mettent en scène une richesse éternelle : les diamants.

39– Le joueur de machines à sous est invité à la flibuste dans un univers de piraterie avec « Silver Gold ».

40– La machine « Fortune » nous propose de devenir riche et, comme son nom l’indique, de faire fortune. La présence d’un trèfle à quatre feuilles sur son fronton suggère qu’il faut un petit porte-bonheur pour y parvenir.

41– « Gold Rush » distribue des pépites et évoque la ruée vers l’or inscrite dans la conquête de l’Ouest américain.

42– L’univers de l’argent rapide est suggéré avec la machine « Quick Silver ».

43La symbolique de l’argent à portée de main apparaît à travers le truchement des moyens de paiement traditionnels. C’est le cas avec la machine « Blank Check » qui représente un agrandissement de chèque. Vous êtes le gagnant, énonce cette machine fiduciaire. Une mention spéciale (congratulations) félicite par avance le futur gagnant sollicité pour venir tenter sa chance sur cette machine chéquier.

44Cette symbolique de la richesse illustre aussi le matériel publicitaire (flyers, publicité dans la presse, sur les bus, abri-bus et panneaux urbains) utilisé par les casinotiers pour promouvoir ce jeu. Par exemple, le casino de Trouville a organisé une loterie sur le thème de la course aux trésors. Les affichettes proposaient de « gagner un coffret de louis d’or et de nombreux autres trésors ». Des pièces d’or tombaient du ciel et un grand mât flibustier invitait les clients à « vider » les coffres du casino.

45Les décors, l’habillage, l’éclairage des salles de machines à sous font également baigner en permanence les joueurs dans les couleurs de l’argent, notamment dans les casinos français les plus prestigieux (Evian, Enghien, Deauville, Biarritz, Divonne…).

46Dans une salle de machines à sous, les machines rutilantes sont de vrais miroirs. « Sculpturales, pleines de couleurs », lumi­neuses au double sens du terme21, les bandits manchots comportent de nombreuses surfaces (chromées, dorées, vitrées) qui renvoient avec éclat les éléments constitutifs du lieu : décor et parterre luxueux, jeux de lumière et même parfois jeux d’eau comme au casino de Luxeuil-les-Bains. L’ensemble donne souvent à l’endroit l’allure d’une chambre aux trésors, véritable caverne d’Ali Baba des temps modernes. La richesse virtuelle du lieu est constitutive de la richesse (réelle) que renferme potentiellement chaque machine. Le joueur (notamment s’il fait partie des couches les plus populaires de notre société, comme c’est souvent le cas) s’approprie ce luxe et cette abondance, même si, locataire provisoire d’un lieu qui le sort de son ordinaire, il doit payer pour voir.

47Les catégories sociales les plus fortunées et l’élite nationale ou « interlope » (haute bourgeoisie traditionnelle mais également VIP des milieux artistiques, médiatiques, sportifs, économiques, financiers et politiques...) fréquentent aussi ce lieu car le cadre social de la plupart des grands établissements français, les casinos resorts, correspond encore à une culture du luxe, en adéquation avec celle qu’elles côtoient ordinairement.

48Cette hétérogénéité sociale qu’instaure désormais la présence des machines à sous ne semble pas poser problème, même si, au début de l’exploitation des slots, certaines réactions de rejet ont été notées dans les casinos les plus prestigieux (par exemple à Deauville22) et même si certains casinos ont installé des zones spéciales pour séparer les gros joueurs « des gens d’en bas ».

Théorie de la richesse, théorie de la pauvreté

49Le succès des machines à sous, et plus globalement le succès mondial d’une multitude de jeux d’argent, invite à s’interroger sur les raisons qui expliquent l’effervescence contemporaine de la demande ludique. La perspective économique consiste à savoir si les individus s’adonnent aux jeux de hasard parce qu’ils ont de l’argent en surplus (théorie de la richesse) ou parce qu’ils sont en difficultés financières (théorie de la pauvreté). Ces théories peuvent ensuite être élargies au niveau macro-économique. La pratique des jeux d’argent est-elle un symptôme de richesse des nations ou un syndrome de « crise », de paupérisation généralisée ?

50En ce qui concerne la dimension individuelle, des recherches québécoises affirment que la place relative des agents dans la distribution des richesses détermine leur attitude face aux jeux d’argent23. La pratique ludique consacrée aux jeux de hasard émergerait lorsque la richesse relative de l’individu baisse. C’est donc la théorie de la pauvreté qui prime pour certains économistes dans la mesure où, le plus souvent, cette théorie « séduisante », car « politiquement correcte », est reprise comme évidente par un grand nombre de journalistes24.

