Navigation – Plan du site

L’emprise du macro-système sportif

Jean-Pierre Escriva

Texte intégral

1La notion de « système sportif » est d’un usage fréquent dans les sciences sociales comme dans le langage courant. Celui-ci repère bien le côté systématique du sport permettant, par exemple, d’organiser de grands événements médiatisés à des rythmes réguliers. Cependant le concept de macro-système sportif cherche à dépasser cette notion diffuse par l’analyse des déterminants techniques à l’œuvre dans l’organisation du sport de haut niveau contemporain, ce qu’une sociologie classique des organisations n’envisage pas. Aussi s’agit-il de se situer au carrefour de processus anthropologiques et sociaux, à un niveau plus profond susceptible d’éclairer autrement des phénomènes en apparence irrationnels. Ainsi, par exemple du dopage qui s’effectue aux dépens de la santé du sportif avec, parfois, la caution de certains médecins, et, de façon plus globale, le rapport instrumental au corps dans un univers où celui-ci est à la fois célébré et maltraité.

Le concept de macro-système technique

2Un détour préalable par la sociologie des macro-systèmes techniques s’impose afin de préciser ce que l’on entend par là. Alain Gras a développé ce concept de macro-système technique dans un ouvrage qui pose d’emblée le problème : Grandeur et dépendance (Gras, 1993). A la confluence de la pensée holiste des systèmes sociaux de Niklas Luhman et de la conception empirique anglo-saxonne des « large technical systems » de Tom Hughes, dans lesquels priment les acteurs, l’auteur conçoit une approche d’un phénomène singulièrement oublié en France : la technique. En effet en dehors des travaux fondateurs de Jacques Ellul, dès les années 1950, et de quelques histoires des techniques anecdotiques, c’est vers les recherches étrangères que l’on est contraint de se tourner. L’étude du système montre qu’un objet technique ne peut vivre isolément. L’histoire est d’ailleurs riche de ces inventions ayant manqué leur insertion faute d’un environnement adéquat, comme le dirigeable au début du XXe siècle ou le Concorde réduit à une exploitation de luxe par l’absence des conditions d’accueil d’un supersonique dans un monde d’avions subsoniques.

3Le macro-système repose sur des réseaux de flux (pouvant distribuer des matériaux délocalisés) et sur une organisation de la puissance. Le système conjugue, dans une entité originale, ces deux phénomènes isolés au cours de l’histoire. C’est cette conjonction alliée à une grandeur sans précédent qui fait le macro-système. Celui-ci peut transporter des objets ou des signes, connaît des tractations politiques externes (une ville qui veut obtenir le TGV) et internes, et comprend un réseau d’information couplé avec un objet technique. Le train est le premier système physique associé avec un système d’information. L’espace y devient artificiel et s’inscrit dans la logique du panopticon de Bentham, modèle au principe de notre modernité (Foucault, 1975). Ce nouvel espace-temps abstrait est à la fois le produit de l’imaginaire occidental et le moyen de son développement. Le train, entre autres, contribuera aux modifications des représentations du temps avec des précisions du niveau de Meure, puis de la minute, et, enfin, de la seconde. Les grandeurs exponentielles deviennent le paradis des spécialistes, des experts, le public se contentant d’être usager ou client. L’individu moderne est d’ailleurs constamment « branché », qu’il le veuille ou non :

4 « Les tentacules de ces pieuvres technologiques font surface dans le social à tout instant et en tous lieux : l’individu se branche constamment (et l’usage de ce terme pour signifier que l’on est moderne n’est pas innocent) sur ces grands ensembles qui l’aident dans la vie quotidienne et transforment ses habitudes, le plus souvent dans le sens d’une dépendance technologique. » (Gras, 1993 : 21)

5Ce détour, a priori lointain, nous conduit pourtant à l’infrastructure même de notre modernité, à la face d’ombre de la société industrielle dont le paradoxe de l’efficacité est de reposer sur de l’invisible. Nous ne percevons ni le système qui fait exister les objets techniques ni son coût. L’immatérialité apparente masque le fait que les macro-systèmes sont concrets, jamais neutres, et constitués de lieux de pouvoir matériels et humains comme les centres de contrôle des flux sur lesquels pèsent les déterminations sociales et politiques. Or ils semblent bien représenter la figure la plus aboutie de la perte de pouvoir de décision de chacun.