51Au niveau méthodologique, cette thèse renvoie à un modèle relativement rigide. Elle prend comme unique facteur, susceptible de rendre compte de la pratique ludique, le motif strictement économique d’un acteur rationnel qui souhaite améliorer sa situation financière. En outre, ces analyses sont prédictives. Elles anticipent les contradictions par de nouvelles hypothèses. G. Brenner prévoit ainsi que si le chômage diminue on achètera moins de billets de loterie. Mais il précise que, si le chômage diminuait, on constatait au contraire un accroissement de la vente de billets de loteries, « cela indiquerait que les joueurs ne jouent plus pour les mêmes raisons. » Assurément, avec de telles pirouettes intellectuelles, certains économistes auront toujours raison.

52Finalement, en ne présumant pas l’existence « d’un goût pour le jeu », ces perspectives nient la passion ludique ancestrale de l’homme. Réduire l’acte de jeu à une fonction d’utilité par rapport à une espérance d’utilité, revient à rationaliser ipso facto des pratiques qui n’ont pas uniquement la raison utilitaire pour principe.

« Quand vous avez certaines facilités financières, vous pouvez vous permettre de jouer et quand vous n’avez pas d’argent vous jouez pour en gagner, il y a les deux. » (PDG, casino de Biarritz).

« Nous avons beaucoup de middle players. On ne peut donc pas résumer avec ces deux théories extrêmes. Dans les casinos, c’est une clientèle moyenne qui vient comme elle irait en boîte de nuit. » (Directeur général, casino Croisette de Cannes)

53Il est réducteur de rendre compte du comportement ludique en privilégiant l’une ou l’autre de ces deux théories d’autant que d’autres explications peuvent être avancées pour comprendre pourquoi, dans la période récente, nos concitoyens « semblent » s’intéresser davantage aux jeux d’argent.

54Les Français ont pu, depuis quelques années, modifier leurs comportements de consommation en dépensant autrement leur argent par exemple en ne renouvelant pas des produits qui, auparavant, auraient été jugés obsolètes. Cette évolution peut favoriser les transferts à l’intérieur des postes budgétaires des ménages sans que cela constitue forcément un signe de paupérisation.

« Les gens au lieu de changer de voiture tous les deux ans vont la changer tous les cinq ans, mais cela ne signifie pas qu’ils sont pauvres. La clientèle qui joue aux machines à sous peut, dans la grande majorité des cas, se le permettre. » (MCD, casino de Divonne-les-Bains).

55Par ailleurs, la « crise de confiance », qui a débuté avec la guerre du Golf et qui a encore des conséquences sur les comportements des Français en matière de consommation (malgré l’embellie économique qu’a connue l’année 1999), a favorisé l’épargne. Cet « argent de sécurité » ayant fortement augmenté, cela a pu permettre d’autres types de dépenses et notamment celles qui relèvent du ludique. L’argent placé (et donc non dépensé par ailleurs) est peu ou prou disponible et peut être plus facilement joué. En outre, certains peuvent considérer que les jeux d’argent constituent une forme de placement, certes aléatoire, mais une forme de placement tout de même. Contrairement à ce que d’aucuns pensent, la Bourse n’a pas grand-chose à voir avec les jeux de hasard. « La Bourse n’est pas un jeu »25, ou alors c’est un jeu tellement sérieux qu’il ne relève pas à proprement parler de la catégorie ludique. Mais l’idée commune qui émerge entre les jeux de hasard et les placements boursiers, c’est : « On peut faire travailler son argent sans rien demander à personne. »

56Comme généralement l’argent joué ou placé a été gagné par le travail et « l’économie26 », le sujet contemporain a de moins en moins de scrupules à tenter sa chance aux machines à sous (et autres jeux d’argent) et éventuellement à boursicoter27, quelle que soit sa catégorie sociale, d’autant qu’on l’invite à le faire. En outre, l’étalage et la médiatisation de la richesse donnent à beaucoup l’envie d’être riches. Au bout du compte, ce n’est pas tellement la richesse qui se serait démocratisée, comme l’indiquent les statistiques de répartition des patrimoines et la hiérarchie des revenus, mais surtout l’idée de devenir riche, d’au moins essayer.

57Dans la « conscience ludique contemporaine », la machine à sous représente l’un des moyens d’atteindre cette richesse collective, malgré la faible probabilité statistique d’y parvenir individuellement.

58Ce n’est pas – de notre point de vue – au sociologue de poursuivre l’analyse sur le terrain de la politique ou de la morale pour affirmer que cet imaginaire de la richesse et cette richesse imaginée sont une illusion qui doit être dénoncée et condamnée.

59Les observateurs critiques, qui développent des analyses rapides sur un nouvel « opium du peuple » que représenteraient ces jeux, oublient que ces pratiques culturelles n’existent qu’avec la complicité et le concours de sujets joueurs qui ne pensent pas que le célèbre adage populaire : l’argent ne fait pas le bonheur28 soit forcément synonyme de bon sens29.