Gigantisme, technique et mise en dépendance

6Le sport de haut niveau, la greffe d’organes organisée en réseau mondial et le tourisme de masse représentent des macro-systèmes « de second ordre » (Gras, 1993 : 23). Comme les précédents, ils sont habités par la folie des grandeurs et par des effets maléfiques occultés. C’est la dépendance qu’ils induisent que j’ai voulu relever en employant le terme de macro-système sportif dans lequel s’inscrit l’organisation systématique du dopage (Escriva, 2000). C’est également la dimension technique qu’il s’agissait de souligner. De ce point de vue, Marcel Mauss en est le précurseur dans son article « Les techniques du corps ». Il montre la variabilité historique et culturelle de celle-ci et surtout, le fait qu’une technique n’est pas toujours un outil (Mauss, 1950 : 363-386). La voie s’ouvre pour des recherches sur des techniques non instrumentales et pour des références au symbolique. En 1954, Jacques Ellul propose une analyse décisive du sport dans La technique ou l’enjeu du siècle. Il met en exergue la double dimension du sport qui est à la fois un produit des techniques modernes, notamment industrielles, et, en lui-même, une technique, dans une conception où le jeu a cédé la place à la recherche d’efficacité dans un rapport au temps réifié1. La mécanisation des gestes est le corollaire de la mécanisation globale, en premier lieu celle des appareils de mesure du temps (chronomètres). L’étude critique de Jacques Ellul le mène cependant beaucoup plus loin que les conséquences internes du sport, parce qu’elle soulève déjà des effets généraux à une époque où l’on compte plus de spectateurs que de pratiquants. « Mais, le plus important n’est pas la formation de quelques spécialistes, c’est le fait que cette mentalité s’étend à de grandes masses. » (Ellul, 1990 : 347) Il relève la massification possible et son usage par les pays totalitaires, le sport pouvant devenir une technique politique de gouvernement.

7Le concept de macro-système sportif intègre les clarifications apportées jusqu’ici et cherche à condenser l’expression plus précise, mais trop lourde, de « macro-système technique secondaire sportif ». Il s’agit de poser le problème au niveau de la totalité sociale selon une nouvelle échelle que le terme : organisation sportive reflète mal. Car, tout d’abord, un macro-système s’étend selon un espace géographique supranational avec pour vocation de se brancher à son tour sur d’autres macro-systèmes. Ainsi le sport sera, par exemple, complémentaire des transports ou des médias qui diffuseront des idéologies sportives et transversales (excellence, performance, profit, etc.). Ensuite, comme dans tout macro-système, il faut prendre en compte les instances plus ou moins visibles de pouvoir et les centres de contrôle associés et parfois confondus qui organiseront les flux. A ce titre, les fédérations sportives nationales liées aux Etats et aux fédérations internationales représentent les instances de contrôle les plus évidentes. Cependant, en fonction des niveaux de développements des pays et des sports, d’autres agents peuvent, ouvertement ou de manière plus occulte, faire valoir leurs exigences et provoquer de nouveaux conflits lors des prises de décision : sponsors, médias qui payent des droits de retransmission et imposent en retour leurs contraintes (horaires, simplifications de règlements, etc.), presse sportive qui fabrique souvent l’événement, grands clubs professionnels parfois cotés en bourse et associés à des groupes industriels de communication. En congruence avec les caractéristiques relevées, la dimension quantitative du phénomène unie, dialectiquement, à sa qualité, a métamorphosé le sport. Le rôle des sciences humaines et sociales, et en particulier celui du socio-logue, est de mener cette réflexion en amont mais, en aval, toute tentative de solution se heurtera à des antinomies insolubles si elle oublie la relation de la partie au tout. En effet, parfois en toute innocence, la moindre tâche peut s’inscrire dans la rationalité instrumentale globale du système ; une « aide médicale » instrumentaliser le corps d’un sportif.

Macro-système sportif et institution

8Le branchement de macro-systèmes les uns aux autres ne doit pas occulter qu’une institution s’inscrit aussi parmi la totalité des autres institutions. Il faut distinguer ces dernières afin d’éviter les confusions inhérentes aux difficultés à penser l’institution en même temps matérielle et idéelle, et donc productrice de sens. C’est d’ailleurs en partie son ambivalence qui a conduit la sociologie, contrairement à l’anthropologie, à la reléguer pendant une longue période – alors qu’elle est au fondement de cette discipline – avant qu’elle ne revienne grâce aux questions et à la critique de l’analyse institutionnelle (Ardoino, 1999 : 201-336 ; Bouvier, 1997 : 197-208). L’institution est en effet rétive à la pensée polysémique, équivoque et problématique (Lourau, 1970). Ainsi un groupe d’une classe n’est jamais l’institution scolaire, pas plus que l’organisation sportive (club, fédération, etc.) n’est l’institution sportive, même si la forme matérielle et humaine nous pousse à croire qu’on touche l’institution du doigt. Celle-ci est bien tout cela, mais sans s’y épuiser : l’institution est d’une autre nature, présente-absente, elle n’équivaut pas aux organisations ou même aux « institutions » quand on prend celles-ci pour celles-là, parce qu’elle comprend une composante fonctionnelle mais aussi une composante imaginaire spécifique (Castoriadis, 1975 ; Enriquez, 1992).

9Le moment du macro-système sportif est, dans une approche dialectique, celui de la singularité, de l’organisation dans l’extension extraordinaire que nous venons de souligner, la face visible – in-cluant une part d’invisibilité – de l’institution sportive. En tant qu’organisation, il est l’unité négative des principes universels du sport et des sportifs, unité dont il masque les contradictions par sa fonction de médiation (Lourau, 1970). Le gigantisme bureaucratique renforce cet aspect puisqu’un sportif de haut niveau subit les rythmes de calendriers parfois imposés par des instances aussi lointaines que la FIFA2 et le CIO3 qui sont elles-même courtisées par des Etats en quête de profits symboliques, en relation avec les grands sponsors. De telles multinationales entretiennent l’abstraction du macro-système dont elles font partie, diminuant, de fait, le pouvoir des individus. Il s’agit d’une régulation autoritaire et parfois contradictoire des flux avec son lot de violences. Le rugby français, professionnalisé depuis peu, est ainsi traversé par cet imbroglio de calendriers produits par des choix opposés entre l’hémisphère Nord et l’hémisphère Sud. Le nombre de blessés dans l’équipe de France lors de la Coupe du monde, en novembre 1999, a, d’ailleurs, mis à nu ces contradictions4. Mais alors contre qui se retourner ? La métaphore de l’engrenage paraît bien adaptée à ce macro-sytème. Dans le contexte de cette organisation tentaculaire, plutôt que d’un sujet sportif, c’est d’un acteur et, la plupart du temps, d’un agent sportif dont il faudrait parler. Malgré la médiatisation de certaines réussites financières, l’athlète semble avant tout participer au mode de production sportif dans lequel le dopage est une méthode comme une autre dans la quête de records (Brohm, 1993 : 260-266). Certes, la publicité permet à un sportif connu de drainer aujourd’hui des revenus considérables et d’incarner une sorte d’athlète libéral qui s’autonomise mais, de fait, il reste un producteur de performances et de symboles souvent plus au service de sponsors, de grands clubs prestigieux, voire de l’Etat – bien que cet acteur faiblisse sur la scène mondiale – que de lui-même, et l’ambivalence de l’argent se traduit par l’oscillation entre « un homme créature divine ou créature marchande » (Bouilloud, Guienne, 1999 : 7). La marchandisation de ses exploits peut d’ailleurs se décider sans lui. En fin de compte, il subit des effets transversaux de la modernité (Chesneaux, 1983), notamment ceux que l’on retrouve aux principes du macro-système : effets de norme, flux et circuits, prothèses, gigantisme, hors-sol et, enfin, la contre-productivité régressive analysée par Yvan Illich.