60« Toutes les machines sont célibataires30 », et les bandits manchots ont besoin de partenaires. Mais nous ne pensons pas, comme l’auteur des Stratégies fatales, que le célibat de la machine entraîne inéluctablement celui de l’Homme Télématique, de l’Homme Cybernétique, ni même celui de l’Homo Ludens cher à Johan Huizinga. Les machines permettent à l’homme de travailler, de communiquer, pourquoi ne le feraient-elles pas jouer ? Des millions de Français ont déjà répondu par l’affirmative à cette question, donnant raison à Charly Fey qui pensait en outre que son invention délivrait un message intemporel concernant tous les individus : « Prends ta vie en main. » Face aux aléas, la machine de Fey suggère également aux sujets joueurs une autre sentence qui a des vertus existentielles : « Si tu veux que le hasard te serve, prépare-toi à l’accueillir ».

61Et c’est sans doute à cause de ses perspectives contradictoires que ce jeu « diabolique » fait peur. Car en période de crise, le joueur de machines à sous peut apparaître comme « l’homme de la bohème – fuyant toute sécurité sociale – transformant son existence en une errance temporelle peu conforme aux valeurs et aux principes de la gestion du temps qui dominent notre époque31 ». Mais dans le même temps, c’est un opportuniste qui sait prendre des risques, s’adapter à de nouvelles configurations et qui connaît la valeur du « Dieu Argent ». Et en ce sens, il est tout à fait en phase avec son temps.