10Le hors-sol appelle des précisions. Cet effet caractérise l’activité moderne, dans un temps mondial, toujours plus dissociée d’un environnement naturel et social. Comme le cadre d’une multinationale, le sportif va d’un lieu artificiel à un autre et peut vivre au sein de grandes chaînes d’hôtels standard dans des pays tout à fait différents. La découverte d’une consommation de mélatonine5 révèle d’ailleurs que des athlètes de haut niveau doivent faire face à des difficultés de mobilité proches de celles de certains cadres. C’est un univers homogénéisant, comme le sont tous les lieux sportifs officiels, quel que soit l’endroit du monde. Et le public présent dans un stade ne doit pas induire en erreur. Celui-ci participe également d’une foule artificielle dans un lieu artificiel avec risque de manipulations6. Le sport est le paradis de l’artifice.

11« La mise hors-sol signifie donc isolement par rapport à ce qui reste le lot commun, appauvrissement humain, réduction au fonctionnel, coupure d’avec la riche complexité naturelle et sociale dont on s’abstrait ainsi au nom de la logique de l’efficacité et de la rentabilité. » (Chesneaux, 1983 : 22).

12L’infrastructure sous-jacente du macro-système sportif est à la base de la performance de haut niveau. Il n’existe pas de performance indépendante de cet ensemble.

Effets sociaux du macro-système sportif

13L’origine, le statut et les propriétés du macro-système sportif peuvent engendrer des effets particuliers (blessures) inhérents à un contexte général (agent sportif tributaire du temps organisationnel), la contradiction sociale globale être vécue sur le mode personnel (erreur de préparation, stress mal géré, etc.) par la médiation de l’organisation. Considéré, de fait, comme un producteur de performances et de symboles, le sportif devient un produit traité selon la plus grande rationalité possible au sein du macro-système : de sa détection précoce à sa sélection en vue des performances futures, en passant par les cycles d’entraînement, de récupération, de soins, d’habitat, de transport et de médiatisation de ses exploits. Les « soins » sont d’ailleurs un euphémisme classique du monde cycliste, qui maintient le flou sur les conduites dopantes en englobant au même titre la pommade contre les contractures et l’injection d’EPO7. L’expression commune relève bien que la pratique de « soins » s’inscrit dans le cycle de l’entraînement et de la récupération, au plus près de l’athlète. Néanmoins ce cycle se définit à son tour en regard de l’ensemble du macro-système et celui-ci dans une totalité sociale.

14Dans ce macro-système aux tâches parcellisées, des médecins ou « soigneurs » répondent avec efficacité aux demandes des athlètes. Mais c’est un premier pas vers l’engrenage puisque ceux-ci subiront en retour l’emprise de médecins omniprésents :

15« Inconsciemment, écrit le gardien de buts Joël Bats, une idée nouvelle s’était jointe à nos obsessions ordinaires : la maladie ou la méforme ne pouvaient venir que de notre négligence. Nous nous présentions donc devant le médecin, dans la peau de coupables potentiels.8 »

16Le médecin, quand il ne dépend pas d’une équipe sportive, est souvent fasciné par les athlètes9. Il aime, comme beaucoup d’entre nous, le sport et les rêves que celui-ci lui procure. Et quand bien même le désir de soigner est sincère, l’irrationalité et le coût social global sont occultés par la rationalité de la courbe ascendante des records. D’autant plus que le macro système sportif est, pour sa part, branché sur le macro-système de la santé qui va des multiples acteurs médicaux, en aval, jusqu’aux grands laboratoires pharmaceutiques, en amont, et à présent traversés par la logique globale de la technoscience.

Le couplage de la science et de la technique

17Comprendre celui-ci impose de revenir à la coupure galiléenne du début du XVIIe siècle en Occident. Car il y a autant de sciences que de civilisations. L’originalité de la nôtre se fonde sur l’alliance de l’étude du livre (théorie, spéculation) et de la machine (manipulation). Si pendant plus d’un siècle les découvertes tech-niques peuvent inspirer des scientifiques, c’est en dehors de grands effets sociaux.

18En revanche, le couplage de la science et de la technique change radicalement autour des années 1850, lors de la Révolution industrielle. On assiste à une inversion progressive avec le développement technique et industriel fécondé par la science. La puissance technique s’accroît au point de repousser la science en amont et de la recouvrir alors que les présupposés philosophiques des sciences modernes alimentent déjà une « raison militante » qui sera le terreau de la mécanisation du vivant (Tibon-Cornillot, 1992). De plus en plus, l’application tend à commander la production, comme avec ces découvertes dangereuses, aux objectifs douteux mais rentables à court terme, qui finissent par se retourner contre l’homme lui-même. La distinction entre recherche fondamentale et recherche appliquée tend à s’effacer (Lévy-Leblond, 1996), ac-centuée par des pressions économiques.

19Ce problème politique de la recherche et des conséquences anthropologiques de ces puissances techniques mal maîtrisées se rencontre au niveau des produits dopants qui échappent aux règles élémentaires de sécurité. Les sportifs ont en effet recours à des substances qui n’ont parfois même pas obtenu leur autorisation de mise sur le marché (AMM). A ce sujet, Gérard Dine, spécialiste des biotechnologies, développe un inquiétant réquisitoire :

20« Il n’y a pas d’AMM en fait dans le domaine sportif. La production de ces molécules, quels que soient leurs processus, sous entend des environnements scientifiques lourds, des technologies industrielles significatives et des moyens de contrôle particulièrement sophistiqués. On ne peut pas imaginer que l’information sur ces consommations déviées s’effectue uniquement dans les vestiaires. La sensation de professionnalisation et de suivi aujourd’hui laisse penser que tous les représentants de la communauté scientifique internationale pertinents sur ces sujets ne partagent pas les mêmes points de vue en termes d’éthique et de règlement. » (CNRS, 1998 : 91)

21Mais, dans le contexte, est-ce une simple question d’éthique et de règlement ? S’ajoute la difficulté de contrôle d’un marché licite finalement très proche de l’économie des drogues et du trafic de stupéfiants10. La distinction établie par Max Weber entre « l’action rationnelle par rapport à une fin » et « l’action rationnelle en valeur » n’est jamais pensée (Weber, 1995). La rationalité instrumentale domine selon un renversement dialectique de la raison (Adorno et Horkeimer, 1974). Et l’on oublie, écrivait déjà Yvan Illich à propos de la santé, que la notion d’efficacité de nos institutions n’a de sens qu’en termes « d’efficacité globale11 » en regard des coûts sociaux réels.

Evanescence de la temporalité et corps-machine

22Le macro-système draine dans son sillage un rapport à l’espace-temps original. Sous cet angle imprégnant nos imaginaires, le temps s’homogénéise à force de mesures incessantes et toujours plus précises. La qualité personnelle de la durée n’a plus droit de cité. La douleur n’appelle plus un temps pour soi : elle devient un simple paramètre technique que le sportif doit repousser au-delà de ce que l’entraînement permettrait. Un corps-machine trafiqué par des prothèses biochimiques est une des conséquences possibles de ce rapport au temps où la dimension fluide et qualitative de la temporalité est exclue.

23En définitive, la spatialisation du temps provoque la réification du corps (Gabel, 1962; Brohm, 1976). Qu’il en ait conscience ou non, par ses souffrances, l’athlète est, en partie, pris dans le problème universel du temps capitaliste. Qu’est-ce en effet que le capitalisme ? Si ce n’est, au-delà de toutes ses idées, représentations, machines, etc., « ce mode particulier d’auto-altération de la société qui fait irruption avec, dans et par le capitalisme, et qui finalement, en un sens, est le capitalisme » (Castoriadis, 1975 : 285). Et, à ce propos, les analyses de Marx sur l’opposition du temps capitaliste de la rupture, des changements incessants, des révolutions à celui de la permanence des sociétés traditionnelles ont permis de saisir l’originalité de ce mode de production.