Haut de page

Notes

1 Extrait d’un documentaire consacré à Charly Fey, l’inventeur des machines à sous, ARTE, juillet 1997.
2 Souvent les médias parlent des casinos en termes de « milieu », associant automatiquement le « monde » des jeux à la mafia, au grand banditisme et au « milieu », terme désignant la pègre.
3 Si les machines à sous ont été autorisées en 1986, c’est en 1992 qu’elles ont « envahi » le territoire national. Désormais, sur 176 casinos, 6 seulement n’en possèdent pas. Les casinos français ont attiré plus de 64 millions de personnes en 2002 et ont engrangé 2,45 milliards d’euros.
4 Il y a deux sortes de machines à sous, les machines à rouleaux qui sont les machines à sous traditionnelles et les vidéo-pokers qui reproduisent le principe du poker carte sur écran vidéo.
5 Slot veut dire fente. Slot machines désignent les machines à sous aux Etats-Unis et dans le monde anglo-saxon.
6 Parmi les principales motivations on trouve : pour gagner de l’argent, pour le plaisir, pour s’amuser, pour passer le temps, pour se distraire (70 % des réponses) et une kyrielle d’autres raisons : tenter sa chance, se détendre, pour sortir, par curiosité… (30 % des réponses). Cf. notre étude : « Que le hasard vous serve mais préparez-vous à l’accueillir : étude sociologique sur les machines à sous », GRS/Lyon 2, 1998, 403 p.
7 D’après A. Willoughby et W. Gehring de l’Université de Michigan, après une perte le cerveau pense qu’un gain va arriver. Il en résulte une décision précipitée et plus risquée car le joueur est poussé à prendre davantage de risques in Pierre Jullien : « L’appât du gain ne rend pas malin », Le Monde, 12 mai 2002.
8 J.-M. Varenne, Z. Nianu, M. De Smedt, L’Esprit des jeux, Paris, Albin Michel, 1990, p. 122.
9 Le spectacle de dizaines d’adultes qui se promènent avec un « pot » à la main surprend la première fois et invite à l’analyse psychanalysante. S’il est en effet cocasse de voir toutes ces « grandes personnes » déambuler ainsi, tels de « jeunes enfants », leur pot à la main, les analogies avec un « stade » que tous les adultes ont connu et où ils cherchaient à « remplir » leur pot tout en se « vidant », sont à proscrire. L’objet est strictement utilitaire. C’est le réceptacle indispensable au joueur pour transporter ses pièces.
10 Les casinotiers ont deux possibilités : de l’argent sous forme de pièces ou de jetons métalliques appelés tokens.
11 Des croyances liées aux logiques ludiques expliquent aussi ce comportement. Certains joueurs « croient » que « faire tomber » l’argent et le réintroduire à chaque fois, c’est la possibilité de gagner plus. « On a l’impression que la machine se libère  davantage quand on laisse tomber les pièces. » (Joueur, casino de Luxeuil-les-Bains)
12 Adage boursier signifiant : l’argent liquide est roi.
13 R. Caillois, L’Homme et le sacré, Paris, Gallimard, 1956, p. 14, note 3.
14 C. Wassner, « Jeux en sous solitude : le course par course », Autrement, n° 45, 1982, p. 27-28.
15 F. Aubenas, « Les casinos touchent le jackpot », Libération, 11 juillet 1988, p. 22.
16 Si le flambeur existe, nous n’en connaissons que sa figure emblématique qui constitue sociologiquement un épiphénomène. Cette figure a pour l’instant surtout intéressé le poète, l’écrivain, le cinéaste, le moraliste, le thérapeute… Si un jour le sociologue s’y intéresse –  et il faut bien sûr qu’il le fasse – ce sera sous forme d’histoires de vie, car c’est dans la biographie exhaustive du sujet flambeur que l’on trouvera des explications sur sa carrière de joueur et non dans le jeu lui-même.
17 L’ilinx  (le vertige) est l’une des quatre catégories de jeu de la célèbre taxinomie de R. Caillois Les Jeux et les hommes, le masque, le vertige, Paris, Gallimard, 1991. Les autres catégories sont l’agôn (la compé­ti­tion), l’aléa (le hasard), le mimicry (le mimétisme).
18 Sur cette question des joueurs qualifiés de « dépendants » de « compulsifs », de « pathologiques » les études socio-logiques, socio-économiques et socio-bio­graphiques manquent actuellement en France pour quantifier scientifiquement ce « problème ». Pour une synthèse intelligente et objective, M. Valleur, C. Bucher, Le Jeu pathologique, Paris, PUF, 1997. Les auteurs soulignent les limites sociologiques, anthropologiques et culturelles des études « psy ». Cf. également deux ouvrages plus engagés : Serge Minet, Le plaisir du jeu : entre passion et souffrance, Paris, L’Harmattan, 2001 ; R. Ladouceur, Le jeu excessif : comprendre et vaincre le gambling, Québec, Les Editions de L’Homme, 2000.
19 Mines d’or, pièces d’or, rivière charriant de l’or, prospecteur d’or, pépites d’or…
20 Littéralement cloches de la liberté, synonyme de machines à sous. La cloche dorée, qui figure encore sur certaines machines, fait partie des symboles liés à l’histoire des États-Unis et à son indépendance.
21 Lumineux qualifie un objet qui émet ou réfléchit la lumière. C’est exactement le cas des machines à sous qui sont de véritables fontaines lumineuses éclairées de multiples façons mais qui reflètent également avec éclat les multiples lumières environnantes.
22 Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot signalent dans leur ouvrage sur Les Grandes Fortunes, Paris, Payot, 1996, p. 280-285, le choc culturel qu’a représenté l’arrivée des machines à sous au casino de Deauville pour certaines catégories sociales de la haute bourgeoisie, qui fréquentent traditionnellement cette ville balnéaire.
23 G. Brenner, « Les loteries. Pourquoi les Québécois y participent-ils ? », rapport de recherche n°82-10, avril 1982, HEC, Montréal, Québec, Canada.
24 Certains titres du dossier de la revue Challenges consacré aux jeux d’argent sont à ce sujet éloquents : « C’est la crise, faites vos jeux » ; « On ne flambe jamais autant qu’en période de déprime économique » Challenges, n° 105, juillet 1996, p. 60.
25 « La Bourse n’est pas un casino. On peut y faire des coups, mais son objectif premier est de faciliter le financement et le développement des entreprises ; c’est de ce point de vue un outil de travail. » Michel Kempinski, Le Journal des Finances, 5 septembre 1998, p. 3.
26 Au sens de « faire des économies ».
27 En 1999, il y avait 5 millions de PEA (Plans d’épargne en actions) pour un encours de 562,2 milliards de francs. A titre de comparaison, signalons que l’encours du livret A, l’épargne favorite des Français,  était de 680 milliards de francs la même année. Statistiques de la Banque de France, in M. Lafourcade, « La bourse de plus en plus aimée des Français », Le Journal des Finances, 4 mars 2000, p. 17.
28 Cet adage « des pauvres » constitue certainement aussi une morale d’objectivation « des riches » quand ils affirment sans pudeur que l’argent ne fait pas le bonheur.
29 D’après une étude de deux économistes britanniques A. Oswald et J. Gardner, de l’université de Warwick, un gain à la loterie, même modeste, suffit à rendre heureux. Cité dans Pierre Jullien, « Oui l’argent fait le bonheur », Le Monde, 10 février 2002.
30 J. Baudrillard, « Le Xerox et l’infini », Traverses, n° 44-45, septembre 1988, p. 19.
31 P. Tacussel, « La ville, le joueur », Diogène, n° 134, avril-juin 1986, p. 56.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Martignoni-Hutin, « Bandits Manchots et Machines à sous. Le bruit et les couleurs de l’argent », Socio-anthropologie [En ligne], 13 | 2003, mis en ligne le 15 novembre 2004, consulté le 20 août 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/176 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.176

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Martignoni-Hutin

Université Lumière Lyon 2, GRS (Groupe de Recherches sur la Socialisation)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org