24Dans une autre couche d’effectivité, le capitalisme est également le temps de la linéarité, de l’accumulation, « de l’immobilité dans le “ changement ” » (Castoriadis, 1975 : 286). Aussi, malgré l’apparence homogène que traduit à merveille la courbe des records sportifs, en réalité, le temps n’est ni simple ni homogène. L’instance organisationnelle que représente le macro-système sportif articule du micro et du macrosociologique. Elle comprend des strates, des niveaux ou, pour reprendre les termes de George Gurvitch, des « paliers en profondeur » qui sont hétérogènes entre eux et posent, d’après cet auteur, un des plus importants problèmes de la sociologie, celui de la « multiplicité des temps sociaux » (Gurvitch, 1968 : 325-430). En d’autres termes, au-delà de tendances homogénéisantes, l’hétérogénéité laissera tout de même des marges du fait des ruptures et d’autres qualités du temps (Gras, 1979).

25Un des problèmes des possibilités de résistance seront sans doute de pouvoir réinjecter une autre qualité. Car l’ « adaptation » au système peut prendre la forme que celui-ci impose : devenir toujours plus compétitif dans un monde hyper sélectif. D’un point de vue éthique, la suradaptation du sportif risque de traduire la plus grande hétéronomie. Nous revenons, alors, au problème général des dangers sociologiques des divers macro-systèmes techniques. Ceux-ci véhiculent les idéologies des grands ensembles aux décisions technocratiques et « l’acceptation passive de contraintes présentées comme techniques » (Gras, 1993 : 22). En définitive, même s’il n’existe pas de fatalité – car les lieux de pouvoir et de contrôle relèvent du social et du politique –, l’individu est parfois condamné à des choix infimes sous la contrainte d’instances qui entretiennent une emprise diffuse et des conduites humainement irrationnelles mais cohérentes avec la rationalité instrumentale du tout.

Haut de page

Bibliographie

Ardoino J. Éducation et politique. Paris, Anthropos, 1999.

Adorno W. T. Prismes. Paris, Payot, 1986.

Adorno W. T., Horkeimer M. La dialectique de la raison. Paris, Gallimard, 1974.

Bouilloud J.-P., Guienne V. (dirs.). Questions d’argent. Paris, Desclée de Brouwer, 1999.

Bouvier P. « Institution, lectures, crises : vers une socio-anthropologie des institutions ». in Abélès M., Jeudy H.-P. (dirs.). Anthropologie du politique. Paris, Armand Colin, 1997.

Brohm J.-M. Sociologie politique du sport. Paris, Jean-Pierre Delarge, 1976.

--------. Les meutes sportives. Paris, L’Harmattan, 1993.

CNRS. Expertise collective. Dopage et pratiques sportives. Paris, Ed. du CNRS, 1998.

Castoriadis C. L’institution imaginaire de la société. Paris, Seuil, 1975.

Chesneaux J. De la modernité. Paris, La Découverte, 1983.

Ellul J. La technique ou l’enjeu du siècle [1954]. Paris, Economica, 1990.

Enriquez E. L’organisation en analyse. Paris, PUF, 1992.

Escriva J.-P. « Sport et dopages. Institution de la compétition, idéologie de l’excellence et conduites addictives du sport intensif ». Thèse de doctorat en Sociologie, Université de Paris VII, 2000.

Foucault M. Surveiller et punir, naissance de la prison. Paris, Gallimard, 1975.

Gabel J. La fausse conscience. Essai sur la réification. Paris, Minuit, 1962.

Gras A. Sociologie des ruptures. Paris, PUF, 1979.

Gras A. Grandeur et dépendance. Sociologie des macro-systèmes techniques. Paris, PUF, 1993.

Gurvitch G. La vocation actuelle de la sociologie. Paris, PUF, 1968, t. II.

Illich Y. Némésis médicale. L’expropriation de la santé. Paris, Seuil, 1975.

Lévy-Leblond J.-M. La pierre de touche. La science à l’épreuve. Paris, Gallimard, 1996.

Lourau R. L’analyse institutionnelle. Paris, Minuit, 1970.

Mauss M. Sociologie et anthropologie. Paris, PUF, 1950.

Mondenard de J.-P. Quel Corps ? Drogues et dopages. Sport et santé. Paris, Chiron-Diffusion, 1987.

Tibon-Cornillot M. Les corps transfigurés. Mécanisation du vivant et imaginaire de la biologie. Paris, Seuil, 1992.

Weber M. Economie et société : Les catégories de la sociologie. Paris, Plon, 1995.

Haut de page

Notes

1 Le concept de réification est longuement analysé par Georg Lukàcs, Histoire et conscience de classe, Paris, Minuit, 1960.
2 Sur la genèse et l'étendue du pouvoir de la Fédération Internationale de Football Association : Patrick Vassort, Football et politique. Sociologie historique d'une domination, Paris, Editions de la Passion, 1999.
3 Comité International Olympique.
4 Cf. par exemple l'article « Ça casse et ça lasse », qui fait le bilan des blessés et de certaines contraintes du rugby contemporain, in L'Equipe, 14 mars 2000 ; ainsi que l'analyse et l'inquiétude de Bernard Laporte, entraîneur de l'équipe de France, lors d'une longue interview accordée après deux semaines d'observation de la compétition du Super 12 qui réunit les meilleures équipes de l'hémisphère Sud, in L’Equipe, 15 mai 2000.
5 Avec l'usage très répandu d'amphétamines et de modafinil (qui autorise une absence de sommeil durant 48 heures dans les longues épreuves comme les courses à la voile), un rapport du CNRS note que « la mélatonine est très prisée des sportifs car elle jouit de la réputation de normaliser les rythmes circadiens et par suite de réduire les conséquences des longs voyages avec décalages horaires auxquels sont fréquemment soumis les athlètes internationaux » (CNRS, 1998 : 113).
6 Après avoir rappelé l'intérêt de l'analyse du sport de Thorstein Veblen en termes de « passion régressive », Adorno souligne bien les risques de tels rassemblements de masse (Adorno, 1986 : 65).
7 Abréviation d'érythropoïétine, hormone fabriquée par le rein, mais également produite de manière artificielle. Elle permet d'accroître la production de globules rouges et donc l'oxygénation des muscles susceptibles d'améliorer les performances, en particulier dans les sports d'endurance.
8 Joël Bats, Gardien de ma vie, Paris, Aubier Montaigne, 1986, p. 49.
9 Ce phénomène a été maintes fois repéré par Jean-Pierre de Mondenard lorsqu'il était médecin du Tour de France (entretien avec l'auteur, Paris, 9 septembre 1999), et cette fascination semblait souvent mêlée d'incompétences et de dénégations (De Mondenard, 1987 : 184-227).
10 Le réquisitoire du procès de Poitiers à propos de l'usage et de la diffusion du pot belge dans le monde cycliste a, une nouvelle fois, confirmé qu'il s'agissait bien de « trafic de stupéfiant », Libération, 31 mai 2001.
11 « En conséquence, la notion d'efficacité globale dans la satisfaction des besoins doit être nettement distinguée de la notion d'efficacité qui prévaut dans les calculs de la production et de la distribution de produits industriels. Sauf à l'intérieur d'une certaine fourchette, les deux types d'efficacité se retrouvent en conflit. (...) Une augmentation du volume des transports ne dit rien sur la possibilité qu'ont les gens de se rencontrer. » (Illich, 1975 : 91).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Escriva, « L’emprise du macro-système sportif », Socio-anthropologie [En ligne], 13 | 2003, mis en ligne le 15 novembre 2004, consulté le 29 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/178

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Escriva

Equipe de recherche « Valeurs, argent et sentiments moraux » Université de Paris VII/ESCP-EAP

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org